SEMPER 26/11: Les graffitis, approche technique

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) reprend en cette rentrée 2020 pour une cinquième saison et poursuivra cette année le questionnement  lancé l’an dernier sur les « écritures éphémères? » et stoppé par le confinement.

La première séance, organisée conjointement entre le CESCM de Poitiers et le CRFJ de Jérusalem sera consacrée aux graffitis médiévaux. On classe volontiers les graffitis parmi ces écritures non destinées à durer, mais leur survivance jusqu’à aujourd’hui est sans doute la preuve du contraire. La première difficulté de ce type d’écrits est d’abord de les repérer et de les relever afin de les étudier, c’est pourquoi ce premier séminaire sera consacré aux questions techniques. Différentes expériences et expérimentations de terrain liées à l’imagerie seront présentées et croisées.

La séance aura lieu jeudi 26 novembre, de 14h à 16h (heure française), sous forme de webinaire via Zoom, ouvert à tous. 

Comme les années précédentes, ce séminaire/webinaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée aussi experte que bienveillante.

Lien :  https://us02web.zoom.us/j/89493005090?pwd=TzNSZGlwUi9XUE5VV1g4aHlsUlo5dz09

ID de réunion : 894 9300 5090
Code secret : 783474

Programme : 

  • Jacques Baillargeat (CNRS/Institut PPRIME), Hervé Arlaud (CNRS/Institut PPRIME), « Transfert des techniques d’imagerie utilisées en mécanique des fluides aux prises de vues de graffitis » 
  • Nicolas Mélard (Musée d’Histoire Naturelle de Lille), « Art rupestre médiéval – Archéologie des gravures et graffitis du château de Selles à Cambrai »
  • Discussion
  • Antoine Cazin (La Fabrique des patrimoines de Normandie), « Évaluation de deux méthodes de relevés photographiques de graffitis – RTI et photogrammétrie »
  • Daniel Morleghem (Citeres-LAT), Clément Dussart (CESCM/CRFJ), « Numérisation photographique de graffitis : enjeux, méthodes et applications »
  • Discussion
Essai lumière laser, église Saint-Hilaire, Poitiers, déc. 2019. Photo: Lisa Oriane Crosland.

Pour tout renseignement, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) 

Pour (re)découvrir la vidéo du webinaire :  partie 1  ;  partie 2 

Séminaire international d’épigraphie médiévale – Appel À contribution

Les rencontres internationales d’épigraphie médiévale organisées du 15 au 19 septembre 2021 à Roda de Isábena (Aragon, Espagne) lancent un appel à contribution destiné aux jeunes chercheurs travaillant sur les inscriptions du Moyen Âge. Les candidats retenus sont invités à présenter leur sujet de recherche dans le cadre d’un séminaire international de trois jours destiné à favoriser le dialogue et l’échange des idées dans le domaine de l’épigraphie médiévale.

Malgré le dynamisme des entreprises éditoriales en Europe et l’intérêt sans cesse renouvelé des recherches sur la culture écrite au Moyen Âge, les travaux sur l’épigraphie médiévale bénéficient aujourd’hui encore trop souvent d’une faible diffusion dans le panorama de la médiévistique. Les rencontres internationales sur le sujet sont très rares et n’accordent qu’une faible place à la présentation des travaux en cours consacrés aux inscriptions du Moyen Âge, notamment de la part des doctorants et des jeunes chercheurs.

