Archives de catégorie : Séminaire SEMPER

SEMPER 26/11: Les graffitis, approche technique

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) reprend en cette rentrée 2020 pour une cinquième saison et poursuivra cette année le questionnement  lancé l’an dernier sur les « écritures éphémères? » et stoppé par le confinement.

La première séance, organisée conjointement entre le CESCM de Poitiers et le CRFJ de Jérusalem sera consacrée aux graffitis médiévaux. On classe volontiers les graffitis parmi ces écritures non destinées à durer, mais leur survivance jusqu’à aujourd’hui est sans doute la preuve du contraire. La première difficulté de ce type d’écrits est d’abord de les repérer et de les relever afin de les étudier, c’est pourquoi ce premier séminaire sera consacré aux questions techniques. Différentes expériences et expérimentations de terrain liées à l’imagerie seront présentées et croisées.

La séance aura lieu jeudi 26 novembre, de 14h à 16h, sous forme de webinaire via Zoom, ouvert à tous. 

Comme les années précédentes, ce séminaire/webinaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée aussi experte que bienveillante.

Lien :  https://us02web.zoom.us/j/89493005090?pwd=TzNSZGlwUi9XUE5VV1g4aHlsUlo5dz09

ID de réunion : 894 9300 5090
Code secret : 783474

Programme : 

  • Nicolas Mélard (Musée d’Histoire Naturelle de Lille), « Art rupestre médiéval – Archéologie des gravures et graffitis du château de Selles à Cambrai »
  • Antoine Cazin (La Fabrique des patrimoines de Normandie), « Évaluation de deux méthodes de relevés photographiques de graffitis – RTI et photogrammétrie »
  • Daniel Morleghem (Citeres-LAT), Clément Dussart (CESCM/CRFJ), « Numérisation photographique de graffitis : enjeux, méthodes et applications »
  • Jacques Baillargeat (CNRS/Institut PPRIME), Hervé Arlaud (CNRS/Institut PPRIME), « Transfert des techniques d’imagerie utilisées en mécanique des fluides aux prises de vues de graffitis » 
Essai lumière laser, église Saint-Hilaire, Poitiers, déc. 2019. Photo: Lisa Oriane Crosland.

Pour tout renseignement, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) 

WEBINAIRE : les videos en ligne

Le webinaire d’épigraphie, lancé de façon expérimentale durant le confinement, a bénéficié de  captations vidéos qui sont désormais en ligne sur UPtube, la vidéothèque de l’Université de Poitiers ; vous trouverez les liens ci-dessous pour chaque présentation : 

  • Maria Villano (docteure  en histoire de l’art, Università Ca’ Foscari Venise/Université de Poitiers), Courts-circuits temporels: l’ajout d’inscriptions sur objets remployés. Le cas des colonnes du ciborium de San Marco à Venise  (vidéo)
  • Martin Aurell (professeur d’histoire à l’Université de Poitiers, dir. CESCM), Des runes au latin : l’épée vous parle (vidéo)

  • Fabio Coden (professeur Université de Vérone), Épigraphes et dynamiques historico-artistiques dans la région vénitienne (XI-XIIe siècles) : Johannes Vidorensis et son fils Arpo, évêque de Feltre, entre achats de reliques et fondations de sanctuaires (vidéo)

  • Anna Lagaron (doctorante Aix-Marseille Université/IREMAM), Étude préliminaire des graffiti arabes de la Nativité et des routes de pèlerinages au Sinaï (vidéo)

  • Desi Marangon (docteure, Université de Padoue), Venice and Byzantium. Comparing alphabets and identities through the lens of epigraphical sources (vidéo)

Rappel du programme :  Webinaire_SEMPER_2020

Contact : Estelle Ingrand-Varenne  estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

SEMPER, du séminaire au webinaire

Le séminaire d’épigraphie SEMPER profite de ce temps de confinement (et désormais de déconfinement, mais toujours de travail à distance) pour repenser son fonctionnement et se doubler d’un webinaire. Ce nouveau séminaire en ligne, inspiré par d’autres webinaires, tel celui de Paul Betrand à l’Université de Louvain,  propose un format plus court (1h), plus souple et plus régulier. Les séances sont en deux parties : 30 minutes de présentation, suivies de 30 minutes de discussion.

Ce webinaire offre l’avantage de rejoindre et faire participer à distance les collègues français et étrangers qui n’auraient pas pu se rendre au CESCM, dans une perspective toujours interdisciplinaire. Ces premières séances sont expérimentales, mais l’enjeu est de poursuivre ce format – amélioré – l’année prochaine.  

Ce webinaire est ouvert à tous. Pour participer aux séances, il suffit de cliquer sur le lien Zoom affiché (c’est le même lien pour les 5 rencontres) : 

https://us02web.zoom.us/j/86715584326?pwd=QXlFbzRBRmswMFJzY2l0NmZCYmRJUT09

 

Programme : 

Mercredi 29 avril, 15h : Maria Villano (doctorante en histoire de l’art, Università Ca’ Foscari Venise/Université de Poitiers), Courts-circuits temporels: l’ajout d’inscriptions sur objets remployés. Le cas des colonnes du ciborium de San Marco à Venise 

Mardi 5 mai, 10h : Desi Marangon (docteure Université de Padoue), Venice and Byzantium. Comparing alphabets and identities through the lens of epigraphical sources

Mardi 12 mai, 10h : Martin Aurell (professeur d’histoire à l’Université de Poitiers, dir. CESCM), Des runes au latin : l’épée vous parle 

Vendredi 22 mai, 14h : Fabio Coden (professeur Université de Vérone), Épigraphes et dynamiques historico-artistiques dans la région vénitienne (XI-XIIe siècles) : Johannes Vidorensis et son fils Arpo, évêque de Feltre, entre achats de reliques et fondations de sanctuaires

Jeudi 28 mai, 14h : Anna Lagaron (doctorante en archéologie, Aix-Marseille Université – Iremam), Étude préliminaire des graffiti arabes de la Nativité et des routes de pèlerinages au Sinaï

La numérisation photographique au service de l’épigraphie

L’usage des technologies 3D (lasergrammétrie, photogrammétrie, RTI, visites virtuelles, etc.) connaît un fort développement depuis plus d’une dizaine d’années maintenant dans le domaine de l’archéologie. De la pièce de monnaie au bâtiment, du simple relevé à l’étude tracéologique, les éléments concernés et les applications sont nombreux. Si ces outils et techniques sont assez couramment employés en épigraphie antique et particulièrement dans le monde méditerranéen, cela ne semble pas encore être le cas en épigraphie médiévale. Les applications potentielles sont pourtant nombreuses pour des inscriptions gravées ou peintes caractérisées par un relief négatif ou positif aussi infime soit-il.

Nous présentons ici quelques essais de numérisation d’inscriptions lapidaires par photogrammétrie et Reflectance Transformation Imaging (RTI) réalisés dans le cadre d’une présentation de ces outils à des chercheurs du CESCM, mais aussi d’une réflexion autour de leurs apports et limites, ainsi que de la pertinence de leur mise en œuvre dans la chaîne opératoire épigraphique.

