Archives par mot-clé : image

LIMITS 2 : Matières (épi)graphiques

La deuxième journée d’étude du programme LIMITS s’est tenu à Madrid le 13 avril dernier. Elle fut consacrée aux limites matérielles des pratiques épigraphiques et a donc interrogé l’écriture dans son rapport – technique et intellectuel – au support.

La définition longtemps en vigueur de l’épigraphie comme « science des inscriptions tracées sur matériaux durs et durables » pourrait donner l’impression d’un sujet déjà tranché, d’un problème résolu. Or, on s’aperçoit que le diktat du matériau dans la définition de l’objet d’étude de l’épigraphie a longtemps tenu les spécialistes de l’écriture éloignés d’une véritable réflexion sur les causes et les conséquences d’une écriture sur la pierre, le métal, le bois, etc. Ce sont pourtant les angles morts des disciplines qui invitent à se demander si l’écriture sur le sceau ou la monnaie est ou non épigraphique. Le caractère épigraphique d’une écriture est-il relatif ? Certaines inscriptions sont-elles plus épigraphiques que d’autres ? L’épigraphie comme discipline n’empiète-t-elle pas en permanence sur le territoire des autres disciplines de l’érudition ?

Afin d’aborder ces questions (qui ne sauraient se limiter au format d’une journée d’étude), les coordinateurs du programme LIMITS avaient réuni à la Casa de Velázquez un groupe de chercheurs représentant plusieurs disciplines de l’érudition et ce billet synthétise les présentations de la journée et les riches discussions qui les ont suivies.

Gérone, cathédrale. Tombe de Bernard de Pau (1475)

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Debiais introduit justement cette journée en revenant sur la place du matériau dans la définition de l’objet épigraphique. Erigé comme un élément définitoire de la discipline épigraphique au titre de support, il est en revanche rarement questionné sur ses effets dans le contexte d’une rencontre matière-écriture. Or, Vincent Debiais rappelle que la matière est, après le geste, l’une des conditions même de l’écriture, quel qu’en soit les degrés du sensible (feuillet, tissu, pierre etc..) et pose la question de l’opérabilité de la notion de « support » quand il s’agit de penser un écrit qui se fait dans/sur et surtout avec la matière. Considérer ainsi, la matière est évidemment signifiante et agissante en tant qu’elle est graphique. C’est donc toute une série de questionnements qui surgissent : existe-t-il des matières et des objets qui jamais ne se lieront à l’écrit (les écrits vétérotestamentaires bannissent le corps), existe-t-il des matériaux plus graphiques que d’autres et donc déterminants, comment aborder les modalités de la rencontre entre signe et matière (influence ? contrainte ? choix ?). Se positionnant enfin à l’échelle plus large de la culture écrite, Vincent Debiais rappelle la porosité de la culture écrite médiévale, ce dont témoigne la diversité des matériaux et l’omniprésence de l’écriture en dehors du monde manuscrit. Existant « hors du feuillet », l’écriture se rencontre en effet presque partout entre Antiquité tardive et Moyen Âge et le matériau n’est donc jamais une limite. Loin de représenter une contrainte, la matière autorise le déploiement de l’écriture et avec elle, celle du langage, en ce qu’elle en est une incarnation tangible. Dans cette corrélation écriture-matière-langage, c’est la question d’un pragmatisme et de ses qualités qui est posée. Si l’on suit ce fil, il faut alors constamment penser la matière graphique dans son environnement et dans les interrelations que cela engage (mobilité de l’objet, de son porteur, du lecteur).

Elisabetta Neri poursuit la journée en proposant une synthèse sur l’écriture dans les mosaïques pariétales des églises tardo-antiques. Cette pratique, parfois mal documentée, s’inscrit dans l’histoire des tituli des basiliques romaines, tradition qui perdure dans tous les décors monumentaux de l’Urbs jusqu’au Moyen Âge central, comme l’a récemment montré Erik Thunø. À partir de ce corpus très riche, Elisabetta Neri s’interroge sur les raisons et les conditions de la persistance de ce phénomène qui fait intervenir une description et un commentaire de l’image au cœur du décor, dans la lignée de l’ekphrasis antique et en reprenant des dispositifs formels (cadre, tabula ansata) employés simultanément dans la peinture ou dans les manuscrits. Et l’on peut se demande en effet, dans quelle mesure ces résonnances orientent ou augmentent le sens de l’image au titre de la référence ou de l’évocation. Transférer à la mosaïque, le motif de la tabula ansata, très populaire dans les inscriptions lapidaires antique (dédicace notamment) mais aussi les tablettes votives, ne vient-il pas monumentaliser un peu plus une représentation en deux dimensions tout en dotant cette même représentation de sens, en relation avec ses usages antiques ? Se pose ici la question d’une matérialité suggérée. Elisabetta Neri souligne que la spécificité matérielle des mosaïques inscrites tient aussi à leur technicité qui unit complètement écriture et image. Les techniques mises en œuvre supposent en effet qu’inscription et représentations sont réalisées dans le même temps, par un même artisan et dans une même manipulation de la matière. L’écriture et l’image s’établissent grâce à l’assemblage des tesselles. Aussi, la mosaïque inscrite rend-elle tout à fait caduque la notion de support. La présentation d’Elisabetta Neri oblige aussi à resserrer la focale et à s’interroger sur ce qui constitue matériellement la lettre. La lettre dans la mosaïque est un signe composite qui n’existe en tant que signe que dans la combinaison programmée de fragments d’un matériau, lui aussi composite. Comment alors décrire d’un point de vue paléographique la forme des lettres ? Comment établir le scénario de leur installation pratique dans le décor ? Comment penser les phénomènes de copie/modèle dans le cadre des inscriptions dans les mosaïques ? Elisabetta Neri insiste également sur le contenu des inscriptions qui renvoie la plupart du temps au matériau lui-même, à l’aspect lumineux et réfléchissant des tesselles. Cette esthétique de la lumière permet de communiquer et rendre sensible la dimension céleste et la présence de Dieu au sein même du sanctuaire. Aussi, l’inscription en mosaïque peut être envisagé comme un moyen graphique de figurer la « voix divine », l’or agissant ici comme le reliquaire de la parole divine.

