Archives par mot-clé : Épigraphie

Du neuf à l’inscripthèque

Articles

Blanchard Marianne,« Nomina Inserere Voluerint, Non Prohibeatur. Nominal Inscriptions Inside the Altar in the North-East of the Iberic Peninsula (9th-13th Centuries) », Fenestella 3, 2022, p. 1-43.

Blennow Anna, Palumbo Alessandro, « At the Crossroads between Script Cultures The Runic and Latin Epigraphic Areas of Västergötland », The Meaning of Media: Texts and Materiality in Medieval Scandinavia, 2021, p. 39-69.

Debiais Vincent, « Allusion and elusion: writing on the Cloisters Cross », Word & Image, 39:1, 2023, p. 33-42.

Debiais Vincent, « Le territoire graphique de l’eucharistie. Inscriptions et autel dans l’église médiévale », L’église microcosme. Architecture, objets et images au Moyen Âge, éd. Ph. Plagnieux, A.-O. Poilpré, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2023 (Histo.Art 15), p. 105-127. 

Debiais Vincent, « Par-delà lecture et culture. Notes sur la notion de communication en épigraphie médiévale », Praxis epigráfica. Desarrollo en el tiempo y en el espacio, Isabel Veláquez Soriano, Sara López-MarotoQuiñones (éds), Madrid, Guillermo Escolar Editor, 2023, p. 475-494.

Debiais Vincent, « Verse Epitaphs and Funerary Narratives. A Complex Inscription from the Cathedral in Girona (14th century) », Writing on Tombs in Medieval and Early Modern Times, Vinni Lucherini; Tanja Michalsky; Diego Carnevale eds, Viela, p. 215-230.

Debiais Vincent, Lamouille Stéphane, « Note sur une inscription inédite de l’abbaye de Lahonce », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=570

Dussart Clément, « Christian Graffiti on a Reused Lintel fromMamluk-Period Ramla: A Glimpse from the East into Western Medieval Society », Atiqot – special issue Inscriptions and Writing, 110 (The Ancient Written Wor(l)d), 2023, p. 283-299.

Favreau Robert, « Quatre épitaphes parisiennes concernant le Poitou (fin XIIIe siècle-XIVe fin siècle) », Revue historique du Centre-Ouest, t. XXI, 2022, p. 169-174.

Favreau Robert, « La mort de Jean Talbot à la dernière bataille de la guerre de Cent Ans », Revue historique du Centre-Ouest, t. XXI, 2022, p. 175-176.

García Morilla Alejandro, « Escritura publicitaria en el tránsito entre el medievo y la modernidad. Los retablos de Santo Tomás y Cristo de Caparroso de la Catedral de Pamplona. Estudio paleográfico », Medievalista Nº 35 | Janeiro – Junho 2024, p. 221-247.

Gay Françoise, « La notion de programme à travers les textes prophétiques », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=595

Ingrand-Varenne Estelle, « French Inscriptions in the Latin Kingdom of Jerusalem: from Word to Museum », Atiqot – special issue Inscriptions and Writing, 110 (The Ancient Written Wor(l)d), 2023, p. 241-262.

Ingrand-Varenne Estelle, « Incorporating a Name in an Image and an Image in a Name. Comparison between Byzantine and Latin Inscriptions », Studies in Byzantine Epigraphy, Ida Toth and Adreas Rhoby dir., Turnhout :Brepols, p. 93-111.

Ingrand-Varenne Estelle, Agrigoroaei Vladimir, « Cum manus his Efrem fertur fecisse tu autem (1169). The transfer of a formula in the mosaics of the Nativity Church in Bethlehem », Translation Automatisms in the Vernacular Texts of the Middle Ages and Early Modern Period, dir. Vladimir Agrigoroaei, Ileana Sasu, Turnout, Brepols, 2023, p. 430-436.
 
Ingrand-Varenne Estelle, « Chiselled in rock, printed on paper: Francesco Quaresmio and the epigraphy of the Holy Land»,  Mediterranean Historical Review, 2023, 38 (2), p. 273-290.
 

Kroiss Daniel, « Die ältestedatierte Inschrift in deutscher Sprache », Zeitschrift für deutsches Altertum un deutsche Literatur, 146, 2017/1, p. 41-53.

Kumler Aden, « Writing on the world beyond the page: medieval inscriptions as facta and ficta” », Deutsche Viertel jahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 97 (2023), p.447-484.

Macián FerrandisJulio, « De epigraphia pictorica. The case of Valencia (13th-16th century) », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=579

Marcoux Robert, « Breaking the Silence of the Grave. The Agency of Speech Scrolls on Late Medieval French Tombs », Early Music 48, 2020, p. 465-478.

Palumbo Alessandro, « Analysing bilingualism and biscriptality in medieval Scandinavian epigraphic sources: a sociolinguistic approach », Journal of Historical Sociolinguistics 2023; 9(1), p. 69-96.

Rico Daniel, « Culmina qui feci  carmina qui cecini. El programa epigráfico de Angilberto en Centula/Saint-Riquier », I. Velázquez Soriano y S. López-MarotoQuiñones (eds.), Praxis epigráfica. Desarrollo en el tiempo y en el espacio, col. Epigraphica Complutense, Madrid, Guillermo Escolar Editor, 2023, p. 409-445.

Rodríguez Suárez Natalia, « La permeabilidad entre los profesionales de la escrituraen la Edad Media. Evidencias de un rogatarioúnicopara documentos, códices e inscripciones », Monumentum, Documentum. L’epigrafia come documentazione medievale, a cura di Leonardo Magionamie María Encarnación Martín López, Spolète, 2023, p. 158-170.

Uberti Morgane, « Les épitaphes en leur “milieu”. Remarques à partir du matériel épigraphique de l’Aquitaine tardo-antique et alto-médiévale », in: Ardeleanu, Stefan und Cubas Díaz, Jon C. (Hrsg.): Funerary Landscapes of the Late Antique “oecumene”: Contextualizing Epigraphic and Archeological Evidence of Mortuary Practices. Proceedings of an International Conference in Heidelberg, May 30–June 1, 2019, Heidelberg: Heidelberg University Publishing, 2023 (Kulturelles Erbe: Materialität – Text – Edition (KEMTE), Band 3), p. 529-564.

Villano Maria Aimé, « Un épitaphier della Biblioteca Comunale Passerini-Landi di Piacenza per lo studio dei monumenti funerari ciprioti », Repenser l’histoire de l’art médiéval en 2022. Recueil d’études offertes à Xavier Barral i Altet, Miljenko Jurković, Elisabetta Scirocco, Arnaud Timbert (eds), Turnhout : Brepols, 2023, p. 833-844.

