Archives par mot-clé : inscriptions

Nouvelle mission à Roda, nouvelles découvertes

(compte rendu co-écrit par Vincent Debiais, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner, Morgane Uberti)

Profitant de l’achèvement des travaux de restauration du cloître (mai-juillet 2019), une nouvelle mission épigraphique a été organisée fin août à Roda de Isábena (Espagne, Province de Huesca, Aragon). Rappelons le caractère exceptionnel de ce site au regard de l’épigraphie en Europe et plus généralement du Moyen Âge latin : d’une part, la concentration de plus de 220 inscriptions funéraires (soit près de 8000 lettres) dans l’espace claustral, toutes réalisées entre le XIIe et le XIVe s. et présentant une réelle harmonie textuelle. D’autre part, le fait que ces inscriptions ne sont pas gravées sur des plaques préparées à l’avance et encastrées ensuite (comme dans le cloître de la cathédrale d’Elne – CIFM 11, p. 54-75 – ou à Saint-Bertrand-de-Comminges, de l’autre côté des Pyrénées – CIFM 8, p. 51-76), mais le sont directement sur les éléments architecturaux (tailloirs, chapiteaux, claveaux, moellons).

L’objectif était cette fois-ci de compléter les informations relevées sur ce vaste ensemble épigraphique lors de la première campagne de terrain réalisée en février 2018 (voir le compte rendu), en se focalisant sur un certain nombre d’aspects : la technique de gravure et l’usage de la peinture, la présence de cadre, de décor ou de réglures, les modules de lettres, l’utilisation de certains allographes tel le O pincé ou le Z pour le S, l’usage de la ponctuation (dont la forme triangulaire), l’ordre des formules, la présence d’un millésime en plus de la date calendaire. Les données réunies seront croisées afin de voir si des regroupements pertinents apparaissent et s’ils peuvent être interprétés en termes de datation, de phasage, d’identité graphique…

Avec ce travail collectif sur Roda, le premier enjeu est donc méthodologique, puisque le site permet la mise en œuvre d’une approche très globale de l’inscription, dans toutes ses composantes en tant qu’objet disposant de caractéristiques propres mais aussi dans ses interactions avec son environnement. A ce titre le projet permet de réfléchir à un protocole d’analyse de l’inscription dans son contexte. L’observation renouvelée chaque jour, pendant plusieurs heures, avec un éclairage variable et parfois de nuit, a permis de nouvelles trouvailles. Certaines inscriptions qui se présentent à l’envers ou découpées étaient déjà des indices de modifications antérieures subies par les supports et les textes au sein du cloître dont l’histoire sur le temps long est mal connue. Les datations établies jusqu’à présent (fin XIe ou milieu XIIe s. pour le cloître, et 1240-1250 pour les premières inscriptions de la main du “maître de Roda”) ne résistent pas à l’analyse des cintres des arcs, des maçonneries, des marques de taille, aux vestiges d’inscriptions effacées. Tous ces éléments sont des  preuves supplémentaires des lourdes transformations qu’a connues le lieu, sans doute dès le Moyen Âge central comme ils sont les indices d’une manipulation et d’une gestion des inscriptions au cours du temps. De fait, l’économie des inscriptions de Roda (maintien, dépose, déplacement, ré-installation, regroupements a posteriori) est à penser dans un lien direct avec l’histoire de l’ensemble claustral depuis la fin du XIe s., date supposée pour sa construction.

Cette seconde mission a donc été très fructueuse, les intuitions de départ ont trouvé confirmation et ont même été dépassées par de nouvelles découvertes. Celles-ci seront présentées dans un article de synthèse qui sera livré à l’été 2020.

SEMPER: actualités de la recherche en épigraphie

La seconde séance du séminaire SEMPER “épigraphie en mouvement II”, qui eut lieu le 12 juin, portait sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale, les articles et projets en cours. Six dossiers ont été présentés, juste achevé, en cours de publication ou en voie de dépôt.

Robert Favreau inaugure la journée par une réflexion sur les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales, tant à travers les personnages que les œuvres. De fait, nombre d’épitaphes de l’Occident médiéval convoquent les figures antiques pour la qualité morale, physique ou intellectuelle qu’elles représentent : Pâris, auquel est comparé Sanche III (+ 1063), incarne la beauté, Hector le courage impétueux, Cicéron l’éloquence etc. Henri II à Fontevraud apparaît tel un nouvel Alexandre par la reprise d’un distique de l’épitaphe du roi de Macédoine dans l’inscription funéraire poétique du Plantagenêt. L’Antiquité est aussi présente par les œuvres elles-mêmes : l’art d’Hippocrate, Galien, les noms des Sept Sages, ou encore l’histoire d’Achille. À ces figures antiques s’ajoutent les citations d’auteurs classiques, mais dont on ne sait pas toujours si leur connaissance est directe ou via un auteur du Moyen Âge : Homère, Virgile, Ovide, Horace sont les plus fréquents, Phèdre au réfectoire de Fleury, un distique de Caton dans le cloître de Charlieu, Lucain dans l’épitaphe du roi de Jérusalem, Amaury… Enfin, certaines œuvres antiques furent christianisées : les 27 vers des oracles sibyllins devenus prophétie chrétienne, à la façade de la cathédrale de Laon ou dans les peintures murales des Salles-Lavauguyon ; le Physiologus etc. [Cet article est désormais paru dans le Journal des savants, 2019, p. 92-124]

Clément Dussart présente les résultats de sa thèse de l’École nationale des chartes soutenue le 11 juin, sur les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude pratique et théorique. Partant du double constat que ces sources écrites sont mal étudiées et en voie de disparition, l’approche proposée se situe à la croisée de la paléographie, de l’épigraphie et de l’archéologie. L’identification des grands sites de gisement, tels les espaces carcéraux (château de Selles, tour des prisons à Auxerre, prison synodale de Sens par ex.) ou certains objets plus circonscrits comme les tables d’autels, montre immédiatement la polymorphie et la polysémie de cette écriture ordinaire, éphémère et libre, semblable de visu à ce qui relève du parchemin. Elle nécessite l’établissement d’une méthodologie éprouvée, pouvant servir ensuite à vaste échelle. Le château de Selles à Cambrai a fourni le terrain idéal: photos et/ou scan 3D, relevé à partir de l’image, notice pour chaque graffito et tableau paléographique pour comparaison sont les étapes nécessaires. Nombreuses sont les difficultés:  due à la dégradation, à la superposition des couches d’écriture et d’images, faisant l’effet d’un palimpseste. Mais sauvegardées, valorisées et bien exploitées, ces sources ouvrent un champ immense pour redonner voix aux oubliés de l’histoire.C’est sur une « star de l’épigraphie limousine » que Manon Durier s’est penchée : l’épitaphe de Ramnulfe dans l’abbatiale Saint-Pierre de Lesterps (généralement datée de la première moitié du XIIe s.), plus « utilisée » en réalité qu’étudiée. Au XIe s., la communauté de Lesterps, située aux confins des diocèses de Limoges et Poitiers (département actuel de la Charente), est en pleine refondation tant matérielle que spirituelle. Ramnulfe devient abbé des chanoines désormais réguliers. Tracés sur une pierre de grande taille (128 x 122 cm) format page, 7 hexamètres léonins à rimes riches mis en ligne forment son épitaphe. Les quatre premiers brossent un portrait du défunt en tant qu’abbé idéal représentant de la communauté, mis en valeur par la recherche graphique (jeux de lettres, caractères perlés voire végétalisés) et les trois suivants sont un appel à la commémoration, dans le cadre liturgique et communautaire (demande de chanter le Requiem). Mais pour cette commémoration, nécessité est de connaître la date de décès, or celle-ci semblait absente de l’inscription. M. Durier propose de voir dans la lettre I isolée verticalement entre deux séries de trois points verticaux le chiffre 1 : ce détail marginal fournit la clé de l’énigme, c’est au 1er août que la mémoire de Ramnulfe était célébrée. (CIFM I-3, Charente 28, p. 46-47)

C’est sur le courant d’études portant sur les migrations, les mouvements de peuplements, liés à l’actualité, et leurs traces épigraphiques que Cécile Treffort est revenue. Voyages aller-retour, itinérances de marchands ou d’artistes, déplacements définitifs forcés (déportations) ou volontaires (liés au mariage, à une fonction), les inscriptions révèlent une partie des indices plus qu’elles ne livrent de vraies explicitations sur ces déplacements. Une pierre de l’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf de Poitiers, aujourd’hui au Musée Sainte-Croix, commémore le moine Vitalis, un sacriste passé par Cluny, qui meurt à Poitiers, qui était d’origine vénitienne (CIFM I-1, 28, p. 46-47). On peut se demander qui décide de cette mention, exceptionnelle autant que l’origine même (extitit nacione venetus). La pratique anthroponymique est également utile pour voir les déplacements, surtout au haut Moyen Âge : les noms d’origine germanique sont un marquage fort, avant de devenir à la mode. Certaines formules suivent des groupes et les identifient ; tel est le cas de l’expression « sic obiit » dans l’épitaphe de Madalfredus, présente uniquement à Poitiers, Angers, Tours et en Catalogne. Des indices matériels ou graphiques peuvent enfin exprimer des déplacements : utiliser de l’ardoise pour l’épitaphe d’Adda au IXe s. (conservée au Musée Sainte-Croix de Poitiers), alors qu’on n’emploie que du calcaire en Poitou, montre l’origine angevine de la défunte (CIFM I-1, 28, p. 46-47). Il était sans doute évident pour le spectateur que ce support n’était pas local, peut-être rappelait-elle le marbre noir et les lettres pouvaient être peintes en doré. Mais qui a commandé la pierre ? Où a-t-elle été gravée, car cela demande de vraies compétences ?

