Archives par mot-clé : Antiquité tardive

LIMITS 2 : Matières (épi)graphiques

La deuxième journée d’étude du programme LIMITS s’est tenu à Madrid le 13 avril dernier. Elle fut consacrée aux limites matérielles des pratiques épigraphiques et a donc interrogé l’écriture dans son rapport – technique et intellectuel – au support.

La définition longtemps en vigueur de l’épigraphie comme « science des inscriptions tracées sur matériaux durs et durables » pourrait donner l’impression d’un sujet déjà tranché, d’un problème résolu. Or, on s’aperçoit que le diktat du matériau dans la définition de l’objet d’étude de l’épigraphie a longtemps tenu les spécialistes de l’écriture éloignés d’une véritable réflexion sur les causes et les conséquences d’une écriture sur la pierre, le métal, le bois, etc. Ce sont pourtant les angles morts des disciplines qui invitent à se demander si l’écriture sur le sceau ou la monnaie est ou non épigraphique. Le caractère épigraphique d’une écriture est-il relatif ? Certaines inscriptions sont-elles plus épigraphiques que d’autres ? L’épigraphie comme discipline n’empiète-t-elle pas en permanence sur le territoire des autres disciplines de l’érudition ?

Afin d’aborder ces questions (qui ne sauraient se limiter au format d’une journée d’étude), les coordinateurs du programme LIMITS avaient réuni à la Casa de Velázquez un groupe de chercheurs représentant plusieurs disciplines de l’érudition et ce billet synthétise les présentations de la journée et les riches discussions qui les ont suivies.

Gérone, cathédrale. Tombe de Bernard de Pau (1475)

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Debiais introduit justement cette journée en revenant sur la place du matériau dans la définition de l’objet épigraphique. Erigé comme un élément définitoire de la discipline épigraphique au titre de support, il est en revanche rarement questionné sur ses effets dans le contexte d’une rencontre matière-écriture. Or, Vincent Debiais rappelle que la matière est, après le geste, l’une des conditions même de l’écriture, quel qu’en soit les degrés du sensible (feuillet, tissu, pierre etc..) et pose la question de l’opérabilité de la notion de « support » quand il s’agit de penser un écrit qui se fait dans/sur et surtout avec la matière. Considérer ainsi, la matière est évidemment signifiante et agissante en tant qu’elle est graphique. C’est donc toute une série de questionnements qui surgissent : existe-t-il des matières et des objets qui jamais ne se lieront à l’écrit (les écrits vétérotestamentaires bannissent le corps), existe-t-il des matériaux plus graphiques que d’autres et donc déterminants, comment aborder les modalités de la rencontre entre signe et matière (influence ? contrainte ? choix ?). Se positionnant enfin à l’échelle plus large de la culture écrite, Vincent Debiais rappelle la porosité de la culture écrite médiévale, ce dont témoigne la diversité des matériaux et l’omniprésence de l’écriture en dehors du monde manuscrit. Existant « hors du feuillet », l’écriture se rencontre en effet presque partout entre Antiquité tardive et Moyen Âge et le matériau n’est donc jamais une limite. Loin de représenter une contrainte, la matière autorise le déploiement de l’écriture et avec elle, celle du langage, en ce qu’elle en est une incarnation tangible. Dans cette corrélation écriture-matière-langage, c’est la question d’un pragmatisme et de ses qualités qui est posée. Si l’on suit ce fil, il faut alors constamment penser la matière graphique dans son environnement et dans les interrelations que cela engage (mobilité de l’objet, de son porteur, du lecteur).

Elisabetta Neri poursuit la journée en proposant une synthèse sur l’écriture dans les mosaïques pariétales des églises tardo-antiques. Cette pratique, parfois mal documentée, s’inscrit dans l’histoire des tituli des basiliques romaines, tradition qui perdure dans tous les décors monumentaux de l’Urbs jusqu’au Moyen Âge central, comme l’a récemment montré Erik Thunø. À partir de ce corpus très riche, Elisabetta Neri s’interroge sur les raisons et les conditions de la persistance de ce phénomène qui fait intervenir une description et un commentaire de l’image au cœur du décor, dans la lignée de l’ekphrasis antique et en reprenant des dispositifs formels (cadre, tabula ansata) employés simultanément dans la peinture ou dans les manuscrits. Et l’on peut se demande en effet, dans quelle mesure ces résonnances orientent ou augmentent le sens de l’image au titre de la référence ou de l’évocation. Transférer à la mosaïque, le motif de la tabula ansata, très populaire dans les inscriptions lapidaires antique (dédicace notamment) mais aussi les tablettes votives, ne vient-il pas monumentaliser un peu plus une représentation en deux dimensions tout en dotant cette même représentation de sens, en relation avec ses usages antiques ? Se pose ici la question d’une matérialité suggérée. Elisabetta Neri souligne que la spécificité matérielle des mosaïques inscrites tient aussi à leur technicité qui unit complètement écriture et image. Les techniques mises en œuvre supposent en effet qu’inscription et représentations sont réalisées dans le même temps, par un même artisan et dans une même manipulation de la matière. L’écriture et l’image s’établissent grâce à l’assemblage des tesselles. Aussi, la mosaïque inscrite rend-elle tout à fait caduque la notion de support. La présentation d’Elisabetta Neri oblige aussi à resserrer la focale et à s’interroger sur ce qui constitue matériellement la lettre. La lettre dans la mosaïque est un signe composite qui n’existe en tant que signe que dans la combinaison programmée de fragments d’un matériau, lui aussi composite. Comment alors décrire d’un point de vue paléographique la forme des lettres ? Comment établir le scénario de leur installation pratique dans le décor ? Comment penser les phénomènes de copie/modèle dans le cadre des inscriptions dans les mosaïques ? Elisabetta Neri insiste également sur le contenu des inscriptions qui renvoie la plupart du temps au matériau lui-même, à l’aspect lumineux et réfléchissant des tesselles. Cette esthétique de la lumière permet de communiquer et rendre sensible la dimension céleste et la présence de Dieu au sein même du sanctuaire. Aussi, l’inscription en mosaïque peut être envisagé comme un moyen graphique de figurer la « voix divine », l’or agissant ici comme le reliquaire de la parole divine.

