Archives de catégorie : Séminaire SEMPER

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

La deuxième séance du séminaire SEMPER aura lieu mercredi 12 juin, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h. Elle portera sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Présentation des activités et premiers dossiers

Robert Favreau, “Les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales”

Clément Dussart, “Les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude théorique et pratique”

Manon Durier, “Épigraphie et liturgie : nouveau regard sur une star de l’épigraphie limousine”

Buffet au CESCM

14h-17h Deuxième session

Cécile Treffort, “Migrations”

Fausta Lastella, “L’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie)”

Estelle Ingrand-Varenne, “Comment traiter les inscriptions latines d’Orient ? Proposition d’un nouveau corpus et perspectives”

Épigraphie en mouvement 1 : compte rendu

C’est sur une thématique en apparence paradoxale que le Séminaire permanent sur l’écriture en dehors du monde manuscrit – SEMPER –  a choisi de s’attarder lors de cette première séance (22 novembre 2018). S’il y a bien une écriture que l’on croit naturellement liée à une certaine stabilité, une fixité, voire une immobilité, c’est l’écriture épigraphique, tant par sa pesante matérialité – en premier lieu la pierre – que par la persistance de certains choix d’écriture et de langage. Il y a pourtant bien du mouvement, des mouvements dans les inscriptions, ne serait-ce que celui de leur genèse. Comme tout acte d’écriture, l’inscription naît d’un mouvement : le geste technique à l’aide d’un outil dans une matière, qui va faire émerger des lettres sur un support. Mais plus encore, l’inscription peut être en mouvement et créer du mouvement ; et l’intérêt de ce thème est de penser l’épigraphie en termes de dynamique.

Estelle Ingrand-Varenne expose en introduction cette pluralité de mouvements : du déplacement occasionnel d’un support, qui fait partie de la vie de l’ « objet épigraphique », à la fréquence des mouvements des objets, par essence mobiles. En rester aux supports serait cependant nier la nature même de l’inscription, elle-même plurielle : matérielle certes, mais aussi textuelle, contextuelle et fonctionnelle. Le vagabondage des textes, leur circulation, tout comme la mouvance textuelle et le mouvement dans les textes sont aussi à prendre en compte. Cette première énumération amène à s’interroger sur ce que signifie « être en mouvement » pour une inscription. Les deux phases d’un objet, action et repos, posent la question de l’impact sur l’inscription qui s’y trouve : le texte est toujours présent, mais est-il plus actif, lorsque l’objet entre en action et accomplit ce pour quoi il est fait ? D’un autre côté, par sa fixité matérielle et donc temporelle, l’inscription permet de capturer le mouvement dans sa fugacité et lui donner accès à un autre type de temporalité. Dans le même temps, le mouvement permet peu la lecture : si on ne peut le lire, le texte agit-il tout de même ? S’ajoute enfin à cela l’animation du texte (mise en scène de la parole, mouvements des lettres faisant danser le regard). L’inscription peut aussi être génératrice de mouvement : qu’il soit physique, entrainant le lecteur à bouger autour du support, mais aussi intérieur (la rhétorique du « movere », des émotions) et spirituel (déclencher par exemple la prière ). Le thème du mouvement permet ainsi d’aborder de nombreux autres aux connotations diverses : déplacement, voyage, migration, transfert ; mais aussi action, interaction, animation, performance, agentivité etc.

Épée 849.48.4 avec ornement.Cliché : H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée – Grand Patrimoine de Loire-Atlantique

Symbole de l’élite guerrière chevaleresque, l’épée est aussi porteuse d’inscriptions, même si peu ont été conservées (sur les 37 épées provenant de l’Ouest de la France XIe-XVe s. étudiées dans le cadre d’un Master 1, seules 3 sont inscrites), comme l’explique Valentin Louineau. Le message gravé, réalisé par damasquinage ou avec des lettres d’acier incrustées (technique du soudage), prend en général place sur la gorge, mais avec le développement de l’arête médiane au XIVe s, elles se raréfient faute d’espace. Il peut s’agir d’une signature d’artisan (selon la formule nom + me fecit), ou d’un message religieux, souvent à caractère apotropaïque. Ainsi la reprise de l’incipit du Psaume 144, évoquant le combat, et qui était récité lors de l’adoubement, est courante. La majeure difficulté réside dans le déchiffrement et la compréhension des inscriptions très brèves : on ne peut identifier de mot, peut-être parce qu’il s’agit d’abréviations (tel DIC pour Dominus Ihesus Christus ?), ou parce que l’écriture n’est ici utilisée que pour sa valeur décorative, comme c’est aussi le cas sur certains bijoux.

C’est vers les sources littéraires, particulièrement les romans du Graal qui mettent beaucoup d’inscriptions en scène, que Laurence Doucet s’est tournée, pour comparer le texte gravé sur l’épée aux « Estranges Renges » (c-à-d aux attaches inhabituelles) dans le Joseph d’Arimathie (§ 267) et dans la Quête du Saint Graal (§ 282) au XIIIe s. Dans ces deux romans, qui s’inscrivent dans un mouvement de translation de la légende du Graal, passant d’un motif païen à un motif chrétien, l’épée intervient à deux reprises, temporellement très éloignées : Nascien la découvre dans le navire de Salomon, tandis que plusieurs siècles après Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur la trouvent à nouveau. Un long texte en lettres vermeil comme du sang se déploie sur la lame, le fourreau, la garde et l’étoffe de cette épée extraordinaire, décrite comme de la plus grande richesse. La vue de l’inscription provoque un rire d’étonnement et d’incompréhension chez les chevaliers et c’est la sœur de Perceval qui en fait le déchiffrement et l’interprétation. Utilisant le futur à visée prophétique, l’épée prévient et menace par la voix du métal, la voix d’un auteur masqué. L’inscription joue ainsi de multiples rôles : à la fois symbole et énigme, devinette et mythe, trace d’un forgeron lointain.

Laurent Hablot élargit la réflexion aux autres supports de guerre portant des inscriptions, tels les étendards, écrits emblématiques en mouvement. Signe vexillaire qui a pour but de guider les troupes, objet que l’on roule, déroule, penche, lève, l’étendard n’est pas restreint aux champs de bataille, mais est aussi utilisé dans les rituels d’entrée ou de funérailles. C’est quand le cri disparaît au XIVe siècle que l’emblématique développe un nouveau système de signes figurés : la devise, qui se trouve alors sur les vêtements, les bijoux, les décors, les tapisseries, en concurrence avec l’héraldique. Les étendards avec leurs emblèmes sont peu conservés mais bien documentés par la comptabilité, qui permet de s’apercevoir que cet écrit est bien lu, compris et interprété. Élément emblématique à part entière, cet écrit a perdu sa qualité sonore, mais s’appuie sur le visuel, ce qui interroge alors que l’étendard n’est jamais étendu réellement. Dans la société hypersemiotisée de la fin du Moyen Âge, où se développe également le portrait, l’omniprésence de ce type d’inscriptions en redondance avec l’héraldique invite à réfléchir sur son fonctionnement spécifique comme signe en mouvement.

Conques, Trésor de l’abbatiale. Reliquaire dit « A de Charlemagne » (c. 1100).

C’est au travers des reliquaires qu’Elisa Pallottini a analysé l’écriture en mouvement, en partant de trois notions clés : la portabilité /mobilité, l’hybridité (ce sont des objets composites, constamment refaits) et le fait d’être inscrit (« inscriptionality » : 73% des reliquaires des 4-12e s. ont une inscription). Les reliquaires participent de plusieurs mouvements : leur propre déplacement, celui des fidèles qui ont même une interaction physique (manipulation de l’objet), le transfert d’un texte sur des supports différents, ou encore l’ajout de spolia, par exemple sur le reliquaire A de Charlemagne à Conques. S’opère également un jeu entre contenant et contenu suivant la localisation et le texte de l’inscription. Celui-ci amène le lecteur de l’espace extérieur au plus intérieur, vers la relique, et propose un itinéraire qui devient voyage spirituel, de contemplation et d’élévation.

 

Cheyenne Noel poursuit la réflexion sur les objets sacrés en se focalisant sur les premiers objets liturgiques, leurs processus d’usage et le discours qu’ils portent : patènes, calices, peignes liturgiques, passoires, cuillères, couronnes votives, ciboires etc. utilisés pendant le rituel et pouvant être considérés comme prolongement de l’officiant lui-même, mais aussi nettoyés, rangés, empilés quand ils ne servent pas. Trois objets sont présentés : un peigne datant du 8e s. à la cathédrale de Sens, sur lequel la mention PECTEN S LUPI a été ajoutée dans la seconde moitié du Moyen Âge ;

RMN-Grand-palais-Musée-de-Cluny-Jean-Gilles-Berizzi

une passoire en argent du 6e s. avec le nom de saint Aubin (+ ALBINI) ; une longue nappe liturgique découverte à Cologne, brodée avant le 10e siècle.

