Archives par mot-clé : Épigraphie

L’épigraphie numérique dans Biblissima+

Journées du Cluster 5a : 31 janvier et 1er février 2023, CESCM, salle Crozet.

Michèle Brunet (épigraphie grecque, Université Lumiere Lyon 2, HISOMA), Manon Durier (épigraphie médiévale, CESCM/ Biblissima+) et Estelle Ingrand-Varenne (épigraphie médiévale, CNRS/CESCM) organisent les premières journées annuelles du cluster 5a de Biblissima+ sur le thème « Editions de source en TEI, pour l’épigraphie ».

Biblissima+ est une infrastructure numérique multipolaire de recherche fondamentale et de service consacrée à l’histoire de la transmission des textes anciens, de l’Antiquité à la Renaissance en Orient comme en Occident. Le Cluster 5a regroupe des chercheurs, conservateurs et ingénieurs autour d’un pôle de compétences précis à l’échelle nationale : l’épigraphie

 

Mardi 31 janvier 2023

9h45 : Accueil des participants

10h : Présentation des participants/équipes/programmes ou projets (Animation : Estelle Ingrand-Varenne)

  • Accents mis sur les aspects techniques en lien avec les collections/corpus étudiés
  • Besoins et attentes de chacun et de Biblissima

Premier bilan 

12h30 : Déjeuner

14h : Discussion (Animation : Michèle Brunet)

  • Les thématiques et actions prioritaires par rapport aux attentes de Biblissima +
  • Stratégie collective
  • Réalisations contributions à l’Equipex
  • Réponses à appel à financements

15h30 : Pause

(Animation : Manon Durier)

  • Formation : besoins et offres
  • Intersections avec les autres clusters
  • Etat des lieux
    • Outils
    • Procédures

17h30 : Clôture de la journée

Dîner

 

Mercredi 1er février 2023

9h Accueil des participants

9h30 : Outils et référentiels épigraphiques (Animation : Michèle Brunet)

  • Présentation EpiVoc élaboré avec OpenTheso
  • Environnements d’édition épigraphique : TEI Publisher, Patrimonium Editor

12h30 Déjeuner

14h : Images et publication épigraphique (Animation : Manon Durier)

  • Aspects juridiques : la question des droits, incidences sur les publications
  • Aspects techniques
  • Formats
  • Liens entre l’édition des textes et les images
  • La mise en œuvre intégrale de iiiF (Manifest)
  • La prise en compte des aspects graphiques par la publication épigraphique

16h30 : Clôture de la journée

Programme_Journées_cluster_5a_2023

Contacts :

  • Michèle Brunet : michele.brunet@cnrs.fr
  • Manon Durier : manon.durier@univ-poitiers.fr
  • Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Séminaire SEMPER 26/01

Le séminaire SEMPER propose une seconde séance en présentiel jeudi 26 janvier 2023 en salle Crozet. Vous y êtes toutes et tous les bienvenus.

Ce séminaire se focalisera sur la poésie épigraphique ; il est organisé avec le soutien de l’Institut Universitaire de France.

Programme :

9h30 Accueil – Café

1re session : Actualités épigraphiques

10h   Tour de table des actualités épigraphiques

10h15   Maria Aimé Villano (ERC GRAPH-EAST, CESCM), « Objet liturgique ou objet profane? Questions autour d’une inscription énigmatique sur un vase de Chypre »

2e session : Focus sur la poésie

11h15   Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM, Institut universitaire de France), « Les actualités de la poésie épigraphique » Déjeuner

14h   Robert Favreau (professeur honoraire de l’Université de Poitiers), « Les épitaphes métriques de la fin du Moyen Âge dans l’Epitaphier du Vieux Paris »

15h    Morgane Uberti (Université Complutense de Madrid, UNA4CAREER, Marie Skłodowska-Curie Actions), « La tombe, l’autel, la page : le poème funéraire pour Nymus en lieux et places (CIL XIII , 128 ; CLE 2099) »

16h   Eléonore Venturelli (Université catholique de Louvain), « Des poèmes funéraires à l’usage des rouleaux mortuaires. Le cas normand (premier quart du XIIe siècle) »

17h   Clôture

Séminaire accessible en ligne :  Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475

Code secret : FSt39w

Programme_séminaire_SEMPER_26.01.2023

Les inscriptions dans la peinture valencienne

La thèse de Julio Macián Ferrandis, brillamment soutenue à l’Université de Valence (Espagne) le 15 décembre dernier, est consacrée aux inscriptions présentes dans la peinture valencienne entre 1238 et 1579. Un sujet magnifique, traité avec sérieux et application, pour des résultats nombreux et qui ouvrent des perspectives fascinantes pour la connaissance de la culture écrite et artistique de cette très longue fin du Moyen Âge. Le travail est servi par une présentation impeccable, élégante, fluide. Tout est propre et soigné dans cette thèse, jusque dans le détail des polices de caractères, des mises en page. Chacun des choix formels et stylistiques de la thèse traduit une relation passionnelle entre le doctorant et son sujet ; une relation que l’on a pourtant tendance à gommer dans l’écriture, comme si l’on devait cacher cette relation d’amour intellectuel, comme si pour paraître subitement plus “scientifique” nous devions adopter une neutralité de langage, comme si nous devions renoncer à l’implication personnelle par le langage dans la recherche ; comme s’il fallait oublier que les sciences humaines et sociales appellent au contraire à cet engagement à la fois intime et prudent avec le sujet. La thèse de Julio Macián Ferrandis consomme cette relation, et c’est tant mieux.

La thèse a un sujet clair et parfaitement exposé dans une introduction efficace : l’étude des phénomènes écrits présents dans la peinture valencienne de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes. Il s’agit d’étudier toutes les manifestations de l’écriture qui, avec des formes et des fonctions différentes, interagissent avec la peinture pour donner le nom d’un personnage ou d’une scène, copier un texte biblique ou liturgique, mettre en scène un dialogue entre acteurs, donner le nom du peintre ou la date du tableau, etc. Un corpus gigantesque d’inscriptions qui ne sont généralement pas étudiées pour elles-mêmes, comme s’il s’agissait de simples anecdotes dans les processus et les produits picturaux. Trop souvent, on les oublie ou, pire encore, on ne les utilise que dans la mesure où elles constituent des dépôts d’informations pour la datation, l’attribution ou la clarification de la peinture. Ce travail de doctorat change les règles du jeu et, inspiré par les perspectives magistralement ouvertes Francisco Gimeno Blay, directeur de la thèse, met les inscriptions au cœur de l’enquête. Cette thèse n’est pas une thèse d’épigraphie médiévale pour autant : c’est une véritable thèse d’histoire de la culture visuelle qui combine avec succès l’étude de la peinture valencienne et les considérations sur la culture écrite du Moyen Âge. Le doctorant a réussi à ne pas tomber dans le piège consistant à limiter son regard aux inscriptions, comme c’est le cas dans de nombreuses études déjà publiées pour lire les textes dans une perspective épigraphique sans tenir compte de ce que l’image fait à l’écriture – en ce sens, cette thèse est un véritable jalon dans l’historiographie espagnole et propose un changement de paradigme. Cela ne signifie pas qu’il manque une partie proprement « épigraphique » dans cette thèse. Au contraire, elle propose un excellent bilan historiographique sur l’étude des inscriptions médiévales, en mettant en perspective les différents courants, écoles et traditions, mais en construisant également une pensée originale, profondément enracinée dans la peinture, ses gestes, ses thèmes, ses fonctions et ses acteurs.

La thèse est divisée en trois parties. La première partie décrit tous les éléments qui constituent l’inscription peinte : disposition matérielle, écriture, prosodie, langue, source, etc. La deuxième partie replace ces éléments dans le contexte de la pratique picturale valencienne en identifiant les fonctions des textes, leurs acteurs et la dimension sociale des inscriptions. La troisième partie regroupe enfin toutes les fiches descriptives du corpus épigraphique. Elles permettent d’accéder à la documentation qui a servi de base au travail de doctorat et constituent un véritable trésor ; un musée épigraphique d’une immense qualité formelle et d’un intérêt scientifique incroyable. L’édition des textes utilise des critères simples et efficaces, sans commentaires généraux sur ce qui produit la rencontre de textes et d’images dans ces œuvres cependant.