Des questions analogues quant à la fonction et à la référence épigraphique sont posées par Cheyenne Noël dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les objets liturgiques médiévaux. Dans la mesure où celles-ci ne sont pas systématiques et que leur présence semble tout à fait imprévisible, on doit nécessairement écarter la possibilité d’une efficacité sacramentelle de l’inscription. L’inventaire épigraphique dressé par Cheyenne Noël montre pourtant des textes au contenu riche et varié qui désigne – c’est une évidence – deux types de matériaux : les espèces eucharistiques, contenus des vases sacrés, et les métaux précieux qui les composent. Il se pose ainsi une question de poids dans la perspective liturgique : sur quoi écrit-on réellement quand on écrit sur le matériau au contact du corps du Christ ? Où s’arrête l’inscription sur le temps long de l’usage de l’objet ? Cheyenne Noël donne pour exemple de cette complexité le cas de l’inscription des trigrammes IHS ou XPS qui « passe » par pression du moule à hosties à la forme eucharistique… Dans tous les cas, l’écriture participe de la « mise en vie » de l’objet, de son activation liturgique, et de la permanence des gestes du célébrant.

Bordeaux, Musée d’Aquitaine. Bague inscrite

 

 

 

 

 

 

Julie Renou et Morgane Uberti, en présentant le corpus des anneaux et bagues inscrites de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, reviennent sur cette idée d’un « objet en acte » et sur le rôle de l’écriture dans cette activation. Longtemps délaissé par l’historiographie, ces inscriptions constituent un ensemble à part pour l’étude de la culture écrite, toujours à la frontière de l’unicum et du multiple, à la croisée de l’événement personnel et de sa permanence, publique ou intime. L’étude de ses objets passe par l’analyse technique et avec elle, celle des relations éventuelles entre discours, matière et forme de l’objet : y-a-t-il par exemple des matériaux privilégiés pour la bague ?  Les positions de l’écrit sur l’objet – exposé sur le chaton ou obligeant à la manipulation lorsqu’il se développe sur le pourtour de l’anneau – coïncident-elle avec la nature du message|signe ?  En posant la notion d’objet « pléonasme », Julie Renou et Morgane Uberti ont cherché à définir, notamment pour les inscriptions nominales et les monogrammes, les liens de sens, mais aussi de « valeurs », entre l’objet et son possesseur. Le métal n’est pas seulement le support de l’écriture, et l’individu, par métonymie, devient lui-même porteur d’un écrit qui, par redondance ou évocation, le désigne. Davantage que dans le cas des objets qui sont touchés seulement dans des circonstances ponctuelles et normées, davantage encore que dans le cas des mosaïques, perçues dans une distance incompressible, l’écriture sur les bagues interroge les frontières du matériau. Où s’arrête le champ épigraphique sur un anneau ? Peut-on envisager qu’il se dilate à l’échelle du porteur de la bague ?

Avec la communication d’Ambre Vilain (Université de Nantes), on exporte au domaine sigillographique les questions posées aux objets mobiles telles que les bagues et la vaisselle liturgique. Après avoir rappelé combien la légende du sceau devait encore bénéficier d’études spécifiques et comment l’historiographie avait fait de l’écriture sigillaire un élément accessoire ou anecdotique dans l’expertise des sceaux, Ambre Vilain propose une série de sujets essentiels pour l’histoire de la culture écrite : la problématique de l’écriture en négatif sur les matrices (une lettre à l’envers ou en creux est-elle toujours un signe alphabétique ? comment envisager cette période de transition dans la « vie » du signe ?) ; la question des jeux de lettres et des abréviations pour un objet devant être reconnaissable et reconnu dans le cadre des pratiques juridiques médiévales ; le dispositif du filet et l’écriture circulaire comme entrave ou garantie de lecture ; la virtuosité de la gravure pour des légendes sigillaires qui s’allongent et se compliquent au fil du temps… Ces aspects techniques liés à la gravure de la matrice et au transfert de l’écriture sur la cire, ont des implications notables dans la nature et l’effet de l’objet lui-même. Ils participent à la représentation, à l’incarnation même du sigillant dans le matériau et par extension dans l’acte diplomatique. Cette « identité épigraphique » ne se résume d’ailleurs pas à la seule légende, puisque la communion de matière et de technique unit pleinement l’écrit et image. La communication d’Ambre Villain montre combien le « syntagme texte-image » (quels écarts entre image et légende ? ou à l’inverse quel degré de réflexivité) est essentielle pour appréhender les enjeux divers de ces objets (entre identification et validation, par exemple).

La présentation de José María de Francisco est consacrée à l’écriture monétaire et sa portée publicitaire. Partant d’une documentation variée – monnayage carolingien, monnayage papale, monnayage islamique ou encore arabe chrétien – José Maria de Francisco envisage une synthèse des questions encore à poser à cette documentation. Se positionnant dans la longue durée, José Maria de Francisco cherche à établir ce qui relèverait des constantes ou au contraire des innovations dans les relations entre métal, écrit et image dans une histoire politique toujours en mouvement. S’attarder sur les degrés de la qualité épigraphique d’une monnaie (monnaies islamiques par exemple), repérer le recours à des dispositifs visuels plus anciens (les monnaies alto-médiévales comme écho des monnaies impériales), analyser les liens entre l’image et la légende permettent d’approcher les aspects idéologiques d’un pouvoir.  Les effets d’échos ou au contraire d’écarts dans la composition graphique sont autant de clés pour approcher l’identité revendiquée par le pouvoir mais aussi son rapport à l’histoire.

Isabel Velázquez propose quant à elle des pistes de recherche dans le domaine des inscriptions lues sur les tissus (vêtements, tapisserie, voile). Il s’agit là d’un dossier finalement peu exploré, en raison de la nature des sources rarement conservées, mais aussi pour des raisons d’indéfinition disciplinaire… Au-delà de la question de la prise en charge éditoriale de ces écritures textiles, c’est donc leur qualité épigraphique même qui est posée par Isabel Velázquez. Les exemples présentés – le voile offert au roi Chintila, la tapisserie de la création à Gérone, le manteau de Roger II de Sicile entre autres – inviteraient en effet à prendre les choses à rebours, à rebours de la matière : est-ce la nature du texte qui fait épigraphie ? est-ce la fonction du texte qui fait épigraphie ? Est-ce que l’évocation d’un dispositif épigraphique suffit à faire de l’écrit textile une inscription ? Si l’on en revient à la matière, se pose alors la question de l’effet de l’origine organique des matériaux et de son incidence non seulement sur la persistance des documents, mais aussi sur le sens du contenu. Puis après la nature de la matière, c’est son usage qui doit être questionné : revêtir un texte, dans le cas du manteau d’Henri II ou de l’étole de saint Narcisse, produit des relations écriture/porteur semblables à ce qui a été évoqué pour la bague ou le sceau. Isabel Velázquez termine par les questions paléographiques de l’écriture sur tissu et des différences remarquables entre la broderie et la tapisserie par exemple, en soulignant la nécessité d’une prise en compte fine des supports pour la compréhension des choix formels (graphie, ponctuation, etc.).