Livres

Writing Names in Medieval Inscriptions, Estelle Ingrand-Varenne, Elisa Pallottini, Janneke Raaijmakers (†) dir., Turnhout :Brepols, 2023.

Ferguson Ronnie, Venetian Inscriptions. Vernacular Writing for Public Display in Medieval and Renaissance Venice, Modern Humanities Research Association, 2021.

Epigraphie… ou pas ? Séminaire SEMPER 2023-24

C’est cette expression devenue banale cette dernière décennie – “ou pas ?” – appliquée à l’épigraphie qui nous accompagnera cette année pour le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit.  Cette locution verbale moqueuse voire ironique offre l’occasion d’un retour sur la discipline “épigraphie”, sur ses contours flous autour d’un consensus pragmatique et fonctionnel, ses porosités et son caractère peut-être indiscipliné. 

Lettres graffitées non destinées à durer, poésie manuscrite à caractère épigraphique, tatouages, marques lapidaires, enseignes, pseudépigraphie… autant de cas qui interrogent quand on cherche à établir un corpus. Le séminaire proposera un dialogue avec les autres disciplines, telles que la sigillographie, la numismatique, l’archéologie, la paléographie ou encore la typographie. L’enjeu n’est pas d’ériger des frontières, mais de se poster au seuil et de garder la porte ouverte, notamment au moment du lancement de la Maison de l’épigraphie au CESCM. 

7 séances se dérouleront au cours de l’année 2023-2024, à raison d’une par mois, à la fois sous forme de journée au CESCM et sous forme de webinaire de 2h par Zoom.

Lien pour suivre à distance par Zoom les webinaires : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

  • Vendredi 13 octobre 2023, 9h-17h30 (Salle des Actes, UFR SHA) : Graffitis médiévaux, de Bethléem à Marmande : programme détaillé de la journée et lien spécifique ici 
  • Jeudi 16 novembre 2023, 10h-12h : webinaire avec Délia Préteux, “Transcrire la légende du sceau médiéval, Sigilla–Anrt”
  • Jeudi 14 décembre 2023, 9h30-17h (CESCM) : Poésie à caractère épigraphique, séminaire organisé par Cécile Treffort (IUF) en lien avec le projet CARMECA.
  • Jeudi 15 février 2024, wébinaire 10h-12h : Enimie Rouquette (Ecole nationale des chartes), “La poésie de Théodulf d’Orléans”.
  • Jeudi 14 mars 2024, wébinaire 14h30-16h30 : Katherine Dauge-Roth (Associate Professor of Romance Languages and Literatures, Bowdoin College), “Signing the Body; tattoos and pilgrimages”.
  • Mardi 16 avril 2024, wébinaire 16h-18h : Hallie G. Meredith (Assistant Professor of the History of Ancient Art, Washington State University), “When Inscriptions are Not: The Case of Imagistic Script as Makers’ Marks on Late Antique Diatreta”.
  • Jeudi 16 mai 2024, wébinaire 10h-12h : Lei Huang, “Les marques lapidaires de l’église abbatiale de Conques”.

Séminaire SEMPER : 14/12 le poème épigraphique, entre manuscrit et réalité matérielle

La prochaine séance du séminaire SEMPER sur le thème “Epigraphie… ou pas ?” aura lieu jeudi 14 décembre 2023 au CESCM (Salle Crozet), et portera sur le poème épigraphique, entre manuscrit et réalité, dans le cadre du projet IUF CARMECA.

Ce séminaire est ouvert à tous et il sera aussi accessible à distance à ce lien : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

Pour toute information complémentaire, contactez CécileTreffort : cecile.treffort@univ-poitiers.fr

Programme de la journée :

9h30 : accueil des participants (café)

10h00 : introduction à la journée

10h30 : Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM), Foucher de Chartres, poète et auteur d’inscriptions en Orient ? Le cas de l’épitaphe de Baudouin Ier

11h30 : pause

11h45 : Jérémy Delmulle (CNRS-IRHT), Six poèmes carolingiens inédits : un cycle épigraphique ?

12h45 : déjeuner

14h15 : Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard (Université d’Aix-Marseille), Comment évaluer la réception de Paulin de Nole pendant la période carolingienne ? 

15h15 : pause

15h30 : Cécile Treffort (Université de Poitiers / IUF), Les poèmes épigraphiques de Raban Maur pour l’abbatiale de Fulda

16h30 : discussion générale

17h00 : fin du séminaire

Parution : Inscriptions, une matière en toutes lettres

Dirigé par Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon, les actes du colloque “Inscriptions : une matière en toutes lettres” viennent de paraître aux Presses Sorbonne Nouvelle (Collection « Littérature française et comparée ») , 2023, avant d’être bientôt mis en ligne.

       

« Une matière en toutes lettres » est une formule réversible – de la matière devenue inscription à la lettre, objet matériel – qui cherche à se tenir, en toute humilité, à l’intersection de deux immenses terrains d’études marqués par un fort dynamisme ces dernières décennies, la scripturalité au Moyen Âge et la question de la matérialité en sciences humaines et sociales, qui a partie liée avec la culture matérielle ». En invitant à penser toutes les facettes de leur articulation à partir du prisme de l’inscription, elle suppose a priori que l’on envisage le texte en lien avec son mode d’existence matérielle, ce que la période médiévale incite naturellement à faire. [extrait de l’introduction]

Table des matières :

En guise d’exergue (Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon), p. 7

1re partie : Textes

  • Image pré/texte, image alibi. Hypothèses épigraphiques dans la poésie latine des XIe-XIIe siècles (Vincent Debiais), p. 27
  • Entre ekphrasis et matière. Les poèmes épigraphiques
    de Suger à Saint-Denis (Émilie Mineo), p. 45
  • Les fables d’Ésope à Fleury : du manuscrit aux peintures du réfectoire, et retour (Estelle Ingrand-Varenne), p. 67
  • Parler à travers le temps : le pouvoir des inscriptions dans La Queste del saint Graal (Carine Giovénal), p. 85
  • Les Inscriptions d’Hercule, des chroniques alphonsines
    au Recoeil des Histoires de Troyes de Raoul Lefèvre (XIIIe
    -XVe siècles) (Florence Tanniou), p. 101