Continuer la lecture de La numérisation photographique au service de l’épigraphie

écritures éphémères ? CR I

Peut-on vraiment parler des inscriptions comme d’une écriture éphémère ? C’est cette interrogation, mêlant provocation et paradoxe en prenant à contre-pied un des éléments de la définition même de l’épigraphie, la durabilité, qui a été explorée lors de la première séance de séminaire. L’adjectif « éphémère » – étymologiquement qui ne dure qu’un jour – évoque le transitoire, le périssable, le fragile et le non répétable, et fait surgir des images de doigts traçant un message sur la buée d’une vitre, sur le sable, ou de reconnaissance de formes de lettres dans les nuages. Tracés plus que traces en réalité. L’écriture, à l’inverse, permet la répétition, assure la stabilité, tant temporelle que spatiale, rend permanent et durable un discours qui sinon s’évanouirait. Alors que l’éphémère semble échapper à tout type de média, les inscriptions permettent au contraire de transcender le temps et la matière, en particulier l’éphémère de la vie, du corps qui redevient poussière. À travers la question « écritures éphémères ? », c’est le rapport entre temps/temporalité et inscription qui est mis sous le feu des projecteurs. Cette question déjà largement abordée n’est pourtant pas épuisée, il reste des angles morts, notamment ceux concernant la temporalité propre de l’objet épigraphique, sa durée de vie, sa labilité, la pertinence ou l’obsolescence du message contenu sur la longue durée, la résistance du matériau, le temps de l’effacement pour ne donner que quelques pistes. Il s’agit donc de soumettre les quatre dimensions de l’inscription (matérielle, textuelle, contextuelle et fonctionnelle) au crible du temps long.

 

Pierres de différente dureté

Graver dans la pierre pour l’éternité ? A partir des inscriptions du cloître de Roda de Isabena en Espagne, Thierry Gregor explique les différents aléas qui peuvent altérer la pierre, car si le matériau brut semble pérenne et indestructible, les conditions réelles d’utilisation en modifient les qualités : le remploi et l’usure voire la désagrégation, à travers la patine, le chaulage, les maladies. Au début du processus, lorsque le bloc de calcaire est extrait de la carrière, il perd son eau de carrière ; puis, lors de la migration des sels minéraux entre l’intérieur et le parement de la pierre, se forme en surface une « peau » superficielle appelée le calcin. Deux mêmes blocs de pierre, suivant leur place dans un monument, ne subissent pas les mêmes contraintes et peuvent évoluer différemment : face au soleil, dans un endroit sujet au gel, positionnés en bas de structure, ou encore dans une étable où ils sont sujets à l’attaque du salpêtre. Les pierres environnantes jouent également un rôle, suivant la différence de dureté : la migration de l’eau est stoppée par une pierre plus dure et les échanges lors de cycles de gel, pluie, se font par la partie inférieure des blocs ce qui dissout la pierre. Les conditions environnementales, l’eau, les sels, les altérations biologiques et la pollution agissent sur la désagrégation des pierres. S’ajoute le rôle de l’homme : défauts de mise en œuvre, usage et changement d’usage, manque d’entretien, traitements inadaptés, fréquentation excessive et vandalisme. Que les problèmes soient d’ordre mécanique, physique ou biologique, ils entraînent des pathologies. 

Desquamation

La pierre peut perdre de la matière, connaître une altération chromatique ou des dépôts, comme encroûtement ou l’efflorescence, avoir une colonisation biologique par des algues, lichen, mousse ou moisissure etc. Plus de 70 pathologies existent et sont parfois concomitantes. Les centaines d’inscriptions du cloître de Roda, de l’incision à la gravure profonde, montrent les différents stades et états de conservation des pierres, certaines ayant subi des désordres allant de la simple usure à l’effacement quasi total. Une telle étude fine de la vie de la pierre apporte un éclairage nouveau sur l’histoire du cloître, ses démontages et remontages, subodorés lors de la dernière mission de terrain.

 

C’est un autre matériau que Marie Charbonnel a mis sur la table : la peinture monumentale, se demandant si ce médium devait être considéré comme moins durable que la sculpture. Contrairement à cette dernière, l’écriture ne prend pas forme par l’enlèvement de matière, mais par un ajout, de nature différente, sur une surface préparée à la recevoir. Les sépultures des grands prieurs de la commanderie hospitalière de Saint-Jean de Montbrison, siège de la langue d’Auvergne, montrent une cohabitation des messages gravés et peints, pensés comme un tout à la fin du XIIe et au XIIIe siècle. Ils n’étaient donc pas considérés comme différents dans leur rapport au temps. Il en va de même pour l’ensemble mémoriel d’Isabeau d’Arcourt comprenant peintures murales et plaque inscrite au XIVe siècle. Confie-t-on cependant le même message à l’un et l’autre médium ? Une inscription lapidaire peut d’ailleurs avoir recours à la peinture et la polychromie pour amplifier sa lisibilité. La plaque de fondation de Barthélémy Buyer, imprimeur, dans l’église Saint-Nizier à Lyon, a été réalisée au milieu du XVe siècle, et les lettres sculptées ont été remplies d’un enduit noir. La peinture peut surtout être recouverte par une autre couche de peinture qui vient par exemple remettre au goût du jour un thème iconographique comme au prieuré de Notre-Dame à Cloyes-sur-le-Loir, un premier Christ en majesté des XIe-XIIe s. est recouvert d’un second au tournant des XIIIe-XIVe s. Le degré d’épaisseur du palimpseste dépend surtout du degré d’occupation du monument. La peinture n’entraîne pas une logique d’effacement, mais de recouvrement partiel ou total ; elle permet justement les retouches, les reprises, et en ce sens peut être en permanence actualisée.

La cire est le troisième matériau traité grâce à l’intervention de Philippe Jacquet, « une écriture fragile pour le temps, le quotidien d’un restaurateur de sceaux ». La cire d’abeille est composée d’éléments organiques qui se détériorent facilement. Matériau de couleur jaune, elle est hydrophobe, et sa densité lui permet de flotter. Suivant la température, elle est solide, malléable ou liquide.

Sceau de Pierre de la Chatre, patriarche de Bourges

C’est une matière ductile. Pour réaliser les sceaux, elle ne s’emploie pas pure mais avec des pigments (terre colorée, minium, cinabre, vert de gris) qui viennent modifier son comportement. On y ajoute aussi des corps gras (suif de mouton), facilitant la mise en place du sceau.

Ces additifs modifient toutefois le vieillissement de la cire avec la perte des composants volatiles qui la rendent encore plus cassante. Les zones de vieillissements des sceaux peuvent varier, notamment autour des liens (lacs de soie, rubans tissés, cordelettes de chanvre, bandes de parchemins etc.), mais les légendes, étant habituellement une écriture périphérique, sont les plus souvent atteintes par la dégradation, que ce soit l’effritement, la perte de substance ou à cause d’un choc reçu. Les altérations peuvent donc être physiques, biologiques ou encore chimiques. La question de la fragilité et de l’altération du sceau n’est pas nouvelle et s’est posée dès le Xe siècle. Un sceau cassé, par exemple, met un jeu sa propre validité et en conséquence celle du document, l’un et l’autre faisant partie du même système. Témoignent de cette préoccupation de bonne conservation du sceau la nécessité de renforcer les inscriptions sur le contre-sceau, ou encore l’existence de petites boîtes en bois et de petits sacs de parchemins garnis d’étoupe.

