Archives par mot-clé : inscription

Compte rendu de l’école thématique en épigraphie

Par Anne Rauner et Florentin Briffaz, avec l’aimable relecture de Maria Aimé Villano, Priscilla Mourgues et de Philippe Jacquet. En remerciant également chaleureusement Maria Aimé Villano et Philippe Jacquet pour la mise à disposition de leurs clichés.

Du lundi 28 mai 2018 au vendredi 1er juin 2018 s’est tenue pour la première fois une école thématique CNRS consacrée à l’épigraphie médiévale au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) à Poitiers. Organisée avec sérieux et convivialité par Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort, la formation a rassemblé huit participants venus de diverses disciplines (archéologie, histoire, histoire de l’art, littérature) et de lieux différents (Bordeaux, Caen, Limoges, Lyon, Princeton, São Paulo, Strasbourg et Venise). Alternant conférences plénières, travaux pratiques et temps d’échanges, la formation visait à l’acquisition des principales théories et techniques de l’épigraphie et à replacer les inscriptions dans la culture médiévale de l’écrit. L’épigraphie médiévale ne saurait en effet être pensée, pratiquée de façon isolée par rapport aux autres disciplines de l’érudition. Vincent Debiais a d’ailleurs fortement insisté dès son introduction sur le caractère essentiel de la démarche d’érudition (savoir lire, savoir traduire, savoir dater) qui part de l’objet et de son contexte pour mener à une ou des interprétation(s).

Inscription en langue romane du baptistère Saint-Jean. Cliché : Photohèque CESCM.

Le panorama historiographique et épistémologique proposé par Robert Favreau et Cécile Treffort a mis en évidence la naissance d’une science des inscriptions dans les années 1970 et son développement, ses convergences et divergences avec les autres programmes européens, ses avancées, ses questionnements (notamment autour des problèmes posés par les graffitis). Comprendre une inscription médiévale, c’est d’abord avoir en mémoire son triple statut : comme toute autre source, les inscriptions sont pour l’historien à la fois « une fin en soi », « un réservoir d’informations » et « un objet culturel » (C. Treffort). Une réflexion sur le discours de l’inscription est donc nécessaire. Estelle Ingrand-Varenne a évoqué l’apparition et le développement de la langue vernaculaire et la persistance d’une certaine forme de bilinguisme, la brièveté des formules, les moyens poétiques et stylistiques mis en œuvre.

Cécile Treffort a mis en lumière le second enjeu majeur, celui de la datation qui doit s’appuyer sur la forme des lettres, l’identification de l’objet, le réinvestissement d’une même inscription à des époques et dans des logiques différentes. Vincent Debiais a présenté les autres problématiques auxquelles l’historien est confronté lorsqu’il étudie les inscriptions : leur diversité, l’importance de la mise en page, de la mise en contexte du texte épigraphique – en particulier leur contexte topographique, à l’extérieur ou à l’intérieur d’un bâtiment, sur les murs d’un édifice religieux ou civil –, le rapport du texte de l’inscription avec le programme iconographique dans lequel elle s’insère.

L’école thématique a aussi été l’occasion de découvrir les ressources indispensables à l’épigraphiste. Celui-ci peut ainsi s’appuyer sur le fonds exceptionnel de la photothèque qui conserve plus de 200 000 clichés concernant l’art roman, sur l’inscripthèque qui rassemble le fichier général des inscriptions médiévales françaises du VIIIe siècle à 1500 (25 000 fiches classées par département puis par ordre alphabétique de localité) ainsi que les références bibliographiques. La bibliothèque du CESCM met aussi à disposition des lecteurs les grands corpus épigraphiques européens, les principales synthèses, les divers outils de travail et les bases de données qui ont fait l’objet d’une présentation critique. L’étude de quelques volumes de la collection de relevés de Dom Fonteneau (XVIIIe siècle) conservée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers a par ailleurs souligné leur intérêt dans la constitution des corpus et a nourri la réflexion sur les problèmes de lecture, d’identification des différentes mains, mais également de fidélité à l’égard des inscriptions encore conservées.

