Archives par mot-clé : inscriptions

Questions d’écriture pour le premier séminaire SEMPER

Pour la deuxième année, le séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit s’est réuni à Poitiers le 19 octobre dernier pour sa première séance. Il est guidé par les mêmes principes d’une réflexion collective sur un thème particulier en jeu dans l’analyse des documents épigraphiques du Moyen Âge. Pour l’année universitaire 2017-2018, le thème retenu est celui de l’écriture, des moyens graphiques mis en œuvre pour la réalisation d’une inscription. Les prochaines séances auront lieu les 9 février et 18 mai 2018.

Après un rapide tour de table et quelques annonces concernant les colloques, les projets, les nouveautés bibliographiques et les activités du Corpus des inscriptions de la France médiévale, Vincent Debiais introduit la thématique de l’année, celle de l’écriture proprement dite, des lettres et de l’ensemble des dispositifs graphiques qui mettent en œuvre la trace écrite sur le matériau (comme la ponctuation, par exemple). On pourrait à ce titre se demander si les cadres, le décor, la réglure et la justification font partie de la matière graphique et, de façon générale, si la disposition du texte, la gestion de la ligne, des colonnes sont de l’ordre du graphique dans l’inscription. Doit-on considérer que toute intervention de l’outil sur le support est « graphique » ? Qu’en est-il alors de la préparation du support, de la délimitation d’un espace qui peut devenir « graphique » ? In fine, qu’est-ce qui relève de l’écriture, au sens restreint ou au sens large ? Au-delà des questions de périmètre, c’est bien la caractérisation d’une intervention mécanique qui est en jeu : le geste d’écrire doit-il prendre en compte toutes les étapes permettant de passer d’une surface anépigraphe à l’objet inscrit ? Ces questions se font jour dès que l’on cherche à savoir qui a écrit, mais aussi comment, pourquoi, avec quel savoir-faire, avec quels moyens, dans quel but, etc.

Cathédrale d’Otrante – la sirène

On pourrait penser que devant l’évidence du fait – une inscription est le produit d’un geste d’écriture – toutes ces questions ont été réglées depuis longtemps, ou du moins qu’elles ont fait l’objet d’études de fond, en première intention, depuis que l’on étudie le phénomène épigraphique ; et ce d’autant plus que l’épigraphie est « comprise » (dans tous les sens du terme) dans le faisceau des disciplines de l’érudition et qu’elle entretient de fait et par tradition des liens avec la paléographie en particulier. Ce n’est en réalité pas le cas et force est de constater que les questions paléographiques proprement dites ne sont pas du tout réglées, qu’elles n’ont jamais fait l’objet d’études spécifiques ou presque, et qu’on ignore beaucoup de choses quant à ce qu’écrire une inscription signifie. On voit, dans la bibliographie rassemblée par Robert Favreau en 1995, que les références bibliographiques sont assez anciennes, et qu’il s’agit, pour la plupart des titres, d’un catalogue des formes, de l’explication de leur genèse (date de leur apparition, formes connexes et dérivées), de leur regroupement en famille(s) ou en type(s) – l’exemple paradigmatique de cette approche étant l’ouvrage de Paul Deschamps Paléographie des inscriptions lapidaires en 1929, extrait de la publication du même titre dans le Bulletin Monumental. Depuis la publication de Robert Favreau, il y a assez peu de choses à signaler spécifiquement sur l’écriture des inscriptions en dehors de l’article « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques » dans la Bibliothèque de l’école des chartes en 2007 appelant à une étude plus générale de l’écriture épigraphique, et de l’ouvrage de synthèse de Walter Koch sur la paléographie lapidaire du Moyen Âge occidental. On trouverait en revanche parmi la bibliographie des choses ponctuelles sur un type d’écriture donnée ou sur un lieu, un monument.

Face à la diversité des formes et des fonctions des inscriptions médiévales, il est nécessaire de trouver des éléments communs, des dénominateurs dans les pratiques, depuis l’inscription informelle ou graffitée jusqu’au texte plus solennel avec mise en page élaborée et préparation d’une « page épigraphique ». L’écriture est quelque chose que l’on voit – signe visuel – et que l’on distingue de son environnement. C’est à la fois une trace (marque laissée par une action quelconque) et un tracé (représentation par une ligne d’un dessin) ; soit le produit d’une action mécanique et d’une perception sensorielle. L’écriture est à la fois l’action de représenter le langage par un système de signes, le produit de cette action et ses caractéristiques formelles. L’objet épigraphique envisage l’écriture sous ces trois aspects (action, produit, forme), et invite à distinguer ce qui relève de l’écriture et ce qui n’en est pas à proprement parler, mais qui peut intervenir dans la mise en place de l’écriture, qui peut faire signe et sens, mais qui n’est pas de l’ordre de la trace du langage (l’écriture en tant que signal par son image, sa disposition, sa forme…).

L’une des caractéristiques les plus marquantes de l’écriture épigraphique réside dans l’emploi de la majuscule, ou plus exactement d’une hauteur de lettres, d’un système à une hiérarchie connu sous les différentes appellations d’écriture monumentale, solennelle, d’apparat ou de distinction. Dans les textes en minuscules se pose la question de la qualification de ce type d’écriture. Le changement dans le module, l’allongement des formes, l’espacement des caractères n’entraînent-ils pas la création d’un type graphique particulier en fonction des implications techniques, du support, de la fonction ? De façon générale se pose la question d’une comparaison possible entre écriture épigraphique et écriture manuscrite, deux systèmes d’écriture analogues qui s’expriment au sein d’une même culture graphique. Il ne s’agit donc pas tant de comparer les formes entre inscription et manuscrit, mais plutôt de comprendre comment elles ont été utilisées sur les deux supports. Les conditions techniques ont-elles une influence telle qu’on produit nécessairement des écritures différentes d’un support à l’autre ? On peut légitimement en douter dans la mesure où les scripteurs produisent la forme qu’ils veulent là où ils veulent en fonction de leurs intentions, des objectifs et des moyens (techniques, économiques, savoir-faire). Est-ce à dire alors et a contrario que les méthodes de la paléographie traditionnelles sont tout à fait valides pour l’épigraphie ? On peut en douter également dans la mesure où l’analyse des formes et de la morphologie de l’écriture manuscrite est liée au geste qui l’a produit (avec la notion de « ductus » comme paradigme), et que ce geste diffère entre inscriptions et manuscrit.

Musée de Dreux – Inscription de fondation

On pourrait aborder cette question du rapport entre le geste et l’écriture – entre la lettre et le corps, pour le dire autrement – de bien des manières. Le contenu des colophons dans lesquels les scribes décrivent les souffrances endurées pendant la copie, la douleur de leurs muscles, les fatigues de leur corps, constitue une entrée possible. La forme de la lettre résulte de la trace laissée par le mouvement de l’instrument d’écriture, dans une relation kinésique entre la surface et l’acteur, une élaboration chorégraphique du langage. Le ductus de la lettre, soit l’ordre et le sens de tracé de chaque partie du signe, est l’indice de ce mouvement et réunit dans la forme le produit, l’acteur et le processus de l’écriture. Cette dimension créatrice et ordonnatrice de l’écriture fait qu’elle échappe aux limites des disciplines de l’érudition et qu’elle est véritablement un objet d’histoire.

