Archives par mot-clé : funéraire

L’épigraphie funéraire chez les mendiants

Haude Morvan publie à l’École française de Rome un très bel ouvrage consacré aux sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle. Très fouillée et richement illustrée, cette étude est en réalité beaucoup plus ambitieuse que ne le laisse penser son titre. L’auteur se livre en effet à une étude passionnante des stratégies funéraires mises en œuvre par les membres les plus en vue de la Curie pour assurer la célébration de leur mémoire dans les églises mendiantes. Haude Morvan se livre bien entendu à une analyse magistrale des tombes, mais elle aborde aussi les questions spirituelles, administratives, théologiques de la création de ces sépultures de prestige. Et elle n’ignore pas, bien au contraire, les inscriptions funéraires rédigées et matérialisées pour les prélats. Un compte rendu de lecture épigraphique, donc.

Les inscriptions funéraires sont très nombreuses dans les églises et les couvents des Ordres mendiants à partir du XIIIe siècle : c’est le constat épigraphique que l’on pouvait faire jusqu’à présent à la lecture de l’inventaire réalisé par le Corpus des inscriptions de la France médiévale à Poitiers. Il manquait une étude historique de ce corpus foisonnant qui détaillerait les raisons de cette hyper-représentation et qui analyserait en profondeur ce que l’inhumation dans les églises dominicaines ou franciscaines implique sur la forme des sépultures ou le contenu des inscriptions. Avec son très beau Sous les pas des frères. Les sépultures de papes et cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle, Haude Morvan apporte des éléments de réponses précieux en privilégiant une approche « totale » du monument funéraire. Le terrain historiographique n’était pas vierge et l’introduction fait le point sur des travaux d’inventaire ou d’analyse importants – le recueil de Jörg Garms, les synthèses de Julian Gardner. Mais c’est précisément parce qu’Haude Morvan décide d’envisager le tombeau, son lieu, son décor, son histoire (sur le temps long de l’institution) et ses inscriptions que son travail est important pour comprendre en quoi l’inhumation chez les Mendiants a marqué l’histoire des pratiques funéraires, en dépassant les questions strictement stylistiques ou formelles. L’ouvrage est très érudit et l’utilisation des sources textuelles et des documents d’archive permet de reconstituer le contexte de chacune des inhumations envisagées entre 1250 et 1304 pour les membres du collège cardinalice et les papes (soit une vingtaine de dossiers).

Si le livre d’Haude Morvan est aussi important pour les études épigraphiques, c’est qu’il réserve une place de choix au traitement des inscriptions qui ont intégré, à un moment ou un autre de la vie du monument, le système funéraire. L’auteur résiste en effet à la tentation de compiler sèchement un corpus des inscriptions funéraires destinées aux cardinaux – le travail a d’ailleurs déjà été fait en partie – pour intégrer au contraire avec intelligence l’analyse de chacune des épitaphes dans l’histoire du tombeau. Pour ce faire, pas question de distinguer le contenu de l’inscription de sa forme ou de son emplacement, mais plutôt de penser que l’action épigraphique contribue, dans tous ses aspects, à la composition du monument funéraire. Comme tous les épigraphistes du monde, Haude Morvan se trouve confrontée aux aléas de la conservation et l’ensemble des inscriptions rassemblées est lacunaire ; elle a cependant su retracer la piste des textes conservés dans la documentation manuscrite et fournir ainsi une image très complète des interactions entre les constructions, les images et les textes pour la plupart des tombes recensées. Sous les pas des frères donne un coup de projecteur sur le production épigraphique à la Curie, une production de haute qualité composée très largement d’inscriptions en vers mêlant les topoi funéraires (parfois très élaborés) et les éléments biographiques plus précis. Les inscriptions pour les cardinaux et les papes correspondent ainsi à ce que l’on sait des textes poétiques rédigés à la mort des grands prélats en Occident, et pour aller plus loin sur cette constance, véritable signe d’appartenance à l’Ecclesia, on ne manquera pas de revenir, comme le fait l’auteur, à la belle étude d’Iiro Kajanto, Classical and Christian studies in the Latin epitaphs of medieval and renaissance Rome, Helsinki, 1980. Haude Morvan commente avec beaucoup de soin les formules employées dans les poèmes et les relie au contexte précis de la mort des défunts. La vraie diversité concerne l’emplacement des textes dans le dispositif monumental. Les plates-tombes présentent un texte qui court sur les quatre côtés de la dalle, sans surprise, alors que les tombeaux en surface choisissent de déployer le ou les texte(s) sur la cuve, sur le mur, sur le côté du monument, en intégrant dans sa structure un support ad hoc – en créant un objet épigraphique distinct, partie d’un tout. C’est au chapitre 3 « Entre discours communautaire et mémoire individuelle » que le lecteur trouvera la plupart des réflexions épigraphiques, mais on verra également les études de cas du chapitre 4, avec entre autres l’étude de l’épitaphe de Clément IV à Viterbe.