Fausta Lastella a proposé un aperçu de l’ensemble épigraphique de l’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie). Autour de l’abbaye, à flanc de falaise, se trouvent de nombreux ermitages avec un potentiel épigraphique riche et encore non exploité. ces chapelles et pièces creusées dans la roche ou occupant des cavités naturelles, ont reçu des fresques et des inscriptions ainsi que des graffiti alphabétiques et figuratifs. Depuis les années 1990 elles sont nettoyées pour être sauvegardées. L’ermitage San Gregorio, le plus grand de l’ensemble avec 200 m2, montre une inscription de louange au Christ; celui du Moulin porte inscrit “in conceptione tua virgine“, tandis qu’une peinture de saint Jean-Baptiste donne une citation de l’évangile de Matthieu (XI, 11) “inter natos mulierum“. D’autres chapelles permettent de voir des graffiti figurant l’arche de Noé ou encore la Jérusalem céleste. Bref, un potentiel inexploité qui mériterait une étude approfondie, analysant et comparant les écritures afin de la dater et de comprendre la raison de ces messages.

A partir de son travail en cours (édition et étude) sur les inscriptions du Royaume latin de Jérusalem (1099-1291), Estelle Ingrand-Varenne prépare un nouveau projet intitulé GRAPH-EAST qui, en changeant d’échelles et de paradigmes, veut proposer une archéologie de cette écriture  épigraphique en alphabet latin et considérer les modalités de son insertion dans l’horizon sociographique de la Méditerranée orientale des 7e-16e s. C’est donc le contact, les relations et compétitions avec le grec, l’arabe, l’hébreu et les écritures des chrétiens orientaux (arménien, géorgien, syriaque etc.), qui est au cœur, pensé comme reflet des enjeux politiques et religieux, sociaux et culturels de cet espace.  Le projet vise 4 objectifs : 1) rassembler et éditer toutes les inscriptions et en partie les graffiti en caractères latins, conservés ou disparus, de la Méditerranée orientale, 7e-16e s. (2000-2500 textes); 2) étudier l’histoire de la réception de l’objet épigraphique dans une vision diachronique, du Moyen Âge à la sauvegarde actuelle du patrimoine, en passant par la création des collections muséales ; 3) penser l’épigraphie en mouvement et au prisme des transferts culturels entre Occident et Orient ; 4) proposer une histoire connectée des épigraphies en analysant l’écriture latine en interaction avec les écritures environnantes grâce à la création d’une équipe internationale.

Le séminaire SEMPER se poursuit en 2019-2020, avec une nouvelle thématique proposée à la rentrée.

Le projet MEDNAME à Leeds

2 sessions liées au projet MEDNAME (PHC Van Gogh Poitiers-Utrecht) auront lieu au congrès de Leeds (1er-4 juillet 2019) dont le thème général cette année est : « Materiality ».

Names in sacred spaces: studying the intentions and effects of the act of writing one’s name-I: Constructing sacred spaces

Tuesday 2 July 2019: 09.00-10.30; session 545

Abstract: The session focuses on the relationship between written names and sacred spaces, exploring the role(s) that the act of naming as well as the physical action of writing names played in the construction of the sacrality of the space on which those names had been written down. Papers address names of both the saints and the faithful that are scratched (Paper A), carved (Paper B), or painted (Paper C) on sacred objects and sacred places, ranging from the epigraphic ‘relic-labels’ which identified the relics, to graffiti on church walls and the pictorial narratives in crypts of Romanesque churches.

Paper A. Carlo Tedeschi: “Hic fuit”. Scratching names on sacred walls

Paper B. Elisa Pallottini: Names and (instead of?) relics. The ‘materialities’ of saints’ names on epigraphic relic authentics

Paper C. Estelle Ingrand-Varenne: The Names in the Frescoes of the Crypt in Saint-Savin Abbey

Moderator: Julia Smith

Names in sacred spaces: studying the intentions and effects of the act of writing one’s name -II: Who is (not) named

Tuesday 2 July 2019: 11.15-12.45; session 645

Abstract: The session explores the meanings underlying the presence of names within, or absence from, the church and sacred texts. Papers focus on those individuals whose names were not written down or inscribed, or were removed (Paper A), and those whose names were put on the contrary in prominent positions, and were thus considered particularly worthy to be named (Paper B). The respondent of the whole strand will draw some conclusions on the different forms and references of names which may help us understand the intentions and effects of the act of naming and materializing names in sacred spaces.

Paper A. Marco Mostert: Beyond the pale. Those who were not worthy to be named.

Paper B. Annick Gagné: Inscribing the name of bishops in the church (France, 11th-13th).

Respondent: Janneke Raaijmakers

Moderator: Els Rose

Un workshop sur la taille de pierre intitulé « Romanesque Carving Workshop » mené par Thierry Grégor aura également lieu.

Tuesday 2 July 2019: 14.15-15.45; session 742

Abstract: This workshop aims to present the tools (from the mallet and the chisel to the tip and the pump drill) and the techniques of letter carving (hollow and relief), used by a stonecutter, specially during the Romanesque period. After a theoretical part dealing with the various kinds of stone, the preparation of a stones (roughing out, smoothing, tracing the ruling, preparing the letters) and the handling of the tools, the participants, provided with all of the tools, materials and safety equipment, can try to cut an inscription in a limestone.

Nouveautés de l’inscripthèque

L’inscripthèque rassemble les articles, ouvrages et images en épigraphie médiévale. Les nouvelles acquisitions sont indiquées tous les six mois. La liste des tirés-à-part est accessible ici, les livres sur le catalogue du SCD, et les images sur rendez-vous auprès d’Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Bosc-Tiessé Claire, Derat Marie-Laure, Fritsch Emmanuel, Awad Abullif Wadi, « Les inscriptions arabes, coptes et guèzes des églises de Lālibalā », Annales d’Éthiopie, 2010, 25, p. 43-53.

Debiais Vincent, « Apuntes de cultura visual acerca de la figura del actor en el libro medieval (s. IX-XI) », Helena Carvajal. Representatividad, devoción y usos del libro en el mundo medieval, In culpa est (7), Servicio de Publicaciones. Universidad de Zaragoza, 2019, p.43-55.

Debiais Vincent, « Urkunden in Stein. Funktionen und Wirkungen urkundlicher Inschriften », Inschriftenkulturen im kommunalen Italien. Traditionen, Brüche, Neuanfänge, De Gruyter, 2019, p. 65-90.

Krüger Kristina, « St Michael’s at Hildesheim : Scripture Networks and the Perception of Sacred Space », Sacred Scripture / Sacred Space: The Interlacing of Real Places and Conceptual Spaces in Medieval Art and Architecture, Tobias Frese, Wilfried E. Keil, Kristina Krüger ed., Walter de Gruyter, 2019, p. 110-136. [accessible en ligne]

Łajtar Adam, Ochala Grzegorz, « An Unexpected Guest in the Church of Sonqi Tino », A Journal of Nubian Studios, Volume 4, 2017, p. 257-268.

Le Pogam Pierre-Yves, « L’art funéraire médiéval à Chaumont dans son contexte européen », Les Cahiers haut-marnais, 292, 2019, p. 3-26.

Magnani Eliana, Ingrand-Varenne Estelle, « Le corpus épigraphique bourguignon (VIIIe-XVe siècle). Des catalogues aux applications numériques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Collection CBMA, Les journées d’études, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 09 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/cem/

Marcoux Robert, « Memory, Presence and the Medieval Tomb », Revisiting the Monument: Fifty Years Since Panofsky’sTomb Sculpture, Ann Adams, Jessica Barker (eds.), London, The Courtauld Institute of Art, 2016, p. 49-67.

Pallis Gorgios, « The ‘Speaking’ Decoration: Inscriptions on Architectural Sculptures of the Middle Byzantine Church », Inscriptions in the Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art, Christos Stavrakos ed., 2016, p. 389-403.

Pallottini Elisa, « The Epigraphic Presence on the Borghorst Cross (c. 1050) », Sacred Scripture / Sacred Space: The Interlacing of Real Places and Conceptual Spaces in Medieval Art and Architecture, Tobias Frese, Wilfried E. Keil, Kristina Krüger ed., Walter de Gruyter, 2019, p. 63-84. [accessible en ligne]

Richardson Jessica N., « Visibile Parlers. Inscribed Prayers, Apotropaïc Aphorisms and Monumental Mobile Images in Fourteenth-Century Bologna », Sacred Scripture / Sacred Space: The Interlacing of Real Places and Conceptual Spaces in Medieval Art and Architecture, Tobias Frese, Wilfried E. Keil, Kristina Krüger ed., Walter de Gruyter, 2019, p. 351-386. [accessible en ligne]

Rico Camps Daniel, « Recension : Álvaro Castresana López, Corpus Inscriptionum Christianarum et Mediaevalium Provinciae Burgensis (ss. IV-XIII), Oxford: Archaeopress, 2015 », Medievalia 21, 2018, p. 126-130.

Rozhdestvenskaya Tatiana, Gordine Alexandre, « Les graffiti des pèlerins slaves en France, XIIe-XVIIe siècles », Revue des études slaves, Paris, LXXXIX/3, 2018, p. 281-302.

Sitz Anna M., « Hiding in Plain Sight: Epigraphic Reuse in the Temple-Church at Aphrodisias », Journal of Late Antiquity 12.1 (Spring), 2019, p. 136-168.

Tedeschi Carlo, « Insula Piscariae paradisi floridus ortus. Un microcosmo in scrittura e immagini », Bulletin dell’Istituto Storico Italiano per evo 121, 2019, p. 63-105.

