Archives par mot-clé : épistémologie

LIMITS 2 : Matières (épi)graphiques

La deuxième journée d’étude du programme LIMITS s’est tenu à Madrid le 13 avril dernier. Elle fut consacrée aux limites matérielles des pratiques épigraphiques et a donc interrogé l’écriture dans son rapport – technique et intellectuel – au support.

La définition longtemps en vigueur de l’épigraphie comme « science des inscriptions tracées sur matériaux durs et durables » pourrait donner l’impression d’un sujet déjà tranché, d’un problème résolu. Or, on s’aperçoit que le diktat du matériau dans la définition de l’objet d’étude de l’épigraphie a longtemps tenu les spécialistes de l’écriture éloignés d’une véritable réflexion sur les causes et les conséquences d’une écriture sur la pierre, le métal, le bois, etc. Ce sont pourtant les angles morts des disciplines qui invitent à se demander si l’écriture sur le sceau ou la monnaie est ou non épigraphique. Le caractère épigraphique d’une écriture est-il relatif ? Certaines inscriptions sont-elles plus épigraphiques que d’autres ? L’épigraphie comme discipline n’empiète-t-elle pas en permanence sur le territoire des autres disciplines de l’érudition ?

Afin d’aborder ces questions (qui ne sauraient se limiter au format d’une journée d’étude), les coordinateurs du programme LIMITS avaient réuni à la Casa de Velázquez un groupe de chercheurs représentant plusieurs disciplines de l’érudition et ce billet synthétise les présentations de la journée et les riches discussions qui les ont suivies.

Gérone, cathédrale. Tombe de Bernard de Pau (1475)

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Debiais introduit justement cette journée en revenant sur la place du matériau dans la définition de l’objet épigraphique. Erigé comme un élément définitoire de la discipline épigraphique au titre de support, il est en revanche rarement questionné sur ses effets dans le contexte d’une rencontre matière-écriture. Or, Vincent Debiais rappelle que la matière est, après le geste, l’une des conditions même de l’écriture, quel qu’en soit les degrés du sensible (feuillet, tissu, pierre etc..) et pose la question de l’opérabilité de la notion de « support » quand il s’agit de penser un écrit qui se fait dans/sur et surtout avec la matière. Considérer ainsi, la matière est évidemment signifiante et agissante en tant qu’elle est graphique. C’est donc toute une série de questionnements qui surgissent : existe-t-il des matières et des objets qui jamais ne se lieront à l’écrit (les écrits vétérotestamentaires bannissent le corps), existe-t-il des matériaux plus graphiques que d’autres et donc déterminants, comment aborder les modalités de la rencontre entre signe et matière (influence ? contrainte ? choix ?). Se positionnant enfin à l’échelle plus large de la culture écrite, Vincent Debiais rappelle la porosité de la culture écrite médiévale, ce dont témoigne la diversité des matériaux et l’omniprésence de l’écriture en dehors du monde manuscrit. Existant « hors du feuillet », l’écriture se rencontre en effet presque partout entre Antiquité tardive et Moyen Âge et le matériau n’est donc jamais une limite. Loin de représenter une contrainte, la matière autorise le déploiement de l’écriture et avec elle, celle du langage, en ce qu’elle en est une incarnation tangible. Dans cette corrélation écriture-matière-langage, c’est la question d’un pragmatisme et de ses qualités qui est posée. Si l’on suit ce fil, il faut alors constamment penser la matière graphique dans son environnement et dans les interrelations que cela engage (mobilité de l’objet, de son porteur, du lecteur).