Parce que les inscriptions ne sont qu’une partie du travail d’Haude Morvan, et parce qu’elle les insère dans un réseau funéraire qui va des chroniques à l’héraldique, de la sculptures funéraire au dispositif liturgique, l’objet épigraphique n’apparaît pas dans le livre comme un élément hors-sol, comme la pièce d’un musée cardinalice qui n’existe pas. Sous les pas des frères restitue en réalité à l’inscription sa dimension anthropologique : elle est la prolongation matérielle du souvenir du défunt et en dit long sur l’idée de la mort, du souvenir, de la dimension transcendante du corps de l’Église, etc. En ce sens, et toujours dans ce très riche chapitre 3, Haude Morvan livre une formidable analyse de la notion d’humilitas en relation avec la présence au sol des tombes et des images (visuelles ou textuelles) des défunts. Véritable étude dans l’étude, elle part du premier distique de l’épitaphe du pape franciscain Nicolas IV (mort en 1292) : Hic tumulus tumulat humiliem qui fascibus auctus / sic moriens statuit ossa manere sua, et nous invite à nous interroger sur ce que produit ou non la présence, la forme, la sophistication de l’inscription dans l’exaltation du tombeau et du défunt. Dans le scandalum que représente toujours l’irruption du tombeau dans l’église, que fait l’épitaphe pour distinguer ou au contraire intégrer le monument dans le bâtiment ?

Haude Morvan évite la création de ce musée imaginaire en insistant également sur la dimension dynamique, mouvante, presque insaisissable du paysage funéraire des églises des Mendiants. Tous les monuments de son corpus ont été déplacés, modifiés, transformés, complétés, mutilés… Les tombeaux qui se présentent sous nos yeux à Viterbe, Rome ou Lyon portent les empreintes d’une gestion de l’espace funéraire sur le temps long, au gré des transformations architecturales, liturgiques, institutionnelles. Le recours aux écrits modernes pour documenter les sépultures médiévales contribue à l’écriture d’une histoire monumentale au-delà de la périodisation. C’est en particulier le cas pour les inscriptions dont on peut attester le remplacement, la réfection, la traduction. Loin de l’aspect figé que l’on accorde par inertie à l’écriture épigraphique, l’inscription témoigne ici d’une son insertion dans le temps ; soumise aux contraintes et aux aléas, elle s’adapte, se renouvelle ou disparaît quand elle n’est plus en mesure d’être ce pourquoi elle avait été initialement prévue. Comme le tombeau, elle est dans la vie du couvent et doit être « lue » en lien avec les autres marqueurs de la mémoire et de l’identité, tels que l’héraldique.

Dans Sous les pas des frères, Haude Morvan propose une étude de cas tout à fait stimulante. Avec ces inscriptions de prestige, ce que l’on tire de cette lecture n’est pas exportable à l’ensemble de la production épigraphique du Moyen Âge. En revanche, la méthode, la rigueur et l’audace des analyses de l’auteur peuvent sans aucun doute servir d’inspiration pour replacer les inscriptions dans l’étendue de leur contexte. Haude Morvan le fait en multipliant les échelles, du plus petit élément de sculpture à l’histoire générale des Ordres mendiants. C’est sans doute cela aussi « penser global ».

MORVAN, Haude. « Sous les pas des frères » : Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle. Nouvelle édition [en ligne]. Rome : Publications de l’École française de Rome, 2021. ISBN : 9782728314485.

 

Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest

Le dernier volume hors-série du Corpus des inscriptions de la France médiévale vient de sortir, sous la plume de Cécile Treffort, avec pour titre : Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe-fin Xe siècle). Disponible chez CNRS éditions ici

Dérogeant au principe de l’avancée géographique des volumes propre à la série classique et envisagé dans une perspective thématique, il est consacré aux inscriptions funéraires réalisées ou utilisées en Anjou, Maine, Touraine et Poitou entre le milieu du VIIIe siècle et la fin du Xe siècle. Né d’un travail plus général portant sur la forme et le rôle des épitaphes dans le monde carolingien (Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre genre littéraire, célébration mémorielle et manifeste politique (milieu VIIIe-XIe siècle), Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2007: en ligne ), il en a représenté le socle documentaire et espère répondre au besoin de la communauté scientifique de disposer de sources fiables et diversifiées pour analyser la société du haut Moyen Âge.