            La seconde partie de la journée a porté sur l’actualité de la recherche en épigraphie. Annick Gagné a présenté les résultats de sa thèse de doctorat en cotutelle entre l’Université Laval à Québec et l’Université de Poitiers (soutenue le 18 décembre 2019 au CESCM), insistant sur les inscriptions de dédicace et la restauration sociale et matérielle de l’Église. Ces textes gardent la trace épigraphique du rituel qui opère une transmutation de l’espace, la maison de pierre bâtie par les hommes devenant Maison de Dieu. Une nouvelle typologie à partir de l’étude du formulaire de ces inscriptions liées à la consécration (environ 245 pour toute la France) a fait émerger les inscriptions « brèves » de dédicace, qui sont concentrées dans le sud de la France entre le IXe et le XIIs. (63 textes). Les éléments textuels fondamentaux – la date, le verbe de consécration, le nom du saint patron – sont similaires à l’ordre des informations du calendrier liturgique.

Inscription de Saint-Pierre-de-Bessuéjouls

Ces inscriptions ont donc une forme textuelle qui les distingue, à laquelle s’ajoute une irrégularité de l’écriture dans la plupart des cas. Certains supports et localisations ont été privilégiés pour placer ces textes, que ce soit pour leur valeur esthétique et symbolique, ou par leur association à un élément important, voire un élément pivot de la structure ecclésiale. Le support qui revient le plus souvent est la pierre d’appareil, appartenant au piédroit, au pilastre ou pilier ou au mur, mais les linteaux, les chapiteaux, les corniches et les autels sont aussi utilisés. En replaçant les objets-supports dans leur élément architectonique il est apparu clairement que ceux-ci sont liés à un lieu de passage, dont les principaux sont la porte et l’arc triomphal. Les inscriptions sur d’autres éléments, tels que le mur, une arcade aveugle ou encore la toiture, ont ensuite permis d’approfondir la signification de ce contexte. Sous le porche, sur l’arcade du mur nord, ou encore sur le mur de l’abside, elles sont toutes visibles avant de pénétrer dans l’église ou en franchissant la porte : elles s’imposent à la vue du fidèle avant ou au même moment où il aperçoit l’autel, qui contient les reliques des saints, qui ouvrent une autre porte, celle entre l’espace terrestre et l’espace céleste . Ces lieux apportent donc une charge symbolique supplémentaire – étroitement liée à la transformation et à la présence des saints dans l’édifice – à l’inscription brève de dédicace.

Morgane Uberti présente le projet Inscriptions de Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (IGAMA). L’épigraphie de cette période de transition est, en France, l’impensé des grandes entreprises éditoriales qui traitent soit de l’Antiquité classique (ILA-Inscriptions Latines d’Aquitaine, ILN-Inscriptions Latines de Narbonnaise), soit du Moyen Âge (CIFM – Corpus des inscriptions de la France médiévale). Le RICG – Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule, après la publication de trois volumes, est tombé en déshérence après 1991. Depuis deux ans, grâce au financement de la Fondation Vauchez (Balzan), la documentation réunie par les chercheurs du RICG (notes, clichés, relevés), matériau riche et inédit, a commencé à être collectée et archivée au CESCM et au Centre Camille Jullian à Aix. Un pré-inventaire des inscriptions est en cours, notamment pour les petits objets jusqu’alors exclus du RICG : ce fut le travail mené par Cheyenne Noel à l’automne 2018. Un projet inter-MSHS (Poitiers, Bordeaux, Aix) a été déposé dans le but de créer les conditions du lancement d’un véritable Corpus des inscriptions du Ve au VIIIe siècle en Gaule, et de fédérer les chercheurs concernés, les spécialistes des pratiques d’écriture, et les homologues étrangers (italiens, espagnols, allemands) pour penser un projet ultérieur à échelle européenne (ANR DFG). Il ne s’agit pas de relancer le RICG en tant que tel, mais de repenser l’ensemble de la documentation de cette période en ne se limitant plus aux seules inscriptions dites chrétiennes, participant ainsi aux réflexions épistémologiques sur la discipline épigraphique (sa nature, ses limites). La vertu de cette approche englobante est de mieux rendre compte de la diversité des pratiques et/ou cultures écrites entre Antiquité et Moyen Âge tout en s’interrogeant sur l’idée – répandue – d’un déclin culturel mesuré à l’aune unique de la disparition des inscriptions monumentales. La Gaule se présente par ailleurs à cette période comme un espace de mobilité (migrations germaniques) et de pluriculturalisme (langues, croyances) propice à des phénomènes d’hybridation dans les pratiques d’écriture, dont il reste à mesurer les modalités et les degrés.

SEMPER 29/11 : Écritures éphémères?

La première séance du séminaire SEMPER aura lieu vendredi 29 novembre, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h, sur le thème « écritures éphémères ».

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Introduction et premiers dossiers

  • Thierry Grégor, « Roda de Isabena, comment des inscriptions  gravées dans la pierre peuvent devenir éphémères : patine, chaulage, maladies »
  • Annick Gagné, « Inscription de dédicace et restaurations sociale et matérielle de l’Eglise : quelques exemples du sud de la France (IXe-XIIe s.) »

Dossiers de l’après-midi :

  • Marie Charbonnel, « L’inscription peinte et son rapport au temps »
  • Philippe Jacquet, « Maux de cire, une écriture fragile pour le temps »
  • Cheyenne Noël, « Les inscriptions de la Gaule chrétienne : réflexions sur l’établissement d’un pré inventaire »
  • Morgane Uberti, « Inscriptions tardo-antiques des Gaules : perspectives »

SEMPER SAISON 4: écritures éphémères ?

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2019-2020 sa 4e saison avec pour thématique « écritures éphémères ? ».

Comme l’année précédente avec l’épigraphie en mouvement, SEMPER propose de prendre à contre-pied un des éléments de la définition même de l’épigraphie, pour mieux l’explorer en profondeur : la notion de durabilité, renouvelée par les enjeux contemporains. A travers la question « écritures éphémères ? », c’est le rapport au temps (son action et sa maîtrise, entre pérennité et effacement), aux matériaux utilisés (le statut de la peinture notamment), l’érection de monuments temporaires à la fin du Moyen Âge, l’écriture spontanée des graffiti mais néanmoins durables ou encore les conditions de transmission des textes inscrits (survivant plus grâce au papier ou au parchemin que sur la pierre) qui pourra être interrogé.

La première séance se déroulera le vendredi 29 novembre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/).

Accueil à partir de 9h30, début des  travaux à 10h, fin de la journée 17h.

Il sera également possible de suivre cette séance via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

SEMPER: actualités de la recherche en épigraphie

La seconde séance du séminaire SEMPER « épigraphie en mouvement II », qui eut lieu le 12 juin, portait sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale, les articles et projets en cours. Six dossiers ont été présentés, juste achevé, en cours de publication ou en voie de dépôt.