Thuaudet Olivier, « La pratique du pèlerinage en Provence à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne d’après les enseignes et les ampoules », Archéologie Médiévale, CRAHAM, 2017, 47, p.89-129. <https://journals.openedition.org/archeomed/2760>. <halshs-01767612>

Treffort Cécile, « Les inscriptions de Germigny et la production épigraphique de Théodulf d’Orléans », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 11 | 2019, mis en ligne le 09 avril 2019, URL : http://journals.openedition.org/cem/16066

Uberti Morgane, « Écritures endotaphes et expériences des temps entre Antiquité tardive et Moyen Âge », Les vivants et les morts dans les sociétés médiévales, XLVIIIe Congrès de la SHMESP, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, p. 106-118.

Uberti Morgane, « Les sarcophages inscrits entre Loire et Pyrénées, IVe-VIIIe siècles. Pratiques, formes, contextes », Les sarcophages de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge : fabrication, utilisation, diffusion. Actes des XXXe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Isabelle Cartron, Fabrice Henrion, Christian Scuiller dir., Bordeaux, 2015, p. 281-301.

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

La deuxième séance du séminaire SEMPER aura lieu mercredi 12 juin, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h. Elle portera sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Présentation des activités et premiers dossiers

Robert Favreau, “Les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales”

Clément Dussart, “Les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude théorique et pratique”

Manon Durier, “Épigraphie et liturgie : nouveau regard sur une star de l’épigraphie limousine”

Buffet au CESCM

14h-17h Deuxième session

Cécile Treffort, “Migrations”

Fausta Lastella, “L’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie)”

Estelle Ingrand-Varenne, “Comment traiter les inscriptions latines d’Orient ? Proposition d’un nouveau corpus et perspectives”

Épigraphie en mouvement 1 : compte rendu

C’est sur une thématique en apparence paradoxale que le Séminaire permanent sur l’écriture en dehors du monde manuscrit – SEMPER –  a choisi de s’attarder lors de cette première séance (22 novembre 2018). S’il y a bien une écriture que l’on croit naturellement liée à une certaine stabilité, une fixité, voire une immobilité, c’est l’écriture épigraphique, tant par sa pesante matérialité – en premier lieu la pierre – que par la persistance de certains choix d’écriture et de langage. Il y a pourtant bien du mouvement, des mouvements dans les inscriptions, ne serait-ce que celui de leur genèse. Comme tout acte d’écriture, l’inscription naît d’un mouvement : le geste technique à l’aide d’un outil dans une matière, qui va faire émerger des lettres sur un support. Mais plus encore, l’inscription peut être en mouvement et créer du mouvement ; et l’intérêt de ce thème est de penser l’épigraphie en termes de dynamique.

Estelle Ingrand-Varenne expose en introduction cette pluralité de mouvements : du déplacement occasionnel d’un support, qui fait partie de la vie de l’ « objet épigraphique », à la fréquence des mouvements des objets, par essence mobiles. En rester aux supports serait cependant nier la nature même de l’inscription, elle-même plurielle : matérielle certes, mais aussi textuelle, contextuelle et fonctionnelle. Le vagabondage des textes, leur circulation, tout comme la mouvance textuelle et le mouvement dans les textes sont aussi à prendre en compte. Cette première énumération amène à s’interroger sur ce que signifie « être en mouvement » pour une inscription. Les deux phases d’un objet, action et repos, posent la question de l’impact sur l’inscription qui s’y trouve : le texte est toujours présent, mais est-il plus actif, lorsque l’objet entre en action et accomplit ce pour quoi il est fait ? D’un autre côté, par sa fixité matérielle et donc temporelle, l’inscription permet de capturer le mouvement dans sa fugacité et lui donner accès à un autre type de temporalité. Dans le même temps, le mouvement permet peu la lecture : si on ne peut le lire, le texte agit-il tout de même ? S’ajoute enfin à cela l’animation du texte (mise en scène de la parole, mouvements des lettres faisant danser le regard). L’inscription peut aussi être génératrice de mouvement : qu’il soit physique, entrainant le lecteur à bouger autour du support, mais aussi intérieur (la rhétorique du « movere », des émotions) et spirituel (déclencher par exemple la prière ). Le thème du mouvement permet ainsi d’aborder de nombreux autres aux connotations diverses : déplacement, voyage, migration, transfert ; mais aussi action, interaction, animation, performance, agentivité etc.

Épée 849.48.4 avec ornement.Cliché : H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée – Grand Patrimoine de Loire-Atlantique

Symbole de l’élite guerrière chevaleresque, l’épée est aussi porteuse d’inscriptions, même si peu ont été conservées (sur les 37 épées provenant de l’Ouest de la France XIe-XVe s. étudiées dans le cadre d’un Master 1, seules 3 sont inscrites), comme l’explique Valentin Louineau. Le message gravé, réalisé par damasquinage ou avec des lettres d’acier incrustées (technique du soudage), prend en général place sur la gorge, mais avec le développement de l’arête médiane au XIVe s, elles se raréfient faute d’espace. Il peut s’agir d’une signature d’artisan (selon la formule nom + me fecit), ou d’un message religieux, souvent à caractère apotropaïque. Ainsi la reprise de l’incipit du Psaume 144, évoquant le combat, et qui était récité lors de l’adoubement, est courante. La majeure difficulté réside dans le déchiffrement et la compréhension des inscriptions très brèves : on ne peut identifier de mot, peut-être parce qu’il s’agit d’abréviations (tel DIC pour Dominus Ihesus Christus ?), ou parce que l’écriture n’est ici utilisée que pour sa valeur décorative, comme c’est aussi le cas sur certains bijoux.

C’est vers les sources littéraires, particulièrement les romans du Graal qui mettent beaucoup d’inscriptions en scène, que Laurence Doucet s’est tournée, pour comparer le texte gravé sur l’épée aux « Estranges Renges » (c-à-d aux attaches inhabituelles) dans le Joseph d’Arimathie (§ 267) et dans la Quête du Saint Graal (§ 282) au XIIIe s. Dans ces deux romans, qui s’inscrivent dans un mouvement de translation de la légende du Graal, passant d’un motif païen à un motif chrétien, l’épée intervient à deux reprises, temporellement très éloignées : Nascien la découvre dans le navire de Salomon, tandis que plusieurs siècles après Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur la trouvent à nouveau. Un long texte en lettres vermeil comme du sang se déploie sur la lame, le fourreau, la garde et l’étoffe de cette épée extraordinaire, décrite comme de la plus grande richesse. La vue de l’inscription provoque un rire d’étonnement et d’incompréhension chez les chevaliers et c’est la sœur de Perceval qui en fait le déchiffrement et l’interprétation. Utilisant le futur à visée prophétique, l’épée prévient et menace par la voix du métal, la voix d’un auteur masqué. L’inscription joue ainsi de multiples rôles : à la fois symbole et énigme, devinette et mythe, trace d’un forgeron lointain.

Laurent Hablot élargit la réflexion aux autres supports de guerre portant des inscriptions, tels les étendards, écrits emblématiques en mouvement. Signe vexillaire qui a pour but de guider les troupes, objet que l’on roule, déroule, penche, lève, l’étendard n’est pas restreint aux champs de bataille, mais est aussi utilisé dans les rituels d’entrée ou de funérailles. C’est quand le cri disparaît au XIVe siècle que l’emblématique développe un nouveau système de signes figurés : la devise, qui se trouve alors sur les vêtements, les bijoux, les décors, les tapisseries, en concurrence avec l’héraldique. Les étendards avec leurs emblèmes sont peu conservés mais bien documentés par la comptabilité, qui permet de s’apercevoir que cet écrit est bien lu, compris et interprété. Élément emblématique à part entière, cet écrit a perdu sa qualité sonore, mais s’appuie sur le visuel, ce qui interroge alors que l’étendard n’est jamais étendu réellement. Dans la société hypersemiotisée de la fin du Moyen Âge, où se développe également le portrait, l’omniprésence de ce type d’inscriptions en redondance avec l’héraldique invite à réfléchir sur son fonctionnement spécifique comme signe en mouvement.

Conques, Trésor de l’abbatiale. Reliquaire dit « A de Charlemagne » (c. 1100).

C’est au travers des reliquaires qu’Elisa Pallottini a analysé l’écriture en mouvement, en partant de trois notions clés : la portabilité /mobilité, l’hybridité (ce sont des objets composites, constamment refaits) et le fait d’être inscrit (« inscriptionality » : 73% des reliquaires des 4-12e s. ont une inscription). Les reliquaires participent de plusieurs mouvements : leur propre déplacement, celui des fidèles qui ont même une interaction physique (manipulation de l’objet), le transfert d’un texte sur des supports différents, ou encore l’ajout de spolia, par exemple sur le reliquaire A de Charlemagne à Conques. S’opère également un jeu entre contenant et contenu suivant la localisation et le texte de l’inscription. Celui-ci amène le lecteur de l’espace extérieur au plus intérieur, vers la relique, et propose un itinéraire qui devient voyage spirituel, de contemplation et d’élévation.

 

Cheyenne Noel poursuit la réflexion sur les objets sacrés en se focalisant sur les premiers objets liturgiques, leurs processus d’usage et le discours qu’ils portent : patènes, calices, peignes liturgiques, passoires, cuillères, couronnes votives, ciboires etc. utilisés pendant le rituel et pouvant être considérés comme prolongement de l’officiant lui-même, mais aussi nettoyés, rangés, empilés quand ils ne servent pas. Trois objets sont présentés : un peigne datant du 8e s. à la cathédrale de Sens, sur lequel la mention PECTEN S LUPI a été ajoutée dans la seconde moitié du Moyen Âge ;

RMN-Grand-palais-Musée-de-Cluny-Jean-Gilles-Berizzi

une passoire en argent du 6e s. avec le nom de saint Aubin (+ ALBINI) ; une longue nappe liturgique découverte à Cologne, brodée avant le 10e siècle.