Les deux premières parties de la thèse propose un travail fondamentalement taxonomique. Elle a pour objectif de faire l’inventaire de toutes les inscriptions, de clarifier et de préciser leur catégorisation formelle et fonctionnelle, afin d’encadrer cette pratique avec des critères objectifs et exclusifs qui mettent en évidence les relations particulières entre la société médiévale tardive et l’écriture à travers la peinture. Il s’agit de pouvoir attribuer à chaque inscription une série d’étiquettes pour le support, la disposition, la graphie. De même, dans la deuxième partie de la thèse, les critères de lisibilité, la description des acteurs, la fonction « réelle » des textes tendent à s’établir comme des catégories capables de distinguer différentes pratiques. La volonté de classer à tout prix produit des pages très intéressantes pour l’analyse des supports et l’utilisation des phylactères notamment (leur orientation, leur poids, leur matérialité). La partie sur le textile comme support est tout aussi intéressante que celle concernant les inscriptions « sans support ». Le classement fonctionne très bien dans l’excellente section paléographique de la thèse, notamment pour l’analyse formelle et sociale de l’apparition et du développement de la minuscule – une partie qui dépasse très largement tout ce qui avait été écrit auparavant sur le sujet parce qu’elle envisage ces formes comme des fossiles ou des imitations tout en ajoutant les critères de normativité, de mode, de goût, de citation, d’évocation. Cependant, Julio Macián n’envisage pas ou presque les aspects techniques et ne s’interroge donc pas sur l’utilisation des pinceaux, des brosses, des pigments, sur la résistance des couches, sur la texture du bois et leurs conséquences éventuelles sur la disposition, le ductus et le module des lettres. Au-delà de la thèse de Julio Macián, c’est un point qui ne cesse d’être frappant : ce déni de technique pour les inscriptions peintes, quand les catégories paléographiques mêmes sur lesquelles repose l’épigraphe sont établies sur la coupe de la plume, l’angle d’écriture, la distinction parchemin/papier… Est-ce qu’on écrit au pinceau de la même manière qu’on écrit à la plume ?

Les très bonnes pages consacrées aux documents de la pratique qui témoignent de la place de l’écriture dans la commande et la conception de la peinture sont particulièrement originales puisqu’elles documentent ce que l’on a jusqu’alors senti ou supposé : l’engagement du peintre dans le choix des textes et des graphies, le degré d’alphabétisation, la stabilité des formules graphiques, etc. On aurait pu éventuellement s’attarder dans les textes épigraphiques sur le concept de « signature » en citant les travaux épigraphiques d’Emilie Mineo, ou les études anthropologiques de Béatrice Fraenkel. On aurait pu se poser la question de ce que signifie inscrire la date d’un tableau dans l’image elle-même, en citant des études récentes de Robert Favreau sur la chronologie, ou de Morgane Uberti sur la relation entre écriture et temps dans les dates.

L’un des apports les plus intéressants de la thèse se trouve dans l’étude des « fonctions » des inscriptions, divisée en deux sections. Dans la première partie, le doctorant décrit quelles sont les fonctions « théoriques » des textes selon leur support, leur source, leur langue et leur graphie. Dans la seconde, il analyse quelles sont les fonctions « réelles » de chaque inscription en fonction de son contexte pictural et des contingences de sa réalisation. Peut-être devrait-on, par principe épigraphique, abandonner la première classification ou, du moins, la considérer comme totalement théorique, sans ancrage documentaire, de la même manière que la physique théorique doit postuler n-dimensions pour commencer à développer ses recherches – un cadre historiquement impossible, absurde anthropologiquement mais épistémologiquement nécessaire. La seconde classification répond pour sa part à la seule condition réelle d’existence de l’inscription, à l’usage et à l’effet de l’écriture au Moyen Âge. Cette distinction permettrait ainsi de confronter l’histoire et la taxonomie, et interdirait toute tentative de classifications forcées.

Julio Macián Ferrandis a pu revenir au cours de sa soutenance sur toute la richesse de son travail, et discuter avec les membres du jury des apports incontestables et des prolongations éventuelles de cette belle thèse de doctorant. Elle donne à l’épigraphie médiévale l’occasion parfaite de participer aux grandes conservations sur la culture graphique et artistique entre Moyen Âge et Renaissance. Grâce à ces premiers résultats, on peut poursuivre sereinement l’exploration artistique, esthétique et anthropologique de ce que signifie mélanger l’écriture et l’image à la fin du Moyen Âge, dans le contexte d’une culture chrétienne fondamentalement dépendante du paradigme de l’Incarnation, du Verbe fait chair, d’un Dieu fait matière. Il est nécessaire de faire connaître ce travail et le corpus sur lequel il repose pour aller plus loin encore sur ces questions passionnantes.

 

Séminaire SEMPER 1/12/22

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend en présentiel jeudi 1er décembre 2022, au CESCM, en salle Crozet. Vous y êtes toutes et tous les bienvenus.

Au cœur de la thématique des “Indéchiffrables”, les graffitis occupent une place de choix tant ils sont difficiles à lire par leur écriture hâtive, parfois non conventionnelle ou peu soignée. Les graffitis seront donc l’objet de la séance de la matinée, à travers des questions historiques, archéologiques et éditoriales ; l’après-midi proposera un focus sur deux projets de recherche en cours.

Programme :

9h30 Accueil – Café

1re session : Focus sur les graffitis

10h   Andrzej S. Chankowski (Université de Poitiers, HeRMA), “La communauté des jeunes gens dans les gymnases du monde grec: apport des graffitis”

11h   Roman Chambonnet (Université de Caen Normandie), “Le graffiti comme objet archéologique : le cas de l’église Saint-Georges du château de Caen”

12h   Clément Dussart (Université de Poitiers, CESCM), “Comment éditer les graffitis ?”

Buffet ouvert à tous

2e session : Actualité épigraphique

14h30   Morgane Uberti (Université Complutense de Madrid, UNA4CAREER, Marie Skłodowska-Curie Actions), “Pourquoi (et comment) faire des pratiques de datation dans l’inscription un objet de recherche ?”

15h30   Silvia Gómez Jiménez (Universidad Complutense de Madrid), “Una aproximación a la poesía epigramática edilicia”

16h30 Présentation de la “Maison de l’épigraphie”

17h   Clôture

Séminaire accessible en ligne : 

Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475
Code secret : FSt39w

Séminaire_SEMPER_épigraphie_CESCM_1_12_2022_ok

INDECHIFFRABLES : le nouveau thème du séminaire SEMPER

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend cette année 2022-23 sous forme de  séminaire/webinaire transversal, réunissant tous les projets de recherche en épigraphie liés au CESCM. Il aura lieu une fois par mois sous une forme hybride, alternant les webinaires de 2h en ligne et les séminaires d’une journée au CESCM de Poitiers. Le thème choisi cette année est : indéchiffrables.

Un tel sujet permet en premier lieu de reconnaître que, si l’inscription a pour fonction de porter un message pour tous et sur la longue durée, elle n’en reste pas moins parfois difficile à déchiffrer, à lire, à comprendre. Cette résistance à donner d’emblée les clés de sa compréhension et de son interprétation fait sans doute partie de ses stratégies de communication. Une inscription demande un travail herméneutique, du plus basique au plus complexe. 

Tous ceux qui tentent de lire une inscription ou un graffiti aujourd’hui font souvent l’expérience d’un déchiffrement tâtonnant ; outre les compétences personnelles, les conditions de lecture ne sont pas toujours excellentes pour un texte juché à plusieurs mètres de haut, pas plus que l’état de conservation et les conditions de préservation. Le texte épigraphique se fait pierre d’achoppement. Ces problèmes concrets de lecture posent la question de la réception de ces textes au Moyen Âge, souvent évoquée en termes de visibilité et lisibilité, mais peut-être faut-il chercher ailleurs.