Robert Favreau inaugure la journée par une réflexion sur les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales, tant à travers les personnages que les œuvres. De fait, nombre d’épitaphes de l’Occident médiéval convoquent les figures antiques pour la qualité morale, physique ou intellectuelle qu’elles représentent : Pâris, auquel est comparé Sanche III (+ 1063), incarne la beauté, Hector le courage impétueux, Cicéron l’éloquence etc. Henri II à Fontevraud apparaît tel un nouvel Alexandre par la reprise d’un distique de l’épitaphe du roi de Macédoine dans l’inscription funéraire poétique du Plantagenêt. L’Antiquité est aussi présente par les œuvres elles-mêmes : l’art d’Hippocrate, Galien, les noms des Sept Sages, ou encore l’histoire d’Achille. À ces figures antiques s’ajoutent les citations d’auteurs classiques, mais dont on ne sait pas toujours si leur connaissance est directe ou via un auteur du Moyen Âge : Homère, Virgile, Ovide, Horace sont les plus fréquents, Phèdre au réfectoire de Fleury, un distique de Caton dans le cloître de Charlieu, Lucain dans l’épitaphe du roi de Jérusalem, Amaury… Enfin, certaines œuvres antiques furent christianisées : les 27 vers des oracles sibyllins devenus prophétie chrétienne, à la façade de la cathédrale de Laon ou dans les peintures murales des Salles-Lavauguyon ; le Physiologus etc. [Cet article est désormais paru dans le Journal des savants, 2019, p. 92-124]

Clément Dussart présente les résultats de sa thèse de l’École nationale des chartes soutenue le 11 juin, sur les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude pratique et théorique. Partant du double constat que ces sources écrites sont mal étudiées et en voie de disparition, l’approche proposée se situe à la croisée de la paléographie, de l’épigraphie et de l’archéologie. L’identification des grands sites de gisement, tels les espaces carcéraux (château de Selles, tour des prisons à Auxerre, prison synodale de Sens par ex.) ou certains objets plus circonscrits comme les tables d’autels, montre immédiatement la polymorphie et la polysémie de cette écriture ordinaire, éphémère et libre, semblable de visu à ce qui relève du parchemin. Elle nécessite l’établissement d’une méthodologie éprouvée, pouvant servir ensuite à vaste échelle. Le château de Selles à Cambrai a fourni le terrain idéal: photos et/ou scan 3D, relevé à partir de l’image, notice pour chaque graffito et tableau paléographique pour comparaison sont les étapes nécessaires. Nombreuses sont les difficultés:  due à la dégradation, à la superposition des couches d’écriture et d’images, faisant l’effet d’un palimpseste. Mais sauvegardées, valorisées et bien exploitées, ces sources ouvrent un champ immense pour redonner voix aux oubliés de l’histoire.C’est sur une « star de l’épigraphie limousine » que Manon Durier s’est penchée : l’épitaphe de Ramnulfe dans l’abbatiale Saint-Pierre de Lesterps (généralement datée de la première moitié du XIIe s.), plus « utilisée » en réalité qu’étudiée. Au XIe s., la communauté de Lesterps, située aux confins des diocèses de Limoges et Poitiers (département actuel de la Charente), est en pleine refondation tant matérielle que spirituelle. Ramnulfe devient abbé des chanoines désormais réguliers. Tracés sur une pierre de grande taille (128 x 122 cm) format page, 7 hexamètres léonins à rimes riches mis en ligne forment son épitaphe. Les quatre premiers brossent un portrait du défunt en tant qu’abbé idéal représentant de la communauté, mis en valeur par la recherche graphique (jeux de lettres, caractères perlés voire végétalisés) et les trois suivants sont un appel à la commémoration, dans le cadre liturgique et communautaire (demande de chanter le Requiem). Mais pour cette commémoration, nécessité est de connaître la date de décès, or celle-ci semblait absente de l’inscription. M. Durier propose de voir dans la lettre I isolée verticalement entre deux séries de trois points verticaux le chiffre 1 : ce détail marginal fournit la clé de l’énigme, c’est au 1er août que la mémoire de Ramnulfe était célébrée. (CIFM I-3, Charente 28, p. 46-47)

C’est sur le courant d’études portant sur les migrations, les mouvements de peuplements, liés à l’actualité, et leurs traces épigraphiques que Cécile Treffort est revenue. Voyages aller-retour, itinérances de marchands ou d’artistes, déplacements définitifs forcés (déportations) ou volontaires (liés au mariage, à une fonction), les inscriptions révèlent une partie des indices plus qu’elles ne livrent de vraies explicitations sur ces déplacements. Une pierre de l’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf de Poitiers, aujourd’hui au Musée Sainte-Croix, commémore le moine Vitalis, un sacriste passé par Cluny, qui meurt à Poitiers, qui était d’origine vénitienne (CIFM I-1, 28, p. 46-47). On peut se demander qui décide de cette mention, exceptionnelle autant que l’origine même (extitit nacione venetus). La pratique anthroponymique est également utile pour voir les déplacements, surtout au haut Moyen Âge : les noms d’origine germanique sont un marquage fort, avant de devenir à la mode. Certaines formules suivent des groupes et les identifient ; tel est le cas de l’expression « sic obiit » dans l’épitaphe de Madalfredus, présente uniquement à Poitiers, Angers, Tours et en Catalogne. Des indices matériels ou graphiques peuvent enfin exprimer des déplacements : utiliser de l’ardoise pour l’épitaphe d’Adda au IXe s. (conservée au Musée Sainte-Croix de Poitiers), alors qu’on n’emploie que du calcaire en Poitou, montre l’origine angevine de la défunte (CIFM I-1, 28, p. 46-47). Il était sans doute évident pour le spectateur que ce support n’était pas local, peut-être rappelait-elle le marbre noir et les lettres pouvaient être peintes en doré. Mais qui a commandé la pierre ? Où a-t-elle été gravée, car cela demande de vraies compétences ?

Fausta Lastella a proposé un aperçu de l’ensemble épigraphique de l’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie). Autour de l’abbaye, à flanc de falaise, se trouvent de nombreux ermitages avec un potentiel épigraphique riche et encore non exploité. ces chapelles et pièces creusées dans la roche ou occupant des cavités naturelles, ont reçu des fresques et des inscriptions ainsi que des graffiti alphabétiques et figuratifs. Depuis les années 1990 elles sont nettoyées pour être sauvegardées. L’ermitage San Gregorio, le plus grand de l’ensemble avec 200 m2, montre une inscription de louange au Christ; celui du Moulin porte inscrit « in conceptione tua virgine« , tandis qu’une peinture de saint Jean-Baptiste donne une citation de l’évangile de Matthieu (XI, 11) « inter natos mulierum« . D’autres chapelles permettent de voir des graffiti figurant l’arche de Noé ou encore la Jérusalem céleste. Bref, un potentiel inexploité qui mériterait une étude approfondie, analysant et comparant les écritures afin de la dater et de comprendre la raison de ces messages.

A partir de son travail en cours (édition et étude) sur les inscriptions du Royaume latin de Jérusalem (1099-1291), Estelle Ingrand-Varenne prépare un nouveau projet intitulé GRAPH-EAST qui, en changeant d’échelles et de paradigmes, veut proposer une archéologie de cette écriture  épigraphique en alphabet latin et considérer les modalités de son insertion dans l’horizon sociographique de la Méditerranée orientale des 7e-16e s. C’est donc le contact, les relations et compétitions avec le grec, l’arabe, l’hébreu et les écritures des chrétiens orientaux (arménien, géorgien, syriaque etc.), qui est au cœur, pensé comme reflet des enjeux politiques et religieux, sociaux et culturels de cet espace.  Le projet vise 4 objectifs : 1) rassembler et éditer toutes les inscriptions et en partie les graffiti en caractères latins, conservés ou disparus, de la Méditerranée orientale, 7e-16e s. (2000-2500 textes); 2) étudier l’histoire de la réception de l’objet épigraphique dans une vision diachronique, du Moyen Âge à la sauvegarde actuelle du patrimoine, en passant par la création des collections muséales ; 3) penser l’épigraphie en mouvement et au prisme des transferts culturels entre Occident et Orient ; 4) proposer une histoire connectée des épigraphies en analysant l’écriture latine en interaction avec les écritures environnantes grâce à la création d’une équipe internationale.