La journée se clôt sur deux présentations de la recherche épigraphique en mouvement. Le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne – ou comment rationaliser l’éparpillement – est présenté par Arnaud Loaëc En 1966, Paul Lemerle écrivait, « l’épigraphie byzantine n’existe pas », signifiant ainsi l’inexistence d’un corpus harmonisé. 6 problèmes peuvent être identifiés pour en expliquer les raisons. 1) la variété des matériaux, des objets, des techniques : peut-on tout traiter de la même façon ? 2) Boires et déboires du matériel épigraphique : le problème des inscriptions perdues, transmises de manière indirecte, dont le degré de fiabilité est très variable ; 3) la dispersion des publications ; 4) la dispersion géographique : il ne s’agit pas que de l’empire, mais de l’épigraphie grecque médiévale, ce qui demande un traitement géographique ; 5) la dispersion chronologique : quelles bornes chronologiques retenir, alors qu’il existe des inscriptions byzantines jusqu’au XVIIe s. ? 6) Sur le plan numérique, quel langage utiliser ? Le plus répandu chez les épigraphistes est l’XML-TEI, alors que le langage employé par AL dans sa base de données est PHP et MySQL. La question de police imitative se pose également.

Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk présentent le projet ERC The Cult of Saints qui vient de s’achever, et l’intérêt des sources épigraphiques latines et grecques – raison de leur séjour à Poitiers. Le projet sur le culte des saints, mené par l’Université d’Oxford en partenariat avec les Universités de Varsovie et de Reading, portait sur les pratiques des origines au VIe s., dans l’ensemble du monde chrétien à partir des écrits en latin, grec, syriaque, copte et arménien (dont 1100 inscriptions, par exemple les noms de saints sur des lampes à huile en Égypte). La base de données a enregistré quelques 7000 saints et permet de montrer l’extension du culte de certains saints ou à l’inverse une dévotion très locale, mais aussi l’évolution de la forme même du culte (de la mémoire des martyrs à la vénération de saints intercesseurs et auteurs de miracles, le développement des reliques, la dévotion pour les lieux et images des saints). Ce projet ERC a aussi abouti à la publication de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’origine du culte des saints, des reliques, le culte dans les villes et villages ou sur des thèmes variés. Il a aussi entrainé de nouveaux projets : tel celui sur les prêtres en Occident dans l’Antiquité tardive mené par Robert Wiśniewski à Varsovie, qui prend appui aussi sur les inscriptions.

SEMPER 22/11 : L’épigraphie en mouvement

La première séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2018-2019 se tiendra le jeudi 22 novembre au CESCM (salle Crozet). 

La thématique “épigraphie en mouvement”, volontairement vaste, a pour but de proposer une angle d’approche différent et dynamique des inscriptions, ces textes dont la pesante matérialité a souvent rimé avec l’immobilité. De quel mouvement, de quelle “mouvance”, pour reprendre le mot de P. Zumthor, est-il question (matérielle, textuelle, contextuelle, fonctionnelle) ? Que provoque t-il/elle sur l’appréhension même du texte, de sa conception à sa réception, de son écriture à sa lecture ? En quoi cette mobilité, voire cette instabilité, est-elle féconde ? Permet-elle d’envisager différemment la documentation épigraphique, qu’il s’agisse d’objets mobiles ou de pierres et de vitraux  ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront au cœur de cette séance.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

Première session

  • Valentin Louineau (Les inscriptions dans la gorge des épées médiévales, XIe-XVe siècles)
  • Laurence Doucet (Présentation et comparaison des inscriptions sur l’épée et le fourreau de l’épée aux Estranges Renges dans Joseph d’Arimathie et dans la Quête du Saint Graal)
  • Laurent Hablot (Écrits emblématiques en mouvement)

Déjeuner

13h30-17h30 : Deuxième session

  • Elisa Pallottini (Writings in motion: inscriptions on portable reliquaries)
  • Cheyenne Noel (Les objets liturgiques, l’œil et le geste)
  • Arnaud Loaëc (Rationaliser l’éparpillement : le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne)
  • Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk (The Cult of Saints project: the Greek and Latin epigraphical evidence)

SEMPER saison 3 : L’épigraphie en mouvement

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2018-2019 sa 3e saison avec pour thématique “l’épigraphie en mouvement”.

À l’encontre de l’idée de stabilité, voire d’immobilité, tant physique que textuelle qui semble inhérente aux documents épigraphiques, cette première séance voudrait explorer les aspects mouvants des inscriptions : que ce soit à travers leurs supports mobiles (objets sacrés, armes, bijoux, reliures de manuscrits, textiles), le voyage des formules et leur variance, le transfert d’un même texte dans différentes matières, ou le déplacement d’un support inscrit et les conséquences du changement de contexte.

La première séance se déroulera le jeudi 22 novembre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/).

Accueil à partir de 9h30, début des  travaux à 10h, fin de la journée 17h30.

Il sera également possible de suivre cette séance via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Retour sur la création graphique -Séminaire SEMPER

Pour terminer ce parcours graphique sur l’écriture hors du monde manuscrit, le dernier séminaire de l’année 2017-2018 a porté sur la notion de « création », après avoir abordé celui de « lettre et ductus » et d’ « économie ». Si le mot « création » est souvent utilisé dans le domaine des arts et des lettres – ne parle-t-on pas de création artistique, de création musicale, de création littéraire ? – il est moins souvent associé à l’écriture, au profit du terme « évolution » désignant alors un processus général sur le temps long.

Avant d’aborder les cas d’étude et comprendre comment l’épigraphiste pouvait se saisir d’une telle notion, un regard décalé a été porté sur un créateur de caractères typographiques : Ladislas Mandel (1921-2006). Connu pour les alphabets qu’il a créés pour les annuaires téléphoniques (« Clottes », « Galfra », « Colorado »), cet ingénieux typographe d’origine hongroise a aussi livré une réflexion sur les écritures, leurs qualités optiques, leur lisibilité et les problèmes techniques rencontrés depuis l’âge de l’imprimerie. Un éclairage rétrospectif et stimulant pour lancer la discussion. La création au sens contemporain – les auteurs médiévaux l’abordant essentiellement d’un point de vue théologique – est une action volontaire pour concevoir, imaginer quelque chose de nouveau, pour donner une forme originale. Nombre de notions gravitent autour : invention, nouveauté, expérimentation, imitation, emprunt, variation.

Toulouse, Musée des Augustins, épitaphe de Bernard, sacriste de Saint-Etienne, 1163, cliché E. Ingrand-Varenne.

A partir d’un corpus d’environ 80 inscriptions toulousaines gravées, Eva Caramello propose d’interroger la notion de création/transformation en terrain lapidaire : quelle est sa nature ? Comment l’identifier ? Comment l’interpréter ? Cette notion touche l’ensemble des éléments de l’écriture tout comme le contexte (scéno)graphique : de l’épaisseur du trait à la mise en espace d’une inscription en passant pour l’alignement et l’équilibre des lettres, la présence d’une image ou de tout autre signe non alphabétique. Pour différencier et hiérarchiser les formes canoniques d’une lettre de celles relevant d’une fantaisie individuelle, E. Caramello propose un outil heuristique pyramidal distinguant graphème, ontographe, allographe et glyphe. Chaque production humaine étant unique, l’interprétation de la création peut s’étudier à travers les adaptations (courbure, inclinaison, brisure) et les ornementations (éléments adventices ne modifiant pas la structure).

C’est dans l’environnement monumental et topographique de la Constantinople des IXe-Xe siècles qu’Arnaud Loaëc a  analysé la création des inscriptions byzantines : lettres en relief, en or, champlevées. L’utilisation de ces procédés à des périodes très précises pose question, tout comme leur technique :  pourquoi graver si l’on met ensuite de l’or ? Comment expliquer la réapparition du relief à Byzance : origine hellénistique ? influence de l’Égypte alexandrine ? Ces diverses techniques, témoignages du remaniement des remparts par Théophile puis par Michel III, étaient utilisées pour des inscriptions placées des endroits stratégiques, comme les portes de ville, tel est le cas de l’édit conciliaire de 1166, vraie page de pierre en relief, affiché devant l’entrée de Sainte-Sophie.

Colonne du ciborium de Saint-Marc, Venise. Cliché : Luca Pilot.