La journée se clôt sur deux présentations de la recherche épigraphique en mouvement. Le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne – ou comment rationaliser l’éparpillement – est présenté par Arnaud Loaëc En 1966, Paul Lemerle écrivait, « l’épigraphie byzantine n’existe pas », signifiant ainsi l’inexistence d’un corpus harmonisé. 6 problèmes peuvent être identifiés pour en expliquer les raisons. 1) la variété des matériaux, des objets, des techniques : peut-on tout traiter de la même façon ? 2) Boires et déboires du matériel épigraphique : le problème des inscriptions perdues, transmises de manière indirecte, dont le degré de fiabilité est très variable ; 3) la dispersion des publications ; 4) la dispersion géographique : il ne s’agit pas que de l’empire, mais de l’épigraphie grecque médiévale, ce qui demande un traitement géographique ; 5) la dispersion chronologique : quelles bornes chronologiques retenir, alors qu’il existe des inscriptions byzantines jusqu’au XVIIe s. ? 6) Sur le plan numérique, quel langage utiliser ? Le plus répandu chez les épigraphistes est l’XML-TEI, alors que le langage employé par AL dans sa base de données est PHP et MySQL. La question de police imitative se pose également.

Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk présentent le projet ERC The Cult of Saints qui vient de s’achever, et l’intérêt des sources épigraphiques latines et grecques – raison de leur séjour à Poitiers. Le projet sur le culte des saints, mené par l’Université d’Oxford en partenariat avec les Universités de Varsovie et de Reading, portait sur les pratiques des origines au VIe s., dans l’ensemble du monde chrétien à partir des écrits en latin, grec, syriaque, copte et arménien (dont 1100 inscriptions, par exemple les noms de saints sur des lampes à huile en Égypte). La base de données a enregistré quelques 7000 saints et permet de montrer l’extension du culte de certains saints ou à l’inverse une dévotion très locale, mais aussi l’évolution de la forme même du culte (de la mémoire des martyrs à la vénération de saints intercesseurs et auteurs de miracles, le développement des reliques, la dévotion pour les lieux et images des saints). Ce projet ERC a aussi abouti à la publication de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’origine du culte des saints, des reliques, le culte dans les villes et villages ou sur des thèmes variés. Il a aussi entrainé de nouveaux projets : tel celui sur les prêtres en Occident dans l’Antiquité tardive mené par Robert Wiśniewski à Varsovie, qui prend appui aussi sur les inscriptions.

Corpus des inscriptions et école biblique

La Bible est omniprésente dans les inscriptions du Moyen Âge tout comme dans bien d’autres écrits médiévaux. La dimension visuelle et matérielle, tout autant que verbale, de ces textes gravés dans la pierre, le bois ou le métal, amène à analyser l’ « exégèse épigraphique » au sein de la trame monumentale ou objectale de leurs supports, et plus largement comme partie prenante de l’ « exégèse architecturale » de l’édifice ecclésial. C’est à l’issue des deux colloques intitulés Mise(s) en œuvre(s) des Écritures, co-organisés avec le CESCM en 2016 et 2017, qu’un partenariat s’est monté entre le programme Bible en ses traditions et le Corpus des inscriptions.

BEST (la Bible en ses Traditions) de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, lancé en 2010, élabore un nouveau type de bible annotée, qui met en dialogue l’étude historique des Écritures avec la richesse de leurs interprétations au fil des siècles. Le but est de restituer la polyphonie du texte biblique qui n’a jamais été figé, en l’accompagnant de la caisse de résonance qu’est l’histoire de sa réception (la liturgie, la littérature, la musique, les arts visuels, le théâtre, la danse et le cinéma etc.). BEST est une plateforme collaborative internationale sur internet, regroupant biblistes et spécialistes des disciplines liées aux vingt-neuf rubriques d’annotation.

De son côté, le Corpus des inscriptions possède deux répertoires sur la présence scripturaire dans les inscriptions du Moyen Âge, mais peu exploités. Réalisés et régulièrement mis à jour par Robert Favreau, le premier porte sur les citations et allusions bibliques, le second sur les personnages de la Bible. Uniquement sous format papier, ils sont tous deux consultables à l’inscripthèque du CESCM. Pour les constituer, R. Favreau a dépouillé l’ensemble des éditions des inscriptions à l’échelle européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark Espagne, France, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Suisse) et de la Terre Sainte. Dans le cas d’inscriptions n’étant pas encore publiées par ces grandes entreprises éditoriales, le renvoi bibliographique est fait à d’autres collections (par exemple les volumes de Catalunya romànica) ou à des études spécifiques.

Baptistère Saint-Jean, Poitiers, XIIe s. : Vir[i G]a[lile]i [q]ui {s}ta[tis aspicient]es in celum. Hic Jh(esu)s qui asumtus est a vobis (Actes I, 11).

Un double objectif anime ce partenariat : d’une part de rendre accessible via le numérique ce premier inventaire, d’autre part amener à l’étude fine de cette présence scripturaire en trois dimensions dans l’épigraphie, tout en bénéficiant de l’éclairage de plus de 300 autres collaborateurs du programme BEST. La Bible digitale sera reliée aux plateformes numériques du CESCM : TITULUS, édition électronique des inscriptions médiévales, et la base ROMANE. La première phase est lancée grâce à la participation active d’étudiants et volontaire : Marie Barreau (Master CESCM, 2017-2018), Louis-Nobi Georgel (volontaire du service civique au CECSM 2018-2019), et bientôt une stagiaire ERASMUS (Université de Chieti, Italie).

Cette collaboration va s’étendre aux inscriptions de l’Antiquité chrétienne, non seulement grâce à la relance du Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule au CESCM grâce au soutien de la Fondation Vauchez-Balzan, mais également par à un partenariat qui se met en place avec le professeur Antonio Felle (Università degli Studi di Bari “Aldo Moro”), auteur de Biblia Epigraphica : la sacra scrittura nella documentazione epigrafica dell’Orbis Christianvs (III-VIII secolo), Bari : Edipuglia, 2006.

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

L’inscription signe et image : définitions et perspectives

Retour sur la dernière journée du programme LIMITS (Casa de Velázquez-Université Complutense Madrid) consacrée aux limites alphabétiques des inscriptions entre Antiquité tardive et Renaissance ; et dernier compte rendu pour cette belle aventure intellectuelle et amicale.

Le vendredi 19 octobre dernier s’est tenu à Madrid la troisième journée d’étude du programme LIMITS, refermant ainsi le cycle d’ateliers de travail autour des limites des pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance. Comme l’a rappelé Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, dans ses mots de bienvenue, le programme LIMITS est le résultat d’un partenariat fructueux entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, et a permis d’installer les recherches épigraphiques dans un cadre institutionnel favorable à l’échange d’idées et à l’avancée des connaissances dans un domaine qui reste, en France comme en Espagne, encore largement à explorer.

Prenant la suite de Michel Bertrand, Morgane Uberti (Casa de Velázquez) poursuit la présentation de la journée en revenant sur le positionnement et les enjeux du programme LIMITS. Celui-ci faisait le pari d’une approche venant soustraire l’inscription à sa relativité (celle de ces formes, de ses usages, de ses agents, de ses acteurs) pour l’object-iver. LIMITS s’est ainsi construit comme un parcours épistémologique et réflexif autour de trois éléments définitoires – la périodisation, le matériau, l’écriture – convoqués par une discipline : l’épigraphie médiévale. Partant de là, il s’agissait d’envisager les limites de ces qualités (qui permettraient a priori de définir un champ disciplinaire) pour questionner la définition même de l’épigraphie et de son objet.

En manière d’écho, Isabel Velázquez (Université Complutense de Madrid) signalera d’ailleurs dans ses propos introductifs combien il est difficile de parvenir à des définitions satisfaisantes pour les grands concepts qui animent l’épigraphie. Qu’est-ce que l’épigraphie, en tant que pratique et en tant que discipline ? Qu’est-ce qui fait épigraphie ? Qu’est-ce qu’une inscription ? Comment décrire et caractériser l’écriture en jeu dans les inscriptions ? Comment établir la liste des supports épigraphiques ? Comme l’ont montré ses études fondatrices sur les ardoises inscrites du haut Moyen Âge, il est parfois hasardeux de séparer documents épigraphiques, diplomatiques, comptables, épistolaires (à quel champ disciplinaire, par exemple, appartiennent les ostraka ?).

Après être revenue brièvement sur les idées fortes ayant surgit lors des journées précédentes – la nécessité de repenser les transformations de la pratique épigraphique dans leur multiplicité et leur arythmie, la notion de « rencontre » entre écriture et matériau pour aborder une « matière » épi-graphique – Morgane Uberti annonce le cadre d’une journée consacrée aux limites alphabétiques et à la visualité de l’écriture épigraphique. Pêle-mêle : les lieux (la lettre, le con-texte, le para-texte) et les conditions d’une visualité de l’inscription ; la possibilité d’une iconicité de l’écriture épigraphique ; la tension entre iconicité et processus d’iconisation. Les communications de la journée montrent que la thématique se place d’emblée aux frontières de la discipline épigraphique. Si elle engage le statut de l’inscription, de sa perception, de sa valeur en tant qu’outil de communication, c’est avant tout pour les liens qu’elle implique entre culture écrite et culture visuelle qu’elle entre dans le champ du programme LIMITS, à deux échelles : celle d’une discipline toujours plus difficile à définir, et celle d’un objet. Le sujet mérite donc de dépasser une approche strictement technique ou disciplinaire de la documentation pour s’engager au contraire dans une anthropologie des pratiques écrites pré-typographiques.

