Archives par mot-clé : inscription

Portrait de chercheuse à la Maison de l’épigraphie : Sara Tucci

1) Bonjour Sara, vous êtes à la Maison de l’épigraphie pour un mois, pourriez-vous nous présenter votre parcours académique ?

Mon parcours académique n’est pas conventionnel, je n’ai découvert l’épigraphie qu’au cours de mon master. J’ai suivi une formation à l’Université Ca’ Foscari de Venise, d’abord avec un diplôme de trois ans en langue et culture japonaises, puis j’ai redécouvert ma principale passion pour les études médiévales. Au cours de ma maîtrise, je me suis spécialisée dans l’épigraphie et la paléographie médiévales. J’ai ensuite poursuivi avec un doctorat, que je suis sur le point de terminer, à l’Université de Vienne.

2) Quel est votre projet de recherche actuellement ?

Mon projet de recherche doctorale porte sur l’étude du matériel épigraphique des régions de la Vénétie, du Frioul-Vénétie Julienne et de l’État de Croatie – ainsi que de certaines parties de la Bosnie-Herzégovine et du Monténégro – entre le VIIe et le XIe siècle. Mon projet consiste à cataloguer l’ensemble du corpus d’inscriptions de ces régions, puis à analyser l’écriture épigraphique. Le but de mon projet est donc de recataloguer le matériel, ce qui permettra une consultation plus aisée par les chercheurs, qu’ils soient épigraphistes ou non, ainsi que, bien sûr, une étude du système d’écriture de ces régions au cours du Haut Moyen Âge. Le matériel épigraphique que j’étudie s’est avéré très intéressant d’un point de vue épigraphique et pour ses implications culturelles, et j’ai été très impliquée dans la recherche. La meilleure partie a sans aucun doute été le travail sur le terrain: j’ai voyagé dans tout le Frioul et dans une partie de la Vénétie pour photographier et mesurer personnellement les inscriptions, ce qui m’a permis d’acquérir beaucoup d’expérience utile.

3) Comment êtes-vous venue à l’épigraphie ?

J’ai découvert l’épigraphie au cours de mes études universitaires. J’ai suivi les cours des professeurs Flavia De Rubeis et Stefano Riccioni et j’ai tout de suite aimé le sujet. J’ai été particulièrement attirée par la production du haut Moyen Âge de ma région natale, le Frioul, où malheureusement les études dans ce domaine sont rares et datées. Il y a donc beaucoup de travail à faire et le fait de pouvoir redécouvrir une partie de l’histoire écrite de ma région est passionnant. J’aime étudier les systèmes d’écriture qui se sont développés au fil des siècles et la façon dont ils peuvent nous en apprendre beaucoup sur les personnes qui les utilisaient, leur culture, leur éducation, leur environnement social et bien d’autres choses encore.

4) Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Mon séjour à Poitiers me permettra d’ajouter une pièce importante à ma formation d’épigraphiste. La quantité de matériel du CESCM représente certainement une incroyable possibilité d’enrichissement académique pour moi : en effet, la collection comprend de nombreux volumes du corpus français et autrichien, ainsi que de nombreuses autres publications importantes pour les épigraphistes. Mon objectif est clairement d’en apprendre le plus possible sur la production carolingienne, qui a également marqué un tournant dans la production épigraphique des régions qui m’intéressent. Un autre aspect important qui m’a amené à Poitiers est la possibilité de me comparer à d’autres chercheurs dans le domaine et d’apprendre d’autres points de vue et méthodes d’étude.

5) Quel message voudriez-vous faire passer aux jeunes chercheurs en épigraphie ?

Je crois que le fait d’aborder les études humanistes aujourd’hui permet de vivre des expériences formidables. Il existe de nombreuses publications récentes sur le monde des styles d’écriture et de la paléographie qui fascinent même ceux qui n’ont pas encore découvert ces domaines académiques. La chose la plus importante à mon avis est bien sûr la curiosité: en tant que personne et ensuite en tant que chercheur, je suis très curieuse et j’aime découvrir de nouvelles choses, et l’épigraphie est un monde qui a encore beaucoup de choses à clarifier. Je pense donc qu’une nature curieuse et ouverte aux découvertes est la base parfaite pour aimer la paléographie et l’épigraphie. De plus, les applications récentes des technologies 3D et de numérisation permettent à ceux qui veulent s’initier à ce sujet de découvrir des inscriptions et des objets à l’aide d’un simple ordinateur, ce qui rend la recherche durable et abordable pour tout le monde.

Merci beaucoup, Sara, et bon séjour !

Portrait de chercheur à la Maison de l’épigraphie : Willum Westenholz

– Bonjour Willum, vous êtes à la Maison de l’épigraphie pour un mois, pourriez-vous nous présenter votre parcours académique ?

Je suis un latiniste littéraire de formation et de métier qui s’intéresse à toutes les époques. Mon travail porte principalement sur l’épistolographie et l’historiographie. Ma carrière a commencé par un diplôme en lettres classiques à l’université de Copenhague, s’est poursuivie par un master en études de la Renaissance à l’université de Warwick, un autre master en latin médiéval à l’université de Copenhague, et enfin un doctorat en latin à l’université de Vienne avec une thèse sur les lettres de Sidoine Apollinaire. Actuellement, je m’intéresse de plus en plus au Moyen Âge central et je participe à un projet visant à produire une traduction en anglais de l’historien polonais Vincent de Cracovie.

– Quel est votre projet de recherche actuellement ?

Actuellement, j’essaie de constituer un corpus d’inscriptions rapportées ou insérées dans des textes littéraires médiévaux. Ce qui m’intéresse en particulier, c’est la manière dont les érudits médiévaux ont interagi avec ces monuments, comment ils les ont évalués et ce qui les a motivés à les inclure dans leurs récits. Je trouve que la place d’une inscription dans l’architecture d’un texte plus large peut être aussi intéressante que sa place dans le contexte architectural d’un bâtiment, mais c’est quelque chose qui n’est pas souvent commenté. De nombreuses collections d’inscriptions médiévales ne mentionnent guère la source et l’emplacement des inscriptions qu’elles contiennent, et c’est une chose à laquelle j’aimerais remédier. Même s’il s’agit d’un spolium en quelque sorte dans son nouveau contexte littéraire, cela ne signifie pas que sa nouvelle fonction d’élément de construction soit sans valeur ou sans intérêt pour l’historien ou le spécialiste de la littérature.

