Archives par mot-clé : inscriptions

Epigraphie… ou pas ? Séminaire SEMPER 2023-24

C’est cette expression devenue banale cette dernière décennie – “ou pas ?” – appliquée à l’épigraphie qui nous accompagnera cette année pour le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit.  Cette locution verbale moqueuse voire ironique offre l’occasion d’un retour sur la discipline “épigraphie”, sur ses contours flous autour d’un consensus pragmatique et fonctionnel, ses porosités et son caractère peut-être indiscipliné. 

Lettres graffitées non destinées à durer, poésie manuscrite à caractère épigraphique, tatouages, marques lapidaires, enseignes, pseudépigraphie… autant de cas qui interrogent quand on cherche à établir un corpus. Le séminaire proposera un dialogue avec les autres disciplines, telles que la sigillographie, la numismatique, l’archéologie, la paléographie ou encore la typographie. L’enjeu n’est pas d’ériger des frontières, mais de se poster au seuil et de garder la porte ouverte, notamment au moment du lancement de la Maison de l’épigraphie au CESCM. 

7 séances se dérouleront au cours de l’année 2023-2024, à raison d’une par mois, à la fois sous forme de journée au CESCM et sous forme de webinaire de 2h par Zoom.

Lien pour suivre à distance par Zoom les webinaires : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

  • Vendredi 13 octobre 2023, 9h-17h30 (Salle des Actes, UFR SHA) : Graffitis médiévaux, de Bethléem à Marmande : programme détaillé de la journée et lien spécifique ici 
  • Jeudi 16 novembre 2023, 10h-12h : webinaire avec Délia Préteux, “Transcrire la légende du sceau médiéval, Sigilla–Anrt”
  • Jeudi 14 décembre 2023, 9h30-17h (CESCM) : Poésie à caractère épigraphique, séminaire organisé par Cécile Treffort (IUF) en lien avec le projet CARMECA.
  • Jeudi 15 février 2024, wébinaire 10h-12h : Enimie Rouquette (Ecole nationale des chartes), “La poésie de Théodulf d’Orléans”.
  • Jeudi 14 mars 2024, wébinaire 14h30-16h30 : Katherine Dauge-Roth (Associate Professor of Romance Languages and Literatures, Bowdoin College), “Signing the Body; tattoos and pilgrimages”.
  • Mardi 16 avril 2024, wébinaire 16h-18h : Hallie G. Meredith (Assistant Professor of the History of Ancient Art, Washington State University), “When Inscriptions are Not: The Case of Imagistic Script as Makers’ Marks on Late Antique Diatreta”.
  • Jeudi 16 mai 2024, wébinaire 10h-12h : Lei Huang, “Les marques lapidaires de l’église abbatiale de Conques”.

Parution : Inscriptions, une matière en toutes lettres

Dirigé par Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon, les actes du colloque “Inscriptions : une matière en toutes lettres” viennent de paraître aux Presses Sorbonne Nouvelle (Collection « Littérature française et comparée ») , 2023, avant d’être bientôt mis en ligne.

       

« Une matière en toutes lettres » est une formule réversible – de la matière devenue inscription à la lettre, objet matériel – qui cherche à se tenir, en toute humilité, à l’intersection de deux immenses terrains d’études marqués par un fort dynamisme ces dernières décennies, la scripturalité au Moyen Âge et la question de la matérialité en sciences humaines et sociales, qui a partie liée avec la culture matérielle ». En invitant à penser toutes les facettes de leur articulation à partir du prisme de l’inscription, elle suppose a priori que l’on envisage le texte en lien avec son mode d’existence matérielle, ce que la période médiévale incite naturellement à faire. [extrait de l’introduction]

Table des matières :

En guise d’exergue (Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon), p. 7

1re partie : Textes

  • Image pré/texte, image alibi. Hypothèses épigraphiques dans la poésie latine des XIe-XIIe siècles (Vincent Debiais), p. 27
  • Entre ekphrasis et matière. Les poèmes épigraphiques
    de Suger à Saint-Denis (Émilie Mineo), p. 45
  • Les fables d’Ésope à Fleury : du manuscrit aux peintures du réfectoire, et retour (Estelle Ingrand-Varenne), p. 67
  • Parler à travers le temps : le pouvoir des inscriptions dans La Queste del saint Graal (Carine Giovénal), p. 85
  • Les Inscriptions d’Hercule, des chroniques alphonsines
    au Recoeil des Histoires de Troyes de Raoul Lefèvre (XIIIe
    -XVe siècles) (Florence Tanniou), p. 101

2e partie : Images

  • Des inscriptions en représentation dans l’Estoire del Saint Graal (Sandrine Hériché Pradeau), p. 121
  • Le phylactère-volumen, des manuscrits médiévaux aux bandes dessinées médiévalistes (Clara de Raigniac), p. 149

3e partie : Artefacts

  • Historiographie de la taille de pierre (Thierry Gregor), p. 169
  • Le chapiteau inscrit comme objet performatif dans le cloître de Saint-Pierre de Moissac (Kristine Tanton), p. 185
  • De la sagesse antique à la morale chrétienne. Les stalles de la cathédrale d’Ulm (Séverine Chassagne), p. 203
  • « Deviser le fait de l’estoire » : présence et absence d’inscriptions
    dans les décors peints des maisons médiévales (Térence Le Deschault de Monredon), p. 223
  • Matérialités de l’inscription dans l’espace domestique. Le plafond peint du Plessis-Bourré (Cécile Bulté), p. 245
  • Les inscriptions sur les plafonds peints, entre « fonction d’ancrage » et « fonction relais » (R. Barthes) (Maud Pérez-Simon), p. 271

Liste des illustrations, p. 291

Index, p. 299

Inscriptions bizarres ? Le séminaire de Marc Smith à l’EPHE

Chaque mercredi de l’année 2023-2024, Marc Smith propose de réfléchir à l’épigraphie et ses marges, de l’Antiquité romaine à la Renaissance : matériaux et formes, (in)compétence et créativité graphiques

Les séances ont lieu à l’EPHE, mais un lien pour suivre le séminaire à distance peut être envoyé sur demande (contact : marc.smith@ephe.psl.eu).
Toutes les informations sont ici :  

Monumentalité épigraphique

À première vue, le médiéviste qui s’intéresse aux inscriptions du Moyen Âge occidental restera sur sa faim à la lecture du numéro intitulé “Transposition and Monumentality in Pre-Modern Epigraphic and Manuscript Traditions”, premier volume de l’année 2022 de la très belle revue Manuscript and Text Cultures publiée par le centre de recherche du même nom à Oxford. Les six articles regroupés dans ce numéro concernent en effet des inscriptions réalisées à l’âge du bronze au Levant, l’écriture maya des XIIIe-XVe siècles, les textes monumentaux dans l’Égypte du troisième millénaire avant notre ère et les objets inscrits dans la Chine Ancienne ; seul le dernier texte, consacré aux runes et aux manuscrits insulaires du haut Moyen Âge convoque des images, des graphies et des réflexions éventuellement familières aux lecteurs et aux lectrices du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Aussi la consultation de ce numéro épigraphique provoque-t-elle d’abord un sentiment de vertige face à la diversité et la richesse des cultures épigraphiques pré-modernes dès lors qu’on les pense à l’échelle de la planète. Une fois passée cette première impression qui renverra le médiéviste à l’étendue de son ignorance (pas un seul titre cité dans les bibliographies en fin d’article ne fait partie de l’arsenal historiographique de l’épigraphie médiévale), c’est la curiosité qui prend le relais et l’envie de découvrir ces objets inscrits plus fascinants les uns que les autres : contrats commerciaux, signatures d’artisans, décrets princiers, éloges funèbres, etc. Le soin apporté à la reproduction des images et la minutie du travail éditorial contribuent à l’enthousiasme de tous ceux qui, intéressés par les pratiques graphiques, trouveront dans les 230 pages du numéro de quoi alimenter leurs réflexions et assouvir en partie leur soif de comparatisme.

Mais ce n’est pas parce qu’il sort le médiéviste de sa zone de confort que ce numéro de Manuscript and Text Cultures est important ; il l’est en réalité parce qu’il propose une réflexion sur la notion de “monumentalité” appliquée aux cultures écrites pré-modernes, et discute l’éventualité d’une “monumentalité manuscrite”. L’introduction due à Christelle Alvarez et Yegor Grebnev est tout à fait stimulante à ce sujet puisque les auteurs souhaitent approcher “une compréhension nuancée des pratiques sociales en lien avec l’acte d’écrire et de recevoir les inscriptions”. (p. 3). Quelles sont les propriétés graphiques, linguistiques et spatiales permettant à un texte d’être, de devenir ou d’apparaître comme un monument ? Parce qu’elle est très bien posée, cette question est déclinée dans tous les articles avec une même efficacité, indépendamment des variations contextuelles, souvent irréconciliables, d’un champ ou d’une discipline à l’autre. Pour les médiévistes aussi, il faut lire cette introduction qui prend le pari (risqué) de penser global autour de questions qui animent toutes les études sur la culture écrite.

On verra ainsi que la “monumentalité” est affaire de “quantité”, à condition de l’envisager sous tous les angles : quantité de texte, quantité de lecteurs, quantité d’espace sous influence graphique… Il faut prendre en compte l’échelle de l’inscription et sa relation avec ce qui l’entoure – une évidence pour l’épigraphie médiévale mais qui trouvera dans les exemples réunis dans le numéro un vocabulaire original et stimulant. Plusieurs articles discutent la monumentalité, non plus du texte ou de l’inscription, mais celle de l’écriture, identifiant dans le signe des caractères monumentaux : changement de statut, de catégorie, de condition, de registre qui vient nuancer ou contredire la question de la “taille” et de la “solennité”. C’est la disponibilité monumentale du texte qui semble traverser les articles, soit la capacité de l’inscription à acquérir la posture distinctive du monument, indépendamment de son occupation réelle – mesurable – de l’espace. On saisit mieux, arrivé au bout de la lecture, la façon dont le concept glissant d’affordance peut être productif pour l’épigraphie et l’ensemble de l’ouvrage est une invitation à lire les inscriptions anciennes à l’aide des outils de l’anthropologie de l’écriture. Enfin, on appréciera la façon dont les auteurs prennent le soin de penser l’inscription comme un système unissant le signe, le lieu de sa manifestation, les moyens de sa mise en œuvre et l’emprise sociale de son contenu ; là encore, une évidence, mais que les beaux articles publiés dans ce numéro permet de rappeler à tous.