Le paléographe français Jean Mallon, mort en 1982, a été le principal promoteur de l’attention à porter au ductus comme résultante fondamentale du geste d’écriture. En complément de son immense production bibliographique, il réalisa deux documentaires : La Lettre en 1937, une réflexion visionnaire sur l’évolution de l’écriture à travers le corps et les gestes du scribe ; Ductus en 1976, une sorte de testament synthétisant l’ensemble de ses réflexions sur le sujet. Si dans La Lettre, la trace écrite est ontologiquement liée à la main qui la produit, Ductus propose une vie de la lettre dans laquelle celle-ci est autonome, indépendante du support et du geste. Elle devient un objet pur que le cinéma anime à son tour. Il y a un basculement esthétique indéniable qui échappe en grande partie à la discipline paléographique. La lettre produit de l’ars ancien, objet d’histoire, retourne à la dimension artistique parce qu’elle est forme produite dans le matériau : le parchemin ou la pierre pour le Moyen Âge, la pellicule pour le film de Jean Mallon. Dans ce basculement, qui s’apparente en réalité à une restitution de l’essence sémiologique de la lettre, l’écriture perdure en tant qu’œuvre visuelle. La paléographie, elle, disparaît en tant que justification ; elle n’est plus qu’un outil. Dans la préface publiée en tête du recueil d’articles de Jean Mallon paru en 1982, quelques mois avant sa mort, il appelle à la création d’une science globale de l’écriture non pour s’ajouter à la paléographie mais pour la remplacer parce que tous ces objets, toutes ces lettres sont « pure histoire ».

« La lettre » de Jean Mallon (capture d’écran)

L’enjeu, dans l’attention aux formes de l’écriture épigraphique, est donc de rendre compte des spécificités éventuelles du geste et des formes produites, mais toujours dans le contexte médiologique de la communication médiévale. Si on doit envisager une histoire globale de ces phénomènes, une lecture des changements dans les formes de l’écriture, voire une évolution de l’écriture mérovingienne portant les traces de la cursive romaine à l’écriture minuscule gothique ou majuscule humanistique de la fin du Moyen Âge, il faut toujours prendre l’écriture dans le contexte de l’objet épigraphique envisagé lors du séminaire 2016-2017. L’écriture cursive minuscule sur une plaque de plomb pour une formule d’absolution, sur un objet soustrait à la vue et à la lecture des hommes, ne peut pas être envisagée de la même façon qu’un texte en majuscule sur une plaque de marbre insérée à la façade d’un édifice public. Deux gestes, deux objets, deux écritures, deux intentions de communication, deux mises en accord des moyens et des objectifs.

Ce postulat empêche une approche basée sur l’appréciation de la qualité de l’écriture qui, même tacitement, suppose une référence, un standard, une forme canonique… Or, tout cela est très difficile à établir sans produire non plus un discours objectif et explicite sur la forme, mais une construction heuristique sur des éléments qui échappent à une appréhension historique du phénomène graphique. Dans tous les cas, l’écriture, dans son résultat, en ce qu’il est soumis à l’expertise de l’épigraphiste ou du paléographe, est une équation à inconnues multiples ; et il faut admettre que plusieurs d’entre elles resteront inconnues, presque inaccessibles en dehors d’une extrapolation à partir de la forme. La question corollaire est celle de la description de ces phénomènes par le langage, et donc l’établissement d’un vocabulaire ou d’un lexique permettant de parler de l’écriture. Cet outil manque aujourd’hui pour l’épigraphie. Comment faire pour décrire l’écriture, pour passer de ce qui a été tracé, à ce que l’on voit, à ce que l’on étudie ? Les bases de données ne résolvent pas le problème puisqu’elles ne lèvent pas l’ambiguïté de la taxonomie, y compris quand elles fonctionnent sur le principe du thésaurus (qui est déjà une mise en boîte de l’écriture, et qui produit un système qui n’en est pas un…). L’idéal serait de se passer de la description par le langage, et de se baser sur une reconnaissance automatique et objective des caractères formels de l’écriture. Il semble que les résultats sont timides pour le moment, mais c’est déjà un résultat ! Qu’est-ce qui fait que l’écriture épigraphique possède ce caractère indomptable, au-delà des questions strictement techniques ? C’est ce que le séminaire de l’année 2017-2018 essaiera d’envisager au cours des trois séances de SEMPER.

Musée Sainte-Croix de Poitiers – Rodbertus

Au cours de la journée du 19 octobre, les différentes présentations ont permis d’aborder certaines de ces questions. Robert Favreau a ainsi retracé l’histoire de la paléographie épigraphique en constatant combien les travaux étaient encore partiels et en expliquant pourquoi les tentatives de systématisation avaient jusqu’alors échoué. Il a appelé, comme condition à une telle entreprise, à l’achèvement et à la mise en commun des corpus à l’échelle européenne afin de produire un panorama complet des pratiques graphiques dans les inscriptions. Thierry Grégor a quant à lui transposé les questions paléographiques du côté des aspects techniques et des liens entre l’outil et la forme. Il a ainsi avancé l’idée d’une pratique « canonique » de l’écriture épigraphique, mise en résonnance au Moyen Âge avec des formes innovantes de la gravure (nouveaux outils, nouveaux usages). Le lapicide sait s’adapter aux matériaux et produire, en fonction de ses besoins, la graphie qu’il convient. Estelle Ingrand-Varenne a consacré sa présentation à l’examen des bouts de ligne et à la gestion de l’espace graphique dans les inscriptions, en accordant du sens aux signes inscrits en fin de texte ou en de ligne. Elle a ainsi proposé de porter un nouveau regard sur des lieux graphiques qui échappent trop souvent à l’examen des épigraphistes. Arnaud Loaec a attiré notre attention sur les inscriptions monumentales des murailles de Constantinople. Ces textes byzantins sont faits de lettres grecques composées à partir de briques enchâssées dans les murs de la ville pour former des textes apotropaïques. Ils invitent à agrandir le spectre des pratiques graphiques avec cette écriture faite d’une juxtaposition de matériaux. C’est également ce qu’a envisagé Cécile Treffort avec deux lettres « inédites » dans la mosaïque de Gemigny-des-Prés. S’il est encore très difficile d’accorder une qualité à ces signes (s’agit-il vraiment de lettres ?) et encore plus de leur attribuer un sens, sa présentation a montré à quel point inscriptions et décor se mêlent pour former un objet complexe à la voûte de l’abside. L’écriture et l’image sont également combinées dans l’exemple des tissus à inscription coufique ou pseudo-coufique présentes dans les images de la reine Esther évoquées par Pamela Nourrigeon. L’emploi d’une graphie « étrangère », « inconnue » ou « exotique » permet, au-delà de son caractère illisible, de connoter la figure d’Esther d’une altérité au service d’un discours religieux ou spirituel original.

La prochaine séance, qui permettra de prolonger ces réflexions, sera consacrée à « l’économie graphique » entendue comme organisation, relation ou articulation entre les différents éléments de l’écriture des inscriptions. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace… Rendez-vous donc en février 2018 !

 

Troisième atelier du projet MEDNAME – Poitiers, 8-9 novembre 2017

Dans le cadre du programme PHC Van Gogh MEDNAME entre l’Université de Poitiers et l’Université d’Utrecht (Pays-Bas), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale accueille le troisième atelier de travail sur l’écriture du nom dans la culture du Moyen Âge les 8-9 novembre 2017.

Ce workshop est conçu comme un espace d’échange sur les questions graphiques, sociales et anthropologiques  posées par la manifestation écrite des noms propres et des noms communs dans le monde manuscrit et dans la culture épigraphique. Les premières séances de travail tenu à Utrecht au printemps et à Poitiers au début de l’été 2017 ont révélé l’étendue des enjeux historiques de cette question, et les ont mis à l’épreuve des noms inscrits, gravés ou peints, à Saint-Savin-sur-Gartempe et à Chauvigny.