Des questions analogues quant à la fonction et à la référence épigraphique sont posées par Cheyenne Noël dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les objets liturgiques médiévaux. Dans la mesure où celles-ci ne sont pas systématiques et que leur présence semble tout à fait imprévisible, on doit nécessairement écarter la possibilité d’une efficacité sacramentelle de l’inscription. L’inventaire épigraphique dressé par Cheyenne Noël montre pourtant des textes au contenu riche et varié qui désigne – c’est une évidence – deux types de matériaux : les espèces eucharistiques, contenus des vases sacrés, et les métaux précieux qui les composent. Il se pose ainsi une question de poids dans la perspective liturgique : sur quoi écrit-on réellement quand on écrit sur le matériau au contact du corps du Christ ? Où s’arrête l’inscription sur le temps long de l’usage de l’objet ? Cheyenne Noël donne pour exemple de cette complexité le cas de l’inscription des trigrammes IHS ou XPS qui « passe » par pression du moule à hosties à la forme eucharistique… Dans tous les cas, l’écriture participe de la « mise en vie » de l’objet, de son activation liturgique, et de la permanence des gestes du célébrant.

Bordeaux, Musée d’Aquitaine. Bague inscrite

 

 

 

 

 

 

Julie Renou et Morgane Uberti, en présentant le corpus des anneaux et bagues inscrites de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, reviennent sur cette idée d’un « objet en acte » et sur le rôle de l’écriture dans cette activation. Longtemps délaissé par l’historiographie, ces inscriptions constituent un ensemble à part pour l’étude de la culture écrite, toujours à la frontière de l’unicum et du multiple, à la croisée de l’événement personnel et de sa permanence, publique ou intime. L’étude de ses objets passe par l’analyse technique et avec elle, celle des relations éventuelles entre discours, matière et forme de l’objet : y-a-t-il par exemple des matériaux privilégiés pour la bague ?  Les positions de l’écrit sur l’objet – exposé sur le chaton ou obligeant à la manipulation lorsqu’il se développe sur le pourtour de l’anneau – coïncident-elle avec la nature du message|signe ?  En posant la notion d’objet « pléonasme », Julie Renou et Morgane Uberti ont cherché à définir, notamment pour les inscriptions nominales et les monogrammes, les liens de sens, mais aussi de « valeurs », entre l’objet et son possesseur. Le métal n’est pas seulement le support de l’écriture, et l’individu, par métonymie, devient lui-même porteur d’un écrit qui, par redondance ou évocation, le désigne. Davantage que dans le cas des objets qui sont touchés seulement dans des circonstances ponctuelles et normées, davantage encore que dans le cas des mosaïques, perçues dans une distance incompressible, l’écriture sur les bagues interroge les frontières du matériau. Où s’arrête le champ épigraphique sur un anneau ? Peut-on envisager qu’il se dilate à l’échelle du porteur de la bague ?

Avec la communication d’Ambre Vilain (Université de Nantes), on exporte au domaine sigillographique les questions posées aux objets mobiles telles que les bagues et la vaisselle liturgique. Après avoir rappelé combien la légende du sceau devait encore bénéficier d’études spécifiques et comment l’historiographie avait fait de l’écriture sigillaire un élément accessoire ou anecdotique dans l’expertise des sceaux, Ambre Vilain propose une série de sujets essentiels pour l’histoire de la culture écrite : la problématique de l’écriture en négatif sur les matrices (une lettre à l’envers ou en creux est-elle toujours un signe alphabétique ? comment envisager cette période de transition dans la « vie » du signe ?) ; la question des jeux de lettres et des abréviations pour un objet devant être reconnaissable et reconnu dans le cadre des pratiques juridiques médiévales ; le dispositif du filet et l’écriture circulaire comme entrave ou garantie de lecture ; la virtuosité de la gravure pour des légendes sigillaires qui s’allongent et se compliquent au fil du temps… Ces aspects techniques liés à la gravure de la matrice et au transfert de l’écriture sur la cire, ont des implications notables dans la nature et l’effet de l’objet lui-même. Ils participent à la représentation, à l’incarnation même du sigillant dans le matériau et par extension dans l’acte diplomatique. Cette « identité épigraphique » ne se résume d’ailleurs pas à la seule légende, puisque la communion de matière et de technique unit pleinement l’écrit et image. La communication d’Ambre Villain montre combien le « syntagme texte-image » (quels écarts entre image et légende ? ou à l’inverse quel degré de réflexivité) est essentielle pour appréhender les enjeux divers de ces objets (entre identification et validation, par exemple).

La présentation de José María de Francisco est consacrée à l’écriture monétaire et sa portée publicitaire. Partant d’une documentation variée – monnayage carolingien, monnayage papale, monnayage islamique ou encore arabe chrétien – José Maria de Francisco envisage une synthèse des questions encore à poser à cette documentation. Se positionnant dans la longue durée, José Maria de Francisco cherche à établir ce qui relèverait des constantes ou au contraire des innovations dans les relations entre métal, écrit et image dans une histoire politique toujours en mouvement. S’attarder sur les degrés de la qualité épigraphique d’une monnaie (monnaies islamiques par exemple), repérer le recours à des dispositifs visuels plus anciens (les monnaies alto-médiévales comme écho des monnaies impériales), analyser les liens entre l’image et la légende permettent d’approcher les aspects idéologiques d’un pouvoir.  Les effets d’échos ou au contraire d’écarts dans la composition graphique sont autant de clés pour approcher l’identité revendiquée par le pouvoir mais aussi son rapport à l’histoire.