On ne peut que recommander la consultation du volume de Manuscript and Text Cultures, disponible gratuitement en ligne ; la lecture permet un heureux pas de côté historiographique et constitue un vigoureux stimulant pour penser l’écriture pré-moderne dans toute la richesse de ses manifestations épigraphiques.

L’image de tête reproduit l’œuvre de Wenda Gu, United Nations – Babel of the Millenium dans sa version de 1999 au San Francisco Museum of Modern Art. L’image est utilisée comme vignette dans l’introduction du numéro (cliché copyright SFMOMA).

Writing Names in Medieval Sacred Spaces: l’aboutissement du projet MEDNAME

Le livre qui vient de paraître chez Brepols dans la collection “Utrecht studies in medieval literacy” est l’aboutissement d’une collaboration entre l’équie d’épigraphie du CESCM et les médiévistes de l’Utrecht Centre of Medieval Studies (UCMS). Il fut lancé par Janneke Raaijmakers alors qu’elle rédigeait un projet VIDI pour le Conseil de la Recherche Néerlandais sur le culte des reliques dans la première moitié du Moyen Âge, et constatait l’importance du nom, et de son écriture sur les murs, les objets, dans la liturgie. 

Un projet PHC Van Gogh naquit donc en 2017 sous le nom de MEDNAME, réunissant des historiens, des historiens de l’art et des spécialistes de la culture écrite (épigraphistes et paléographes) entre CESCM et UCMS, grâce au travail de Vincent Debiais ainsi que de Marco Mostert.  

Ce livre est aussi un hommage à Janneke Raaijmakers qui nous a quittés le 2 mai 2021 avant d’avoir vu sa parution.

Extrait de la conclusion : 

“Three Contemporary (Epi)graphic Experiences of the Name.

At the locations where once the Twin Towers of the World Trade Center stood in New York, there are now two large, square pools, both enclosed by a bronze parapet. On these parapets 2983 names are engraved: the names of the victims of the terrorist attacks of 2001 and 1993. They include the names of the people who were in the towers at the moment of the crash and did not survive the attack; of the crew and passengers of the hijacked airplanes
that were used by the terrorists for their assaults; of the men and women working for the fire brigade and police, who lost their lives while attempting to rescue those trapped in the fire after the WTC had been hit; of the victims in the Pentagon; and those of the 1993 bombing. Although most of the people had never met, their names were listed together. They remain side by side forever in this September 11th Memorial thanks to the “Reflecting Absence” project. 

The Hall of Names at Yad Vashem in Jerusalem is the memorial dedicated to every Jew who perished in the Holocaust. With no traces left to mark the loss of these six million lives and to honour the dead, in the shape of a grave monument or tombstone (as Nazi’s attempted to erase the Jews from human history), the Hall of Names provides future generations with a place where each victim is commemorated. Their 4.8 million names and biographical details have been collected and recorded in the central database.

During his trip to Egypt in 1806, the French writer and politician Chateaubriand was not able to visit the pyramids because of the flooding of the Nile. When he left Cairo, he “instructed Mr. Caffe to inscribe [his] name on these prodigious tombs, according to custom, at the first opportunity: one must fulfil all the little duties of a pious traveller”, as he wrote in his Itinéraire de Paris à Jérusalem. Indeed, the custom became an indispensable part of the trip in ancient sites in the Middle East, so much so that in 1892 a guide working for
Cook travel agents reassured tourists that when visiting Egyptian temples they would have sufficient time to carve their names.

Many other contemporary examples could have been mentioned, as the epigraphic gesture of writing a name – one’s own or someone else’s – is both a powerful act and a universal, daily event: the name engraved with a knife on a tree, on a bench, written with a felt-tip pen on a school table or toilet door, spray-painted on crossovers and other urban structures, incised on a metal or plastic door plaque. The three experiences cited, tragic and traumatic in the case of the first two, picturesque but deeply rooted in tradition in case of the third, tie together name, place and absence. They invite us to reflect on the relation between the name, the body and one’s personhood, in particular in those instances in which the remains of those named have been destroyed and are lost, and the written name thus has become, as it were, a substitute for a tomb. All three examples have both an individual and a collective dimension. All three testify to the symbolic and creative power of writing. They join an anthropological line of force: keeping memory, leaving a trace, overcoming oblivion. They question singularisation and lost identity, or anonymity. They raise questions of support, mise en scène, uses of space to transmit and underline meanings, and therefore of communication and reception. In this sense, they are linked to many of the questions of this book.

Main Goal, Issues and Challenges

The goal of this study was to explore the practice of writing the name and its meanings in the Middle Ages, by using sources that have hitherto received little attention in this perspective and by juxtaposing two notions, two realities: the name and its ‘in-scription’ (as a reference to other inscriptional records of names, which are not inscriptions tout court). The term ‘inscription’ is used here as an umbrella to cover a wide range of texts written in or on several items
other than manuscript books and charters, which are not bound to a specific technique of writing. It includes not only monumental texts carved in stone, with which the field of epigraphy is traditionally concerned, but also diverse and more ephemeral writings, such as those painted on church walls, those inscribed onto and inside objects, and the graffiti scratched at cult sites. All these kinds of texts have been studied in both their semantic and material dimension, pointing to the spatial, visual, material, iconic and symbolic aspects of written names as equally important to better understand their meaning. In addition, focussing on the action of writing names, and acknowledging the diversity of medieval written culture, it seemed crucial to look beyond inscriptions and examine names across conventional disciplinary boundaries, namely between
epigraphy and other forms of written culture.

As underlined by Vincent Debiais in his introduction, the name is one of the primary textual components of medieval inscriptions. The preponderance of names in such inscriptions stands out even more as inscriptions were often relatively short texts. Some of them only consist of a name, as is the case of early medieval graffiti or funerary inscriptions from Aquitaine, Brittany and Franche-Comté dating from between the sixth and the eight centuries. In addition, in the eleventh and especially the twelfth century it has become common to include the name of the persons depicted on church walls, stained-glass windows or objects of worship – often biblical or other holy figures – in their visual representations. The name in the image is a sign of identity and individuality to be related to the attributes that developed in the thirteenth century. It was also in the eleventh and twelfth centuries that it became more common to use
two names (a name and a by-name or nickname) instead of a single name to denominate people: the so-called ‘anthroponymic revolution’. So, because names and inscriptions are inextricably bound up with each other, the inclusion of epigraphy in the study of names, and vice versa, proved crucial to better understand the meaning of both names and written practices. […]”

Table des matières : 

  • Introduction — VINCENT DEBIAIS
  • Le nom et l’être: De la théorie aux mises en forme épigraphiques — ESTELLE INGRAND-VARENNE
  • Graver son nom dans la pierre: Aspects techniques et culturels — THIERRY GREGOR
  • Topographie du nom du saint dans l’église: L’exemple des inscriptions brèves de dédicace — ANNICK GAGNÉ
  • Le nom, marque dans l’image et marqueur de l’objet — VINCENT DEBIAIS
  • Le nom à l’oeuvre: Les signatures épigraphiques d’artistes et de commanditaires entre quête de gloire et perspectives eschatologiques — EMILIE MINEO
  • Hic fuit: Scratching Names on Sacred Walls — CARLO TEDESCHI
  • Saints’ Names and Relics: The Evidence of Church Inscriptions — ELISA PALLOTTINI
  • Ces morts dont on inscrit le nom dans la pierre … — CÉCILE TREFFORT
  • Et breve in exigo marmore nomen ero: Un seul nom pour épitaphe (Gaule, Aquitaine, VIe-VIIIe s.) — MORGANE UBERTI
  • The Memory of a Person’s Name — JANNEKE RAAIJMAKERS
  • The Social Meaning of Names — JANNEKE RAAIJMAKERS
  • Naming as a Liturgical Act — ELS ROSE
  • Beyond the Pale? Those Who Were Not Worthy to Be Named — MARCO MOSTERT
  • Conclusions — ESTELLE INGRAND-VARENNE, ELISA PALLOTTINI, and JANNEKE RAAIJMAKERS
  • Bibliography
  • Indices

Plus de renseignements sur le site de Brepols: https://www.brepols.net/products/978-2-503-60236-3 

Ecole d’été en ligne: le latin à travers l’épigraphie

Du 12 au 16 juin 2023, l’Université d’Oviedo (département de philologie classique et romane) organise une école d’été en ligne consacrée à la langue latine au travers des sources épigraphiques.

Le langage des inscriptions latines est souvent formulaire et standardisé, mais il montre aussi des variations dues aux objectifs de communication des différentes catégories épigraphiques ainsi que
ainsi qu’à des variables chronologiques et sociologiques. La plupart de ces aspects n’apparaissent pas dans le corpus des textes littéraires, et les inscriptions représentent une source unique pour notre connaissance de l’histoire évolutive et des diversifications internes de la langue latine. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, le latin est resté en usage pour l’écriture exposée : les modèles épigraphiques classiques ont été imités et la langue a été employée comme un signe de culture.

Le but de cette école d’été est de développer une prise de conscience du potentiel des preuves épigraphiques pour les études philologiques et linguistiques. Dans le même temps, elle prête attention à l’utilisation épigraphique de la langue latine dans une perspective diachronique. Le dernier objectif est de fournir aux participants une connaissance de base en épigraphie et paléographie latine, ainsi que des principaux outils théoriques, méthodologiques et pratiques pour l’analyse linguistique et philologique.