Le séminaire SEMPER se poursuit en 2019-2020, avec une nouvelle thématique proposée à la rentrée.

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

La deuxième séance du séminaire SEMPER aura lieu mercredi 12 juin, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h. Elle portera sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Présentation des activités et premiers dossiers

Robert Favreau, « Les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales »

Clément Dussart, « Les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude théorique et pratique »

Manon Durier, « Épigraphie et liturgie : nouveau regard sur une star de l’épigraphie limousine »

Buffet au CESCM

14h-17h Deuxième session

Cécile Treffort, « Migrations »

Fausta Lastella, « L’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie) »

Estelle Ingrand-Varenne, « Comment traiter les inscriptions latines d’Orient ? Proposition d’un nouveau corpus et perspectives »

Épigraphie en mouvement 1 : compte rendu

C’est sur une thématique en apparence paradoxale que le Séminaire permanent sur l’écriture en dehors du monde manuscrit – SEMPER –  a choisi de s’attarder lors de cette première séance (22 novembre 2018). S’il y a bien une écriture que l’on croit naturellement liée à une certaine stabilité, une fixité, voire une immobilité, c’est l’écriture épigraphique, tant par sa pesante matérialité – en premier lieu la pierre – que par la persistance de certains choix d’écriture et de langage. Il y a pourtant bien du mouvement, des mouvements dans les inscriptions, ne serait-ce que celui de leur genèse. Comme tout acte d’écriture, l’inscription naît d’un mouvement : le geste technique à l’aide d’un outil dans une matière, qui va faire émerger des lettres sur un support. Mais plus encore, l’inscription peut être en mouvement et créer du mouvement ; et l’intérêt de ce thème est de penser l’épigraphie en termes de dynamique.

Estelle Ingrand-Varenne expose en introduction cette pluralité de mouvements : du déplacement occasionnel d’un support, qui fait partie de la vie de l’ « objet épigraphique », à la fréquence des mouvements des objets, par essence mobiles. En rester aux supports serait cependant nier la nature même de l’inscription, elle-même plurielle : matérielle certes, mais aussi textuelle, contextuelle et fonctionnelle. Le vagabondage des textes, leur circulation, tout comme la mouvance textuelle et le mouvement dans les textes sont aussi à prendre en compte. Cette première énumération amène à s’interroger sur ce que signifie « être en mouvement » pour une inscription. Les deux phases d’un objet, action et repos, posent la question de l’impact sur l’inscription qui s’y trouve : le texte est toujours présent, mais est-il plus actif, lorsque l’objet entre en action et accomplit ce pour quoi il est fait ? D’un autre côté, par sa fixité matérielle et donc temporelle, l’inscription permet de capturer le mouvement dans sa fugacité et lui donner accès à un autre type de temporalité. Dans le même temps, le mouvement permet peu la lecture : si on ne peut le lire, le texte agit-il tout de même ? S’ajoute enfin à cela l’animation du texte (mise en scène de la parole, mouvements des lettres faisant danser le regard). L’inscription peut aussi être génératrice de mouvement : qu’il soit physique, entrainant le lecteur à bouger autour du support, mais aussi intérieur (la rhétorique du « movere », des émotions) et spirituel (déclencher par exemple la prière ). Le thème du mouvement permet ainsi d’aborder de nombreux autres aux connotations diverses : déplacement, voyage, migration, transfert ; mais aussi action, interaction, animation, performance, agentivité etc.

Épée 849.48.4 avec ornement.Cliché : H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée – Grand Patrimoine de Loire-Atlantique

Symbole de l’élite guerrière chevaleresque, l’épée est aussi porteuse d’inscriptions, même si peu ont été conservées (sur les 37 épées provenant de l’Ouest de la France XIe-XVe s. étudiées dans le cadre d’un Master 1, seules 3 sont inscrites), comme l’explique Valentin Louineau. Le message gravé, réalisé par damasquinage ou avec des lettres d’acier incrustées (technique du soudage), prend en général place sur la gorge, mais avec le développement de l’arête médiane au XIVe s, elles se raréfient faute d’espace. Il peut s’agir d’une signature d’artisan (selon la formule nom + me fecit), ou d’un message religieux, souvent à caractère apotropaïque. Ainsi la reprise de l’incipit du Psaume 144, évoquant le combat, et qui était récité lors de l’adoubement, est courante. La majeure difficulté réside dans le déchiffrement et la compréhension des inscriptions très brèves : on ne peut identifier de mot, peut-être parce qu’il s’agit d’abréviations (tel DIC pour Dominus Ihesus Christus ?), ou parce que l’écriture n’est ici utilisée que pour sa valeur décorative, comme c’est aussi le cas sur certains bijoux.

C’est vers les sources littéraires, particulièrement les romans du Graal qui mettent beaucoup d’inscriptions en scène, que Laurence Doucet s’est tournée, pour comparer le texte gravé sur l’épée aux « Estranges Renges » (c-à-d aux attaches inhabituelles) dans le Joseph d’Arimathie (§ 267) et dans la Quête du Saint Graal (§ 282) au XIIIe s. Dans ces deux romans, qui s’inscrivent dans un mouvement de translation de la légende du Graal, passant d’un motif païen à un motif chrétien, l’épée intervient à deux reprises, temporellement très éloignées : Nascien la découvre dans le navire de Salomon, tandis que plusieurs siècles après Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur la trouvent à nouveau. Un long texte en lettres vermeil comme du sang se déploie sur la lame, le fourreau, la garde et l’étoffe de cette épée extraordinaire, décrite comme de la plus grande richesse. La vue de l’inscription provoque un rire d’étonnement et d’incompréhension chez les chevaliers et c’est la sœur de Perceval qui en fait le déchiffrement et l’interprétation. Utilisant le futur à visée prophétique, l’épée prévient et menace par la voix du métal, la voix d’un auteur masqué. L’inscription joue ainsi de multiples rôles : à la fois symbole et énigme, devinette et mythe, trace d’un forgeron lointain.

Laurent Hablot élargit la réflexion aux autres supports de guerre portant des inscriptions, tels les étendards, écrits emblématiques en mouvement. Signe vexillaire qui a pour but de guider les troupes, objet que l’on roule, déroule, penche, lève, l’étendard n’est pas restreint aux champs de bataille, mais est aussi utilisé dans les rituels d’entrée ou de funérailles. C’est quand le cri disparaît au XIVe siècle que l’emblématique développe un nouveau système de signes figurés : la devise, qui se trouve alors sur les vêtements, les bijoux, les décors, les tapisseries, en concurrence avec l’héraldique. Les étendards avec leurs emblèmes sont peu conservés mais bien documentés par la comptabilité, qui permet de s’apercevoir que cet écrit est bien lu, compris et interprété. Élément emblématique à part entière, cet écrit a perdu sa qualité sonore, mais s’appuie sur le visuel, ce qui interroge alors que l’étendard n’est jamais étendu réellement. Dans la société hypersemiotisée de la fin du Moyen Âge, où se développe également le portrait, l’omniprésence de ce type d’inscriptions en redondance avec l’héraldique invite à réfléchir sur son fonctionnement spécifique comme signe en mouvement.

Conques, Trésor de l’abbatiale. Reliquaire dit « A de Charlemagne » (c. 1100).