Avec l’organisation de cette première édition des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale en 2021, il s’agit de remédier à cette situation et de créer l’occasion pour les jeunes chercheurs de présenter leurs travaux, et d’échanger autour de leur problématique et des questions méthodologiques liées à l’analyse des sources épigraphiques. Pour garantir cet espace de discussion, le format retenu pour ces rencontres s’éloigne de celui du colloque, peu propice aux échanges et aux débats constructifs. Les Rencontres réuniront donc une communauté de douze jeunes chercheurs, accompagnés de quatre experts internationaux de la culture écrite médiévale, pour un séminaire de trois jours, selon un format étendu (une heure de présentation suivie d’une heure d’échange). Seul le résumé des travaux est publié en ligne pour assurer la diffusion des recherches. L’attention des participants et des organisateurs pourra ainsi se concentrer sur le débat intellectuel, la confrontation des expériences, le partage des méthodes et l’approfondissement des questions historiques nées de l’analyse des inscriptions.

Cet appel à propositions s’adresse à tous les jeunes chercheurs (masters, doctorants, post-doctorants, ECR ayant soutenu leur thèse après 2014) engagés dans une recherche sur les inscriptions médiévales quelle que soit la thématique ou l’approche (paléographie, technique, linguistique, analyse des textes, prosopographie, iconographie, liturgie, littérature, archéologie, etc.). Pour produire les conditions du débat et pour contribuer à une meilleure connaissance de la culture écrite du Moyen Âge, on s’attachera aux questions méthodologiques et à la dimension anthropologique des recherches en épigraphie médiévale.

Les rencontres internationales d’épigraphie médiévale se dérouleront à Roda de Isábena, petit village médiéval des montagnes aragonaise qui abrite la plus grande collection d’inscriptions médiévales conservée en Europe (avec 231 textes funéraires). C’est au cœur du village que les participants vivront une expérience collective de partage intellectuel ponctuée de visites et de manifestations scientifiques, à Roda et dans les villages alentours.

Pour participer aux Rencontres internationales d’épigraphie médiévale, les candidats doivent soumettre (en anglais, en français ou en espagnol) avant le 15 janvier 2021 à l’adresse électronique indiquée dans le PDF au bas de ce billet : une lettre de motivation décrivant brièvement leurs recherches en cours, un curriculum vitae (une page maximum), un projet de présentation pour le séminaire (500 mots maximum). Les dossiers seront examinés par le Comité scientifique des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale et les candidats seront informés des résultats avant le 1er février 2021.

L’organisation des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale prend en charge les frais de déplacements des candidats (à hauteur de 250 euros), l’hébergement sur place, les repas et les trajets entre les sites. Les candidats retenus s’engagent à participer activement aux débats et aux échanges sur place, et à fournir en amont de la rencontre un résumé étendu de leur intervention. Le séminaire fera l’objet d’un enregistrement vidéo. Les séances se tiendront en anglais.

Cette manifestation est organisée dans le cadre du projet SCRIPTA-PSL « Programmes épigraphiques et réseaux d’inscriptions » porté par l’École des hautes études en sciences sociales (CRH-AHLoMA, Paris), avec la participation et le soutien de la Direction générale du patrimoine en Aragon, de la Délégation provinciale de Huesca, de l’arrondissement de Ribagorza, de la commune de Roda de Isábena, de l’Évêché de Barbastro-Monzón, de la Real Academia de Nobles y Bellas Artes de San Luis, du groupe de recherche TEMPLA, et de l’association culturelle « Amigos de la catedral de Roda ».

Pour toute information, contacter Vincent Debiais.

Un seminaire, Un livre – L’épigraphie à l’unviersité complutense de madrid

Malgré les temps difficiles que nous traversons, la recherche ne saurait s’arrêter et il faut saluer chacune des initiatives qui permettent de garder le contact et d’engager le dialogue sur les questions d’épigraphie médiévale. C’est le cas avec deux nouveautés en provenance de l’Université Complutense de Madrid : la publication d’un ouvrage collectif et la tenue récente d’un séminaire doctoral consacré aux « objets écrits ».