Le programme détaillé de la semaine est accessible ici: Latin and Epigraphy_program

Cette école d’été s’adresse particulièrement aux étudiants de master et de doctorat, ainsi qu’aux post-doctorants ayant des intérêts philologiques et linguistiques. Les étudiants et spécialistes d’autres disciplines sont également bienvenus.

Un minimum de 20 participants est nécessaire pour la tenue de cette école d’été.

Prérequis: connaissance du latin recommandée; aucune connaissance de l’épigraphie demandée;

Les cours auront lieu en ligne sur Teams et en anglais.

Frais d’inscription : 70 € (jusqu’au 1er avril), 90 € (jusqu’au 1er mai).

Un certificat sera délivré aux participants à la fin de l’école d’été.

Organisateurs : 
Silvia Tantimonaco
Pedro Manuel Suárez-Martínez
DigiCodex Research Group

Information : classicsonline@uniovi.es

Inscription : https://n9.cl/wncxo 

Les inscriptions dans la peinture valencienne

La thèse de Julio Macián Ferrandis, brillamment soutenue à l’Université de Valence (Espagne) le 15 décembre dernier, est consacrée aux inscriptions présentes dans la peinture valencienne entre 1238 et 1579. Un sujet magnifique, traité avec sérieux et application, pour des résultats nombreux et qui ouvrent des perspectives fascinantes pour la connaissance de la culture écrite et artistique de cette très longue fin du Moyen Âge. Le travail est servi par une présentation impeccable, élégante, fluide. Tout est propre et soigné dans cette thèse, jusque dans le détail des polices de caractères, des mises en page. Chacun des choix formels et stylistiques de la thèse traduit une relation passionnelle entre le doctorant et son sujet ; une relation que l’on a pourtant tendance à gommer dans l’écriture, comme si l’on devait cacher cette relation d’amour intellectuel, comme si pour paraître subitement plus “scientifique” nous devions adopter une neutralité de langage, comme si nous devions renoncer à l’implication personnelle par le langage dans la recherche ; comme s’il fallait oublier que les sciences humaines et sociales appellent au contraire à cet engagement à la fois intime et prudent avec le sujet. La thèse de Julio Macián Ferrandis consomme cette relation, et c’est tant mieux.

La thèse a un sujet clair et parfaitement exposé dans une introduction efficace : l’étude des phénomènes écrits présents dans la peinture valencienne de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes. Il s’agit d’étudier toutes les manifestations de l’écriture qui, avec des formes et des fonctions différentes, interagissent avec la peinture pour donner le nom d’un personnage ou d’une scène, copier un texte biblique ou liturgique, mettre en scène un dialogue entre acteurs, donner le nom du peintre ou la date du tableau, etc. Un corpus gigantesque d’inscriptions qui ne sont généralement pas étudiées pour elles-mêmes, comme s’il s’agissait de simples anecdotes dans les processus et les produits picturaux. Trop souvent, on les oublie ou, pire encore, on ne les utilise que dans la mesure où elles constituent des dépôts d’informations pour la datation, l’attribution ou la clarification de la peinture. Ce travail de doctorat change les règles du jeu et, inspiré par les perspectives magistralement ouvertes Francisco Gimeno Blay, directeur de la thèse, met les inscriptions au cœur de l’enquête. Cette thèse n’est pas une thèse d’épigraphie médiévale pour autant : c’est une véritable thèse d’histoire de la culture visuelle qui combine avec succès l’étude de la peinture valencienne et les considérations sur la culture écrite du Moyen Âge. Le doctorant a réussi à ne pas tomber dans le piège consistant à limiter son regard aux inscriptions, comme c’est le cas dans de nombreuses études déjà publiées pour lire les textes dans une perspective épigraphique sans tenir compte de ce que l’image fait à l’écriture – en ce sens, cette thèse est un véritable jalon dans l’historiographie espagnole et propose un changement de paradigme. Cela ne signifie pas qu’il manque une partie proprement « épigraphique » dans cette thèse. Au contraire, elle propose un excellent bilan historiographique sur l’étude des inscriptions médiévales, en mettant en perspective les différents courants, écoles et traditions, mais en construisant également une pensée originale, profondément enracinée dans la peinture, ses gestes, ses thèmes, ses fonctions et ses acteurs.

La thèse est divisée en trois parties. La première partie décrit tous les éléments qui constituent l’inscription peinte : disposition matérielle, écriture, prosodie, langue, source, etc. La deuxième partie replace ces éléments dans le contexte de la pratique picturale valencienne en identifiant les fonctions des textes, leurs acteurs et la dimension sociale des inscriptions. La troisième partie regroupe enfin toutes les fiches descriptives du corpus épigraphique. Elles permettent d’accéder à la documentation qui a servi de base au travail de doctorat et constituent un véritable trésor ; un musée épigraphique d’une immense qualité formelle et d’un intérêt scientifique incroyable. L’édition des textes utilise des critères simples et efficaces, sans commentaires généraux sur ce qui produit la rencontre de textes et d’images dans ces œuvres cependant.

Les deux premières parties de la thèse propose un travail fondamentalement taxonomique. Elle a pour objectif de faire l’inventaire de toutes les inscriptions, de clarifier et de préciser leur catégorisation formelle et fonctionnelle, afin d’encadrer cette pratique avec des critères objectifs et exclusifs qui mettent en évidence les relations particulières entre la société médiévale tardive et l’écriture à travers la peinture. Il s’agit de pouvoir attribuer à chaque inscription une série d’étiquettes pour le support, la disposition, la graphie. De même, dans la deuxième partie de la thèse, les critères de lisibilité, la description des acteurs, la fonction « réelle » des textes tendent à s’établir comme des catégories capables de distinguer différentes pratiques. La volonté de classer à tout prix produit des pages très intéressantes pour l’analyse des supports et l’utilisation des phylactères notamment (leur orientation, leur poids, leur matérialité). La partie sur le textile comme support est tout aussi intéressante que celle concernant les inscriptions « sans support ». Le classement fonctionne très bien dans l’excellente section paléographique de la thèse, notamment pour l’analyse formelle et sociale de l’apparition et du développement de la minuscule – une partie qui dépasse très largement tout ce qui avait été écrit auparavant sur le sujet parce qu’elle envisage ces formes comme des fossiles ou des imitations tout en ajoutant les critères de normativité, de mode, de goût, de citation, d’évocation. Cependant, Julio Macián n’envisage pas ou presque les aspects techniques et ne s’interroge donc pas sur l’utilisation des pinceaux, des brosses, des pigments, sur la résistance des couches, sur la texture du bois et leurs conséquences éventuelles sur la disposition, le ductus et le module des lettres. Au-delà de la thèse de Julio Macián, c’est un point qui ne cesse d’être frappant : ce déni de technique pour les inscriptions peintes, quand les catégories paléographiques mêmes sur lesquelles repose l’épigraphe sont établies sur la coupe de la plume, l’angle d’écriture, la distinction parchemin/papier… Est-ce qu’on écrit au pinceau de la même manière qu’on écrit à la plume ?

Les très bonnes pages consacrées aux documents de la pratique qui témoignent de la place de l’écriture dans la commande et la conception de la peinture sont particulièrement originales puisqu’elles documentent ce que l’on a jusqu’alors senti ou supposé : l’engagement du peintre dans le choix des textes et des graphies, le degré d’alphabétisation, la stabilité des formules graphiques, etc. On aurait pu éventuellement s’attarder dans les textes épigraphiques sur le concept de « signature » en citant les travaux épigraphiques d’Emilie Mineo, ou les études anthropologiques de Béatrice Fraenkel. On aurait pu se poser la question de ce que signifie inscrire la date d’un tableau dans l’image elle-même, en citant des études récentes de Robert Favreau sur la chronologie, ou de Morgane Uberti sur la relation entre écriture et temps dans les dates.

L’un des apports les plus intéressants de la thèse se trouve dans l’étude des « fonctions » des inscriptions, divisée en deux sections. Dans la première partie, le doctorant décrit quelles sont les fonctions « théoriques » des textes selon leur support, leur source, leur langue et leur graphie. Dans la seconde, il analyse quelles sont les fonctions « réelles » de chaque inscription en fonction de son contexte pictural et des contingences de sa réalisation. Peut-être devrait-on, par principe épigraphique, abandonner la première classification ou, du moins, la considérer comme totalement théorique, sans ancrage documentaire, de la même manière que la physique théorique doit postuler n-dimensions pour commencer à développer ses recherches – un cadre historiquement impossible, absurde anthropologiquement mais épistémologiquement nécessaire. La seconde classification répond pour sa part à la seule condition réelle d’existence de l’inscription, à l’usage et à l’effet de l’écriture au Moyen Âge. Cette distinction permettrait ainsi de confronter l’histoire et la taxonomie, et interdirait toute tentative de classifications forcées.

Julio Macián Ferrandis a pu revenir au cours de sa soutenance sur toute la richesse de son travail, et discuter avec les membres du jury des apports incontestables et des prolongations éventuelles de cette belle thèse de doctorant. Elle donne à l’épigraphie médiévale l’occasion parfaite de participer aux grandes conservations sur la culture graphique et artistique entre Moyen Âge et Renaissance. Grâce à ces premiers résultats, on peut poursuivre sereinement l’exploration artistique, esthétique et anthropologique de ce que signifie mélanger l’écriture et l’image à la fin du Moyen Âge, dans le contexte d’une culture chrétienne fondamentalement dépendante du paradigme de l’Incarnation, du Verbe fait chair, d’un Dieu fait matière. Il est nécessaire de faire connaître ce travail et le corpus sur lequel il repose pour aller plus loin encore sur ces questions passionnantes.