Isabel Velázquez propose quant à elle des pistes de recherche dans le domaine des inscriptions lues sur les tissus (vêtements, tapisserie, voile). Il s’agit là d’un dossier finalement peu exploré, en raison de la nature des sources rarement conservées, mais aussi pour des raisons d’indéfinition disciplinaire… Au-delà de la question de la prise en charge éditoriale de ces écritures textiles, c’est donc leur qualité épigraphique même qui est posée par Isabel Velázquez. Les exemples présentés – le voile offert au roi Chintila, la tapisserie de la création à Gérone, le manteau de Roger II de Sicile entre autres – inviteraient en effet à prendre les choses à rebours, à rebours de la matière : est-ce la nature du texte qui fait épigraphie ? est-ce la fonction du texte qui fait épigraphie ? Est-ce que l’évocation d’un dispositif épigraphique suffit à faire de l’écrit textile une inscription ? Si l’on en revient à la matière, se pose alors la question de l’effet de l’origine organique des matériaux et de son incidence non seulement sur la persistance des documents, mais aussi sur le sens du contenu. Puis après la nature de la matière, c’est son usage qui doit être questionné : revêtir un texte, dans le cas du manteau d’Henri II ou de l’étole de saint Narcisse, produit des relations écriture/porteur semblables à ce qui a été évoqué pour la bague ou le sceau. Isabel Velázquez termine par les questions paléographiques de l’écriture sur tissu et des différences remarquables entre la broderie et la tapisserie par exemple, en soulignant la nécessité d’une prise en compte fine des supports pour la compréhension des choix formels (graphie, ponctuation, etc.).

Charo Hernando propose enfin une exploration des manuscrits épigraphiques, soit les inscriptions qui ne possèdent d’autre matérialité que leur copie dans un livre. Par-delà les difficultés d’identification et de recensement, cette pratique qui remonte au haut Moyen Âge interroge ce qui finalement transforme un texte en une inscription. Est-ce que la copie d’un marbre antique demeure « épigraphique » dans sa nature si elle ne l’est plus dans sa forme ? Le caractère épigraphique peut-il persister par-delà la destruction ou la disparition de l’objet inscrit ? Charo Hernando porte alors l’attention sur la possibilité d’une description du support, celle d’une description de sa localisation ou à l’inverse de la seule représentation de l’objet. On peut se demander si ces informations qui enveloppent le texte-inscription ainsi transmis produisent un effet « épigraphique » ou au contraire contribue à dé-monumentaliser l’objet. Enfin, en raison du caractère transmissible de la pratique manuscrite, l’objet épigraphique unique se multiplierait en quelques sortes au gré des copies. Néanmoins, la reconnaissance d’une inscription de parchemin, ou du caractère épigraphique d’un texte, dépend aussi du contexte de réalisation de la copie et de la manière avec laquelle a été pensé et regardé l’objet. 

Gérone, cathédrale, musée. Broderie de la Création

Cette seconde journée LIMITS a largement rendu compte de ce déploiement de l’écriture par la matière pour les cultures tardo-antiques et alto-médiévales. Quels que soient les matériaux, quel que soit l’objet, l’écriture est toujours possible : la matérialité permet plus qu’elle ne restreint ou contrarie. Il émerge ainsi des présentations et des discussions la pertinence d’aller plus avant sur les rapports entre matière et écriture, non plus en pensant la relation dans un rapport de subordination ou de stricte condition mais bien dans la perspective d’un processus conjoint : le cas des écritures en mosaïques, comme celui des écrits textiles sont sans doute les plus parlant. Aussi il a été proposé l’expression d’une « matière (épi)graphique », préférée à celle d’« objet épigraphique » qui tend à figer le document dans un état. Ainsi conçue, dans cette rencontre matière et écriture, le phénomène épigraphique apparaît toujours plus protéiforme, poreux et surtout dynamique.

La troisième et dernière journée d’étude du programe LIMITS se tiendra à Madrid (Casa de Velázquez) se déroulera à Madrid le 19 octobre prochain et sera consacrée aux limites de l’alphabétique dans la culture épigraphique de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

Morgane Uberti et l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne (Antiquité tardive – haut Moyen Âge)

Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive, travaillera au CESCM durant 3 mois. Sa mission s’inscrit dans le cadre du projet d’inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne, projet rendu possible grâce au financement de la Fondation Vauchez-Balzan pour le développement des recherches en histoire religieuse du Moyen Âge.

Morgane, comment cette mission d’inventaire s’articule-t-elle avec votre parcours de chercheuse ?

J’ai soutenu en 2014 une thèse portant sur l’apport des inscriptions funéraire tardo-antiques et alto-médiévale des provinces d’Aquitaine Seconde et Novempopulanie, c’est-à-dire le sud-ouest de la Gaule, pour la connaissance de la culture écrite tardo-antique. Au côté de l’édition de la documentation funéraire, cette thèse a été l’occasion d’un rassemblement de toutes les inscriptions connues pour cette période dans la région. Cette mission fait bien sûr écho avec ce que j’ai déjà pu faire dans le cadre de la thèse, notamment la constitution du corpus.

J’ai continué à travailler sur la documentation épigraphique tardo-antique depuis, et je démarre aujourd’hui un projet sur les modalités d’expression du temps dans les inscriptions. Travailler sur ce pré-inventaire va me permettre de disposer d’une vision très globale de la documentation épigraphique tardo-antique et d’y trouver peut-être des éléments pour alimenter mes projets personnels.

Pourquoi réaliser un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne ?

Il n’existe plus aujourd’hui en France d’entreprise éditoriale un peu centralisatrice portant sur les inscriptions tardo-antiques et alto-médiévale des Gaules. La recherche continue de se faire mais elle se fait finalement de manière éclatée et nous ne disposons pas de vision très précise de l’état de la documentation.

http://plaques-boucles.chez-alice.fr/christ.html

Ce pré-inventaire des inscriptions permettra donc d’avoir une idée bien plus claire de la répartition de ce matériel épigraphique, en temps, en lieu mais aussi en termes de nature. L’intention est bien d’enregistrer tous les types d’objets épigraphiques : les inscriptions lapidaires, la vaisselle précieuse, les bagues, les plaques-boucles et j’en oublie sans doute !