Broderie de la Création de Gérone

Ce troisième et dernier atelier de travail est organisé en deux parties. La journée du 8 novembre sera l’occasion de présenter des communications et des études de cas (Estelle Ingrand-Varenne, Thierry Grégor, Vincent Debiais pour Poitiers ; Elisa Pallottini, Jelle Visser pour Utrecht), et de s’interroger collectivement sur ce que veut dire « écrire son nom » au Moyen Âge. La matinée du 9 novembre accueillera une réunion de travail pour mettre au point la structure, le sommaire et la liste des contributeurs de l’ouvrage à paraître en 2018 comme résultat du projet MEDNAME.

Pour assister à ces journées et pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

LIMITS – les frontières de la culture épigraphique médiévale

Le projet LIMITS entre la Casa de Veláquez et l’Université Complutense de Madrid est consacré aux frontières chronologiques, géographiques et méthodologiques de la culture épigraphique médiévale, et entend explorer les inscriptions aux marges du Moyen Âge, entre Antiquité tardive et Renaissance. Trois rencontres sont prévues à Madrid entre octobre 2017 et novembre 2018.

Dans le cadre de la programmation 2016-2019 de la Casa de Velázquez, le programme LIMITS compte approcher les « limites » de la culture écrite médiévale en dehors du monde manuscrit afin de mettre en lumière la diversité des pratiques graphiques dans leurs formes, fonctions, localisations et temporalités. Il est dirigé par Vincent Debiais et Morgane Uberti pour la Casa de Velázquez, et par Isabel Velázquez Soriano pour l’Université Complutense de Madrid.

Par « limites », le projet entend explorer les lisières chronologiques du Moyen Âge et étudier les inscriptions produites entre Antiquité tardive et Moyen Âge, et Moyen Âge et époque moderne, afin de déceler éventuellement les caractéristiques spécifiquement « médiévales » des pratiques graphiques. Le franchissement des frontières s’exercera aussi à l’échelle disciplinaire, puisque le projet sera l’occasion d’une étude des pratiques graphiques quelles que soient la nature et la fonction des objets : sceaux, devises, monnaies, mobilier de parure. Il entend analyser les spécificités formelles ou linguistiques des objets inscrits produits dans des contextes culturels de frontière, de conflit, de rencontre, de dialogue, de syncrétisme… Il se propose enfin d’étudier les phénomènes graphiques aux limites de l’écriture : signes non alphabétiques, pseudo-écriture, ornement, etc.

Conçu comme un espace de discussion, le programme LIMITS rassemblera ainsi pendant une longue année des spécialistes de formation et de profession différentes (épigraphistes, paléographes, numismates, historiens de l’art, archéologues) afin de mettre en évidence les structures communes des pratiques graphiques entre Antiquité tardive et Renaissance, de définir leurs implications anthropologiques, d’analyser les circonstances historiques de leur production, et d’entrevoir les conditions socio-culturelles de leurs usages. In fine, le projet a pour ambition de jeter les bases d’une approche globale de l’écriture dans les sociétés anciennes au-delà des limites traditionnelles imposées par les pratiques académiques.

La première réunion se tiendra à la Casa de Velázquez à Madrid le 25 octobre prochain. Elle abordera la datation et la gestion d’une épigraphie des limites et son incidence sur la représentativité de la documentation épigraphique entre Antiquité et Renaissance. Après quoi, il s’agira d’expliciter les découpages ecdotiques, non pas dans la perspective d’une exégèse des conditions de l’édition des inscriptions, mais dans celle d’une heuristique des phénomènes épigraphiques du Moyen Âge, dans la mesure où ces choix éditoriaux dessinent depuis un demi-siècle le paysage épigraphique médiéval tout en laissant dans l’ombre des pans entiers de la documentation. En quoi une inscription de 700 est-elle « plus » médiévale qu’un texte date de 600 ? Une inscription de 1450 est-elle différente d’un texte de 1550 ?

Le programme et l’affiche de cette première journée sont disponibles ci-dessous. Un résumé des travaux sera publié sur le carnet de recherche EPIMED début novembre. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

DIPTICO LIMITS

CARTEL LIMITS

SEMPER, saison 2 – La matière graphique des inscriptions médiévales

Pour sa deuxième saison, le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se concentrera au cours de l’année 2017-2018 sur les questions paléographiques et l’étude des lettres composant les inscriptions du Moyen Âge. Il se réunira pour la première séance le jeudi 19 octobre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Qu’est-ce que l’écriture épigraphique ? Quelles sont ses principales caractéristiques ? Peut-on la distinguer systématiquement des pratiques manuscrites ? Y a-t-il une « écriture des inscriptions » ? La paléographie et ses méthodes peuvent-elles répondre aux questions de formes et d’évolution de l’écriture épigraphique ? La liste des interrogations quant aux moyens graphiques à l’œuvre dans les inscriptions médiévales est fort longue, et on ne peut qu’être surpris par la quantité d’inconnues qui subsistent aujourd’hui encore dans notre connaissance de l’écriture épigraphique…

Si la forme des lettres a  bénéficié d’une attention particulière, et ce depuis le début du XXe siècle, principalement dans le but de classer l’écriture pour dater les textes, les propriétés plastiques de l’écriture épigraphique restent encore très largement à décrire, à qualifier et à comprendre. Y a-t-il un lien entre le contenu du texte et la graphie employée dans l’inscription ? Les changements dans les formes de l’écriture sont-ils à mettre en relation avec une évolution générale des manières d’écrire au Moyen Âge ? Par-delà une approche exclusivement technique, indispensable dans tous les cas, de la matière graphique, on interroge l’histoire sociale et intellectuelle des pratiques écrites : qui écrit l’inscription ? Écrit-on une inscription comme on écrit un texte ? Comment apprend-on à tracer un texte sur la pierre ou le métal ? Il s’agira donc, au cours de l’année universitaire 2017-2018, de reposer les questions concernant l’écriture des inscriptions dans le cadre plus large de la culture écrite médiévale en analysant tous les aspects constitutifs de la lettre : sa forme, son ductus, sa mise en œuvre dans ou sur le matériau, son statut dans la perception de l’objet inscrit…

Comme lors de la première saison de SEMPER, le fonctionnement du séminaire repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. Le séminaire est donc conçu comme un lieu et un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

La première séance, consacrée aux aspects méthodologiques et aux liens entre paléographie et épigraphie,  se déroulera le 19 octobre prochain au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30. Le programme de la journée est disponible au bas de ce billet.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme 19 octobre

2e journée de formation à l’encodage XML-TEI dans TITULUS

Après la première journée de formation à l’encodage des notices épigraphiques dans TITULUS le 1er juin, une deuxième journée est proposée le mercredi 18 octobre au CESCM (salle Berger, 10h-16h30).

L’objectif est double  :

  • se centrer sur l’encodage du texte, en fournissant une méthodologie et en faisant des exercices pratiques ;
  • tester le moteur de recherche de la base de données.

Merci de venir avec votre ordinateur portable.

Nous travaillerons à partir de l’inscription carolingienne de Gausberga, à Bourges (CIFM 26, 77).

Programme :

10h-12h30 :

  • Transcription et interventions éditoriales :
    • Délimitation de la zone d’écriture, direction du texte
    • Dégâts et parties endommagées
    • Sauts de ligne et espaces
    • Mots
    • Ponctuation
    • Abréviations
  • Formes et apparences :
    • jeux de lettres
    • caractères et glyphes

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-16h30

  • L’organisation syntaxique et grammaticale :
    • Lemmatisation
    • Phrases
    • Paragraphes
    • Vers
  • Sémantique : les personnages et les lieux
  • Présentation de la base de données

Pour ceux qui n’auraient pas suivi la première séance, mais qui désireraient venir à la deuxième, merci de contacter Estelle Ingrand-Varenne pour l’installation de l’éditeur oXygen, et l’envoi des power point.