La création des inscriptions sur les quatre colonnes du ciborium de la basilique Saint-Marc de Venise et l’articulation avec les images centrées sur la vie de la Vierge et du Christ, déjà sculptées, constituent le travail doctoral de Maria Villano. Tirant certainement leur source de textes apocryphes (proto-évangile de Jacques notamment), les inscriptions tissent des liens complexes avec les représentations, et n’ont pas de correspondance directe. Pour démêler les nombreuses hypothèses sur la provenance et la datation des colonnes, M. Villano propose de bien différencier la sculpture des scènes (probablement des Ve-VIe s.) des textes épigraphiques ajoutés bien après, au début XIIIe s., après le sac de Constantinople d’où viennent peut-être les colonnes.

Clément Dussart élargit la réflexion en abordant les graffiti de la période médiévale à la première modernité (VIe-XVIe siècles.). « Parent pauvre » de l’épigraphie traditionnelle, ce type d’écriture qui reste encore à définir précisément, relève bien d’un acte de création. Le château de Selles à Cambrai, ayant servi de prison pour des clercs, offre un site bien conservé et daté, montrant aussi l’urgence patrimoniale à analyser et préserver ce matériel longtemps laissé de côté, peut-être en raison du discrédit face à ce type d’écriture, qui n’est pas soumise à des normes, mais qui répond à des coutumes.

Graffito gravé dans une archère de la tour principale, portant la date de 1334. Cliché : Jean-Marie Périn.

C’est par opposition à l’inscription classique que C. Dussart a essayé de définir la nature du graffito, en passant au crible de nombreux critères, même si l’opposition binaire ne révèle que des tendances. Décision privée et non contrôlée, support par destination, délais court de réalisation, choix pragmatique des outils, même personne assumant les rôles d’auteur-ordinator-sculpteur, écriture livresque et documentaire, mise en forme variable, discours personnel, tels sont certains éléments cruciaux pour comprendre le geste comme le résultat de cette pratique graphique.

L’atelier d’épigraphie expérimentale tenu par Thierry Gregor, démontrant l’évolution de l’écriture dans la pierre et de la technique de taille et de gravure, a clos la séance.Le séminaire se poursuit l’an prochain au CESCM avec une première séance au mois de novembre (semaine du 19 au 23).

Pour plus d’information, pour intervenir dans les séances, les suivre  en direct ou pour Skype, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Séminaire SEMPER : la création graphique

La troisième séance et dernière du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2017-2018 se tiendra le vendredi 18 mai au CESCM (salle Crozet). 

Alors que les auteurs médiévaux ont davantage pensé la “création” d’un point de vue théologique, Dieu en étant le sujet, il s’agira ici d’utiliser ce terme dans son sens contemporain pour comprendre la capacité de l’écriture médiévale à générer et créer des forme et du sens, à montrer sa créativité, sans chercher à retrouver une intention créatrice. Tous les aspects graphiques peuvent être abordés : la création de nouvelles lettres ou de nouveaux alphabets, les assemblages de caractères dans les jeux de lettres recréant sans cesse l’image du mot, les nouvelles formes d’abréviations et les formules graphiques, jusqu’aux mises en scène originales du texte et agencements syntaxiques textes et images, entre gammes de variations et surgissement du neuf, combinatoires de variantes et re-création.

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

11h : Premier dossier

  • Eva Caramello (Création ou transformation ? L’évolution des graphies gravées à partir des exemples toulousains)

Déjeuner

13h30-17h : Suite de la présentation des dossiers

  • Arnaud Loaec (Création graphique et topographie à Constantinople aux IXe et Xe siècles)
  • Maria Villano (Les inscriptions des colonnes du ciborium de Saint-Marc à Venise)
  • Clément Dussart (Les graffitis)
  • Thierry Grégor (Épigraphie expérimentale : évolution de l’écriture et de la technique)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

L’économie graphique – retour sur SEMPER II

Après une première plongée dans la matière graphique lors du séminaire d’automne, la deuxième séance tenue le 9 février s’est concentrée sur « l’économie graphique », intitulé générique qui recouvre des pratiques diverses de la pratique écrite. Entre présentation générales et études de cas, la journée a soulevé de nombreuses questions méthodologiques.

Dans son introduction, Estelle Ingrand-Varenne rappelle que penser l’économie graphique, au sens de l’étymologie grecque, c’est d’abord penser l’écriture comme relation, comme articulation, comme circulation, traversée par différentes dynamiques et établissant une complicité dans la relation entre les signes et l’espace. Cette gestion peut aussi s’entendre comme une réduction, à laquelle les jeux de lettres et la brièveté des textes participent. L’économie graphique n’est pas autonome et a parti lié avec l’économie linguistique, technique et gestuelle, et sans doute avec l’économie de l’image. Dans cette acception large, l’expression « économie graphique » est donc proche de ce qu’Anne-Marie Christin a appelé « une grammatologie de l’espace inscrit ».

L’écriture telle qu’elle est envisagée ici est l’écriture alphabétique, guidée par une loi spatiale impérative : celle de la successivité des lettres, donc de la linéarité. Elle forme une ligne, qu’elle soit horizontale, verticale, ou diagonale, et assumant potentiellement toutes les formes. La difficulté des monogrammes est bien de retrouver l’ordre des signes. Plus qu’une ligne, cette successivité est en réalité un vecteur, un segment de droite orienté, avec un point de départ et une direction, ou plutôt d’une combinaison de deux directions : gauche à droite, droite à gauche, et de haut en bas et de bas en haut. Ces lignes virtuelles peuvent être soutenues graphiquement par des traits : les réglures. De simples tracés au vrai quadrillage, le soin dont elles bénéficient montre que leur rôle ne peut être réduit à celui d’auxiliaire, mais qu’elles sont la mise en voir de l’ordonnancement des lettres, une mise en voir destinée à produire du sens. La ligne fait aussi surgir l’interligne où peuvent se glisser des compléments patronymiques et des ajouts.

Inscription de dédicace et de fondation d’anniversaire, église de Cheffes (Maine-et-Loire), 1167. Cliché : Jean Michaud CIFM/CESCM.

S’intéresser à l’économie graphique des inscriptions permet de voir l’émergence de nouvelles entités : le mot, avec sa double facette intellectuelle et matérielle. Au moment où les autres sources écrites privilégient l’espace blanc, les inscriptions délimitent les frontières des mots ou des séquences graphiques grâce à des points. L’économie textuelle est aussi questionnée par certains textes composés de phrases dont l’articulation n’est parfois pas évidente, ni sur le plan linguistique, ni sur le plan graphique, car l’inscription ne montre pas visuellement son organisation en proposition, phrase ou paragraphe. Une des manières de faire voir le texte pourrait être le cadre, par son caractère de clôture. Or, le cadre en ce sens est une construction historique tardive. Au Moyen Âge, il n’est pas étranger au support, il ne vient pas en sus, il en fait partie. Réalisé dans la même matière et en même temps, il est avant le texte, il le programme à l’instar des réglures. On comprend mieux alors ce jeu entre extérieur et intérieur, et les marges qu’il permet de faire exister. Enfin, l’économie doit aussi prendre en compte les ratures, les biffures, les erreurs – comment gérer l’erreur, notamment dans la sculpture ? – et l’inachèvement, qui semble rendre caduc ce qui avait été préparé. À cette économie générale, la poésie apporte ses propres règles.

C’est sur l’économie textuelle des inscriptions de consécration qu’Annick Gagné a porté la focale en s’intéressant à l’écriture sur ou hors de la bordure périphérique de ce type de textes. Comment se joue l’articulation entre le texte gravé à l’intérieur et celui en périphérie ? Les exemples de Montflans, Saint-Eulalie-d’Olt, Cheffes, Belpech ou Montierneuf à Poitiers offrent des cas de figure différents, suivant qu’il s’agit du même texte ou d’un ajout tardif qui, en venant se greffer, cherche à s’attribuer quelque chose de la première inscription. Porosité des frontières, relations centre/périphérie, enjeux sémantiques tout autant que graphiques de la notion de cadre, telles sont les questions que pose ce dispositif ni accidentel, ni anecdotique, mais permettant aux membres de la communauté de se mettre en relation avec l’événement fondateur de leur église.

Après l’économie textuelle, Marie Fontaine-Gastan est passée à une échelle plus vaste et a proposé de questionner la pertinence d’un corpus à travers la question de l’économie graphique. En passant au crible toutes les informations concernant la figuration funéraire dans l’église des Franciscains de Rothenburg (1285-1582) en Franconie (matériau, présence ou non d’un blason, d’une figuration, formulaire, type d’abréviation, ponctuation, langue employée, statut du défunt etc.), les éléments de sens peuvent ainsi être isolés et mis en relief pour l’ensemble du corpus.