Véritables épitaphes (plates tombes, couvercle de sarcophage ou stèles placées sur les sépultures), plaques obituaires, commémorant la mort d’un individu, fixées voire intégrées dans le mur de l’église ou du cloître, et même une « endotaphe », inscription déposée dans la tombe, ou encore compositions littéraires à caractère épigraphique restées manuscrites : ce sont quatre-vingt-trois inscriptions qui sont rassemblées dans ce corpus, éditées selon les normes actuelles, traduites et abondamment commentées. Chaque texte est accompagné de nombreux dessins et clichés photographiques (le lecteur trouvera même tous les clichés de détails sur TITULUS dès que le volume sera en ligne). Ainsi en est-il par exemple d’une ardoise angevine commémorant le décès d’Autbertus (+ 784). Le relevé a permis de mettre en lumière les graffitis, tels les ébauches de lettres ornées au-dessus de l’inscription, le B de obiit portant un fragment de Ps 76[75], 2 ou le petit chien gravé dans le D de kalendas.

Le corpus est précédé d’une partie synthétique plus développée que dans les volumes classiques, permettant de mettre en valeur la richesse de la collection et de la replacer dans son contexte historique et d’exposer les bases méthodologiques.

Avec un quart des pièces datées à l’année près, cet ensemble représente un corpus de référence pour tous les spécialistes de paléographie manuscrite ou épigraphique. Il fournit un matériau précieux pour aborder de manière renouvelée la question de la réforme carolingienne dans sa dimension graphique, linguistique ou liturgique. En effet, le lecteur se trouve plongé au cœur de l’histoire du regnum Francorum, que ce soit à travers les centres religieux liés à de grands scriptoria comme Tours ou Angers, les lieux de pouvoir comme Melle avec ses mines d’argent et son atelier monétaire, ou des agglomérations secondaires plus méconnues mais dont la présence d’inscriptions semble pourtant révéler l’importance. Il y croisera des personnages plus ou moins célèbres comme la comtesse Adda ou l’évêque Ébroin à Poitiers, l’abbé Dodon de Saint-Savin (voir ci-contre le relevé réalisé par Dom Fonteneau, bénédictin du XVIIIe s. conservé à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers) et, bien sûr, Alcuin à Tours, mais également une multitude d’hommes, de femmes et d’enfants dont la mémoire n’a été gardée que par leur inscription dans la pierre. En mettant en scène une société aristocratique formée de clercs autant que de laïcs, ce corpus permet ainsi d’appréhender de manière originale l’histoire sociale, politique, religieuse et culturelle de cette région et, plus généralement, celle de l’empire carolingien.

De multiples observations matérielles et techniques viennent en outre compléter notre connaissance d’une écriture « exposée », sculptée sur du calcaire ou de l’ardoise, parfois incrustée de plomb, qui vient utilement compléter le paysage des productions graphiques contemporaines aux côtés des documents d’archives et des manuscrits conservés dans les bibliothèques.

Dernière séance du séminaire SEMPER – Inscriptions et obituaires

Les deux premières séances du séminaire sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit portaient sur les notions de « support » et de « page », soit les deux éléments qui permettent au texte d’exister dans un lieu et dans une forme, d’acquérir une présence matérielle. Nous avons à cette occasion insister sur la dimension physique de l’écriture, sur son extension, sa relation avec un environnement matériel et avec les objets. D’une certaine façon, les questions qui ont émergé ont permis un retour aux fondements de l’épigraphie – cette écriture particulière parce que tout à fait matérielle – et simultanément un dépassement de la discipline, une attention plus grande à ce qu’implique cette matérialité en termes de sens. Qu’est-ce qu’écrire sur la pierre ? S’agit-il d’un geste graphique singulier ? Qu’est-ce qu’une ligne, qu’est-ce qu’un cadre ? Un retour donc au sens du geste d’écriture, dans tous les aspects de la production du signe dans le matériau. L’épigraphie apparaît ainsi comme l’étude d’une technologie particulière, celle de l’écriture dans le matériau, de ses outils, de ses savoir-faire, de ses implications anthropologiques. Penser une technologie, c’est penser l’objet, le sens et l’acteur à la fois, plutôt que la discipline ; c’est penser l’inscription dans l’histoire (sur la technologie et son implication dans l’humain, voir le beau livre de Jean-Claude Baudet, Le signe de l’humain. Une philosophie de la technologie, Paris, 2005).

Pour cette dernière séance de l’année, il fallait mettre toutes ces réflexions en perspective avec un type d’inscription, avec un domaine,  un champ de l’épigraphie, et ce non pas pour leur donner un ancrage documentaire particulier, mais plutôt pour mesurer comment les perméabilités observées d’un support à l’autre, d’une technique à l’autre, d’un contenu à l’autre, s’incarnent dans les objets graphiques.

