Ecole thématique CNRS en épigraphie

EPI-MED

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

CESCM, Poitiers – 28 mai-1er juin 2018

Lundi 28 mai

9h    Accueil des participants et remise du matériel pédagogique

9h30   Présentation générale de l’école thématique

10h   Introduction générale : « Un regard rétrospectif sur l’épigraphie médiévale » (Robert Favreau) ; « L’épigraphie, histoire et recherche » (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Visite au Musée Sainte-Croix. « Conserver et mettre en valeur les inscriptions médiévales) ; visite au baptistère Saint-Jean ; séance de questions/réponses face aux inscriptions

Mardi 29 mai

9h   Accueil et visite du pôle documentaire Berthelot

9h30   Présentation des grandes collections épigraphiques, de la bibliographie, des outils de travail (Estelle Ingrand-Varenne, Vincent Debiais)

11h Mise en perspective de l’épigraphie médiévale avec l’épigraphie antique et l’épigraphie chrétienne (Alexandre Vincent, Morgane Uberti)

12h30   Déjeuner

14h   Travaux pratiques à la Société des antiquaires de l’Ouest : lecture, relevés (photographie, dessin, estampage) et techniques

Mercredi 30 mai

9h   Edition des inscriptions : méthode traditionnelle et encodage numérique (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Rédaction des notices (Vincent Debiais) et exploitation des corpus (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Promenade épigraphique dans Poitiers : Notre-Dame-la-Grande, Îlot des Cordeliers, Saint-Hilaire : lecture, mise en contexte monumentale, relations texte/image (Vincent Debiais)

17h30   Remise des exercices et des lectures à préparer pour le lendemain

Jeudi 31 mai

9h   Les aspects langagiers et linguistiques des inscriptions (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Les questions de datation (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Panorama des objets épigraphiques (Vincent Debiais)

16h   TD et TP d’édition, individuels et en groupe (Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort)

18h   Entretiens individuels avec les stagiaires

Vendredi 1er mai

9h   Présentation des relevés et des copies modernes à la Médiathèque de Poitiers

11h   Table-ronde : présentation d’études de cas en lien avec les centres d’intérêt des stagiaires

12h30   Déjeuner

14h   Récapitulation chronologie, paléographie, langue, formes (Vincent Debiais)

16h30   Conférence de clôture : « L’épigraphie dans la perspective des productions écrites médiévales » (Dominique Stutzmann)

18h   Clôture de l’école thématique

Contacts :

  • Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr),
  • Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Morgane Uberti et l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne (Antiquité tardive – haut Moyen Âge)

Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive, travaillera au CESCM durant 3 mois. Sa mission s’inscrit dans le cadre du projet d’inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne, projet rendu possible grâce au financement de la Fondation Vauchez-Balzan pour le développement des recherches en histoire religieuse du Moyen Âge.

Morgane, comment cette mission d’inventaire s’articule-t-elle avec votre parcours de chercheuse ?

J’ai soutenu en 2014 une thèse portant sur l’apport des inscriptions funéraire tardo-antiques et alto-médiévale des provinces d’Aquitaine Seconde et Novempopulanie, c’est-à-dire le sud-ouest de la Gaule, pour la connaissance de la culture écrite tardo-antique. Au côté de l’édition de la documentation funéraire, cette thèse a été l’occasion d’un rassemblement de toutes les inscriptions connues pour cette période dans la région. Cette mission fait bien sûr écho avec ce que j’ai déjà pu faire dans le cadre de la thèse, notamment la constitution du corpus.

J’ai continué à travailler sur la documentation épigraphique tardo-antique depuis, et je démarre aujourd’hui un projet sur les modalités d’expression du temps dans les inscriptions. Travailler sur ce pré-inventaire va me permettre de disposer d’une vision très globale de la documentation épigraphique tardo-antique et d’y trouver peut-être des éléments pour alimenter mes projets personnels.

Pourquoi réaliser un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne ?