Nous disposerons ainsi d’une première base qui rendra compte de la richesse et de l’extrême variété de la pratique épigraphique pour l’Antiquité Tardive et le haut Moyen Age. C’est un outil qui permettra aussi, je l’espère du moins, d’orienter les recherches futures.

Châsse Mumma, abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Cliché : CIFM/CESCM.
En quoi va consister votre travail ?

Les choses s’organisent sur quatre plans :

Établir un état de l’art bien sûr qui permettra d’une part d’établir de manière très précise le panorama disciplinaire, ses principaux acteurs et d’autres part de contribuer à l’établissement d’une trajectoire pour ce pré-inventaire.

Récupérer, trier et classer la documentation des chercheurs qui ont travaillé sur des corpus épigraphiques dans le cadre du Recueil des Inscriptions Chrétiennes de la Gaule. L’entreprise est en effet restée inachevée et les « anciens » ont accepté avec générosités de mettre à disposition leur fonds. C’est une mission de sauvegarde en quelque sorte.

Mettre en place l’outil de pré-inventaire et l’alimenter avec ce qui aura été trouvé dans les archives mais aussi à partir de mon corpus de thèse, ou encore des inscriptions inédites que les collègues archéologues nous transmettent. Il y a beaucoup à faire et les trois mois vont passer très vite mais il faut lancer les choses et pour le moins, les planifier d’emblée.

Je serai moi-même très occupée par un projet post-doctoral à partir de la rentrée à la Casa de Velázquez à Madrid, il faut donc préparer la possibilité que d’autres que moi puissent poursuivre ce pré-inventaire.  Il faut pour cela que les choses soient tout à fait en place et rendues efficaces au moment de mon départ.  A l’issue de la mission, une réunion de fin d’étape rassemblera les acteurs de l’épigraphie tardo-antique des Gaules ; il s’agit finalement de mettre en place les conditions d’un réseau de chercheurs autour de la question de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale en France.

Qu’est-ce qu’une tardo-antiquisante vient faire au CESCM ?

Mes liens avec le CESCM remontent aux premières années de ma thèse. Lorsqu’une tardo-antiquisante s’engage dans la discipline épigraphique, le CESCM apparaît comme un centre tout à fait fréquentable ! J’y ai trouvé beaucoup d’appui et une vraie richesse intellectuelle, auprès de toute l’équipe d’épigraphistes, si médiévistes soient-ils. Cécile Treffort m’a bien sûr mis le pied à l’étrier lors de mes premières années et les relations avec le CESCM n’ont cessé de se consolider au fil des années, dans le cadre de participation à des séminaires, des formations, des projets aussi. L’épigraphie de l’Antiquité tardive a toute sa place au CESCM et porter ce projet dans un environnement qui m’est devenu familier a vraiment du sens, tant humainement que scientifiquement. Enfin, je ne peux pas non plus taire le fait que je passerai une partie de mon temps de travail, en mission évidemment, mais aussi à Bordeaux et au laboratoire Ausonius, autre centre dédié à l’épigraphie, antique cette fois-ci.  D’une certaine manière, ce petit écart géographique entre un pôle bordelais et un pôle poitevin, entre Antiquité et Moyen Âge est presque métaphorique de la place qu’il reste à trouver à l’épigraphie tardo-antique. Plus sérieusement, je crois que cela est le signe de la nécessaire prise en compte de la pratique épigraphique sur un temps long : antique, tardo-antique, médiéval. S’il existe une épigraphie tardo-antique, elle ne peut être pensée indépendamment de ce qui la précède et lui succède et c’est peut-être tout le sens du développement d’un tel projet au CESCM.

Penser l’écriture, faire le temps

La première réunion de travail du programme LIMITS, consacrée aux limites chronologiques de la pratique épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance, s’est tenue à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne), le 25 octobre 2017.

Dans la présentation du projet LIMITS, Isabel Velázquez (Université Complutense Madrid) a rappelé la genèse et les objectifs du programme en insistant sur son caractère transversal. Il réunit en effet des spécialistes des questions de culture écrite et d’histoire culturelle sur une longue durée, celle des modifications et des constances de la documentation épigraphique au cours d’un très long Moyen Âge et à l’échelle européenne. Plus qu’une interdisciplinarité de façade ou de bon ton, le projet LIMITS espère être l’espace d’interrogations convergentes et fructueuses autour de la notion de « limites » dans le domaine de la scripturalité médiévale, permet-elle de renouveler les approches portant sur les cultures écrites ? C’est à la fois comme espace de la rencontre et de la séparation que la limite dessinerait les contours des communautés graphiques qui sont au cœur de l’interrogation historique.

Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf. Inscription pour la consécration de l’autel matutinal (1096).

Morgane Uberti (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius) introduit cette première rencontre en posant la question du temps en histoire, et celle des césures d’un temps périodisé. S’interroger sur les pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance oblige à « négocier les ruptures construites par et pour l’historien avec les pratiques, les gestes et leurs traces ». En d’autres termes, il s’agit de considérer avant tout l’objet et son moment – son historicité – dans les phénomènes graphiques à l’œuvre. Les rythmes du phénomène épigraphique coïncident-ils alors avec les rythmes de l’histoire ? C’est dans ce contexte, celui d’une négociation des frontières chronologiques – Antiquité tardive|Moyen Âge et Moyen Âge|Renaissance que l’opérabilité des notions de seuils et de porosité pour aborder le phénomène épigraphique sera discuté. Quand une inscription devient-elle médiévale ? Quand cesse-t-elle de l’être ? Y a-t-il un « devenir médiéval » à l’œuvre dans l’écriture épigraphique ? La périodisation a ses vertus mais aussi ses limites et il convient de réfléchir à la posture de l’historien dans cet exercice : caractérise-t-il l’objet dans l’histoire ou l’écriture de l’histoire ? Quels sont les effets de cette périodisation sur la perception et le traitement de la documentation par l’historien ? Dans tous les cas la « brisure » chronologique, si elle appartient au règne de l’historien, doit être envisagée aussi en ce qu’elle constitue un « espace de temps vécu » et les documents épigraphiques deviennent alors « les traces d’une expérience de la limite ».

