Archives par mot-clé : érudition

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur privé = 600 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 25 avril 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

TITULUS, entre érudition et créativité

(article co-écrit avec Clara Renedo Mirambell)

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/titulus_capture

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.

Mis à part les Deutsche Inschriften Online, reprise exacte de la version papier, les entreprises éditoriales des textes épigraphiques du Moyen Âge se sont peu préoccupées de mise en ligne. TITULUS se veut au contraire créatif, non seulement en exploitant les possibilités du numérique, mais aussi en intégrant les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle.

titulusaC’est donc une édition « augmentée », multipliant les visions du texte, qui est offerte au lecteur : à côté de la transcription habituelle, 5 autres onglets déclinent les aspects graphiques : une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, l’encodage en XML-TEI.

Car cette édition est entièrement encodée en XML ; elle a adapté EpiDoc, la spécification de la TEI pour l’épigraphie classique à l’épreuve depuis plusieurs dizaines d’années, à l’écriture médiévale. Une table de synthèse rassemblant les choix d’encodage est disponible sur le site.

Si le texte de l’inscription constitue le cœur même de l’édition, il est toujours accompagné en amont d’une séquence descriptive et pratique, qui indique sa fonction, sa forme, sa localisation précise, son état actuel, ses dimensions, et propose une datation en indiquant sur quel critère elle s’appuie. Viennent ensuite les indications bibliographiques qui retracent la transmission du texte, sans prétendre à l’exhaustivité, et le commentaire paléographique, de plus en plus étoffé. En aval, le commentaire général s’attache à expliquer l’inscription étudiée (sens, structure, formule, sources bibliques ou liturgiques) et à la recontextualiser sur le plan historique et au niveau épigraphique.

Les notices sont organisées désormais dans une base de données native en XML, qui se substitue aux volumes papier. La structure de la base de données devra permettre d’établir des relations multiples entre les notices (selon leur datation, leur langue ou leur type de support, par exemple), grâce à la création d’un moteur de recherche (qui est prévue pour la phase suivante du développement du projet). Cela vise à être, en quelque sorte, l’évolution naturelle des index des volumes papier.

Plan de développement du projet en 2017 :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Si, comme le formulait heureusement Olivier Boulnois, l’érudition est « un levier pour faire sortir la pensée de ses ornières », permettant de dépasser le superficiel, en apportant une validation et authentification des sources, et de penser librement (« Voyage au cœur des textes. L’érudition aujourd’hui » vidéo du GIS SOURCEM), TITULUS entend mettre le travail d’érudition sur la documentation épigraphique à la portée de tous, afin d’apporter éclairage complémentaire sur la culture de l’écrit au Moyen Âge.