Il n’existe plus aujourd’hui en France d’entreprise éditoriale un peu centralisatrice portant sur les inscriptions tardo-antiques et alto-médiévale des Gaules. La recherche continue de se faire mais elle se fait finalement de manière éclatée et nous ne disposons pas de vision très précise de l’état de la documentation.

http://plaques-boucles.chez-alice.fr/christ.html

Ce pré-inventaire des inscriptions permettra donc d’avoir une idée bien plus claire de la répartition de ce matériel épigraphique, en temps, en lieu mais aussi en termes de nature. L’intention est bien d’enregistrer tous les types d’objets épigraphiques : les inscriptions lapidaires, la vaisselle précieuse, les bagues, les plaques-boucles et j’en oublie sans doute !

Nous disposerons ainsi d’une première base qui rendra compte de la richesse et de l’extrême variété de la pratique épigraphique pour l’Antiquité Tardive et le haut Moyen Age. C’est un outil qui permettra aussi, je l’espère du moins, d’orienter les recherches futures.

Châsse Mumma, abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Cliché : CIFM/CESCM.
En quoi va consister votre travail ?

Les choses s’organisent sur quatre plans :

Établir un état de l’art bien sûr qui permettra d’une part d’établir de manière très précise le panorama disciplinaire, ses principaux acteurs et d’autres part de contribuer à l’établissement d’une trajectoire pour ce pré-inventaire.

Récupérer, trier et classer la documentation des chercheurs qui ont travaillé sur des corpus épigraphiques dans le cadre du Recueil des Inscriptions Chrétiennes de la Gaule. L’entreprise est en effet restée inachevée et les « anciens » ont accepté avec générosités de mettre à disposition leur fonds. C’est une mission de sauvegarde en quelque sorte.

Mettre en place l’outil de pré-inventaire et l’alimenter avec ce qui aura été trouvé dans les archives mais aussi à partir de mon corpus de thèse, ou encore des inscriptions inédites que les collègues archéologues nous transmettent. Il y a beaucoup à faire et les trois mois vont passer très vite mais il faut lancer les choses et pour le moins, les planifier d’emblée.

Je serai moi-même très occupée par un projet post-doctoral à partir de la rentrée à la Casa de Velázquez à Madrid, il faut donc préparer la possibilité que d’autres que moi puissent poursuivre ce pré-inventaire.  Il faut pour cela que les choses soient tout à fait en place et rendues efficaces au moment de mon départ.  A l’issue de la mission, une réunion de fin d’étape rassemblera les acteurs de l’épigraphie tardo-antique des Gaules ; il s’agit finalement de mettre en place les conditions d’un réseau de chercheurs autour de la question de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale en France.

Qu’est-ce qu’une tardo-antiquisante vient faire au CESCM ?

Mes liens avec le CESCM remontent aux premières années de ma thèse. Lorsqu’une tardo-antiquisante s’engage dans la discipline épigraphique, le CESCM apparaît comme un centre tout à fait fréquentable ! J’y ai trouvé beaucoup d’appui et une vraie richesse intellectuelle, auprès de toute l’équipe d’épigraphistes, si médiévistes soient-ils. Cécile Treffort m’a bien sûr mis le pied à l’étrier lors de mes premières années et les relations avec le CESCM n’ont cessé de se consolider au fil des années, dans le cadre de participation à des séminaires, des formations, des projets aussi. L’épigraphie de l’Antiquité tardive a toute sa place au CESCM et porter ce projet dans un environnement qui m’est devenu familier a vraiment du sens, tant humainement que scientifiquement. Enfin, je ne peux pas non plus taire le fait que je passerai une partie de mon temps de travail, en mission évidemment, mais aussi à Bordeaux et au laboratoire Ausonius, autre centre dédié à l’épigraphie, antique cette fois-ci.  D’une certaine manière, ce petit écart géographique entre un pôle bordelais et un pôle poitevin, entre Antiquité et Moyen Âge est presque métaphorique de la place qu’il reste à trouver à l’épigraphie tardo-antique. Plus sérieusement, je crois que cela est le signe de la nécessaire prise en compte de la pratique épigraphique sur un temps long : antique, tardo-antique, médiéval. S’il existe une épigraphie tardo-antique, elle ne peut être pensée indépendamment de ce qui la précède et lui succède et c’est peut-être tout le sens du développement d’un tel projet au CESCM.

Inscripthèque – nouveautés

L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500,  répertoires des formules et des références bibliques et archives de Robert Favreau.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du premier semestre 2018. L’ensemble de tirés-à-part, thèses et mémoires en épigraphie est consultable sur la page de l’inscripthèque du site du CESCM.