Les formateurs ont passé en revue les différentes techniques de l’épigraphiste, à commencer par les techniques de relevés qui ont fait l’objet de travaux pratiques dans les locaux de la Société des Antiquaires de l’Ouest (estampage, relevé sur papier transparent, frottis au crayon). L’œil est de fait le premier assistant de l’épigraphiste. C’est ce qu’a mis en avant Carolina Sarrade dans sa présentation du travail de l’archéographe qui cherche à déterminer les différentes strates de peinture. Les formateurs ont rappelé l’importance du regard dans ce type de travail, invitant à ne pas mésestimer le rôle de la photographie dans la constitution de l’information. En vertu de cette règle trop souvent oubliée, Isabelle Fortuné a dispensé un cours pratique d’initiation à la photographie, adaptée aux usages épigraphistes et montré l’impact de la photographie sur la production de données. Enfin, a été présenté le travail d’édition des inscriptions, sur support papier et en format numérique, qui doit donner à voir l’inscription dans sa réalité médiévale et l’interprétation qu’en fait l’historien.

L’école thématique ne s’est pas contentée d’offrir une formation théorique décontextualisée, elle a aussi confronté les stagiaires à la réalité du terrain. Les thématiques ont alors été abordées concrètement lors d’une promenade épigraphique dans Poitiers. Les inscriptions ont ainsi pu être analysées et interprétées dans leur contexte originel (à la cathédrale, au baptistère Saint-Jean, dans les églises Saint-Hilaire le Grand et Saint-Porchaire) ou dans le contexte modifié du musée qui pose le problème de la muséographie (par exemple, les inscriptions de l’hypogée des Dunes au musée Sainte-Croix). Chaque participant a également eu l’opportunité de présenter une étude de cas relevant de ses propres recherches. Les exemples donnés ont illustré la variété du champ épigraphique (inscriptions dans des enluminures de manuscrits, sur des plates-tombes, sur des sceaux, des colonnes, etc…). Ce temps de discussion fut l’occasion de nombreux échanges, de nombreux questionnements autour notamment de documents très difficiles à interpréter.

Le décloisonnement de l’épigraphie médiévale est l’un des grands enjeux de la discipline. L’école thématique a ainsi été l’occasion d’une ouverture vers l’épigraphie antique et l’épigraphie tardo-antique. Alexandre Vincent, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Poitiers, est revenu sur l’importance de l’épigraphie dans la connaissance des sociétés antiques, et sur les deux principales difficultés de cette approche : la distinction parfois difficile du vrai et du faux, le caractère restreint de la « population épigraphique » dont sont exclues les couches inférieures de la société. Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive participant à l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, a souligné toute la complexité et parfois le manque de pertinence du découpage entre Antiquité et Moyen-Âge, ainsi que les problèmes de la privatisation de l’épigraphie et de la définition d’une épigraphie considérée comme chrétienne. Enfin, la conférence de clôture de Dominique Stutzmann, chargé de recherches à l’IRHT en section de paléographie latine, a mis en lumière les liens entre étude des productions manuscrites et des inscriptions : leurs questionnements communs, leur travail commun sur la morphologie des lettres, la circulation des écrits du manuscrit vers la pierre, de la pierre vers le manuscrit.

Cette semaine intense rondement menée a donc été l’occasion de faire un tour d’horizon complet de l’épigraphie médiévale, d’en comprendre les enjeux techniques et heuristiques, de prendre toute la mesure de l’indispensable apport d’un corpus épigraphique si l’on veut comprendre le Moyen Âge. Elle a constitué un moment fort appréciable d’apprentissage, d’échanges et de convivialité.