Lugo, cathédrale, portail nord

C’est précisément la voie empruntée par la très belle conférence inaugurale de Brigitte Bedos-Rezak (New York University) qui s’est attachée, dans les livres et dans les documents, à signaler les connexions entre pratique de l’écrit et pratique de l’image (dans toute l’épaisseur médiévale du terme imago), en partant du principe que le Moyen Âge ignore le « degré zéro du graphisme alphabétique ». Le chemin qu’elle propose explore les degrés d’iconicité de l’écriture alphabétique médiévale, dans toutes ses formes, ses dimensions (créations, relations, contextes), ses manières, en posant en filigrane le rôle de cette iconicité dans une éventuelle agentivité de la lettre et de l’écriture.

S’emparant de la lettre imagée, Brigitte Bedos-Rezak revient sur les phénomènes d’ornement, les initiales, les enluminures, les lettres-rébus. Tous ces phénomènes signalent la nature iconique de la lettre, sa capacité à être image. Plus encore, la lettre imagée incarne au plus près la relation texte-image parce qu’elle les lie dans une même forme. C’est dans les transformations successives du signe, via le recours nécessaire et systématique au « non-graphique », que s’établissent les liens complexes entre visuel et lisible, écriture et image.

Suivant cette perspective, peut-on dire que l’alphabet se suffit à lui-même ou doit-il s’incorporer dans une pratique de l’image pour transmettre ? Comme élément de réponse, Brigitte Bedos-Rezak signale que « l’itinéraire des lettres », le parcours visuel qu’elles suggèrent, dans ses références multiples, sont le recours privilégié de l’iconicité de l’écriture, soit le lien entre ce que l’on voit et ce qu’il faut lire. Dans le paradoxe d’une lettre embellie qui signale autant qu’elle égare se pose la question du visuel comme condition de la réalisation de l’écriture médiévale.

Au-delà du visuel, la lettre engage aussi le sensuel, le tactile ; elle invite à maintenir, posséder, incarner, ressentir la dimension alphabétique du texte. Brigitte Bedos-Rezak insiste sur l’écriture en tant que « marque » et « figure », qui remplit un « espace ». Dans bien des cas, le geste qui consiste à porter la lettre sur/dans le support est celui de l’empreinte et du marquage ; le caractère gagne alors en consistance, en dynamisme et désigne plus que ce qu’il donne à voir. En raison des conditions de sa mise en œuvre qui relèvent surtout du dessin, l’écriture se confondrait donc avec la calligraphie et acquiert une dimension sensible, sans doute irréductible.

Suivant la voie du sensible, Brigitte Bedos-Rezak distingue les deux actions d’écrire « dans » et d’écrire « sur », soit la différence entre la « trace » et la « marque », invitant à considérer les réactions du corps, et en particulier de la main, dans l’action d’écrire. À partir d’exemples manuscrits, notamment le folio 18r du sacramentaire de Gellone (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 12048), elle signale le désir de « capturer le geste et le corps dans l’écriture » ainsi déposée sur la peau. La matérialité assimile ainsi une présence et la page lieu de cette im-pression de la main (et partant de la marque) devient un « reliquaire graphique ».

Paris, BNF, ms. lat. 12048, fol 18 ; source : Gallica.bnf.fr

Il s’agit dans tous les cas de brouiller les frontières entre ce qui relève de l’écriture et ce qui relève du dessin – il faut créer une image, quelle que soit la technique, quel que soit le matériau. En s’inspirant des travaux d’Anne-Marie Christin, Brigitte Bedos-Rezak signale que la lettre imagée crée un espace de sens qui est le sien : « la lettre est auteur de sens ». L’alphabet est ainsi en relation à la langue et à l’image, et la lettre imagée est une élaboration théorique de l’écriture. Il n’y a donc plus d’opposition entre visuel et graphique, entre écrit et oral. Enfin, le visuel conduit au tactile, l’écriture attire l’œil et la main ; la lettre indice d’un geste, d’un corps, est dramatique et agissante.

La communication de Cécile Voyer (Université de Poitiers, CESCM) consacrée aux incipit dans les livres d’évangiles carolingiens s’inscrit pleinement dans les réflexions ouvertes par la conférence de Brigitte Bedos Rezak : de l’impossible distinction écriture-image à la lettre dotée d’une vie. Dans ces manuscrits, les mises en œuvre, en jeux, en couleur, en fond, en résonance des lettres rendent compte des possibilités de l’écriture comme image, architecture et signe dans l’élaboration, l’illustration et la réalisation d’un discours théologique, ecclésiologique et christologique. La pratique de la lettre est donc ici aussi l’indice d’une réflexion portant sur la parole divine quand cette même parole, à l’origine de toute vie, est aussi à l’origine de la lettre. L’élaboration visuelle de ces initiales contenant des images et de l’ornement peut se comprendre comme écrin et métaphore de la Révélation, le livre agissant comme le contenu et le contenant de la voix et de la parole divine. Les composantes graphiques agissent en effet pleinement dans la transformation du livre en reliquaire des mots de Dieu, par l’évocation des métaux précieux, des pierreries, des éléments orfévrés.

En se livrant à une analyse très pointue de la page de l’incipit de de Jean dans les Évangiles de Saint-Médard de Soissons (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 8850), Cécile Voyer montre que la question de la relation entre la lettre et le fond de l’image est essentielle pour comprendre l’amplitude du discours théologique à l’œuvre dans cette peinture. L’interprétation de la « lettre-colonne » montre que l’écriture possède, dans son iconicité, une fonction narrative, au-delà de l’ornement. La lettre s’anime et anime à son tour l’image et, à la suite de Brigitte Bedos-Rezak, Cécile Voyer revient  sur la vitalité de la lettre : une lettre qui « insuffle la vie » en tant qu’elle est matière abritant le divin. Enfin, elle insiste sur le fait que le manuscrit entendu comme « lieu » et comme métaphore architecturale est essentiel à la projection de l’écriture et de l’image. La lettre est donc tout à la fois lettre et image complètement, indice d’une élaboration intellectuelle quant à la capacité de dire en signes l’infinité de Dieu.

Paris, BNF, ms. lat. 8850, fol. 181 ; source : mandragore.bnf.fr

L’analyse de la lettre, ses formes, sa polysémie se poursuit hors du feuillet, hors de l’Occident latin.  Ida Toth (Oxford University) nous fait entrer dans le domaine des monogrammes byzantins. Après une présentation bienvenue de l’état de l’art de l’épigraphie byzantine et des recherches en cours, elle signale le fait que les monogrammes restent, en Orient comme en Occident, un objet encore à traiter. Elle définit d’abord le monogramme comme une figure ou un caractère qui remplace un nom, un mot ou une phrase dans un type d’écriture donnée ; une définition ouverte donc pour un signe qui s’établit dans la rencontre et l’union des lettres entre elles, mais aussi des lettres et de signes non alphabétiques (la croix, par exemple), le tout formant image. Sur les sceaux, sur les monnaies, sur les poids, dans le domaine monumental, les monogrammes ont d’abord une fonction normative : ils donnent le nom d’une autorité en acte qui se manifeste dans un signe complexe, souvent difficile à développer alphabétiquement, mais « reconnaissable » en tant qu’image. Aussi les contenus visuels et verbaux se superposent-ils toujours et cette tractation du lisible et du visible met une fois de plus en échec toutes nos tentatives de catégorisation. Les monogrammes ont également une fonction commémorative et prennent place dans le monde funéraire où l’on peut suivre une lente transition vers les armes et l’héraldique comme moyen de communiquer et d’afficher une identité. Dans le domaine artistique, le monogramme permet de signaler le patronage ou la commande, avec l’emploi fréquent ici de spolia, pour inscrire par le signe monogrammatique un lieu ou un objet dans une tradition qu’il faut, encore une fois, connaître et reconnaître dans la conjonction des lettres. Ida Toth signale pour terminer que cette question de la restitution du monogramme doit en grande partie être repensée au prisme justement de son impossibilité. Au-delà d’une classification des fonctions, des formes, des usages, ces signes seraient l’indice d’une promotion de l’anonymat comme force d’existence au monde. Une écriture qui ne communiquerait plus vraiment parce qu’elle se déroberait au verbal, mais qui permet dans le geste de sa matérialisation d’être en un temps et un lieu.

En présentant l’arrière-plan théorique de sa thèse en cours sur l’écriture des inscriptions médiévales de Toulouse, Eva Caramello (Université de Poitiers, CESCM) interroge précisément la nature sémiologique des signes que nous appelons « lettre » afin d’en comprendre les variations infinies qui s’expriment dans toute la documentation. Si elle peut être « manipulée » dans les monogrammes, c’est parce que la lettre dispose d’une « architecture » fixe et qu’elle en devient malléable à force d’iconisation. Eva Caramello présente  les différentes composantes de l’écriture dans ses liens avec la lettre en attestant l’existence simultanée de la « graphie » et de l’écriture, le « corps et l’âme » des signes, de l’unité sémantique du signe graphique tel qu’il est mis en œuvre sur la pierre, mais en reconnaissant leur caractère indissociable dans une pratique épigraphique qui met « la matérialité au premier plan » du texte. En se concentrant sur les usages de l’écriture majuscule et le caractère innombrable de ses « glyphes » comme indices de la variabilité de l’écriture en dehors de la reproduction mécanique des formes, elle s’interroge finalement, comme l’avait fait Cécile Voyer, sur la possibilité de distinguer signe alphabétique et image de la lettre. Eva Caramello termine son intervention en évoquant les implications de cette variabilité de l’écriture épigraphique sur le scénario de la communication à travers l’écriture exposée. Il s’agirait d’abord de voir les glyphes, puis de lire le texte. On en vient une fois de plus à nuancer le caractère exclusivement alphabétique de l’écriture pour mettre en exergue l’influence du contexte, du type graphique, de l’image du texte dans la pratique de l’écriture épigraphique.