Contact :

  • Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com
  • Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Inscripthèque : dernières acquisitions

L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500,  répertoires des formules et des références bibliques et archives de Robert Favreau.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du premier semestre 2017. L’ensemble de tirés-à-part, thèses et mémoires en épigraphie est consultable sur la page de l’inscripthèque du site du CESCM.

Articles :

  • Agrigoroaei Vladimir, « Un sermon en langue vulgaire, tiré du Barlaam et Josaphat, sur les parois du baptistère Saint-Jean à Poitiers », Cahiers de civilisation médiévale, 60, 237, 2017, p. 1-25.
  • Brown, Peter Scott, « As Excrement to Sacrament: The Dissimulated Pagan Idol of Ste-Marie d’Oloron », The Art Bulletin, Vol. 87, No. 4, Dec. 2005, p. 571-588.
  • Brown, Peter Scott, « The verse inscription from the deposition relief at Santo Domingo de Silos: word, image, and act in medieval art », Journal of Medieval Iberian Studies, 1:1, 2009, p. 87-111.
  • Cacchioli Luna, Cannata Nadia, Tiburzi Alessandra, « EDV – Italian Medieval Epigraphy in the Vernacular (IX-XV c). A New Database », Off the Beaten Track. Epigraphy at the Borders. Proceedings of the VI EAGLE International Meeting (24-25 september 2015, Bari, Italy), ed. by A. E. Felle, A. Rocco, p. 98-130.
  • Debiais Vincent, « Lettering Medieval Imagination. A Note on the Inscriptions and the Images of Daniel Capital in San Pedro de la Nave », Texts, Inscriptions, Images. Art Reading, 2016/1, p. 145-156.
  • Debiais Vincent, « Stratification, montage, symbiose. Les textes et les images du calice et de la patène de Saint-Godehard d’Hildesheim », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 février 2017. URL : http://peme.revues.org/12326 ; DOI : 10.4000/peme.12326
  • Debiais Vincent, « Templo, tiempo, tempo en la iglesia románica », Codex Aquilarensis 32, 2016, p. 111-134.
  • Debiais Vincent, « From Christ’s monogram to God’s presence : Epigraphic contribution to the study of chrismons in Romanesque sculpture », Jeffrey Hamburger; Brigitte M. Bedos-Rezak, Sign and Design. Script as Image in Cross-Cultural Perspective (300–1600 CE), Dumbarton Oaks, 2016, p. 135-153.
  • Favreau Robert, « Inscriptions médiévales et histoire du sacrement de l’Eucharistie », Cahiers de civilisation médiévale, 59, 2016, p. 385-410.
  • Fraenkel Béatrice, « Écriture, architecture et ornement : les déplacements d’une problématique traditionnelle », Perspective 1, 2010, p. 165-170.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « The Use of Vernacular and its Graphic and Material Shape in Epigraphic Discourse: Three Case Studies from Western France », Ruling the Script: Formal Aspects of Medieval Witten Communication, éd. Sébastien Barret, Dominique Stutzmann, Georg Vogeler, Utrecht Studies in Medieval Literacy, 35, Turnhout : Brepols, 2016, p. 357-377.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Décrypter les inscriptions », La cathédrale gothique de Poitiers. Restauration du bras sud du transept. Beaux-Arts, 2017, p. 82-83.
  • Jourd’heuil Jean-Vincent, « Nommer une tombe épiscopale. Objets funéraires et endotaphes de la cathédrale d’Orléans (XIIIe-XIVe siècles) », Cathédrale d’Orléans, éd. Irène Jourd’heuil, Sylvie Marchant, Marie-Hélène Priet, Presses universitaires de Tours, 2017, p. 181-202.
  • Méhu Didier, « L’onction, le voile et la vision : anthropologie du rituel de dédicace de l’église à l’époque romane », Codex Aquilarensis 32/2016, p. 83-110.
  • Nastasi Arianna, « Iscrizioni romane, tardoantiche e altomedievali dallo scavo di Leopoli-Cencelle (VT) », Scienze dell’Antichità, 19, 2013, p. 327-345.
  • Reveyron Nicolas, « Les noces d’Eïcôn et de Philologie. Les relations performatives entre le texte et l’image dans les portails romans de Thines et de Nantua », in “Par estude ou par acoustumance”, Saggi offerti a Marco Piccat per il suo 65° compleanno, A cura di Laura Ramello, Alex Borio e Elisabetta Nicola, Alessandria, Edissioni dell’orso, 2017, p. 609-625.
  • Rhoby Andreas, « Tower, stablished by God, God is protecting you: Inscriptions on Byzantine Fortifications – Their Function and Their Display », Inscriptions in the Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art. Proceedings of the International Symposium “Inscriptions: Their Contribution to the Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art” (Ioannina, June 26-27, 2015), ed. Christos Stavrakos, 2016, Harrassowitz Verlag Wiesbaden, p. 341-369.
  • Santiago Fernandez Javier (de), « Oraciones por la salvación del alma. El obituario en piedra del monasterio de Sant Pau del Camp en Barcelona », Anuario de estudios medievales, 46/2, julio-diciembre de 2016, p. 939-973.
  • Santiago Fernandez Javier (de), « ¿Falso, copia u original tardío? Acerca de la tradición del monumentum fundationis del monasterio de Nuestra Señora de Monsalud (Córcoles, Guadalajara) », A. Guzmán & I. Velázquez (eds.), De vera et falsa historia I, Estudios sobre falsificación documental y literaria antigua, Ediciones Clásicas, Madrid, 2017, p. 117–129.
  • Tedeschi Carlo, « Costruzioni e ricostruzioni. Parole e pietre nella chiesa di San Giovanni in Venere », San Giovanni in Venere, a cura di A. G. Pezzi, M. C. Rossi, Carsa Edizioni, 2017, p. 43-47.
  • Tedeschi Carlo, « Le epigrafi del portale e del portico della cattedrale di Terracina », Arte medievale, IV serie, anno VI, 2016, p. 45-50.
  • Velázquez Isabel, « Recension du Corpus des inscriptions de la France médiévale vol. 25 », Medievalia, 19/1, 2016, p. 161-217.

Ouvrages

  • Pronay Andreas, Die lateinischen Grabinschriften in den Kreuzgängen des Basler Münsters, Basel, Schwabe AG, 2016.
  • Čovan Miroslav, Historické nápisy zo Šariša do roku 1650 (Corpus Inscriptionum Slovaciae 1.  Nápisy na Slovensku 1).  Martin (Tlačiareň P+M, Turany) 2016
  • Die Inschriften des Landkreises Freudenstadt, unter Benutzung der von Anneliese Seeliger-Zeiss erstellten Vorarbeiten zum Kloster Alpirsbach gesammelt und bearbeitet von Jan Ilas Bartusch (Die Deutschen Inschriften 94, Heidelberger Reihe 19). Wiesbaden (Ludwig Reichert) 2016
  • Ingrand-Varenne Estelle, Corpus des inscriptions de la France médiévale 26, Cher, Paris, CNRS éditions, 2017.

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin

Le Corpus des inscriptions de la France médiévale en ligne sur Persée

Vingt-quatre des vingt-six volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM) sont désormais en ligne sur Persée, portail de diffusion de publications scientifiques, principalement dans le domaine des sciences humaines et sociales.

La documentation épigraphique (du VIIIe au XIIIe s.) publiée pour 61 départements est donc accessible à tous gratuitement en texte intégral et téléchargeable en PDF.  Une recherche en plein texte peut également être effectuée.

On peut aussi retrouver la collection à partir de la carte de TITULUS, en cliquant sur la liste des départements donnée au-dessous. Les volumes 25 et 26 sur le Centre de la France, publiés en 2014 et 2016, seront à terme sur TITULUS et bénéficieront d’un mode de recherche plus fin.