Charo Hernando propose enfin une exploration des manuscrits épigraphiques, soit les inscriptions qui ne possèdent d’autre matérialité que leur copie dans un livre. Par-delà les difficultés d’identification et de recensement, cette pratique qui remonte au haut Moyen Âge interroge ce qui finalement transforme un texte en une inscription. Est-ce que la copie d’un marbre antique demeure « épigraphique » dans sa nature si elle ne l’est plus dans sa forme ? Le caractère épigraphique peut-il persister par-delà la destruction ou la disparition de l’objet inscrit ? Charo Hernando porte alors l’attention sur la possibilité d’une description du support, celle d’une description de sa localisation ou à l’inverse de la seule représentation de l’objet. On peut se demander si ces informations qui enveloppent le texte-inscription ainsi transmis produisent un effet « épigraphique » ou au contraire contribue à dé-monumentaliser l’objet. Enfin, en raison du caractère transmissible de la pratique manuscrite, l’objet épigraphique unique se multiplierait en quelques sortes au gré des copies. Néanmoins, la reconnaissance d’une inscription de parchemin, ou du caractère épigraphique d’un texte, dépend aussi du contexte de réalisation de la copie et de la manière avec laquelle a été pensé et regardé l’objet. 

Gérone, cathédrale, musée. Broderie de la Création

Cette seconde journée LIMITS a largement rendu compte de ce déploiement de l’écriture par la matière pour les cultures tardo-antiques et alto-médiévales. Quels que soient les matériaux, quel que soit l’objet, l’écriture est toujours possible : la matérialité permet plus qu’elle ne restreint ou contrarie. Il émerge ainsi des présentations et des discussions la pertinence d’aller plus avant sur les rapports entre matière et écriture, non plus en pensant la relation dans un rapport de subordination ou de stricte condition mais bien dans la perspective d’un processus conjoint : le cas des écritures en mosaïques, comme celui des écrits textiles sont sans doute les plus parlant. Aussi il a été proposé l’expression d’une « matière (épi)graphique », préférée à celle d’« objet épigraphique » qui tend à figer le document dans un état. Ainsi conçue, dans cette rencontre matière et écriture, le phénomène épigraphique apparaît toujours plus protéiforme, poreux et surtout dynamique.

La troisième et dernière journée d’étude du programe LIMITS se tiendra à Madrid (Casa de Velázquez) se déroulera à Madrid le 19 octobre prochain et sera consacrée aux limites de l’alphabétique dans la culture épigraphique de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

Le cloître de Roda, un gigantesque obituaire lapidaire

Article co-rédigé par Vincent Debiais, Marie Fontaine-Gastan, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner et Morgane Uberti

Répondant à l’appel lancé par Pedro Quibus, président de l’association « Amigos de la catedral de Roda », lors de sa venue au CESCM au printemps 2017 (http://epimed.hypotheses.org/483), l’équipe d’épigraphie de Poitiers avec le renfort de plusieurs experts a organisé une mission de terrain à Roda de Isábena du 13 au 15 février 2018. Trois jours pour localiser, identifier, mesurer et photographier pas moins de 215 inscriptions dans le gigantesque obituaire lapidaire que constitue ce cloître roman. À vrai dire, le nombre exact de textes n’est pas encore clairement établi, de nouvelles découvertes ayant été faites lors de différentes campagnes de restauration, notamment en 2016 et 2017. Les inscriptions des galeries nord, est et ouest, ont pu ainsi être nettoyées et préservées grâce aux travaux financés par le gouvernement d’Aragon qui en a compris les enjeux patrimoniaux.

Un ensemble épigraphique d’une telle ampleur et d’une telle qualité est en effet sans équivalent en Europe : pendant trois siècles (XIIe-XIVe s.), la communauté de chanoines de la cathédrale a voulu inscrire la mémoire d’un groupe de défunts dans le cloître. Nul hasard dans le choix de cet espace qui est lieu de passage entre les différents bâtiments ecclésiaux et communautaires, mais aussi lieu d’enseignement et de méditation et évocation du jardin du paradis. Cet ensemble ne connaît jusqu’ici que peu d’études approfondies. Le travail fondateur d’Antonio Durán Gudiol paru en 1967 (« Las inscripciones medievales de la provincia de Huesca », Estudios de Edad Media de la corona de Aragón 8, p. 45-153) demande à être complété, voire corrigé, grâce aux avancées de la discipline épigraphique et à la meilleure connaissance de l’histoire de la région et de ses pratiques graphiques. C’est bien l’enjeu de ce programme de recherche.

Armée de mires, de mètres, de lampes torches et d’appareils photo, l’équipe s’est répartie le travail dans les quatre galeries du cloître. Les quelques inscriptions du réfectoire et de l’église ne seront, quant à elles,  étudiées que dans un second temps. L’objectif était d’établir une fiche de terrain pour toutes les inscriptions, même les plus effacées ou celles ne comportant qu’une lettre. Chaque texte a donc été identifié par un numéro et localisé précisément sur un plan du site, même s’il ne se trouve plus nécessairement à son emplacement originel. Un schéma de chaque pierre avec son état de conservation, ses différentes dimensions (support, champ épigraphique, réglures, lettres) et le relevé de détails formels, techniques, chromatiques viennent compléter la fiche de mission. Le type de pierre, la préparation de la surface, la présence de traces d’outils, la technique de taille et les restes de peinture (bleu, ocre jaune et ocre brun) sont précisément notés. Sont ensuite mesurés les divers lignes et interlignes tracés pour orienter et réguler le déroulement de l’écriture. Les nombreux décors géométriques, végétaux ou animaux, dans les cadres ou au pourtour des textes, font aussi partie de l’analyse. La lecture elle-même et la transcription seront faites au laboratoire à partir des nombreux clichés et des données recueillies.