Elisabetta Neri poursuit la journée en proposant une synthèse sur l’écriture dans les mosaïques pariétales des églises tardo-antiques. Cette pratique, parfois mal documentée, s’inscrit dans l’histoire des tituli des basiliques romaines, tradition qui perdure dans tous les décors monumentaux de l’Urbs jusqu’au Moyen Âge central, comme l’a récemment montré Erik Thunø. À partir de ce corpus très riche, Elisabetta Neri s’interroge sur les raisons et les conditions de la persistance de ce phénomène qui fait intervenir une description et un commentaire de l’image au cœur du décor, dans la lignée de l’ekphrasis antique et en reprenant des dispositifs formels (cadre, tabula ansata) employés simultanément dans la peinture ou dans les manuscrits. Et l’on peut se demande en effet, dans quelle mesure ces résonnances orientent ou augmentent le sens de l’image au titre de la référence ou de l’évocation. Transférer à la mosaïque, le motif de la tabula ansata, très populaire dans les inscriptions lapidaires antique (dédicace notamment) mais aussi les tablettes votives, ne vient-il pas monumentaliser un peu plus une représentation en deux dimensions tout en dotant cette même représentation de sens, en relation avec ses usages antiques ? Se pose ici la question d’une matérialité suggérée. Elisabetta Neri souligne que la spécificité matérielle des mosaïques inscrites tient aussi à leur technicité qui unit complètement écriture et image. Les techniques mises en œuvre supposent en effet qu’inscription et représentations sont réalisées dans le même temps, par un même artisan et dans une même manipulation de la matière. L’écriture et l’image s’établissent grâce à l’assemblage des tesselles. Aussi, la mosaïque inscrite rend-elle tout à fait caduque la notion de support. La présentation d’Elisabetta Neri oblige aussi à resserrer la focale et à s’interroger sur ce qui constitue matériellement la lettre. La lettre dans la mosaïque est un signe composite qui n’existe en tant que signe que dans la combinaison programmée de fragments d’un matériau, lui aussi composite. Comment alors décrire d’un point de vue paléographique la forme des lettres ? Comment établir le scénario de leur installation pratique dans le décor ? Comment penser les phénomènes de copie/modèle dans le cadre des inscriptions dans les mosaïques ? Elisabetta Neri insiste également sur le contenu des inscriptions qui renvoie la plupart du temps au matériau lui-même, à l’aspect lumineux et réfléchissant des tesselles. Cette esthétique de la lumière permet de communiquer et rendre sensible la dimension céleste et la présence de Dieu au sein même du sanctuaire. Aussi, l’inscription en mosaïque peut être envisagé comme un moyen graphique de figurer la « voix divine », l’or agissant ici comme le reliquaire de la parole divine.

Des questions analogues quant à la fonction et à la référence épigraphique sont posées par Cheyenne Noël dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les objets liturgiques médiévaux. Dans la mesure où celles-ci ne sont pas systématiques et que leur présence semble tout à fait imprévisible, on doit nécessairement écarter la possibilité d’une efficacité sacramentelle de l’inscription. L’inventaire épigraphique dressé par Cheyenne Noël montre pourtant des textes au contenu riche et varié qui désigne – c’est une évidence – deux types de matériaux : les espèces eucharistiques, contenus des vases sacrés, et les métaux précieux qui les composent. Il se pose ainsi une question de poids dans la perspective liturgique : sur quoi écrit-on réellement quand on écrit sur le matériau au contact du corps du Christ ? Où s’arrête l’inscription sur le temps long de l’usage de l’objet ? Cheyenne Noël donne pour exemple de cette complexité le cas de l’inscription des trigrammes IHS ou XPS qui « passe » par pression du moule à hosties à la forme eucharistique… Dans tous les cas, l’écriture participe de la « mise en vie » de l’objet, de son activation liturgique, et de la permanence des gestes du célébrant.

Bordeaux, Musée d’Aquitaine. Bague inscrite

 

 

 

 

 

 