La collection compte à ce jour plus de 4100 inscriptions éditées, certains départements étant particulièrement riches, comme le souligne la carte de densité épigraphique.

La densité épigraphique par département

La publication du CIFM s’étale entre 1974 et 2016, soit plus de quarante ans au cours desquels nombre de suppléments ont été apportés à chaque volume, grâce aux découvertes archéologiques, aux informations transmises par des partenaires locaux, aux avancées de la discipline et aux apports bibliographiques.

L’ensemble des supplementa et errata des tomes parus (environ 150), du fichier des inscriptions des XIVe-XVe siècles et des clichés photographiques est disponible à l’inscripthèque du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Le CIFM est un corpus ouvert et évolutif, qui a à cœur  de s’adapter à l’évolution de la recherche, notamment par le changement des normes d’édition au fil du temps ou par le changement de format (projet TITULUS).

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

 

Retour sur le séminaire consacré à l’objet épigraphique

Le vendredi 3 février s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers la deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit (SEMPER). Retour sur cette journée consacrée à l’objet épigraphique…

La thématique 2016-2017 du séminaire « Matériaux et supports de l’écriture épigraphique » nous invitait à analyser les objets présentant des inscriptions ; ces « choses » aux formes et aux fonctions variées qui affichent, portent, exposent ou cachent de l’écriture. Conçue comme une journée de réflexion et d’échanges, cette deuxième séance a donc permis d’aborder un grand nombre de ces objets épigraphiques, des stèles grecques du IVe siècle avant J.-C. aux supports de la dévotion privée, au XVIe siècle de notre ère.

Un cadre pour les objets inscrits

Il fallait poser un cadre à notre réflexion ; c’est Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers, qui a ouvert la journée avec une présentation de l’objet dans la perspective d’Aby Warburg. De l’Atlas Mnémosyne au Rituel du serpent, Éric Palazzo a montré comment Aby ¨Warburg avait créé l’objet « savoir » en inventoriant, classant, organisant les objets étudiés, entre mémoire et création. La présentation d’Éric Palazzo a ainsi immédiatement placé la réflexion sur l’objet, inscrit ou non, dans un dialogue entre la démarche scientifique et le rapport du savant au monde qui l’entoure.

Dans un deuxième temps, ces considérations ont été replacées dans le domaine de la culture écrite médiévale, en s’interrogeant sur la définition de l’objet inscrit, avec une question sous-jacente : est-ce que séparer par l’écriture une quantité sur le matériau crée un objet graphique ? Il fallait bien entendu repartir des définitions de l’objet données par les anthropologues et les mettre à l’épreuve de la documentation écrite du Moyen Âge. La notice épigraphique du Corpus des inscriptions de la France médiévale a servi de fil rouge à l’examen des différentes composantes de l’objet épigraphique. Dans ces notices, on part d’une localisation géographique puis topographique – l’écriture est dans un lieu, elle occupe un espace (d’origine, premier, in situ ; ou replacé, délocalisé, extrait d’un contexte, remonté). Elle est associée à un bâtiment, à une construction, à un monument. L’inscription existe dans une topographie – le bâtiment qu’on lui rattache permet une situation absolue et relative de l’objet ; c’est un point dans une étendue que l’on peut décrire). L’objet épigraphique est dans un lieu ; l’inscription est topo-graphie. Elle existe dans un environnement, dans une globalité dont elle fait partie et qui établit des positions relatives ; l’inscription est placée par rapport à autre chose : un élément architectural, mobilier, graphique, gestuel… dans les trois dimensions de l’espace et dans celle du temps. L’objet inscrit possède ainsi une localisation et une position ; il occupe un espace et un lieu (voir à ce sujet Caroline Schärli, « Schrift als Teil der Architektur. Rekonstruktion und Analyse des karolingischen Titulus der Sylvesterkapelle in Goldbach im Kontext raumumfassender Monumentalinschriften der Spätantike und des Frühmittelalters », Iconographica XIV (2015), p. 9-43).

Il est parfois très difficile d’identifier l’objet épigraphique : où commence-t-il ? où s’arrête-t-il ? La notice du Corpus des inscriptions de la France médiévale décrit pour cela un matériau, une forme, des mesures, un état de conservation. On décrit l’étendue d’une surface inscrite plutôt qu’on identifie la « chose » inscrite. C’est encore plus net s quand il faut décrire l’inscription dans les peintures murale : qu’est-ce que l’objet inscrit dans ce cas ? La démarche de la notice crée un objet, y compris quand on a une inscription insérée dans une structure. La fiche de terrain est un faiseur d’objet ; la visite de certaines réserves de musée met l’objet à l’épreuve de l’empilement, de l’accumulation, de l’entassement.

Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic
Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic

Les choses sont assez différentes pour les inscriptions placées sur des objets indépendants d’une structure architecturée, et peinte ou sculptée sur un élément mobilier. La relation de « contexte » peut concerner des environnements plus limités : une inscription sur un coffre de bois n’est en lien qu’avec le meuble ; une inscription sur une croix processionnelle n’est en lien qu’avec l’objet. Si c’est vrai pour les questions matérielles et la position du texte, ce n’est pas forcément le cas pour le sens du texte qui a tendance à dépasser largement parfois le lieu du texte. Le mot « objet » se retrouve alors au cœur d’une constellation d’autres mots : artefact, pièce, ustensile, élément, etc., qui désignent des choses assez différentes, et qui composent ou construisent leur propre environnement par des formes, des images, des usages, d’autres objets en relation.

Comme pour les inscriptions « immeubles », les textes sur les objets vont participer à l’affirmation de cette dimension objectale, ou bien par des références internes (désignation de l’objet par des déictiques, description des matériaux ou des images) ou bien par des références externes (mention du fabricant de l’objet, de son commanditaire, de son propriétaire, références aux usages). De nombreux textes médiévaux façonnent un discours sur l’objet (au sens thématique) ; les inscriptions façonnent quant à elles un discours sur l’objet (au sens matériel) – elles sont un discours sur l’objet au carré, en quelque sorte, et réduisent la distance entre ce qu’elles désignent et le lieu depuis lequel elles le font.

L’objet interpelle son créateur ou son regardeur par l’intermédiaire de l’inscription ; la voix dans le texte s’adresse à l’objet, le qualifie ou le désigne directement. Dans l’action de la voix, l’écriture anime l’objet d’une vie propre et médiatise son agentivité. L’objet est non seulement distingué par la présence de l’écriture ; il est également animé par le contenu du texte. Les inscriptions tracées sur les heurtoirs de la cathédrale de Trèves sont tout à fait singulières à ce propos puisqu’elles font entendre les deux voix, la voix du regard porté sur l’œuvre d’abord, celle de l’œuvre elle-même ensuite : Quod fore cera dedit, tulit ignis et es tibi regdit. Magister Nicolaus, magister Johannes de Bincio nos fecerunt (« Ce que la cire t’a donné d’être, le feu l’a enlevé, et l’airain te le rend. Le maître Nicolas et le maître Jean de Bincio nous ont fait »).