C’est au travers des reliquaires qu’Elisa Pallottini a analysé l’écriture en mouvement, en partant de trois notions clés : la portabilité /mobilité, l’hybridité (ce sont des objets composites, constamment refaits) et le fait d’être inscrit (« inscriptionality » : 73% des reliquaires des 4-12e s. ont une inscription). Les reliquaires participent de plusieurs mouvements : leur propre déplacement, celui des fidèles qui ont même une interaction physique (manipulation de l’objet), le transfert d’un texte sur des supports différents, ou encore l’ajout de spolia, par exemple sur le reliquaire A de Charlemagne à Conques. S’opère également un jeu entre contenant et contenu suivant la localisation et le texte de l’inscription. Celui-ci amène le lecteur de l’espace extérieur au plus intérieur, vers la relique, et propose un itinéraire qui devient voyage spirituel, de contemplation et d’élévation.

 

Cheyenne Noel poursuit la réflexion sur les objets sacrés en se focalisant sur les premiers objets liturgiques, leurs processus d’usage et le discours qu’ils portent : patènes, calices, peignes liturgiques, passoires, cuillères, couronnes votives, ciboires etc. utilisés pendant le rituel et pouvant être considérés comme prolongement de l’officiant lui-même, mais aussi nettoyés, rangés, empilés quand ils ne servent pas. Trois objets sont présentés : un peigne datant du 8e s. à la cathédrale de Sens, sur lequel la mention PECTEN S LUPI a été ajoutée dans la seconde moitié du Moyen Âge ;

RMN-Grand-palais-Musée-de-Cluny-Jean-Gilles-Berizzi

une passoire en argent du 6e s. avec le nom de saint Aubin (+ ALBINI) ; une longue nappe liturgique découverte à Cologne, brodée avant le 10e siècle.

La journée se clôt sur deux présentations de la recherche épigraphique en mouvement. Le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne – ou comment rationaliser l’éparpillement – est présenté par Arnaud Loaëc En 1966, Paul Lemerle écrivait, « l’épigraphie byzantine n’existe pas », signifiant ainsi l’inexistence d’un corpus harmonisé. 6 problèmes peuvent être identifiés pour en expliquer les raisons. 1) la variété des matériaux, des objets, des techniques : peut-on tout traiter de la même façon ? 2) Boires et déboires du matériel épigraphique : le problème des inscriptions perdues, transmises de manière indirecte, dont le degré de fiabilité est très variable ; 3) la dispersion des publications ; 4) la dispersion géographique : il ne s’agit pas que de l’empire, mais de l’épigraphie grecque médiévale, ce qui demande un traitement géographique ; 5) la dispersion chronologique : quelles bornes chronologiques retenir, alors qu’il existe des inscriptions byzantines jusqu’au XVIIe s. ? 6) Sur le plan numérique, quel langage utiliser ? Le plus répandu chez les épigraphistes est l’XML-TEI, alors que le langage employé par AL dans sa base de données est PHP et MySQL. La question de police imitative se pose également.

Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk présentent le projet ERC The Cult of Saints qui vient de s’achever, et l’intérêt des sources épigraphiques latines et grecques – raison de leur séjour à Poitiers. Le projet sur le culte des saints, mené par l’Université d’Oxford en partenariat avec les Universités de Varsovie et de Reading, portait sur les pratiques des origines au VIe s., dans l’ensemble du monde chrétien à partir des écrits en latin, grec, syriaque, copte et arménien (dont 1100 inscriptions, par exemple les noms de saints sur des lampes à huile en Égypte). La base de données a enregistré quelques 7000 saints et permet de montrer l’extension du culte de certains saints ou à l’inverse une dévotion très locale, mais aussi l’évolution de la forme même du culte (de la mémoire des martyrs à la vénération de saints intercesseurs et auteurs de miracles, le développement des reliques, la dévotion pour les lieux et images des saints). Ce projet ERC a aussi abouti à la publication de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’origine du culte des saints, des reliques, le culte dans les villes et villages ou sur des thèmes variés. Il a aussi entrainé de nouveaux projets : tel celui sur les prêtres en Occident dans l’Antiquité tardive mené par Robert Wiśniewski à Varsovie, qui prend appui aussi sur les inscriptions.

SEMPER 22/11 : L’épigraphie en mouvement

La première séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2018-2019 se tiendra le jeudi 22 novembre au CESCM (salle Crozet). 

La thématique « épigraphie en mouvement », volontairement vaste, a pour but de proposer une angle d’approche différent et dynamique des inscriptions, ces textes dont la pesante matérialité a souvent rimé avec l’immobilité. De quel mouvement, de quelle « mouvance », pour reprendre le mot de P. Zumthor, est-il question (matérielle, textuelle, contextuelle, fonctionnelle) ? Que provoque t-il/elle sur l’appréhension même du texte, de sa conception à sa réception, de son écriture à sa lecture ? En quoi cette mobilité, voire cette instabilité, est-elle féconde ? Permet-elle d’envisager différemment la documentation épigraphique, qu’il s’agisse d’objets mobiles ou de pierres et de vitraux  ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront au cœur de cette séance.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

Première session

  • Valentin Louineau (Les inscriptions dans la gorge des épées médiévales, XIe-XVe siècles)
  • Laurence Doucet (Présentation et comparaison des inscriptions sur l’épée et le fourreau de l’épée aux Estranges Renges dans Joseph d’Arimathie et dans la Quête du Saint Graal)
  • Laurent Hablot (Écrits emblématiques en mouvement)

Déjeuner

13h30-17h30 : Deuxième session

  • Elisa Pallottini (Writings in motion: inscriptions on portable reliquaries)
  • Cheyenne Noel (Les objets liturgiques, l’œil et le geste)
  • Arnaud Loaëc (Rationaliser l’éparpillement : le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne)
  • Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk (The Cult of Saints project: the Greek and Latin epigraphical evidence)

SEMPER saison 3 : L’épigraphie en mouvement

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2018-2019 sa 3e saison avec pour thématique « l’épigraphie en mouvement ».

À l’encontre de l’idée de stabilité, voire d’immobilité, tant physique que textuelle qui semble inhérente aux documents épigraphiques, cette première séance voudrait explorer les aspects mouvants des inscriptions : que ce soit à travers leurs supports mobiles (objets sacrés, armes, bijoux, reliures de manuscrits, textiles), le voyage des formules et leur variance, le transfert d’un même texte dans différentes matières, ou le déplacement d’un support inscrit et les conséquences du changement de contexte.

La première séance se déroulera le jeudi 22 novembre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/).

Accueil à partir de 9h30, début des  travaux à 10h, fin de la journée 17h30.

Il sera également possible de suivre cette séance via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Retour sur la création graphique -Séminaire SEMPER

Pour terminer ce parcours graphique sur l’écriture hors du monde manuscrit, le dernier séminaire de l’année 2017-2018 a porté sur la notion de « création », après avoir abordé celui de « lettre et ductus » et d’ « économie ». Si le mot « création » est souvent utilisé dans le domaine des arts et des lettres – ne parle-t-on pas de création artistique, de création musicale, de création littéraire ? – il est moins souvent associé à l’écriture, au profit du terme « évolution » désignant alors un processus général sur le temps long.