Julie Renou et Morgane Uberti, en présentant le corpus des anneaux et bagues inscrites de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, reviennent sur cette idée d’un « objet en acte » et sur le rôle de l’écriture dans cette activation. Longtemps délaissé par l’historiographie, ces inscriptions constituent un ensemble à part pour l’étude de la culture écrite, toujours à la frontière de l’unicum et du multiple, à la croisée de l’événement personnel et de sa permanence, publique ou intime. L’étude de ses objets passe par l’analyse technique et avec elle, celle des relations éventuelles entre discours, matière et forme de l’objet : y-a-t-il par exemple des matériaux privilégiés pour la bague ?  Les positions de l’écrit sur l’objet – exposé sur le chaton ou obligeant à la manipulation lorsqu’il se développe sur le pourtour de l’anneau – coïncident-elle avec la nature du message|signe ?  En posant la notion d’objet « pléonasme », Julie Renou et Morgane Uberti ont cherché à définir, notamment pour les inscriptions nominales et les monogrammes, les liens de sens, mais aussi de « valeurs », entre l’objet et son possesseur. Le métal n’est pas seulement le support de l’écriture, et l’individu, par métonymie, devient lui-même porteur d’un écrit qui, par redondance ou évocation, le désigne. Davantage que dans le cas des objets qui sont touchés seulement dans des circonstances ponctuelles et normées, davantage encore que dans le cas des mosaïques, perçues dans une distance incompressible, l’écriture sur les bagues interroge les frontières du matériau. Où s’arrête le champ épigraphique sur un anneau ? Peut-on envisager qu’il se dilate à l’échelle du porteur de la bague ?

Avec la communication d’Ambre Vilain (Université de Nantes), on exporte au domaine sigillographique les questions posées aux objets mobiles telles que les bagues et la vaisselle liturgique. Après avoir rappelé combien la légende du sceau devait encore bénéficier d’études spécifiques et comment l’historiographie avait fait de l’écriture sigillaire un élément accessoire ou anecdotique dans l’expertise des sceaux, Ambre Vilain propose une série de sujets essentiels pour l’histoire de la culture écrite : la problématique de l’écriture en négatif sur les matrices (une lettre à l’envers ou en creux est-elle toujours un signe alphabétique ? comment envisager cette période de transition dans la « vie » du signe ?) ; la question des jeux de lettres et des abréviations pour un objet devant être reconnaissable et reconnu dans le cadre des pratiques juridiques médiévales ; le dispositif du filet et l’écriture circulaire comme entrave ou garantie de lecture ; la virtuosité de la gravure pour des légendes sigillaires qui s’allongent et se compliquent au fil du temps… Ces aspects techniques liés à la gravure de la matrice et au transfert de l’écriture sur la cire, ont des implications notables dans la nature et l’effet de l’objet lui-même. Ils participent à la représentation, à l’incarnation même du sigillant dans le matériau et par extension dans l’acte diplomatique. Cette « identité épigraphique » ne se résume d’ailleurs pas à la seule légende, puisque la communion de matière et de technique unit pleinement l’écrit et image. La communication d’Ambre Villain montre combien le « syntagme texte-image » (quels écarts entre image et légende ? ou à l’inverse quel degré de réflexivité) est essentielle pour appréhender les enjeux divers de ces objets (entre identification et validation, par exemple).

La présentation de José María de Francisco est consacrée à l’écriture monétaire et sa portée publicitaire. Partant d’une documentation variée – monnayage carolingien, monnayage papale, monnayage islamique ou encore arabe chrétien – José Maria de Francisco envisage une synthèse des questions encore à poser à cette documentation. Se positionnant dans la longue durée, José Maria de Francisco cherche à établir ce qui relèverait des constantes ou au contraire des innovations dans les relations entre métal, écrit et image dans une histoire politique toujours en mouvement. S’attarder sur les degrés de la qualité épigraphique d’une monnaie (monnaies islamiques par exemple), repérer le recours à des dispositifs visuels plus anciens (les monnaies alto-médiévales comme écho des monnaies impériales), analyser les liens entre l’image et la légende permettent d’approcher les aspects idéologiques d’un pouvoir.  Les effets d’échos ou au contraire d’écarts dans la composition graphique sont autant de clés pour approcher l’identité revendiquée par le pouvoir mais aussi son rapport à l’histoire.