L’examen des cadences épigraphiques, du nombre d’inscriptions produites au cours du temps, semble à première vue correspondre à la périodisation traditionnelle entre le Bas-Empire, le Haut Moyen Âge, l’époque carolingienne, le Moyen Âge central, la renaissance du xiie siècle, le Bas Moyen Âge et la Renaissance ; elles montreraient ainsi la correspondance historique, factuelle en ce sens, entre les epigraphic habits en Occident d’une part, et le cours de l’histoire et ses bouleversements d’autre part. La téléologie n’échappe en réalité à personne, les corpora épigraphiques à disposition étant de fait établis en amont en suivant ces grands découpages, et en maniant des critères divers pour l’établissement des frontières chronologiques des publications. Implicitement, les faits de civilisation font les caractères épigraphiques, et il devient difficile de définir pour eux-mêmes, indépendamment des conditions de leur recensement, les traits particuliers des inscriptions en fonction du temps. Cette première limite de méthode se fonde en partie sur les variations de traitement des inscriptions datées et des textes non datés, conduisant fréquemment au raisonnement circulaire et à la caricature et – fait plus problématique encore – au renoncement à l’examen attentif de toutes les composantes de l’objet épigraphique.

Or, la question à poser ici est la suivante : qu’est-ce qui fait date ? Si l’on dépasse l’utilité ecdotique de la date, on peut poser la date, et son écriture (ou non d’ailleurs), comme l’indice d’une « une manière d’être au temps » et comme signe peut-être de « communautés d’écriture ». La focale sur une écriture de la date permet d’aborder les notions de « brèche », crise, intervalle comme « champs d’expériences du temps », sous l’angle ici des pratiques graphiques.  Il s’agit donc de percevoir le lien entre l’inscription et la date comme l’indice d’un rapport de l’homme au temps, et déplacer les questions d’édition vers une « anthropologie historique du temps », en liant l’homme et l’objet plutôt que l’objet et l’histoire. Comme champ d’expérience voire d’expérimentation, « la limite se remplit », elle est un « temps plein » dans lequel la pratique graphique poursuit son chemin selon ses propres modalités, invitant à suivre plus avant la notion de seuil pour aborder la documentation des marges (au dépend de celle de transition).

En prenant l’exemple de la documentation tardo-antique, Christian Witschel (Université d’Heidelberg), montre toute la pertinence de ces remarques préliminaires en réaffirmant que l’inscription « est un phénomène sui generis » et qu’appréhender son rapport au temps est indispensable pour comprendre la forme et la fonction de l’objet épigraphique. Christian Witschel repose d’abord la définition de l’inscription, cet écrit sur un matériau durable et exposé, dont le texte est destiné à la communication et à la commémoration, et dont le contenu recherche un public. L’inscription fonctionne avec les éléments de son contexte et peut de ce fait être pensé comme un « monument » épigraphique, en distinguant les inscriptions funéraires, les inscriptions votives et les inscriptions civiques. Toutes ont « un public en tête », même si rien ne semble mobilisé en ce sens, et même si l’on doit envisager un public analphabète.

L’objet épigraphique ainsi défini présente une relative homogénéité à l’échelle de la Méditerranée, et ce indépendamment des variations horizontales d’une région à l’autre. On assiste à une réduction du nombre des inscriptions produites à partir du milieu du IIIe siècle. À compter de cette date, l’épigraphie tardo-antique se caractérise par le remploi d’éléments de constructions comme support épigraphique, et par une hétérogénéité des formes, notamment au niveau paléographique. Les inscriptions présentent cependant encore des « formes très antiques », y compris dans le cas particulier de l’Afrique du Nord où les inscriptions civiques sont très nombreuses, y compris dans les petites villes. Le changement est beaucoup plus frappant à compter du Ve siècle où de nouvelles formes (dans le support et dans le texte) apparaissent, avec la mosaïque par exemple. Partant, faut-il envisager ce moment comme une évolution ou comme une rupture ? Christian Witschel pose en conclusion que les généralisations sont tout à fait relatives et que seule l’étude au cas par cas de chacun des éléments constitutifs de l’inscription permet l’appréhension des phénomènes sur la longue durée.

Tours, Société archéologique de Touraine. Inscription funéraire d’Adalberga (830 ou 840).

Et c’est bien ce type d’approche choisie par Thierry Grégor (Université de Poitiers-CESCM) dans sa présentation consacrée à l’examen technique des inscriptions de l’Antiquité et du Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Les exemples donnés montrent de façon explicite que les techniques de gravure sont affectées par de profondes mutations à partir du IVe-Ve siècle (nouveaux outils, diversification des gestes). L’interprétation de ce changement reste difficile à qualifier dans les faits (perte de standard, de modèle, etc.). Est-il le fait des lapicides ou de circonstances globales affectant l’ensemble de la production écrite ? De façon générale, comment articuler individualité d’un scribe/et du lapicide ou plutôt ce qu’il en reste – la trace d’une compétence particulière – la notion globalisante de « epigraphic habit » ? En contrepoint des ruptures et des continuités, la présentation invite à déterminer ce que la forme des lettres doit éventuellement à la porosité des techniques de gravure d’un support à l’autre, la communauté d’outils ou encore celle des gestes. Derrière ces questions, encore à traiter dans les travaux de Thierry Grégor, c’est la notion de « qualité » qui est en jeu, et son influence sur la périodisation des phénomènes graphiques.  La décision, l’adaptation et la mise en œuvre programment un résultat formel unique que notre regard taxinomique sur la date empêche de penser pour lui-même, indépendamment de l’évolution pensée a priori par l’historien. Si le VIIIe siècle semble du point de vue technique constituer une limite pour l’épigraphie médiévale, il reste à déterminer de quels phénomènes culturels elle est l’indice ou le moteur…