Ecole thématique CNRS en épigraphie

EPI-MED

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

CESCM, Poitiers – 28 mai-1er juin 2018

Lundi 28 mai

9h    Accueil des participants et remise du matériel pédagogique

9h30   Présentation générale de l’école thématique

10h   Introduction générale : « Un regard rétrospectif sur l’épigraphie médiévale » (Robert Favreau) ; « L’épigraphie, histoire et recherche » (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Visite au Musée Sainte-Croix. « Conserver et mettre en valeur les inscriptions médiévales) ; visite au baptistère Saint-Jean ; séance de questions/réponses face aux inscriptions

Mardi 29 mai

9h   Accueil et visite du pôle documentaire Berthelot

9h30   Présentation des grandes collections épigraphiques, de la bibliographie, des outils de travail (Estelle Ingrand-Varenne, Vincent Debiais)

11h Mise en perspective de l’épigraphie médiévale avec l’épigraphie antique et l’épigraphie chrétienne (Alexandre Vincent, Morgane Uberti)

12h30   Déjeuner

14h   Travaux pratiques à la Société des antiquaires de l’Ouest : lecture, relevés (photographie, dessin, estampage) et techniques

Mercredi 30 mai

9h   Edition des inscriptions : méthode traditionnelle et encodage numérique (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Rédaction des notices (Vincent Debiais) et exploitation des corpus (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Promenade épigraphique dans Poitiers : Notre-Dame-la-Grande, Îlot des Cordeliers, Saint-Hilaire : lecture, mise en contexte monumentale, relations texte/image (Vincent Debiais)

17h30   Remise des exercices et des lectures à préparer pour le lendemain

Jeudi 31 mai

9h   Les aspects langagiers et linguistiques des inscriptions (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Les questions de datation (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Panorama des objets épigraphiques (Vincent Debiais)

16h   TD et TP d’édition, individuels et en groupe (Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort)

18h   Entretiens individuels avec les stagiaires

Vendredi 1er mai

9h   Présentation des relevés et des copies modernes à la Médiathèque de Poitiers

11h   Table-ronde : présentation d’études de cas en lien avec les centres d’intérêt des stagiaires

12h30   Déjeuner

14h   Récapitulation chronologie, paléographie, langue, formes (Vincent Debiais)

16h30   Conférence de clôture : « L’épigraphie dans la perspective des productions écrites médiévales » (Dominique Stutzmann)

18h   Clôture de l’école thématique

Contacts :

  • Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr),
  • Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Séminaire SEMPER : la création graphique

La troisième séance et dernière du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2017-2018 se tiendra le vendredi 18 mai au CESCM (salle Crozet). 

Alors que les auteurs médiévaux ont davantage pensé la « création » d’un point de vue théologique, Dieu en étant le sujet, il s’agira ici d’utiliser ce terme dans son sens contemporain pour comprendre la capacité de l’écriture médiévale à générer et créer des forme et du sens, à montrer sa créativité, sans chercher à retrouver une intention créatrice. Tous les aspects graphiques peuvent être abordés : la création de nouvelles lettres ou de nouveaux alphabets, les assemblages de caractères dans les jeux de lettres recréant sans cesse l’image du mot, les nouvelles formes d’abréviations et les formules graphiques, jusqu’aux mises en scène originales du texte et agencements syntaxiques textes et images, entre gammes de variations et surgissement du neuf, combinatoires de variantes et re-création.

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

11h : Premier dossier

  • Eva Caramello (Création ou transformation ? L’évolution des graphies gravées à partir des exemples toulousains)

Déjeuner

13h30-17h : Suite de la présentation des dossiers

  • Arnaud Loaec (Création graphique et topographie à Constantinople aux IXe et Xe siècles)
  • Maria Villano (Les inscriptions des colonnes du ciborium de Saint-Marc à Venise)
  • Clément Dussart (Les graffitis)
  • Thierry Grégor (Épigraphie expérimentale : évolution de l’écriture et de la technique)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

Le cloître de Roda, un gigantesque obituaire lapidaire

Article co-rédigé par Vincent Debiais, Marie Fontaine-Gastan, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner et Morgane Uberti