 

Le 1er Summer Camp de Roda: un incubateur

Dix-huit mois : c’est le temps écoulé depuis la dernière participation à un colloque ou une journée d’étude pour la plupart des jeunes chercheurs réunis lors de cette rencontre internationale d’épigraphie. Douze mois : c’est le temps qu’il a fallu pour lancer et relever le défi pour Vincent Debiais, (EHESS), à l’initiative de ce Summer Camp, particulièrement attentif à la situation difficile, d’isolement et solitude, des doctorants pendant la Covid-19. Ces trois jours de rencontre et d’échange à Roda étaient donc attendus, comme une bouffée d’air revigorante avant de s’embarquer pour une nouvelle année ! Un lieu s’imposait pour un tel challenge : le petit village Roda de Isábena en Espagne, piton rocheux surplombant un paysage de montagne époustouflant, et laboratoire épigraphique à ciel ouvert avec les quelques 230 inscriptions de son cloître. L’accueil est à la hauteur – grâce aux nombreux acteurs locaux – et propice à l’élévation des esprits.

 

Venus du Québec et des Etats-Unis, d’Italie, de France et d’Espagne, d’Allemagne, d’Angleterre, de Norvège et de Croatie, avec des bagages différents en Sciences humaines et sociales, les quinze participants issus de 14 institutions présentent leurs recherches doctorales ou postdoctorales, confrontent leurs hypothèses, et questionnent tous un même objet : l’inscription au Moyen Âge. 

Une constellation de thématiques surgit donnant un vaste panorama des recherches actuelles en épigraphie : des lipsanothèques (Marianne Blanchard) aux objets d’orfèvrerie signés ou en géorgien (Mandy Telle, Bella Radenovic), des tombes angevines à Naples (Nunzia Tota) aux chartes lapidaires italiennes (Arianna Nastasi), des peintures de Valence et charpentes peintes domestiques en Occident (Julio Macían Ferrandis, Hugo Chatevaire) aux représentations d’inscriptions dans les premiers imprimés (Rachel Carlisle), des traces inscrites de l’histoire intellectuelle de Ravenne (Antonin Charrié-Benoist) aux poèmes épigraphiques de Venance Fortunat et Eugène de Tolède (Silvia Gómez Jiménez), de la croix de Ruthwell (Kerstin Majewski) aux objets de dévotion dans l’Adriatique (Matko Marušić), des mises en scènes et jeux d’écritures runique et latine en Scandinavie (Johan Bollaert, Alessandro Palumbo) au blanc/vide dans les épitaphes tardo-antiques (Becca Grosse).

Cette énumération, qui donne une vision kaléidoscopique, révèle surtout un Moyen Âge épigraphique dans lequel une même culture graphique se déploie, dépassant les supports, langues et frontières. Des questions communes à tous sont apparues : Qui écrit ces textes ? Pourquoi ? Quelle relation l’écriture exposée ou cachée noue-t-elle avec son environnement ? Quelle communication est à l’œuvre pour quel public, avec quel niveau de littéracie ? Quelles méthodologies utiliser pour l’analyse et comment les combiner ? Comment ne pas se laisser enfermer dans des catégories de pensée ou ne pas tomber dans le placage anachronique de modèle ? Un des moyens pour répondre à ces multiples interrogations est un des paris du projet : prendre son temps. Le format long des présentations permet à chacun d’aborder les dossiers avec lenteur et profondeur, et de provoquer chez les auditeurs une vraie stimulation intellectuelle. On réapprend et savoure d’autant plus le fait de pouvoir discuter à bâton rompu, après ce long temps de confinement, de distance, d’écran, de virtuel. L’échange s’installe dans la bienveillance, comme un accompagnement de la part des répondants issus tant de l’histoire de l’art avec Stefano Riccioni, Gerardo Botto et Maria Villano, que de l’histoire de l’écrit avec Paul Bertrand, Vincent Debiais et Estelle Ingrand-Varenne

Ecouter, croiser, accompagner donc, mais aussi faire communauté : dans ce huis-clos aragonais, au fil des présentations, des café et des repas, les liens se tissent et petit à petit se crée une communauté de jeunes chercheurs à l’échelle de l’Europe. L’enjeu est aussi là, car l’épigraphie est une discipline parfois isolée dans certains laboratoires et nombre de doctorants n’ont pas toujours avec qui échanger. Si la rencontre a été le point culminant, elle était largement préparée en amont par des vidéos égrainées durant l’hiver et le printemps, où chaque voix – celle des communiquants et des répondants – a participé (à retrouver ici); belle manière de fédérer peu à peu le petit groupe et de donner un avant goût alléchant.

Un dernier verbe doit être ajouté pour retranscrire au mieux cette expérience rodannienne: transmettre. La rencontre se passait dans l’intimité d’une ancienne glacière, sans auditeurs extérieurs, pourtant le grand public ne fut pas oublié. Trois conférences dans les villes environnantes (Thierry Grégor à Benabarre ; Gerardo Botto Varela à Graus ; Vincent Debiais à Barbastro) ont rythmé les soirées, ainsi que la visite du Musée de Barbastro avec son église-cathédrale et du cloître de Roda. L’espace claustral chargé en écriture est l’objet d’une étude collective en cours d’achèvement, dirigée par Vincent Debiais, qui paraîtra bientôt dans la revue In-Scription. Cette transmission fut aussi celle des compétences d’un expert en taille de pierre, Thierry Grégor, présentant les outils des lapicides, les gestes des artisans et les traces laissées dans le calcaire des arcades et chapiteaux lors d’une visite nocturne et un éclairage rasant.  

Se confronter au terrain et à la matière, à l’objet et aux idées, tel pourrait être le récapitulatif lapidaire de cette première rencontre, avec le vœu qu’elle soit suivie d’autres aussi riches et fécondes.   

   

Pour un compte-rendu plus détaillé: https://devisu.hypotheses.org/1575 

Webinaire SEMPER: Transmissions épigraphiques

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend cette année sous forme de webinaire transversal, réunissant tous les projets de recherche en épigraphie liés au CESCM (le CIFM/Titulus, CARMECA, IGAMA, l’ERC GRAPH-EAST), en partenariat avec le CRFJ Jérusalem. Neuf séances se dérouleront entre octobre 2021 et juin 2022, à raison d’une par mois, autour du thème “Transmissions épigraphiques”.  

« Transmettre un message au public le plus large » telle est une des fonctions de l’inscription. Mais en quoi consiste cette transmission ? Sur quoi porte-t-elle et qu’implique-t-elle ?  Parler de « transmissions épigraphiques » permet d’interroger l’idée non de permanence qui efface le rapport au temps, mais de continuité qui intègre les remous de l’histoire, les variations d’interprétations, les transformations du support. L’emploi continu de formes d’écriture comme la capitale (entendu au sens de grande lettre placée dans un système bilinéaire), la récurrence de certaines formules funéraires qui traversent le Moyen Âge et se trouvent toujours utilisées dans nos langues modernes, ou encore le remploi matériel intentionnel d’une pierre inscrite dans un mur, sont trois exemples les plus évidents de la durée véhiculée par l’inscription. Cette continuité se fait à travers la passation (trans-) ; elle s’inscrit dans une chaîne temporelle et/ou spatiale. Elle implique un mouvement, comme le montrent la cartographie des formules épigraphiques en Europe ou les transferts entre Orient et Occident. Elle met aussi en en avant les intermédiaires qui participent à ce maillage, voire cet engrenage.

Au-delà du contenu et de la forme d’un message, le texte épigraphique est aussi une trajectoire, un itinéraire dans le temps, celui de l’histoire de sa transmission sur d’autres média que son propre support. Dès le Moyen Âge, les inscriptions sont recopiées dans les manuscrits ; aux XVI-XVIIe siècles, les imprimeurs vont redoubler d’originalité pour reproduire fidèlement et faire voir ces textes monumentaux ; les dessins, les estampages, les premières photographies au milieu du XIXe s. jusqu’à la photogrammétrie aujourd’hui font partie de ce travail de transmission. Le travail d’édition – car l’éditeur est un « passeur » – doit aussi être questionné.

Ce webinaire sera donc l’occasion à travers cette thématique transversale d’interroger de manière collective l’objet « inscription » tout autant que l’histoire même de la discipline épigraphique, la mise en scène du travail de l’histoire comme une méthodologie en acte, pour reprendre une expression d’Étienne Anheim (Le travail de l’histoire).

Les 9 séances d’octobre 2021 à juin 2022 se dérouleront avec le même lien Zoom ci-dessous :

https://us02web.zoom.us/j/89842541808?pwd=c0hyQ1o4OVR6OXFuZ0hHOU1vQmRKQT09

(ID de réunion : 898 4254 1808 ; Code secret : 013157)

Programme : 

  • Jeudi 14 octobre,  10h-12h : Elisabetta Scirocco (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)« Dinamiche di ‘trasmissione epigrafica’ nella badia benedettina di Cava de’ Tirreni (Salerno): tradizione e creazione di una memoria monumentale ». Répondant : Maria Villano.
  • Jeudi 25 novembre, 14h-16h : Jean-Baptiste Javel (IRAMAT CRP2A, Université Bordeaux Montaigne) et Thierry Grégor (CESCM, Université de Poitiers), « La basilique Saint-Eutrope de Saintes : Étude technique de deux inscriptions inédites »
  • Jeudi 16 décembre, 14h-16h : Michele Bacci (Université de Friburg, Suisse), “Les graffitis de la Nativité de Bethléem, l’édition du manuscrit de Emérico Vicente Juhász, Pinturas y grafitos. Basílica de la Natividad en Belén (Milan: Edizioni Terra Santa, 2021)”. Répondants: Clément Dussart et Estelle Ingrand-Varenne.
  • Jeudi 13 janvier, 10h-12h : Antonino Tranchina (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)
    « Ways of Indexicality. Graffiti and the Staging of the Sacred across the Norman South »
  • Jeudi 17 février, 10h-12h : Cécile Treffort (CESCM, Université de Poitiers) « La transmission manuscrite de la poésie épigraphique carolingienne »
  • Jeudi 17 mars, 10h-12h : Vincent Debiais (EHESS, Paris)
    « Transmettre l’inscription par l’inscription : copier, refaire, augmenter les textes funéraires (Espagne, Empire, XIIIe-XVIe siècle) »
  • Jeudi 9 avril, 10h-12h : Morgane Uberti (Universidad Complutense, Madrid), « Transmettre le temps : la date inscrite, entre temporalité et figure de l’histoire (Antiquité tardive, Moyen Age) »
  • Jeudi 19 mai, 10h-12h : Susanne Thürigen (GERMANISCHES NATIONALMUSEUM- Leibniz-Forschungsmuseum für Kulturgeschichte), « Objects that talk. Inscriptions on early modern table clocks ». Répondante: Rachel Carslile (PhD candidate, Department of Art History, Florida State University)
  • Jeudi 9 juin, 10h-12h : Rafał Quirini-Popławski (Jagiellonian University in Kraków), « Mission impossible between an inscription, a coat of arms and an ornament. The issue of assigning a “cultural identity” to the stone slabs in the late medieval Crimea ». Répondant: Sercan Saglam (Post-doc member of Graph-East)