Au-delà des corpus, le questionnement sur les modes graphiques et la gestion de l’espace avait jusque-là été peu posé par les épigraphistes byzantinistes. Arnaud Loaëc a donc proposé une histoire comparée, une histoire décalée, entre monde manuscrit et écriture épigraphique à Byzance du VIIe au XIIe siècle. L’observation de glissement des formes graphiques vers la pierre, du en partie à l’esthétique, en partie au pragmatisme, le renouvellement social de l’élite au pouvoir et de ses goûts – notamment au XIe siècle quand les bureaucrates de la chancellerie et de l’Église supplantent les militaires dans l’entourage de l’empereur – participent à l’évolution de l’écriture des inscriptions.

Sortant de l’écriture grecque et latine, la gestion de l’espace dans l’épigraphie runique a été traitée par Lucie Malbos. Cette écriture des pays nordiques, réduite au moment de la réforme carolingienne à 16 caractères (chaque graphème notant un son), peut être horizontale ou verticale. Elle est inscrite sur des supports bruts, dont la surface n’a pas été préparée. Les runes peuvent prendre place dans un dragon qui sert de ruban d’écriture. La gestion de l’espace lapidaire change avec l’insertion de multiples motifs iconographiques sur les autres faces : la pierre devient alors un grand livre ouvert, semblable à un livre enluminé, notamment par les entrelacs comme ceux que l’on trouve au même moment dans les manuscrits.

Les inscriptions des sceaux, souvent abimées par leur positionnement périphérique les rendant fragiles, ont été peu prises en compte par les sigillographes. Philippe Jacquet a proposé d’analyser l’économie de cette écriture sous l’angle de l’interférence entre texte et image et du rythme graphique. Divers éléments non alphabétiques scandent la légende et en articulent le sens : la croix placée à midi servant de point de départ, les points de la ponctuation pour montrer les séquences verbales et les mots, mais également les interférences des éléments iconographiques dans l’écriture. L’image – particulièrement dans les sceaux équestres – est de tempérament expansif : postérieur du cheval, puis épée, heaume ensuite viennent mordre sur l’espace de la légende.

L’économie graphique est aussi affaire de technique, comme le montre l’utilisation inhabituelle et pléthorique des points dans l’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, abbaye de chanoines réguliers dans le Cher, étudiée par Thierry Grégor et Estelle Ingrand-Varenne. L’observation des dix blocs de pierre inscrits au cours de la seconde moitié du XIIe siècle a permis de formuler plusieurs hypothèses : le rôle de certains points dans l’ossature des lettres par-delà la fonction d’ornementation ou de ponctuation, la mise en évidence d’un mode opératoire commun pour réaliser les inscriptions, malgré une maîtrise technique variable d’une pierre à l’autre. La technique des points pour relier les traits et former les lettres dans la pierre pouvait permettre aux scribes de se faire apprentis-graveurs, sans même connaître l’art de la sculpture.

Ce séminaire a aussi été l’occasion d’un focus sur l’article « Il a parlé par les prophètes » paru dans In-scription. Revue en ligne d’études épigraphiques. Son auteur Françoise Gay a présenté le résultat de sa recherche sur les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art du Moyen Âge occidental ; deux volets sont déjà en ligne, le troisième sera publié au cours du printemps.

Le prochain rendez-vous pour le séminaire permanent sur les écritures en dehors du monde manuscrit est fixé au vendredi 18 mai et aura pour thème « la création graphique ».

Séminaire SEMPER, 9 février : l’économie graphique

La deuxième séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se tiendra le vendredi 9 février au CESCM (salle Crozet). 

Après une première rencontre portant sur « Déterminisme, évolution, créativité : formes et ductus des lettres dans les inscriptions », cette deuxième séance propose un changement de focale en se consacrant à l’économie graphique entendue comme organisation, relations ou articulations entre les différents éléments de l’écriture. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace…

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h-10h20 : Introduction sur l’économie graphique des inscriptions

10h20-12h30 : Présentation de dossiers

  • Annick Gagné (L’écriture sur ou hors de la bordure de l’inscription de consécration, France Xe-XIIe s.)
  • Marie Fontaine-Gastan (Voir son corpus sous l’angle de l’économie graphique)
  • Arnaud Loaëc (Epigraphie byzantine)

Déjeuner

14h-14h45 : Focus sur l’article d’in-scription de Françoise Gay,  “Il a parlé par les prophètes”

14h45-17h30 : Suite de la présentation des dossiers

  • Lucie Malbos (Epigraphie runique)
  • Philippe Jacquet (Epigraphie sigillaire)
  • Thierry Grégor, Estelle Ingrand-Varenne (L’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, avec reproduction expérimentale d’une pierre)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

Questions d’écriture pour le premier séminaire SEMPER

Pour la deuxième année, le séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit s’est réuni à Poitiers le 19 octobre dernier pour sa première séance. Il est guidé par les mêmes principes d’une réflexion collective sur un thème particulier en jeu dans l’analyse des documents épigraphiques du Moyen Âge. Pour l’année universitaire 2017-2018, le thème retenu est celui de l’écriture, des moyens graphiques mis en œuvre pour la réalisation d’une inscription. Les prochaines séances auront lieu les 9 février et 18 mai 2018.

Après un rapide tour de table et quelques annonces concernant les colloques, les projets, les nouveautés bibliographiques et les activités du Corpus des inscriptions de la France médiévale, Vincent Debiais introduit la thématique de l’année, celle de l’écriture proprement dite, des lettres et de l’ensemble des dispositifs graphiques qui mettent en œuvre la trace écrite sur le matériau (comme la ponctuation, par exemple). On pourrait à ce titre se demander si les cadres, le décor, la réglure et la justification font partie de la matière graphique et, de façon générale, si la disposition du texte, la gestion de la ligne, des colonnes sont de l’ordre du graphique dans l’inscription. Doit-on considérer que toute intervention de l’outil sur le support est « graphique » ? Qu’en est-il alors de la préparation du support, de la délimitation d’un espace qui peut devenir « graphique » ? In fine, qu’est-ce qui relève de l’écriture, au sens restreint ou au sens large ? Au-delà des questions de périmètre, c’est bien la caractérisation d’une intervention mécanique qui est en jeu : le geste d’écrire doit-il prendre en compte toutes les étapes permettant de passer d’une surface anépigraphe à l’objet inscrit ? Ces questions se font jour dès que l’on cherche à savoir qui a écrit, mais aussi comment, pourquoi, avec quel savoir-faire, avec quels moyens, dans quel but, etc.

Cathédrale d’Otrante – la sirène

On pourrait penser que devant l’évidence du fait – une inscription est le produit d’un geste d’écriture – toutes ces questions ont été réglées depuis longtemps, ou du moins qu’elles ont fait l’objet d’études de fond, en première intention, depuis que l’on étudie le phénomène épigraphique ; et ce d’autant plus que l’épigraphie est « comprise » (dans tous les sens du terme) dans le faisceau des disciplines de l’érudition et qu’elle entretient de fait et par tradition des liens avec la paléographie en particulier. Ce n’est en réalité pas le cas et force est de constater que les questions paléographiques proprement dites ne sont pas du tout réglées, qu’elles n’ont jamais fait l’objet d’études spécifiques ou presque, et qu’on ignore beaucoup de choses quant à ce qu’écrire une inscription signifie. On voit, dans la bibliographie rassemblée par Robert Favreau en 1995, que les références bibliographiques sont assez anciennes, et qu’il s’agit, pour la plupart des titres, d’un catalogue des formes, de l’explication de leur genèse (date de leur apparition, formes connexes et dérivées), de leur regroupement en famille(s) ou en type(s) – l’exemple paradigmatique de cette approche étant l’ouvrage de Paul Deschamps Paléographie des inscriptions lapidaires en 1929, extrait de la publication du même titre dans le Bulletin Monumental. Depuis la publication de Robert Favreau, il y a assez peu de choses à signaler spécifiquement sur l’écriture des inscriptions en dehors de l’article « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques » dans la Bibliothèque de l’école des chartes en 2007 appelant à une étude plus générale de l’écriture épigraphique, et de l’ouvrage de synthèse de Walter Koch sur la paléographie lapidaire du Moyen Âge occidental. On trouverait en revanche parmi la bibliographie des choses ponctuelles sur un type d’écriture donnée ou sur un lieu, un monument.