Répondant à l’appel lancé par Pedro Quibus, président de l’association « Amigos de la catedral de Roda », lors de sa venue au CESCM au printemps 2017 (http://epimed.hypotheses.org/483), l’équipe d’épigraphie de Poitiers avec le renfort de plusieurs experts a organisé une mission de terrain à Roda de Isábena du 13 au 15 février 2018. Trois jours pour localiser, identifier, mesurer et photographier pas moins de 215 inscriptions dans le gigantesque obituaire lapidaire que constitue ce cloître roman. À vrai dire, le nombre exact de textes n’est pas encore clairement établi, de nouvelles découvertes ayant été faites lors de différentes campagnes de restauration, notamment en 2016 et 2017. Les inscriptions des galeries nord, est et ouest, ont pu ainsi être nettoyées et préservées grâce aux travaux financés par le gouvernement d’Aragon qui en a compris les enjeux patrimoniaux.

Un ensemble épigraphique d’une telle ampleur et d’une telle qualité est en effet sans équivalent en Europe : pendant trois siècles (XIIe-XIVe s.), la communauté de chanoines de la cathédrale a voulu inscrire la mémoire d’un groupe de défunts dans le cloître. Nul hasard dans le choix de cet espace qui est lieu de passage entre les différents bâtiments ecclésiaux et communautaires, mais aussi lieu d’enseignement et de méditation et évocation du jardin du paradis. Cet ensemble ne connaît jusqu’ici que peu d’études approfondies. Le travail fondateur d’Antonio Durán Gudiol paru en 1967 (« Las inscripciones medievales de la provincia de Huesca », Estudios de Edad Media de la corona de Aragón 8, p. 45-153) demande à être complété, voire corrigé, grâce aux avancées de la discipline épigraphique et à la meilleure connaissance de l’histoire de la région et de ses pratiques graphiques. C’est bien l’enjeu de ce programme de recherche.

Armée de mires, de mètres, de lampes torches et d’appareils photo, l’équipe s’est répartie le travail dans les quatre galeries du cloître. Les quelques inscriptions du réfectoire et de l’église ne seront, quant à elles,  étudiées que dans un second temps. L’objectif était d’établir une fiche de terrain pour toutes les inscriptions, même les plus effacées ou celles ne comportant qu’une lettre. Chaque texte a donc été identifié par un numéro et localisé précisément sur un plan du site, même s’il ne se trouve plus nécessairement à son emplacement originel. Un schéma de chaque pierre avec son état de conservation, ses différentes dimensions (support, champ épigraphique, réglures, lettres) et le relevé de détails formels, techniques, chromatiques viennent compléter la fiche de mission. Le type de pierre, la préparation de la surface, la présence de traces d’outils, la technique de taille et les restes de peinture (bleu, ocre jaune et ocre brun) sont précisément notés. Sont ensuite mesurés les divers lignes et interlignes tracés pour orienter et réguler le déroulement de l’écriture. Les nombreux décors géométriques, végétaux ou animaux, dans les cadres ou au pourtour des textes, font aussi partie de l’analyse. La lecture elle-même et la transcription seront faites au laboratoire à partir des nombreux clichés et des données recueillies.

Compte tenu du contexte monumental dans lequel prennent place ces inscriptions (le cloître et ses divers réaménagements), la mission a été l’occasion de démarrer un premier travail  permettant de réfléchir au corpus documentaire dans son environnement. L’objectif oblige à la reprise du plan du cloître et à une couverture photographique permettant de disposer de vues générales du dispositif épigraphique pris cette fois-ci comme « ensemble ». Dans cette perspective, il a été procédé à une reprise très générale des mesures qui permettra de préciser le seul plan disponible aujourd’hui. Les photographies (notamment pour le mur nord) vont être l’objet d’un travail photogrammétrique réalisé avec la cellule de géomatique du laboratoire Ausonius (Florent Comte). L’articulation entre les données photogrammétriques (dont l’intérêt premier réside ici dans la mise en voir des élévations) et planimétriques complète l’étude strictement épigraphique des inscriptions, en précisant le phasage de leur installation tout en réfléchissant sur l’expérience d’un espace épigraphique sur le temps long. Il s’agit, en d’autres termes de réfléchir à la contextualisation de ces inscriptions dans un espace donné ; cette contextualisation étant mise à l’épreuve du temps.