S’il faut déchiffrer, c’est aussi parce que les inscriptions peuvent être “chiffrées”, cryptées, encodées, voilées. C’est évident au niveau graphique, par les abréviations, par les jeux de lettres, jusque dans les monogrammes, ou encore par des formes de lettres originales (comme celle de l’inscription de Saint-Seurin, à Bordeaux, en tête de cette page); les recherches sur l’illisible volontaire en paléographie (voir la conférence de Marc Smith ici) ont mis en évidence la complexité de cette notion également dans les écritures documentaires et livresques, ainsi que pour les typographes contemporains.

C’est aussi vrai par leur langage, la compacité stylistique des inscriptions pouvant obscurcir le sens,  mais celui-ci peut aussi être embrouillé à dessein, au travers une opacité volontaire, comme dans les textes poétiques. Réussir à décoder l’énigme, percer le mystère à l’instar de Champollion devant les hiéroglyphes, n’est pas sans un caractère ludique.  Mais, pour les hommes et femmes du Moyen Âge, le travail de déchiffrement que demande l’inscription, tel un microcosme,  peut s’appliquer au macrocosme qu’est le monde, à comprendre et interpréter.

Indéchiffrables, les inscriptions le sont aussi quand elles sont dans une écriture autre, différente de sa propre culture. Tel est le cas dans l’Orient latin face aux écritures grecques, arabes, arméniennes, syriaques rassemblées dans les lieux saints. Comment cette altérité graphique est-elle perçue ? Cherche-t-on même à la comprendre ? En tous les cas, on cherche parfois à l’imiter, à travers les pseudo-écritures. 

Le thème des “indéchiffrables”, comme en écho aux “intraduisibles” de Barbara Cassin, se propose donc d’ouvrir un vaste espace de réflexion sur l’interprétation des inscriptions, ses obstacles et ses clés. Ce séminaire est ouvert à tous.

Programme prévisionnel :

Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475
Code secret : FSt39w

  • Jeudi 13 octobre, 10h-12h : Webinaire, Guido Tigler (Università degli Studi di Firenze) et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM), “La chaire de Gropina (Arezzo, Toscane) et ses deux inscriptions fragmentaires: nouvelle lecture et datation”
  • Jeudi 17 novembre, 14h-16h : Webinaire, Alessandro Palumbo (University of Oslo), “‘It’s all runes to me.’ Reading and interpretative problems in medieval Scandinavian epigraphy”
  • Jeudi 1er décembre : Journée au CESCM, Focus sur les graffitis (programme ici)
  • Jeudi 26 janvier : Journée au CESCM, Focus sur la poésie épigraphique
  • Jeudi 23 février, 10h-12h : Webinaire, Gregor Meinecke (University of Hamburg), “Filippo Lippi’s use of Pseudo-Latin script in the Coronation of the Virgin
  • Jeudi 23 mars, 10h-12h : Webinaire, Marc Smith (Ecole nationale des chartes), “L’écriture réinventée par incompétence ? Questions sur quelques inscriptions hors norme”
  • Jeudi 27 avril : Webinaire, Pier Paolo Trevisi (Università per Stranieri di Perugia), “Graffiti de la Basilique Saint-François d’Assise” 
  • entre le 22 et le 27 mai : Journée au CESCM

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

Pour une lecture épigraphique des plates-tombes

Des ouvrages exclusivement consacrés à l’épigraphie médiévale ne paraissent pas tous les jours en France ou en Europe. Il faut bien souvent lire des livres traitant de sujets d’histoire de l’art, d’histoire sociale, d’histoire des représentations pour trouver de quoi satisfaire sa curiosité épigraphique. Il faut encore dépouiller des ouvrages traitant d’épigraphie en général pour se saisir des informations propres au Moyen Âge. Il faut aussi parcourir les travaux d’anthropologie pour y découvrir des usages inattendus de l’écriture épigraphique. Cette nécessité de lire large présente, cela va sans dire, un intérêt considérable pour générer de nouvelles questions, pour discuter les méthodes que l’on croit solidement assises sur l’historiographie et l’érudition, pour entrevoir des pistes de recherche nouvelles au sujet des inscriptions médiévales. Il se passe tout cela à la lecture de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire publié il y a quelques jours par Paul Cockerham qui, derrière l’inventaire des dalles à effigie connues pour l’ouest de la France entre le XIIIe et le XVIIe siècle, cache une mine de renseignements, d’idées, d’intuitions.  

Il faut un épigraphiste de bonne constitution pour reconnaître que l’édition des inscriptions gravées ou incisées sur les plates-tombes à effigie (qui font leur apparition dans le panorama épigraphique de la France actuelle dans la deuxième moitié du XIIIe siècle) provoque chez lui ou chez elle un enthousiaste débordant. La répétition des formats, la récurrence des formules, la similarité des dispositions, la conservation aléatoire des pièces… Il y a de quoi vouloir éviter à tout prix les grands ensembles de plates-tombes connus pour la Bourgogne, le Nord de la France, la Normandie ou les pays de l’Ouest tant l’édition peut se faire routinière, sans la surprise de la variété qu’offre la documentation épigraphique contemporaine dès lors qu’elle se développe sur un autre support, selon d’autres schémas de composition. Ajoutons à cela que, pour le Moyen Âge en France, le nombre de ces objets épigraphiques augmente de façon exponentielle jusqu’au milieu du XVe siècle au moins et que l’édition des inscriptions funéraires sur les plates-tombes représente un chantier dont il sera difficile de voir le bout. Mais l’épigraphiste tiède à l’idée de s’y lancer, s’il veut être honnête et juste, ne jettera pas la pierre à la documentation – qui n’y est pas pour grand chose, reconnaissons-le – mais s’interrogera plutôt sur les principes d’édition de ces textes qui, en se concentrant exclusivement sur le contenu, dédaignent trop souvent tout ce qui fait la plate-tombe et son intérêt historique, anthropologique et social : la forme de l’effigie, la gestion des attributs, les motifs héraldiques, les marques de prière, les déplacements du monument, les traces de modification, etc. Si l’on détache le texte de ces éléments, l’inscription est effectivement un formulaire sans originalité ; si on le replace sur la plate-tombe et la plate-tombe dans son contexte, l’inscription dit tout de suite davantage des mécanismes de commémoration, du signalement de la sépulture, des relations sociales entre les vivants et les morts. 

La publication récente de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffissaument (Donnington, 2022) est de lecture indispensable pour l’épigraphiste qui voudrait se réconcilier avec les plates-tombes, et pour tous les médiévistes qui s’intéressent aux monuments funéraires, précisément pour cette raison ; parce qu’elle propose une étude globale des dalles à effigie, des méthodes de production aux contenus épigraphiques, héraldiques et iconiques. Paul Cockerham, l’auteur de cette très belle monographie, a choisi pour cela de se limiter à une région donnée, les Pays de la Loire, et d’entrer profondément dans le matériau. Tout en reprenant certaines des méthodes et des conclusions des travaux de Robert Marcoux sur les tombeaux de la collection Gaignières et de Guillaume Grillon sur les monuments funéraires bourguignons, l’auteur ne cherche pas à produire une étude d’une envergure semblable, et il réduit donc son projet à 187 dalles à effigie datées entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XVIIe siècle. Il ne prend en compte que les dalles ( les slabs) et évacue les tombeaux et les gisants : le texte et l’image sont incisés à la surface du monuments. Ce corpus conséquent est réuni dans la deuxième partie de l’ouvrage (p. 242-270) dans un ensemble de notices, classées par département, puis par ordre alphabétique de communes. Chaque notice propose une description détaillée de la dalle (que l’auteur a confiée à l’écriture libre de petits paragraphes, ce qui rend les choses très agréables à lire), une transcription de l’inscription éventuelle, sa traduction, une description archéologique du monument et la bibliographie (ancienne et récente) mentionnant l’objet. La partie “édition épigraphique” de ces notices est parfaite et les normes suivies sont clairement détaillées p. 240 ;  en revanche, il n’y a aucun commentaire concernant les formules ou la langue, et il faut se reporter à des notes brèves ou à des renvois à la bibliographie sur ce sujet. On lira les notices en se référant à la magnifique série de planches qui referme l’ouvrage avec 213 figures en couleurs (photographies, dessins de la collection Gaignières, croquis…). L’ensemble est complété de précieux index, d’un glossaire et d’une bibliographie d’un trentaine de pages. Inutile de dire que le tout dénote une rigueur certaine et une érudition implacable, transformant ainsi The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire en un outil de référence pour quiconque s’intéresse à ces questions. 