2e partie : Images

  • Des inscriptions en représentation dans l’Estoire del Saint Graal (Sandrine Hériché Pradeau), p. 121
  • Le phylactère-volumen, des manuscrits médiévaux aux bandes dessinées médiévalistes (Clara de Raigniac), p. 149

3e partie : Artefacts

  • Historiographie de la taille de pierre (Thierry Gregor), p. 169
  • Le chapiteau inscrit comme objet performatif dans le cloître de Saint-Pierre de Moissac (Kristine Tanton), p. 185
  • De la sagesse antique à la morale chrétienne. Les stalles de la cathédrale d’Ulm (Séverine Chassagne), p. 203
  • « Deviser le fait de l’estoire » : présence et absence d’inscriptions
    dans les décors peints des maisons médiévales (Térence Le Deschault de Monredon), p. 223
  • Matérialités de l’inscription dans l’espace domestique. Le plafond peint du Plessis-Bourré (Cécile Bulté), p. 245
  • Les inscriptions sur les plafonds peints, entre « fonction d’ancrage » et « fonction relais » (R. Barthes) (Maud Pérez-Simon), p. 271

Liste des illustrations, p. 291

Index, p. 299

Monumentalité épigraphique

À première vue, le médiéviste qui s’intéresse aux inscriptions du Moyen Âge occidental restera sur sa faim à la lecture du numéro intitulé “Transposition and Monumentality in Pre-Modern Epigraphic and Manuscript Traditions”, premier volume de l’année 2022 de la très belle revue Manuscript and Text Cultures publiée par le centre de recherche du même nom à Oxford. Les six articles regroupés dans ce numéro concernent en effet des inscriptions réalisées à l’âge du bronze au Levant, l’écriture maya des XIIIe-XVe siècles, les textes monumentaux dans l’Égypte du troisième millénaire avant notre ère et les objets inscrits dans la Chine Ancienne ; seul le dernier texte, consacré aux runes et aux manuscrits insulaires du haut Moyen Âge convoque des images, des graphies et des réflexions éventuellement familières aux lecteurs et aux lectrices du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Aussi la consultation de ce numéro épigraphique provoque-t-elle d’abord un sentiment de vertige face à la diversité et la richesse des cultures épigraphiques pré-modernes dès lors qu’on les pense à l’échelle de la planète. Une fois passée cette première impression qui renverra le médiéviste à l’étendue de son ignorance (pas un seul titre cité dans les bibliographies en fin d’article ne fait partie de l’arsenal historiographique de l’épigraphie médiévale), c’est la curiosité qui prend le relais et l’envie de découvrir ces objets inscrits plus fascinants les uns que les autres : contrats commerciaux, signatures d’artisans, décrets princiers, éloges funèbres, etc. Le soin apporté à la reproduction des images et la minutie du travail éditorial contribuent à l’enthousiasme de tous ceux qui, intéressés par les pratiques graphiques, trouveront dans les 230 pages du numéro de quoi alimenter leurs réflexions et assouvir en partie leur soif de comparatisme.

Mais ce n’est pas parce qu’il sort le médiéviste de sa zone de confort que ce numéro de Manuscript and Text Cultures est important ; il l’est en réalité parce qu’il propose une réflexion sur la notion de “monumentalité” appliquée aux cultures écrites pré-modernes, et discute l’éventualité d’une “monumentalité manuscrite”. L’introduction due à Christelle Alvarez et Yegor Grebnev est tout à fait stimulante à ce sujet puisque les auteurs souhaitent approcher “une compréhension nuancée des pratiques sociales en lien avec l’acte d’écrire et de recevoir les inscriptions”. (p. 3). Quelles sont les propriétés graphiques, linguistiques et spatiales permettant à un texte d’être, de devenir ou d’apparaître comme un monument ? Parce qu’elle est très bien posée, cette question est déclinée dans tous les articles avec une même efficacité, indépendamment des variations contextuelles, souvent irréconciliables, d’un champ ou d’une discipline à l’autre. Pour les médiévistes aussi, il faut lire cette introduction qui prend le pari (risqué) de penser global autour de questions qui animent toutes les études sur la culture écrite.

On verra ainsi que la “monumentalité” est affaire de “quantité”, à condition de l’envisager sous tous les angles : quantité de texte, quantité de lecteurs, quantité d’espace sous influence graphique… Il faut prendre en compte l’échelle de l’inscription et sa relation avec ce qui l’entoure – une évidence pour l’épigraphie médiévale mais qui trouvera dans les exemples réunis dans le numéro un vocabulaire original et stimulant. Plusieurs articles discutent la monumentalité, non plus du texte ou de l’inscription, mais celle de l’écriture, identifiant dans le signe des caractères monumentaux : changement de statut, de catégorie, de condition, de registre qui vient nuancer ou contredire la question de la “taille” et de la “solennité”. C’est la disponibilité monumentale du texte qui semble traverser les articles, soit la capacité de l’inscription à acquérir la posture distinctive du monument, indépendamment de son occupation réelle – mesurable – de l’espace. On saisit mieux, arrivé au bout de la lecture, la façon dont le concept glissant d’affordance peut être productif pour l’épigraphie et l’ensemble de l’ouvrage est une invitation à lire les inscriptions anciennes à l’aide des outils de l’anthropologie de l’écriture. Enfin, on appréciera la façon dont les auteurs prennent le soin de penser l’inscription comme un système unissant le signe, le lieu de sa manifestation, les moyens de sa mise en œuvre et l’emprise sociale de son contenu ; là encore, une évidence, mais que les beaux articles publiés dans ce numéro permet de rappeler à tous.

On ne peut que recommander la consultation du volume de Manuscript and Text Cultures, disponible gratuitement en ligne ; la lecture permet un heureux pas de côté historiographique et constitue un vigoureux stimulant pour penser l’écriture pré-moderne dans toute la richesse de ses manifestations épigraphiques.

L’image de tête reproduit l’œuvre de Wenda Gu, United Nations – Babel of the Millenium dans sa version de 1999 au San Francisco Museum of Modern Art. L’image est utilisée comme vignette dans l’introduction du numéro (cliché copyright SFMOMA).

Recrutement : Ingénieur(e) de recherche en Humanités numériques

Dans le cadre de l’Equipex + Biblissima +, l’équipe d’épigraphie du CESCM recrute un(e) ingénieur(e) de recherche en Humanités numériques (CDD 2 ans). L’agent sera responsable de l’agrégation des données épigraphiques du Moyen Âge dans le portail Biblissima via les référentiels Biblissima, au sein du Cluster 5 – Édition de sources en TEI et de l’équipe d’épigraphie du CESCM.