  

Eugenio Luján Martínez (Université Complutense de Madrid) propose quant à lui d’interroger la composante « iconique » de la lettre à travers un panorama des écriture celtibères à l’intersection des logogrammes et des pictogrammes. Il commence par revenir sur les grandes typologies des systèmes d’écriture pour rappeler à tous que l’écriture ne commence pas en Europe occidentale avec l’alphabet latin, mais qu’elle s’exprime au contraire à travers une grande diversité de pratiques graphiques. Ces écritures, encore à déchiffrer ou à comprendre, documentées par un nombre réduit de témoignages graphiques, mélangent  ce qu’il faut considérer comme des signes liés à une réalité et des signes liés à la transcription d’un phénomène échappant à la réalité. Où commence l’écriture et où s’arrête l’image dans de tels cas ? L’iconicité est variable et influe sur la définition même de ce qu’il faut reconnaître comme écriture.

La communication de Coline Ruiz Darasse (CNRS, Ausonius) envisage la question de ces écritures non déchiffrées (inscriptions paléo-hispaniques, inscriptions levantines) sous un autre angle. En s’appuyant sur une approche linguistique, celle de Saussure, celle de Barthes et de la « théorie du texte », elle se demande où commence l’écriture et surtout si elle fondée, pour être définie comme telle, sur une reconnaissance. Est-ce que la reconnaissance de l’écriture fait l’inscription ? Elle pointe ainsi une tension permanente, pour ces systèmes graphiques anciens et peu documentés, entre texte, image, texte et image, et texte comme image. Parmi d’autres difficultés, cette « instabilité » graphique s’exprime dans les questions de la linéarité du déploiement graphique. Où commence un texte que l’on ne sait pas lire ? Dans quel sens se présente-t-il dans sa relation au matériau ? Pour résoudre certaines de ces difficultés, le chercheur a tendance à placer ce type d’écriture du côté des « pseudo-inscriptions ». Coline Ruiz Darasse s’arrête très justement sur les implications d’une telle dénomination qui déplace l’échec de l’éditeur de texte vers l’intention du scripteur de produire un texte qui « trompe », qui « réplique », qui « imite ». La prise en compte de toutes ces possibilités permet cependant de réaffirmer la « présence » visuelle de l’écriture et son lien ontologique avec le matériau. L’écriture, même quand on ne peut la lire, existe et se présente dans sa densité matérielle à nos yeux, et il faut établir les moyens de cette exposition.

Carme Barceló (Universitat de València) aborde quant à elle cette question de l’altérité graphique non plus pour repérer les inscriptions qui n’en sont peut-être pas, mais pour analyser les phénomènes de pluralité graphique et linguistique dans les inscriptions chrétiennes d’Al-Andalus. Elle commence son exposé par un inventaire des formes et des fonctions de ces inscriptions, en insistant sur les points communs et les divergences des textes rédigés en arabe et les textes latins. Elle montre cependant la porosité, la perméabilité et l’interchangeabilité des pratiques épigraphiques dès lors qu’il s’agit d’exposer des faits aussi importants que l’identité et l’appartenance à une communauté (sociale, familiale ou religieuse). La présentation de Carme Barceló met à son tour en avant la plasticité de l’écriture épigraphique qui, en creux ou en relief, produit des formes difficiles à lire, parfois difficiles à dater, toujours difficiles à rapprocher d’un contexte culturel précisément défini. Les similitudes formelles deviennent ainsi le moyen de rapprocher des individus ou des faits de mémoire d’une langue à l’autre, ou d’un moment de l’histoire à l’autre. L’écriture est autant facteur de lien que de discrimination, et c’est parce qu’elle affiche toujours une image en un lieu que l’inscription met en échec les tentatives de catégorisation qui se baseraient uniquement sur les composantes paléographiques de l’écriture exposée.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM) termine la journée en s’intéressant aux aspects non alphabétiques de l’épigraphie, à tous ces signes qui ne sont pas des lettres et qui pourtant viennent se matérialiser dans les inscriptions. En s’appuyant sur des exemples de la France médiévale et du royaume latin de Jérusalem, elle distingue trois usages particuliers : la ponctuation, l’occupation des bouts de ligne, et l’emploi de logogrammes au cœur des textes alphabétiques. Dans tous les cas, le surgissement de ces formes produit un arrêt du texte et suppose un changement cognitif : il faut s’arrêter de lire, ou lire autrement, pour « composer » lettres et signes au sein de la page épigraphique. Entre équilibre et balancement, fluidité et rupture, linéarité et chaos, les signes non-alphabétiques proposent une image enrichie de l’écriture, un surplus de sens qui permet aux inscriptions de dire autrement, de dire autre chose, parfois au-delà de toute lecture réelle du texte. La substitution du mot « cœur » par l’image d’un cœur dans certaines inscriptions tardo-médiévales permet ainsi de déclencher de nouveaux chemins de significations, ces « itinéraires de la lettre » qu’avait pointés Brigitte Bedos-Rezak dans sa conférence inaugurale.

  

La troisième journée du programme LIMITS a été très riche grâce à la diversité des objets analysés, à la variété de leur provenance et de leur chronologie, à la qualité de leur présentation, à l’enthousiasme des discussions et à la densité des questions abordées. Les organisateurs avaient envisagé de discuter le point de rencontre entre écriture et image, et les communications et les débats ont finalement montré l’omniprésence de ce questionnement dans toutes les cultures graphiques. La lettre a ainsi été envisagée comme un objet dont il faut encore et toujours préciser la définition, et comme un mouvement dont il faut penser les implications formelles et fonctionnelles, entre fixité arbitraire, altération inévitable et variation recherchée au sein des cultures pré-typographiques qui la considèrent toujours dans le spectre de ces modifications possibles. Les présentations ont montré la plasticité inaliénable du signe qui, dans son rapport avec la matière et le lieu de sa mise en œuvre – ce fond de l’écriture, réel comme la pierre, mis en scène par la couleur, imaginé par la poésie – invite à penser la lettre avant tout comme une forme. Celle-ci intervient dans toutes les dimensions de la pratique épigraphique : la lettre, le mot, la page ; la langue, la syllabe, le vers, le son. À la manière d’un carottage, il faut percevoir simultanément toutes les « couches » de cette pratique pour déceler la profonde réflexivité du geste d’écriture qui interroge constamment la capacité d’abord, les modalités ensuite, du signe à dire et rendre présent. Entre connaissance et reconnaissance, modèle et empreinte, norme et illusion, l’écriture est toujours affaire d’engagement : celui du scribe dans la sensibilité de son geste ; celui du regardeur dans sa rencontre avec l’inscription ; celui du lecteur, dans le déclenchement de l’imagination. Les questions cognitives sont ainsi inséparables de ce que représente le fait graphique entre Antiquité tardive et Renaissance, ce geste de notation et de dénotation qui choisit, trie, sélectionne ce qu’il rend visible et lisible. Dans cette vitalité constante de l’écriture, la lettre n’est pas figée ; elle est dotée d’un comportement, d’une agentivité, d’une performativité qui se situe précisément entre l’état d’iconicité et le processus d’iconisation, dans cette relève de l’alphabétique par le visuel.

Comme les deux journées d’étude précédentes, le dernier atelier du programme LIMITS a montré la richesse des questions qu’il reste à poser aux inscriptions. Il a aussi montré toutes les implications intellectuelles d’un tel questionnement qui secoue le chercheur dans sa propre pratique, écrivant comme il le fait sur le fait « écriture ». Il a enfin permis de mesurer la beauté objective de la plupart de ces dispositions graphiques qui contiennent plus souvent qu’on ne l’imagine une ambition esthétique, celle de la création d’une forme stable et pleine. Il reste des milliers de questions à poser aux inscriptions sur la longue durée et l’on ne peut qu’espérer que le programme LIMITS est au point de départ de nouvelles initiatives de recherche en épigraphie et plus généralement sur la culture écrite des sociétés pré-typographiques.

SEMPER saison 3 : L’épigraphie en mouvement

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2018-2019 sa 3e saison avec pour thématique “l’épigraphie en mouvement”.

À l’encontre de l’idée de stabilité, voire d’immobilité, tant physique que textuelle qui semble inhérente aux documents épigraphiques, cette première séance voudrait explorer les aspects mouvants des inscriptions : que ce soit à travers leurs supports mobiles (objets sacrés, armes, bijoux, reliures de manuscrits, textiles), le voyage des formules et leur variance, le transfert d’un même texte dans différentes matières, ou le déplacement d’un support inscrit et les conséquences du changement de contexte.

La première séance se déroulera le jeudi 22 novembre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/).

Accueil à partir de 9h30, début des  travaux à 10h, fin de la journée 17h30.

Il sera également possible de suivre cette séance via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Les avancées de TITULUS grâce au stage d’Alexandre Gaudin

Alexandre Gaudin est élève du Master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de l’École nationale des chartes. Il a choisi de faire son stage de fin d’études au CESCM en participant au projet TITULUS (avril-juillet 2018).

Sa mission a été de créer une édition multi-support du Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, numérique et imprimée. La question était alors d’étudier et de modifier ces deux accès vers l’épigraphie médiévale, en automatisant la création des volumes imprimés et en accroissant l’expérience utilisateur de l’édition numérique.