L’ouvrage de Paul Cockerham n’est pas seulement un catalogue, cependant. Les 240 premières pages de son livre présent en effet une synthèse très riche établie à la suite du recensement des dalles à effigie. Les chapitres suivent le découpage chronologique que l’auteur a identifié dans la documentation. Cette organisation est évidemment très pratique, mais elle correspond surtout à la grande question de recherche posée dans la très bonne introduction de l’ouvrage et qui concerne, pour faire simple, les raisons de l’apparition soudaine et de la disparition non moins soudaine de ces dalles à effigie. Plutôt que de chercher à repérer des causes à grande échelle ou sur les grands nombres – comme avait pu le faire Robert Marcoux, par exemple – Paul Cockerham s’intéresse avant tout aux raisons locales de cette émergence et ancre le phénomène dans ce qu’il désigne comme le micro-paysage monumental. C’est l’église-bâtiment comme lieu de sépulture et d’affichage de l’effigie qui est au coeur de ses réflexions en ce qu’elle cristallise toutes les dynamiques sociales de représentation entre clercs et laïcs, puissants et dominés. Les cinq chapitres centraux ne sont donc pas répétitifs puisqu’ils ne dessinent pas une “évolution” à proprement parler, mais les circonstances matérielles et sociales qui expliquent l’existence, la forme et les variations de ces dalles

Le deuxième chapitre est consacré aux “earliest slabs” et s’interrompt vers 1350. En s’arrêtant en particulier sur les dalles des anciennes abbayes d’Asnières (49) et de Villeneuve (44), l’auteur pose deux notions fortes pour ces monuments : le seuil et le mausolée ; dans les deux cas, la dalle est là pour signaler, marquer et afficher l’effigie ou bien pour distinguer deux lieux au sein de l’espace sacré, ou bien pour réunir par juxtaposition des images et des tombes les membres d’un même entourage. Dans le troisième chapitre consacré à ce qu’il reste du XIVe siècle, Paul Cockerham s’intéresse principalement à la place plus importante des seigneurs locaux qui semblent s’emparer de cette forme monumentale pour afficher leurs réseaux de commémoration. C’est le moment où apparaissent les tombeaux doubles réunissant dans la pierre le mari et l’épouse, le parent et l’enfant. Le quatrième chapitre concerne le XVe siècle et se concentre sur les formes de commémoration en distinguant les laïcs des clercs, et en pistant d’éventuelles singularités épigraphiques dans les épitaphes. Les dalles à effigie de la ville du Mans sont à l’honneur dans ce chapitre qui constate l’apogée du phénomène monumental dans l’ouest de la France. Le chapitre suivant, le plus long, a pour sujet le XVIe siècle et la production “en série” des dalles à effigie – une question débattue et qui ne peut être résolue qu’en pensant “local” comme le fait Paul Cockerham. Il piste les traces laissées par la production spécialisée d’ateliers qui marquent de leur empreinte, de leur “patte”, les grands centres d’inhumation. C’est là que sont posées les questions de format, de mode, de tendance, de modèle. Dans le chapitre 6, l’auteur s’intéresse aux variations nombreuses qui affectent le modèle en apparence “standard” de la plate-tombe au cours du XVIe siècle et qui conduisent, en partie, à la disparition du monument. Quel que soit l’approche retenue dans ces chapitres, les réflexions sont transversales et le spécialiste de la sculpture, de l’image, de l’inscription ou de l’héraldique trouvera de quoi alimenter sa réflexion à toutes les pages. Les exemples sont finement analysés et, plus qu’à une synthèse, on assiste au développement d’un essai passionnant sur les usages funéraires sur le temps du long Moyen Âge

La conclusion remarquable qui referme la première partie de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire propose des réflexions essentielles pour comprendre l’apparition et la disparition de ce format funéraire, autour de l’adéquation entre marquage de la sépulture et pratiques de commémoration. Paul Cockerham replace également la production de ces monuments dans une longue histoire de la commande funéraire et des techniques de construction, éléments trop souvent négligés pour saisir l’effet produit par l’incongruité, la singularité, la virtuosité ou au contraire par la banalité, la récurrence, la médiocrité d’une plate-tombe dans un contexte donné

Cette très belle publication, soignée jusque dans ses moindres détails, vient compléter le volume 23 du Corpus des inscriptions de la France médiévale pour les objets épigraphiques postérieures à 1300. Elle apporte également quelques corrections importantes au sujet de la tradition manuscrite de certaines dalles. Elle montre aussi la véritable diversité formelle qui se cache derrière la très juste expression d’incision et qui permet de regrouper les plates-tombes bien-sûr, mais aussi toutes ces dalles en apparence autonomes mais scellées dans les murs près des tombeaux. Ce livre n’est pas une pierre de plus à l’édifice auquel ont contribué les travaux de F.A Greenhill pour la chrétienté médiévale, de R. Marcoux pour les dessins de la collection Gaignières, de G. Grillon pour l’espace bourguignon, de B. Imhaus pour Chypre – entre autres. The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire pourrait bien devenir la fondation en sous-oeuvre, tant pour sa méthode que pour ses enjeux historiques et anthropologiques, des futurs recherches sur les monuments funéraires médiévaux

Paul Cockerham, The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffisaument, Donington, 2022, 426 p. (ISBN=978-1-907730-95-5)

L’épigraphie médiévale de Norvège

Johan Bollaert a soutenu le 2 septembre 2022 une thèse de doctorat à l’Université d’Oslo (Department of Linguistics and Scandinavian Studies) intitulée Visuality and Literacy in the Medieval Epigraphy of Norway. Elle est consacrée à l’étude des inscriptions médiévales de Norvège. 

Alors que la plupart des Norvégiens n’utilisent aujourd’hui qu’un seul alphabet, deux alphabets étaient utilisés dans la Norvège médiévale : l’alphabet runique et l’alphabet romain. Dans sa thèse, Johan Bollaert explore ce que l’utilisation de ces deux alphabets peut nous apprendre sur la façon dont les Norvégiens médiévaux abordaient l’écriture, notamment en ce qui concerne l’aspect visuel des inscriptions publiques. Il montre que l’épigraphie en alphabet latin est plus standardisée et conventionnelle, tandis que l’épigraphie runique est plus variée. Il affirme que ce n’est pas parce que les sculpteurs runiques étaient moins habiles à écrire, mais parce qu’ils étaient moins liés par des normes. L’épigraphie de l’alphabet latin était au contraire très institutionnalisée et organisée. Il se peut également que la connaissance de l’alphabet runique ait été plus répandue dans la société que celle de l’alphabet romain, comme l’indique la multitude de graffitis runiques.

En fait, alors que l’écriture runique est souvent associée à un faible taux d’alphabétisation, de nombreuses inscriptions en alphabet romain semblent destinées à un public analphabète. Elles se concentrent souvent sur les images d’accompagnement et l’aspect visuel. Les inscriptions runiques, au contraire, ont tendance à être plus sobres, et ne pouvaient être appréciées et comprises que par ceux qui savaient lire. Ces résultats indiquent qu’il ne faut pas sous-estimer le niveau d’alphabétisation des auteurs runiques médiévaux, ni l’accessibilité de l’écriture en Norvège médiévale, avant même la véritable montée en puissance de la production d’alphabets latins.

Pour en savoir plus, retrouvez le billet de Vincent Debiais, membre du jury de soutenance de J. Bollaert : https://devisu.hypotheses.org/1873 

L’épigraphie “chrétienne” et médiévale au Congrès de Bordeaux

Du 29 août au 2 septembre 2022 a lieu à Bordeaux le XVIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine (CIEGL).

Quelle est la situation de l’épigraphie au XXIe siècle et, par rebond, quel est le rôle de l’épigraphiste ? C’est à cette double question que cette édition du Congrès a souhaité réfléchir, grâce à des bilans thématiques, chronologiques ou géographiques, afin de faire le point sur l’avancement de nos connaissances, sur les questions méthodologiques, techniques – notamment numériques – ou éthiques que rencontre l’épigraphie contemporaine. 

