Archives par mot-clé : diplomatique

Un Moyen Âge en rupture ? L’affichage du droit entre Antiquité tardive et époque moderne

Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL “Histoire et pratiques de l’écrit”, le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental.

Le premier séminaire se tiendra le 19 septembre 2019 et sera consacré à la question des continuités et des ruptures dans l’affichage épigraphique du droit entre Antiquité, Antiquité tardive, Moyen Âge et Époque moderne.

À partir d’exposés sur chacune de ces périodes, et au-delà de l’aspect artificiel du découpage, il s’agira de savoir si les pratiques médiévales sont spécifiques ou originales, comment elles peuvent être comprises dans une longue histoire des pratiques écrites du droit, quels sont les principes structurels en jeu dans la publication monumentale des décisions et des normes, etc.

PROGRAMME

Frédéric F. Martin (Université de Nantes) – Formes et pratiques d’affichage du droit : la juridicité médiévale à l’épreuve

Morgane Uberti (Casa de Velázquez, Madrid) – Inscrire le droit après Rome. Questions diverses à partir des écritures juridiques (Occident tarde-antique)

Arnaud Loaec (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers) – Afficher l’édit conciliaire de 1166 : résurgence ou habitude à Byzance ?

Anne Béroujon (Université Grenoble Alpes) – Les inscriptions et le droit à l’époque moderne

Isabelle Bretthauer (Archives nationales) – Les ardoises comme support d’écriture, le cas des écrits juridiques exposés (XIVe-XVIe siècle)

 

École des hautes études en sciences sociales

54, boulevard Raspail

salle A4-47

19 septembre 2019 – 14h-18h

renseignements : vincent.debiais@ehess.fr

Afficher le droit au Moyen Âge : les chartes lapidaires en discussion

Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL “Histoire et pratiques de l’écrit”, le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental. Il est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique, et sur la mise à disposition du corpus rassemblé au cours de la recherche. Premier rendez-vous le 19 septembre prochain !

Montélimar (26), église Sainte-Croix. Charte lapidaire (1198)

La réflexion sur la question de l’affichage épigraphique du droit au Moyen Âge prend pour point de départ la notion de « charte lapidaire » qui conjoint dans un même syntagme une catégorie diplomatique et un matériau dur et durable, et qui désigne une grande variété d’inscriptions présentant des similitudes – qu’il conviendra de lister et de qualifier – avec la documentation diplomatique médiévale. En arrière-plan, elle interroge la capacité de la pratique épigraphique à fonder, affirmer et transmettre le droit, et soulève donc un grand nombre de questions : le geste de communication qui consiste, par exemple, à apposer une inscription dans la ville est-il de nature juridique ? Comment penser ce geste d’exposition dans le scénario diplomatique ? L’effet produit par l’affichage épigraphique acquiert-il dans les moyens mobilisés (localisation, forme, graphie) une réalité symbolique, pragmatique, voire performative ? Si tel est le cas, comment passe-t-on d’un acte diplomatique à l’exposition de son contenu ?

Le programme de recherche Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires a pour intention de revenir sur l’ensemble de ces questions dans une perspective anthropologique, celle du lien entre action juridique et geste graphique, et dans le contexte de l’écriture exposée. 

Le contexte chronologique envisagé est celui d’un très long Moyen Âge central allant du XIe au XIVe siècle et l’inventaire concerne l’Europe occidentale, sans s’interdire cependant des incursions en-deçà et au-delà de ces repères chronologiques et géographiques car ce sont bien les phénomènes de structure, de permanence ou au contraire de transformation, qui permettront, en dialogue avec l’unicité de chaque document, de déceler les enjeux graphiques et langagiers de ces objets complexes.

Le programme de recherche est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique. Dans ces actions, il réunit autour d’objets concrets des spécialistes de diplomatique, de paléographie, d’épigraphie et d’histoire du droit pour approcher de façon globale chaque geste d’écriture exposée, dans une entreprise qui cherchera à dépasser le clivage entre fonction diplomatique et fonction symbolique en explorant les notions de trace, d’empreinte, d’image ou encore d’écho.

Cheffes (49), église Notre-Dame. Inscription mentionnant la fondation et la consécration de l’église (1167)

Le projet est porté par l’École des hautes études en sciences sociales, au sein du Centre de recherches historiques et du groupe de recherche Anthropologie historique du long Moyen Âge. Il est organisé en étroite collaboration avec Sébastien Barret (Institut de recherche et d’histoire des textes), Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes), Laurent Morelle (École pratique des hautes études) et Marc Smith (École nationale des chartes/École pratique des hautes études).

Les quatre établissements réunissent à cette occasion leurs expertises respectives dans les différents domaines de la culture écrite médiévale et dans les disciplines de l’érudition (paléographie, diplomatique, épigraphie) en les concentrant, de façon originale, autour des objets épigraphiques, généralement laissés à la marge de ces questionnements. Il s’agit donc par cette réflexion collective de proposer une approche globale du phénomène graphique pour comprendre son impact dans l’histoire des pratiques écrites. Plutôt que d’envisager une approche interdisciplinaire, il s’agira de mesurer la capacité des formes et des contenus à passer d’un support ou d’un objet à l’autre, et de signaler ainsi la porosité des frontières disciplinaires et la nécessité de les dépasser.

Les deux premières séances se tiendront les jeudis 19 septembre et 5 décembre à l’École des hautes études en sciences sociales (54, boulevard Raspail, salle A4-47) de 14h à 18h.

Elles seront consacrées aux sujets suivants : (1) « Un Moyen Âge en rupture ? L’affichage du droit entre Antiquité tardive et époque moderne » (19 septembre 2019) ; (2) « Questions de forme, questions de format ou comment faire charte » ( 5 décembre 2019) ; le programme détaillé des séminaires sera disponible dès la rentrée.

Les deux séances au premier semestre 2020 poursuivront la réflexion avec les thèmes (3) « Documents écrits et documents figurés : les liens avec l’image » et (4) « Réseaux d’écriture et intertextualité : les chartes en absence ».

Les séances sont ouvertes à tous et feront l’objet de comptes rendus systématiques des présentations et des discussions. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais.