Archives par mot-clé : Antiquité tardive

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin

L’épigraphie communale, d’Armando Petrucci à la présence des inscriptions

Les 19 et 20 mai 2016, l’Institut historique allemand à Rome accueillait une rencontre internationale consacrée à l’épigraphie dite « communale » en Italie, à ses caractéristiques formelles et textuelles, à ses origines, à ses mutations (programme).

Organisée par Marc von der Höh et Katharina Bolle, la rencontre devait  mettre le concept d’épigraphie communale à l’épreuve du temps long des usages épigraphiques en Italie, en étudiant notamment les phénomènes de transition entre utilisation civique ou civile de l’écriture exposée dans les villes de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive et usages publiques de l’épigraphie à partir du XIIe siècle. Le colloque devait également passer le concept d’épigraphie communale au microscope des nouvelles tendances historiographiques développées par l’équipe d’Heidelberg dans le cadre des recherches sur la culture « matérielle » du texte. Mise en perspective des objets graphiques et de leur contexte de production ; mise en perspective des méthodes ; mise en perspective des traditions historiographiques… La rencontre avait tout pour susciter le débat et elle a largement tenu ses promesses !

Nicoletta Giovè, qui avait posé en 1995 les bases d’une définition de l’épigraphie communale (article en ligne), a ouvert le colloque en rappelant l’importance des inscriptions émises par les autorités des villes italiennes du Nord dans le marquage des espaces urbains et dans l’affirmation d’une identité collective. Flavia de Rubeis s’est quant à elle attachée à repérer, dans ce panorama, les points communs entre épigraphie communale et épigraphie familiale, pour finalement nuancer l’existence d’une catégorie épigraphique qui serait strictement « communale ». Cette confrontation de points de vue, parfaitement compatibles par ailleurs, a rendu manifeste l’existence de structures transversales dans les pratiques épigraphiques, inhérentes à l’emploi même des inscriptions. Partant, la recherche des intentions résidant derrière l’émission de chaque texte devient nécessaire ;  les exemples évoqués dans la suite de la rencontre pour plusieurs villes italiennes (Gêne, Venise, Florence, Padoue) ou pour des types d’inscriptions particuliers (portes de ville et d’édifices, fontaines) ont permis de constater la diversité des contextes et des fonctions épigraphiques.

Les travaux d’Armando Petrucci ont été très largement sollicités au cours du colloque. Si leur autorité n’a pas été discutée, loin s’en faut, ils ont toutefois été replacés dans la production globale de l’auteur afin de cerner avec précision le contenu réel de ses intuitions et  propositions méthodologiques ; et on ne peut qu’inviter le lecteur de ce billet à se replonger avec attention dans les textes fondateurs d’Armando Petrucci à chaque fois qu’il les trouve cités (trop rapidement) dans les notes de bas de page.

La rencontre de Rome a également permis d’interroger l’épigraphie dite « communale » du point de vue du récepteur/lecteur des inscriptions : quel est l’effet de ces textes monumentaux déployés au cœur des cités italiennes ? Sont-ils lisibles ? Marquent-ils de leur empreinte les espaces vécus au quotidien ? L’apport des travaux menés depuis quatre ans par l’équipe d’Heidelberg est, à ce titre, particulièrement important puisqu’il fait de la présence de l’écriture épigraphique (et des moyens visuels mobilisés pour l’assurer) un enjeu fondamental du recours aux inscriptions dans la culture écrite médiévale.

Parce que l’occasion était trop belle, les participants au colloque ont pu discuté de toutes ces questions (très sensibles dans les tendances actuelles de la recherche sur la literacy) face à quelques inscriptions romaines, notamment à Sainte-Cécile du Trastevere. Les conclusions de la rencontre devaient quant à elles faire émerger la notion provocatrice d’épigraphicité, soit une spécificité réelle de l’écriture médiévale (et au-delà) quand elle s’incarne dans le matériau dur et durable de la pierre. Difficile de prévoir la pérennité du concept, mais les actes du colloque, qui paraîtront au cours de l’année 2017, ne manqueront sûrement pas de revenir sur ses enjeux historiques et méthodologiques.

IMG_1123 (1)

Retour sur EPIMED III

Les écritures réservées…

Nous avions décidé de ne pas discuter a priori de ce qu’il fallait entendre par « écriture réservée » dans l’annonce de la troisième rencontre du programme EPIMED qui s’est tenue à la Casa de Velázquez la semaine dernière. Il s’agissait de laisser à tous les intervenants le soin d’interpréter l’expression au gré de leur spécialité et/ou de leurs centres d’intérêt pour évoquer la publicité de l’écriture épigraphique et ses limites.

Et c’était sans doute bienvenu ! Il faut remercier tous les intervenants pour la qualité de leur intervention et leur prise de risque quant au sujet. Les communications et les échanges nourris qui les ont suivies ont guidé les pas des participants vers une remise à plat de certains grands principes de la discipline épigraphique à la faveur de l’analyse en contexte (linguistique, matériel, architectural et artistique) des inscriptions. L’intention de l’émetteur du message, les conditions techniques de sa mise en œuvre, les circonstances de sa réception et le temps long de la communication épigraphique sont revenus au centre des débats au cours de ces deux journées et invitent désormais à penser le caractère publicitaire éventuel d’une inscription à l’échelle de chaque objet épigraphique plutôt qu’à l’échelle d’une pratique par définition non homogène et circonstancielle. Partant, la figure du scripteur qui affiche, soustrait, réserve le message épigraphique se trouve investi d’une fonction particulière dans la sociologie de l’écriture, et c’est dans le geste derrière l’inscription qu’il faut chercher à établir la dimension publicitaire de la pratique « épigraphie » plutôt que dans les principes épistémologiques de la discipline « épigraphie ».

La variété des sujets et corpus abordés a posé la collaboration entre tous les spécialistes de l’écriture exposée, quelle que soit la langue, la localisation, la forme des textes, comme indispensable pour saisir les spécificités éventuelles de la communication épigraphique. De même l’épigraphie ne peut-elle pas s’isoler de l’étude des formes manuscrites de l’écriture médiévale avec lesquelles elle partage bien plus de points communs que les séparations académiques ne le laissent penser.

Cdw8PwLUUAATaN9
Inscription de Tordesillas rapportant les victoires d’Alfonso XI

 

Il reste donc beaucoup de travail à faire et la prolongation d’un programme EPIMED étendu à l’Antiquité tardive est apparue comme une nécessité scientifique. D’ici-là, conformément aux objectifs annoncés lors de l’ouverture des journées EPIMED III, l’équipe prépare un texte de synthèse sur le thème des « écritures réservées » qui sera prochainement disponible sur le carnet de recherches EPIMED et qui reprendra l’ensemble des discussions tenues à Madrid les 17 et 18 mars 2016.

En attendant cette publication, vous retrouvez le live tweet et les clichés des journées sur les comptes @vdebiais et @medieviz (#Epimed3).