Le volume Hors-Série sur les épitaphes carolingiennes du Centre Ouest de Cécile Treffort – à paraître en fin d’année 2018 chez CNRS éditions – a fourni le terrain d’expérimentation de ce stage.  Alexandre Gaudin a ainsi travaillé sur l’automatisation de la mise en page des inscriptions, mais aussi de création des index et d’une bibliographie à partir des informations encodées, et enfin d’une carte localisant les inscriptions présentes dans un même volume. L’amélioration de l’expérience utilisateur sur le site internet du projet, que ce soit par le renforcement des accès aux notices, ou par le perfectionnement de l’affichage des notices, a aussi été au cœur de sa mission.

Grâce au stage d’Alexandre Gaudin, le projet TITULUS connaît ainsi une avancée notoire, déjà visible sur le site dans l’onglet “notice“.

Il soutiendra dans quelques semaines à l’École nationale des chartes son mémoire intitulé :

RÉALISER UNE ÉDITION MULTI-SUPPORT
DU CORPUS DES INSCRIPTIONS DE LA FRANCE
MÉDIÉVALE
Améliorer l’accès au domaine de l’épigraphie médiévale

 

Une interview complète d’Alexandre Gaudin, réalisée par Manon Durier, se trouve sur le carnet du CESCM.

 

 

Morgane Uberti et l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne (Antiquité tardive – haut Moyen Âge)

Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive, travaillera au CESCM durant 3 mois. Sa mission s’inscrit dans le cadre du projet d’inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne, projet rendu possible grâce au financement de la Fondation Vauchez-Balzan pour le développement des recherches en histoire religieuse du Moyen Âge.

Morgane, comment cette mission d’inventaire s’articule-t-elle avec votre parcours de chercheuse ?

J’ai soutenu en 2014 une thèse portant sur l’apport des inscriptions funéraire tardo-antiques et alto-médiévale des provinces d’Aquitaine Seconde et Novempopulanie, c’est-à-dire le sud-ouest de la Gaule, pour la connaissance de la culture écrite tardo-antique. Au côté de l’édition de la documentation funéraire, cette thèse a été l’occasion d’un rassemblement de toutes les inscriptions connues pour cette période dans la région. Cette mission fait bien sûr écho avec ce que j’ai déjà pu faire dans le cadre de la thèse, notamment la constitution du corpus.

J’ai continué à travailler sur la documentation épigraphique tardo-antique depuis, et je démarre aujourd’hui un projet sur les modalités d’expression du temps dans les inscriptions. Travailler sur ce pré-inventaire va me permettre de disposer d’une vision très globale de la documentation épigraphique tardo-antique et d’y trouver peut-être des éléments pour alimenter mes projets personnels.

Pourquoi réaliser un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne ?

Il n’existe plus aujourd’hui en France d’entreprise éditoriale un peu centralisatrice portant sur les inscriptions tardo-antiques et alto-médiévale des Gaules. La recherche continue de se faire mais elle se fait finalement de manière éclatée et nous ne disposons pas de vision très précise de l’état de la documentation.

http://plaques-boucles.chez-alice.fr/christ.html

Ce pré-inventaire des inscriptions permettra donc d’avoir une idée bien plus claire de la répartition de ce matériel épigraphique, en temps, en lieu mais aussi en termes de nature. L’intention est bien d’enregistrer tous les types d’objets épigraphiques : les inscriptions lapidaires, la vaisselle précieuse, les bagues, les plaques-boucles et j’en oublie sans doute !

Nous disposerons ainsi d’une première base qui rendra compte de la richesse et de l’extrême variété de la pratique épigraphique pour l’Antiquité Tardive et le haut Moyen Age. C’est un outil qui permettra aussi, je l’espère du moins, d’orienter les recherches futures.

Châsse Mumma, abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Cliché : CIFM/CESCM.

En quoi va consister votre travail ?

Les choses s’organisent sur quatre plans :

Établir un état de l’art bien sûr qui permettra d’une part d’établir de manière très précise le panorama disciplinaire, ses principaux acteurs et d’autres part de contribuer à l’établissement d’une trajectoire pour ce pré-inventaire.

Récupérer, trier et classer la documentation des chercheurs qui ont travaillé sur des corpus épigraphiques dans le cadre du Recueil des Inscriptions Chrétiennes de la Gaule. L’entreprise est en effet restée inachevée et les « anciens » ont accepté avec générosités de mettre à disposition leur fonds. C’est une mission de sauvegarde en quelque sorte.

Mettre en place l’outil de pré-inventaire et l’alimenter avec ce qui aura été trouvé dans les archives mais aussi à partir de mon corpus de thèse, ou encore des inscriptions inédites que les collègues archéologues nous transmettent. Il y a beaucoup à faire et les trois mois vont passer très vite mais il faut lancer les choses et pour le moins, les planifier d’emblée.

Je serai moi-même très occupée par un projet post-doctoral à partir de la rentrée à la Casa de Velázquez à Madrid, il faut donc préparer la possibilité que d’autres que moi puissent poursuivre ce pré-inventaire.  Il faut pour cela que les choses soient tout à fait en place et rendues efficaces au moment de mon départ.  A l’issue de la mission, une réunion de fin d’étape rassemblera les acteurs de l’épigraphie tardo-antique des Gaules ; il s’agit finalement de mettre en place les conditions d’un réseau de chercheurs autour de la question de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale en France.

Qu’est-ce qu’une tardo-antiquisante vient faire au CESCM ?

Mes liens avec le CESCM remontent aux premières années de ma thèse. Lorsqu’une tardo-antiquisante s’engage dans la discipline épigraphique, le CESCM apparaît comme un centre tout à fait fréquentable ! J’y ai trouvé beaucoup d’appui et une vraie richesse intellectuelle, auprès de toute l’équipe d’épigraphistes, si médiévistes soient-ils. Cécile Treffort m’a bien sûr mis le pied à l’étrier lors de mes premières années et les relations avec le CESCM n’ont cessé de se consolider au fil des années, dans le cadre de participation à des séminaires, des formations, des projets aussi. L’épigraphie de l’Antiquité tardive a toute sa place au CESCM et porter ce projet dans un environnement qui m’est devenu familier a vraiment du sens, tant humainement que scientifiquement. Enfin, je ne peux pas non plus taire le fait que je passerai une partie de mon temps de travail, en mission évidemment, mais aussi à Bordeaux et au laboratoire Ausonius, autre centre dédié à l’épigraphie, antique cette fois-ci.  D’une certaine manière, ce petit écart géographique entre un pôle bordelais et un pôle poitevin, entre Antiquité et Moyen Âge est presque métaphorique de la place qu’il reste à trouver à l’épigraphie tardo-antique. Plus sérieusement, je crois que cela est le signe de la nécessaire prise en compte de la pratique épigraphique sur un temps long : antique, tardo-antique, médiéval. S’il existe une épigraphie tardo-antique, elle ne peut être pensée indépendamment de ce qui la précède et lui succède et c’est peut-être tout le sens du développement d’un tel projet au CESCM.

Inscripthèque – nouveautés

L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500,  répertoires des formules et des références bibliques et archives de Robert Favreau.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du premier semestre 2018. L’ensemble de tirés-à-part, thèses et mémoires en épigraphie est consultable sur la page de l’inscripthèque du site du CESCM.