Face à la diversité des formes et des fonctions des inscriptions médiévales, il est nécessaire de trouver des éléments communs, des dénominateurs dans les pratiques, depuis l’inscription informelle ou graffitée jusqu’au texte plus solennel avec mise en page élaborée et préparation d’une « page épigraphique ». L’écriture est quelque chose que l’on voit – signe visuel – et que l’on distingue de son environnement. C’est à la fois une trace (marque laissée par une action quelconque) et un tracé (représentation par une ligne d’un dessin) ; soit le produit d’une action mécanique et d’une perception sensorielle. L’écriture est à la fois l’action de représenter le langage par un système de signes, le produit de cette action et ses caractéristiques formelles. L’objet épigraphique envisage l’écriture sous ces trois aspects (action, produit, forme), et invite à distinguer ce qui relève de l’écriture et ce qui n’en est pas à proprement parler, mais qui peut intervenir dans la mise en place de l’écriture, qui peut faire signe et sens, mais qui n’est pas de l’ordre de la trace du langage (l’écriture en tant que signal par son image, sa disposition, sa forme…).

L’une des caractéristiques les plus marquantes de l’écriture épigraphique réside dans l’emploi de la majuscule, ou plus exactement d’une hauteur de lettres, d’un système à une hiérarchie connu sous les différentes appellations d’écriture monumentale, solennelle, d’apparat ou de distinction. Dans les textes en minuscules se pose la question de la qualification de ce type d’écriture. Le changement dans le module, l’allongement des formes, l’espacement des caractères n’entraînent-ils pas la création d’un type graphique particulier en fonction des implications techniques, du support, de la fonction ? De façon générale se pose la question d’une comparaison possible entre écriture épigraphique et écriture manuscrite, deux systèmes d’écriture analogues qui s’expriment au sein d’une même culture graphique. Il ne s’agit donc pas tant de comparer les formes entre inscription et manuscrit, mais plutôt de comprendre comment elles ont été utilisées sur les deux supports. Les conditions techniques ont-elles une influence telle qu’on produit nécessairement des écritures différentes d’un support à l’autre ? On peut légitimement en douter dans la mesure où les scripteurs produisent la forme qu’ils veulent là où ils veulent en fonction de leurs intentions, des objectifs et des moyens (techniques, économiques, savoir-faire). Est-ce à dire alors et a contrario que les méthodes de la paléographie traditionnelles sont tout à fait valides pour l’épigraphie ? On peut en douter également dans la mesure où l’analyse des formes et de la morphologie de l’écriture manuscrite est liée au geste qui l’a produit (avec la notion de « ductus » comme paradigme), et que ce geste diffère entre inscriptions et manuscrit.

Musée de Dreux – Inscription de fondation

On pourrait aborder cette question du rapport entre le geste et l’écriture – entre la lettre et le corps, pour le dire autrement – de bien des manières. Le contenu des colophons dans lesquels les scribes décrivent les souffrances endurées pendant la copie, la douleur de leurs muscles, les fatigues de leur corps, constitue une entrée possible. La forme de la lettre résulte de la trace laissée par le mouvement de l’instrument d’écriture, dans une relation kinésique entre la surface et l’acteur, une élaboration chorégraphique du langage. Le ductus de la lettre, soit l’ordre et le sens de tracé de chaque partie du signe, est l’indice de ce mouvement et réunit dans la forme le produit, l’acteur et le processus de l’écriture. Cette dimension créatrice et ordonnatrice de l’écriture fait qu’elle échappe aux limites des disciplines de l’érudition et qu’elle est véritablement un objet d’histoire.

Le paléographe français Jean Mallon, mort en 1982, a été le principal promoteur de l’attention à porter au ductus comme résultante fondamentale du geste d’écriture. En complément de son immense production bibliographique, il réalisa deux documentaires : La Lettre en 1937, une réflexion visionnaire sur l’évolution de l’écriture à travers le corps et les gestes du scribe ; Ductus en 1976, une sorte de testament synthétisant l’ensemble de ses réflexions sur le sujet. Si dans La Lettre, la trace écrite est ontologiquement liée à la main qui la produit, Ductus propose une vie de la lettre dans laquelle celle-ci est autonome, indépendante du support et du geste. Elle devient un objet pur que le cinéma anime à son tour. Il y a un basculement esthétique indéniable qui échappe en grande partie à la discipline paléographique. La lettre produit de l’ars ancien, objet d’histoire, retourne à la dimension artistique parce qu’elle est forme produite dans le matériau : le parchemin ou la pierre pour le Moyen Âge, la pellicule pour le film de Jean Mallon. Dans ce basculement, qui s’apparente en réalité à une restitution de l’essence sémiologique de la lettre, l’écriture perdure en tant qu’œuvre visuelle. La paléographie, elle, disparaît en tant que justification ; elle n’est plus qu’un outil. Dans la préface publiée en tête du recueil d’articles de Jean Mallon paru en 1982, quelques mois avant sa mort, il appelle à la création d’une science globale de l’écriture non pour s’ajouter à la paléographie mais pour la remplacer parce que tous ces objets, toutes ces lettres sont « pure histoire ».

“La lettre” de Jean Mallon (capture d’écran)

L’enjeu, dans l’attention aux formes de l’écriture épigraphique, est donc de rendre compte des spécificités éventuelles du geste et des formes produites, mais toujours dans le contexte médiologique de la communication médiévale. Si on doit envisager une histoire globale de ces phénomènes, une lecture des changements dans les formes de l’écriture, voire une évolution de l’écriture mérovingienne portant les traces de la cursive romaine à l’écriture minuscule gothique ou majuscule humanistique de la fin du Moyen Âge, il faut toujours prendre l’écriture dans le contexte de l’objet épigraphique envisagé lors du séminaire 2016-2017. L’écriture cursive minuscule sur une plaque de plomb pour une formule d’absolution, sur un objet soustrait à la vue et à la lecture des hommes, ne peut pas être envisagée de la même façon qu’un texte en majuscule sur une plaque de marbre insérée à la façade d’un édifice public. Deux gestes, deux objets, deux écritures, deux intentions de communication, deux mises en accord des moyens et des objectifs.

Ce postulat empêche une approche basée sur l’appréciation de la qualité de l’écriture qui, même tacitement, suppose une référence, un standard, une forme canonique… Or, tout cela est très difficile à établir sans produire non plus un discours objectif et explicite sur la forme, mais une construction heuristique sur des éléments qui échappent à une appréhension historique du phénomène graphique. Dans tous les cas, l’écriture, dans son résultat, en ce qu’il est soumis à l’expertise de l’épigraphiste ou du paléographe, est une équation à inconnues multiples ; et il faut admettre que plusieurs d’entre elles resteront inconnues, presque inaccessibles en dehors d’une extrapolation à partir de la forme. La question corollaire est celle de la description de ces phénomènes par le langage, et donc l’établissement d’un vocabulaire ou d’un lexique permettant de parler de l’écriture. Cet outil manque aujourd’hui pour l’épigraphie. Comment faire pour décrire l’écriture, pour passer de ce qui a été tracé, à ce que l’on voit, à ce que l’on étudie ? Les bases de données ne résolvent pas le problème puisqu’elles ne lèvent pas l’ambiguïté de la taxonomie, y compris quand elles fonctionnent sur le principe du thésaurus (qui est déjà une mise en boîte de l’écriture, et qui produit un système qui n’en est pas un…). L’idéal serait de se passer de la description par le langage, et de se baser sur une reconnaissance automatique et objective des caractères formels de l’écriture. Il semble que les résultats sont timides pour le moment, mais c’est déjà un résultat ! Qu’est-ce qui fait que l’écriture épigraphique possède ce caractère indomptable, au-delà des questions strictement techniques ? C’est ce que le séminaire de l’année 2017-2018 essaiera d’envisager au cours des trois séances de SEMPER.