Activités

  • Gérer la numérisation des inscriptions médiévales à travers les bases de données et éditions numériques créées au CESCM
  • Assurer la FAIRisation des données, l’interopérabilité de ressources numériques hétérogènes totalement open source
  • Participer à la méta-bibliothèque numérique sur le patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance en Occident
  • Participer à la réflexion sur et l’enrichissement des référentiels data.biblissima,
  • Agréger les corpus épigraphiques médiévaux (CIFM sur Persée et TITULUS, GRAPH-EAST sur HEURIST et les autres corpus à venir) au portail Biblissima
  • Assurer la maintenance et l’évolution des bases TITULUS et HEURIST pour les inscriptions médiévales (de France, de Gaule, et de Méditerranée orientale)
  • Gérer l’acquisition d’images 3D, des inscriptions en lien avec le laboratoire photo du CESCM
  • Participer au pôle de compétence en épigraphie (antique, médiévale, renaissance)
  • Participer aux activités de recherche en épigraphie au CESCM
  • Participer activement à la gestion du projet (soutenir l’organisation d’événements et d’activités liés au projet, contribuer aux tâches administratives)
  • Publier les résultats de la recherche au plus haut niveau scientifique
  • Participer à la médiation du projet (site EPIMED-Maison de l’épigraphie, présentation etc.)

Plus de détails dans la fiche de poste complète sur le site du CNRS.

Pour candidater : déposez votre candidature sur l’espace candidat du CNRS.

Date limite de candidature : 9 octobre 2023.

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Bourses de mobilité de la Maison de l’épigraphie

Dans le cadre de la mise en place de la « Maison de l’épigraphie » au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM, Université de Poitiers/CNRS, UMR 7302) de Poitiers, un appel à candidatures pour des bourses de mobilité 2023-2024 est ouvert (dépôt des candidatures jusqu’au 15 octobre inclus).

Cette bourse s’adresse aux doctorants et post-doctorants en histoire, histoire de l’art, archéologie, philologie ou littérature médiévale, d’universités françaises ou étrangères, ayant besoin de faire des recherches en épigraphie médiévale, de profiter des ressources de l’inscripthèque, et de l’expertise des membres de l’équipe d’épigraphie du CESCM (https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-documentation/).

Cette bourse permettra au lauréat de réaliser un séjour d’un mois au cours de l’année 2024 au sein du CESCM à Poitiers. Elle comprendra les frais de déplacement et de logement. Au cours de leur séjour, les candidats/candidates participeront aux activités de l’équipe d’épigraphie (séminaires, présentation de leurs travaux de recherche, rédaction d’un billet pour le carnet de recherche de la Maison de l’épigraphie).

Calendrier :

  • Date limite du dépôt des candidatures : 15 octobre 2023
  • Publication des résultats : fin novembre 2023

Comité de sélection :

  • Vincent Debiais (CNRS/EHESS)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM)
  • Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM)
  • Cécile Voyer, directrice du CESCM (Université de Poitiers)

Pièces à fournir (en français ou en anglais)

  • Curriculum vitae ;
  • Lettre de motivation présentant la recherche menée et les objectifs du séjour ;
  • Lettre de recommandation ;
  • Deux publications jugées représentatives publiées ou à paraître pour les docteurs et une publication pour les doctorants.

Ces pièces seront adressées, avant le 15 octobre 2023, sous format pdf, dans cet ordre et au sein d’un seul et même fichier à maison.epigraphie@univ-poitiers.fr

N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de renseignement : cecile.treffort@univ-poitiers.fr et estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Appel en français et en anglais :  Call_for_application_Maison_de_l’épigraphie_2024

Gloses épigraphiques : séminaire de Vincent Debiais à l’EHESS

Vincent Debiais, chargé de recherche CNRS à l’EHESS, Centre de recherches historiques AHLoMA, propose pour l’année 2023-2024 une réflexion sur les gloses et commentaires épigraphiques au cours de douze séances : 

“Les éditions critiques des inscriptions, au moment d’attribuer aux textes une fonction, se tournent souvent vers la notion de « commentaire », en particulier quand l’inscription est tracée au contact d’une image, dans la peinture murale ou la sculpture, ou d’un objet. Cette fonction de commentaire semble se distinguer de l’identification par le fait que l’inscription ne redit pas tout à fait ce qu’elle commente. Or, cette idée d’un décalage (de ce « pas tout à fait ») de sens ou de contenu entre l’inscription et l’image ou l’objet doit être analysée en détail parce qu’elle constitue une forme singulière de relation entre deux éléments, une redite qui n’en est pas une, une redondance que l’on évite, un lien structurel que l’on affirme et que l’on nie simultanément. Elle est surtout un trait définitoire de certaines formes de la pensée médiévale autour de la notion de « glose ».

Nous analyserons pour cette enquête des images et des objets, en privilégiant deux ensembles épigraphiques : le cloître de Moissac et ses chapiteaux inscrits dans lesquels la glose est, en apparence et en apparence seulement, réduite au minimum ; et les grandes châsses reliquaires mosanes pour lesquelles de longues inscriptions commentent à n’en plus finir les formes et les matériaux au point d’en détourner tout à fait la lecture. Le séminaire a donc un double objectif : identifier éventuellement les spécificités épigraphiques du commentaire, et contribuer à la connaissance de la glose dans la culture écrite et visuelle du Moyen Âge occidental.”

Le séminaire est ouvert au public. Il aura lieu le 1er et 3ème mercredi du mois, du 15 novembre 2023 au 5 juin 2024, de 10h30 à 12h30 ; Campus Condorcet – Centre de colloques (salle 3.08).

Le programme détaillé des séances est donné sur le blog De Visu.  

MULTIPAL, tutoriel interactif en paléographie

MultiPal est un tutoriel interactif en paléographie désormais accessible en ligne. Son but est d’apprendre à déchiffrer les manuscrits, documents et inscriptions originaux dans toute la gamme des écritures et langues de l’Antiquité et du Moyen Âge : latin, grec, égyptien, copte, arabe, hébreu, araméen, syriaque, chinois, sanscrit et cyrillique. Des exercices dans d’autres systèmes d’écriture seront disponibles dans quelques mois.

MultiPal a été développé par un groupe de spécialistes de l’École Pratique des Hautes Études, de l’École Nationale des Chartes et du Collège de France, dans le cadre de l’Université Paris Sciences Lettres (PSL).