Si le but est de discuter de l’épigraphie dite antique, une session parallèle a porté le regard plus loin, sur l’épigraphie « après Dioclétien », qualifiée de « chrétienne » au XIXe siècle. Se développant lentement à l’ombre de ses deux sœurs, l’épigraphie classique en amont, médiévale en aval, elle représente le point de jonction entre ces deux traditions aux méthodes, aux questionnements, aux usages éditoriaux propres.
De fait, l’étude des inscriptions de cette période difficile à qualifier (Antiquité tardive ? haut Moyen Age ?) peine parfois à se faire reconnaître et ne dispose ni de corpus de grande ampleur, ni d’outils
performants, ni d’ancrage institutionnel fort. Pourtant, produites dans un contexte de profondes mutations politiques, économiques, sociales et culturelles, ces inscriptions, anciennement traitées
dans une optique avant tout religieuse, représentent une source historique d’une richesse inégalée.

Les deux organisateurs de cette session, Adam Łajtar & Cécile Treffort, se sont emparés de l’occasion du CIEGL pour faire le point sur une historiographie plus ou moins ancienne, mais également sur une dynamique scientifique en plein essor, riche de potentialités. La session ouvre donc le champ chronologique en discutant les inscriptions de l’ancien empire romain, de Dioclétien à Charlemagne à l’Ouest et aux « siècles obscurs » à l’Est, ainsi que les legs de l’Antiquité dans le paysage épigraphique médiéval, jusqu’au XIIe siècle.

« Les traditions épigraphiques après Dioclétien », Adam Łajtar & Cécile Treffort

Part I

9.00–9.10: Cécile Treffort, Adam Łajtar, Introduction

9.10–9.30: Jean Guyon (MMSH, Centre Camille Jullien, Aix-Marsaille), Marc Heijmans (Centre Camille Jullien, Aix-Marsaille), Morgane Uberti (Universidad Complutense de Madrid, Ausonius, Bordeaux), Du Recueil des Inscriptions Chrétiennes aux Inscriptions de la Gaule Chrétienne : héritage, filiation et renouveau de l’épigraphie de la Gaule tardo-antique et alto-médiévale (Projet IGAMA : Poitiers-Aix-Bordeaux)

9.30–9.50: Alberto Bolaños Herrera (Universidad Autónoma de Madrid), Culture littéraire et épigraphie dans l’Antiquité tardive: Virgile et la mosaïque d’Estada (Huesca)

9.50–10.10: Ilenia Gradante (Centre for the Study of Ancient Documents, Ioannou Centre of Classical and Byzantine Studies, University of Oxford), Burial and visual culture in the Christian community of Siracusa: The epigraphic evidence from the catacombs

10.10–10.30: Paweł Nowakowski (Faculty of History, University of Warsaw), The People, their Language, and their Inscriptions: Inscribing Greek in the Early Byzantine Middle East

10.30–11.50: Simeon D. Ehrlich (Hebrew University, Jerusalem), Epigraphic and Paraepigraphic Signifiers of Ecclesiastical Architecture in Late Antique Palestine

10.50–11.00: Discussion

Part II

11.30–11.50: Arkadij Avdokhin (Higher School of Economics, Moscow), Greek Pilgrims’ Inscriptions in Late Antiquity: What Difference Did Christianity Make?

11.50–12.10: Anna M. Sitz (University of Heildelberg), Contextualizing Damnatio Memoriae: Epigraphic Erasures in Late Antique Cityscapes (4th–7th c. AD)

12.10–12.30: Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESM), La seconde vie des inscriptions : relecture médiévale des témoignages épigraphiques antiques

 

Idées Lectures !

Collection HAL “Robert Favreau et l’épigraphie médiévale”

Retrouver en accès libres toutes les publications de Robert Favreau relatives à l’épigraphie à  ce lien : https://hal.archives-ouvertes.fr/FAVREAU-EPI 

(un grand merci à Vanessa Ernst-Maillet pour ce travail !)

Articles

Brun Anne-Sophie, Hartmann-Virnich Andreas, Mikheev Savva M., Ingrand-Varenne Estelle, « L’inscription de Semko fils de Ninoslav : Une inscription en ancien russe en l’abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard », avec, De Saint-Gilles à Saint-Jacques, Saint-Gilles : Editions Marion Charlet, p. 65-71.

Carrero Santamaría Eduardo, Fernández Somoza Gloria, « El conjunto epigráfico de San Miguel de Neila (Burgos) y el ceremonial romano de consagración de iglesias », Anuario de estudios medievales, nº 35, 1, 2005, p. 385-402.

Debiais Vincent, « Linens, Clothes and Ornaments – Writing on Altar Textiles », Über Stoff und Stein: Knotenpunkte von Textilkunst und Epigraphik Beiträge zur 15. internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik vom 12. bis 14. Februar 2020 in München, Tanja Kohwagner-Nikolai, Bernd Päffgen und Christine Steininger (Hgg.), Harrassowitz Verlag, Wiesbaden 2021, p. 72-83.

Gregor Thierry et Mérel-Brandenburg Anne-Bénédicte, « Les techniques de sculpture dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge », Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 22 novembre 2021, consulté le 26 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cel/19765

Ingrand-Varenne Estelle, « Dextera Domini. The Earliest Inscriptions on Liturgical Gloves », Über Stoff und Stein: Knotenpunkte von Textilkunst und Epigraphik Beiträge zur 15. internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik vom 12. bis 14. Februar 2020 in München, Tanja Kohwagner-Nikolai, Bernd Päffgen und Christine Steininger (Hgg.), Harrassowitz Verlag, Wiesbaden 2021, p. 85-97.

Ingrand-Varenne Estelle, « ‘Qui a mesuré les eaux dans le creux de sa main…’ Un relief inscrit inclassable à Emmaüs », Minimalia medievalia, 2021, p. 2-15.

Le Pogam Pierre-Yves, « Les tombeaux de l’abbaye de Preuilly », L’abbaye cistercienne de Preuilly, une redécouverte. Actes de la journée d’étude du 26 septembre 2018 au Collège des Bernardins de Paris, François Blary & Anne-Marie Flambard Héricher (dir.), Bruxelles : Éditions de Boccard, 2021, p. 277-311.

Peña Fernández Alberto, « Promotores, artífices materiales y destinatarios de las inscripciones medievales », Mundos medievales: espacios, sociedades y poder: homenaje al profesor José Ángel García de Cortázar y Ruiz de Aguirre, vol. I (2012), pp. 187-204.

Sağlam Hasan Sercan, «  A Reevaluation for the Genoese period of the Galata Tower : Epigraphy and Architectural History », In-Scription, 2021, https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=480

Treffort Cécile, « Le patronage des anciens rois. Clovis, Charlemagne et les autres dans les inscriptions médiévales en France », p. 197-210.

Villano Maria Aimé, Ingrand-Varenne Estelle, « Les inscriptions en alphabet latin de Chypre au Moyen Âge : enquête exploratoire », Cahiers d’études chypriotes, 2021, p. 305-328.

Livres

Fuchs Rüdiger; Oberweis Michael (Hgg.), Inschriften zwischen Realität und Fiktion. Vom Umgang mit vergangenen Formen und Ideen. Beiträge zur 12. Internationalen Fachtagung für Epigraphik 5.-8. Mai 2010 in Mainz, 2021

Kohwagner-Nikolai Tanja, Päffgen Bernd, Steininger Christine (Hgg.), Über Stoff und Stein: Knotenpunkte von Textilkunst und Epigraphik Beiträge zur 15. internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik vom 12. bis 14. Februar 2020 in München, Harrassowitz Verlag, Wiesbaden 2021

… vous êtes les bienvenus à l’inscripthèque du CESCM pour retrouver articles, ouvrages et images ! 