Musée Sainte-Croix de Poitiers – Rodbertus

Au cours de la journée du 19 octobre, les différentes présentations ont permis d’aborder certaines de ces questions. Robert Favreau a ainsi retracé l’histoire de la paléographie épigraphique en constatant combien les travaux étaient encore partiels et en expliquant pourquoi les tentatives de systématisation avaient jusqu’alors échoué. Il a appelé, comme condition à une telle entreprise, à l’achèvement et à la mise en commun des corpus à l’échelle européenne afin de produire un panorama complet des pratiques graphiques dans les inscriptions. Thierry Grégor a quant à lui transposé les questions paléographiques du côté des aspects techniques et des liens entre l’outil et la forme. Il a ainsi avancé l’idée d’une pratique « canonique » de l’écriture épigraphique, mise en résonnance au Moyen Âge avec des formes innovantes de la gravure (nouveaux outils, nouveaux usages). Le lapicide sait s’adapter aux matériaux et produire, en fonction de ses besoins, la graphie qu’il convient. Estelle Ingrand-Varenne a consacré sa présentation à l’examen des bouts de ligne et à la gestion de l’espace graphique dans les inscriptions, en accordant du sens aux signes inscrits en fin de texte ou en de ligne. Elle a ainsi proposé de porter un nouveau regard sur des lieux graphiques qui échappent trop souvent à l’examen des épigraphistes. Arnaud Loaec a attiré notre attention sur les inscriptions monumentales des murailles de Constantinople. Ces textes byzantins sont faits de lettres grecques composées à partir de briques enchâssées dans les murs de la ville pour former des textes apotropaïques. Ils invitent à agrandir le spectre des pratiques graphiques avec cette écriture faite d’une juxtaposition de matériaux. C’est également ce qu’a envisagé Cécile Treffort avec deux lettres « inédites » dans la mosaïque de Gemigny-des-Prés. S’il est encore très difficile d’accorder une qualité à ces signes (s’agit-il vraiment de lettres ?) et encore plus de leur attribuer un sens, sa présentation a montré à quel point inscriptions et décor se mêlent pour former un objet complexe à la voûte de l’abside. L’écriture et l’image sont également combinées dans l’exemple des tissus à inscription coufique ou pseudo-coufique présentes dans les images de la reine Esther évoquées par Pamela Nourrigeon. L’emploi d’une graphie « étrangère », « inconnue » ou « exotique » permet, au-delà de son caractère illisible, de connoter la figure d’Esther d’une altérité au service d’un discours religieux ou spirituel original.

La prochaine séance, qui permettra de prolonger ces réflexions, sera consacrée à « l’économie graphique » entendue comme organisation, relation ou articulation entre les différents éléments de l’écriture des inscriptions. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace… Rendez-vous donc en février 2018 !

 

SEMPER, saison 2 – La matière graphique des inscriptions médiévales

Pour sa deuxième saison, le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se concentrera au cours de l’année 2017-2018 sur les questions paléographiques et l’étude des lettres composant les inscriptions du Moyen Âge. Il se réunira pour la première séance le jeudi 19 octobre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Qu’est-ce que l’écriture épigraphique ? Quelles sont ses principales caractéristiques ? Peut-on la distinguer systématiquement des pratiques manuscrites ? Y a-t-il une “écriture des inscriptions” ? La paléographie et ses méthodes peuvent-elles répondre aux questions de formes et d’évolution de l’écriture épigraphique ? La liste des interrogations quant aux moyens graphiques à l’œuvre dans les inscriptions médiévales est fort longue, et on ne peut qu’être surpris par la quantité d’inconnues qui subsistent aujourd’hui encore dans notre connaissance de l’écriture épigraphique…

Si la forme des lettres a  bénéficié d’une attention particulière, et ce depuis le début du XXe siècle, principalement dans le but de classer l’écriture pour dater les textes, les propriétés plastiques de l’écriture épigraphique restent encore très largement à décrire, à qualifier et à comprendre. Y a-t-il un lien entre le contenu du texte et la graphie employée dans l’inscription ? Les changements dans les formes de l’écriture sont-ils à mettre en relation avec une évolution générale des manières d’écrire au Moyen Âge ? Par-delà une approche exclusivement technique, indispensable dans tous les cas, de la matière graphique, on interroge l’histoire sociale et intellectuelle des pratiques écrites : qui écrit l’inscription ? Écrit-on une inscription comme on écrit un texte ? Comment apprend-on à tracer un texte sur la pierre ou le métal ? Il s’agira donc, au cours de l’année universitaire 2017-2018, de reposer les questions concernant l’écriture des inscriptions dans le cadre plus large de la culture écrite médiévale en analysant tous les aspects constitutifs de la lettre : sa forme, son ductus, sa mise en œuvre dans ou sur le matériau, son statut dans la perception de l’objet inscrit…

Comme lors de la première saison de SEMPER, le fonctionnement du séminaire repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. Le séminaire est donc conçu comme un lieu et un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

La première séance, consacrée aux aspects méthodologiques et aux liens entre paléographie et épigraphie,  se déroulera le 19 octobre prochain au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30. Le programme de la journée est disponible au bas de ce billet.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme 19 octobre

Dernière séance du séminaire SEMPER – Inscriptions et obituaires

Les deux premières séances du séminaire sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit portaient sur les notions de « support » et de « page », soit les deux éléments qui permettent au texte d’exister dans un lieu et dans une forme, d’acquérir une présence matérielle. Nous avons à cette occasion insister sur la dimension physique de l’écriture, sur son extension, sa relation avec un environnement matériel et avec les objets. D’une certaine façon, les questions qui ont émergé ont permis un retour aux fondements de l’épigraphie – cette écriture particulière parce que tout à fait matérielle – et simultanément un dépassement de la discipline, une attention plus grande à ce qu’implique cette matérialité en termes de sens. Qu’est-ce qu’écrire sur la pierre ? S’agit-il d’un geste graphique singulier ? Qu’est-ce qu’une ligne, qu’est-ce qu’un cadre ? Un retour donc au sens du geste d’écriture, dans tous les aspects de la production du signe dans le matériau. L’épigraphie apparaît ainsi comme l’étude d’une technologie particulière, celle de l’écriture dans le matériau, de ses outils, de ses savoir-faire, de ses implications anthropologiques. Penser une technologie, c’est penser l’objet, le sens et l’acteur à la fois, plutôt que la discipline ; c’est penser l’inscription dans l’histoire (sur la technologie et son implication dans l’humain, voir le beau livre de Jean-Claude Baudet, Le signe de l’humain. Une philosophie de la technologie, Paris, 2005).

Pour cette dernière séance de l’année, il fallait mettre toutes ces réflexions en perspective avec un type d’inscription, avec un domaine,  un champ de l’épigraphie, et ce non pas pour leur donner un ancrage documentaire particulier, mais plutôt pour mesurer comment les perméabilités observées d’un support à l’autre, d’une technique à l’autre, d’un contenu à l’autre, s’incarnent dans les objets graphiques.

La séance du vendredi 2 juin portait donc sur le domaine funéraire. La diversité de ce que l’entend par « funéraire » dans le domaine de l’épigraphie permet de mesurer l’étendue de cette « technologie ». On aurait pu choisir des domaines plus spécifiques, avec des inscriptions moins nombreuses, mais cette diversité permet d’envisager toutes ces perméabilités entre les différentes pratiques graphiques. Le domaine funéraire permet également de penser les différents aspects vus dans les autres séances : le matériau : sa présence avec la tombe, l’endotaphe, l’extension du texte, la mise en œuvre de l’écriture ou au contraire l’absence de matériau : l’épigraphie du manuscrit, la circulation des épitaphes, les compositions poétiques ; le lieu : lieu du corps, lieu de la mort et de l’inhumation, l’environnement funéraire, la topographie des textes, ce que les deux premières séances avaient mis en exergue avec la notion de « topologie de l’écriture » ; 3) à la confluence de ces deux notions, l’objet : la mise en œuvre d’un artefact pour la commémoration, l’établissement d’un objet, d’un marqueur dans l’espace, d’un signe, indice d’une absence et d’une présence à la fois.

L’écriture dans le domaine funéraire interroge aussi d’autres notions, ou plutôt d’autres relations :

  • l’écriture et le corps ;
  • l’écriture et le temps : celui de la mort et de sa mémoire, temps de la commémoration, entre actualité et éternité. L’écriture épigraphique est ainsi abordée dans sa capacité à durer, dans un inversement du paradigme de l’épigraphie : la raison du matériau dur et durable devient une mise en résonance des temps de l’écriture et de la mémoire. Livrer le souvenir au matériau, c’est le faire apparaître et le faire durer.
  • l’écriture et la présence : la capacité de l’écriture en tant que produit d’une technologie à contenir et faire apparaître ce qu’elle désigne, dans sa forme et dans son sens.