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

Au-delà du CIFM : l’enrichissement de la documentation épigraphique après publication

Depuis cinquante ans, le Corpus des inscriptions de la France médiévale assure l’édition aussi exhaustive que possible des textes épigraphiques attribués aux VIIIe-XIIIe siècle. En 26 numéros (hors nouvelle série thématique), ce sont 66 départements qui ont ainsi été couverts, et plus de 4 000 inscriptions publiées. Ces volumes papier (ou leur avatar numérisé accessible gratuitement sur Persée) constituent autant d’outils indispensables aux médiévistes. En apparence figées par le format de publication, les inscriptions font cependant l’objet d’un suivi attentif et injustement méconnu.

Fenêtre sur un contrat de 3 mois dédié à la gestion des supplementa.

Une documentation en perpétuelle évolution

L’actualisation du corpus édité répond à trois nécessités :

  • Des inscriptions médiévales sont ponctuellement découvertes lors de chantiers de restauration de peintures murales ou de fouilles archéologiques.
  • Certaines inscriptions disparaissent ou sont détruites, mais d’autres, réputées perdues lors de leur publication par le CIFM, sont retrouvées.
  • La recherche progresse : il faut mettre à jour la bibliographie, documenter les nouvelles campagnes photographiques, archiver les relevés…

L’enrichissement permanent de la documentation bénéficie d’un vaste travail de collaboration entre la petite équipe d’épigraphie, différents acteurs du patrimoine à la recherche d’informations sur une inscription particulière, ainsi qu’un réseau de collègues partageant leur connaissance pointue de leur région de prédilection. Ces échanges scientifiques sont l’occasion d’expertises inédites, plus ou moins développées, qui viennent compléter nos dossiers.

Correspondance de Robert Favreau sur les inscriptions du prieuré Saint-Promasse

Parallèlement, les dépouillements bibliographiques continuent. Certaines revues scientifiques (Bulletin monumental, Bulletin de la Société archéologique du midi de la France…), de même que certaines collections (Congrès archéologiques de la France, Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa…) sont systématiquement compulsées. Les moyens humains ne permettent pas de couvrir l’ensemble de la bibliographie intéressante pour l’épigraphie médiévale, mais des recherches ciblées donnent lieu à des ajouts ponctuels.

Exemple de diversité de la documentation traitée (à gauche, cliché de la copie d’une épitaphe du XIIe siècle dans un manuscrit du XVIIe s. ; à droite, fiche de dépouillement bibliographique)

La documentation du CIFM a d’abord été gérée sous format papier, avec un important répertoire par la suite complété par des classeurs de suppléments. Ce système a longtemps répondu aux attentes d’une petite équipe réunie en un même bureau et ayant principalement besoin de rechercher les inscriptions d’après leur localisation pour assurer sa mission d’édition. Depuis vingt ans, l’évolution informatique, mais aussi le renouvellement puis l’élargissement et la grande mobilité de l’équipe ont cependant créé de nouveaux usages : la documentation s’en ait trouvée considérablement enrichie mais aussi dispersée dans divers ordinateurs. Des problèmes d’accessibilité sont ainsi apparus, rendant nécessaire la mise en place d’un nouveau système de centralisation de la documentation.

Les défis d’une base de données collective

On peut s’étonner que le CIFM ait été structuré autour d’une base de données « papier » et non numérique. En réalité, le CIFM a été pionnier en informatique avec la mise en place dès 1974 d’un système de concordance pour étudier le vocabulaire et les formules des inscriptions médiévales. L’université de Poitiers avait d’ailleurs reçu les honneurs du premier numéro de la revue Le médiéviste et l’ordinateur pour ses projets précurseurs en informatique.

Page de l’un des classeurs de concordance des carmina epigraphica

Les difficultés techniques, avec leur coût humain et financier, ont eu raison de cet enthousiasme initial au CIFM comme dans la majorité des programmes en sciences humaines. Et comme ailleurs, des projets de bases de données ont réapparu dès les années 2000. Quoique très abouties, ces conceptualisations n’avaient jusqu’à maintenant pas été concrétisées du fait de plusieurs difficultés majeures :

  • Une masse documentaire importante : traiter plusieurs milliers d’inscriptions suppose un investissement humain extrêmement chronophage.
  • Des besoins contradictoires : la mission première du CIFM est l’édition d’un vaste corpus, mais les membres et collaborateurs de l’équipe mènent en parallèle une activité scientifique imposant de traiter plus en détail des corpus restreints.
  • La multiplication des orientations de recherche : si les premiers éditeurs ont privilégié une orientation historique et linguistique, les thèses récentes développent également les aspects archéologiques et techniques. Pour une base de données collective, cette ouverture des problématiques impose non seulement une multiplication des champs, mais aussi des compétences nécessaires pour la renseigner.
  • Le risque d’une obsolescence de l’outil : jusqu’à présent, le choix du système de gestion de base de données posait deux problèmes de pérennité. Les solutions logicielles libres (MySQL, PostgreSQL) sont durables, mais leur complexité impose de recourir à un prestataire pour le développement, avec comme résultat une base de données statistique soumise aux aléas des financements pour sa mise à jour. Quant aux logiciels commerciaux (FileMaker, Microsoft Access…), ils sont suffisamment simples pour créer et modifier une base de données en interne, mais le format propriétaire qu’ils ajoutent aux données les rend périssables à long terme.

L’ensemble de ces contraintes ont conduit à abandonner le mirage d’une base de données exhaustive pour le CIFM. D’autres projets numériques ont vu le jour en parallèle, en particulier l’édition numérique Titulus. La mise en place d’une nouvelle gestion de la documentation des supplementa a cependant été l’occasion pour Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort de réorienter le projet de base de données vers un outil principalement documentaire : l’objectif n’est plus d’analyser chaque inscription, mais de les identifier individuellement pour renvoyer à toutes les ressources les concernant (expertises inédites, bibliographie, reproductions…).

Ma mission était centrée sur la conception de la base de données documentaire, avec comme principale contrainte la réduction maximale du temps de saisie. La solution retenue a permis de traiter près de 400 inscriptions en 2 mois environ. Pour ce faire, les informations descriptives ont drastiquement été limitées au titre de l’inscription, au type de support et à la technique d’écriture. Les informations de localisation (ancienne et actuelle), de conservation, de datation (par siècle et année) ainsi bien sûr que le texte ont été maintenues. Les types de reproduction sont détaillés (photographies, photogrammétrie, relevés archéologiques, moulages…), la documentation disponible au CESCM également, ainsi que la bibliographie. Une attention particulière est portée à la traçabilité de la notice ainsi obtenue, de l’identification de la personne ayant signalé l’inscription au CIFM jusqu’au nom de celle ayant créée voire modifié la notice.

Formulaire de saisie des inscriptions, organisé en onglets thématiques, dans la nouvelle base de données Heurist

Bien qu’il n’était pas initialement prévu de mettre en pratique le modèle de données durant le temps réduit du contrat, les possibilités offertes par la solution Heurist ont motivé la mise en place d’un test qui s’est rapidement révélé concluant. Heurist est une application pensée pour permettre aux chercheurs en Sciences humaines et sociales de faire (et de faire évoluer) leur base de données de recherche sans l’intermédiaire d’un informaticien : créée à l’université de Sydney par le préhistorien Ian Johnson, hébergée en France par Huma-Num, codée à partir de technologies libres (MySQL) et structurée sur des grands principes d’interopérabilité, Heurist propose un environnement de bases de données parfaitement adapté aux projets en histoire et en archéologie. La version 6 actuellement en phase de test (version stable prévue pour début 2021) a dépassé toutes nos attentes concernant l’ergonomie, les possibilités de mise en forme de l’information (menus déroulants à deux niveaux, possibilités de gestion de périodes d’incertitude pour la datation…), les paramétrages de requêtes (visualisation des résultats avec ou sans vignette, filtres enregistrables, recherches facettées…), mais aussi exports possibles (vers QGIS, Gephi…).

La réussite de la création d’une base de données documentaire pour le CIFM offre de nouvelles perspectives pour d’autres corpus. Dès le printemps 2021, elle sera élargie pour accueillir les inscriptions latines de l’orient médiéval éditées dans le cadre du  projet ERC GRAPH-EAST ainsi que celles de la Gaule durant l’Antiquité tardive du projet IGAMA.

Un grand merci à Ian Johnson, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort et Morgane Uberti pour leur disponibilité.

Merci également à Alix Chagué de m’avoir fait découvrir Heurist.