La plateforme accueille quelque 80 exercices en latin et dans les langues vernaculaires d’Europe issus des séminaires de Marc Smith. Une quinzaine de dossiers, pour le moment, relève de l’épigraphie, du VIIIe au XVIIIe siècle, mais surtout des XIIIe-XVe s.

Lien direct, par ordre chronologique :
https://www.multipal.fr/fr/palaeography/documents/?search=&filter_mm_languages=&filter_mm_scripts=3&filter_fk_documentimages__difficulty=&filter_fk_type=&filter_mm_inks=&filter_mm_materials=8&filter_mm_repositories=&filter_gt_year_min=&filter_lt_year_max=&sort_by=year_min&sort_direction=

 

Writing Names in Medieval Sacred Spaces: l’aboutissement du projet MEDNAME

Le livre qui vient de paraître chez Brepols dans la collection “Utrecht studies in medieval literacy” est l’aboutissement d’une collaboration entre l’équie d’épigraphie du CESCM et les médiévistes de l’Utrecht Centre of Medieval Studies (UCMS). Il fut lancé par Janneke Raaijmakers alors qu’elle rédigeait un projet VIDI pour le Conseil de la Recherche Néerlandais sur le culte des reliques dans la première moitié du Moyen Âge, et constatait l’importance du nom, et de son écriture sur les murs, les objets, dans la liturgie. 

Un projet PHC Van Gogh naquit donc en 2017 sous le nom de MEDNAME, réunissant des historiens, des historiens de l’art et des spécialistes de la culture écrite (épigraphistes et paléographes) entre CESCM et UCMS, grâce au travail de Vincent Debiais ainsi que de Marco Mostert.  

Ce livre est aussi un hommage à Janneke Raaijmakers qui nous a quittés le 2 mai 2021 avant d’avoir vu sa parution.

Extrait de la conclusion : 

“Three Contemporary (Epi)graphic Experiences of the Name.

At the locations where once the Twin Towers of the World Trade Center stood in New York, there are now two large, square pools, both enclosed by a bronze parapet. On these parapets 2983 names are engraved: the names of the victims of the terrorist attacks of 2001 and 1993. They include the names of the people who were in the towers at the moment of the crash and did not survive the attack; of the crew and passengers of the hijacked airplanes
that were used by the terrorists for their assaults; of the men and women working for the fire brigade and police, who lost their lives while attempting to rescue those trapped in the fire after the WTC had been hit; of the victims in the Pentagon; and those of the 1993 bombing. Although most of the people had never met, their names were listed together. They remain side by side forever in this September 11th Memorial thanks to the “Reflecting Absence” project. 

The Hall of Names at Yad Vashem in Jerusalem is the memorial dedicated to every Jew who perished in the Holocaust. With no traces left to mark the loss of these six million lives and to honour the dead, in the shape of a grave monument or tombstone (as Nazi’s attempted to erase the Jews from human history), the Hall of Names provides future generations with a place where each victim is commemorated. Their 4.8 million names and biographical details have been collected and recorded in the central database.

During his trip to Egypt in 1806, the French writer and politician Chateaubriand was not able to visit the pyramids because of the flooding of the Nile. When he left Cairo, he “instructed Mr. Caffe to inscribe [his] name on these prodigious tombs, according to custom, at the first opportunity: one must fulfil all the little duties of a pious traveller”, as he wrote in his Itinéraire de Paris à Jérusalem. Indeed, the custom became an indispensable part of the trip in ancient sites in the Middle East, so much so that in 1892 a guide working for
Cook travel agents reassured tourists that when visiting Egyptian temples they would have sufficient time to carve their names.

Many other contemporary examples could have been mentioned, as the epigraphic gesture of writing a name – one’s own or someone else’s – is both a powerful act and a universal, daily event: the name engraved with a knife on a tree, on a bench, written with a felt-tip pen on a school table or toilet door, spray-painted on crossovers and other urban structures, incised on a metal or plastic door plaque. The three experiences cited, tragic and traumatic in the case of the first two, picturesque but deeply rooted in tradition in case of the third, tie together name, place and absence. They invite us to reflect on the relation between the name, the body and one’s personhood, in particular in those instances in which the remains of those named have been destroyed and are lost, and the written name thus has become, as it were, a substitute for a tomb. All three examples have both an individual and a collective dimension. All three testify to the symbolic and creative power of writing. They join an anthropological line of force: keeping memory, leaving a trace, overcoming oblivion. They question singularisation and lost identity, or anonymity. They raise questions of support, mise en scène, uses of space to transmit and underline meanings, and therefore of communication and reception. In this sense, they are linked to many of the questions of this book.

Main Goal, Issues and Challenges

The goal of this study was to explore the practice of writing the name and its meanings in the Middle Ages, by using sources that have hitherto received little attention in this perspective and by juxtaposing two notions, two realities: the name and its ‘in-scription’ (as a reference to other inscriptional records of names, which are not inscriptions tout court). The term ‘inscription’ is used here as an umbrella to cover a wide range of texts written in or on several items
other than manuscript books and charters, which are not bound to a specific technique of writing. It includes not only monumental texts carved in stone, with which the field of epigraphy is traditionally concerned, but also diverse and more ephemeral writings, such as those painted on church walls, those inscribed onto and inside objects, and the graffiti scratched at cult sites. All these kinds of texts have been studied in both their semantic and material dimension, pointing to the spatial, visual, material, iconic and symbolic aspects of written names as equally important to better understand their meaning. In addition, focussing on the action of writing names, and acknowledging the diversity of medieval written culture, it seemed crucial to look beyond inscriptions and examine names across conventional disciplinary boundaries, namely between
epigraphy and other forms of written culture.