Isabel Velázquez propose quant à elle des pistes de recherche dans le domaine des inscriptions lues sur les tissus (vêtements, tapisserie, voile). Il s’agit là d’un dossier finalement peu exploré, en raison de la nature des sources rarement conservées, mais aussi pour des raisons d’indéfinition disciplinaire… Au-delà de la question de la prise en charge éditoriale de ces écritures textiles, c’est donc leur qualité épigraphique même qui est posée par Isabel Velázquez. Les exemples présentés – le voile offert au roi Chintila, la tapisserie de la création à Gérone, le manteau de Roger II de Sicile entre autres – inviteraient en effet à prendre les choses à rebours, à rebours de la matière : est-ce la nature du texte qui fait épigraphie ? est-ce la fonction du texte qui fait épigraphie ? Est-ce que l’évocation d’un dispositif épigraphique suffit à faire de l’écrit textile une inscription ? Si l’on en revient à la matière, se pose alors la question de l’effet de l’origine organique des matériaux et de son incidence non seulement sur la persistance des documents, mais aussi sur le sens du contenu. Puis après la nature de la matière, c’est son usage qui doit être questionné : revêtir un texte, dans le cas du manteau d’Henri II ou de l’étole de saint Narcisse, produit des relations écriture/porteur semblables à ce qui a été évoqué pour la bague ou le sceau. Isabel Velázquez termine par les questions paléographiques de l’écriture sur tissu et des différences remarquables entre la broderie et la tapisserie par exemple, en soulignant la nécessité d’une prise en compte fine des supports pour la compréhension des choix formels (graphie, ponctuation, etc.).

Charo Hernando propose enfin une exploration des manuscrits épigraphiques, soit les inscriptions qui ne possèdent d’autre matérialité que leur copie dans un livre. Par-delà les difficultés d’identification et de recensement, cette pratique qui remonte au haut Moyen Âge interroge ce qui finalement transforme un texte en une inscription. Est-ce que la copie d’un marbre antique demeure « épigraphique » dans sa nature si elle ne l’est plus dans sa forme ? Le caractère épigraphique peut-il persister par-delà la destruction ou la disparition de l’objet inscrit ? Charo Hernando porte alors l’attention sur la possibilité d’une description du support, celle d’une description de sa localisation ou à l’inverse de la seule représentation de l’objet. On peut se demander si ces informations qui enveloppent le texte-inscription ainsi transmis produisent un effet « épigraphique » ou au contraire contribue à dé-monumentaliser l’objet. Enfin, en raison du caractère transmissible de la pratique manuscrite, l’objet épigraphique unique se multiplierait en quelques sortes au gré des copies. Néanmoins, la reconnaissance d’une inscription de parchemin, ou du caractère épigraphique d’un texte, dépend aussi du contexte de réalisation de la copie et de la manière avec laquelle a été pensé et regardé l’objet. 

Gérone, cathédrale, musée. Broderie de la Création

Cette seconde journée LIMITS a largement rendu compte de ce déploiement de l’écriture par la matière pour les cultures tardo-antiques et alto-médiévales. Quels que soient les matériaux, quel que soit l’objet, l’écriture est toujours possible : la matérialité permet plus qu’elle ne restreint ou contrarie. Il émerge ainsi des présentations et des discussions la pertinence d’aller plus avant sur les rapports entre matière et écriture, non plus en pensant la relation dans un rapport de subordination ou de stricte condition mais bien dans la perspective d’un processus conjoint : le cas des écritures en mosaïques, comme celui des écrits textiles sont sans doute les plus parlant. Aussi il a été proposé l’expression d’une « matière (épi)graphique », préférée à celle d’« objet épigraphique » qui tend à figer le document dans un état. Ainsi conçue, dans cette rencontre matière et écriture, le phénomène épigraphique apparaît toujours plus protéiforme, poreux et surtout dynamique.

La troisième et dernière journée d’étude du programe LIMITS se tiendra à Madrid (Casa de Velázquez) se déroulera à Madrid le 19 octobre prochain et sera consacrée aux limites de l’alphabétique dans la culture épigraphique de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

Un nouveau rendez-vous épigraphique annuel à Poitiers

À la rentrée 2016, se met en place au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale  un séminaire permanent sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

corpus-des-inscriptions-de-la-france-medievaleL’épigraphie médiévale avait, au moment de sa naissance en France, au milieu des années 1960, et a toujours aujourd’hui comme objectif premier la publication des inscriptions. Jusqu’à ce jour, le Corpus des inscriptions de la France médiévale articulait au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers l’édition des inscriptions, la gestion de la documentation rassemblée pour en assurer la continuité, et les activités ponctuelles de réflexion méthodologique ou de recherche. Cette articulation doit aujourd’hui être revue en raison des évolutions nécessaires que connaît l’entreprise éditoriale (avec le passage à l’édition numérique, l’élargissement de l’amplitude chronologique des textes publiés, la mise à disposition en ligne des volumes du CIFM) et en raison de la nécessité, pour les questionnements épigraphiques, de s’inscrire dans la dynamique de recherche autour des signes et de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge.