Compte tenu du contexte monumental dans lequel prennent place ces inscriptions (le cloître et ses divers réaménagements), la mission a été l’occasion de démarrer un premier travail  permettant de réfléchir au corpus documentaire dans son environnement. L’objectif oblige à la reprise du plan du cloître et à une couverture photographique permettant de disposer de vues générales du dispositif épigraphique pris cette fois-ci comme « ensemble ». Dans cette perspective, il a été procédé à une reprise très générale des mesures qui permettra de préciser le seul plan disponible aujourd’hui. Les photographies (notamment pour le mur nord) vont être l’objet d’un travail photogrammétrique réalisé avec la cellule de géomatique du laboratoire Ausonius (Florent Comte). L’articulation entre les données photogrammétriques (dont l’intérêt premier réside ici dans la mise en voir des élévations) et planimétriques complète l’étude strictement épigraphique des inscriptions, en précisant le phasage de leur installation tout en réfléchissant sur l’expérience d’un espace épigraphique sur le temps long. Il s’agit, en d’autres termes de réfléchir à la contextualisation de ces inscriptions dans un espace donné ; cette contextualisation étant mise à l’épreuve du temps.

De nombreuses questions se posent à travers ce premier travail de terrain : la fonction, l’usage, le rôle d’un tel ensemble ; les choix formels et textuels ; les liens entre le texte et son emplacement ; l’articulation des textes entre eux. Situées sur les piliers, les colonnes, les chapiteaux et les murs, toutes ces inscriptions participent tant matériellement (par leur support) que spirituellement à construire la communauté des vivants et des morts de Roda.

L’objectif du projet est de proposer des essais d’édition en ligne de cette collection, sur la plateforme TITULUS, développé par le CESCM. L’édition adoptera donc le même protocole que la collection du Corpus des inscriptions de la France médiévale, développée à Poitiers pour couvrir l’ensemble du territoire français. Elle permettra de mettre en valeur les aspects graphiques et visuels de chacun des textes (allographes, ponctuation, gestion des espaces etc.). À ce travail essentiel s’ajoute une réflexion d’ensemble à l’échelle du site et sur une chronologie longue, portant par exemple sur la préparation technique, la paléographie, les liens avec les obituaires manuscrits, le formulaire d’annonce du décès ou de datation, le statut des défunts, les aspects linguistiques et syntaxiques, ainsi que les pratiques et les usages de l’espace épigraphique. C’est donc un vaste chantier qui s’ouvre.

 

Penser l’écriture, faire le temps

La première réunion de travail du programme LIMITS, consacrée aux limites chronologiques de la pratique épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance, s’est tenue à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne), le 25 octobre 2017.

Dans la présentation du projet LIMITS, Isabel Velázquez (Université Complutense Madrid) a rappelé la genèse et les objectifs du programme en insistant sur son caractère transversal. Il réunit en effet des spécialistes des questions de culture écrite et d’histoire culturelle sur une longue durée, celle des modifications et des constances de la documentation épigraphique au cours d’un très long Moyen Âge et à l’échelle européenne. Plus qu’une interdisciplinarité de façade ou de bon ton, le projet LIMITS espère être l’espace d’interrogations convergentes et fructueuses autour de la notion de « limites » dans le domaine de la scripturalité médiévale, permet-elle de renouveler les approches portant sur les cultures écrites ? C’est à la fois comme espace de la rencontre et de la séparation que la limite dessinerait les contours des communautés graphiques qui sont au cœur de l’interrogation historique.

Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf. Inscription pour la consécration de l’autel matutinal (1096).

Morgane Uberti (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius) introduit cette première rencontre en posant la question du temps en histoire, et celle des césures d’un temps périodisé. S’interroger sur les pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance oblige à « négocier les ruptures construites par et pour l’historien avec les pratiques, les gestes et leurs traces ». En d’autres termes, il s’agit de considérer avant tout l’objet et son moment – son historicité – dans les phénomènes graphiques à l’œuvre. Les rythmes du phénomène épigraphique coïncident-ils alors avec les rythmes de l’histoire ? C’est dans ce contexte, celui d’une négociation des frontières chronologiques – Antiquité tardive|Moyen Âge et Moyen Âge|Renaissance que l’opérabilité des notions de seuils et de porosité pour aborder le phénomène épigraphique sera discuté. Quand une inscription devient-elle médiévale ? Quand cesse-t-elle de l’être ? Y a-t-il un « devenir médiéval » à l’œuvre dans l’écriture épigraphique ? La périodisation a ses vertus mais aussi ses limites et il convient de réfléchir à la posture de l’historien dans cet exercice : caractérise-t-il l’objet dans l’histoire ou l’écriture de l’histoire ? Quels sont les effets de cette périodisation sur la perception et le traitement de la documentation par l’historien ? Dans tous les cas la « brisure » chronologique, si elle appartient au règne de l’historien, doit être envisagée aussi en ce qu’elle constitue un « espace de temps vécu » et les documents épigraphiques deviennent alors « les traces d’une expérience de la limite ».

L’examen des cadences épigraphiques, du nombre d’inscriptions produites au cours du temps, semble à première vue correspondre à la périodisation traditionnelle entre le Bas-Empire, le Haut Moyen Âge, l’époque carolingienne, le Moyen Âge central, la renaissance du xiie siècle, le Bas Moyen Âge et la Renaissance ; elles montreraient ainsi la correspondance historique, factuelle en ce sens, entre les epigraphic habits en Occident d’une part, et le cours de l’histoire et ses bouleversements d’autre part. La téléologie n’échappe en réalité à personne, les corpora épigraphiques à disposition étant de fait établis en amont en suivant ces grands découpages, et en maniant des critères divers pour l’établissement des frontières chronologiques des publications. Implicitement, les faits de civilisation font les caractères épigraphiques, et il devient difficile de définir pour eux-mêmes, indépendamment des conditions de leur recensement, les traits particuliers des inscriptions en fonction du temps. Cette première limite de méthode se fonde en partie sur les variations de traitement des inscriptions datées et des textes non datés, conduisant fréquemment au raisonnement circulaire et à la caricature et – fait plus problématique encore – au renoncement à l’examen attentif de toutes les composantes de l’objet épigraphique.

Or, la question à poser ici est la suivante : qu’est-ce qui fait date ? Si l’on dépasse l’utilité ecdotique de la date, on peut poser la date, et son écriture (ou non d’ailleurs), comme l’indice d’une « une manière d’être au temps » et comme signe peut-être de « communautés d’écriture ». La focale sur une écriture de la date permet d’aborder les notions de « brèche », crise, intervalle comme « champs d’expériences du temps », sous l’angle ici des pratiques graphiques.  Il s’agit donc de percevoir le lien entre l’inscription et la date comme l’indice d’un rapport de l’homme au temps, et déplacer les questions d’édition vers une « anthropologie historique du temps », en liant l’homme et l’objet plutôt que l’objet et l’histoire. Comme champ d’expérience voire d’expérimentation, « la limite se remplit », elle est un « temps plein » dans lequel la pratique graphique poursuit son chemin selon ses propres modalités, invitant à suivre plus avant la notion de seuil pour aborder la documentation des marges (au dépend de celle de transition).

