Archives par mot-clé : bibliographie

Un seminaire, Un livre – L’épigraphie à l’unviersité complutense de madrid

Malgré les temps difficiles que nous traversons, la recherche ne saurait s’arrêter et il faut saluer chacune des initiatives qui permettent de garder le contact et d’engager le dialogue sur les questions d’épigraphie médiévale. C’est le cas avec deux nouveautés en provenance de l’Université Complutense de Madrid : la publication d’un ouvrage collectif et la tenue récente d’un séminaire doctoral consacré aux “objets écrits”.

Commençons par le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo, publié sous la direction d’Isabel Velázquez Soriano et Sonia Madrid Medrano. Il regroupe une vingtaine de contributions consacrées, comme l’indique le titre de l’ouvrage, aux inscriptions édilitaires ; soit les textes épigraphiques relatifs à l’édification des monuments publics et privés, mentionnant les circonstances, les acteurs, les fonctions et le statut de ces bâtiments. Les textes couvrent une très large période, de l’Antiquité classique à la Renaissance, et un vaste espace géographique, de l’Europe occidentale à l’Extrême-Orient. Cette variété documentaire, fruit d’une approche “globale” de l’histoire, et d’une tendance à la longue durée qui fait éclater – pour le meilleur et pour le pire – toute forme de périodisation, invite nécessairement au comparatisme et à la mise en perspectives des pratiques d’écriture à l’échelle du globe. Elle permet aussi de belles découvertes et l’appréhension des enjeux anthropologiques de l’écriture épigraphique. Le volume, très bien présenté et illustré, constitue donc une initiative éditoriale heureuse.

Le très court prologue, de la plume des éditrices, qui ouvre le livre, revient sur la définition de l’inscription édilitaire pour constater la diversité de ses formes et de ses contenus. Le “lien” avec le monument peut être lâche, implicite, tu ou perdu, et l’attribution d’une fonction édilitaire à l’inscription relève souvent du geste de l’éditeur qui invente cette relation de sens en fonction des éléments dont il dispose dans le texte ou le contexte de l’inscription. Cette introduction aurait pu être l’occasion de s’interroger précisément sur l’attribution de l’adjectif unique “édilitaire” à des inscriptions qui se comprennent dans des contextes historiques, géographiques, intellectuels et religieux très différents ; de façon générale, sur la pertinence et l’effet de la taxinomie quand elle s’étend sur un vaste domaine documentaire ; et de façon peut-être plus profonde, sur ce que fait l’éditeur au texte quand il cherche à lui attribuer une étiquette forgée sciemment dans l’anachronisme.

Ces questions dépassent largement le propos de l’introduction, c’est évident, mais en feuilletant les très bons articles du volume, on ne peut s’empêcher de constater leur poids sur la réflexion épigraphique, au moment où l’on cherche à mettre en lien une documentation “qui s’ignore”. Les textes adoptent des postures très variées : présentations de dossiers, études de cas, synthèses historiques, plans de recherche. Quelques interrogations semblent traverser pourtant les contributions. Quel est le lien (langagier et spatial) entre le texte et le monument ? Qu’induit la position de l’inscription édilitaire sur son “public” ? Sous quelle forme apparaissent les promoteurs des travaux rapportés dans le texte ? Comment est pensée la relation entre le moment de la construction et la durée de l’exposition du message épigraphique ? La catégorie “édilitiare” est-elle fondée sur une constante dans le contenu, la forme, la localisation ou le formulaire des inscriptions ? Autant de questions passionnantes qu’il est bien difficile de poser à l’échelle du livre tant les articles portent l’empreinte bien contraignante – et passablement agaçante – de terminologies non partagées. Les mêmes inscriptions sont ainsi désignées par des termes différents en fonction de la nationalité de l’auteur, de la période envisagée ou de l’approche retenue… L’ambition globalisante du titre et de l’introduction se trouve ainsi limitée par une étanchéité des méthodes et des documentations. Il y a bien des épigraphies, et il faut multiplier les rencontres et les occasions de dialogue, quand les circonstances le permettront, pour s’entendre sur les mots que l’on emploie et dur les notions que l’on manie.

C’est exactement ce qu’a montré la belle manifestation organisée par les doctorants du Département des sciences et techniques historiographiques de l’Université Complutense de Madrid, les 24-25 septembre dernier. Ce séminaire a réuni, sur un campus désert et confiné, une vingtaine de jeunes chercheurs en épigraphie, numismatique, diplomatique et codicologie pour des exposés brefs sur le thèmes des “objets inscrits”. On a vu défiler sur l’écran des documents castillans du XIIe siècle, des monnaies philippines, des épitaphes romaines, des peintures sur chevalet de la fin du Moyen Âge, des livres de comptes… Une belle occasion pour tous de découvrir de nouveaux sujets et, une nouvelle fois, une immense variété documentaire.

Les questions de terminologie ont occupé la plus grande partie des présentations et des débats, et ont laissé dans l’obscurité, ou du moins dans l’ombre, les grandes problématiques historiques des pratiques de l’écriture. Plutôt que de se demander si l’inscription placée sur le phylactère tenu par la Vierge dans une Annonciation appartient à telle ou telle catégorie éditoriale, ne convient-il pas davantage de s’interroger sur ce que le texte peint produit dans la narration en images ? Plutôt que de reconstruire une inscription peinte lacunaire à partir de formulaires (que l’on considère à tord comme inaltérables), ne faut-il pas se demander si le texte a été inscrit par le peintre lui-même ou a posteriori ? Plutôt que de se demander si la forme épigraphique de la lettre M appartient à telle ou telle catégorie paléographique établie sur des documents manuscrits, ne peut-on pas interroger les conditions matérielles et physiques dans lesquelles le scripteur a dû tracer le texte ? Il ne s’agit pas simplement de constater des divergences méthodologiques – on vit finalement très bien quand on reconnait nos différences et qu’on les expose clairement. Il s’agit de s’interroger en revanche sur la façon dont l’épigraphie intègre la pratique de l’histoire. Peut-on espérer refléter dans la médiévistique la place qu’on eut les inscriptions au Moyen Âge si on ne cherche pas à comprendre aussi ce que signifie écrire dans la pierre, le métal, le bois ou la peinture ? L’erreur qui consisterait à opposer érudition, édition et anthropologie dans l’étude des inscriptions conduirait à isoler l’épigraphie dans le champ des sciences auxiliaires de la médiévistique ; et on peut se demander si de telles rencontres scientifiques ne gagneraient pas en perspective en confiant les débats et les discussions à des historiens non spécialistes de l’épigraphie ou de la diplomatique. Non pas parce qu’il manque quoi que ce soit aux sciences auxiliaires, mais parce qu’elles offrent justement de nouvelles portes d’entrée dans nos connaissances sur le Moyen Âge.

Avec le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo et les journées d’études Objetos escritos, l’équipe très dynamique de l’Université Complutense de Madrid nous invite à réfléchir sur ces questions de méthode et à penser la documentation au-delà des catégories et de l’épistémologie.