– Comment en êtes-vous venu à l’épigraphie ?
En lisant un texte médiéval pour ma thèse, en particulier la Vie de St Germain de Heiric d’Auxerre, j’ai vu qu’il citait à plusieurs reprises des inscriptions dans son monastère comme preuve de ses affirmations. Peu après, je suis tombé sur des exemples similaires dans d’autres textes et cela m’a rendu curieux d’explorer la manière dont les publics médiévaux comprenaient le matériel épigraphique qui les entourait, interagissaient avec le passé qui les entourait. On pourrait parler d’études sur la réception de l ‘épigraphie. Cela nécessite naturellement non seulement une étude des textes qui contiennent des transcriptions d’inscriptions médiévales, mais aussi un sens du contexte architectural original, de leur emplacement dans le tissu urbain, de leurs conventions et ainsi de suite.
– Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

J’espère pouvoir m’entretenir avec les spécialistes qui travaillent ici et élaborer un plan de travail plus précis pour le projet. J’ai une idée approximative du matériel sur lequel je veux travailler et du type de questions auxquelles je veux répondre, mais la littérature médiévale est vaste et les questions difficiles. J’espère que les experts m’aideront à développer une méthodologie moins naïve, à poser les bonnes questions et à interpréter correctement les preuves. J’attends avec impatience les prochaines Semaines d’Études, qui me feront sans doute découvrir des textes et des approches dont j’étais à peine consciente auparavant.

– Quel message voudriez-vous faire passer aux jeunes chercheurs en épigraphie ?

Ayant travaillé sur des textes dits littéraires et des classiques, je voudrais dire que l’épigraphie est un domaine plein de promesses pour l’avenir. De nombreux textes épigraphiques ne sont pas moins littéraires ou stimulants que Horace ou Catulle, mais ils sont beaucoup moins étudiés. Il y a tant d’inscriptions qui languissent dans l’obscurité et qui n’ont jamais fait l’objet d’un bon article. Il est donc possible de faire connaître au monde un nouveau joyau ou de produire une nouvelle lecture passionnante d’un texte fascinant plutôt que de rédiger le douzième article sur le même problème textuel qui était déjà banal au XVIIe siècle. Les classicistes ont parfois tendance à l’oublier, qualifiant l’épigraphie de preuve documentaire ou, dans le cas meilleur, d’art appliqué, et certains épigraphistes peuvent faire de même et passer leur temps à discuter de la datation, de l’authenticité et de la forme des lettres, en oubliant complètement de commenter ce que le texte dit réellement. Il ne faut pas perdre le sens de la beauté et de l’appréciation des lettres que quelqu’un a pris la peine de graver dans la pierre.

Merci, Willum, et bon séjour à Poitiers !

Du neuf à l’inscripthèque

Articles

Blanchard Marianne,« Nomina Inserere Voluerint, Non Prohibeatur. Nominal Inscriptions Inside the Altar in the North-East of the Iberic Peninsula (9th-13th Centuries) », Fenestella 3, 2022, p. 1-43.

Blennow Anna, Palumbo Alessandro, « At the Crossroads between Script Cultures The Runic and Latin Epigraphic Areas of Västergötland », The Meaning of Media: Texts and Materiality in Medieval Scandinavia, 2021, p. 39-69.

Debiais Vincent, « Allusion and elusion: writing on the Cloisters Cross », Word & Image, 39:1, 2023, p. 33-42.

Debiais Vincent, « Le territoire graphique de l’eucharistie. Inscriptions et autel dans l’église médiévale », L’église microcosme. Architecture, objets et images au Moyen Âge, éd. Ph. Plagnieux, A.-O. Poilpré, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2023 (Histo.Art 15), p. 105-127. 

Debiais Vincent, « Par-delà lecture et culture. Notes sur la notion de communication en épigraphie médiévale », Praxis epigráfica. Desarrollo en el tiempo y en el espacio, Isabel Veláquez Soriano, Sara López-MarotoQuiñones (éds), Madrid, Guillermo Escolar Editor, 2023, p. 475-494.

Debiais Vincent, « Verse Epitaphs and Funerary Narratives. A Complex Inscription from the Cathedral in Girona (14th century) », Writing on Tombs in Medieval and Early Modern Times, Vinni Lucherini; Tanja Michalsky; Diego Carnevale eds, Viela, p. 215-230.

Debiais Vincent, Lamouille Stéphane, « Note sur une inscription inédite de l’abbaye de Lahonce », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=570

Dussart Clément, « Christian Graffiti on a Reused Lintel fromMamluk-Period Ramla: A Glimpse from the East into Western Medieval Society », Atiqot – special issue Inscriptions and Writing, 110 (The Ancient Written Wor(l)d), 2023, p. 283-299.

Favreau Robert, « Quatre épitaphes parisiennes concernant le Poitou (fin XIIIe siècle-XIVe fin siècle) », Revue historique du Centre-Ouest, t. XXI, 2022, p. 169-174.

Favreau Robert, « La mort de Jean Talbot à la dernière bataille de la guerre de Cent Ans », Revue historique du Centre-Ouest, t. XXI, 2022, p. 175-176.

García Morilla Alejandro, « Escritura publicitaria en el tránsito entre el medievo y la modernidad. Los retablos de Santo Tomás y Cristo de Caparroso de la Catedral de Pamplona. Estudio paleográfico », Medievalista Nº 35 | Janeiro – Junho 2024, p. 221-247.

Gay Françoise, « La notion de programme à travers les textes prophétiques », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=595

Ingrand-Varenne Estelle, « French Inscriptions in the Latin Kingdom of Jerusalem: from Word to Museum », Atiqot – special issue Inscriptions and Writing, 110 (The Ancient Written Wor(l)d), 2023, p. 241-262.

Ingrand-Varenne Estelle, « Incorporating a Name in an Image and an Image in a Name. Comparison between Byzantine and Latin Inscriptions », Studies in Byzantine Epigraphy, Ida Toth and Adreas Rhoby dir., Turnhout :Brepols, p. 93-111.