Heurtoir de la cathédrale de Trèves
Heurtoir de la cathédrale de Trèves

La diversité des objets inscrits

On ne peut que constater l’immense diversité des « objets » inscrits, dans les tailles, les matériaux, les fonctions, le niveau de réalisation, l’occupation de l’espace par le texte (dialectique taille/échelle). L’écriture est, sur de nombreux objets, en petits caractères, parfois difficilement perceptibles, qui invitent en tout cas à ne pas envisager la publicité du texte comme sa seule raison d’être. L’inscription n’est souvent visible que par celui qui manipule l’objet – celui qui a véritablement l’objet devant lui (c’est l’étymologie du terme « objet »). Si l’inscription monument n’a pas nécessairement besoin de cela, l’inscription objet passe, pour sa lecture, par un contact rapproché avec le texte . Il faut réduire la distance physique avec l’objet (à l’inverse de la distance qui s’établit parfois entre l’objet et son évocation par le texte). À la différence de la plupart des inscriptions monuments, et à l’égal de ce qu’on pourrait trouver dans le monde manuscrit, l’écriture sur l’objet demande donc un contact physique et une manipulation ; se servir d’un objet inscrit, c’est mettre l’écriture en action. Il se produit un contact avec le corps pour les éléments de parure du vêtement, pour les instruments de dévotion, pour les reliures inscrites, pour les inscriptions sur les vêtements. L’écriture sur objet est donc une « épigraphie de contact ». Plus que jamais, elle articule un matériau graphique et un corps qui agit.

Fer à hostie du musée de Guéret
Fer à hostie du musée de Guéret

Toutes ces questions de manipulation, de contact, de changement de nature invitent à reconsidérer un certain nombre de dossiers thématiques : les fers à hostie qui, en plus de l’objet, posent la question de l’empreinte, de la matrice et du transfert d’un support à l’autre ; la peinture sur chevalet pour laquelle la peinture passe du monument à l’objet et pose de nouvelles questions, notamment après l’apparition de la perspective qui met à l’épreuve les plans d’écriture dans l’image, mais aussi les relations entre le tableau et son lieu d’accroche ; de façon générale, les inscriptions sur les textiles, sur la tapisserie, qui se trouvent véritablement à l’entre-deux du monumental et du mobile, avec une inscription qui s’enlève, se plie, se déplie, s’accroche et se décroche.

Des réflexions en contexte(s)

L’après-midi a permis de mettre ces grandes questions en perspective avec la documentation proprement dite au cours des présentations informelles et des échanges.

Marie Charbonnel a montré combien l’écriture sur les objets de la dévotion privée à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est liée à la manipulation des artefacts. L’inscription est alors au service d’un parcours spirituel menant au dévoilement et à une « mise en réseau » des textes religieux, de la Bible aux maximes, entre apprentissage de l’écriture et pratiques de la lecture.

En analysant la présence, la forme et le contenu des inscriptions placées dans les programmes peints des églises de l’arc alpin (XIVe-XVe siècle), Océane Acquier a proposé un changement d’échelle et mis en lumière une « iconographie de l’écriture » dans l’église – les mots peints sont des « objets » dans le discours en images, fortement liés à la prédication contemporaine et à la parole prononcée.

Le lien avec l’oralité a également été soulignée par Cheyenne Noël dans son exploration des patènes à inscription (XIIe-XIIIe siècle). L’objet manipulé au cours de la célébration de l’eucharistie renforce par l’inscription le discours théologique produit par les images sur la patène, et les gestes et les paroles du célébrant. Souvent illisibles, ces inscriptions n’en restent pas moins le signe du statut particulier de l’objet.

Avec la présentation de Delphine Ackermann, les stèles funéraires de la cité grecque d’Erétrie ont enrichi le panorama des objets épigraphiques envisagés jusqu’alors. La forme du monument, la constance de son décor, sa position par rapport à la sépulture font de l’objet épigraphique un « signal » dans la construction mémorielle. Delphine Ackermann a également insisté sur les phénomènes de remploi, de déplacement, de décontextualisation, très fréquents pour ces stèles.

En fin d’après-midi, Thierry Grégor a mis les objets « entre les mains » du lapicide et analysé comment ses gestes et leurs contraintes ont laissé des traces dans l’inscription. Tracée en un lieu et dans des circonstances particulières, l’inscription est toujours le produit d’une action du corps et c’est dans le produit de cette action que s’exprime la diversité des savoir-faire et des cultures graphiques médiévales.

Pour continuer…

Avec un tel panorama, il est bien difficile de faire émerger des données ou des constantes pour définir ou cerner l’objet épigraphique. Il se définit certes par une certaine occupation de l’espace ; un lieu en relation avec des éléments connexes ; une présence au monde, cadre de vie de l’objet, entre permanence et mutation. L’occupation de l’espace permet, sous une forme déterminée, des relations au corps : corps du scribe, corps de l’utilisateur de l’objet, corps du lecteur du texte. L’objet est une interface, entre appréhension et préhension.

Il ne s’agit pas pour autant de distinguer écriture monumentale et écriture sur objet pour établir des catégories documentaires, mais pour s’interroger plutôt sur ce que cette relation au matériau et au support indique des pratiques de la culture écrite médiévale ; et ce sous plusieurs aspects : phénoménologique (rapport à l’expérience du texte) ; social (possession, propriété, appartenance, délégation) ; culturel (qu’est-ce qu’écrire dans le mouvement des objets, de leur consommation, de leur fabrication, de leur destruction ?) ; pragmatique (que fait l’écriture sur ces objets ?)…

Réfléchir sur l’objet épigraphique dans son extension matérielle, dans sa mobilité, dans sa capacité à être manipulé, c’est s’interroger sur le lieu du texte, sa topologie, celle de sa genèse et de son usage.

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

Séminaire du 23 novembre informations pratiques

La première séance du séminaire permanent consacré aux écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers le 23 novembre prochain (salle Berger, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30.

Les trois séances de l’année seront consacrées au thème suivant : « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi- dans épigraphie) ». Pour la première séance du 23 novembre, nous réfléchirons ensemble à la question des matériaux. La diversité des matériaux employés pour l’écriture épigraphique met à rude épreuve les définitions de l’épigraphie, qu’elles s’attachent à la forme ou à la fonction de l’inscription. Nous y réfléchissons chacun de notre côté au gré de nos interrogations ponctuelles, mais récurrentes (cet objet est-il une inscription ? ce support est-il épigraphique ?) ; mais nous nous interrogeons peut-être encore plus fréquemment sur les rapports entre écriture et matière, entre le tracé et la forme des lettres et la nature et le sens du support. Cette séance sera donc l’occasion de mettre en commun nos réflexions sur le sujet, de façon très libre, à partir des exemples que vous avez vous-mêmes rencontrés.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme-23-novembre

EPIMED III – Écritures réservées : le bilan

Cette publication compile l’ensemble des réflexions élaborées au cours du troisième volet du programme EPIMED. Elle doit donc être considérée comme un travail collectif à verser au crédit de tous les participants à ces journées. « Prise sur le vif », nous espérons qu’elle retranscrit cependant fidèlement le contenu des communications et des débats de Madrid.

***

Après avoir abordé, dans les deux premières sessions, les raisons et les gestes de l’écriture épigraphique, la troisième session du programme EPIMED réunie à Madrid les 16 et 17 mars 2016 a porté son attention sur les « écritures réservées ». Les organisateurs avaient pris grand soin de ne pas définir ce qu’ils entendaient par « écritures réservées » pour laisser la place à l’interprétation et à la discussion bien sûr, mais surtout parce que la formulation même pose des difficultés quant aux aspects documentaires et aux moyens de leur analyse. La diversité des corpus rassemblés et des questions posées au cours de ces deux journées ont largement témoigné de ces enjeux épistémologiques.

L’interrogation sur les écritures réservées part de la rencontre de deux faits en apparence contradictoire : 1) l’intention universelle et durable des inscriptions médiévales, consolidée par une importante bibliographie (la « publicité » de Robert Favreau ; l’« écriture exposée » d’Armando Petrucci ; la « communication » de Vicente García Lobo) qui a fait de la documentation épigraphique l’un des moyens privilégiés de la transmission de l’information au Moyen Âge ; 2) le caractère public restreint ou inexistant d’un grand nombre d’inscriptions qui, malgré leur réalisation matérielle durable, parfois monumentale, ne peuvent assurer une publicité à grande échelle des informations qu’elles véhiculent. La conférence inaugurale de Paul Bertrand a montré que ce paradoxe concerne en réalité l’ensemble des pratiques graphiques médiévales : écrire et ne pas être lu… Dans la perspective des changements dans les pratiques de l’écrit à partir de 1200, beaucoup de documents ont été posés sur parchemin sans penser à leur lecture.