De nombreuses questions se posent à travers ce premier travail de terrain : la fonction, l’usage, le rôle d’un tel ensemble ; les choix formels et textuels ; les liens entre le texte et son emplacement ; l’articulation des textes entre eux. Situées sur les piliers, les colonnes, les chapiteaux et les murs, toutes ces inscriptions participent tant matériellement (par leur support) que spirituellement à construire la communauté des vivants et des morts de Roda.

L’objectif du projet est de proposer des essais d’édition en ligne de cette collection, sur la plateforme TITULUS, développé par le CESCM. L’édition adoptera donc le même protocole que la collection du Corpus des inscriptions de la France médiévale, développée à Poitiers pour couvrir l’ensemble du territoire français. Elle permettra de mettre en valeur les aspects graphiques et visuels de chacun des textes (allographes, ponctuation, gestion des espaces etc.). À ce travail essentiel s’ajoute une réflexion d’ensemble à l’échelle du site et sur une chronologie longue, portant par exemple sur la préparation technique, la paléographie, les liens avec les obituaires manuscrits, le formulaire d’annonce du décès ou de datation, le statut des défunts, les aspects linguistiques et syntaxiques, ainsi que les pratiques et les usages de l’espace épigraphique. C’est donc un vaste chantier qui s’ouvre.

 

Premier workshop du programme MEDNAME (Utrecht, 6-7 avril 2017)

Les 6-7 avril prochain se tiendra à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) le premier atelier de travail du programme MEDNAME consacré à l’étude du nom dans la culture écrite médiévale. Ce programme bilatéral entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht (PHC Van Gogh 2017) entend favoriser les échanges scientifiques entre les deux institutions et produire les conditions administratives et intellectuelles pour l’élaboration d’un programme plus ambitieux dans les années à venir.

La coopération menée entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht dans le cadre du programme « MEDNAME – l’écriture publique du nom dans la culture médiévale » a pour objet l’usage du nom et de son écriture en dehors du monde manuscrit au Moyen Âge. Question fondamentale de l’anthropologie historique et phénomène identitaire par excellence dans les sociétés pré-typographiques, l’écriture du nom et sa dimension sociale sont encore largement à étudier. MEDNAME se déroulera en trois temps : travail préparatoire, bibliographique et problématiques (à distance) ; réunions à Poitiers, à Utrecht et sur le terrain pour élaborer la connaissance sur cette thématique (ateliers de travail présentiel) ; rédaction/publication de la synthèse et mise au point des perspectives de recherches (à distance).

Afin de circonscrire cette vaste question du nom, le projet Van Gogh 2017 cherchera à faire émerger ces nouvelles problématiques. Qu’est-ce qu’un nom, d’un point de vue graphique ? Pourquoi écrire son nom en dehors du manuscrit ? Qu’est-ce que nommer au Moyen Âge ? Le geste du nom est-t-il différent des autres gestes d’écriture ? En interrogeant le lien entre le statut du nom et l’action de le produire par écrit, le projet entend formuler des pistes de recherche autour de la culture de l’individu au Moyen Âge et de ses traductions graphiques et/ou visuels, dépassant les clivages traditionnels entre culture lettrée et illettrisme, culture écrite et oralité, performativité et symbolisme, pour déterminer les raisons qui ont poussé les hommes et les femmes du Moyen Âge à investir par l’écriture de leur nom leur environnement monumental et matériel. Il s’appuiera sur les études d’onomastique et de prosopographie déjà élaborées pour le Moyen Âge en proposant de nouvelles approches par l’exploitation d’une documentation encore largement délaissée par ces disciplines.