Ingrand-Varenne Estelle, Agrigoroaei Vladimir, « Cum manus his Efrem fertur fecisse tu autem (1169). The transfer of a formula in the mosaics of the Nativity Church in Bethlehem », Translation Automatisms in the Vernacular Texts of the Middle Ages and Early Modern Period, dir. Vladimir Agrigoroaei, Ileana Sasu, Turnout, Brepols, 2023, p. 430-436.
 
Ingrand-Varenne Estelle, « Chiselled in rock, printed on paper: Francesco Quaresmio and the epigraphy of the Holy Land»,  Mediterranean Historical Review, 2023, 38 (2), p. 273-290.
 

Kroiss Daniel, « Die ältestedatierte Inschrift in deutscher Sprache », Zeitschrift für deutsches Altertum un deutsche Literatur, 146, 2017/1, p. 41-53.

Kumler Aden, « Writing on the world beyond the page: medieval inscriptions as facta and ficta” », Deutsche Viertel jahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 97 (2023), p.447-484.

Macián FerrandisJulio, « De epigraphia pictorica. The case of Valencia (13th-16th century) », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=579

Marcoux Robert, « Breaking the Silence of the Grave. The Agency of Speech Scrolls on Late Medieval French Tombs », Early Music 48, 2020, p. 465-478.

Palumbo Alessandro, « Analysing bilingualism and biscriptality in medieval Scandinavian epigraphic sources: a sociolinguistic approach », Journal of Historical Sociolinguistics 2023; 9(1), p. 69-96.

Rico Daniel, « Culmina qui feci  carmina qui cecini. El programa epigráfico de Angilberto en Centula/Saint-Riquier », I. Velázquez Soriano y S. López-MarotoQuiñones (eds.), Praxis epigráfica. Desarrollo en el tiempo y en el espacio, col. Epigraphica Complutense, Madrid, Guillermo Escolar Editor, 2023, p. 409-445.

Rodríguez Suárez Natalia, « La permeabilidad entre los profesionales de la escrituraen la Edad Media. Evidencias de un rogatarioúnicopara documentos, códices e inscripciones », Monumentum, Documentum. L’epigrafia come documentazione medievale, a cura di Leonardo Magionamie María Encarnación Martín López, Spolète, 2023, p. 158-170.

Uberti Morgane, « Les épitaphes en leur “milieu”. Remarques à partir du matériel épigraphique de l’Aquitaine tardo-antique et alto-médiévale », in: Ardeleanu, Stefan und Cubas Díaz, Jon C. (Hrsg.): Funerary Landscapes of the Late Antique “oecumene”: Contextualizing Epigraphic and Archeological Evidence of Mortuary Practices. Proceedings of an International Conference in Heidelberg, May 30–June 1, 2019, Heidelberg: Heidelberg University Publishing, 2023 (Kulturelles Erbe: Materialität – Text – Edition (KEMTE), Band 3), p. 529-564.

Villano Maria Aimé, « Un épitaphier della Biblioteca Comunale Passerini-Landi di Piacenza per lo studio dei monumenti funerari ciprioti », Repenser l’histoire de l’art médiéval en 2022. Recueil d’études offertes à Xavier Barral i Altet, Miljenko Jurković, Elisabetta Scirocco, Arnaud Timbert (eds), Turnhout : Brepols, 2023, p. 833-844.

Livres

Writing Names in Medieval Inscriptions, Estelle Ingrand-Varenne, Elisa Pallottini, Janneke Raaijmakers (†) dir., Turnhout :Brepols, 2023.

Ferguson Ronnie, Venetian Inscriptions. Vernacular Writing for Public Display in Medieval and Renaissance Venice, Modern Humanities Research Association, 2021.

Séminaire SEMPER : 14/12 le poème épigraphique, entre manuscrit et réalité matérielle

La prochaine séance du séminaire SEMPER sur le thème “Epigraphie… ou pas ?” aura lieu jeudi 14 décembre 2023 au CESCM (Salle Crozet), et portera sur le poème épigraphique, entre manuscrit et réalité, dans le cadre du projet IUF CARMECA.

Ce séminaire est ouvert à tous et il sera aussi accessible à distance à ce lien : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

Pour toute information complémentaire, contactez CécileTreffort : cecile.treffort@univ-poitiers.fr

Programme de la journée :

9h30 : accueil des participants (café)

10h00 : introduction à la journée

10h30 : Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM), Foucher de Chartres, poète et auteur d’inscriptions en Orient ? Le cas de l’épitaphe de Baudouin Ier

11h30 : pause

11h45 : Jérémy Delmulle (CNRS-IRHT), Six poèmes carolingiens inédits : un cycle épigraphique ?

12h45 : déjeuner

14h15 : Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard (Université d’Aix-Marseille), Comment évaluer la réception de Paulin de Nole pendant la période carolingienne ? 

15h15 : pause

15h30 : Cécile Treffort (Université de Poitiers / IUF), Les poèmes épigraphiques de Raban Maur pour l’abbatiale de Fulda

16h30 : discussion générale

17h00 : fin du séminaire

Découverte d’une nouvelle inscription dans l’Indre, à Saint-Marcel (36200)

Billet rédigé par Claire Boisseau (chargée de recherche CNRS au Centre André Chastel, UMR 8150). Les clichés sont de Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM.

Du 28 août au 03 septembre dernier, une campagne photographique de peintures murales fut organisée dans le Cher et l’Indre pour le compte de la photothèque du CESCM. À l’occasion d’un détour près d’Argenton-sur-Creuse, dans la commune de Saint-Marcel, les portes de l’ancien prieuré Saint-Marin furent ouvertes à Lisa-Oriane Crosland et Claire Boisseau1.

La chapelle, érigée au XIIe siècle, est d’humbles proportions. La courte nef à vaisseau unique débouche sur un transept saillant dont les deux bras sont dotés chacun d’une très petite absidiole. Le chevet plat est voûté en plein ceintre et percé d’une simple baie axiale. L’ensemble a connu des remaniements au fil des siècles, notamment la croisée du transept qui est maintenant voûtée d’ogives. Les murs sont recouverts d’un badigeon blanc qui laisse apparaître par endroit des traces de polychromies anciennes sous-jacentes2.

