Archives par mot-clé : graffiti

SEMPER: actualités de la recherche en épigraphie

La seconde séance du séminaire SEMPER “épigraphie en mouvement II”, qui eut lieu le 12 juin, portait sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale, les articles et projets en cours. Six dossiers ont été présentés, juste achevé, en cours de publication ou en voie de dépôt.

Robert Favreau inaugure la journée par une réflexion sur les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales, tant à travers les personnages que les œuvres. De fait, nombre d’épitaphes de l’Occident médiéval convoquent les figures antiques pour la qualité morale, physique ou intellectuelle qu’elles représentent : Pâris, auquel est comparé Sanche III (+ 1063), incarne la beauté, Hector le courage impétueux, Cicéron l’éloquence etc. Henri II à Fontevraud apparaît tel un nouvel Alexandre par la reprise d’un distique de l’épitaphe du roi de Macédoine dans l’inscription funéraire poétique du Plantagenêt. L’Antiquité est aussi présente par les œuvres elles-mêmes : l’art d’Hippocrate, Galien, les noms des Sept Sages, ou encore l’histoire d’Achille. À ces figures antiques s’ajoutent les citations d’auteurs classiques, mais dont on ne sait pas toujours si leur connaissance est directe ou via un auteur du Moyen Âge : Homère, Virgile, Ovide, Horace sont les plus fréquents, Phèdre au réfectoire de Fleury, un distique de Caton dans le cloître de Charlieu, Lucain dans l’épitaphe du roi de Jérusalem, Amaury… Enfin, certaines œuvres antiques furent christianisées : les 27 vers des oracles sibyllins devenus prophétie chrétienne, à la façade de la cathédrale de Laon ou dans les peintures murales des Salles-Lavauguyon ; le Physiologus etc. [Cet article est désormais paru dans le Journal des savants, 2019, p. 92-124]

Clément Dussart présente les résultats de sa thèse de l’École nationale des chartes soutenue le 11 juin, sur les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude pratique et théorique. Partant du double constat que ces sources écrites sont mal étudiées et en voie de disparition, l’approche proposée se situe à la croisée de la paléographie, de l’épigraphie et de l’archéologie. L’identification des grands sites de gisement, tels les espaces carcéraux (château de Selles, tour des prisons à Auxerre, prison synodale de Sens par ex.) ou certains objets plus circonscrits comme les tables d’autels, montre immédiatement la polymorphie et la polysémie de cette écriture ordinaire, éphémère et libre, semblable de visu à ce qui relève du parchemin. Elle nécessite l’établissement d’une méthodologie éprouvée, pouvant servir ensuite à vaste échelle. Le château de Selles à Cambrai a fourni le terrain idéal: photos et/ou scan 3D, relevé à partir de l’image, notice pour chaque graffito et tableau paléographique pour comparaison sont les étapes nécessaires. Nombreuses sont les difficultés:  due à la dégradation, à la superposition des couches d’écriture et d’images, faisant l’effet d’un palimpseste. Mais sauvegardées, valorisées et bien exploitées, ces sources ouvrent un champ immense pour redonner voix aux oubliés de l’histoire.C’est sur une « star de l’épigraphie limousine » que Manon Durier s’est penchée : l’épitaphe de Ramnulfe dans l’abbatiale Saint-Pierre de Lesterps (généralement datée de la première moitié du XIIe s.), plus « utilisée » en réalité qu’étudiée. Au XIe s., la communauté de Lesterps, située aux confins des diocèses de Limoges et Poitiers (département actuel de la Charente), est en pleine refondation tant matérielle que spirituelle. Ramnulfe devient abbé des chanoines désormais réguliers. Tracés sur une pierre de grande taille (128 x 122 cm) format page, 7 hexamètres léonins à rimes riches mis en ligne forment son épitaphe. Les quatre premiers brossent un portrait du défunt en tant qu’abbé idéal représentant de la communauté, mis en valeur par la recherche graphique (jeux de lettres, caractères perlés voire végétalisés) et les trois suivants sont un appel à la commémoration, dans le cadre liturgique et communautaire (demande de chanter le Requiem). Mais pour cette commémoration, nécessité est de connaître la date de décès, or celle-ci semblait absente de l’inscription. M. Durier propose de voir dans la lettre I isolée verticalement entre deux séries de trois points verticaux le chiffre 1 : ce détail marginal fournit la clé de l’énigme, c’est au 1er août que la mémoire de Ramnulfe était célébrée. (CIFM I-3, Charente 28, p. 46-47)