En prenant l’exemple de la documentation tardo-antique, Christian Witschel (Université d’Heidelberg), montre toute la pertinence de ces remarques préliminaires en réaffirmant que l’inscription « est un phénomène sui generis » et qu’appréhender son rapport au temps est indispensable pour comprendre la forme et la fonction de l’objet épigraphique. Christian Witschel repose d’abord la définition de l’inscription, cet écrit sur un matériau durable et exposé, dont le texte est destiné à la communication et à la commémoration, et dont le contenu recherche un public. L’inscription fonctionne avec les éléments de son contexte et peut de ce fait être pensé comme un « monument » épigraphique, en distinguant les inscriptions funéraires, les inscriptions votives et les inscriptions civiques. Toutes ont « un public en tête », même si rien ne semble mobilisé en ce sens, et même si l’on doit envisager un public analphabète.

L’objet épigraphique ainsi défini présente une relative homogénéité à l’échelle de la Méditerranée, et ce indépendamment des variations horizontales d’une région à l’autre. On assiste à une réduction du nombre des inscriptions produites à partir du milieu du IIIe siècle. À compter de cette date, l’épigraphie tardo-antique se caractérise par le remploi d’éléments de constructions comme support épigraphique, et par une hétérogénéité des formes, notamment au niveau paléographique. Les inscriptions présentent cependant encore des « formes très antiques », y compris dans le cas particulier de l’Afrique du Nord où les inscriptions civiques sont très nombreuses, y compris dans les petites villes. Le changement est beaucoup plus frappant à compter du Ve siècle où de nouvelles formes (dans le support et dans le texte) apparaissent, avec la mosaïque par exemple. Partant, faut-il envisager ce moment comme une évolution ou comme une rupture ? Christian Witschel pose en conclusion que les généralisations sont tout à fait relatives et que seule l’étude au cas par cas de chacun des éléments constitutifs de l’inscription permet l’appréhension des phénomènes sur la longue durée.

Tours, Société archéologique de Touraine. Inscription funéraire d’Adalberga (830 ou 840).

Et c’est bien ce type d’approche choisie par Thierry Grégor (Université de Poitiers-CESCM) dans sa présentation consacrée à l’examen technique des inscriptions de l’Antiquité et du Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Les exemples donnés montrent de façon explicite que les techniques de gravure sont affectées par de profondes mutations à partir du IVe-Ve siècle (nouveaux outils, diversification des gestes). L’interprétation de ce changement reste difficile à qualifier dans les faits (perte de standard, de modèle, etc.). Est-il le fait des lapicides ou de circonstances globales affectant l’ensemble de la production écrite ? De façon générale, comment articuler individualité d’un scribe/et du lapicide ou plutôt ce qu’il en reste – la trace d’une compétence particulière – la notion globalisante de « epigraphic habit » ? En contrepoint des ruptures et des continuités, la présentation invite à déterminer ce que la forme des lettres doit éventuellement à la porosité des techniques de gravure d’un support à l’autre, la communauté d’outils ou encore celle des gestes. Derrière ces questions, encore à traiter dans les travaux de Thierry Grégor, c’est la notion de « qualité » qui est en jeu, et son influence sur la périodisation des phénomènes graphiques.  La décision, l’adaptation et la mise en œuvre programment un résultat formel unique que notre regard taxinomique sur la date empêche de penser pour lui-même, indépendamment de l’évolution pensée a priori par l’historien. Si le VIIIe siècle semble du point de vue technique constituer une limite pour l’épigraphie médiévale, il reste à déterminer de quels phénomènes culturels elle est l’indice ou le moteur…

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) pose dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les reliquaires médiévaux des questions du même ordre, et cherche à interpréter l’apparition et les changements dans la forme et le contenu des textes à la lumière des transformations dans l’usage de ces objets particuliers. Son enquête, menée sur 350 inscriptions très diverses datées entre 700 et 1150, montre que l’écriture sur le reliquaire fait son apparition au VIIe siècle en Occident. Elle adopte des dispositions, des couleurs, des structures formelles et textuelles adaptées aux conditions d’exposition de l’objet (sur l’autel, dans l’autel, en mouvement…). L’inscription s’établit surtout en tant que « présence graphique » et cherche à accompagner un processus de sens : découvrir le contenu du reliquaire et sa sacralité. C’est cette stratégie de communication particulière, en prise directe avec le contexte du reliquaire, qui permet d’expliquer les choix mis en œuvre dans la pratique épigraphique, choix qui échappent en grande partie à toute tentative de périodisation. L’écriture sur l’objet est à l’interface entre le public et la relique ; l’inscription-reliquaire constitue donc une limite puisqu’elle sépare de la relique proprement dite tout en médiatisant la rencontre avec la relique.

Dans la présentation de Javier de Santiago (Université Complutense Madrid), les aspects paléographiques sont mis à l’épreuve d’une lecture chronologique sur le temps long du Moyen Âge pour signaler les limites d’une approche évolutionniste de l’écriture. Si les changements dans l’écriture au cours du temps sont une évidence, il est en revanche très difficile de les identifier strictement en « type » ou « modèle », et on assiste souvent à des chevauchements, propres à la notion de seuil. Javier de Santiago signale ainsi la continuité de l’écriture entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge, comme s’il s’agissait d’une même écriture. En s’inspirant des travaux de Jean Mallon, il propose une approche « naturelle » des questions graphiques, le ductus façonnant peu à peu des formes, entre canonisation et spontanéité. Une telle appréhension, si elle place bien le geste du lapicide au cœur de la réflexion, entrave fortement notre capacité à décrire les formes graphiques de façon objective, sans recourir au style.