À proximité de l’autel actuel, l’inscription suivante apparait sur le mur nord, à hauteur de visage :

L’état du mur, qui a souffert de l’humidité, ne permet pas d’affirmer avec certitude s’il s’agit d’un réemploi ou non.

L’autel évoqué par l’inscription a disparu. La dédicace associe la Vierge à saint Marin, qu’il est possible d’identifier à saint Marin de Maurienne, moine, ermite, martyr et céphalophore, vénéré dans la chapelle axiale de l’abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe, à une cinquantaine de kilomètres3. Le prieuré Saint-Marin était une dépendance de l’abbaye de Saint-Savin (première mention en 1226). L’Inventio reliquiarum sancti Marini (BHL5537) rapporte la découverte de ses reliques sous le sol de l’abbatiale de Saint-Savin au début du XIe siècle4.

La chapelle, située sur un terrain privé, est propriété de la commune depuis 1825. Elle n’est ouverte qu’en de rares occasions. Une cérémonie religieuse en l’honneur de saint Marin, héritière du pèlerinage des rechignoux qui se pratiquait encore au XIXe siècle, s’y déroule chaque année le premier samedi de septembre5.

Prochainement une analyse complète de l’inscription paraitra dans un article d’Annick Gagné pour la revue In-Scription. En attendant sa parution, se reporter à sa thèse de doctorat, soutenue en 2019, sous la direction de Cécile Treffort et Didier Méhu et intitulée : 3 kalendas junii dedicacio sancti Petri. Les inscriptions de dédicaces d’église en France du IVe au XIIe siècle : analyse des formes brèves.

 

1 La chapelle est localisée le long de la Creuse, au lieu-dit Le Champ du Moulin, Saint-Marin, 36200 Saint-Marcel.

2 La chapelle, référencée sur Monumentum et la plateforme ouverte du patrimoine (POP) est partiellement inscrite aux Monuments Historiques depuis 2003. En 2015, la restauration de la charpente a bénéficié d’un soutien financier de la Fondation pour la Sauvegarde de l’art français.

3 D’après un calendrier de Saint-Savin datant du XVIIIe siècle et conservé aux archives départementales de la Vienne (cote 1H7/9), saint Marin était fêté le 24 novembre, l’inventio de ses reliques le 11 mai et sa translatio en mars.

4 Inventio reliquiarum sancti Marini (BHL 5537) AA SS OSB, J. MABILLON (ed.) ; Robert FAVREAU, « Les inscriptions de l’église de Saint-Savin-sur-Gartempe », Cahiers de civilisation médiévale, n°73, Janvier-mars 1976. pp. 9-37 ; Claire BOISSEAU, « Les peintures de la chapelle axiale de Saint-Savin-sur-Gartempe. Les résultats de l’approche archéographique », Revue Historique du Centre Ouest, t. 16, Poitiers, 2018, p. 7-25.

5 La chapelle est également ouverte lors des journées européennes du patrimoine. En dehors de ces deux ouvertures exceptionnelles, s’adresser à la commune.

Monumentalité épigraphique

À première vue, le médiéviste qui s’intéresse aux inscriptions du Moyen Âge occidental restera sur sa faim à la lecture du numéro intitulé “Transposition and Monumentality in Pre-Modern Epigraphic and Manuscript Traditions”, premier volume de l’année 2022 de la très belle revue Manuscript and Text Cultures publiée par le centre de recherche du même nom à Oxford. Les six articles regroupés dans ce numéro concernent en effet des inscriptions réalisées à l’âge du bronze au Levant, l’écriture maya des XIIIe-XVe siècles, les textes monumentaux dans l’Égypte du troisième millénaire avant notre ère et les objets inscrits dans la Chine Ancienne ; seul le dernier texte, consacré aux runes et aux manuscrits insulaires du haut Moyen Âge convoque des images, des graphies et des réflexions éventuellement familières aux lecteurs et aux lectrices du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Aussi la consultation de ce numéro épigraphique provoque-t-elle d’abord un sentiment de vertige face à la diversité et la richesse des cultures épigraphiques pré-modernes dès lors qu’on les pense à l’échelle de la planète. Une fois passée cette première impression qui renverra le médiéviste à l’étendue de son ignorance (pas un seul titre cité dans les bibliographies en fin d’article ne fait partie de l’arsenal historiographique de l’épigraphie médiévale), c’est la curiosité qui prend le relais et l’envie de découvrir ces objets inscrits plus fascinants les uns que les autres : contrats commerciaux, signatures d’artisans, décrets princiers, éloges funèbres, etc. Le soin apporté à la reproduction des images et la minutie du travail éditorial contribuent à l’enthousiasme de tous ceux qui, intéressés par les pratiques graphiques, trouveront dans les 230 pages du numéro de quoi alimenter leurs réflexions et assouvir en partie leur soif de comparatisme.

Mais ce n’est pas parce qu’il sort le médiéviste de sa zone de confort que ce numéro de Manuscript and Text Cultures est important ; il l’est en réalité parce qu’il propose une réflexion sur la notion de “monumentalité” appliquée aux cultures écrites pré-modernes, et discute l’éventualité d’une “monumentalité manuscrite”. L’introduction due à Christelle Alvarez et Yegor Grebnev est tout à fait stimulante à ce sujet puisque les auteurs souhaitent approcher “une compréhension nuancée des pratiques sociales en lien avec l’acte d’écrire et de recevoir les inscriptions”. (p. 3). Quelles sont les propriétés graphiques, linguistiques et spatiales permettant à un texte d’être, de devenir ou d’apparaître comme un monument ? Parce qu’elle est très bien posée, cette question est déclinée dans tous les articles avec une même efficacité, indépendamment des variations contextuelles, souvent irréconciliables, d’un champ ou d’une discipline à l’autre. Pour les médiévistes aussi, il faut lire cette introduction qui prend le pari (risqué) de penser global autour de questions qui animent toutes les études sur la culture écrite.