Avant d’aborder les cas d’étude et comprendre comment l’épigraphiste pouvait se saisir d’une telle notion, un regard décalé a été porté sur un créateur de caractères typographiques : Ladislas Mandel (1921-2006). Connu pour les alphabets qu’il a créés pour les annuaires téléphoniques (« Clottes », « Galfra », « Colorado »), cet ingénieux typographe d’origine hongroise a aussi livré une réflexion sur les écritures, leurs qualités optiques, leur lisibilité et les problèmes techniques rencontrés depuis l’âge de l’imprimerie. Un éclairage rétrospectif et stimulant pour lancer la discussion. La création au sens contemporain – les auteurs médiévaux l’abordant essentiellement d’un point de vue théologique – est une action volontaire pour concevoir, imaginer quelque chose de nouveau, pour donner une forme originale. Nombre de notions gravitent autour : invention, nouveauté, expérimentation, imitation, emprunt, variation.

Toulouse, Musée des Augustins, épitaphe de Bernard, sacriste de Saint-Etienne, 1163, cliché E. Ingrand-Varenne.

A partir d’un corpus d’environ 80 inscriptions toulousaines gravées, Eva Caramello propose d’interroger la notion de création/transformation en terrain lapidaire : quelle est sa nature ? Comment l’identifier ? Comment l’interpréter ? Cette notion touche l’ensemble des éléments de l’écriture tout comme le contexte (scéno)graphique : de l’épaisseur du trait à la mise en espace d’une inscription en passant pour l’alignement et l’équilibre des lettres, la présence d’une image ou de tout autre signe non alphabétique. Pour différencier et hiérarchiser les formes canoniques d’une lettre de celles relevant d’une fantaisie individuelle, E. Caramello propose un outil heuristique pyramidal distinguant graphème, ontographe, allographe et glyphe. Chaque production humaine étant unique, l’interprétation de la création peut s’étudier à travers les adaptations (courbure, inclinaison, brisure) et les ornementations (éléments adventices ne modifiant pas la structure).

C’est dans l’environnement monumental et topographique de la Constantinople des IXe-Xe siècles qu’Arnaud Loaëc a  analysé la création des inscriptions byzantines : lettres en relief, en or, champlevées. L’utilisation de ces procédés à des périodes très précises pose question, tout comme leur technique :  pourquoi graver si l’on met ensuite de l’or ? Comment expliquer la réapparition du relief à Byzance : origine hellénistique ? influence de l’Égypte alexandrine ? Ces diverses techniques, témoignages du remaniement des remparts par Théophile puis par Michel III, étaient utilisées pour des inscriptions placées des endroits stratégiques, comme les portes de ville, tel est le cas de l’édit conciliaire de 1166, vraie page de pierre en relief, affiché devant l’entrée de Sainte-Sophie.

Colonne du ciborium de Saint-Marc, Venise. Cliché : Luca Pilot.

La création des inscriptions sur les quatre colonnes du ciborium de la basilique Saint-Marc de Venise et l’articulation avec les images centrées sur la vie de la Vierge et du Christ, déjà sculptées, constituent le travail doctoral de Maria Villano. Tirant certainement leur source de textes apocryphes (proto-évangile de Jacques notamment), les inscriptions tissent des liens complexes avec les représentations, et n’ont pas de correspondance directe. Pour démêler les nombreuses hypothèses sur la provenance et la datation des colonnes, M. Villano propose de bien différencier la sculpture des scènes (probablement des Ve-VIe s.) des textes épigraphiques ajoutés bien après, au début XIIIe s., après le sac de Constantinople d’où viennent peut-être les colonnes.

Clément Dussart élargit la réflexion en abordant les graffiti de la période médiévale à la première modernité (VIe-XVIe siècles.). « Parent pauvre » de l’épigraphie traditionnelle, ce type d’écriture qui reste encore à définir précisément, relève bien d’un acte de création. Le château de Selles à Cambrai, ayant servi de prison pour des clercs, offre un site bien conservé et daté, montrant aussi l’urgence patrimoniale à analyser et préserver ce matériel longtemps laissé de côté, peut-être en raison du discrédit face à ce type d’écriture, qui n’est pas soumise à des normes, mais qui répond à des coutumes.

Graffito gravé dans une archère de la tour principale, portant la date de 1334. Cliché : Jean-Marie Périn.

C’est par opposition à l’inscription classique que C. Dussart a essayé de définir la nature du graffito, en passant au crible de nombreux critères, même si l’opposition binaire ne révèle que des tendances. Décision privée et non contrôlée, support par destination, délais court de réalisation, choix pragmatique des outils, même personne assumant les rôles d’auteur-ordinator-sculpteur, écriture livresque et documentaire, mise en forme variable, discours personnel, tels sont certains éléments cruciaux pour comprendre le geste comme le résultat de cette pratique graphique.

L’atelier d’épigraphie expérimentale tenu par Thierry Gregor, démontrant l’évolution de l’écriture dans la pierre et de la technique de taille et de gravure, a clos la séance.Le séminaire se poursuit l’an prochain au CESCM avec une première séance au mois de novembre (semaine du 19 au 23).

Pour plus d’information, pour intervenir dans les séances, les suivre  en direct ou pour Skype, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Séminaire SEMPER : la création graphique

La troisième séance et dernière du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2017-2018 se tiendra le vendredi 18 mai au CESCM (salle Crozet). 

Alors que les auteurs médiévaux ont davantage pensé la « création » d’un point de vue théologique, Dieu en étant le sujet, il s’agira ici d’utiliser ce terme dans son sens contemporain pour comprendre la capacité de l’écriture médiévale à générer et créer des forme et du sens, à montrer sa créativité, sans chercher à retrouver une intention créatrice. Tous les aspects graphiques peuvent être abordés : la création de nouvelles lettres ou de nouveaux alphabets, les assemblages de caractères dans les jeux de lettres recréant sans cesse l’image du mot, les nouvelles formes d’abréviations et les formules graphiques, jusqu’aux mises en scène originales du texte et agencements syntaxiques textes et images, entre gammes de variations et surgissement du neuf, combinatoires de variantes et re-création.

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

11h : Premier dossier

  • Eva Caramello (Création ou transformation ? L’évolution des graphies gravées à partir des exemples toulousains)

Déjeuner

13h30-17h : Suite de la présentation des dossiers

  • Arnaud Loaec (Création graphique et topographie à Constantinople aux IXe et Xe siècles)
  • Maria Villano (Les inscriptions des colonnes du ciborium de Saint-Marc à Venise)
  • Clément Dussart (Les graffitis)
  • Thierry Grégor (Épigraphie expérimentale : évolution de l’écriture et de la technique)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

L’économie graphique – retour sur SEMPER II

Après une première plongée dans la matière graphique lors du séminaire d’automne, la deuxième séance tenue le 9 février s’est concentrée sur « l’économie graphique », intitulé générique qui recouvre des pratiques diverses de la pratique écrite. Entre présentation générales et études de cas, la journée a soulevé de nombreuses questions méthodologiques.

Dans son introduction, Estelle Ingrand-Varenne rappelle que penser l’économie graphique, au sens de l’étymologie grecque, c’est d’abord penser l’écriture comme relation, comme articulation, comme circulation, traversée par différentes dynamiques et établissant une complicité dans la relation entre les signes et l’espace. Cette gestion peut aussi s’entendre comme une réduction, à laquelle les jeux de lettres et la brièveté des textes participent. L’économie graphique n’est pas autonome et a parti lié avec l’économie linguistique, technique et gestuelle, et sans doute avec l’économie de l’image. Dans cette acception large, l’expression « économie graphique » est donc proche de ce qu’Anne-Marie Christin a appelé « une grammatologie de l’espace inscrit ».