C’est sur le courant d’études portant sur les migrations, les mouvements de peuplements, liés à l’actualité, et leurs traces épigraphiques que Cécile Treffort est revenue. Voyages aller-retour, itinérances de marchands ou d’artistes, déplacements définitifs forcés (déportations) ou volontaires (liés au mariage, à une fonction), les inscriptions révèlent une partie des indices plus qu’elles ne livrent de vraies explicitations sur ces déplacements. Une pierre de l’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf de Poitiers, aujourd’hui au Musée Sainte-Croix, commémore le moine Vitalis, un sacriste passé par Cluny, qui meurt à Poitiers, qui était d’origine vénitienne (CIFM I-1, 28, p. 46-47). On peut se demander qui décide de cette mention, exceptionnelle autant que l’origine même (extitit nacione venetus). La pratique anthroponymique est également utile pour voir les déplacements, surtout au haut Moyen Âge : les noms d’origine germanique sont un marquage fort, avant de devenir à la mode. Certaines formules suivent des groupes et les identifient ; tel est le cas de l’expression « sic obiit » dans l’épitaphe de Madalfredus, présente uniquement à Poitiers, Angers, Tours et en Catalogne. Des indices matériels ou graphiques peuvent enfin exprimer des déplacements : utiliser de l’ardoise pour l’épitaphe d’Adda au IXe s. (conservée au Musée Sainte-Croix de Poitiers), alors qu’on n’emploie que du calcaire en Poitou, montre l’origine angevine de la défunte (CIFM I-1, 28, p. 46-47). Il était sans doute évident pour le spectateur que ce support n’était pas local, peut-être rappelait-elle le marbre noir et les lettres pouvaient être peintes en doré. Mais qui a commandé la pierre ? Où a-t-elle été gravée, car cela demande de vraies compétences ?

Fausta Lastella a proposé un aperçu de l’ensemble épigraphique de l’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie). Autour de l’abbaye, à flanc de falaise, se trouvent de nombreux ermitages avec un potentiel épigraphique riche et encore non exploité. ces chapelles et pièces creusées dans la roche ou occupant des cavités naturelles, ont reçu des fresques et des inscriptions ainsi que des graffiti alphabétiques et figuratifs. Depuis les années 1990 elles sont nettoyées pour être sauvegardées. L’ermitage San Gregorio, le plus grand de l’ensemble avec 200 m2, montre une inscription de louange au Christ; celui du Moulin porte inscrit “in conceptione tua virgine“, tandis qu’une peinture de saint Jean-Baptiste donne une citation de l’évangile de Matthieu (XI, 11) “inter natos mulierum“. D’autres chapelles permettent de voir des graffiti figurant l’arche de Noé ou encore la Jérusalem céleste. Bref, un potentiel inexploité qui mériterait une étude approfondie, analysant et comparant les écritures afin de la dater et de comprendre la raison de ces messages.

A partir de son travail en cours (édition et étude) sur les inscriptions du Royaume latin de Jérusalem (1099-1291), Estelle Ingrand-Varenne prépare un nouveau projet intitulé GRAPH-EAST qui, en changeant d’échelles et de paradigmes, veut proposer une archéologie de cette écriture  épigraphique en alphabet latin et considérer les modalités de son insertion dans l’horizon sociographique de la Méditerranée orientale des 7e-16e s. C’est donc le contact, les relations et compétitions avec le grec, l’arabe, l’hébreu et les écritures des chrétiens orientaux (arménien, géorgien, syriaque etc.), qui est au cœur, pensé comme reflet des enjeux politiques et religieux, sociaux et culturels de cet espace.  Le projet vise 4 objectifs : 1) rassembler et éditer toutes les inscriptions et en partie les graffiti en caractères latins, conservés ou disparus, de la Méditerranée orientale, 7e-16e s. (2000-2500 textes); 2) étudier l’histoire de la réception de l’objet épigraphique dans une vision diachronique, du Moyen Âge à la sauvegarde actuelle du patrimoine, en passant par la création des collections muséales ; 3) penser l’épigraphie en mouvement et au prisme des transferts culturels entre Occident et Orient ; 4) proposer une histoire connectée des épigraphies en analysant l’écriture latine en interaction avec les écritures environnantes grâce à la création d’une équipe internationale.

Le séminaire SEMPER se poursuit en 2019-2020, avec une nouvelle thématique proposée à la rentrée.

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

La deuxième séance du séminaire SEMPER aura lieu mercredi 12 juin, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h. Elle portera sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Présentation des activités et premiers dossiers

Robert Favreau, “Les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales”

Clément Dussart, “Les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude théorique et pratique”

Manon Durier, “Épigraphie et liturgie : nouveau regard sur une star de l’épigraphie limousine”

Buffet au CESCM

14h-17h Deuxième session

Cécile Treffort, “Migrations”

Fausta Lastella, “L’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie)”

Estelle Ingrand-Varenne, “Comment traiter les inscriptions latines d’Orient ? Proposition d’un nouveau corpus et perspectives”

Retour sur la création graphique -Séminaire SEMPER

Pour terminer ce parcours graphique sur l’écriture hors du monde manuscrit, le dernier séminaire de l’année 2017-2018 a porté sur la notion de « création », après avoir abordé celui de « lettre et ductus » et d’ « économie ». Si le mot « création » est souvent utilisé dans le domaine des arts et des lettres – ne parle-t-on pas de création artistique, de création musicale, de création littéraire ? – il est moins souvent associé à l’écriture, au profit du terme « évolution » désignant alors un processus général sur le temps long.