As underlined by Vincent Debiais in his introduction, the name is one of the primary textual components of medieval inscriptions. The preponderance of names in such inscriptions stands out even more as inscriptions were often relatively short texts. Some of them only consist of a name, as is the case of early medieval graffiti or funerary inscriptions from Aquitaine, Brittany and Franche-Comté dating from between the sixth and the eight centuries. In addition, in the eleventh and especially the twelfth century it has become common to include the name of the persons depicted on church walls, stained-glass windows or objects of worship – often biblical or other holy figures – in their visual representations. The name in the image is a sign of identity and individuality to be related to the attributes that developed in the thirteenth century. It was also in the eleventh and twelfth centuries that it became more common to use
two names (a name and a by-name or nickname) instead of a single name to denominate people: the so-called ‘anthroponymic revolution’. So, because names and inscriptions are inextricably bound up with each other, the inclusion of epigraphy in the study of names, and vice versa, proved crucial to better understand the meaning of both names and written practices. […]”

Table des matières : 

  • Introduction — VINCENT DEBIAIS
  • Le nom et l’être: De la théorie aux mises en forme épigraphiques — ESTELLE INGRAND-VARENNE
  • Graver son nom dans la pierre: Aspects techniques et culturels — THIERRY GREGOR
  • Topographie du nom du saint dans l’église: L’exemple des inscriptions brèves de dédicace — ANNICK GAGNÉ
  • Le nom, marque dans l’image et marqueur de l’objet — VINCENT DEBIAIS
  • Le nom à l’oeuvre: Les signatures épigraphiques d’artistes et de commanditaires entre quête de gloire et perspectives eschatologiques — EMILIE MINEO
  • Hic fuit: Scratching Names on Sacred Walls — CARLO TEDESCHI
  • Saints’ Names and Relics: The Evidence of Church Inscriptions — ELISA PALLOTTINI
  • Ces morts dont on inscrit le nom dans la pierre … — CÉCILE TREFFORT
  • Et breve in exigo marmore nomen ero: Un seul nom pour épitaphe (Gaule, Aquitaine, VIe-VIIIe s.) — MORGANE UBERTI
  • The Memory of a Person’s Name — JANNEKE RAAIJMAKERS
  • The Social Meaning of Names — JANNEKE RAAIJMAKERS
  • Naming as a Liturgical Act — ELS ROSE
  • Beyond the Pale? Those Who Were Not Worthy to Be Named — MARCO MOSTERT
  • Conclusions — ESTELLE INGRAND-VARENNE, ELISA PALLOTTINI, and JANNEKE RAAIJMAKERS
  • Bibliography
  • Indices

Plus de renseignements sur le site de Brepols: https://www.brepols.net/products/978-2-503-60236-3 

Bientôt: La création de la Maison de l’Epigraphie au CESCM

Une maison pour quoi/pourquoi ?

La spécificité de l’épigraphie développée au CESCM est triple :

  1. elle se déploie autour de 4 activités, l’édition, la documentation, l’enseignement et la recherche, qui se nourrissent les unes les autres ;
  2. elle est depuis l’origine centralisée à Poitiers où elle a été créée en 1968-69 ;
  3. elle se veut au carrefour des disciplines. Les différentes voies empruntées ces dernières années au-delà de l’histoire et la paléographie en témoignent : histoire de l’art, histoire des techniques, linguistique et sociolinguistique, liturgie etc.

En ce sens, elle constitue un cas unique dans le panorama européen.

Le dernier quinquennal a été marqué par un engagement numérique fort et la construction d’outils, alliant érudition et créativité (TITULUS, Equipex+ Biblissima+). Cette dynamique féconde, avec la formation de jeunes chercheurs, et la force collective des réseaux nationaux et internationaux établis de longue date permettent aujourd’hui à l’équipe de proposer un quadruple élargissement des problématiques de recherche jusqu’alors principalement centrées sur les inscriptions en France du VIIIe au XVe s. : chronologique avec l’intégration de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale, géographique avec les inscriptions en alphabet latin de la Méditerranée orientale au Moyen Âge, typologique avec l’intérêt porté aux graffitis et aux poèmes épigraphiques, culturel avec un regard porté sur l’épigraphie byzantine et l’épigraphie arabe.

Cet élargissement sans précédent invite à repenser sa place au sein du CESCM, au-delà des axes et du pôle documentaire, en proposant une structure originale, transverse et interdisciplinaire, plus proche de sa nature réelle et plus libre dans son déploiement, une structure pérenne et bien identifiable : la « Maison de l’épigraphie médiévale ». Il ne s’agit pas d’un nouvel axe, ce qui serait contraire à la nature même de la recherche épigraphique menée à Poitiers dont le caractère est résolument interdisciplinaire et relève des 5 axes en même temps. Le but est au contraire par sa transversalité de pouvoir irriguer et se nourrir de chacun d’eux, tant sur le plan méthodologique et conceptuel que scientifique.

Le but est de créer une dynamique où travaillent ensemble  enseignants-chercheurs, chargés de recherche et ingénieurs affectés au CESCM, étudiants, mais aussi collaborateurs et chercheurs associés, chercheurs étrangers invités.  

Une maison pour qui ?

  • les épigraphistes du CESCM, participants aux programmes portés par le CESCM,
  • les chercheurs français et étrangers (accueil de courts et longs séjours),
  • les doctorants et étudiants français et étrangers, via ERASMUS,
  • les stagiaires (Master 2 Universités, Ecole nationale des chartes etc.),
  • toutes les personnes souhaitant réfléchir à l’épigraphie médiévale (au sens large)


Outre l’accueil, les deux autres objectifs de cette maison ouverte sont de soutenir et rendre visibles les actions en épigraphie médiévale :

  • d’une part en encourageant et aidant au montage de projets, et en finançant des séjours de recherche au CESCM (des informations complémentaires sur ce point seront données ultérieurement), des missions de terrain;
  • d’autre part en améliorant la visibilité de ces activités auprès des différents publics.

De plus amples informations concernant le lancement de la Maison de l’épigraphie et de ses activités, notamment les possibilités de candidater pour les séjours de recherche, seront données ultérieurement.

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

Journées annuelles Biblissima+ 3-4/04/2023: Transmettre les textes anciens : défis et solutions numériques

Comment rassembler, partager et transmettre les compétences et les expériences pour mener des recherches innovantes sur les sources écrites anciennes ? Comment créer les modèles et les standards permettant de conserver, interroger, enrichir et diffuser les données de la recherche sur le patrimoine écrit ?

Telles sont les grandes interrogations qui se posent aussi pour l’épigraphie.  Le cluster 5a aura justement pour but de présenter le bilan des premières journées et de proposer des perspectives, notamment comme première action de créer un thésaurus d’épigraphie générale grâce à OpenTheso, logiciel libre de gestion de thésaurus multilingue et multi-hiérarchique.

Ces journées seront aussi l’occasion de présenter un autre projet d’épigraphie soutenu financièrement par Biblissima+ : le projet ‘Venezia Libro Aperto’ (VeLA) : lauréat de l’AMI 2022
Flavia De Rubeis (Università Ca’ Foscari di Venezia), Daniele Fusi (Università Ca’ Foscari di Venezia),
Federico Boschetti (CNR-ILC).

Programme : Programme_journees_Biblissima_2023

Pour plus d’informations:

https://projet.biblissima.fr/fr/actualites/journees-biblissima-2023-transmettre-textes-anciens-defis-solutions-numeriques

 

 

L’épigraphie numérique dans Biblissima+

Journées du Cluster 5a : 31 janvier et 1er février 2023, CESCM, salle Crozet.