Pour résoudre cette contradiction apparente, et pour poser la question de la « publicité » dans des termes adéquats, comme nous y a invité Paul Bertrand, il faut mettre en accord les données documentaires avec une conception médiévale de la communication, et en particulier avec ce que le Moyen Âge a dit de la capacité de l’écriture à transmettre une information, et des moyens qu’elle mobilise pour cela. Ce sont les aspects qu’a particulièrement développés Benoît Grévin dans sa communication en  s’attachant à la notion de « voilement » et aux réflexions des rhéteurs sur les enjeux métaphoriques de l’inscription. Javier Martínez de Aguirre a, pour un tout autre ensemble documentaire, montré comment le fait de cacher ou dissimuler un nom était en lien avec des motivations toutes aussi importantes que la publicité (la notoriété, le prestige social, les résonances liturgiques ), introduisant à l’invitation de Morgane Uberti la notion de « stratégies distinctives » empruntées à Pierre Bourdieu.

De façon générale, les communications ont montré que l’on ne pouvait ignorer, à l’heure d’envisager la publicité des inscriptions, la conception chrétienne de l’écriture qui repose sur un certain nombre de principes de la théologie non dogmatique et qui attribue à la lettre, aux mots et aux textes qu’elle compose une vertu active – c’est ce que les présentations d’Elisa Pallottini et Encarnación Martín López sur les inventaires et authentiques de reliques ont montré avec force. L’écriture contient ainsi, en sa forme, ce qu’elle désigne, indépendamment de toute forme de lecture. Le sens réside davantage dans le geste qui trace les lettres et dans son résultat que dans la perception du texte par un lecteur potentiel. Les inscriptions en caractères coufiques insérées dans le décor des édifices mudéjars et étudiés par Susana Calvo Capilla et Juan Carlos Ruiz Souza, illisibles sans doute, mais stratégiquement placées et mises en scène, relativisent la nécessité de la lecture de leur contenu, et placent l’intention de leurs commanditaires en dehors de la communication publicitaire. En réponse à l’ensemble de ces remarques, Isabel Velázquez Soriano rappelle que « les formes de l’écriture ne peuvent pas être condition de l’existence de l’écriture épigraphique. En d’autres termes, dans la définition de l’épigraphie, c’est le geste épigraphique qui compte, soit l’intention de l’émetteur ». Les Carmina latina epigraphica constituant une preuve du fait que le caractère épigraphique d’un texte ne saurait résider exclusivement dans sa forme matérielle.

Par ailleurs, plusieurs communications sont revenues sur le fait que la lecture médiévale n’est pas uniforme et qu’on peut accéder aux textes selon différentes manières de lire, de la lecture experte à la lecture pragmatique. Les mécanismes de lecture dépendent autant de la mémoire (et de la capacité à reconnaître la forme des lettres et des mots en nombre limités) que de la mécanique vision-encodage phonétique-décodage sémantique-interprétation à l’œuvre dans la lecture experte. La répétition des motifs dans les inscriptions arabes en lien avec la prière, l’iconicité des formes graphiques et la répétition des formules épigraphiques qui circulent d’un texte à l’autre doivent être prises en compte au moment de mesurer la familiarité du public avec un texte que la critique contemporaine perçoit comme ardu ou difficilement lisible. Dès lors, une part importante du sens de l’inscription (et du texte en général) peut reposer sur la dimension visuelle du texte, sur l’iconicité de l’écriture, sur la forme de l’objet inscrit – l’écriture devenant même, pour Adam Lajtar, un matériau susceptible « d’envelopper le défunt ». Son repérage et l’impression visuelle générale, l’empreinte du contexte permettent un accès, limité certes, mais réel au sens de l’inscription qui agit davantage en tant que signe ou signal qu’en tant que composition textuelle. Les exemples monumentaux évoqués par Daniel Rico Camps instituent ainsi avant tout la présence de l’écriture dans un contexte particulier, présence susceptible de déclencher une réponse chez les lecteurs les moins familiers avec l’écriture.

En analysant des exemples nubiens exceptionnels, dissimulés à la vue de tous, Adam Lajtar a parfaitement montré qu’au Moyen Âge comme aujourd’hui, la publicité n’est pas absolue dans son résultat – elle n’est que potentiellement efficace ; la rencontre du texte et de sa cible dépend de circonstances et de conditions ad hoc que les moyens de mise en œuvre et d’exposition cherchent à atteindre (ou pas) mais qui échappent, dans la réception, à l’émetteur du message. Le lecteur est seul face au texte et la communication épigraphique peut réussir ou échouer. La publicité est donc relative et dépend d’un certain nombre de variables qui peuvent transformer l’écriture exposée en écriture réservée. Dans tous les cas, les deux journées de travaux ont montré que la publicité est une intention qui ne peut se mesurer que dans les moyens mis en œuvre dans l’inscription elle-même et qu’il est, partant, très difficile d’établir un « public » ou un « lectorat ». Elles ont aussi souligné combien la publicité universelle était rare. Dans les exemples évoqués par Esther Sánchez-Medina, la langue, le style, la graphie et l’emplacement impliquent un choix dans le public, une sélection de la cible. Faut-il pour autant lire cela comme un échec du processus de communication ? Sans doute pas, et il faut davantage voir cette sélection comme une mise en adéquation du texte et de son public. L’écriture réservée n’est donc plus une limite, mais un garant du succès de la communication. Et c’est sans doute pourquoi les exemples romains décrits par Carles Mancho sont aussi élaborés dans leur forme : ils cherchent avant tout à répondre aux ambitions de la communication de prestige mise en place par l’institution papale, quitte à exclure une grande partie des fidèles de la diffusion du message.

À partir du moment où on a relativisé ainsi, deux jours durant, la dimension publicitaire, on a rapproché l’inscription des autres formes écrites médiévales. La dimension publicitaire, communicative et commémorative, que l’on attribue parfois exclusivement à tort aux inscriptions, concerne en réalité l’écriture médiévale, quels que soient le support, la graphie et le contenu. Manuel Salamanca López a démontré à partir d’exemples manuscrits de la fin du Moyen Âge la même « volonté épigraphique » de certaines pratiques. Thierry Grégor a quant à lui analysé les gestes et les techniques qui pouvaient conduire, malgré l’aspect ostentatoire de certains supports, à réserver l’écriture épigraphique, ou bien dans l’objet produit, ou bien dans le message inscrit.