Commençons par le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo, publié sous la direction d’Isabel Velázquez Soriano et Sonia Madrid Medrano. Il regroupe une vingtaine de contributions consacrées, comme l’indique le titre de l’ouvrage, aux inscriptions édilitaires ; soit les textes épigraphiques relatifs à l’édification des monuments publics et privés, mentionnant les circonstances, les acteurs, les fonctions et le statut de ces bâtiments. Les textes couvrent une très large période, de l’Antiquité classique à la Renaissance, et un vaste espace géographique, de l’Europe occidentale à l’Extrême-Orient. Cette variété documentaire, fruit d’une approche « globale » de l’histoire, et d’une tendance à la longue durée qui fait éclater – pour le meilleur et pour le pire – toute forme de périodisation, invite nécessairement au comparatisme et à la mise en perspectives des pratiques d’écriture à l’échelle du globe. Elle permet aussi de belles découvertes et l’appréhension des enjeux anthropologiques de l’écriture épigraphique. Le volume, très bien présenté et illustré, constitue donc une initiative éditoriale heureuse.

Le très court prologue, de la plume des éditrices, qui ouvre le livre, revient sur la définition de l’inscription édilitaire pour constater la diversité de ses formes et de ses contenus. Le « lien » avec le monument peut être lâche, implicite, tu ou perdu, et l’attribution d’une fonction édilitaire à l’inscription relève souvent du geste de l’éditeur qui invente cette relation de sens en fonction des éléments dont il dispose dans le texte ou le contexte de l’inscription. Cette introduction aurait pu être l’occasion de s’interroger précisément sur l’attribution de l’adjectif unique « édilitaire » à des inscriptions qui se comprennent dans des contextes historiques, géographiques, intellectuels et religieux très différents ; de façon générale, sur la pertinence et l’effet de la taxinomie quand elle s’étend sur un vaste domaine documentaire ; et de façon peut-être plus profonde, sur ce que fait l’éditeur au texte quand il cherche à lui attribuer une étiquette forgée sciemment dans l’anachronisme.

Ces questions dépassent largement le propos de l’introduction, c’est évident, mais en feuilletant les très bons articles du volume, on ne peut s’empêcher de constater leur poids sur la réflexion épigraphique, au moment où l’on cherche à mettre en lien une documentation « qui s’ignore ». Les textes adoptent des postures très variées : présentations de dossiers, études de cas, synthèses historiques, plans de recherche. Quelques interrogations semblent traverser pourtant les contributions. Quel est le lien (langagier et spatial) entre le texte et le monument ? Qu’induit la position de l’inscription édilitaire sur son « public » ? Sous quelle forme apparaissent les promoteurs des travaux rapportés dans le texte ? Comment est pensée la relation entre le moment de la construction et la durée de l’exposition du message épigraphique ? La catégorie « édilitiare » est-elle fondée sur une constante dans le contenu, la forme, la localisation ou le formulaire des inscriptions ? Autant de questions passionnantes qu’il est bien difficile de poser à l’échelle du livre tant les articles portent l’empreinte bien contraignante – et passablement agaçante – de terminologies non partagées. Les mêmes inscriptions sont ainsi désignées par des termes différents en fonction de la nationalité de l’auteur, de la période envisagée ou de l’approche retenue… L’ambition globalisante du titre et de l’introduction se trouve ainsi limitée par une étanchéité des méthodes et des documentations. Il y a bien des épigraphies, et il faut multiplier les rencontres et les occasions de dialogue, quand les circonstances le permettront, pour s’entendre sur les mots que l’on emploie et dur les notions que l’on manie.

C’est exactement ce qu’a montré la belle manifestation organisée par les doctorants du Département des sciences et techniques historiographiques de l’Université Complutense de Madrid, les 24-25 septembre dernier. Ce séminaire a réuni, sur un campus désert et confiné, une vingtaine de jeunes chercheurs en épigraphie, numismatique, diplomatique et codicologie pour des exposés brefs sur le thèmes des « objets inscrits ». On a vu défiler sur l’écran des documents castillans du XIIe siècle, des monnaies philippines, des épitaphes romaines, des peintures sur chevalet de la fin du Moyen Âge, des livres de comptes… Une belle occasion pour tous de découvrir de nouveaux sujets et, une nouvelle fois, une immense variété documentaire.