Le champ des questions posées est donc considérable. La journée a surtout permis d’aborder l’inscription funéraire dans ses liens ou ses relations avec l’obituaire, ce document contenant le nom des défunts et la date de la célébration de leur décès. Il peut prendre diverses mais il articule a minima ces deux notions : le nom et la date. La rencontre de l’écriture et du matériau permet une mise en ordre des informations, une pensée rationnelle du monde funéraire, souvent sous forme de listes organisées selon le déroulement du temps liturgique. Anne Rauner a montré dans sa présentation la diversité de ces livres, entre liturgie et comptabilité, mais elle a aussi pu établir des liens entre le livre et l’inscription funéraire, sous forme de renvoi graphique d’un support à l’autre. Marie Charbonnel, avec l’exemple de l’église des Dominicains du Puy, a donné un aperçu de cette mise en liste des mentions obituaires à l’échelle monumentale et sur le temps long ; les noms des défunts, organisés dans l’espace et dans le temps, proposent grâce à l’inscription une image du lignage dans le contexte de sa commémoration. C’est la même attention à l’environnement et à la spatialisation de la mémoire qui a guidé la présentation de Bénédicte Palazzo consacrée à l’Hypogée des Dunes, à son archéologie et à la mise en place des différentes inscriptions au cours du temps. Notion fondamentale quand il s’agit d’analyser les inscriptions funéraires, le « temps » a fait l’objet d’une étude originale de la part de Morgane Uberti à partir de la documentation aquitaine et hispanique de l’Antiquité tardive. Les formules de datation peuvent être appréhendées comme des outils de l’écriture épigraphique chargées de donner la date et d’inscrire le texte et son contenu dans un calendrier, mais aussi comme les indices d’une certaine conception du temps, d’une relation particulière de l’homme au système temporel dans lequel il vit. Le temps est toujours une affaire de choix et d’organisation dans l’écriture médiévale, et la série des épitaphes des prieurs de Grandmont étudiée par Manon Durier montre que les rédacteurs d’inscriptions ont manipulé et mis en forme ce temps pour produire une histoire de l’institution. Ces différentes présentations sont venues éclairer les propos introductifs de Cécile Treffort de toute la diversité des pratiques épigraphiques, et ont montré combien il restait encore à faire dans ce domaine. Dans tous les cas, on a pu constater que l’on bute aisément sur la notion d’usage : à quoi sert, du point de vue de l’information, ou de la communication, l’inscription obituaire ? Est-ce qu’on peut lui assigner une fonction ? Possède-t-on les moyens heuristique de parvenir à cette fonction ? C’est une question qui dépasse très largement la documentation funéraire, et qui invite à prolonger les réflexions.

Le séminaire SEMPER se réunira au cours de l’année universitaire 2017-2018, selon le même format et la même fréquence, pour se consacrer aux aspects graphiques et aux signes en présence dans l’écriture en dehors du monde manuscrit. Les séances se tiendront au CESCM le 19 octobre 2017, le 9 février 2018 et le 18 mai 2018.

 

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin

Retour sur le séminaire consacré à l’objet épigraphique

Le vendredi 3 février s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers la deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit (SEMPER). Retour sur cette journée consacrée à l’objet épigraphique…

La thématique 2016-2017 du séminaire “Matériaux et supports de l’écriture épigraphique” nous invitait à analyser les objets présentant des inscriptions ; ces “choses” aux formes et aux fonctions variées qui affichent, portent, exposent ou cachent de l’écriture. Conçue comme une journée de réflexion et d’échanges, cette deuxième séance a donc permis d’aborder un grand nombre de ces objets épigraphiques, des stèles grecques du IVe siècle avant J.-C. aux supports de la dévotion privée, au XVIe siècle de notre ère.

Un cadre pour les objets inscrits

Il fallait poser un cadre à notre réflexion ; c’est Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers, qui a ouvert la journée avec une présentation de l’objet dans la perspective d’Aby Warburg. De l’Atlas Mnémosyne au Rituel du serpent, Éric Palazzo a montré comment Aby ¨Warburg avait créé l’objet “savoir” en inventoriant, classant, organisant les objets étudiés, entre mémoire et création. La présentation d’Éric Palazzo a ainsi immédiatement placé la réflexion sur l’objet, inscrit ou non, dans un dialogue entre la démarche scientifique et le rapport du savant au monde qui l’entoure.

Dans un deuxième temps, ces considérations ont été replacées dans le domaine de la culture écrite médiévale, en s’interrogeant sur la définition de l’objet inscrit, avec une question sous-jacente : est-ce que séparer par l’écriture une quantité sur le matériau crée un objet graphique ? Il fallait bien entendu repartir des définitions de l’objet données par les anthropologues et les mettre à l’épreuve de la documentation écrite du Moyen Âge. La notice épigraphique du Corpus des inscriptions de la France médiévale a servi de fil rouge à l’examen des différentes composantes de l’objet épigraphique. Dans ces notices, on part d’une localisation géographique puis topographique – l’écriture est dans un lieu, elle occupe un espace (d’origine, premier, in situ ; ou replacé, délocalisé, extrait d’un contexte, remonté). Elle est associée à un bâtiment, à une construction, à un monument. L’inscription existe dans une topographie – le bâtiment qu’on lui rattache permet une situation absolue et relative de l’objet ; c’est un point dans une étendue que l’on peut décrire). L’objet épigraphique est dans un lieu ; l’inscription est topo-graphie. Elle existe dans un environnement, dans une globalité dont elle fait partie et qui établit des positions relatives ; l’inscription est placée par rapport à autre chose : un élément architectural, mobilier, graphique, gestuel… dans les trois dimensions de l’espace et dans celle du temps. L’objet inscrit possède ainsi une localisation et une position ; il occupe un espace et un lieu (voir à ce sujet Caroline Schärli, “Schrift als Teil der Architektur. Rekonstruktion und Analyse des karolingischen Titulus der Sylvesterkapelle in Goldbach im Kontext raumumfassender Monumentalinschriften der Spätantike und des Frühmittelalters”, Iconographica XIV (2015), p. 9-43).

Il est parfois très difficile d’identifier l’objet épigraphique : où commence-t-il ? où s’arrête-t-il ? La notice du Corpus des inscriptions de la France médiévale décrit pour cela un matériau, une forme, des mesures, un état de conservation. On décrit l’étendue d’une surface inscrite plutôt qu’on identifie la “chose” inscrite. C’est encore plus net s quand il faut décrire l’inscription dans les peintures murale : qu’est-ce que l’objet inscrit dans ce cas ? La démarche de la notice crée un objet, y compris quand on a une inscription insérée dans une structure. La fiche de terrain est un faiseur d’objet ; la visite de certaines réserves de musée met l’objet à l’épreuve de l’empilement, de l’accumulation, de l’entassement.

Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic
Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic

Les choses sont assez différentes pour les inscriptions placées sur des objets indépendants d’une structure architecturée, et peinte ou sculptée sur un élément mobilier. La relation de “contexte” peut concerner des environnements plus limités : une inscription sur un coffre de bois n’est en lien qu’avec le meuble ; une inscription sur une croix processionnelle n’est en lien qu’avec l’objet. Si c’est vrai pour les questions matérielles et la position du texte, ce n’est pas forcément le cas pour le sens du texte qui a tendance à dépasser largement parfois le lieu du texte. Le mot “objet” se retrouve alors au cœur d’une constellation d’autres mots : artefact, pièce, ustensile, élément, etc., qui désignent des choses assez différentes, et qui composent ou construisent leur propre environnement par des formes, des images, des usages, d’autres objets en relation.

Comme pour les inscriptions “immeubles”, les textes sur les objets vont participer à l’affirmation de cette dimension objectale, ou bien par des références internes (désignation de l’objet par des déictiques, description des matériaux ou des images) ou bien par des références externes (mention du fabricant de l’objet, de son commanditaire, de son propriétaire, références aux usages). De nombreux textes médiévaux façonnent un discours sur l’objet (au sens thématique) ; les inscriptions façonnent quant à elles un discours sur l’objet (au sens matériel) – elles sont un discours sur l’objet au carré, en quelque sorte, et réduisent la distance entre ce qu’elles désignent et le lieu depuis lequel elles le font.

L’objet interpelle son créateur ou son regardeur par l’intermédiaire de l’inscription ; la voix dans le texte s’adresse à l’objet, le qualifie ou le désigne directement. Dans l’action de la voix, l’écriture anime l’objet d’une vie propre et médiatise son agentivité. L’objet est non seulement distingué par la présence de l’écriture ; il est également animé par le contenu du texte. Les inscriptions tracées sur les heurtoirs de la cathédrale de Trèves sont tout à fait singulières à ce propos puisqu’elles font entendre les deux voix, la voix du regard porté sur l’œuvre d’abord, celle de l’œuvre elle-même ensuite : Quod fore cera dedit, tulit ignis et es tibi regdit. Magister Nicolaus, magister Johannes de Bincio nos fecerunt (« Ce que la cire t’a donné d’être, le feu l’a enlevé, et l’airain te le rend. Le maître Nicolas et le maître Jean de Bincio nous ont fait »).