Michèle Brunet (épigraphie grecque, Université Lumiere Lyon 2, HISOMA), Manon Durier (épigraphie médiévale, CESCM/ Biblissima+) et Estelle Ingrand-Varenne (épigraphie médiévale, CNRS/CESCM) organisent les premières journées annuelles du cluster 5a de Biblissima+ sur le thème « Editions de source en TEI, pour l’épigraphie ».

Biblissima+ est une infrastructure numérique multipolaire de recherche fondamentale et de service consacrée à l’histoire de la transmission des textes anciens, de l’Antiquité à la Renaissance en Orient comme en Occident. Le Cluster 5a regroupe des chercheurs, conservateurs et ingénieurs autour d’un pôle de compétences précis à l’échelle nationale : l’épigraphie

 

Mardi 31 janvier 2023

9h45 : Accueil des participants

10h : Présentation des participants/équipes/programmes ou projets (Animation : Estelle Ingrand-Varenne)

  • Accents mis sur les aspects techniques en lien avec les collections/corpus étudiés
  • Besoins et attentes de chacun et de Biblissima

Premier bilan 

12h30 : Déjeuner

14h : Discussion (Animation : Michèle Brunet)

  • Les thématiques et actions prioritaires par rapport aux attentes de Biblissima +
  • Stratégie collective
  • Réalisations contributions à l’Equipex
  • Réponses à appel à financements

15h30 : Pause

(Animation : Manon Durier)

  • Formation : besoins et offres
  • Intersections avec les autres clusters
  • Etat des lieux
    • Outils
    • Procédures

17h30 : Clôture de la journée

Dîner

 

Mercredi 1er février 2023

9h Accueil des participants

9h30 : Outils et référentiels épigraphiques (Animation : Michèle Brunet)

  • Présentation EpiVoc élaboré avec OpenTheso
  • Environnements d’édition épigraphique : TEI Publisher, Patrimonium Editor

12h30 Déjeuner

14h : Images et publication épigraphique (Animation : Manon Durier)

  • Aspects juridiques : la question des droits, incidences sur les publications
  • Aspects techniques
  • Formats
  • Liens entre l’édition des textes et les images
  • La mise en œuvre intégrale de iiiF (Manifest)
  • La prise en compte des aspects graphiques par la publication épigraphique

16h30 : Clôture de la journée

Programme_Journées_cluster_5a_2023

Contacts :

  • Michèle Brunet : michele.brunet@cnrs.fr
  • Manon Durier : manon.durier@univ-poitiers.fr
  • Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Séminaire SEMPER 26/01

Le séminaire SEMPER propose une seconde séance en présentiel jeudi 26 janvier 2023 en salle Crozet. Vous y êtes toutes et tous les bienvenus.

Ce séminaire se focalisera sur la poésie épigraphique ; il est organisé avec le soutien de l’Institut Universitaire de France.

Programme :

9h30 Accueil – Café

1re session : Actualités épigraphiques

10h   Tour de table des actualités épigraphiques

10h15   Maria Aimé Villano (ERC GRAPH-EAST, CESCM), « Objet liturgique ou objet profane? Questions autour d’une inscription énigmatique sur un vase de Chypre »

2e session : Focus sur la poésie

11h15   Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM, Institut universitaire de France), « Les actualités de la poésie épigraphique » Déjeuner

14h   Robert Favreau (professeur honoraire de l’Université de Poitiers), « Les épitaphes métriques de la fin du Moyen Âge dans l’Epitaphier du Vieux Paris »

15h    Morgane Uberti (Université Complutense de Madrid, UNA4CAREER, Marie Skłodowska-Curie Actions), « La tombe, l’autel, la page : le poème funéraire pour Nymus en lieux et places (CIL XIII , 128 ; CLE 2099) »

16h   Eléonore Venturelli (Université catholique de Louvain), « Des poèmes funéraires à l’usage des rouleaux mortuaires. Le cas normand (premier quart du XIIe siècle) »

17h   Clôture

Séminaire accessible en ligne :  Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475

Code secret : FSt39w

Programme_séminaire_SEMPER_26.01.2023

Les inscriptions dans la peinture valencienne

La thèse de Julio Macián Ferrandis, brillamment soutenue à l’Université de Valence (Espagne) le 15 décembre dernier, est consacrée aux inscriptions présentes dans la peinture valencienne entre 1238 et 1579. Un sujet magnifique, traité avec sérieux et application, pour des résultats nombreux et qui ouvrent des perspectives fascinantes pour la connaissance de la culture écrite et artistique de cette très longue fin du Moyen Âge. Le travail est servi par une présentation impeccable, élégante, fluide. Tout est propre et soigné dans cette thèse, jusque dans le détail des polices de caractères, des mises en page. Chacun des choix formels et stylistiques de la thèse traduit une relation passionnelle entre le doctorant et son sujet ; une relation que l’on a pourtant tendance à gommer dans l’écriture, comme si l’on devait cacher cette relation d’amour intellectuel, comme si pour paraître subitement plus “scientifique” nous devions adopter une neutralité de langage, comme si nous devions renoncer à l’implication personnelle par le langage dans la recherche ; comme s’il fallait oublier que les sciences humaines et sociales appellent au contraire à cet engagement à la fois intime et prudent avec le sujet. La thèse de Julio Macián Ferrandis consomme cette relation, et c’est tant mieux.

La thèse a un sujet clair et parfaitement exposé dans une introduction efficace : l’étude des phénomènes écrits présents dans la peinture valencienne de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes. Il s’agit d’étudier toutes les manifestations de l’écriture qui, avec des formes et des fonctions différentes, interagissent avec la peinture pour donner le nom d’un personnage ou d’une scène, copier un texte biblique ou liturgique, mettre en scène un dialogue entre acteurs, donner le nom du peintre ou la date du tableau, etc. Un corpus gigantesque d’inscriptions qui ne sont généralement pas étudiées pour elles-mêmes, comme s’il s’agissait de simples anecdotes dans les processus et les produits picturaux. Trop souvent, on les oublie ou, pire encore, on ne les utilise que dans la mesure où elles constituent des dépôts d’informations pour la datation, l’attribution ou la clarification de la peinture. Ce travail de doctorat change les règles du jeu et, inspiré par les perspectives magistralement ouvertes Francisco Gimeno Blay, directeur de la thèse, met les inscriptions au cœur de l’enquête. Cette thèse n’est pas une thèse d’épigraphie médiévale pour autant : c’est une véritable thèse d’histoire de la culture visuelle qui combine avec succès l’étude de la peinture valencienne et les considérations sur la culture écrite du Moyen Âge. Le doctorant a réussi à ne pas tomber dans le piège consistant à limiter son regard aux inscriptions, comme c’est le cas dans de nombreuses études déjà publiées pour lire les textes dans une perspective épigraphique sans tenir compte de ce que l’image fait à l’écriture – en ce sens, cette thèse est un véritable jalon dans l’historiographie espagnole et propose un changement de paradigme. Cela ne signifie pas qu’il manque une partie proprement « épigraphique » dans cette thèse. Au contraire, elle propose un excellent bilan historiographique sur l’étude des inscriptions médiévales, en mettant en perspective les différents courants, écoles et traditions, mais en construisant également une pensée originale, profondément enracinée dans la peinture, ses gestes, ses thèmes, ses fonctions et ses acteurs.