Liste complète des tirés-à-part disponibles ici: Liste_inscripthèque_1.01.2022 

Le 1er Summer Camp de Roda: un incubateur

Dix-huit mois : c’est le temps écoulé depuis la dernière participation à un colloque ou une journée d’étude pour la plupart des jeunes chercheurs réunis lors de cette rencontre internationale d’épigraphie. Douze mois : c’est le temps qu’il a fallu pour lancer et relever le défi pour Vincent Debiais, (EHESS), à l’initiative de ce Summer Camp, particulièrement attentif à la situation difficile, d’isolement et solitude, des doctorants pendant la Covid-19. Ces trois jours de rencontre et d’échange à Roda étaient donc attendus, comme une bouffée d’air revigorante avant de s’embarquer pour une nouvelle année ! Un lieu s’imposait pour un tel challenge : le petit village Roda de Isábena en Espagne, piton rocheux surplombant un paysage de montagne époustouflant, et laboratoire épigraphique à ciel ouvert avec les quelques 230 inscriptions de son cloître. L’accueil est à la hauteur – grâce aux nombreux acteurs locaux – et propice à l’élévation des esprits.

 

Venus du Québec et des Etats-Unis, d’Italie, de France et d’Espagne, d’Allemagne, d’Angleterre, de Norvège et de Croatie, avec des bagages différents en Sciences humaines et sociales, les quinze participants issus de 14 institutions présentent leurs recherches doctorales ou postdoctorales, confrontent leurs hypothèses, et questionnent tous un même objet : l’inscription au Moyen Âge. 

Une constellation de thématiques surgit donnant un vaste panorama des recherches actuelles en épigraphie : des lipsanothèques (Marianne Blanchard) aux objets d’orfèvrerie signés ou en géorgien (Mandy Telle, Bella Radenovic), des tombes angevines à Naples (Nunzia Tota) aux chartes lapidaires italiennes (Arianna Nastasi), des peintures de Valence et charpentes peintes domestiques en Occident (Julio Macían Ferrandis, Hugo Chatevaire) aux représentations d’inscriptions dans les premiers imprimés (Rachel Carlisle), des traces inscrites de l’histoire intellectuelle de Ravenne (Antonin Charrié-Benoist) aux poèmes épigraphiques de Venance Fortunat et Eugène de Tolède (Silvia Gómez Jiménez), de la croix de Ruthwell (Kerstin Majewski) aux objets de dévotion dans l’Adriatique (Matko Marušić), des mises en scènes et jeux d’écritures runique et latine en Scandinavie (Johan Bollaert, Alessandro Palumbo) au blanc/vide dans les épitaphes tardo-antiques (Becca Grosse).

Cette énumération, qui donne une vision kaléidoscopique, révèle surtout un Moyen Âge épigraphique dans lequel une même culture graphique se déploie, dépassant les supports, langues et frontières. Des questions communes à tous sont apparues : Qui écrit ces textes ? Pourquoi ? Quelle relation l’écriture exposée ou cachée noue-t-elle avec son environnement ? Quelle communication est à l’œuvre pour quel public, avec quel niveau de littéracie ? Quelles méthodologies utiliser pour l’analyse et comment les combiner ? Comment ne pas se laisser enfermer dans des catégories de pensée ou ne pas tomber dans le placage anachronique de modèle ? Un des moyens pour répondre à ces multiples interrogations est un des paris du projet : prendre son temps. Le format long des présentations permet à chacun d’aborder les dossiers avec lenteur et profondeur, et de provoquer chez les auditeurs une vraie stimulation intellectuelle. On réapprend et savoure d’autant plus le fait de pouvoir discuter à bâton rompu, après ce long temps de confinement, de distance, d’écran, de virtuel. L’échange s’installe dans la bienveillance, comme un accompagnement de la part des répondants issus tant de l’histoire de l’art avec Stefano Riccioni, Gerardo Botto et Maria Villano, que de l’histoire de l’écrit avec Paul Bertrand, Vincent Debiais et Estelle Ingrand-Varenne

Ecouter, croiser, accompagner donc, mais aussi faire communauté : dans ce huis-clos aragonais, au fil des présentations, des café et des repas, les liens se tissent et petit à petit se crée une communauté de jeunes chercheurs à l’échelle de l’Europe. L’enjeu est aussi là, car l’épigraphie est une discipline parfois isolée dans certains laboratoires et nombre de doctorants n’ont pas toujours avec qui échanger. Si la rencontre a été le point culminant, elle était largement préparée en amont par des vidéos égrainées durant l’hiver et le printemps, où chaque voix – celle des communiquants et des répondants – a participé (à retrouver ici); belle manière de fédérer peu à peu le petit groupe et de donner un avant goût alléchant.

Un dernier verbe doit être ajouté pour retranscrire au mieux cette expérience rodannienne: transmettre. La rencontre se passait dans l’intimité d’une ancienne glacière, sans auditeurs extérieurs, pourtant le grand public ne fut pas oublié. Trois conférences dans les villes environnantes (Thierry Grégor à Benabarre ; Gerardo Botto Varela à Graus ; Vincent Debiais à Barbastro) ont rythmé les soirées, ainsi que la visite du Musée de Barbastro avec son église-cathédrale et du cloître de Roda. L’espace claustral chargé en écriture est l’objet d’une étude collective en cours d’achèvement, dirigée par Vincent Debiais, qui paraîtra bientôt dans la revue In-Scription. Cette transmission fut aussi celle des compétences d’un expert en taille de pierre, Thierry Grégor, présentant les outils des lapicides, les gestes des artisans et les traces laissées dans le calcaire des arcades et chapiteaux lors d’une visite nocturne et un éclairage rasant.  

Se confronter au terrain et à la matière, à l’objet et aux idées, tel pourrait être le récapitulatif lapidaire de cette première rencontre, avec le vœu qu’elle soit suivie d’autres aussi riches et fécondes.   

   

Pour un compte-rendu plus détaillé: https://devisu.hypotheses.org/1575 

Webinaire SEMPER: Transmissions épigraphiques

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend cette année sous forme de webinaire transversal, réunissant tous les projets de recherche en épigraphie liés au CESCM (le CIFM/Titulus, CARMECA, IGAMA, l’ERC GRAPH-EAST), en partenariat avec le CRFJ Jérusalem. Neuf séances se dérouleront entre octobre 2021 et juin 2022, à raison d’une par mois, autour du thème “Transmissions épigraphiques”.  

« Transmettre un message au public le plus large » telle est une des fonctions de l’inscription. Mais en quoi consiste cette transmission ? Sur quoi porte-t-elle et qu’implique-t-elle ?  Parler de « transmissions épigraphiques » permet d’interroger l’idée non de permanence qui efface le rapport au temps, mais de continuité qui intègre les remous de l’histoire, les variations d’interprétations, les transformations du support. L’emploi continu de formes d’écriture comme la capitale (entendu au sens de grande lettre placée dans un système bilinéaire), la récurrence de certaines formules funéraires qui traversent le Moyen Âge et se trouvent toujours utilisées dans nos langues modernes, ou encore le remploi matériel intentionnel d’une pierre inscrite dans un mur, sont trois exemples les plus évidents de la durée véhiculée par l’inscription. Cette continuité se fait à travers la passation (trans-) ; elle s’inscrit dans une chaîne temporelle et/ou spatiale. Elle implique un mouvement, comme le montrent la cartographie des formules épigraphiques en Europe ou les transferts entre Orient et Occident. Elle met aussi en en avant les intermédiaires qui participent à ce maillage, voire cet engrenage.

Au-delà du contenu et de la forme d’un message, le texte épigraphique est aussi une trajectoire, un itinéraire dans le temps, celui de l’histoire de sa transmission sur d’autres média que son propre support. Dès le Moyen Âge, les inscriptions sont recopiées dans les manuscrits ; aux XVI-XVIIe siècles, les imprimeurs vont redoubler d’originalité pour reproduire fidèlement et faire voir ces textes monumentaux ; les dessins, les estampages, les premières photographies au milieu du XIXe s. jusqu’à la photogrammétrie aujourd’hui font partie de ce travail de transmission. Le travail d’édition – car l’éditeur est un « passeur » – doit aussi être questionné.