Contact : cifm.cescm@univ-poitiers.fr

Idées de lecture

Quelques suggestions de lectures épigraphiques … Voici les acquisitions de l’inscripthèque pour le second semestre 2020 : 

Articles

  • Debiais Vincent & Senra José Luis, « Memoria, panegírico y epigrafía: la condesa Teresa Peláez de Carrión (ob. 1093) », Journal of Medieval Iberian Studies, 12:3, 2020, p. 293-316.
  • Felle Antonio. E., « Examples of ‘in-group’ epigraphic language: the very first inscriptions by Christians », The Journal of Epigraphic Studies, 3, 2020, p. 131-147.
  • Felle Antonio. E., « Non-exposed Funerary Inscriptions and the Cult of the Cross between Italy and Byzantium, 6th – 9th centuries », in M.D. Lauxtermann – I. Toth (eds), Inscribing Texts in Byzantium. Continuities and Transformations, Routledge, Abingdon-New York 2020, p. 122-143.
  • Felle Antonio. E., Fioretti Paulo, « Epigrafi latine in Puglia nell’età normanno-sveva. Contesti, testi, scritture », in: Oltre l’Alto Medioevo: etnie, vicende, culture nella Puglia normanno-sveva. XXII Congresso Internazionale di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo (Savelletri di Fasano (BR), 21-24 novembre 2019), Spoleto 2020, p. 419-471.
  • García García Francisco de Asís, « Épigraphie et création artistique à l’époque romane: Le paysage monumental du Haut-Aragon autour de 1100 », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 285-306.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Peur du vide ? L’économie graphique dans les inscriptions médiévales », Viator, 50.1, 2019, p. 107-136.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Nommer, couper, incorporer : Quand le nom rencontre le corps de l’image », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 209-228.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « The inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem. New corpus and perspectives », Crusading and Archaeology. Some Archaeological Approaches to the Crusades, Vardit R. Shotten-Hallel, Rosie Weetch ed., Routledge, 2020, p. 328-344.
  • Menudier Aurore, « Le corpus épigraphique provençal : premier bilan et comparaison avec le corpus bourguignon », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [Online], Collection CBMA, Les journées d’études, Online since 19 May 2020, connection on 23 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/cem/17076
  • Petutschnig Anna, Schmitz-Esser Romedio, Tangerner Elisabeth, « Übersehene Botschaften aus der Vergangenheit », Akademie Aktuell, 2. 2020, p. 20-22.
  • Rico Camps Daniel, Lorenzo José Miguel, « Reliquias del Arca de la Alianza en la iglesia de San Salvador de Carcena (Soria), según una inscripción inédita del siglo XIII », Boletín del Archivo Epigráfico, n°6, juin 2020, p. 33-50.
  • Rico Camps Daniel, « Los versos del plano de Saint-Gall », Pyrenae. Revista de prehistòria i antiguitat de la Mediterrania occidental. Journal of Western Mediterranean prehistory and Antiquity, 2020, vol. 51 n°2, p. 141-158.
  • Schärli Caroline, « Encircling Inscriptions in Early Byzantine and Carolingian Sacral Buildings », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 253-284.
  • Uberti Morgane, « Un règne sans roi: Le non-dit du temps dans quelques inscriptions de la Gaule du haut Moyen Âge », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 181-208.
  • Widmaier Jörg, « Between Written and Spoken Words: The Use and Function of Inscriptions on Medieval Baptismal Fonts », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 307-328.

Ouvrage :

  • Giersiepen Helga, Stieldorf Andrea éd., Über Grenzen hinweg – Inschriften als Zeugnisse kulturellen Austauschs. Beiträge zur 14. Internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik, Düsseldorf 2016, Paderborn : Brill/Ferdinand Schöningh, 2020.

TITULUS se renouvelle

 

(par Clara Renedo, doctorante à l’École nationale des chartes / Université Paris 3, co-responsable de TITULUS)


Le projet TITULUS, qui est en ligne depuis bientôt 4 ans, a connu plusieurs évolutions pendant ces derniers mois, grâce au soutien du Consortium des sources médiévales COSME 2.

À côté du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM), le site accueille désormais un nouveau corpus dédié aux inscriptions du Royaume latin de Jérusalem, dans le cadre du projet mené par Estelle Ingrand-Varenne. Une description du corpus et une sélection de notices sont déjà disponibles sur le site en cliquant ici

D’autre part, de nouvelles notices des derniers volumes du CIFM ont été encodées et incorporées à la base de données. Les volumes 26 et hors-série I sont désormais entièrement accessibles, ainsi que les premières notices du volume 25 (ici). 

Parallèlement, nous avons mis au point une nouvelle version du manuel d’encodage, qui est téléchargeable depuis l’onglet “Projet”. Les ajouts sont principalement des solutions à des phénomènes qui n’avaient pas encore été prévus dans les versions précédentes du manuel et n’impliquent dans aucun cas la modification des règles déjà existantes.

Enfin, du point de vue technique, la base de données a migré dans la version la plus récente du logiciel eXist-db, grâce à la collaboration avec l’équipe du consortium Huma-Num. Le langage PHP et la bibliothèque Bootstrap ont également été mis à jour.

Inscripthèque: acquisitions 1er semestre 2020

L’inscripthèque rassemble les articles, ouvrages et images en épigraphie médiévale. Les nouvelles acquisitions sont indiquées tous les six mois. N’hésitez pas à faire part de vos publications. Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Articles

Bornschlegel Franz-Albrecht, « Die Epigraphik des Mittelalters  und der Frühen Neuzeit », Archiv für Diplomatik Schriftgeschichte Siegel- und Wappenkunde Begründet durch Edmund E. Stengel, Herausgegeben von Irmgard Fees und Andrea Stieldorf, 65. Band, 2019, p. 237-266.

Bornschlegel Franz-Albrecht, « Urkundeninschriften und Urkunden imitierende Inschriften. Gestaltungsformen und Gestaltungsmöglichkeiten », Stieldorf, Andrea (ed.) : Die Urkunde : Text – Bild – Objekt. Das Mittelalter. Beihefte, Vol. 12. Berlin: De Gruyter, 2019, p. 331-361.

Debiais Vincent, « Les structures rhizomiques de l’épigraphie funéraire », La memoria post mortem dall’Antichità al Medioevo, Rome : Viella, 2020, p. 149-165.

Debiais Vincent, « Espaces libérés du sens et de l’imagination. Quelques éléments de réflexion dans les inscriptions médiévales (VIIIe-XIVe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome -Moyen Âge, 132-1, 2020.

Debiais Vincent, Uberti Morgane, « Exposition Sendas epigraficas à la Casa de Velázquez (Madrid). Une rencontre entre pratique de l’histoire et création contemporaine », Polygraphe(s) – approches métissées des actes graphiques, 2, temporalités de et dans l’acte graphique, MSHS, Paris, 202, p. 87-89.

Durier Manon, « Affirmer la mémoire d’une communauté religieuse.», In-Scription: revue en ligne d’études épigraphiques [En ligne], Livraisons, Troisième livraison, mis à jour le : 04/11/2019, URL : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr:443/in-scription/index.php?id=368.

Fontaine Dominique, Labaune-Jean Françoise et Le Cloirec Gaétan, « Renaissance musicale », Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed. 24758

Galmiche Thierry, Buccio Vincent, « Les ardoises gravées de l’abbaye de Prémontré (Aisne), un support de notation musicale aux XVe-XVIe siècles », Archéologie Médiévale, CRAHAM, 2016, p.123-133.

Hostetler Brad, « Towards a typology for the placement of names on works of art », Inscribing Texts in Byzantium: Continuities and Transformations, éd. Marc D. Lauxtermann, Ida Toth, Routledge, 2020, p. 267-290.

Ingrand-Varenne Estelle, « Beyond Graphical Boundaries: Arabic Writing and Poem to the Virgin Mary inscribed in the Tympanum of Saint-Pierre-le-Puellier of Bourges », Über Grenzen hinweg – Inschriften als Zeugnisse kulturellen Austauschs. Beiträge zur 14. Internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik, Düsseldorf 2016, éd. Helga Giersiepen, Andrea Stieldorf, Paderborn : Brill/Ferdinand Schöningh, 2020, p. 137-158.

Ingrand-Varenne Estelle, « BOOK REVIEW: Alessia Bauer, Elise Kleivane and Terje Spurkland ed., Epigraphy in an Intermedial Context (Portland: Four Courts Press, 2018) », Peregrinations: Journal of Medieval Art and Architecture, Volume 7, Issue 1, 2019, p. 148-154.

Ingrand-Varenne Estelle, « Medieval Latin Inscriptions in Constantinople », Materials for the Study of Late Antique and Medieval Greek and Latin Inscriptions in Istanbul. A Revised and Expanded Booklet, Prepared by I. Toth and A. Rhoby, Oxford and Vienna, 2020, p. 97-106.

Ingrand-Varenne Estelle, Shotten-Hallel Vardit, « William of Belvoir (?). A short note on even a shorter inscription », Crusades, 2020, p. 21-24.

Loaëc Arnaud, « L’inscription de la tour 37 du rempart terrestre de Constantinople. Crise de l’empire et renouvellement intellectuel au début du Xe siècle », In-Scription: revue en ligne d’études épigraphiques [En ligne], Livraisons, Troisième livraison, mis à jour le : 22/11/2019, URL : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr:443/in-scription/index.php?id=386.

Martín López Maria Encarnación, « Las inscripciones medievales del claustro de la catedral de Roda de Isábena (Huesca). Aproximación a su taller lapidario », Espacio, Tiempo y Forma 33, 2020, p. 333-364

Marty Frédéric, « Fondre les cloches au Moyen Âge à Fos-sur-Mer : l’atelier de l’église Saint-Sauveur et la cloche de la chapelle Notre-Dame-de-la-Mer », Bulletin des Amis du Vieil Istres, 41, 2019, p. 114-134.

Nastasi Arianna, « Registrare, controllare e… eternare. Dal documento alla charta lapidaria, esempi di contratti e donazioni nel territorium di Roma e del Lazio fra VI e XII secolo », « Sicut scriptum est ». La parola scritta e i suoi molteplici valori nel millennio medievale, a cura di Francesco Cissello, Elena Corniolo, Alessia Francone, Marina Sarramia, 2020, p. 3-22.

Rhoby Andreas, « Latin Inscriptions in (Early) Byzantium », Latin in Byzantium in Late Antiquity and Beyond, ed. Alessandro Garcea, Michela Rosellini, Luigi Silvano, Turnhout, Brepols, 2019, p. 275-294.