Les questions de terminologie ont occupé la plus grande partie des présentations et des débats, et ont laissé dans l’obscurité, ou du moins dans l’ombre, les grandes problématiques historiques des pratiques de l’écriture. Plutôt que de se demander si l’inscription placée sur le phylactère tenu par la Vierge dans une Annonciation appartient à telle ou telle catégorie éditoriale, ne convient-il pas davantage de s’interroger sur ce que le texte peint produit dans la narration en images ? Plutôt que de reconstruire une inscription peinte lacunaire à partir de formulaires (que l’on considère à tord comme inaltérables), ne faut-il pas se demander si le texte a été inscrit par le peintre lui-même ou a posteriori ? Plutôt que de se demander si la forme épigraphique de la lettre M appartient à telle ou telle catégorie paléographique établie sur des documents manuscrits, ne peut-on pas interroger les conditions matérielles et physiques dans lesquelles le scripteur a dû tracer le texte ? Il ne s’agit pas simplement de constater des divergences méthodologiques – on vit finalement très bien quand on reconnait nos différences et qu’on les expose clairement. Il s’agit de s’interroger en revanche sur la façon dont l’épigraphie intègre la pratique de l’histoire. Peut-on espérer refléter dans la médiévistique la place qu’on eut les inscriptions au Moyen Âge si on ne cherche pas à comprendre aussi ce que signifie écrire dans la pierre, le métal, le bois ou la peinture ? L’erreur qui consisterait à opposer érudition, édition et anthropologie dans l’étude des inscriptions conduirait à isoler l’épigraphie dans le champ des sciences auxiliaires de la médiévistique ; et on peut se demander si de telles rencontres scientifiques ne gagneraient pas en perspective en confiant les débats et les discussions à des historiens non spécialistes de l’épigraphie ou de la diplomatique. Non pas parce qu’il manque quoi que ce soit aux sciences auxiliaires, mais parce qu’elles offrent justement de nouvelles portes d’entrée dans nos connaissances sur le Moyen Âge.

Avec le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo et les journées d’études Objetos escritos, l’équipe très dynamique de l’Université Complutense de Madrid nous invite à réfléchir sur ces questions de méthode et à penser la documentation au-delà des catégories et de l’épistémologie.

TITULUS se renouvelle

 

(par Clara Renedo, doctorante à l’École nationale des chartes / Université Paris 3, co-responsable de TITULUS)


Le projet TITULUS, qui est en ligne depuis bientôt 4 ans, a connu plusieurs évolutions pendant ces derniers mois, grâce au soutien du Consortium des sources médiévales COSME 2.

À côté du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM), le site accueille désormais un nouveau corpus dédié aux inscriptions du Royaume latin de Jérusalem, dans le cadre du projet mené par Estelle Ingrand-Varenne. Une description du corpus et une sélection de notices sont déjà disponibles sur le site en cliquant ici

D’autre part, de nouvelles notices des derniers volumes du CIFM ont été encodées et incorporées à la base de données. Les volumes 26 et hors-série I sont désormais entièrement accessibles, ainsi que les premières notices du volume 25 (ici). 

Parallèlement, nous avons mis au point une nouvelle version du manuel d’encodage, qui est téléchargeable depuis l’onglet “Projet”. Les ajouts sont principalement des solutions à des phénomènes qui n’avaient pas encore été prévus dans les versions précédentes du manuel et n’impliquent dans aucun cas la modification des règles déjà existantes.

Enfin, du point de vue technique, la base de données a migré dans la version la plus récente du logiciel eXist-db, grâce à la collaboration avec l’équipe du consortium Huma-Num. Le langage PHP et la bibliothèque Bootstrap ont également été mis à jour.