On verra ainsi que la “monumentalité” est affaire de “quantité”, à condition de l’envisager sous tous les angles : quantité de texte, quantité de lecteurs, quantité d’espace sous influence graphique… Il faut prendre en compte l’échelle de l’inscription et sa relation avec ce qui l’entoure – une évidence pour l’épigraphie médiévale mais qui trouvera dans les exemples réunis dans le numéro un vocabulaire original et stimulant. Plusieurs articles discutent la monumentalité, non plus du texte ou de l’inscription, mais celle de l’écriture, identifiant dans le signe des caractères monumentaux : changement de statut, de catégorie, de condition, de registre qui vient nuancer ou contredire la question de la “taille” et de la “solennité”. C’est la disponibilité monumentale du texte qui semble traverser les articles, soit la capacité de l’inscription à acquérir la posture distinctive du monument, indépendamment de son occupation réelle – mesurable – de l’espace. On saisit mieux, arrivé au bout de la lecture, la façon dont le concept glissant d’affordance peut être productif pour l’épigraphie et l’ensemble de l’ouvrage est une invitation à lire les inscriptions anciennes à l’aide des outils de l’anthropologie de l’écriture. Enfin, on appréciera la façon dont les auteurs prennent le soin de penser l’inscription comme un système unissant le signe, le lieu de sa manifestation, les moyens de sa mise en œuvre et l’emprise sociale de son contenu ; là encore, une évidence, mais que les beaux articles publiés dans ce numéro permet de rappeler à tous.

On ne peut que recommander la consultation du volume de Manuscript and Text Cultures, disponible gratuitement en ligne ; la lecture permet un heureux pas de côté historiographique et constitue un vigoureux stimulant pour penser l’écriture pré-moderne dans toute la richesse de ses manifestations épigraphiques.

L’image de tête reproduit l’œuvre de Wenda Gu, United Nations – Babel of the Millenium dans sa version de 1999 au San Francisco Museum of Modern Art. L’image est utilisée comme vignette dans l’introduction du numéro (cliché copyright SFMOMA).

MULTIPAL, tutoriel interactif en paléographie

MultiPal est un tutoriel interactif en paléographie désormais accessible en ligne. Son but est d’apprendre à déchiffrer les manuscrits, documents et inscriptions originaux dans toute la gamme des écritures et langues de l’Antiquité et du Moyen Âge : latin, grec, égyptien, copte, arabe, hébreu, araméen, syriaque, chinois, sanscrit et cyrillique. Des exercices dans d’autres systèmes d’écriture seront disponibles dans quelques mois.

MultiPal a été développé par un groupe de spécialistes de l’École Pratique des Hautes Études, de l’École Nationale des Chartes et du Collège de France, dans le cadre de l’Université Paris Sciences Lettres (PSL).

La plateforme accueille quelque 80 exercices en latin et dans les langues vernaculaires d’Europe issus des séminaires de Marc Smith. Une quinzaine de dossiers, pour le moment, relève de l’épigraphie, du VIIIe au XVIIIe siècle, mais surtout des XIIIe-XVe s.

Lien direct, par ordre chronologique :
https://www.multipal.fr/fr/palaeography/documents/?search=&filter_mm_languages=&filter_mm_scripts=3&filter_fk_documentimages__difficulty=&filter_fk_type=&filter_mm_inks=&filter_mm_materials=8&filter_mm_repositories=&filter_gt_year_min=&filter_lt_year_max=&sort_by=year_min&sort_direction=

 

Bientôt: La création de la Maison de l’Epigraphie au CESCM

Une maison pour quoi/pourquoi ?

La spécificité de l’épigraphie développée au CESCM est triple :

  1. elle se déploie autour de 4 activités, l’édition, la documentation, l’enseignement et la recherche, qui se nourrissent les unes les autres ;
  2. elle est depuis l’origine centralisée à Poitiers où elle a été créée en 1968-69 ;
  3. elle se veut au carrefour des disciplines. Les différentes voies empruntées ces dernières années au-delà de l’histoire et la paléographie en témoignent : histoire de l’art, histoire des techniques, linguistique et sociolinguistique, liturgie etc.

En ce sens, elle constitue un cas unique dans le panorama européen.

Le dernier quinquennal a été marqué par un engagement numérique fort et la construction d’outils, alliant érudition et créativité (TITULUS, Equipex+ Biblissima+). Cette dynamique féconde, avec la formation de jeunes chercheurs, et la force collective des réseaux nationaux et internationaux établis de longue date permettent aujourd’hui à l’équipe de proposer un quadruple élargissement des problématiques de recherche jusqu’alors principalement centrées sur les inscriptions en France du VIIIe au XVe s. : chronologique avec l’intégration de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale, géographique avec les inscriptions en alphabet latin de la Méditerranée orientale au Moyen Âge, typologique avec l’intérêt porté aux graffitis et aux poèmes épigraphiques, culturel avec un regard porté sur l’épigraphie byzantine et l’épigraphie arabe.

Cet élargissement sans précédent invite à repenser sa place au sein du CESCM, au-delà des axes et du pôle documentaire, en proposant une structure originale, transverse et interdisciplinaire, plus proche de sa nature réelle et plus libre dans son déploiement, une structure pérenne et bien identifiable : la « Maison de l’épigraphie médiévale ». Il ne s’agit pas d’un nouvel axe, ce qui serait contraire à la nature même de la recherche épigraphique menée à Poitiers dont le caractère est résolument interdisciplinaire et relève des 5 axes en même temps. Le but est au contraire par sa transversalité de pouvoir irriguer et se nourrir de chacun d’eux, tant sur le plan méthodologique et conceptuel que scientifique.

Le but est de créer une dynamique où travaillent ensemble  enseignants-chercheurs, chargés de recherche et ingénieurs affectés au CESCM, étudiants, mais aussi collaborateurs et chercheurs associés, chercheurs étrangers invités.  

Une maison pour qui ?

  • les épigraphistes du CESCM, participants aux programmes portés par le CESCM,
  • les chercheurs français et étrangers (accueil de courts et longs séjours),
  • les doctorants et étudiants français et étrangers, via ERASMUS,
  • les stagiaires (Master 2 Universités, Ecole nationale des chartes etc.),
  • toutes les personnes souhaitant réfléchir à l’épigraphie médiévale (au sens large)


Outre l’accueil, les deux autres objectifs de cette maison ouverte sont de soutenir et rendre visibles les actions en épigraphie médiévale :

  • d’une part en encourageant et aidant au montage de projets, et en finançant des séjours de recherche au CESCM (des informations complémentaires sur ce point seront données ultérieurement), des missions de terrain;
  • d’autre part en améliorant la visibilité de ces activités auprès des différents publics.