C’est la même chose, dans le domaine du genre littéraire et non de la paléographie, que l’on observe dans la présentation de Daniel Rico (Université autonome Barcelone) consacrée à l’apparition et à l’évolution de la poésie monumentale. Si on peut dater son apparition avec le distique de l’arc de Constantin à Rome (324-337), il est en revanche plus difficile de suivre l’évolution de cette véritable nouveauté. Elle est probablement liée au développement de l’architecture chrétienne et à la mise en place de « pèlerinages épigraphiques » jusqu’au VIIIe siècle, le siècle obscur de l’épigraphie. On assiste alors à une rupture dans ce domaine alors que les inscriptions de cette même période témoignent de grandes innovations sous d’autres aspects (paléographie, monumentalisation, préciosité). Le contexte explique ; le contexte influence ; le contexte bouleverse ; le contexte ne semble en revanche pas suffisant pour comprendre l’ensemble des évolutions épigraphiques qui semblent animées d’une vie propre dès lors qu’elles sont le fait d’un geste unique.

Pour la fin du Moyen Âge, Julie Marquer (Université Lyon I) observe des phénomènes identiques pour les inscriptions en caractères arabes réalisées sous domination chrétienne. Comment expliquer le caractère tardif ou « singulier » des inscriptions ? Comment l’inscription s’insère-t-elle dans une norme ou une mode ? Comment se distingue-t-elle de son environnement graphique ? L’archaïsme et la nouveauté sont-elles des catégories opératoires pour expliquer la diversité des formes épigraphiques ? Les exemples analysés par Julie Marquer témoignent surtout d’une grande porosité culturelle et sociale des phénomènes graphiques, de contamination entre des documentations a priori distinctes, de dynamiques propres à chacune d’entre elles… Autant d’éléments qui, après une étude minutieuse de chacun des objets épigraphiques, sans présupposer de leur appartenance à une tendance particulière, nuancent l’établissement de chronologies, absolues ou relatives, par comparaison ou analogie à partir d’exemples limités ou d’échantillons.

Poitiers, La Grande Vacherie. Inscription rappelant la construction d’un mur de clôture (1332).

Dans sa présentation, Vincent Debiais (CNRS-CESCM) envisage cette empreinte du temps dans la pratique de la notice et dans les conditions particulières de la constitution des corpora épigraphiques. Ces réflexions sur les limites chronologiques dans le cadre de la pratique de l’édition et du traitement de l’information dans la production scientifique interrogent en réalité la pertinence de l’inscription au titre de « preuve » ou « argument » dans la démonstration historique d’une part, et la représentativité des inscriptions datées dans l’établissement d’un discours général sur la documentation épigraphique d’autre part. Comme dans toute pratique de l’histoire, la mention d’une date « engage », au sens premier de « mettre en gage », le discours – elle en détermine la validité intrinsèque ou sa possibilité d’être repris par d’autres. La date d’une inscription fait histoire. Dès lors, chaque mention de datation est un défi scientifique qui dit autant de la méthode que de la connaissance produite. La pratique de la datation, si elle est nécessaire, doit en tous les cas être guidée par la prudence, la mesure et par la pleine conscience de ce qu’elle va produire sur le reste de la production historique. Et elle doit toujours conduire à s’interroger sur ce que l’on date réellement et sur le processus même qui conduit à assimiler un objet inscrit et un « moment ». On se trouve toujours confronté à cette contradiction apparente d’attribuer une instantanéité, une fulgurance à quelque chose qu’on est en réalité incapable de saisir complètement dans son rapport au temps. Et c’est là une véritable limite de l’exercice de datation qui, par souci de scientificité, produit un décalage entre un objet, le fait auquel il se rapporte et la capacité du chercheur à le placer dans une chronologie.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) prolonge ces réflexions dans le cas concret du Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de sa déclinaison numérique TITULUS. Elle rappelle que les limites chronologiques des différents corpora reposent sur un mélange d’évidences documentaires (la cohérence de l’écriture minuscule gothique, par exemple) et d’arbitraires, souvent implicites (la « réforme carolingienne » comme commencement du corpus des inscriptions médiévales en France). L’épigraphie médiévale naît par analogie ou emprunt à l’épigraphie antique et les moyens de la datation, sa dynamique même, et les principes auxquels elle obéit héritent de ces usages, alors qu’on postule une différence de nature entre les inscriptions antiques et médiévales, et entre les disciplines chargées de leur étude. L’un des moyens proposés par Estelle Ingrand-Varenne pour sortir de cette impasse méthodologique est de « penser le texte » plutôt que l’inscription afin de ne pas couper l’objet de ce qui le précède ni de ce qui le suit. Le projet ouvert TITULUS, en permettant une édition enrichie des textes, devrait apporter des solutions ecdotiques pour saisir la documentation sur la longue durée.

Le débat qui clôt cette première journée souligne que penser le temps, c’est penser l’anachronisme, à commencer par l’anachronisme de nos démarches. Appréhender la documentation épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance devrait nous inviter à retourner à l’inscription et à la penser pour elle-même, dans une affirmation conjointe de l’érudition et de l’anthropologie historique. Rendez-vous est pris pour le 13 avril pour aborder les limites matérielles de l’écriture épigraphique lors de la deuxième journée d’étude du programme LIMITS.

Compte rendu de la première journée d’étude du programme LIMITS (Madrid, 25 octobre 2017) établi par Vincent Debiais et Morgane Uberti.

Questions d’écriture pour le premier séminaire SEMPER

Pour la deuxième année, le séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit s’est réuni à Poitiers le 19 octobre dernier pour sa première séance. Il est guidé par les mêmes principes d’une réflexion collective sur un thème particulier en jeu dans l’analyse des documents épigraphiques du Moyen Âge. Pour l’année universitaire 2017-2018, le thème retenu est celui de l’écriture, des moyens graphiques mis en œuvre pour la réalisation d’une inscription. Les prochaines séances auront lieu les 9 février et 18 mai 2018.

Après un rapide tour de table et quelques annonces concernant les colloques, les projets, les nouveautés bibliographiques et les activités du Corpus des inscriptions de la France médiévale, Vincent Debiais introduit la thématique de l’année, celle de l’écriture proprement dite, des lettres et de l’ensemble des dispositifs graphiques qui mettent en œuvre la trace écrite sur le matériau (comme la ponctuation, par exemple). On pourrait à ce titre se demander si les cadres, le décor, la réglure et la justification font partie de la matière graphique et, de façon générale, si la disposition du texte, la gestion de la ligne, des colonnes sont de l’ordre du graphique dans l’inscription. Doit-on considérer que toute intervention de l’outil sur le support est « graphique » ? Qu’en est-il alors de la préparation du support, de la délimitation d’un espace qui peut devenir « graphique » ? In fine, qu’est-ce qui relève de l’écriture, au sens restreint ou au sens large ? Au-delà des questions de périmètre, c’est bien la caractérisation d’une intervention mécanique qui est en jeu : le geste d’écrire doit-il prendre en compte toutes les étapes permettant de passer d’une surface anépigraphe à l’objet inscrit ? Ces questions se font jour dès que l’on cherche à savoir qui a écrit, mais aussi comment, pourquoi, avec quel savoir-faire, avec quels moyens, dans quel but, etc.