Sánchez Santiago Domínguez, « Las fórmulas diplomáticas latinas en epigrafía », Documenta & Instrumenta, 6 (2008), p. 179-200

Santiago Javier, « Epigraphic workshops in Sigüenza Cathedral (Guadalajara, Spain) in the late middle ages », Post-Medieval Archaeology 0/0 (2020), p. 1-18.

Uberti Morgane, « Un temps nu. Dater comme acte (épi)graphique per se ? », Polygraphe(s) – approches métissées des actes graphiques, 2, temporalités de et dans l’acte graphique, 2020, MSHS, Paris, p. 47-55.

Thèses

  • Lemay Éloïse, Studies in Merovingian Latin Epigraphy and Documents, University of California, Los Angeles, dir. Professor Brent Harmon Vine, 2017.
  • Marangon Desi, Scrivere alla greca a Venezia: alfabeti ibridi e identità a confronto (secoli XI-XV), Università degli Studi di Padova, dir. Antonio Rigo, 2020.
  • Villano Maria Aimé, Le colonne del ciborio della Basilica di San Marco a Venezia [Les colonnes du Ciborium de la Basilique de Saint Marc à Venise], Université de Poitiers et l’Università Ca’ Foscari de Venise, dir. Vincent Debiais et Stefano Riccioni, 2020.

SEMPER, du séminaire au webinaire

Le séminaire d’épigraphie SEMPER profite de ce temps de confinement (et désormais de déconfinement, mais toujours de travail à distance) pour repenser son fonctionnement et se doubler d’un webinaire. Ce nouveau séminaire en ligne, inspiré par d’autres webinaires, tel celui de Paul Betrand à l’Université de Louvain,  propose un format plus court (1h), plus souple et plus régulier. Les séances sont en deux parties : 30 minutes de présentation, suivies de 30 minutes de discussion.

Ce webinaire offre l’avantage de rejoindre et faire participer à distance les collègues français et étrangers qui n’auraient pas pu se rendre au CESCM, dans une perspective toujours interdisciplinaire. Ces premières séances sont expérimentales, mais l’enjeu est de poursuivre ce format – amélioré – l’année prochaine.  

Ce webinaire est ouvert à tous. Pour participer aux séances, il suffit de cliquer sur le lien Zoom affiché (c’est le même lien pour les 5 rencontres) : 

https://us02web.zoom.us/j/86715584326?pwd=QXlFbzRBRmswMFJzY2l0NmZCYmRJUT09

 

Programme : 

Mercredi 29 avril, 15h : Maria Villano (doctorante en histoire de l’art, Università Ca’ Foscari Venise/Université de Poitiers), Courts-circuits temporels: l’ajout d’inscriptions sur objets remployés. Le cas des colonnes du ciborium de San Marco à Venise 

Mardi 5 mai, 10h : Desi Marangon (docteure Université de Padoue), Venice and Byzantium. Comparing alphabets and identities through the lens of epigraphical sources

Mardi 12 mai, 10h : Martin Aurell (professeur d’histoire à l’Université de Poitiers, dir. CESCM), Des runes au latin : l’épée vous parle 

Vendredi 22 mai, 14h : Fabio Coden (professeur Université de Vérone), Épigraphes et dynamiques historico-artistiques dans la région vénitienne (XI-XIIe siècles) : Johannes Vidorensis et son fils Arpo, évêque de Feltre, entre achats de reliques et fondations de sanctuaires

Jeudi 28 mai, 14h : Anna Lagaron (doctorante en archéologie, Aix-Marseille Université – Iremam), Étude préliminaire des graffiti arabes de la Nativité et des routes de pèlerinages au Sinaï

Pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, retour aux sources : Paris, Berlin

Travis : « It’s a kind of a long story »,
Jane : « I got plenty of time »
Scène de la cabine de peepshow, Paris-Texas, 1984.

W. Wenders, R. Muller, Paris, Texas, 1984 ET R. Rossellini, R. Juillard, Germania, anno zero, 1948

Si Paris n’est pas ‘à’ Berlin, si Berlin n’est pas le Texas, l’épigraphiste, quelle que soit sa période de prédilection, pourrait s’y rendre (Paris et Berlin…) comme il se rendrait sur les lieux d’une conception. Il y retrouve les traces d’une génération, quand l’érudition épigraphique s’est muée en discipline, avec ses principes éditoriaux nécessaires à la mise en œuvre de recueils d’inscriptions aux ambitions d’exhaustivité, en temps, en lieux.

Et si suggérer que l’épigraphie de la Gaule chrétienne relève d’un paysage aussi désolant que celui d’une ville après-guerre est aussi indélicat que galvaudé, il faut bien convenir que ce champ de la recherche reste aujourd’hui largement à réédifier pour le moins à l’échelle du panorama académique français. Se rendre à Paris ou encore à Berlin pour explorer des notes laissées par des savants portés par une intention commune – l’établissement de corpus comptant de manière plus ou moins détournées des inscriptions tardo-antiques – comptait comme un pas nécessaire pour poursuivre à nouveau un chemin déjà emprunté. 

Les documents qu’il s’agissait d’explorer à Paris et à Berlin constituent en effet les traces d’un tournant dans la constitution de l’épigraphie en tant que discipline. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’épigraphie latine est marquée par la première véritable entreprise éditoriale, organisée et structurée, dédiée aux inscriptions : celle du Corpus Inscriptionum Latinorum hébergé par l’Académie des sciences berlinoise et porté par Th. Mommsen. Il est nécessaire de rappeler là que le CIL, s’il est d’abord connu comme le corpus des inscriptions latines de la Rome classique, intégrait et intègre toujours des inscriptions au-delà du temps de l’Imperium Romanum. Suivant les mêmes principes qu’un projet français porté par le ministre de l’instruction publique, M. Villemain (1843-1846 : le projet n’a pas abouti), la collection allemande incluait les inscriptions allant jusqu’au VIe s. La marge de tolérance chronologique était néanmoins laissée à la responsabilité de l’éditeur du volume, en fonction du matériel rencontré. Enfin, nous le savons, il est bien difficile de dater avec précision les inscriptions en allant vers le Moyen Âge… Le principe était donc celui d’une intégration prudente plutôt que celui de l’exclusion, suivant les degrés de romanité que l’éditeur reconnaissait à l’objet. Aujourd’hui, il apparaît que certaines inscriptions qui y ont été intégrées sont certainement bien plus tardives que le VIe s. A côté de cette entreprise plutôt englobante, dans un même mouvement, et/ou à la faveur de cet élan, l’épigraphie chrétienne gagnait sa dignité épistémologique grâce aux travaux d’E. Le Blant en France ou encore G. B. De Rossi en Italie (ICVR), aussi et surtout grâce aux soutiens apportés par des instances fédératrices et structurantes : l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en France et la Commission d’archéologie sacrée à Rome. Les champs d’une érudition « scientifique » ne s’établissent et ne se consolident (hélas ?) qu’avec une reconnaissance institutionnelle, un espace désigné, hier comme aujourd’hui. 

En fin d’année 2019, les financements obtenus de la part de la fondation Vauchez ont conduit à deux courtes missions de recherche en archives, l’une à Paris, à la bibliothèque de l’Institut de France, la seconde à Berlin, à l’Académie des Sciences et Humanités Berlin-Brandenburg (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften) au sein du centre de recherche du Corpus Inscriptionum Latinorum. Le centre rassemble les archives des chercheurs ayant travaillé à la publication des différents volumes du CIL depuis sa prise en charge par Th. Mommsen en 1852 au sein de l’Académie. Ces volumes avaient pour ambition le rassemblement exhaustif et l’édition des inscriptions de l’Empire romain, de manière géographique et thématique.

Ces recherches, à Paris et à Berlin, avait pour objectif d’estimer la richesse des fonds érudits ainsi que leur pertinence dans la construction d’un projet dédié aux Inscriptions de la Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (projet IGAMA, en cours de montage). Peut-on retrouver le fil d’inscriptions perdues ? Peut-on espérer consolider certains dossiers épigraphiques anciens ? Enfin, en termes d’histoire de la recherche, la consultation de ces fonds aide-t-elle à comprendre les modalités de constitution d’une discipline, la construction de son identité et avec elle celle de son objet : l’inscription chrétienne/tardo-antique/alto-médiévale ? C’est avec toutes ces questions que les seuils des deux Académies ont été franchis.

Après un très bref passage à Paris, où l’accès à la bibliothèque de l’Institut a été facilité par la recommandation d’André Vauchez (Académie des Inscriptions et Belles Lettres), la résidence berlinoise fût une belle occasion de rencontrer les collègues du Corpus Incriptionum Latinorum, en particulier sa directrice Ulrike Ehmig ainsi que Beate Zielke. Je les remercie ici chaleureusement pour leur accueil et leur disponibilité lors de mon séjour. Les deux missions ont été l’occasion d’un premier sondage dans des fonds choisis, ceux d’E. Le Blant conservés à la Bibliothèque de l’Institut de France, notamment sa correspondance (ms. 1707 : correspondance), et ceux d’O. Hirschfeld alors responsable du volume XIII du CIL, consacré aux inscriptions de Gaule et de Germanie.

Au CIL, le dépouillement concernait les fonds réunissant les notes de travail d’O. Hirschfeld, en particulier celles relatives aux inscriptions tardo-antiques dans les provinces d’Aquitaine et de Belgique. Les boîtes non relatives à un volume, mais indiquant falsae (qu’est-ce qu’un éditeur du CIL écarte ? Et pourquoi ?), varia ou encore Fotographien ont également été ouvertes, elles ont été sans doute les plus riches de surprises (nulle photo par exemple dans la boîte Fotographien…). Le travail reste néanmoins à mener pour les autres provinces de Gaule ainsi que pour la Narbonnaise.