Dans le détail, les travaux menés dans le cadre du programme MEDNAME ont pour objet : l’élaboration d’un état de l’art sur ces questions et leurs implications historiques sur le temps long ; l’établissement d’une liste actualisée de problématiques à ce sujet et des zones d’ombre encore en attente de recherche ; le rassemblement d’un corpus de textes et d’objets susceptibles d’éclairer ces questions pour le Moyen Âge ; leur analyse dans le cadre de sessions collectives de travail, sur le terrain, en réunion et à distance ; la confrontation des résultats aux données de terrain lors d’une session in situ dans deux monuments médiévaux comportant des manifestations écrites de noms de personnes ; la rédaction par l’équipe française et néerlandaise d’un travail de synthèse sur la question de l’écriture du nom au Moyen Âge et sa publication en ligne.

Le premier workshop se tiendra à l’Université d’Utrecht les 6-7 avril prochain sous le titre « Names in Sacred Spaces: an Introduction ».

Marco Mostert (Utrecht University), Introduction

Els Rose (Utrecht University), « Names in the liturgical practice of Merovingian Gaul »

Cécile Treffort (University of Poitiers), « Le nom des défunts dans les épitaphes: remarques, questions et perspectives de recherche »

Jelle Visser (Utrecht University), « What’s in a name? Thiofrid of Echternach about the grace and power of saints’ names »

Elisa Pallottini (Utrecht University), « Names and (instead of?) relics: the material evidence »

Estelle Ingrand-Varenne (University of Poitiers), « A singular layout: name breakdown in medieval graphic practices »

Émilie Mineo (University of Poitiers), « Signing one’s own name. Review of literature on signature in medieval art and records »

Round table

Les résultats de cette première rencontre seront publiés sur le carnet EPIMED mi-avril. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais.

Offre de stage en édition électronique des inscriptions médiévales

Dates : 1er avril- 30 juin 2017.

Lieu : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers

Maître de stage : Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Gratification : 546,01€/mois + participation aux frais de transport

Contexte

À l’issue de l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016) et avec le soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num), l’équipe d’épigraphie du CESCM a développé un projet d’épigraphie médiévale numérique : TITULUS. Son objectif est de rendre accessibles les sources épigraphiques, proposer une édition dynamique et de nouvelles modalités de recherche.

Dans ce cadre, le stage offre l’opportunité de travailler sur des sources médiévales originales, les inscriptions, et de participer à l’entreprise de publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale, sous format numérique. Il propose de mener à bien l’édition multi-support du volume Hors-série 2 du CIFM consacré à la documentation épigraphique de la ville de Poitiers, du VIIIe au XVe siècle (refait par Robert Favreau).

Installé à l’inscripthèque, le stagiaire sera intégré à l’équipe d’épigraphie (avec Robert Favreau, Cécile Treffort, Vincent Debiais, et les doctorants), avec laquelle il développera ses compétences en épigraphie médiévale.

Objectifs

Livrables techniques

  • Terminer l’encodage des notices du Hors-Série II selon le format établi (XML-TEI) ;
  • Développer les modalités de recherche grâce à la base de données native en XML (Exist-db) ;
  • Développer la géolocalisation (carte générale, à l’échelle d’un volume) ;
  • Générer l’édition papier à partir d’une feuille de style XSLT.

Le stage aboutira à l’édition électronique et papier du volume du CIFM sur Poitiers.

Réflexion scientifique

Le stage permettra au candidat de réfléchir à l’appréhension de l’écriture épigraphique au Moyen Âge, sous ses aspects graphiques et en regard d’interrogations paléographiques plus larges, et aux liens de l’objet-inscription avec son contexte.

De manière générale, le stagiaire réfléchira aux implications sur le public des différents choix éditoriaux qui ne sont jamais neutres et aux implications de l’ecdotique.

Acquisitions de compétences

Ce stage permettra au candidat de développer des compétences en épigraphie médiévale grâce à une formation au long des trois mois, non seulement ecdotique et théorique mais aussi de terrain.

Il améliorera ses connaissances du format TEI et des bonnes pratiques pour l’encodage numérique.