Les inscriptions de Poitiers, fin VIIe-début XVIe s.

Alors que l’épigraphie médiévale française va bientôt fêter ses cinquante ans, ce volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale rédigé par Robert Favreau et consacré à la ville de Poitiers inaugure les Hors-Série. Premier terrain d’investigation des épigraphistes en 1974, Poitiers offre un patrimoine inscrit abondant, sans cesse enrichi par les récentes découvertes, à l’instar des peintures murales de la cathédrale Saint-Pierre ou de l’église Sainte-Radegonde.

La nouveauté de ce volume réside surtout dans l’élargissement chronologique, incluant désormais les derniers siècles du Moyen Âge, non édités jusqu’alors. Le XVe siècle représente à lui seul un quart de la documentation.

Cliché : Eva Avril.

C’est l’époque où la ville est capitale de l’apanage du duc Jean de Berry, puis capitale judiciaire de Charles VII, époque également où est créée l’Université dont témoigne l’inscription de la cloche, datée de 1451, installée au clocher de l’église Saint-Porchaire. De nouveaux types de textes apparaissent : les fondations pieuses, témoins du changement d’attitude devant la mort.

Toutefois, ce sont les XIe-XIIe siècles, période des grands chantiers poitevins, qui offrent le plus grand nombre de documents épigraphiques. La construction et les rénovations d’un certain nombre d’églises comme Sainte-Radegonde, Saint-Porchaire, Saint-Jean-de-Montierneuf, Saint-Hilaire, Notre-Dame-la-Grande ou, le baptistère Saint-Jean offrent l’occasion de réaliser de vastes décors sur les façades, les voûtes, les piliers inspirés de la Bible, de sermons et des vies de saints.

Saint Martin partage son manteau (fin XIe s.), peinture de l’église Saint-Hilaire. Cliché : Photothèque-CESCM.

Classés par lieux, ces 241 textes gravés dans la pierre, peints sur les vitraux ou l’enduit des murs, incisés dans le métal, lisibles encore sur des broderies, des émaux, une reliure et un tableau, proposent une promenade dans la ville dont ils racontent l’histoire à leur manière sur près de huit siècles.

Ce volume offre aussi une plongée dans le monde manuscrit à travers la réception et la transmission des inscriptions, recopiées ou dessinées du XVIIe au XIXe siècle. L’apport le plus important pour le relevé d’inscriptions poitevines est celui de François-Roger de Gaignères (1642-1715) qui a fait reproduire, par son dessinateur Louis Boudan, 23 tombeaux des églises de Poitiers, aujourd’hui disparus.

Grâce à la riche introduction qui les met en perspective, le lecteur trouvera dans l’ensemble de ces textes un  apport désormais essentiel pour l’histoire de la culture matérielle, écrite et visuelle du Moyen Âge, mais aussi pour l’histoire urbaine et sociale toujours à explorer.

Inscription sur une mesure à grain de la fin du XVe s. Musée Sainte-Croix. Cliché : Christian Vignaud.

 

3e journée de formation à TITULUS – 8 février

La formation et la réflexion autour des pratiques éditoriales en épigraphie médiévale se poursuit avec une 3e journée. Alors que TITULUS n’a pas encore pris son rythme de croisière, se pose déjà la question d’une part de l’élargissement à de nouveaux corpus, hors du CIFM, et d’autre part de l’utilisation d’une partie de ce schéma pour d’autres projets.

L’objectif de cette 3e journée de formation, qui aura lieu au CESCM le jeudi 8 février 2018 (salle Berger, 10h-17h) est de :

  • réfléchir ensemble aux modifications à apporter au schéma élaboré ;
  • penser l’accueil au sein de TITULUS de différents corpus (tout corpus épigraphique, du IIIe au XVIe s., d’Occident et d’Orient, peut être soumis à la réflexion) ;
  • apprendre à encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues, grâce aux propositions d’EpiDoc.

Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi les 2 premières séances pour venir ; si vous êtes intéressé ou avez des questions, n’hésitez pas à prendre contact avec Clara Renedo et moi-même.

Programme :

10h-12h30 : brain-storming sur l’élargissement de TITULUS (intégration des corpus de thèse et de master)

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-17h : encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues

  • Caractère abimé mais lisible
  • Caractère ambigu
  • Caractère perdu mais restituable
  • Caractère perdu non restituable
  • Ancienne et nouvelle lecture d’un passage perdu
  • Apprécier la longueur d’un passage perdu
  • Texte inachevé à l’époque médiévale
  • Conséquences sur le mot, le lemme, la traduction etc.

Contacts :

Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com

Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur public = 300 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 15 mars 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Séminaire SEMPER, 9 février : l’économie graphique

La deuxième séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se tiendra le vendredi 9 février au CESCM (salle Crozet). 

Après une première rencontre portant sur « Déterminisme, évolution, créativité : formes et ductus des lettres dans les inscriptions », cette deuxième séance propose un changement de focale en se consacrant à l’économie graphique entendue comme organisation, relations ou articulations entre les différents éléments de l’écriture. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace…

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h-10h20 : Introduction sur l’économie graphique des inscriptions

10h20-12h30 : Présentation de dossiers

  • Annick Gagné (L’écriture sur ou hors de la bordure de l’inscription de consécration, France Xe-XIIe s.)
  • Marie Fontaine-Gastan (Voir son corpus sous l’angle de l’économie graphique)
  • Arnaud Loaëc (Epigraphie byzantine)

Déjeuner

14h-14h45 : Focus sur l’article d’in-scription de Françoise Gay,  « Il a parlé par les prophètes »

14h45-17h30 : Suite de la présentation des dossiers

  • Lucie Malbos (Epigraphie runique)
  • Philippe Jacquet (Epigraphie sigillaire)
  • Thierry Grégor, Estelle Ingrand-Varenne (L’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, avec reproduction expérimentale d’une pierre)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).