L’écriture telle qu’elle est envisagée ici est l’écriture alphabétique, guidée par une loi spatiale impérative : celle de la successivité des lettres, donc de la linéarité. Elle forme une ligne, qu’elle soit horizontale, verticale, ou diagonale, et assumant potentiellement toutes les formes. La difficulté des monogrammes est bien de retrouver l’ordre des signes. Plus qu’une ligne, cette successivité est en réalité un vecteur, un segment de droite orienté, avec un point de départ et une direction, ou plutôt d’une combinaison de deux directions : gauche à droite, droite à gauche, et de haut en bas et de bas en haut. Ces lignes virtuelles peuvent être soutenues graphiquement par des traits : les réglures. De simples tracés au vrai quadrillage, le soin dont elles bénéficient montre que leur rôle ne peut être réduit à celui d’auxiliaire, mais qu’elles sont la mise en voir de l’ordonnancement des lettres, une mise en voir destinée à produire du sens. La ligne fait aussi surgir l’interligne où peuvent se glisser des compléments patronymiques et des ajouts.

Inscription de dédicace et de fondation d’anniversaire, église de Cheffes (Maine-et-Loire), 1167. Cliché : Jean Michaud CIFM/CESCM.

S’intéresser à l’économie graphique des inscriptions permet de voir l’émergence de nouvelles entités : le mot, avec sa double facette intellectuelle et matérielle. Au moment où les autres sources écrites privilégient l’espace blanc, les inscriptions délimitent les frontières des mots ou des séquences graphiques grâce à des points. L’économie textuelle est aussi questionnée par certains textes composés de phrases dont l’articulation n’est parfois pas évidente, ni sur le plan linguistique, ni sur le plan graphique, car l’inscription ne montre pas visuellement son organisation en proposition, phrase ou paragraphe. Une des manières de faire voir le texte pourrait être le cadre, par son caractère de clôture. Or, le cadre en ce sens est une construction historique tardive. Au Moyen Âge, il n’est pas étranger au support, il ne vient pas en sus, il en fait partie. Réalisé dans la même matière et en même temps, il est avant le texte, il le programme à l’instar des réglures. On comprend mieux alors ce jeu entre extérieur et intérieur, et les marges qu’il permet de faire exister. Enfin, l’économie doit aussi prendre en compte les ratures, les biffures, les erreurs – comment gérer l’erreur, notamment dans la sculpture ? – et l’inachèvement, qui semble rendre caduc ce qui avait été préparé. À cette économie générale, la poésie apporte ses propres règles.

C’est sur l’économie textuelle des inscriptions de consécration qu’Annick Gagné a porté la focale en s’intéressant à l’écriture sur ou hors de la bordure périphérique de ce type de textes. Comment se joue l’articulation entre le texte gravé à l’intérieur et celui en périphérie ? Les exemples de Montflans, Saint-Eulalie-d’Olt, Cheffes, Belpech ou Montierneuf à Poitiers offrent des cas de figure différents, suivant qu’il s’agit du même texte ou d’un ajout tardif qui, en venant se greffer, cherche à s’attribuer quelque chose de la première inscription. Porosité des frontières, relations centre/périphérie, enjeux sémantiques tout autant que graphiques de la notion de cadre, telles sont les questions que pose ce dispositif ni accidentel, ni anecdotique, mais permettant aux membres de la communauté de se mettre en relation avec l’événement fondateur de leur église.

Après l’économie textuelle, Marie Fontaine-Gastan est passée à une échelle plus vaste et a proposé de questionner la pertinence d’un corpus à travers la question de l’économie graphique. En passant au crible toutes les informations concernant la figuration funéraire dans l’église des Franciscains de Rothenburg (1285-1582) en Franconie (matériau, présence ou non d’un blason, d’une figuration, formulaire, type d’abréviation, ponctuation, langue employée, statut du défunt etc.), les éléments de sens peuvent ainsi être isolés et mis en relief pour l’ensemble du corpus.

Au-delà des corpus, le questionnement sur les modes graphiques et la gestion de l’espace avait jusque-là été peu posé par les épigraphistes byzantinistes. Arnaud Loaëc a donc proposé une histoire comparée, une histoire décalée, entre monde manuscrit et écriture épigraphique à Byzance du VIIe au XIIe siècle. L’observation de glissement des formes graphiques vers la pierre, du en partie à l’esthétique, en partie au pragmatisme, le renouvellement social de l’élite au pouvoir et de ses goûts – notamment au XIe siècle quand les bureaucrates de la chancellerie et de l’Église supplantent les militaires dans l’entourage de l’empereur – participent à l’évolution de l’écriture des inscriptions.

Sortant de l’écriture grecque et latine, la gestion de l’espace dans l’épigraphie runique a été traitée par Lucie Malbos. Cette écriture des pays nordiques, réduite au moment de la réforme carolingienne à 16 caractères (chaque graphème notant un son), peut être horizontale ou verticale. Elle est inscrite sur des supports bruts, dont la surface n’a pas été préparée. Les runes peuvent prendre place dans un dragon qui sert de ruban d’écriture. La gestion de l’espace lapidaire change avec l’insertion de multiples motifs iconographiques sur les autres faces : la pierre devient alors un grand livre ouvert, semblable à un livre enluminé, notamment par les entrelacs comme ceux que l’on trouve au même moment dans les manuscrits.

Les inscriptions des sceaux, souvent abimées par leur positionnement périphérique les rendant fragiles, ont été peu prises en compte par les sigillographes. Philippe Jacquet a proposé d’analyser l’économie de cette écriture sous l’angle de l’interférence entre texte et image et du rythme graphique. Divers éléments non alphabétiques scandent la légende et en articulent le sens : la croix placée à midi servant de point de départ, les points de la ponctuation pour montrer les séquences verbales et les mots, mais également les interférences des éléments iconographiques dans l’écriture. L’image – particulièrement dans les sceaux équestres – est de tempérament expansif : postérieur du cheval, puis épée, heaume ensuite viennent mordre sur l’espace de la légende.

L’économie graphique est aussi affaire de technique, comme le montre l’utilisation inhabituelle et pléthorique des points dans l’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, abbaye de chanoines réguliers dans le Cher, étudiée par Thierry Grégor et Estelle Ingrand-Varenne. L’observation des dix blocs de pierre inscrits au cours de la seconde moitié du XIIe siècle a permis de formuler plusieurs hypothèses : le rôle de certains points dans l’ossature des lettres par-delà la fonction d’ornementation ou de ponctuation, la mise en évidence d’un mode opératoire commun pour réaliser les inscriptions, malgré une maîtrise technique variable d’une pierre à l’autre. La technique des points pour relier les traits et former les lettres dans la pierre pouvait permettre aux scribes de se faire apprentis-graveurs, sans même connaître l’art de la sculpture.

Ce séminaire a aussi été l’occasion d’un focus sur l’article « Il a parlé par les prophètes » paru dans In-scription. Revue en ligne d’études épigraphiques. Son auteur Françoise Gay a présenté le résultat de sa recherche sur les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art du Moyen Âge occidental ; deux volets sont déjà en ligne, le troisième sera publié au cours du printemps.

Le prochain rendez-vous pour le séminaire permanent sur les écritures en dehors du monde manuscrit est fixé au vendredi 18 mai et aura pour thème « la création graphique ».