La thèse est divisée en trois parties. La première partie décrit tous les éléments qui constituent l’inscription peinte : disposition matérielle, écriture, prosodie, langue, source, etc. La deuxième partie replace ces éléments dans le contexte de la pratique picturale valencienne en identifiant les fonctions des textes, leurs acteurs et la dimension sociale des inscriptions. La troisième partie regroupe enfin toutes les fiches descriptives du corpus épigraphique. Elles permettent d’accéder à la documentation qui a servi de base au travail de doctorat et constituent un véritable trésor ; un musée épigraphique d’une immense qualité formelle et d’un intérêt scientifique incroyable. L’édition des textes utilise des critères simples et efficaces, sans commentaires généraux sur ce qui produit la rencontre de textes et d’images dans ces œuvres cependant.

Les deux premières parties de la thèse propose un travail fondamentalement taxonomique. Elle a pour objectif de faire l’inventaire de toutes les inscriptions, de clarifier et de préciser leur catégorisation formelle et fonctionnelle, afin d’encadrer cette pratique avec des critères objectifs et exclusifs qui mettent en évidence les relations particulières entre la société médiévale tardive et l’écriture à travers la peinture. Il s’agit de pouvoir attribuer à chaque inscription une série d’étiquettes pour le support, la disposition, la graphie. De même, dans la deuxième partie de la thèse, les critères de lisibilité, la description des acteurs, la fonction « réelle » des textes tendent à s’établir comme des catégories capables de distinguer différentes pratiques. La volonté de classer à tout prix produit des pages très intéressantes pour l’analyse des supports et l’utilisation des phylactères notamment (leur orientation, leur poids, leur matérialité). La partie sur le textile comme support est tout aussi intéressante que celle concernant les inscriptions « sans support ». Le classement fonctionne très bien dans l’excellente section paléographique de la thèse, notamment pour l’analyse formelle et sociale de l’apparition et du développement de la minuscule – une partie qui dépasse très largement tout ce qui avait été écrit auparavant sur le sujet parce qu’elle envisage ces formes comme des fossiles ou des imitations tout en ajoutant les critères de normativité, de mode, de goût, de citation, d’évocation. Cependant, Julio Macián n’envisage pas ou presque les aspects techniques et ne s’interroge donc pas sur l’utilisation des pinceaux, des brosses, des pigments, sur la résistance des couches, sur la texture du bois et leurs conséquences éventuelles sur la disposition, le ductus et le module des lettres. Au-delà de la thèse de Julio Macián, c’est un point qui ne cesse d’être frappant : ce déni de technique pour les inscriptions peintes, quand les catégories paléographiques mêmes sur lesquelles repose l’épigraphe sont établies sur la coupe de la plume, l’angle d’écriture, la distinction parchemin/papier… Est-ce qu’on écrit au pinceau de la même manière qu’on écrit à la plume ?

Les très bonnes pages consacrées aux documents de la pratique qui témoignent de la place de l’écriture dans la commande et la conception de la peinture sont particulièrement originales puisqu’elles documentent ce que l’on a jusqu’alors senti ou supposé : l’engagement du peintre dans le choix des textes et des graphies, le degré d’alphabétisation, la stabilité des formules graphiques, etc. On aurait pu éventuellement s’attarder dans les textes épigraphiques sur le concept de « signature » en citant les travaux épigraphiques d’Emilie Mineo, ou les études anthropologiques de Béatrice Fraenkel. On aurait pu se poser la question de ce que signifie inscrire la date d’un tableau dans l’image elle-même, en citant des études récentes de Robert Favreau sur la chronologie, ou de Morgane Uberti sur la relation entre écriture et temps dans les dates.

L’un des apports les plus intéressants de la thèse se trouve dans l’étude des « fonctions » des inscriptions, divisée en deux sections. Dans la première partie, le doctorant décrit quelles sont les fonctions « théoriques » des textes selon leur support, leur source, leur langue et leur graphie. Dans la seconde, il analyse quelles sont les fonctions « réelles » de chaque inscription en fonction de son contexte pictural et des contingences de sa réalisation. Peut-être devrait-on, par principe épigraphique, abandonner la première classification ou, du moins, la considérer comme totalement théorique, sans ancrage documentaire, de la même manière que la physique théorique doit postuler n-dimensions pour commencer à développer ses recherches – un cadre historiquement impossible, absurde anthropologiquement mais épistémologiquement nécessaire. La seconde classification répond pour sa part à la seule condition réelle d’existence de l’inscription, à l’usage et à l’effet de l’écriture au Moyen Âge. Cette distinction permettrait ainsi de confronter l’histoire et la taxonomie, et interdirait toute tentative de classifications forcées.

Julio Macián Ferrandis a pu revenir au cours de sa soutenance sur toute la richesse de son travail, et discuter avec les membres du jury des apports incontestables et des prolongations éventuelles de cette belle thèse de doctorant. Elle donne à l’épigraphie médiévale l’occasion parfaite de participer aux grandes conservations sur la culture graphique et artistique entre Moyen Âge et Renaissance. Grâce à ces premiers résultats, on peut poursuivre sereinement l’exploration artistique, esthétique et anthropologique de ce que signifie mélanger l’écriture et l’image à la fin du Moyen Âge, dans le contexte d’une culture chrétienne fondamentalement dépendante du paradigme de l’Incarnation, du Verbe fait chair, d’un Dieu fait matière. Il est nécessaire de faire connaître ce travail et le corpus sur lequel il repose pour aller plus loin encore sur ces questions passionnantes.