De plus amples informations concernant le lancement de la Maison de l’épigraphie et de ses activités, notamment les possibilités de candidater pour les séjours de recherche, seront données ultérieurement.

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

Journées annuelles Biblissima+ 3-4/04/2023: Transmettre les textes anciens : défis et solutions numériques

Comment rassembler, partager et transmettre les compétences et les expériences pour mener des recherches innovantes sur les sources écrites anciennes ? Comment créer les modèles et les standards permettant de conserver, interroger, enrichir et diffuser les données de la recherche sur le patrimoine écrit ?

Telles sont les grandes interrogations qui se posent aussi pour l’épigraphie.  Le cluster 5a aura justement pour but de présenter le bilan des premières journées et de proposer des perspectives, notamment comme première action de créer un thésaurus d’épigraphie générale grâce à OpenTheso, logiciel libre de gestion de thésaurus multilingue et multi-hiérarchique.

Ces journées seront aussi l’occasion de présenter un autre projet d’épigraphie soutenu financièrement par Biblissima+ : le projet ‘Venezia Libro Aperto’ (VeLA) : lauréat de l’AMI 2022
Flavia De Rubeis (Università Ca’ Foscari di Venezia), Daniele Fusi (Università Ca’ Foscari di Venezia),
Federico Boschetti (CNR-ILC).

Programme : Programme_journees_Biblissima_2023

Pour plus d’informations:

https://projet.biblissima.fr/fr/actualites/journees-biblissima-2023-transmettre-textes-anciens-defis-solutions-numeriques

 

 

Séminaire SEMPER 1/12/22

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend en présentiel jeudi 1er décembre 2022, au CESCM, en salle Crozet. Vous y êtes toutes et tous les bienvenus.

Au cœur de la thématique des “Indéchiffrables”, les graffitis occupent une place de choix tant ils sont difficiles à lire par leur écriture hâtive, parfois non conventionnelle ou peu soignée. Les graffitis seront donc l’objet de la séance de la matinée, à travers des questions historiques, archéologiques et éditoriales ; l’après-midi proposera un focus sur deux projets de recherche en cours.

Programme :

9h30 Accueil – Café

1re session : Focus sur les graffitis

10h   Andrzej S. Chankowski (Université de Poitiers, HeRMA), “La communauté des jeunes gens dans les gymnases du monde grec: apport des graffitis”

11h   Roman Chambonnet (Université de Caen Normandie), “Le graffiti comme objet archéologique : le cas de l’église Saint-Georges du château de Caen”

12h   Clément Dussart (Université de Poitiers, CESCM), “Comment éditer les graffitis ?”

Buffet ouvert à tous

2e session : Actualité épigraphique

14h30   Morgane Uberti (Université Complutense de Madrid, UNA4CAREER, Marie Skłodowska-Curie Actions), “Pourquoi (et comment) faire des pratiques de datation dans l’inscription un objet de recherche ?”

15h30   Silvia Gómez Jiménez (Universidad Complutense de Madrid), “Una aproximación a la poesía epigramática edilicia”

16h30 Présentation de la “Maison de l’épigraphie”

17h   Clôture

Séminaire accessible en ligne : 

Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475
Code secret : FSt39w

Séminaire_SEMPER_épigraphie_CESCM_1_12_2022_ok

INDECHIFFRABLES : le nouveau thème du séminaire SEMPER

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend cette année 2022-23 sous forme de  séminaire/webinaire transversal, réunissant tous les projets de recherche en épigraphie liés au CESCM. Il aura lieu une fois par mois sous une forme hybride, alternant les webinaires de 2h en ligne et les séminaires d’une journée au CESCM de Poitiers. Le thème choisi cette année est : indéchiffrables.

Un tel sujet permet en premier lieu de reconnaître que, si l’inscription a pour fonction de porter un message pour tous et sur la longue durée, elle n’en reste pas moins parfois difficile à déchiffrer, à lire, à comprendre. Cette résistance à donner d’emblée les clés de sa compréhension et de son interprétation fait sans doute partie de ses stratégies de communication. Une inscription demande un travail herméneutique, du plus basique au plus complexe. 

Tous ceux qui tentent de lire une inscription ou un graffiti aujourd’hui font souvent l’expérience d’un déchiffrement tâtonnant ; outre les compétences personnelles, les conditions de lecture ne sont pas toujours excellentes pour un texte juché à plusieurs mètres de haut, pas plus que l’état de conservation et les conditions de préservation. Le texte épigraphique se fait pierre d’achoppement. Ces problèmes concrets de lecture posent la question de la réception de ces textes au Moyen Âge, souvent évoquée en termes de visibilité et lisibilité, mais peut-être faut-il chercher ailleurs.

S’il faut déchiffrer, c’est aussi parce que les inscriptions peuvent être “chiffrées”, cryptées, encodées, voilées. C’est évident au niveau graphique, par les abréviations, par les jeux de lettres, jusque dans les monogrammes, ou encore par des formes de lettres originales (comme celle de l’inscription de Saint-Seurin, à Bordeaux, en tête de cette page); les recherches sur l’illisible volontaire en paléographie (voir la conférence de Marc Smith ici) ont mis en évidence la complexité de cette notion également dans les écritures documentaires et livresques, ainsi que pour les typographes contemporains.

C’est aussi vrai par leur langage, la compacité stylistique des inscriptions pouvant obscurcir le sens,  mais celui-ci peut aussi être embrouillé à dessein, au travers une opacité volontaire, comme dans les textes poétiques. Réussir à décoder l’énigme, percer le mystère à l’instar de Champollion devant les hiéroglyphes, n’est pas sans un caractère ludique.  Mais, pour les hommes et femmes du Moyen Âge, le travail de déchiffrement que demande l’inscription, tel un microcosme,  peut s’appliquer au macrocosme qu’est le monde, à comprendre et interpréter.