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) pose dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les reliquaires médiévaux des questions du même ordre, et cherche à interpréter l’apparition et les changements dans la forme et le contenu des textes à la lumière des transformations dans l’usage de ces objets particuliers. Son enquête, menée sur 350 inscriptions très diverses datées entre 700 et 1150, montre que l’écriture sur le reliquaire fait son apparition au VIIe siècle en Occident. Elle adopte des dispositions, des couleurs, des structures formelles et textuelles adaptées aux conditions d’exposition de l’objet (sur l’autel, dans l’autel, en mouvement…). L’inscription s’établit surtout en tant que « présence graphique » et cherche à accompagner un processus de sens : découvrir le contenu du reliquaire et sa sacralité. C’est cette stratégie de communication particulière, en prise directe avec le contexte du reliquaire, qui permet d’expliquer les choix mis en œuvre dans la pratique épigraphique, choix qui échappent en grande partie à toute tentative de périodisation. L’écriture sur l’objet est à l’interface entre le public et la relique ; l’inscription-reliquaire constitue donc une limite puisqu’elle sépare de la relique proprement dite tout en médiatisant la rencontre avec la relique.

Dans la présentation de Javier de Santiago (Université Complutense Madrid), les aspects paléographiques sont mis à l’épreuve d’une lecture chronologique sur le temps long du Moyen Âge pour signaler les limites d’une approche évolutionniste de l’écriture. Si les changements dans l’écriture au cours du temps sont une évidence, il est en revanche très difficile de les identifier strictement en « type » ou « modèle », et on assiste souvent à des chevauchements, propres à la notion de seuil. Javier de Santiago signale ainsi la continuité de l’écriture entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge, comme s’il s’agissait d’une même écriture. En s’inspirant des travaux de Jean Mallon, il propose une approche « naturelle » des questions graphiques, le ductus façonnant peu à peu des formes, entre canonisation et spontanéité. Une telle appréhension, si elle place bien le geste du lapicide au cœur de la réflexion, entrave fortement notre capacité à décrire les formes graphiques de façon objective, sans recourir au style.

C’est la même chose, dans le domaine du genre littéraire et non de la paléographie, que l’on observe dans la présentation de Daniel Rico (Université autonome Barcelone) consacrée à l’apparition et à l’évolution de la poésie monumentale. Si on peut dater son apparition avec le distique de l’arc de Constantin à Rome (324-337), il est en revanche plus difficile de suivre l’évolution de cette véritable nouveauté. Elle est probablement liée au développement de l’architecture chrétienne et à la mise en place de « pèlerinages épigraphiques » jusqu’au VIIIe siècle, le siècle obscur de l’épigraphie. On assiste alors à une rupture dans ce domaine alors que les inscriptions de cette même période témoignent de grandes innovations sous d’autres aspects (paléographie, monumentalisation, préciosité). Le contexte explique ; le contexte influence ; le contexte bouleverse ; le contexte ne semble en revanche pas suffisant pour comprendre l’ensemble des évolutions épigraphiques qui semblent animées d’une vie propre dès lors qu’elles sont le fait d’un geste unique.

Pour la fin du Moyen Âge, Julie Marquer (Université Lyon I) observe des phénomènes identiques pour les inscriptions en caractères arabes réalisées sous domination chrétienne. Comment expliquer le caractère tardif ou « singulier » des inscriptions ? Comment l’inscription s’insère-t-elle dans une norme ou une mode ? Comment se distingue-t-elle de son environnement graphique ? L’archaïsme et la nouveauté sont-elles des catégories opératoires pour expliquer la diversité des formes épigraphiques ? Les exemples analysés par Julie Marquer témoignent surtout d’une grande porosité culturelle et sociale des phénomènes graphiques, de contamination entre des documentations a priori distinctes, de dynamiques propres à chacune d’entre elles… Autant d’éléments qui, après une étude minutieuse de chacun des objets épigraphiques, sans présupposer de leur appartenance à une tendance particulière, nuancent l’établissement de chronologies, absolues ou relatives, par comparaison ou analogie à partir d’exemples limités ou d’échantillons.

Poitiers, La Grande Vacherie. Inscription rappelant la construction d’un mur de clôture (1332).

Dans sa présentation, Vincent Debiais (CNRS-CESCM) envisage cette empreinte du temps dans la pratique de la notice et dans les conditions particulières de la constitution des corpora épigraphiques. Ces réflexions sur les limites chronologiques dans le cadre de la pratique de l’édition et du traitement de l’information dans la production scientifique interrogent en réalité la pertinence de l’inscription au titre de « preuve » ou « argument » dans la démonstration historique d’une part, et la représentativité des inscriptions datées dans l’établissement d’un discours général sur la documentation épigraphique d’autre part. Comme dans toute pratique de l’histoire, la mention d’une date « engage », au sens premier de « mettre en gage », le discours – elle en détermine la validité intrinsèque ou sa possibilité d’être repris par d’autres. La date d’une inscription fait histoire. Dès lors, chaque mention de datation est un défi scientifique qui dit autant de la méthode que de la connaissance produite. La pratique de la datation, si elle est nécessaire, doit en tous les cas être guidée par la prudence, la mesure et par la pleine conscience de ce qu’elle va produire sur le reste de la production historique. Et elle doit toujours conduire à s’interroger sur ce que l’on date réellement et sur le processus même qui conduit à assimiler un objet inscrit et un « moment ». On se trouve toujours confronté à cette contradiction apparente d’attribuer une instantanéité, une fulgurance à quelque chose qu’on est en réalité incapable de saisir complètement dans son rapport au temps. Et c’est là une véritable limite de l’exercice de datation qui, par souci de scientificité, produit un décalage entre un objet, le fait auquel il se rapporte et la capacité du chercheur à le placer dans une chronologie.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) prolonge ces réflexions dans le cas concret du Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de sa déclinaison numérique TITULUS. Elle rappelle que les limites chronologiques des différents corpora reposent sur un mélange d’évidences documentaires (la cohérence de l’écriture minuscule gothique, par exemple) et d’arbitraires, souvent implicites (la « réforme carolingienne » comme commencement du corpus des inscriptions médiévales en France). L’épigraphie médiévale naît par analogie ou emprunt à l’épigraphie antique et les moyens de la datation, sa dynamique même, et les principes auxquels elle obéit héritent de ces usages, alors qu’on postule une différence de nature entre les inscriptions antiques et médiévales, et entre les disciplines chargées de leur étude. L’un des moyens proposés par Estelle Ingrand-Varenne pour sortir de cette impasse méthodologique est de « penser le texte » plutôt que l’inscription afin de ne pas couper l’objet de ce qui le précède ni de ce qui le suit. Le projet ouvert TITULUS, en permettant une édition enrichie des textes, devrait apporter des solutions ecdotiques pour saisir la documentation sur la longue durée.