Articles

  • Barroca Mário Jorge, « A Medieval Prayer Finger Ring from São João de Tarouca (Portugal) », The Archaeology of Medieval Europe, Martin Carver, Jan Klápště ed., 2011, p. 432-433.
  • Barroca Mário Jorge, « Epígrafia e Heráldica no Portugal Medievo », Casa Nobre : Um património para o futuro: 2º Congresso Internacional, Arcos de Valdevez, 2011, p. 415-431.
  • Barroca Mário Jorge e Varela Fernandes Carla, « Uma imagem de S. Bartolomeu do MNAA: questões em torno da estética, iconografia e importância do culto nos anos do românico », Imagens e Liturgia na Idade Média, Bens Culturais da Igreja, n°4, 2015, p. 89-108.
  • Béroujon Anne, « La présence scripturaire des morts. La diffusion de l’épitaphe à Lyon entre xiiie et xviie siècles », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 30 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/271 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.271
  • Billen Claire, « Dire le Bien Commun dans l’espace public. Matérialité épigraphique et monumentale du bien commun dans les villes des Pays-Bas, à la fin du Moyen Âge », De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.)/Discours et pratique du Bien Commun dans les villes d’Europe (XIIIe au XVIe siècle), É. Lecuppre-Desjardin, A.-L. Van Bruaene (eds.), Turnhout, Brepols, 2010, p. 71-88.
  • Bush Olga, « Poetic Inscriptions and Gift Exchange in the Medieval Islamic World », Gesta 56, 2, 2017, p. 179-197.
  • Debiais Vincent, « Essay on a Visual Perspective of Medieval Writing », Byzantine and Post-Byzantine Art : Crossing Borders, Emmanuel Moutafov, Ida Toth, Sofia, 2018, p. 129-150.
  • Felle Antonio Enrico, « Words and Images in Early Christian Inscriptions (3rd-7th Century) », Byzantine and Post-Byzantine Art : Crossing Borders, Emmanuel Moutafov, Ida Toth, Sofia, 2018, p. 39-67.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Inscriptions encadrées/encadrantes. De l’usage du cadre dans les inscriptions », Apta compositio. Formes du texte latin au Moyen Âge et à la Renaissance, ed. Christiane Deloince-Louette, Martine Furno et Valérie Méot-Bourquin, Genève : Droz, 2017, p. 69-90.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Parcelles de mots et de lieux saints. La croix-reliquaire de Brageac », Museikon, Alba Iulia, 1, 2017, p. 19-24.
  • Jacob André, « L’invocation de Léonce », Rivista di studi bizantini e neoellenici, 53, 2016, p. 137-150.
  • Jacob André, « I graffiti latini nella cappella di San Nicola di Celsorizzo ad Acquarica del Capo e la riapertura del santuario nel Cinquecento », Bollettino Diocesano. S. Maria de Finibus Terrae, 2017, p. 321-330.
  • Jourd’heuil Jean-Vincent, « Une pierre funéraire faussement attribuée à saint Guillaume de Donjon, archevêque de Bourges (+ 1209) », Cathédrale de Bourges, I. Jourd’heuil, S. Marchant, M.-H. Priet ed., Tours, PUFR, 2017, p. 109-146.
  • Marek Lech, « The Blessing of Swords. A New Look into Inscriptions of the benedictus-Type », Acta Militaria Mediaevalia, vol. 10, 2014, p. 9-20.
  • Mineo Émilie, « L’artiste lettré ? Compétence graphique et textuelle de l’artiste roman à travers les signatures épigraphiques », Entre la letra y el pincel : el artista medieval. Leyenda, identidad y estatus, dir. M. Castiñeiras, El Ejido (Almería) : Círculo Rojo, 2017, p. 77-91.
  • Mineo Émilie, « La firma d’artista nella Francia romanica. Problemi, forme, funzioni », Venezia arti, 26 (numéro spécial : La “firma” nell’arte. Autorialità, autocoscienza, identità e pubblicità degli artisti, dir. G. M. Fara, S. Riccioni, N. Stringa), 2017, p. 49-64 [disponible également en ligne : http://doi.org/10.14277/2385-2720/VA-26-17-3].
  • Mineo Émilie, « Le vocabulaire de la création artistique dans les signatures épigraphiques du Moyen Âge central », Créer. Créateurs, créations, créatures au Moyen Âge, actes des journées d’étude du groupe Questes, dir. E. Banjenec et al. Paris : PUPS, [accepté, à paraître].
  • Pierno Marida, « Culti ed epigrafi : la produzione epigrafica durante il pontificato di Pasquale (1099-1118), Temporis Signa. Rivista del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo di Spoleto, IX, 2014, p. 145-162.
  • Pringle Denys, « Notes on Some Inscriptions from Crusader Acre », In laudem hierosolymitani. Studies in crusades and medieval culture in honour of Benjamin Z.Kedar, Iris Shagrir, Ronnie Ellenblum and Jonathan Riley-Smith ed., 2007, p. 191-209.
  • Pringle Denys, « King Richard I and the walls of Ascalon », Palestine Exploration Quarterly, 116, 1984, issue 2, p. 133-147.
  • Rhoby Andreas, « “When the year ran through six times of thousands …”: The Date in (Inscriptional) Byzantine Epigrams », “Pour une poétique de Byzance”. Hommage à Vassilis Katsaros (Dossiers byzantins 16), St. Efthymiadis et al. (eds.), Paris, 2015, p. 223–242.
  • Toth Ida, « Reflections on a period of transformation in early Byzantine epigraphic culture » in: C. Stavrakos, ed., Inscriptions in Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art, Wiesbaden 2016, p. 17-40.
  • Treffort Cécile, « Une nouvelle inscription d’époque franque découverte à Tyr », Sources de l’histoire de Tyr. II. Textes et images de l’Antiquité au Moyen Âge, Pierre-Louis Gatier, Julien Aliquot et Lévon Nordiguian éd., Beyrouth, Presses de l’Université Saint-joseph et Presses de l’Ifpo, 2017, p. 131-133.
  • Zozaya Montes Leonor, « Epiteca : una ludoteca virtual para reforzar conocimientos de epigrfía romana », VII Jornadas Nacionales de Ludotecas. Ponencias y comunicaciones, coord. Pedro J. Lavado Paradinas, Victor Manuel Lacambra Gambau, 2014, p. 155-170.