Indéchiffrables, les inscriptions le sont aussi quand elles sont dans une écriture autre, différente de sa propre culture. Tel est le cas dans l’Orient latin face aux écritures grecques, arabes, arméniennes, syriaques rassemblées dans les lieux saints. Comment cette altérité graphique est-elle perçue ? Cherche-t-on même à la comprendre ? En tous les cas, on cherche parfois à l’imiter, à travers les pseudo-écritures. 

Le thème des “indéchiffrables”, comme en écho aux “intraduisibles” de Barbara Cassin, se propose donc d’ouvrir un vaste espace de réflexion sur l’interprétation des inscriptions, ses obstacles et ses clés. Ce séminaire est ouvert à tous.

Programme prévisionnel :

Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475
Code secret : FSt39w

  • Jeudi 13 octobre, 10h-12h : Webinaire, Guido Tigler (Università degli Studi di Firenze) et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM), “La chaire de Gropina (Arezzo, Toscane) et ses deux inscriptions fragmentaires: nouvelle lecture et datation”
  • Jeudi 17 novembre, 14h-16h : Webinaire, Alessandro Palumbo (University of Oslo), “‘It’s all runes to me.’ Reading and interpretative problems in medieval Scandinavian epigraphy”
  • Jeudi 1er décembre : Journée au CESCM, Focus sur les graffitis (programme ici)
  • Jeudi 26 janvier : Journée au CESCM, Focus sur la poésie épigraphique
  • Jeudi 23 février, 10h-12h : Webinaire, Gregor Meinecke (University of Hamburg), “Filippo Lippi’s use of Pseudo-Latin script in the Coronation of the Virgin
  • Jeudi 23 mars, 10h-12h : Webinaire, Marc Smith (Ecole nationale des chartes), “L’écriture réinventée par incompétence ? Questions sur quelques inscriptions hors norme”
  • Jeudi 27 avril : Webinaire, Pier Paolo Trevisi (Università per Stranieri di Perugia), “Graffiti de la Basilique Saint-François d’Assise” 
  • entre le 22 et le 27 mai : Journée au CESCM

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

L’épigraphie médiévale de Norvège

Johan Bollaert a soutenu le 2 septembre 2022 une thèse de doctorat à l’Université d’Oslo (Department of Linguistics and Scandinavian Studies) intitulée Visuality and Literacy in the Medieval Epigraphy of Norway. Elle est consacrée à l’étude des inscriptions médiévales de Norvège. 

Alors que la plupart des Norvégiens n’utilisent aujourd’hui qu’un seul alphabet, deux alphabets étaient utilisés dans la Norvège médiévale : l’alphabet runique et l’alphabet romain. Dans sa thèse, Johan Bollaert explore ce que l’utilisation de ces deux alphabets peut nous apprendre sur la façon dont les Norvégiens médiévaux abordaient l’écriture, notamment en ce qui concerne l’aspect visuel des inscriptions publiques. Il montre que l’épigraphie en alphabet latin est plus standardisée et conventionnelle, tandis que l’épigraphie runique est plus variée. Il affirme que ce n’est pas parce que les sculpteurs runiques étaient moins habiles à écrire, mais parce qu’ils étaient moins liés par des normes. L’épigraphie de l’alphabet latin était au contraire très institutionnalisée et organisée. Il se peut également que la connaissance de l’alphabet runique ait été plus répandue dans la société que celle de l’alphabet romain, comme l’indique la multitude de graffitis runiques.

En fait, alors que l’écriture runique est souvent associée à un faible taux d’alphabétisation, de nombreuses inscriptions en alphabet romain semblent destinées à un public analphabète. Elles se concentrent souvent sur les images d’accompagnement et l’aspect visuel. Les inscriptions runiques, au contraire, ont tendance à être plus sobres, et ne pouvaient être appréciées et comprises que par ceux qui savaient lire. Ces résultats indiquent qu’il ne faut pas sous-estimer le niveau d’alphabétisation des auteurs runiques médiévaux, ni l’accessibilité de l’écriture en Norvège médiévale, avant même la véritable montée en puissance de la production d’alphabets latins.

Pour en savoir plus, retrouvez le billet de Vincent Debiais, membre du jury de soutenance de J. Bollaert : https://devisu.hypotheses.org/1873 

L’épigraphie “chrétienne” et médiévale au Congrès de Bordeaux

Du 29 août au 2 septembre 2022 a lieu à Bordeaux le XVIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine (CIEGL).

Quelle est la situation de l’épigraphie au XXIe siècle et, par rebond, quel est le rôle de l’épigraphiste ? C’est à cette double question que cette édition du Congrès a souhaité réfléchir, grâce à des bilans thématiques, chronologiques ou géographiques, afin de faire le point sur l’avancement de nos connaissances, sur les questions méthodologiques, techniques – notamment numériques – ou éthiques que rencontre l’épigraphie contemporaine. 

Si le but est de discuter de l’épigraphie dite antique, une session parallèle a porté le regard plus loin, sur l’épigraphie « après Dioclétien », qualifiée de « chrétienne » au XIXe siècle. Se développant lentement à l’ombre de ses deux sœurs, l’épigraphie classique en amont, médiévale en aval, elle représente le point de jonction entre ces deux traditions aux méthodes, aux questionnements, aux usages éditoriaux propres.
De fait, l’étude des inscriptions de cette période difficile à qualifier (Antiquité tardive ? haut Moyen Age ?) peine parfois à se faire reconnaître et ne dispose ni de corpus de grande ampleur, ni d’outils
performants, ni d’ancrage institutionnel fort. Pourtant, produites dans un contexte de profondes mutations politiques, économiques, sociales et culturelles, ces inscriptions, anciennement traitées
dans une optique avant tout religieuse, représentent une source historique d’une richesse inégalée.

Les deux organisateurs de cette session, Adam Łajtar & Cécile Treffort, se sont emparés de l’occasion du CIEGL pour faire le point sur une historiographie plus ou moins ancienne, mais également sur une dynamique scientifique en plein essor, riche de potentialités. La session ouvre donc le champ chronologique en discutant les inscriptions de l’ancien empire romain, de Dioclétien à Charlemagne à l’Ouest et aux « siècles obscurs » à l’Est, ainsi que les legs de l’Antiquité dans le paysage épigraphique médiéval, jusqu’au XIIe siècle.