Parce qu’il reste bien des questions fondamentales auxquelles répondre (qu’est-ce qu’une inscription ? En quoi une inscription se distingue-t-elle d’une autre forme écrite ? À quoi sert une inscription ?),  il convient de s’attacher à la définition des « objets épigraphiques », à leur matérialité et à leur forme, sans séparer l’appréhension du support de celle de la graphie ou du contenu ; en d’autres termes, d’interroger les pratiques graphiques en dehors du monde manuscrit et d’envisager les conditions matérielles de leur réalisation, les implications techniques de leur mise en œuvre, les formes de l’écriture mobilisée dans le matériau, les interactions avec leur environnement lors de leur exposition et/ou utilisation. Cette réflexion s’inscrit d’abord dans la dynamique du material turn, à l’œuvre dans tous les domaines de la médiévistique, et qui permet de remonter à la source des productions médiévales (la pierre avant l’épitaphe, le bronze avant la porte, l’or avant le reliquaire) ; elle s’inscrit aussi dans une conception élargie de la paléographie médiévale qui ne s’arrête plus désormais aux frontières épistémologiques entre épigraphie, sigillographie, et diplomatique pour embrasser l’ensemble de la culture écrite du Moyen Âge ; enfin, elle met en lumière les connexions médiévales entre pratique graphique et pratique artistique, entre pensée écrite et pensée plastique, entre recours à l’écriture et théologie de l’image.

Pour répondre en partie au moins à ces questions de façon collective et formuler ensemble un certain nombre d’hypothèses, le CESCM met en place à partir de la rentrée de septembre 2016 un « séminaire permanent » sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

Le fonctionnement d’un tel programme repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. L’articulation n’est donc pas celle d’une équipe ou d’une unité, encore moins celle d’une structure figée, mais celle d’un lieu et d’un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

Le séminaire permanent de recherche sur les écritures non manuscrites médiévales entend se réunir sur une journée trois à quatre fois par an au CESCM. La ou les session(s) de printemps et d’automne sont thématiques et proposent l’exploration collective d’un sujet lié à la problématique « Matières et formes des objets épigraphiques ». La session d’été est consacrée aux actualités de la recherche sur les écritures exposées (sujets de thèses, compte rendus de colloques ou de soutenances, chantiers, découvertes, projets collaboratifs) ; la session d’hiver est consacrée à la bibliographie (lecture collective d’un ouvrage en amont et discussion lors de la session).

À titre indicatif, les sessions thématiques pourraient porter sur les sujets suivants : « Fixité, mobilité, mutation des supports : autour de la notion de ‘contexte’ » ; « Élégance, régularité, variations : autour de l’appréciation de la ‘qualité’ des objets épigraphiques » ; « Fers à hostie, pyxides, enseignes, dés… : autour de ces ‘objets’ inscrits dont on ne sait quoi faire » ; « La lettre en son lieu : pour une étude ‘incarnée’ de l’écriture exposée ». Les sessions bibliographiques seront prévues au fil de l’eau en fonction des actualités éditoriales. Pour les premières sessions, quelques ouvrages fondamentaux mériteraient sans doute une (re)lecture collective : Petrucci A., Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie (XIe-XXe siècles), Paris, 1993 ; Kendall C.B., The Allegory of the Church. Romanesque Portals and Their Verse Inscriptions, Toronto, 1998 ; Mallon J., De l’écriture. Recueil d’études publiées de 1937 à 1981, Paris, 1982 ; Koch W., Inschriftenpaläographie des abendländischen Mittelalters und der früheren Neuzeit, Vienne, 2007.