Ce webinaire sera donc l’occasion à travers cette thématique transversale d’interroger de manière collective l’objet « inscription » tout autant que l’histoire même de la discipline épigraphique, la mise en scène du travail de l’histoire comme une méthodologie en acte, pour reprendre une expression d’Étienne Anheim (Le travail de l’histoire).

Les 9 séances d’octobre 2021 à juin 2022 se dérouleront avec le même lien Zoom ci-dessous :

https://us02web.zoom.us/j/89842541808?pwd=c0hyQ1o4OVR6OXFuZ0hHOU1vQmRKQT09

(ID de réunion : 898 4254 1808 ; Code secret : 013157)

Programme : 

  • Jeudi 14 octobre,  10h-12h : Elisabetta Scirocco (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)« Dinamiche di ‘trasmissione epigrafica’ nella badia benedettina di Cava de’ Tirreni (Salerno): tradizione e creazione di una memoria monumentale ». Répondant : Maria Villano.
  • Jeudi 25 novembre, 14h-16h : Jean-Baptiste Javel (IRAMAT CRP2A, Université Bordeaux Montaigne) et Thierry Grégor (CESCM, Université de Poitiers), « La basilique Saint-Eutrope de Saintes : Étude technique de deux inscriptions inédites »
  • Jeudi 16 décembre, 14h-16h : Michele Bacci (Université de Friburg, Suisse), “Les graffitis de la Nativité de Bethléem, l’édition du manuscrit de Emérico Vicente Juhász, Pinturas y grafitos. Basílica de la Natividad en Belén (Milan: Edizioni Terra Santa, 2021)”. Répondants: Clément Dussart et Estelle Ingrand-Varenne.
  • Jeudi 13 janvier, 10h-12h : Antonino Tranchina (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)
    « Ways of Indexicality. Graffiti and the Staging of the Sacred across the Norman South »
  • Jeudi 17 février, 10h-12h : Cécile Treffort (CESCM, Université de Poitiers) « La transmission manuscrite de la poésie épigraphique carolingienne »
  • Jeudi 17 mars, 10h-12h : Vincent Debiais (EHESS, Paris)
    « Transmettre l’inscription par l’inscription : copier, refaire, augmenter les textes funéraires (Espagne, Empire, XIIIe-XVIe siècle) »
  • Jeudi 9 avril, 10h-12h : Morgane Uberti (Universidad Complutense, Madrid), « Transmettre le temps : la date inscrite, entre temporalité et figure de l’histoire (Antiquité tardive, Moyen Age) »
  • Jeudi 19 mai, 10h-12h : Susanne Thürigen (GERMANISCHES NATIONALMUSEUM- Leibniz-Forschungsmuseum für Kulturgeschichte), « Objects that talk. Inscriptions on early modern table clocks ». Répondante: Rachel Carslile (PhD candidate, Department of Art History, Florida State University)
  • Jeudi 9 juin, 10h-12h : Rafał Quirini-Popławski (Jagiellonian University in Kraków), « Mission impossible between an inscription, a coat of arms and an ornament. The issue of assigning a “cultural identity” to the stone slabs in the late medieval Crimea ». Répondant: Sercan Saglam (Post-doc member of Graph-East)

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

Inscripthèque

Articles

Charbonnel Marie, « Pour faire et accomplir les choses dessus dites. Formules en contextes, les fondations entre acte et lieu du xiiie au xve siècle », La Formule au Moyen Âge III/Formulas in Medieval Culture III, O. Simonin, C. De Barrau eds., Turnhout, Brepols, 2021, p. 189-203.

Debiais Vincent, « La muerte del príncipe en las inscripciones medievales. Cifras y preguntas (Francia-Navarra; s. X-XIII) », La muerte de los príncipes en la Edad Media. Balance y perspectivas historiográficas, Fermín Miranda García; María Teresa López de Guereño Sanz éd., Madrid, Casa de Velázquez, 2020, p. 219-232.

Debiais Vincent, « Une communauté graphique. La lettre et le geste dans la peinture murale pyrénéenne », Pirineus Romànics. Espai de confluències artístiques, Carles Mancho; Milagros Guardia. éd.,  Barcelone, Universitat de Barcelona Edicions, 2020, p.153-172.

Felle Antonio, « Un problematico graffito nella cripta onoriana dei ss. Marcellino e Pietro », Rivista di Archeologia Cristiana, 97, 2021, p. 115-120.

Felle Antonio, « New Testament Quotations on Painted Plaster Fragments in the Israel Museum. Addenda et Corrigenda to
Biblia Epigraphica (nos. 162–164 and 177) », Israel Museum Studies in Archaeology 10 · 2020–21, p. 75-84.

Huschner Wolfgang, « Inschriftenforschungen an der Sächsischen Akademie der Wissenschaften: Einblicke in die Dresdner Werkstatt », Denkströme. Journal der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, 22, 2020, p. 20-22.

Ingrand-Varenne Estelle, « Transferts épigraphiques. Les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem », Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles), Martin Aurell, Marisa Galvez et Estelle Ingrand-Varenne dir., Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 75-100.

Kohwagner-Nikolai Tanja, « Mittelalterliche Kaisergewänder in Bayern », Historisches Lexikon Bayerns, URL: <http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/Lexikon/Mittelalterliche_Kaisergewänder_in_Bayern> (26.05.2021)

Laflı Ergün, Buora Maurizio, Pringle Denys, « Four Frankish gravestones from medieval Ephesus », Anatolian Studies, 2021, p. 1-14.

Neustadt Cornelia, « In principio erat verbum. Eine kleine Geschichte der Gotischen Majuskel in Meißen », Denkströme. Journal der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, 22, 2020, p. 23-37.

Zinsmeyer Sabine, « Monumenta frenzelorum‹. Epigraphische Denkmale des Görlitzer Bürgers Hans Frenzel (1463–1526) und seiner Familie », Denkströme. Journal der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, 22, 2020, p. 38-58.

Mémoires

Sinclair James, Tis but a scratch: An investigation into the Tools used in Medieval Ecclesiastical Graffiti in Cambridge, Master of Philosophy in Archaeology University of Cambridge, 2019.  

 

Actus épigraphiques

Calendrier des activités épigraphiques en cette fin d’année :

– Mercredi 23 juin, 14h-16h30, workshop Préparer la mission de terrain : renseignement et lien Zoom sur le carnet de l’ERC GRAPH-EAST  https://grapheast.hypotheses.org/130 
 
– Mardi 29 juin, 17h, conférence organisée par le groupe “Epigraphik in der Hollandstraße” : Sara Tucci, A New Area of Graphic Particularism? Lombardic Writing in the Adriatic Arc (7th-11th cent.), informations ici ; merci de contacter par mail andreas.zajic@oeaw.ac.at
 
– Mercredi 30 juin – Jeudi 1er juillet, workshop Epigraphic Writing in the Latin Kingdom of Jerusalem, co-organisé avec Robert Kool (IAA, Israel) ; informations : https://grapheast.hypotheses.org/158 et lien Zoom sur demande (contact: estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)
 
Retrouver les différents programmes épigraphiques du CESCM sur le site du laboratoire et sur le carnet de l’ERC.

Inauguration de l’ERC GRAPH-EAST

Le 1er février 2021, 14h-18h, sera lancée le programme ERC sur les inscriptions et graffitis en alphabet latin de la Méditerranée orientale, du VIIe au XVIe siècle.

Ce lancement se déroulera en anglais, depuis le Centre de recherche français à Jérusalem, et est d’accès libre. Vous êtes tous les bienvenus.

Programme :


Lien Zoom :

 
ID de réunion : 894 6666 9326
Code secret : 272609

 

Pour suivre le projet durant les 5 ans à venir, voir le nouveau carnet de recherche dédié : https://grapheast.hypotheses.org/ 

Au-delà du CIFM : l’enrichissement de la documentation épigraphique après publication

Depuis cinquante ans, le Corpus des inscriptions de la France médiévale assure l’édition aussi exhaustive que possible des textes épigraphiques attribués aux VIIIe-XIIIe siècle. En 26 numéros (hors nouvelle série thématique), ce sont 66 départements qui ont ainsi été couverts, et plus de 4 000 inscriptions publiées. Ces volumes papier (ou leur avatar numérisé accessible gratuitement sur Persée) constituent autant d’outils indispensables aux médiévistes. En apparence figées par le format de publication, les inscriptions font cependant l’objet d’un suivi attentif et injustement méconnu.