« Les traditions épigraphiques après Dioclétien », Adam Łajtar & Cécile Treffort

Part I

9.00–9.10: Cécile Treffort, Adam Łajtar, Introduction

9.10–9.30: Jean Guyon (MMSH, Centre Camille Jullien, Aix-Marsaille), Marc Heijmans (Centre Camille Jullien, Aix-Marsaille), Morgane Uberti (Universidad Complutense de Madrid, Ausonius, Bordeaux), Du Recueil des Inscriptions Chrétiennes aux Inscriptions de la Gaule Chrétienne : héritage, filiation et renouveau de l’épigraphie de la Gaule tardo-antique et alto-médiévale (Projet IGAMA : Poitiers-Aix-Bordeaux)

9.30–9.50: Alberto Bolaños Herrera (Universidad Autónoma de Madrid), Culture littéraire et épigraphie dans l’Antiquité tardive: Virgile et la mosaïque d’Estada (Huesca)

9.50–10.10: Ilenia Gradante (Centre for the Study of Ancient Documents, Ioannou Centre of Classical and Byzantine Studies, University of Oxford), Burial and visual culture in the Christian community of Siracusa: The epigraphic evidence from the catacombs

10.10–10.30: Paweł Nowakowski (Faculty of History, University of Warsaw), The People, their Language, and their Inscriptions: Inscribing Greek in the Early Byzantine Middle East

10.30–11.50: Simeon D. Ehrlich (Hebrew University, Jerusalem), Epigraphic and Paraepigraphic Signifiers of Ecclesiastical Architecture in Late Antique Palestine

10.50–11.00: Discussion

Part II

11.30–11.50: Arkadij Avdokhin (Higher School of Economics, Moscow), Greek Pilgrims’ Inscriptions in Late Antiquity: What Difference Did Christianity Make?

11.50–12.10: Anna M. Sitz (University of Heildelberg), Contextualizing Damnatio Memoriae: Epigraphic Erasures in Late Antique Cityscapes (4th–7th c. AD)

12.10–12.30: Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESM), La seconde vie des inscriptions : relecture médiévale des témoignages épigraphiques antiques

 

Inscripthèque

Articles

Charbonnel Marie, « Pour faire et accomplir les choses dessus dites. Formules en contextes, les fondations entre acte et lieu du xiiie au xve siècle », La Formule au Moyen Âge III/Formulas in Medieval Culture III, O. Simonin, C. De Barrau eds., Turnhout, Brepols, 2021, p. 189-203.

Debiais Vincent, « La muerte del príncipe en las inscripciones medievales. Cifras y preguntas (Francia-Navarra; s. X-XIII) », La muerte de los príncipes en la Edad Media. Balance y perspectivas historiográficas, Fermín Miranda García; María Teresa López de Guereño Sanz éd., Madrid, Casa de Velázquez, 2020, p. 219-232.

Debiais Vincent, « Une communauté graphique. La lettre et le geste dans la peinture murale pyrénéenne », Pirineus Romànics. Espai de confluències artístiques, Carles Mancho; Milagros Guardia. éd.,  Barcelone, Universitat de Barcelona Edicions, 2020, p.153-172.

Felle Antonio, « Un problematico graffito nella cripta onoriana dei ss. Marcellino e Pietro », Rivista di Archeologia Cristiana, 97, 2021, p. 115-120.

Felle Antonio, « New Testament Quotations on Painted Plaster Fragments in the Israel Museum. Addenda et Corrigenda to
Biblia Epigraphica (nos. 162–164 and 177) », Israel Museum Studies in Archaeology 10 · 2020–21, p. 75-84.

Huschner Wolfgang, « Inschriftenforschungen an der Sächsischen Akademie der Wissenschaften: Einblicke in die Dresdner Werkstatt », Denkströme. Journal der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, 22, 2020, p. 20-22.

Ingrand-Varenne Estelle, « Transferts épigraphiques. Les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem », Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles), Martin Aurell, Marisa Galvez et Estelle Ingrand-Varenne dir., Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 75-100.

Kohwagner-Nikolai Tanja, « Mittelalterliche Kaisergewänder in Bayern », Historisches Lexikon Bayerns, URL: <http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/Lexikon/Mittelalterliche_Kaisergewänder_in_Bayern> (26.05.2021)

Laflı Ergün, Buora Maurizio, Pringle Denys, « Four Frankish gravestones from medieval Ephesus », Anatolian Studies, 2021, p. 1-14.

Neustadt Cornelia, « In principio erat verbum. Eine kleine Geschichte der Gotischen Majuskel in Meißen », Denkströme. Journal der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, 22, 2020, p. 23-37.

Zinsmeyer Sabine, « Monumenta frenzelorum‹. Epigraphische Denkmale des Görlitzer Bürgers Hans Frenzel (1463–1526) und seiner Familie », Denkströme. Journal der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, 22, 2020, p. 38-58.

Mémoires

Sinclair James, Tis but a scratch: An investigation into the Tools used in Medieval Ecclesiastical Graffiti in Cambridge, Master of Philosophy in Archaeology University of Cambridge, 2019.  

 

Actus épigraphiques

Calendrier des activités épigraphiques en cette fin d’année :

– Mercredi 23 juin, 14h-16h30, workshop Préparer la mission de terrain : renseignement et lien Zoom sur le carnet de l’ERC GRAPH-EAST  https://grapheast.hypotheses.org/130 
 
– Mardi 29 juin, 17h, conférence organisée par le groupe “Epigraphik in der Hollandstraße” : Sara Tucci, A New Area of Graphic Particularism? Lombardic Writing in the Adriatic Arc (7th-11th cent.), informations ici ; merci de contacter par mail andreas.zajic@oeaw.ac.at
 
– Mercredi 30 juin – Jeudi 1er juillet, workshop Epigraphic Writing in the Latin Kingdom of Jerusalem, co-organisé avec Robert Kool (IAA, Israel) ; informations : https://grapheast.hypotheses.org/158 et lien Zoom sur demande (contact: estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)
 
Retrouver les différents programmes épigraphiques du CESCM sur le site du laboratoire et sur le carnet de l’ERC.