La séance du vendredi 2 juin portait donc sur le domaine funéraire. La diversité de ce que l’entend par « funéraire » dans le domaine de l’épigraphie permet de mesurer l’étendue de cette « technologie ». On aurait pu choisir des domaines plus spécifiques, avec des inscriptions moins nombreuses, mais cette diversité permet d’envisager toutes ces perméabilités entre les différentes pratiques graphiques. Le domaine funéraire permet également de penser les différents aspects vus dans les autres séances : le matériau : sa présence avec la tombe, l’endotaphe, l’extension du texte, la mise en œuvre de l’écriture ou au contraire l’absence de matériau : l’épigraphie du manuscrit, la circulation des épitaphes, les compositions poétiques ; le lieu : lieu du corps, lieu de la mort et de l’inhumation, l’environnement funéraire, la topographie des textes, ce que les deux premières séances avaient mis en exergue avec la notion de « topologie de l’écriture » ; 3) à la confluence de ces deux notions, l’objet : la mise en œuvre d’un artefact pour la commémoration, l’établissement d’un objet, d’un marqueur dans l’espace, d’un signe, indice d’une absence et d’une présence à la fois.

L’écriture dans le domaine funéraire interroge aussi d’autres notions, ou plutôt d’autres relations :

  • l’écriture et le corps ;
  • l’écriture et le temps : celui de la mort et de sa mémoire, temps de la commémoration, entre actualité et éternité. L’écriture épigraphique est ainsi abordée dans sa capacité à durer, dans un inversement du paradigme de l’épigraphie : la raison du matériau dur et durable devient une mise en résonance des temps de l’écriture et de la mémoire. Livrer le souvenir au matériau, c’est le faire apparaître et le faire durer.
  • l’écriture et la présence : la capacité de l’écriture en tant que produit d’une technologie à contenir et faire apparaître ce qu’elle désigne, dans sa forme et dans son sens.

Le champ des questions posées est donc considérable. La journée a surtout permis d’aborder l’inscription funéraire dans ses liens ou ses relations avec l’obituaire, ce document contenant le nom des défunts et la date de la célébration de leur décès. Il peut prendre diverses mais il articule a minima ces deux notions : le nom et la date. La rencontre de l’écriture et du matériau permet une mise en ordre des informations, une pensée rationnelle du monde funéraire, souvent sous forme de listes organisées selon le déroulement du temps liturgique. Anne Rauner a montré dans sa présentation la diversité de ces livres, entre liturgie et comptabilité, mais elle a aussi pu établir des liens entre le livre et l’inscription funéraire, sous forme de renvoi graphique d’un support à l’autre. Marie Charbonnel, avec l’exemple de l’église des Dominicains du Puy, a donné un aperçu de cette mise en liste des mentions obituaires à l’échelle monumentale et sur le temps long ; les noms des défunts, organisés dans l’espace et dans le temps, proposent grâce à l’inscription une image du lignage dans le contexte de sa commémoration. C’est la même attention à l’environnement et à la spatialisation de la mémoire qui a guidé la présentation de Bénédicte Palazzo consacrée à l’Hypogée des Dunes, à son archéologie et à la mise en place des différentes inscriptions au cours du temps. Notion fondamentale quand il s’agit d’analyser les inscriptions funéraires, le « temps » a fait l’objet d’une étude originale de la part de Morgane Uberti à partir de la documentation aquitaine et hispanique de l’Antiquité tardive. Les formules de datation peuvent être appréhendées comme des outils de l’écriture épigraphique chargées de donner la date et d’inscrire le texte et son contenu dans un calendrier, mais aussi comme les indices d’une certaine conception du temps, d’une relation particulière de l’homme au système temporel dans lequel il vit. Le temps est toujours une affaire de choix et d’organisation dans l’écriture médiévale, et la série des épitaphes des prieurs de Grandmont étudiée par Manon Durier montre que les rédacteurs d’inscriptions ont manipulé et mis en forme ce temps pour produire une histoire de l’institution. Ces différentes présentations sont venues éclairer les propos introductifs de Cécile Treffort de toute la diversité des pratiques épigraphiques, et ont montré combien il restait encore à faire dans ce domaine. Dans tous les cas, on a pu constater que l’on bute aisément sur la notion d’usage : à quoi sert, du point de vue de l’information, ou de la communication, l’inscription obituaire ? Est-ce qu’on peut lui assigner une fonction ? Possède-t-on les moyens heuristique de parvenir à cette fonction ? C’est une question qui dépasse très largement la documentation funéraire, et qui invite à prolonger les réflexions.

Le séminaire SEMPER se réunira au cours de l’année universitaire 2017-2018, selon le même format et la même fréquence, pour se consacrer aux aspects graphiques et aux signes en présence dans l’écriture en dehors du monde manuscrit. Les séances se tiendront au CESCM le 19 octobre 2017, le 9 février 2018 et le 18 mai 2018.