Avant d’aborder les cas d’étude et comprendre comment l’épigraphiste pouvait se saisir d’une telle notion, un regard décalé a été porté sur un créateur de caractères typographiques : Ladislas Mandel (1921-2006). Connu pour les alphabets qu’il a créés pour les annuaires téléphoniques (« Clottes », « Galfra », « Colorado »), cet ingénieux typographe d’origine hongroise a aussi livré une réflexion sur les écritures, leurs qualités optiques, leur lisibilité et les problèmes techniques rencontrés depuis l’âge de l’imprimerie. Un éclairage rétrospectif et stimulant pour lancer la discussion. La création au sens contemporain – les auteurs médiévaux l’abordant essentiellement d’un point de vue théologique – est une action volontaire pour concevoir, imaginer quelque chose de nouveau, pour donner une forme originale. Nombre de notions gravitent autour : invention, nouveauté, expérimentation, imitation, emprunt, variation.

Toulouse, Musée des Augustins, épitaphe de Bernard, sacriste de Saint-Etienne, 1163, cliché E. Ingrand-Varenne.

A partir d’un corpus d’environ 80 inscriptions toulousaines gravées, Eva Caramello propose d’interroger la notion de création/transformation en terrain lapidaire : quelle est sa nature ? Comment l’identifier ? Comment l’interpréter ? Cette notion touche l’ensemble des éléments de l’écriture tout comme le contexte (scéno)graphique : de l’épaisseur du trait à la mise en espace d’une inscription en passant pour l’alignement et l’équilibre des lettres, la présence d’une image ou de tout autre signe non alphabétique. Pour différencier et hiérarchiser les formes canoniques d’une lettre de celles relevant d’une fantaisie individuelle, E. Caramello propose un outil heuristique pyramidal distinguant graphème, ontographe, allographe et glyphe. Chaque production humaine étant unique, l’interprétation de la création peut s’étudier à travers les adaptations (courbure, inclinaison, brisure) et les ornementations (éléments adventices ne modifiant pas la structure).

C’est dans l’environnement monumental et topographique de la Constantinople des IXe-Xe siècles qu’Arnaud Loaëc a  analysé la création des inscriptions byzantines : lettres en relief, en or, champlevées. L’utilisation de ces procédés à des périodes très précises pose question, tout comme leur technique :  pourquoi graver si l’on met ensuite de l’or ? Comment expliquer la réapparition du relief à Byzance : origine hellénistique ? influence de l’Égypte alexandrine ? Ces diverses techniques, témoignages du remaniement des remparts par Théophile puis par Michel III, étaient utilisées pour des inscriptions placées des endroits stratégiques, comme les portes de ville, tel est le cas de l’édit conciliaire de 1166, vraie page de pierre en relief, affiché devant l’entrée de Sainte-Sophie.

Colonne du ciborium de Saint-Marc, Venise. Cliché : Luca Pilot.

La création des inscriptions sur les quatre colonnes du ciborium de la basilique Saint-Marc de Venise et l’articulation avec les images centrées sur la vie de la Vierge et du Christ, déjà sculptées, constituent le travail doctoral de Maria Villano. Tirant certainement leur source de textes apocryphes (proto-évangile de Jacques notamment), les inscriptions tissent des liens complexes avec les représentations, et n’ont pas de correspondance directe. Pour démêler les nombreuses hypothèses sur la provenance et la datation des colonnes, M. Villano propose de bien différencier la sculpture des scènes (probablement des Ve-VIe s.) des textes épigraphiques ajoutés bien après, au début XIIIe s., après le sac de Constantinople d’où viennent peut-être les colonnes.

Clément Dussart élargit la réflexion en abordant les graffiti de la période médiévale à la première modernité (VIe-XVIe siècles.). « Parent pauvre » de l’épigraphie traditionnelle, ce type d’écriture qui reste encore à définir précisément, relève bien d’un acte de création. Le château de Selles à Cambrai, ayant servi de prison pour des clercs, offre un site bien conservé et daté, montrant aussi l’urgence patrimoniale à analyser et préserver ce matériel longtemps laissé de côté, peut-être en raison du discrédit face à ce type d’écriture, qui n’est pas soumise à des normes, mais qui répond à des coutumes.

Graffito gravé dans une archère de la tour principale, portant la date de 1334. Cliché : Jean-Marie Périn.

C’est par opposition à l’inscription classique que C. Dussart a essayé de définir la nature du graffito, en passant au crible de nombreux critères, même si l’opposition binaire ne révèle que des tendances. Décision privée et non contrôlée, support par destination, délais court de réalisation, choix pragmatique des outils, même personne assumant les rôles d’auteur-ordinator-sculpteur, écriture livresque et documentaire, mise en forme variable, discours personnel, tels sont certains éléments cruciaux pour comprendre le geste comme le résultat de cette pratique graphique.

L’atelier d’épigraphie expérimentale tenu par Thierry Gregor, démontrant l’évolution de l’écriture dans la pierre et de la technique de taille et de gravure, a clos la séance.Le séminaire se poursuit l’an prochain au CESCM avec une première séance au mois de novembre (semaine du 19 au 23).

Pour plus d’information, pour intervenir dans les séances, les suivre  en direct ou pour Skype, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)