Afin d’assurer la diffusion des informations quant à ce séminaire, on pourrait utiliser le carnet de recherche Hypothèses créé à l’occasion du programme EPIMED et le faire évoluer vers une véritable plateforme collaborative pour échanger informations, clichés, bibliographie…

Pour tout renseignement à ce sujet et pour recevoir des informations plus précises, contacter Vincent Debiais.

Art Reading 2016 – Sofia : l’épigraphie au cœur du visuel

Avec naïveté souvent, prétention parfois, le chercheur pense avoir fait le tour de questions spécifiques, satisfait d’avoir apporté quelques éléments de connaissance à leur sujet, épuisé par la longueur des bibliographies qui leur sont consacrées, ou plus simplement ennuyé par la fréquentation répétée (individuelle ou collective) de thèmes devenus récurrents. Parfois encore, après avoir cru mettre une problématique sous la tutelle de ses propres recherches et publications, il voit avec une certaine suffisance la tenue de rencontres scientifiques visant à explorer les mêmes domaines. De telles attitudes, qui ne sont évidemment pas le fait exclusif de la médiévistique, révèlent que même si le chercheur perçoit le caractère insaisissable d’objets historiques particuliers qui résistent à la recherche, il résiste lui-même à les remettre au pot commun des interrogations sur le Moyen Âge. Pourtant, Dieu sait que certains sujets de la médiévistique sont inépuisables ! Les relations texte/image sont de ces thématiques qu’un demi-siècle de recherche n’a pas réussi à cerner complètement, et ce malgré des avancées considérables dans la compréhension des fonctions de l’un et l’autre et de leur statut respectif dans la culture médiévale.

La rencontre qui s’est tenue les 8 et 9 avril 2016 à l’Institute of Art Studies de Sofia (Bulgarie) a montré combien il restait encore à faire à ce sujet. Réunis à l’invitation d’Emmanuel Moutafov dans le cadre du colloque intitulé Texts, Images, Inscriptions, les participants (philologues, historiens, historiens de l’art, archéologues) ont ouvert, au cours de leur présentation et des discussions nourries qui les ont suivies, de nouvelles pistes de réflexion quant au rôle de l’écriture dans le visuel, en particulier dans le contexte de l’art monumental des Balkans, et quant aux conceptions philosophiques, théologiques et aux circonstances historiques sous-jacentes (le programme est disponible au bas de cet article).

Par-delà la qualité générale des communications, il faut retenir la diversité des objets analysés (des pierres tombales aux décors peints monumentaux, en passant par le mobilier de la vie quotidienne et les manuscrits liturgiques), l’amplitude du champ chronologique retenu (des premiers siècles de notre ère au XIXe siècle), l’étendue des territoires concernés (de la Turquie actuelle au Nord de la Serbie). Une telle juxtaposition des artefacts, loin de produire un effet patchwork, ne permet pas seulement d’exposer la richesse de l’art orthodoxe ; elle permet surtout de penser les phénomènes graphiques et visuels sur le temps long, de constater leurs permanences et leurs transformations sur des territoires à l’histoire complexe.

L’étude des inscriptions a occupé une place centrale pendant ces deux jours et toutes les communications ou presque se sont appuyées sur les sources épigraphiques. Reflets des variations dialectales et linguistiques, témoins des évolutions paléographiques, sources d’histoire, les inscriptions sont un objet privilégié pour l’analyse des relations texte/image dans la mesure où elles sont, en Orient comme en Occident, omniprésentes dans les œuvres visuelles (peinture, sculpture, mosaïque…). Elles dénotent une « intention » graphique particulière, à l’articulation entre le voir et le lire. En raison de l’importance des questions soulevées dans les présentations au sujet de la méthode (recensement, critique d’authenticité, analyse paléographique) et de l’éventail des supports, des contenus, des langues et alphabets abordés, on encourage vivement les épigraphistes spécialistes de l’Europe occidentale à consulter les actes de ce colloque ; ils constateront ou feront de nouveau le constat de l’intérêt de penser les cultures écrites médiévales dans leurs spécificités certes, mais sans frontière et en diachronie.

Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) - Sofia, Alexander Nevski Museum.
Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) – Sofia, Alexander Nevski Museum.

Que retenir de cette nouvelle exploration ? Il faut d’abord constater que la notion de source pour penser la relation texte/image est aussi inopérante en Orient qu’elle ne l’est en Occident… L’incapacité de l’historien de l’art à identifier le texte littéraire ou liturgique à l’origine d’un motif et celle de l’historien des textes à illustrer son propos par les œuvres visuelles sont moins le reflet de l’échec heuristiques des disciplines de la médiévistique qu’une invitation à penser l’objet tel qu’il se présente – et donc, tel qu’il a été conçu – et à l’interroger indépendamment de toute certitude théorique préalable. La « source » d’une image n’est pas nécessairement un texte identifiable mais une tradition orale, d’autres images, des pratiques dévotionnelles non documentées qui engendrent des mécanismes de signification non référentiels. L’image ne renvoie souvent qu’à elle-même… Si la question de la réception est revenue, comme elle le fait toujours, dans les échanges, les présentations ont montré combien il était difficile d’envisager les relations texte/image de ce point de vue, à moins de considérer qu’il ne fait qu’élargir le champ des possibles de l’art. C’est le deuxième point à retenir : la figure de l’artiste ou du commanditaire ou, si l’on veut la dépersonnaliser, l’action créative sur le matériau dispose pour faire interagir le texte et l’image dans une œuvre de moyens illimités, y compris dans l’art très codifié de l’icône. Et c’est davantage dans le constat de la diversité des moyens et l’examen de ce qu’ils génèrent dans l’œuvre, sur le plan esthétique et sémantique, que résident les éléments de réponses quant au statut de l’un et l’autre dans la culture visuelle médiévale. Partant, il faut également retenir le corollaire de ce deuxième point, à savoir la nécessité d’étudier chaque objet comme un objet unique dans le détail de ces composantes, de les décrire, et de les poser en ce qu’elles font système. Plus que jamais, l’érudition, l’effort constant d’une approche technique rigoureuse, apparaît comme un impératif et toutes les présentations ont délibérément pris soin de passer par l’exposé minutieux du travail d’érudition fondamental, préalable à toute interprétation. Est-il superflu de rappeler l’exigence d’érudition ? Sans doute, mais l’omniprésence de la thématique texte/image pourrait avoir créé une langueur intellectuelle propice à l’impressionnisme, aux approximations, etc. Rien de tout cela à Sofia, fort heureusement ! Retenons pour terminer que les relations entre le texte et l’image ne sauraient être envisagées comme de pures phénomènes, sans leur ancrage social et ce qu’il implique dans les pratiques et la pensée. La question du « qui » a occupé les deux jours de débat. Qui peint ? Qui écrit ? Pour qui mélange-t-on l’écriture et l’image ? Qui peut lire ou voir les œuvres ainsi produites ? Acteurs et publics de l’art défient ainsi le médiéviste dans sa capacité à penser le Moyen Âge dans les hommes et les femmes qui l’ont vécu et façonné.

Peut-être est-ce aussi pour cela que des interrogations plus « contemporaines » ont été formulées à Sofia… Comment transmettre au public le produit des réflexions ? Comment témoigner du rôle sociétal des études artistiques ? Comment l’historien de l’art peut-il être acteur du monde qui l’entoure et qu’il décrit et analyse ? Les conditions humaines et scientifiques des rencontres à l’Institute of Art Studies de Sofia et l’énergie d’E. Moutafov et de son équipe sur place offrent sans aucun doute un cadre propice pour apporter quelque élément de réponses à ces questions décisives pour la pérennité des disciplines de la médiévistique et, au-delà, des sciences humaines et sociales. On ne peut dès lors que se réjouir de l’initiative de prolonger ces rencontres en 2017.

IMG_0918

Pour tout renseignement complémentaire sur le colloque de 2016 : Nevena Dimitrova (Bulgarian Academy of Sciences, Institute of Arts Studies).

programme