Le débat qui clôt cette première journée souligne que penser le temps, c’est penser l’anachronisme, à commencer par l’anachronisme de nos démarches. Appréhender la documentation épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance devrait nous inviter à retourner à l’inscription et à la penser pour elle-même, dans une affirmation conjointe de l’érudition et de l’anthropologie historique. Rendez-vous est pris pour le 13 avril pour aborder les limites matérielles de l’écriture épigraphique lors de la deuxième journée d’étude du programme LIMITS.

Compte rendu de la première journée d’étude du programme LIMITS (Madrid, 25 octobre 2017) établi par Vincent Debiais et Morgane Uberti.

LIMITS – les frontières de la culture épigraphique médiévale

Le projet LIMITS entre la Casa de Veláquez et l’Université Complutense de Madrid est consacré aux frontières chronologiques, géographiques et méthodologiques de la culture épigraphique médiévale, et entend explorer les inscriptions aux marges du Moyen Âge, entre Antiquité tardive et Renaissance. Trois rencontres sont prévues à Madrid entre octobre 2017 et novembre 2018.

Dans le cadre de la programmation 2016-2019 de la Casa de Velázquez, le programme LIMITS compte approcher les « limites » de la culture écrite médiévale en dehors du monde manuscrit afin de mettre en lumière la diversité des pratiques graphiques dans leurs formes, fonctions, localisations et temporalités. Il est dirigé par Vincent Debiais et Morgane Uberti pour la Casa de Velázquez, et par Isabel Velázquez Soriano pour l’Université Complutense de Madrid.

Par « limites », le projet entend explorer les lisières chronologiques du Moyen Âge et étudier les inscriptions produites entre Antiquité tardive et Moyen Âge, et Moyen Âge et époque moderne, afin de déceler éventuellement les caractéristiques spécifiquement « médiévales » des pratiques graphiques. Le franchissement des frontières s’exercera aussi à l’échelle disciplinaire, puisque le projet sera l’occasion d’une étude des pratiques graphiques quelles que soient la nature et la fonction des objets : sceaux, devises, monnaies, mobilier de parure. Il entend analyser les spécificités formelles ou linguistiques des objets inscrits produits dans des contextes culturels de frontière, de conflit, de rencontre, de dialogue, de syncrétisme… Il se propose enfin d’étudier les phénomènes graphiques aux limites de l’écriture : signes non alphabétiques, pseudo-écriture, ornement, etc.

Conçu comme un espace de discussion, le programme LIMITS rassemblera ainsi pendant une longue année des spécialistes de formation et de profession différentes (épigraphistes, paléographes, numismates, historiens de l’art, archéologues) afin de mettre en évidence les structures communes des pratiques graphiques entre Antiquité tardive et Renaissance, de définir leurs implications anthropologiques, d’analyser les circonstances historiques de leur production, et d’entrevoir les conditions socio-culturelles de leurs usages. In fine, le projet a pour ambition de jeter les bases d’une approche globale de l’écriture dans les sociétés anciennes au-delà des limites traditionnelles imposées par les pratiques académiques.

La première réunion se tiendra à la Casa de Velázquez à Madrid le 25 octobre prochain. Elle abordera la datation et la gestion d’une épigraphie des limites et son incidence sur la représentativité de la documentation épigraphique entre Antiquité et Renaissance. Après quoi, il s’agira d’expliciter les découpages ecdotiques, non pas dans la perspective d’une exégèse des conditions de l’édition des inscriptions, mais dans celle d’une heuristique des phénomènes épigraphiques du Moyen Âge, dans la mesure où ces choix éditoriaux dessinent depuis un demi-siècle le paysage épigraphique médiéval tout en laissant dans l’ombre des pans entiers de la documentation. En quoi une inscription de 700 est-elle « plus » médiévale qu’un texte date de 600 ? Une inscription de 1450 est-elle différente d’un texte de 1550 ?

Le programme et l’affiche de cette première journée sont disponibles ci-dessous. Un résumé des travaux sera publié sur le carnet de recherche EPIMED début novembre. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

DIPTICO LIMITS

CARTEL LIMITS

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin

L’épigraphie communale, d’Armando Petrucci à la présence des inscriptions

Les 19 et 20 mai 2016, l’Institut historique allemand à Rome accueillait une rencontre internationale consacrée à l’épigraphie dite « communale » en Italie, à ses caractéristiques formelles et textuelles, à ses origines, à ses mutations (programme).

Organisée par Marc von der Höh et Katharina Bolle, la rencontre devait  mettre le concept d’épigraphie communale à l’épreuve du temps long des usages épigraphiques en Italie, en étudiant notamment les phénomènes de transition entre utilisation civique ou civile de l’écriture exposée dans les villes de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive et usages publiques de l’épigraphie à partir du XIIe siècle. Le colloque devait également passer le concept d’épigraphie communale au microscope des nouvelles tendances historiographiques développées par l’équipe d’Heidelberg dans le cadre des recherches sur la culture « matérielle » du texte. Mise en perspective des objets graphiques et de leur contexte de production ; mise en perspective des méthodes ; mise en perspective des traditions historiographiques… La rencontre avait tout pour susciter le débat et elle a largement tenu ses promesses !