Ouvrages

  • Favreau Robert, Corpus des inscriptions de la France médiévale. Hors-Série : Poitiers VIIIe-XIIIe s., Paris, CNRS éditions, 2017.
  • Ingrand-Varenne Estelle, Langues de bois, de pierre et de verre. Français et latin dans les inscriptions, Paris, Classiques Garnier, 2017.
  • Swift Helen J., Representing the Dead. Epitaphs Fiction in Late-Medieval France, Cambridge, Brewer, 2016.

Séminaire SEMPER : la création graphique

La troisième séance et dernière du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2017-2018 se tiendra le vendredi 18 mai au CESCM (salle Crozet). 

Alors que les auteurs médiévaux ont davantage pensé la « création » d’un point de vue théologique, Dieu en étant le sujet, il s’agira ici d’utiliser ce terme dans son sens contemporain pour comprendre la capacité de l’écriture médiévale à générer et créer des forme et du sens, à montrer sa créativité, sans chercher à retrouver une intention créatrice. Tous les aspects graphiques peuvent être abordés : la création de nouvelles lettres ou de nouveaux alphabets, les assemblages de caractères dans les jeux de lettres recréant sans cesse l’image du mot, les nouvelles formes d’abréviations et les formules graphiques, jusqu’aux mises en scène originales du texte et agencements syntaxiques textes et images, entre gammes de variations et surgissement du neuf, combinatoires de variantes et re-création.

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

11h : Premier dossier

  • Eva Caramello (Création ou transformation ? L’évolution des graphies gravées à partir des exemples toulousains)

Déjeuner

13h30-17h : Suite de la présentation des dossiers

  • Arnaud Loaec (Création graphique et topographie à Constantinople aux IXe et Xe siècles)
  • Maria Villano (Les inscriptions des colonnes du ciborium de Saint-Marc à Venise)
  • Clément Dussart (Les graffitis)
  • Thierry Grégor (Épigraphie expérimentale : évolution de l’écriture et de la technique)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).