Certains dossiers d’inscriptions tardo-antiques aujourd’hui disparues se sont donc étoffés d’autres représentations de l’objet, de notes d’acteurs oubliés, de lectures inattendues parfois, mais les tris réalisés par l’éditeur en vue de la notice finale ne sont pas à discuter.

Les six boîtes ouvertes à l’Académie offrent d’abord un terrain d’étude pour qui s’intéresserait à la génétique textuelle d’un épigraphiste berlinois dans la seconde moitié du XIXes. (des premières fiches d’inventaires, en passant par la notice circonstanciée, puis des brouillons aux notices jusqu’aux premières épreuves raturées).

 

Elles rendent compte d’un regard sur ce qu’est ou devrait être une inscription tardo-antique ainsi qu’une inscription médiévale pour au moins l’un des éditeurs du CIL. C’est ainsi avec surprise que l’on découvre qu’un lot d’inscriptions mérovingiennes provenant de France (Neuvicq-Monguyon, Charente) et dont l’authenticité est tout à fait hors de cause aujourd’hui a été mis au rebut, ces inscriptions étant classées dans une boîte rassemblant les prétendus faux… Une attention méticuleuse portée à ces inscriptions montre ainsi plusieurs cas qui a priori médiévaux, qui a priori faux, qui a priori douteux évidemment non retenus dans la publication définitive du volume. Il resterait aujourd’hui à examiner ces dossiers plus en détail, à retrouver leur trace peut-être ailleurs, à moins que cette discrimination éditoriale et autoritaire ait suffit à décider de leur sort, autrement dit de leur perte.

Ce premier travail exploratoire mené entre Paris et Berlin a d’abord montré la force des sociabilités savantes dans le champ de l’épigraphie, dans le dernier quart du XIXe siècle : ces sociabilités sont bien vivantes entre France, Allemagne et Italie.

Que l’on lise les lettres reçues par E. Le Blant ou encore celle reçues par O. Hirschfeld, c’est bien tout un réseau européen de correspondants qui se révèle et qu’il resterait donc à formaliser et analyser en termes de dynamiques. Les mêmes acteurs, parmi lesquels se comptent entre autres C. Jullian, A. Allmer, H. Dessau, A. Héron de Villefosse, E. Espérandieu, mais aussi des érudits locaux échappant aux instances académiques et universitaires écrivent à Paris, au spécialiste d’une épigraphie chrétienne, comme ils écrivent à Berlin pour aider à l’énorme entreprise ‘classique’ tenue par Th. Mommsen, comme ils ont également écrit à Rome à G. B. De Rossi (Bibliothèque Vaticane, Rome : Ms. Vat.Lat. 14263 à Ms.Vat.Lat. 14275). Il s’agit toujours d’informer d’une découverte, de demander un avis, d’émettre un doute sur l’invention épigraphique suspecte d’un collègue ; toujours de compiler et de centraliser les informations épigraphiques : c’est bien l’une des principales intentions, explicite, de ces correspondants.

À Paris comme à Berlin, dans le fatras des notes consultées, c’est d’abord un regard à l’œuvre qui se révèle ; la formation d’un regard confronté à des documents d’un entretemps – entre Antiquité et Moyen Âge – avec déjà la difficulté de les qualifier conjuguée à celle de leur prise en charge, même avec la plus scientifique des volontés. Dans l’embarras né de l’économie de ces inscriptions, qui s’accompagne d’un embarras à franchir trop vite le seuil du Moyen Âge (le VIe s. vraiment ?) se dessine en creux les caractéristiques des inscriptions entre Antiquité et Moyen Âge. Et, par ricochet, c’est donc la construction d’un regard sur une période qui ne disposait pas encore de son nom que l’on découvre et sa nécessité ; le matériel épigraphique en serait l’un des symptômes.

En 1901, une fois publiés les recueils d’ E. Le Blant et nombre des volumes du CIL, les travaux de l’école viennoise d’histoire de l’art (Riegl, A. 1901, Die spätrömische Kunstindustrie nach der Funden in Österreich­Ungarn, Vienne  traduit en français en 2014 sous le titre l’Industrie d’art romaine tardive  et Strygowski, J. 1901, Orient oder rom. beiträge zur Geschichte der spätantiken und früchristlichen Kunst, Leipzig) entérinèrent alors l’existence d’une Spätantike, soit l’Antiquité tardive comme période en soi, avec ses particularités et pour A. Riegl, une force d’invention et une pulsion créative autonome en quelque sorte. Depuis lors, la conjugaison du « concept » de Spätantike et des sources épigraphiques a pris divers chemins, plus souvent marqués d’ailleurs par la scission entre épigraphie païenne et chrétienne ; la question même d’une épigraphie tardo-antique étant finalement relativement récente (en 1986, le colloque de l’AIEGL, La terza età dell Epigrafia marque à ce titre un tournant). Mais lorsque la question est posée, la tradition Rieglienne qui lie la production artistique tardo-antique à une intentionnalité, un vouloir artistique – Kunstwollen – inhérent à la période, n’est à ma connaissance pas convoquée. Décryptée, analysée, renégociée (l’affaire est loin d’être simple d’où mon silence humble sur le sujet) par les historiens historiographes, les historiens de l’art, les théoriciens de l’histoire de l’art, elle ne semble pas avoir franchi le seuil de la discipline épigraphique. Après tout, les inscriptions n’ont jamais compté dans l’œuvre d’A. Riegl. Pourtant, la concordance de temps entre les premières discussions historiennes sur ces inscriptions de l’entre-deux et la conceptualisation d’une période qui s’est accompagnée de l’émergence de réflexions relatives à des « questions de style » et/ou  une histoire des formes autonomes (avec pour l’art de l’Antiquité tardive la mise en avant de de l’intervalle et donc l’élévation du vide/fond ou encore le passage de l’ « haptique/tactile » à l’ « optique/visuel » dans les modalités de réception) mériterait peut-être que l’on s’y arrête. Alors même que l’inscription est aujourd’hui examinée pour sa matérialité et sa visualité, revenir prudemment à l’analyse Rieglienne de la production artistique et artisanale tardo-antique pour appréhender les expériences épigraphiques entre Antiquité et Moyen Âge serait peut-être un pas à oser, histoire de voir. Mais c’est là un tout autre sujet. 

Plus directement et plus concrètement, l’exploration de ces archives révèlent des manières de travailler. Ces pratiques témoignent d’une véritable structuration de la recherche épigraphique à cette date : sa solidité et sa vitalité repose sur les liens entre correspondants locaux et personnalités centralisatrices, dont les visites in situ (et les examens de visu !) sont loin d’avoir été systématiques. La construction d’une érudition « disciplinée » et « disciplinaire» passe aussi par la systématisation d’une méthode éditoriale et il est intéressant de voir ici que les auteurs contemporains des recueils d’inscriptions dites chrétiennes ne s’en sont finalement nourris qu’en partie (question de formation ?), alors même que la méthode historique allemande, qu’elle concerne les sources classiques ou médiévales, a bien marqué les pratiques érudites pour les périodes afférentes, suivant des rythmes différents bien sûr, suivant des dynamiques variables, entre collaboration et émulation, suivant des modalités d’institutionnalisation diverses aussi.

Les archives berlinoises ont souffert de l’histoire et ce qu’elles offrent aujourd’hui est à l’image de ce qu’il reste à faire : restructurer, réorganiser, réinterroger la place de l’inscription tardo-antique et alto-médiévale dans notre paysage disciplinaire, a fortiori en France, avec pour première tâche, la plus ingrate, sans conteste la moins « bankable » : la compilation de nos sources.              Assurément, l’entreprise est lancée, sur le modèle d’une sociabilité savante dite 2.0, grâce au soutien de quelques-uns, au premier rang desquels on trouve le CESM et la fondation Vauchez, grâce à l’engagement généreux, parfois gracieux (parce qu’il faut dire ce qui est), de quelques irréductibles fidèles.                                                         

Mais à l’égal de Travis, l’entreprise porte souvent une casquette rouge et chemine avec une vieille paire de chaussures, à l’affût des appels à projets. Sa pérennité dépend pourtant d’une véritable reconnaissance institutionnelle, exactement ce qui, au XIXe s., a permis d’élever l’épigraphie, jusqu’alors lubie d’antiquaires, au rang de discipline de la connaissance historique, scientifique. Sa pérennité dépend plus encore d’un espace intellectuel et institutionnel dédié et stable, un lieu rendu indéfectible en quelque sorte qui laisserait le temps à la construction des savoirs et à leur transmission (de la collection à la réflexion). Alors seulement, nous pourrons entamer une année 1 dans l’épigraphie tardo-antique des Gaules en France. Et il est peut-être temps d’y aller.

W.Wenders, R. Muller, Paris, Texas, scène finale.

Quelques suggestions de lectures :

Boll, K., Machado, C., Chr. Witschel, 2017 : « Defining the Field : The Epigraphic cultures in Late Antiquity », The Epigraphic Cultures of Late Antiquity, Stuttgart, 15-30.  

Inglebert, H. : « De l’Antiquité au Moyen Âge : de quoi l’Antiquité tardive est-elle le nom », Découper le temps-Actualité de la périodisation en histoire, Atala 17, 117-131.

Caillet, J.-P. 2009 : « Alois Riegl et le fait social dans l’art de l’Antiquité tardive », La démocratisation de la culture dans l’Antiquité tardive, Antiquité tardive, 9, Turnhout, 47-51.  

Tantillo, I. 2017 :  «Defining Late Antiquity through Epigraphy ? » in : R. L. Testa ed., Late Antiquity in Contemporary Debate, Cambridge, 57-77.

Et enfin, un exemple bien qu’a priori très loin de l’épigraphie (encore que) sur ce que « peut » Riegl :

Carbonni M., 2012 : « Ornement et Kunstwollen », Inactualités de l’ornement. Images re-vues, 2012 [en ligne : consulté le 18 avril 2020].

Morgane Uberti, membre associée au laboratoire Ausonius, Bordeaux. (c) Uberti, sauf mention contraire.