Cathédrale d’Otrante – la sirène

On pourrait penser que devant l’évidence du fait – une inscription est le produit d’un geste d’écriture – toutes ces questions ont été réglées depuis longtemps, ou du moins qu’elles ont fait l’objet d’études de fond, en première intention, depuis que l’on étudie le phénomène épigraphique ; et ce d’autant plus que l’épigraphie est « comprise » (dans tous les sens du terme) dans le faisceau des disciplines de l’érudition et qu’elle entretient de fait et par tradition des liens avec la paléographie en particulier. Ce n’est en réalité pas le cas et force est de constater que les questions paléographiques proprement dites ne sont pas du tout réglées, qu’elles n’ont jamais fait l’objet d’études spécifiques ou presque, et qu’on ignore beaucoup de choses quant à ce qu’écrire une inscription signifie. On voit, dans la bibliographie rassemblée par Robert Favreau en 1995, que les références bibliographiques sont assez anciennes, et qu’il s’agit, pour la plupart des titres, d’un catalogue des formes, de l’explication de leur genèse (date de leur apparition, formes connexes et dérivées), de leur regroupement en famille(s) ou en type(s) – l’exemple paradigmatique de cette approche étant l’ouvrage de Paul Deschamps Paléographie des inscriptions lapidaires en 1929, extrait de la publication du même titre dans le Bulletin Monumental. Depuis la publication de Robert Favreau, il y a assez peu de choses à signaler spécifiquement sur l’écriture des inscriptions en dehors de l’article « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques » dans la Bibliothèque de l’école des chartes en 2007 appelant à une étude plus générale de l’écriture épigraphique, et de l’ouvrage de synthèse de Walter Koch sur la paléographie lapidaire du Moyen Âge occidental. On trouverait en revanche parmi la bibliographie des choses ponctuelles sur un type d’écriture donnée ou sur un lieu, un monument.

Face à la diversité des formes et des fonctions des inscriptions médiévales, il est nécessaire de trouver des éléments communs, des dénominateurs dans les pratiques, depuis l’inscription informelle ou graffitée jusqu’au texte plus solennel avec mise en page élaborée et préparation d’une « page épigraphique ». L’écriture est quelque chose que l’on voit – signe visuel – et que l’on distingue de son environnement. C’est à la fois une trace (marque laissée par une action quelconque) et un tracé (représentation par une ligne d’un dessin) ; soit le produit d’une action mécanique et d’une perception sensorielle. L’écriture est à la fois l’action de représenter le langage par un système de signes, le produit de cette action et ses caractéristiques formelles. L’objet épigraphique envisage l’écriture sous ces trois aspects (action, produit, forme), et invite à distinguer ce qui relève de l’écriture et ce qui n’en est pas à proprement parler, mais qui peut intervenir dans la mise en place de l’écriture, qui peut faire signe et sens, mais qui n’est pas de l’ordre de la trace du langage (l’écriture en tant que signal par son image, sa disposition, sa forme…).

L’une des caractéristiques les plus marquantes de l’écriture épigraphique réside dans l’emploi de la majuscule, ou plus exactement d’une hauteur de lettres, d’un système à une hiérarchie connu sous les différentes appellations d’écriture monumentale, solennelle, d’apparat ou de distinction. Dans les textes en minuscules se pose la question de la qualification de ce type d’écriture. Le changement dans le module, l’allongement des formes, l’espacement des caractères n’entraînent-ils pas la création d’un type graphique particulier en fonction des implications techniques, du support, de la fonction ? De façon générale se pose la question d’une comparaison possible entre écriture épigraphique et écriture manuscrite, deux systèmes d’écriture analogues qui s’expriment au sein d’une même culture graphique. Il ne s’agit donc pas tant de comparer les formes entre inscription et manuscrit, mais plutôt de comprendre comment elles ont été utilisées sur les deux supports. Les conditions techniques ont-elles une influence telle qu’on produit nécessairement des écritures différentes d’un support à l’autre ? On peut légitimement en douter dans la mesure où les scripteurs produisent la forme qu’ils veulent là où ils veulent en fonction de leurs intentions, des objectifs et des moyens (techniques, économiques, savoir-faire). Est-ce à dire alors et a contrario que les méthodes de la paléographie traditionnelles sont tout à fait valides pour l’épigraphie ? On peut en douter également dans la mesure où l’analyse des formes et de la morphologie de l’écriture manuscrite est liée au geste qui l’a produit (avec la notion de « ductus » comme paradigme), et que ce geste diffère entre inscriptions et manuscrit.

Musée de Dreux – Inscription de fondation

On pourrait aborder cette question du rapport entre le geste et l’écriture – entre la lettre et le corps, pour le dire autrement – de bien des manières. Le contenu des colophons dans lesquels les scribes décrivent les souffrances endurées pendant la copie, la douleur de leurs muscles, les fatigues de leur corps, constitue une entrée possible. La forme de la lettre résulte de la trace laissée par le mouvement de l’instrument d’écriture, dans une relation kinésique entre la surface et l’acteur, une élaboration chorégraphique du langage. Le ductus de la lettre, soit l’ordre et le sens de tracé de chaque partie du signe, est l’indice de ce mouvement et réunit dans la forme le produit, l’acteur et le processus de l’écriture. Cette dimension créatrice et ordonnatrice de l’écriture fait qu’elle échappe aux limites des disciplines de l’érudition et qu’elle est véritablement un objet d’histoire.

