Archives par mot-clé : art

sendas epigráficas – l’épigraphie tardo-antique et medievale s’expose à la casa de velázquez

Du 10 au 29 mai 2019 se tiendra à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne) l’exposition intitulée Sendas epigráficas qui met en perspective les objets épigraphiques de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge avec des œuvres originales créées par six artistes en résidence à l’Académie de France à Madrid. Pensée comme le colophon du programme de recherche LIMITS, l’exposition donnera lieu à une publication en ligne réunissant le catalogue et des textes originaux rendant compte de cette rencontre entre les disciplines et les pratiques.

Au cours des années 2017-2018 se sont tenues à la Casa de Velázquez à Madrid trois journées d’études consacrées aux limites chronologiques, matérielles et alphabétiques de la culture épigraphique entre Antiquité tardive et époque moderne, dans le cadre du programme bilatéral LIMITS entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, avec le soutien du CESCM. Elles ont donné lieu à de très riches discussions méthodologiques autour de la définition de l’objet épigraphique, de ses fonctions, de ses permanences sur le temps long de l’histoire de l’écriture. Elles ont également permis de mesurer l’immense créativité graphique mise en œuvre par les scripteurs médiévaux qui ont joué de la beauté plastique des signes pour créer des objets dotés d’une profondeur esthétique indéniable.

Le constat d’une beauté intrinsèque de l’inscription, en tout cas d’une capacité du matériau épigraphique à devenir le lieu d’une recherche esthétique, a conduit les coordinateurs du programme LIMITS à envisager la documentation ainsi étudiée comme un matériau à soumettre à la création artistique contemporaine. La Casa de Velázquez accueillant à la fois l’École des hautes études hispaniques et ibériques et l’Académie de France à Madrid s’est imposé comme le lieu idoine pour envisager une telle rencontre entre artistes et scientifiques. Car il s’agit bien d’une rencontre autour du matériau épigraphique, entre des spécialistes de la dimension historique et matérielle des inscriptions et des créateurs qui en ont perçu toutes les possibilités esthétiques et discursives.

Un dialogue permanent, nourri, s’est instauré entre les différents acteurs depuis le mois de septembre 2018 pour mettre en œuvre un parcours scénographique mêlant reproductions d’inscriptions (antiques, médiévales et modernes) et œuvres contemporaines, autour de trois thématiques centrales : le signe, le temps, la matière. L’exposition Sendas epigráficas multiplie donc les supports et les formes, de la gravure au dessin, de la sculpture à la création sonore, de la vidéo à l’estampage. Elle témoigne ainsi de la diversité formelle ontologique des cultures écrites pré-typographiques ; elle est aussi une invitation à penser les permanences ce ces phénomènes graphiques au moment où l’écriture se dématérialise en signaux électriques, en hologrammes, en métaphores architecturales…

Sylvain Konyali – estampe de pierre 15×20 cm encre sur papier coréen (2019)

L’exposition, qui se tiendra à la Casa de Velázquez du 10 au 29 mai 2019, donnera lieu également à la production d’un objet éditorial original réunissant le catalogue des œuvres exposées à Madrid, des entretiens avec les artistes, des comptes rendus de visiteurs experts, des communications prononcées au cours des trois journées d’études du programme LIMITS. Avec ce projet ambitieux, mené dans un véritable esprit de partage, d’ouverture et de dialogue entre science et art, les commissaires de l’exposition entendent attirer l’attention d’un large public sur l’intérêt historique, culturel et artistique de cette documentation qui habitent encore avec prégnance les espaces urbains, réels ou fictifs, du monde contemporain.

Pour plus d’information, voir l’annonce de l’exposition sur le site de la Casa de Velázquez ou contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr) ou Morgane Uberti (morgane.uberti@hotmail.fr).

Séminaire SEMPER : la création graphique

La troisième séance et dernière du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2017-2018 se tiendra le vendredi 18 mai au CESCM (salle Crozet). 

Alors que les auteurs médiévaux ont davantage pensé la « création » d’un point de vue théologique, Dieu en étant le sujet, il s’agira ici d’utiliser ce terme dans son sens contemporain pour comprendre la capacité de l’écriture médiévale à générer et créer des forme et du sens, à montrer sa créativité, sans chercher à retrouver une intention créatrice. Tous les aspects graphiques peuvent être abordés : la création de nouvelles lettres ou de nouveaux alphabets, les assemblages de caractères dans les jeux de lettres recréant sans cesse l’image du mot, les nouvelles formes d’abréviations et les formules graphiques, jusqu’aux mises en scène originales du texte et agencements syntaxiques textes et images, entre gammes de variations et surgissement du neuf, combinatoires de variantes et re-création.

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

11h : Premier dossier

  • Eva Caramello (Création ou transformation ? L’évolution des graphies gravées à partir des exemples toulousains)

Déjeuner

13h30-17h : Suite de la présentation des dossiers

  • Arnaud Loaec (Création graphique et topographie à Constantinople aux IXe et Xe siècles)
  • Maria Villano (Les inscriptions des colonnes du ciborium de Saint-Marc à Venise)
  • Clément Dussart (Les graffitis)
  • Thierry Grégor (Épigraphie expérimentale : évolution de l’écriture et de la technique)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).