Nicoletta Giovè, qui avait posé en 1995 les bases d’une définition de l’épigraphie communale (article en ligne), a ouvert le colloque en rappelant l’importance des inscriptions émises par les autorités des villes italiennes du Nord dans le marquage des espaces urbains et dans l’affirmation d’une identité collective. Flavia de Rubeis s’est quant à elle attachée à repérer, dans ce panorama, les points communs entre épigraphie communale et épigraphie familiale, pour finalement nuancer l’existence d’une catégorie épigraphique qui serait strictement « communale ». Cette confrontation de points de vue, parfaitement compatibles par ailleurs, a rendu manifeste l’existence de structures transversales dans les pratiques épigraphiques, inhérentes à l’emploi même des inscriptions. Partant, la recherche des intentions résidant derrière l’émission de chaque texte devient nécessaire ;  les exemples évoqués dans la suite de la rencontre pour plusieurs villes italiennes (Gêne, Venise, Florence, Padoue) ou pour des types d’inscriptions particuliers (portes de ville et d’édifices, fontaines) ont permis de constater la diversité des contextes et des fonctions épigraphiques.

Les travaux d’Armando Petrucci ont été très largement sollicités au cours du colloque. Si leur autorité n’a pas été discutée, loin s’en faut, ils ont toutefois été replacés dans la production globale de l’auteur afin de cerner avec précision le contenu réel de ses intuitions et  propositions méthodologiques ; et on ne peut qu’inviter le lecteur de ce billet à se replonger avec attention dans les textes fondateurs d’Armando Petrucci à chaque fois qu’il les trouve cités (trop rapidement) dans les notes de bas de page.

La rencontre de Rome a également permis d’interroger l’épigraphie dite « communale » du point de vue du récepteur/lecteur des inscriptions : quel est l’effet de ces textes monumentaux déployés au cœur des cités italiennes ? Sont-ils lisibles ? Marquent-ils de leur empreinte les espaces vécus au quotidien ? L’apport des travaux menés depuis quatre ans par l’équipe d’Heidelberg est, à ce titre, particulièrement important puisqu’il fait de la présence de l’écriture épigraphique (et des moyens visuels mobilisés pour l’assurer) un enjeu fondamental du recours aux inscriptions dans la culture écrite médiévale.

Parce que l’occasion était trop belle, les participants au colloque ont pu discuté de toutes ces questions (très sensibles dans les tendances actuelles de la recherche sur la literacy) face à quelques inscriptions romaines, notamment à Sainte-Cécile du Trastevere. Les conclusions de la rencontre devaient quant à elles faire émerger la notion provocatrice d’épigraphicité, soit une spécificité réelle de l’écriture médiévale (et au-delà) quand elle s’incarne dans le matériau dur et durable de la pierre. Difficile de prévoir la pérennité du concept, mais les actes du colloque, qui paraîtront au cours de l’année 2017, ne manqueront sûrement pas de revenir sur ses enjeux historiques et méthodologiques.

IMG_1123 (1)

Retour sur EPIMED III

Les écritures réservées…

Nous avions décidé de ne pas discuter a priori de ce qu’il fallait entendre par « écriture réservée » dans l’annonce de la troisième rencontre du programme EPIMED qui s’est tenue à la Casa de Velázquez la semaine dernière. Il s’agissait de laisser à tous les intervenants le soin d’interpréter l’expression au gré de leur spécialité et/ou de leurs centres d’intérêt pour évoquer la publicité de l’écriture épigraphique et ses limites.

Et c’était sans doute bienvenu ! Il faut remercier tous les intervenants pour la qualité de leur intervention et leur prise de risque quant au sujet. Les communications et les échanges nourris qui les ont suivies ont guidé les pas des participants vers une remise à plat de certains grands principes de la discipline épigraphique à la faveur de l’analyse en contexte (linguistique, matériel, architectural et artistique) des inscriptions. L’intention de l’émetteur du message, les conditions techniques de sa mise en œuvre, les circonstances de sa réception et le temps long de la communication épigraphique sont revenus au centre des débats au cours de ces deux journées et invitent désormais à penser le caractère publicitaire éventuel d’une inscription à l’échelle de chaque objet épigraphique plutôt qu’à l’échelle d’une pratique par définition non homogène et circonstancielle. Partant, la figure du scripteur qui affiche, soustrait, réserve le message épigraphique se trouve investi d’une fonction particulière dans la sociologie de l’écriture, et c’est dans le geste derrière l’inscription qu’il faut chercher à établir la dimension publicitaire de la pratique « épigraphie » plutôt que dans les principes épistémologiques de la discipline « épigraphie ».

La variété des sujets et corpus abordés a posé la collaboration entre tous les spécialistes de l’écriture exposée, quelle que soit la langue, la localisation, la forme des textes, comme indispensable pour saisir les spécificités éventuelles de la communication épigraphique. De même l’épigraphie ne peut-elle pas s’isoler de l’étude des formes manuscrites de l’écriture médiévale avec lesquelles elle partage bien plus de points communs que les séparations académiques ne le laissent penser.

Cdw8PwLUUAATaN9
Inscription de Tordesillas rapportant les victoires d’Alfonso XI

 

Il reste donc beaucoup de travail à faire et la prolongation d’un programme EPIMED étendu à l’Antiquité tardive est apparue comme une nécessité scientifique. D’ici-là, conformément aux objectifs annoncés lors de l’ouverture des journées EPIMED III, l’équipe prépare un texte de synthèse sur le thème des « écritures réservées » qui sera prochainement disponible sur le carnet de recherches EPIMED et qui reprendra l’ensemble des discussions tenues à Madrid les 17 et 18 mars 2016.

En attendant cette publication, vous retrouvez le live tweet et les clichés des journées sur les comptes @vdebiais et @medieviz (#Epimed3).