Heurtoir de la cathédrale de Trèves
Heurtoir de la cathédrale de Trèves

La diversité des objets inscrits

On ne peut que constater l’immense diversité des “objets” inscrits, dans les tailles, les matériaux, les fonctions, le niveau de réalisation, l’occupation de l’espace par le texte (dialectique taille/échelle). L’écriture est, sur de nombreux objets, en petits caractères, parfois difficilement perceptibles, qui invitent en tout cas à ne pas envisager la publicité du texte comme sa seule raison d’être. L’inscription n’est souvent visible que par celui qui manipule l’objet – celui qui a véritablement l’objet devant lui (c’est l’étymologie du terme “objet”). Si l’inscription monument n’a pas nécessairement besoin de cela, l’inscription objet passe, pour sa lecture, par un contact rapproché avec le texte . Il faut réduire la distance physique avec l’objet (à l’inverse de la distance qui s’établit parfois entre l’objet et son évocation par le texte). À la différence de la plupart des inscriptions monuments, et à l’égal de ce qu’on pourrait trouver dans le monde manuscrit, l’écriture sur l’objet demande donc un contact physique et une manipulation ; se servir d’un objet inscrit, c’est mettre l’écriture en action. Il se produit un contact avec le corps pour les éléments de parure du vêtement, pour les instruments de dévotion, pour les reliures inscrites, pour les inscriptions sur les vêtements. L’écriture sur objet est donc une “épigraphie de contact”. Plus que jamais, elle articule un matériau graphique et un corps qui agit.

Fer à hostie du musée de Guéret
Fer à hostie du musée de Guéret

Toutes ces questions de manipulation, de contact, de changement de nature invitent à reconsidérer un certain nombre de dossiers thématiques : les fers à hostie qui, en plus de l’objet, posent la question de l’empreinte, de la matrice et du transfert d’un support à l’autre ; la peinture sur chevalet pour laquelle la peinture passe du monument à l’objet et pose de nouvelles questions, notamment après l’apparition de la perspective qui met à l’épreuve les plans d’écriture dans l’image, mais aussi les relations entre le tableau et son lieu d’accroche ; de façon générale, les inscriptions sur les textiles, sur la tapisserie, qui se trouvent véritablement à l’entre-deux du monumental et du mobile, avec une inscription qui s’enlève, se plie, se déplie, s’accroche et se décroche.

Des réflexions en contexte(s)

L’après-midi a permis de mettre ces grandes questions en perspective avec la documentation proprement dite au cours des présentations informelles et des échanges.

Marie Charbonnel a montré combien l’écriture sur les objets de la dévotion privée à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est liée à la manipulation des artefacts. L’inscription est alors au service d’un parcours spirituel menant au dévoilement et à une “mise en réseau” des textes religieux, de la Bible aux maximes, entre apprentissage de l’écriture et pratiques de la lecture.

En analysant la présence, la forme et le contenu des inscriptions placées dans les programmes peints des églises de l’arc alpin (XIVe-XVe siècle), Océane Acquier a proposé un changement d’échelle et mis en lumière une “iconographie de l’écriture” dans l’église – les mots peints sont des “objets” dans le discours en images, fortement liés à la prédication contemporaine et à la parole prononcée.

Le lien avec l’oralité a également été soulignée par Cheyenne Noël dans son exploration des patènes à inscription (XIIe-XIIIe siècle). L’objet manipulé au cours de la célébration de l’eucharistie renforce par l’inscription le discours théologique produit par les images sur la patène, et les gestes et les paroles du célébrant. Souvent illisibles, ces inscriptions n’en restent pas moins le signe du statut particulier de l’objet.

Avec la présentation de Delphine Ackermann, les stèles funéraires de la cité grecque d’Erétrie ont enrichi le panorama des objets épigraphiques envisagés jusqu’alors. La forme du monument, la constance de son décor, sa position par rapport à la sépulture font de l’objet épigraphique un “signal” dans la construction mémorielle. Delphine Ackermann a également insisté sur les phénomènes de remploi, de déplacement, de décontextualisation, très fréquents pour ces stèles.

En fin d’après-midi, Thierry Grégor a mis les objets “entre les mains” du lapicide et analysé comment ses gestes et leurs contraintes ont laissé des traces dans l’inscription. Tracée en un lieu et dans des circonstances particulières, l’inscription est toujours le produit d’une action du corps et c’est dans le produit de cette action que s’exprime la diversité des savoir-faire et des cultures graphiques médiévales.

Pour continuer…

Avec un tel panorama, il est bien difficile de faire émerger des données ou des constantes pour définir ou cerner l’objet épigraphique. Il se définit certes par une certaine occupation de l’espace ; un lieu en relation avec des éléments connexes ; une présence au monde, cadre de vie de l’objet, entre permanence et mutation. L’occupation de l’espace permet, sous une forme déterminée, des relations au corps : corps du scribe, corps de l’utilisateur de l’objet, corps du lecteur du texte. L’objet est une interface, entre appréhension et préhension.

Il ne s’agit pas pour autant de distinguer écriture monumentale et écriture sur objet pour établir des catégories documentaires, mais pour s’interroger plutôt sur ce que cette relation au matériau et au support indique des pratiques de la culture écrite médiévale ; et ce sous plusieurs aspects : phénoménologique (rapport à l’expérience du texte) ; social (possession, propriété, appartenance, délégation) ; culturel (qu’est-ce qu’écrire dans le mouvement des objets, de leur consommation, de leur fabrication, de leur destruction ?) ; pragmatique (que fait l’écriture sur ces objets ?)…

Réfléchir sur l’objet épigraphique dans son extension matérielle, dans sa mobilité, dans sa capacité à être manipulé, c’est s’interroger sur le lieu du texte, sa topologie, celle de sa genèse et de son usage.

L’objet épigraphique en question – CESCM, 3 février 2017

La deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra le vendredi 3 février au CESCM de Poitiers. Il sera consacré à l’objet épigraphique et aux questions soulevées par la rencontre entre la notion d’objet et le fait graphique au Moyen Âge.

Après avoir abordé en novembre dernier les questions relatives au support et à la page, la deuxième de SEMPER sera consacrée le 3 février prochain à la notion d’objet et sa relation à l’écriture. Il est bien souvent difficile de décrire avec précision ce sur quoi on a tracé des signes alphabétiques, et les mots “objet”, “artefact”, “œuvre”, “élément”, “partie” reviennent, souvent sans distinction,  pour identifier la “chose” sur laquelle le scripteur intervient pour faire apparaître les lettres.

Au-delà des questions de terminologie se tiennent les problématiques liées au “lieu” de l’inscription, à son environnement, à son contexte, aux relations entre le texte et ce qui l’entoure. Peut-on décrire une inscription sur un objet mobile (un calice, un reliquaire) comme on décrit un texte fixe encastré dans la structure d’un édifice ? Y a-t-il une différence de nature et/ou de fonction entre un texte que l’on porte (sur une plaque-boucle ou sur un vêtement) et un texte affichée face à soi (sur un mur, sur le sol, etc.) ? Les stèles qui se dressent dans un espace ouvert peuvent-elles avoir un autre statut que les dalles encastrées au sol dans un édifice ? Au-delà de la diversité de ces “objets” épigraphiques, il s’agira pour nous d’aborder les conditions dans lesquelles le texte occupe l’espace au Moyen Âge et ce que cette topologie induit sur la nature et le rôle de l’écriture dans la culture médiévale.

Cette séance se déroulera selon le même principe que la rencontre de novembre, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une présentation générale de la thématique dans le contexte de la culture écrite médiévale, suivie d’une réflexion plus spécifique sur la notion même d’objet (Éric Palazzo, “Aby Warburg et l’objet”). Après le déjeuner, des études de cas et des dossiers permettront de mettre cette question en perspective avec la documentation médiévale (mobilier liturgique, objets mobiles, aspects techniques, objets de dévotion) et au-delà (Delphine Ackermann, “Faire revivre les morts. Les stèles funéraires de la cité d’Érétrie (Grèce) dans l’Antiquité”).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme-3-fevrier

Séminaire du 23 novembre informations pratiques

La première séance du séminaire permanent consacré aux écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers le 23 novembre prochain (salle Berger, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30.

Les trois séances de l’année seront consacrées au thème suivant : “Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi- dans épigraphie)”. Pour la première séance du 23 novembre, nous réfléchirons ensemble à la question des matériaux. La diversité des matériaux employés pour l’écriture épigraphique met à rude épreuve les définitions de l’épigraphie, qu’elles s’attachent à la forme ou à la fonction de l’inscription. Nous y réfléchissons chacun de notre côté au gré de nos interrogations ponctuelles, mais récurrentes (cet objet est-il une inscription ? ce support est-il épigraphique ?) ; mais nous nous interrogeons peut-être encore plus fréquemment sur les rapports entre écriture et matière, entre le tracé et la forme des lettres et la nature et le sens du support. Cette séance sera donc l’occasion de mettre en commun nos réflexions sur le sujet, de façon très libre, à partir des exemples que vous avez vous-mêmes rencontrés.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme-23-novembre