Fenêtre sur un contrat de 3 mois dédié à la gestion des supplementa.

Une documentation en perpétuelle évolution

L’actualisation du corpus édité répond à trois nécessités :

  • Des inscriptions médiévales sont ponctuellement découvertes lors de chantiers de restauration de peintures murales ou de fouilles archéologiques.
  • Certaines inscriptions disparaissent ou sont détruites, mais d’autres, réputées perdues lors de leur publication par le CIFM, sont retrouvées.
  • La recherche progresse : il faut mettre à jour la bibliographie, documenter les nouvelles campagnes photographiques, archiver les relevés…

L’enrichissement permanent de la documentation bénéficie d’un vaste travail de collaboration entre la petite équipe d’épigraphie, différents acteurs du patrimoine à la recherche d’informations sur une inscription particulière, ainsi qu’un réseau de collègues partageant leur connaissance pointue de leur région de prédilection. Ces échanges scientifiques sont l’occasion d’expertises inédites, plus ou moins développées, qui viennent compléter nos dossiers.

Correspondance de Robert Favreau sur les inscriptions du prieuré Saint-Promasse

Parallèlement, les dépouillements bibliographiques continuent. Certaines revues scientifiques (Bulletin monumental, Bulletin de la Société archéologique du midi de la France…), de même que certaines collections (Congrès archéologiques de la France, Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa…) sont systématiquement compulsées. Les moyens humains ne permettent pas de couvrir l’ensemble de la bibliographie intéressante pour l’épigraphie médiévale, mais des recherches ciblées donnent lieu à des ajouts ponctuels.

Exemple de diversité de la documentation traitée (à gauche, cliché de la copie d’une épitaphe du XIIe siècle dans un manuscrit du XVIIe s. ; à droite, fiche de dépouillement bibliographique)

La documentation du CIFM a d’abord été gérée sous format papier, avec un important répertoire par la suite complété par des classeurs de suppléments. Ce système a longtemps répondu aux attentes d’une petite équipe réunie en un même bureau et ayant principalement besoin de rechercher les inscriptions d’après leur localisation pour assurer sa mission d’édition. Depuis vingt ans, l’évolution informatique, mais aussi le renouvellement puis l’élargissement et la grande mobilité de l’équipe ont cependant créé de nouveaux usages : la documentation s’en ait trouvée considérablement enrichie mais aussi dispersée dans divers ordinateurs. Des problèmes d’accessibilité sont ainsi apparus, rendant nécessaire la mise en place d’un nouveau système de centralisation de la documentation.

Les défis d’une base de données collective

On peut s’étonner que le CIFM ait été structuré autour d’une base de données « papier » et non numérique. En réalité, le CIFM a été pionnier en informatique avec la mise en place dès 1974 d’un système de concordance pour étudier le vocabulaire et les formules des inscriptions médiévales. L’université de Poitiers avait d’ailleurs reçu les honneurs du premier numéro de la revue Le médiéviste et l’ordinateur pour ses projets précurseurs en informatique.

Page de l’un des classeurs de concordance des carmina epigraphica

Les difficultés techniques, avec leur coût humain et financier, ont eu raison de cet enthousiasme initial au CIFM comme dans la majorité des programmes en sciences humaines. Et comme ailleurs, des projets de bases de données ont réapparu dès les années 2000. Quoique très abouties, ces conceptualisations n’avaient jusqu’à maintenant pas été concrétisées du fait de plusieurs difficultés majeures :

  • Une masse documentaire importante : traiter plusieurs milliers d’inscriptions suppose un investissement humain extrêmement chronophage.
  • Des besoins contradictoires : la mission première du CIFM est l’édition d’un vaste corpus, mais les membres et collaborateurs de l’équipe mènent en parallèle une activité scientifique imposant de traiter plus en détail des corpus restreints.
  • La multiplication des orientations de recherche : si les premiers éditeurs ont privilégié une orientation historique et linguistique, les thèses récentes développent également les aspects archéologiques et techniques. Pour une base de données collective, cette ouverture des problématiques impose non seulement une multiplication des champs, mais aussi des compétences nécessaires pour la renseigner.
  • Le risque d’une obsolescence de l’outil : jusqu’à présent, le choix du système de gestion de base de données posait deux problèmes de pérennité. Les solutions logicielles libres (MySQL, PostgreSQL) sont durables, mais leur complexité impose de recourir à un prestataire pour le développement, avec comme résultat une base de données statistique soumise aux aléas des financements pour sa mise à jour. Quant aux logiciels commerciaux (FileMaker, Microsoft Access…), ils sont suffisamment simples pour créer et modifier une base de données en interne, mais le format propriétaire qu’ils ajoutent aux données les rend périssables à long terme.

L’ensemble de ces contraintes ont conduit à abandonner le mirage d’une base de données exhaustive pour le CIFM. D’autres projets numériques ont vu le jour en parallèle, en particulier l’édition numérique Titulus. La mise en place d’une nouvelle gestion de la documentation des supplementa a cependant été l’occasion pour Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort de réorienter le projet de base de données vers un outil principalement documentaire : l’objectif n’est plus d’analyser chaque inscription, mais de les identifier individuellement pour renvoyer à toutes les ressources les concernant (expertises inédites, bibliographie, reproductions…).

Ma mission était centrée sur la conception de la base de données documentaire, avec comme principale contrainte la réduction maximale du temps de saisie. La solution retenue a permis de traiter près de 400 inscriptions en 2 mois environ. Pour ce faire, les informations descriptives ont drastiquement été limitées au titre de l’inscription, au type de support et à la technique d’écriture. Les informations de localisation (ancienne et actuelle), de conservation, de datation (par siècle et année) ainsi bien sûr que le texte ont été maintenues. Les types de reproduction sont détaillés (photographies, photogrammétrie, relevés archéologiques, moulages…), la documentation disponible au CESCM également, ainsi que la bibliographie. Une attention particulière est portée à la traçabilité de la notice ainsi obtenue, de l’identification de la personne ayant signalé l’inscription au CIFM jusqu’au nom de celle ayant créée voire modifié la notice.

Formulaire de saisie des inscriptions, organisé en onglets thématiques, dans la nouvelle base de données Heurist

Bien qu’il n’était pas initialement prévu de mettre en pratique le modèle de données durant le temps réduit du contrat, les possibilités offertes par la solution Heurist ont motivé la mise en place d’un test qui s’est rapidement révélé concluant. Heurist est une application pensée pour permettre aux chercheurs en Sciences humaines et sociales de faire (et de faire évoluer) leur base de données de recherche sans l’intermédiaire d’un informaticien : créée à l’université de Sydney par le préhistorien Ian Johnson, hébergée en France par Huma-Num, codée à partir de technologies libres (MySQL) et structurée sur des grands principes d’interopérabilité, Heurist propose un environnement de bases de données parfaitement adapté aux projets en histoire et en archéologie. La version 6 actuellement en phase de test (version stable prévue pour début 2021) a dépassé toutes nos attentes concernant l’ergonomie, les possibilités de mise en forme de l’information (menus déroulants à deux niveaux, possibilités de gestion de périodes d’incertitude pour la datation…), les paramétrages de requêtes (visualisation des résultats avec ou sans vignette, filtres enregistrables, recherches facettées…), mais aussi exports possibles (vers QGIS, Gephi…).

La réussite de la création d’une base de données documentaire pour le CIFM offre de nouvelles perspectives pour d’autres corpus. Dès le printemps 2021, elle sera élargie pour accueillir les inscriptions latines de l’orient médiéval éditées dans le cadre du  projet ERC GRAPH-EAST ainsi que celles de la Gaule durant l’Antiquité tardive du projet IGAMA.

Un grand merci à Ian Johnson, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort et Morgane Uberti pour leur disponibilité.

Merci également à Alix Chagué de m’avoir fait découvrir Heurist.

Contact : cifm.cescm@univ-poitiers.fr