76_00017191

In fine, de grandes questions transversales sont revenues dans l’ensemble des communications, et elles ont été relevées dans les conclusions de Fermín Miranda García. « Écritures réservées » peut-être, mais par qui ? Est-ce que la décision de ne pas diffuser à tous l’écriture peut être identifiée ? Est-ce qu’elle s’incarne dans une personne, dans une institution ? Est-ce qu’il faut être en charge d’une autorité ou d’un office pour réserver l’écriture ? Est-ce que les questions techniques entrent en jeu au point d’empêcher la diffusion d’un message ? En mettant en perspective ces enjeux avec les problématiques de contrôle et de pouvoir, Paul Bertrand, Manuel Salamanca López et Esther Sánchez-Medina ont identifié, dans le circuit de la production écriture, des tournants, des moments charnières durant lesquels des choix sont effectués pour augmenter, réduire ou empêcher cette réserve. Autre salve de questions posées à la documentation épigraphique : « Écritures réservées » certes, mais à qui ? Est-il question de réglementation, de prérogatives, de hiérarchie dans la réserve ? Qui devient destinataire d’une écriture réservée ? Doit-on passer par la définition préalable, réfléchie et motivée d’un lectorat ? Une telle sociologie de la communication doit alors être analysée dans les moyens mis en œuvre pour réserver l’écriture : moyens graphiques, visuels et linguistiques dans un premier temps, permettant de rendre un texte invisible, illisible ou incompréhensible ; moyens topographiques ensuite, et leur corollaire dans le contrôle des circonstances d’accès au texte. Comme l’a montré la conférence d’Elisa Pallottini à partir des authentiques de relique, la communication épigraphique en vient à programmer une ritualisation (au sens anthropologique) des conditions de la lecture et de la perception, et les espaces d’exposition deviennent une scène pour une pratique sociale de la lecture (Juan Carlos Ruiz Souza). Enfin, les communications ont donné l’occasion de s’interroger sur les raisons d’être de l’écriture réservée : quels sont les intentions et effets d’une communication relative ? Face à l’impossibilité de répondre avec certitude à cette question, on a cherché, en particulier avec les communications d’Estelle Ingrand-Varenne et de Daniel Rico Camps, à comprendre le scénario de la réserve de l’écriture épigraphique : altération, modification, effacement, disparition, destruction, déplacement. Exposer maintenant, c’est souvent réserver plus tard. L’écriture épigraphique, et l’écriture en général, est toujours à l’interface entre instant et durée, entre permanence et fugacité. Le lectorat lui-même est un groupe social mouvant, qui change dans ses définitions.

***

st-benoit-2-nbCes journées ont donc ajouté de nouvelles questions à la liste déjà conséquente des interrogations du programme EPIMED. Elles ont en revanche opéré un renversement majeur du questionnement épigraphique. Il ne s’agit plus désormais de partir d’une publicité universelle et supposément inhérente à la documentation épigraphique, mais d’essayer de mesurer sa réalité à partir des objets eux-mêmes au sein de différents environnements culturels. Si l’on a cité, à de nombreuses reprises au cours de ces deux journées, le nom des pères fondateurs de la discipline épigraphique, on a surtout cherché à mettre en perspective leurs intuitions et leurs enseignements avec les acquis de la recherche récente sur la culture écrite médiévale et avec les nouvelles pièces versées aux grandes collections épigraphiques européennes. À l’issue de ces journées, une question demeure, et fascine toujours autant qu’elle irrite les épigraphistes : pourquoi diantre réaliser une inscription qui invite à la prière dans un endroit inaccessible, dans une graphie illisible et dans une langue que personne ne connaît ? Les contributions de tous les participants et la qualité des débats énergiques du programme EPIMED permet désormais au moins de poser cette question dans des termes en accord avec la réalité de la documentation médiévale.

Un nouveau rendez-vous épigraphique annuel à Poitiers

À la rentrée 2016, se met en place au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale  un séminaire permanent sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

corpus-des-inscriptions-de-la-france-medievaleL’épigraphie médiévale avait, au moment de sa naissance en France, au milieu des années 1960, et a toujours aujourd’hui comme objectif premier la publication des inscriptions. Jusqu’à ce jour, le Corpus des inscriptions de la France médiévale articulait au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers l’édition des inscriptions, la gestion de la documentation rassemblée pour en assurer la continuité, et les activités ponctuelles de réflexion méthodologique ou de recherche. Cette articulation doit aujourd’hui être revue en raison des évolutions nécessaires que connaît l’entreprise éditoriale (avec le passage à l’édition numérique, l’élargissement de l’amplitude chronologique des textes publiés, la mise à disposition en ligne des volumes du CIFM) et en raison de la nécessité, pour les questionnements épigraphiques, de s’inscrire dans la dynamique de recherche autour des signes et de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge.

Parce qu’il reste bien des questions fondamentales auxquelles répondre (qu’est-ce qu’une inscription ? En quoi une inscription se distingue-t-elle d’une autre forme écrite ? À quoi sert une inscription ?),  il convient de s’attacher à la définition des « objets épigraphiques », à leur matérialité et à leur forme, sans séparer l’appréhension du support de celle de la graphie ou du contenu ; en d’autres termes, d’interroger les pratiques graphiques en dehors du monde manuscrit et d’envisager les conditions matérielles de leur réalisation, les implications techniques de leur mise en œuvre, les formes de l’écriture mobilisée dans le matériau, les interactions avec leur environnement lors de leur exposition et/ou utilisation. Cette réflexion s’inscrit d’abord dans la dynamique du material turn, à l’œuvre dans tous les domaines de la médiévistique, et qui permet de remonter à la source des productions médiévales (la pierre avant l’épitaphe, le bronze avant la porte, l’or avant le reliquaire) ; elle s’inscrit aussi dans une conception élargie de la paléographie médiévale qui ne s’arrête plus désormais aux frontières épistémologiques entre épigraphie, sigillographie, et diplomatique pour embrasser l’ensemble de la culture écrite du Moyen Âge ; enfin, elle met en lumière les connexions médiévales entre pratique graphique et pratique artistique, entre pensée écrite et pensée plastique, entre recours à l’écriture et théologie de l’image.

Pour répondre en partie au moins à ces questions de façon collective et formuler ensemble un certain nombre d’hypothèses, le CESCM met en place à partir de la rentrée de septembre 2016 un « séminaire permanent » sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

Le fonctionnement d’un tel programme repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. L’articulation n’est donc pas celle d’une équipe ou d’une unité, encore moins celle d’une structure figée, mais celle d’un lieu et d’un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

Le séminaire permanent de recherche sur les écritures non manuscrites médiévales entend se réunir sur une journée trois à quatre fois par an au CESCM. La ou les session(s) de printemps et d’automne sont thématiques et proposent l’exploration collective d’un sujet lié à la problématique « Matières et formes des objets épigraphiques ». La session d’été est consacrée aux actualités de la recherche sur les écritures exposées (sujets de thèses, compte rendus de colloques ou de soutenances, chantiers, découvertes, projets collaboratifs) ; la session d’hiver est consacrée à la bibliographie (lecture collective d’un ouvrage en amont et discussion lors de la session).

À titre indicatif, les sessions thématiques pourraient porter sur les sujets suivants : « Fixité, mobilité, mutation des supports : autour de la notion de ‘contexte’ » ; « Élégance, régularité, variations : autour de l’appréciation de la ‘qualité’ des objets épigraphiques » ; « Fers à hostie, pyxides, enseignes, dés… : autour de ces ‘objets’ inscrits dont on ne sait quoi faire » ; « La lettre en son lieu : pour une étude ‘incarnée’ de l’écriture exposée ». Les sessions bibliographiques seront prévues au fil de l’eau en fonction des actualités éditoriales. Pour les premières sessions, quelques ouvrages fondamentaux mériteraient sans doute une (re)lecture collective : Petrucci A., Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie (XIe-XXe siècles), Paris, 1993 ; Kendall C.B., The Allegory of the Church. Romanesque Portals and Their Verse Inscriptions, Toronto, 1998 ; Mallon J., De l’écriture. Recueil d’études publiées de 1937 à 1981, Paris, 1982 ; Koch W., Inschriftenpaläographie des abendländischen Mittelalters und der früheren Neuzeit, Vienne, 2007.

Afin d’assurer la diffusion des informations quant à ce séminaire, on pourrait utiliser le carnet de recherche Hypothèses créé à l’occasion du programme EPIMED et le faire évoluer vers une véritable plateforme collaborative pour échanger informations, clichés, bibliographie…

Pour tout renseignement à ce sujet et pour recevoir des informations plus précises, contacter Vincent Debiais.