Le paléographe français Jean Mallon, mort en 1982, a été le principal promoteur de l’attention à porter au ductus comme résultante fondamentale du geste d’écriture. En complément de son immense production bibliographique, il réalisa deux documentaires : La Lettre en 1937, une réflexion visionnaire sur l’évolution de l’écriture à travers le corps et les gestes du scribe ; Ductus en 1976, une sorte de testament synthétisant l’ensemble de ses réflexions sur le sujet. Si dans La Lettre, la trace écrite est ontologiquement liée à la main qui la produit, Ductus propose une vie de la lettre dans laquelle celle-ci est autonome, indépendante du support et du geste. Elle devient un objet pur que le cinéma anime à son tour. Il y a un basculement esthétique indéniable qui échappe en grande partie à la discipline paléographique. La lettre produit de l’ars ancien, objet d’histoire, retourne à la dimension artistique parce qu’elle est forme produite dans le matériau : le parchemin ou la pierre pour le Moyen Âge, la pellicule pour le film de Jean Mallon. Dans ce basculement, qui s’apparente en réalité à une restitution de l’essence sémiologique de la lettre, l’écriture perdure en tant qu’œuvre visuelle. La paléographie, elle, disparaît en tant que justification ; elle n’est plus qu’un outil. Dans la préface publiée en tête du recueil d’articles de Jean Mallon paru en 1982, quelques mois avant sa mort, il appelle à la création d’une science globale de l’écriture non pour s’ajouter à la paléographie mais pour la remplacer parce que tous ces objets, toutes ces lettres sont « pure histoire ».

« La lettre » de Jean Mallon (capture d’écran)

L’enjeu, dans l’attention aux formes de l’écriture épigraphique, est donc de rendre compte des spécificités éventuelles du geste et des formes produites, mais toujours dans le contexte médiologique de la communication médiévale. Si on doit envisager une histoire globale de ces phénomènes, une lecture des changements dans les formes de l’écriture, voire une évolution de l’écriture mérovingienne portant les traces de la cursive romaine à l’écriture minuscule gothique ou majuscule humanistique de la fin du Moyen Âge, il faut toujours prendre l’écriture dans le contexte de l’objet épigraphique envisagé lors du séminaire 2016-2017. L’écriture cursive minuscule sur une plaque de plomb pour une formule d’absolution, sur un objet soustrait à la vue et à la lecture des hommes, ne peut pas être envisagée de la même façon qu’un texte en majuscule sur une plaque de marbre insérée à la façade d’un édifice public. Deux gestes, deux objets, deux écritures, deux intentions de communication, deux mises en accord des moyens et des objectifs.

Ce postulat empêche une approche basée sur l’appréciation de la qualité de l’écriture qui, même tacitement, suppose une référence, un standard, une forme canonique… Or, tout cela est très difficile à établir sans produire non plus un discours objectif et explicite sur la forme, mais une construction heuristique sur des éléments qui échappent à une appréhension historique du phénomène graphique. Dans tous les cas, l’écriture, dans son résultat, en ce qu’il est soumis à l’expertise de l’épigraphiste ou du paléographe, est une équation à inconnues multiples ; et il faut admettre que plusieurs d’entre elles resteront inconnues, presque inaccessibles en dehors d’une extrapolation à partir de la forme. La question corollaire est celle de la description de ces phénomènes par le langage, et donc l’établissement d’un vocabulaire ou d’un lexique permettant de parler de l’écriture. Cet outil manque aujourd’hui pour l’épigraphie. Comment faire pour décrire l’écriture, pour passer de ce qui a été tracé, à ce que l’on voit, à ce que l’on étudie ? Les bases de données ne résolvent pas le problème puisqu’elles ne lèvent pas l’ambiguïté de la taxonomie, y compris quand elles fonctionnent sur le principe du thésaurus (qui est déjà une mise en boîte de l’écriture, et qui produit un système qui n’en est pas un…). L’idéal serait de se passer de la description par le langage, et de se baser sur une reconnaissance automatique et objective des caractères formels de l’écriture. Il semble que les résultats sont timides pour le moment, mais c’est déjà un résultat ! Qu’est-ce qui fait que l’écriture épigraphique possède ce caractère indomptable, au-delà des questions strictement techniques ? C’est ce que le séminaire de l’année 2017-2018 essaiera d’envisager au cours des trois séances de SEMPER.

Musée Sainte-Croix de Poitiers – Rodbertus

Au cours de la journée du 19 octobre, les différentes présentations ont permis d’aborder certaines de ces questions. Robert Favreau a ainsi retracé l’histoire de la paléographie épigraphique en constatant combien les travaux étaient encore partiels et en expliquant pourquoi les tentatives de systématisation avaient jusqu’alors échoué. Il a appelé, comme condition à une telle entreprise, à l’achèvement et à la mise en commun des corpus à l’échelle européenne afin de produire un panorama complet des pratiques graphiques dans les inscriptions. Thierry Grégor a quant à lui transposé les questions paléographiques du côté des aspects techniques et des liens entre l’outil et la forme. Il a ainsi avancé l’idée d’une pratique « canonique » de l’écriture épigraphique, mise en résonnance au Moyen Âge avec des formes innovantes de la gravure (nouveaux outils, nouveaux usages). Le lapicide sait s’adapter aux matériaux et produire, en fonction de ses besoins, la graphie qu’il convient. Estelle Ingrand-Varenne a consacré sa présentation à l’examen des bouts de ligne et à la gestion de l’espace graphique dans les inscriptions, en accordant du sens aux signes inscrits en fin de texte ou en de ligne. Elle a ainsi proposé de porter un nouveau regard sur des lieux graphiques qui échappent trop souvent à l’examen des épigraphistes. Arnaud Loaec a attiré notre attention sur les inscriptions monumentales des murailles de Constantinople. Ces textes byzantins sont faits de lettres grecques composées à partir de briques enchâssées dans les murs de la ville pour former des textes apotropaïques. Ils invitent à agrandir le spectre des pratiques graphiques avec cette écriture faite d’une juxtaposition de matériaux. C’est également ce qu’a envisagé Cécile Treffort avec deux lettres « inédites » dans la mosaïque de Gemigny-des-Prés. S’il est encore très difficile d’accorder une qualité à ces signes (s’agit-il vraiment de lettres ?) et encore plus de leur attribuer un sens, sa présentation a montré à quel point inscriptions et décor se mêlent pour former un objet complexe à la voûte de l’abside. L’écriture et l’image sont également combinées dans l’exemple des tissus à inscription coufique ou pseudo-coufique présentes dans les images de la reine Esther évoquées par Pamela Nourrigeon. L’emploi d’une graphie « étrangère », « inconnue » ou « exotique » permet, au-delà de son caractère illisible, de connoter la figure d’Esther d’une altérité au service d’un discours religieux ou spirituel original.

La prochaine séance, qui permettra de prolonger ces réflexions, sera consacrée à « l’économie graphique » entendue comme organisation, relation ou articulation entre les différents éléments de l’écriture des inscriptions. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace… Rendez-vous donc en février 2018 !

 

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.