Articles

  • Barroca Mário Jorge, « A Medieval Prayer Finger Ring from São João de Tarouca (Portugal) », The Archaeology of Medieval Europe, Martin Carver, Jan Klápště ed., 2011, p. 432-433.
  • Barroca Mário Jorge, « Epígrafia e Heráldica no Portugal Medievo », Casa Nobre : Um património para o futuro: 2º Congresso Internacional, Arcos de Valdevez, 2011, p. 415-431.
  • Barroca Mário Jorge e Varela Fernandes Carla, « Uma imagem de S. Bartolomeu do MNAA: questões em torno da estética, iconografia e importância do culto nos anos do românico », Imagens e Liturgia na Idade Média, Bens Culturais da Igreja, n°4, 2015, p. 89-108.
  • Béroujon Anne, « La présence scripturaire des morts. La diffusion de l’épitaphe à Lyon entre xiiie et xviie siècles », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 30 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/271 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.271
  • Billen Claire, « Dire le Bien Commun dans l’espace public. Matérialité épigraphique et monumentale du bien commun dans les villes des Pays-Bas, à la fin du Moyen Âge », De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.)/Discours et pratique du Bien Commun dans les villes d’Europe (XIIIe au XVIe siècle), É. Lecuppre-Desjardin, A.-L. Van Bruaene (eds.), Turnhout, Brepols, 2010, p. 71-88.
  • Bush Olga, « Poetic Inscriptions and Gift Exchange in the Medieval Islamic World », Gesta 56, 2, 2017, p. 179-197.
  • Debiais Vincent, « Essay on a Visual Perspective of Medieval Writing », Byzantine and Post-Byzantine Art : Crossing Borders, Emmanuel Moutafov, Ida Toth, Sofia, 2018, p. 129-150.
  • Felle Antonio Enrico, « Words and Images in Early Christian Inscriptions (3rd-7th Century) », Byzantine and Post-Byzantine Art : Crossing Borders, Emmanuel Moutafov, Ida Toth, Sofia, 2018, p. 39-67.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Inscriptions encadrées/encadrantes. De l’usage du cadre dans les inscriptions », Apta compositio. Formes du texte latin au Moyen Âge et à la Renaissance, ed. Christiane Deloince-Louette, Martine Furno et Valérie Méot-Bourquin, Genève : Droz, 2017, p. 69-90.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Parcelles de mots et de lieux saints. La croix-reliquaire de Brageac », Museikon, Alba Iulia, 1, 2017, p. 19-24.
  • Jacob André, « L’invocation de Léonce », Rivista di studi bizantini e neoellenici, 53, 2016, p. 137-150.
  • Jacob André, « I graffiti latini nella cappella di San Nicola di Celsorizzo ad Acquarica del Capo e la riapertura del santuario nel Cinquecento », Bollettino Diocesano. S. Maria de Finibus Terrae, 2017, p. 321-330.
  • Jourd’heuil Jean-Vincent, « Une pierre funéraire faussement attribuée à saint Guillaume de Donjon, archevêque de Bourges (+ 1209) », Cathédrale de Bourges, I. Jourd’heuil, S. Marchant, M.-H. Priet ed., Tours, PUFR, 2017, p. 109-146.
  • Marek Lech, « The Blessing of Swords. A New Look into Inscriptions of the benedictus-Type », Acta Militaria Mediaevalia, vol. 10, 2014, p. 9-20.
  • Mineo Émilie, « L’artiste lettré ? Compétence graphique et textuelle de l’artiste roman à travers les signatures épigraphiques », Entre la letra y el pincel : el artista medieval. Leyenda, identidad y estatus, dir. M. Castiñeiras, El Ejido (Almería) : Círculo Rojo, 2017, p. 77-91.
  • Mineo Émilie, « La firma d’artista nella Francia romanica. Problemi, forme, funzioni », Venezia arti, 26 (numéro spécial : La “firma” nell’arte. Autorialità, autocoscienza, identità e pubblicità degli artisti, dir. G. M. Fara, S. Riccioni, N. Stringa), 2017, p. 49-64 [disponible également en ligne : http://doi.org/10.14277/2385-2720/VA-26-17-3].
  • Mineo Émilie, « Le vocabulaire de la création artistique dans les signatures épigraphiques du Moyen Âge central », Créer. Créateurs, créations, créatures au Moyen Âge, actes des journées d’étude du groupe Questes, dir. E. Banjenec et al. Paris : PUPS, [accepté, à paraître].
  • Pierno Marida, « Culti ed epigrafi : la produzione epigrafica durante il pontificato di Pasquale (1099-1118), Temporis Signa. Rivista del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo di Spoleto, IX, 2014, p. 145-162.
  • Pringle Denys, « Notes on Some Inscriptions from Crusader Acre », In laudem hierosolymitani. Studies in crusades and medieval culture in honour of Benjamin Z.Kedar, Iris Shagrir, Ronnie Ellenblum and Jonathan Riley-Smith ed., 2007, p. 191-209.
  • Pringle Denys, « King Richard I and the walls of Ascalon », Palestine Exploration Quarterly, 116, 1984, issue 2, p. 133-147.
  • Rhoby Andreas, « “When the year ran through six times of thousands …”: The Date in (Inscriptional) Byzantine Epigrams », “Pour une poétique de Byzance”. Hommage à Vassilis Katsaros (Dossiers byzantins 16), St. Efthymiadis et al. (eds.), Paris, 2015, p. 223–242.
  • Toth Ida, « Reflections on a period of transformation in early Byzantine epigraphic culture » in: C. Stavrakos, ed., Inscriptions in Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art, Wiesbaden 2016, p. 17-40.
  • Treffort Cécile, « Une nouvelle inscription d’époque franque découverte à Tyr », Sources de l’histoire de Tyr. II. Textes et images de l’Antiquité au Moyen Âge, Pierre-Louis Gatier, Julien Aliquot et Lévon Nordiguian éd., Beyrouth, Presses de l’Université Saint-joseph et Presses de l’Ifpo, 2017, p. 131-133.
  • Zozaya Montes Leonor, « Epiteca : una ludoteca virtual para reforzar conocimientos de epigrfía romana », VII Jornadas Nacionales de Ludotecas. Ponencias y comunicaciones, coord. Pedro J. Lavado Paradinas, Victor Manuel Lacambra Gambau, 2014, p. 155-170.

Ouvrages

  • Favreau Robert, Corpus des inscriptions de la France médiévale. Hors-Série : Poitiers VIIIe-XIIIe s., Paris, CNRS éditions, 2017.
  • Ingrand-Varenne Estelle, Langues de bois, de pierre et de verre. Français et latin dans les inscriptions, Paris, Classiques Garnier, 2017.
  • Swift Helen J., Representing the Dead. Epitaphs Fiction in Late-Medieval France, Cambridge, Brewer, 2016.

Penser l’écriture, faire le temps

La première réunion de travail du programme LIMITS, consacrée aux limites chronologiques de la pratique épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance, s’est tenue à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne), le 25 octobre 2017.

Dans la présentation du projet LIMITS, Isabel Velázquez (Université Complutense Madrid) a rappelé la genèse et les objectifs du programme en insistant sur son caractère transversal. Il réunit en effet des spécialistes des questions de culture écrite et d’histoire culturelle sur une longue durée, celle des modifications et des constances de la documentation épigraphique au cours d’un très long Moyen Âge et à l’échelle européenne. Plus qu’une interdisciplinarité de façade ou de bon ton, le projet LIMITS espère être l’espace d’interrogations convergentes et fructueuses autour de la notion de « limites » dans le domaine de la scripturalité médiévale, permet-elle de renouveler les approches portant sur les cultures écrites ? C’est à la fois comme espace de la rencontre et de la séparation que la limite dessinerait les contours des communautés graphiques qui sont au cœur de l’interrogation historique.

Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf. Inscription pour la consécration de l’autel matutinal (1096).

Morgane Uberti (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius) introduit cette première rencontre en posant la question du temps en histoire, et celle des césures d’un temps périodisé. S’interroger sur les pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance oblige à « négocier les ruptures construites par et pour l’historien avec les pratiques, les gestes et leurs traces ». En d’autres termes, il s’agit de considérer avant tout l’objet et son moment – son historicité – dans les phénomènes graphiques à l’œuvre. Les rythmes du phénomène épigraphique coïncident-ils alors avec les rythmes de l’histoire ? C’est dans ce contexte, celui d’une négociation des frontières chronologiques – Antiquité tardive|Moyen Âge et Moyen Âge|Renaissance que l’opérabilité des notions de seuils et de porosité pour aborder le phénomène épigraphique sera discuté. Quand une inscription devient-elle médiévale ? Quand cesse-t-elle de l’être ? Y a-t-il un « devenir médiéval » à l’œuvre dans l’écriture épigraphique ? La périodisation a ses vertus mais aussi ses limites et il convient de réfléchir à la posture de l’historien dans cet exercice : caractérise-t-il l’objet dans l’histoire ou l’écriture de l’histoire ? Quels sont les effets de cette périodisation sur la perception et le traitement de la documentation par l’historien ? Dans tous les cas la « brisure » chronologique, si elle appartient au règne de l’historien, doit être envisagée aussi en ce qu’elle constitue un « espace de temps vécu » et les documents épigraphiques deviennent alors « les traces d’une expérience de la limite ».

L’examen des cadences épigraphiques, du nombre d’inscriptions produites au cours du temps, semble à première vue correspondre à la périodisation traditionnelle entre le Bas-Empire, le Haut Moyen Âge, l’époque carolingienne, le Moyen Âge central, la renaissance du xiie siècle, le Bas Moyen Âge et la Renaissance ; elles montreraient ainsi la correspondance historique, factuelle en ce sens, entre les epigraphic habits en Occident d’une part, et le cours de l’histoire et ses bouleversements d’autre part. La téléologie n’échappe en réalité à personne, les corpora épigraphiques à disposition étant de fait établis en amont en suivant ces grands découpages, et en maniant des critères divers pour l’établissement des frontières chronologiques des publications. Implicitement, les faits de civilisation font les caractères épigraphiques, et il devient difficile de définir pour eux-mêmes, indépendamment des conditions de leur recensement, les traits particuliers des inscriptions en fonction du temps. Cette première limite de méthode se fonde en partie sur les variations de traitement des inscriptions datées et des textes non datés, conduisant fréquemment au raisonnement circulaire et à la caricature et – fait plus problématique encore – au renoncement à l’examen attentif de toutes les composantes de l’objet épigraphique.

Or, la question à poser ici est la suivante : qu’est-ce qui fait date ? Si l’on dépasse l’utilité ecdotique de la date, on peut poser la date, et son écriture (ou non d’ailleurs), comme l’indice d’une « une manière d’être au temps » et comme signe peut-être de « communautés d’écriture ». La focale sur une écriture de la date permet d’aborder les notions de « brèche », crise, intervalle comme « champs d’expériences du temps », sous l’angle ici des pratiques graphiques.  Il s’agit donc de percevoir le lien entre l’inscription et la date comme l’indice d’un rapport de l’homme au temps, et déplacer les questions d’édition vers une « anthropologie historique du temps », en liant l’homme et l’objet plutôt que l’objet et l’histoire. Comme champ d’expérience voire d’expérimentation, « la limite se remplit », elle est un « temps plein » dans lequel la pratique graphique poursuit son chemin selon ses propres modalités, invitant à suivre plus avant la notion de seuil pour aborder la documentation des marges (au dépend de celle de transition).

En prenant l’exemple de la documentation tardo-antique, Christian Witschel (Université d’Heidelberg), montre toute la pertinence de ces remarques préliminaires en réaffirmant que l’inscription « est un phénomène sui generis » et qu’appréhender son rapport au temps est indispensable pour comprendre la forme et la fonction de l’objet épigraphique. Christian Witschel repose d’abord la définition de l’inscription, cet écrit sur un matériau durable et exposé, dont le texte est destiné à la communication et à la commémoration, et dont le contenu recherche un public. L’inscription fonctionne avec les éléments de son contexte et peut de ce fait être pensé comme un « monument » épigraphique, en distinguant les inscriptions funéraires, les inscriptions votives et les inscriptions civiques. Toutes ont « un public en tête », même si rien ne semble mobilisé en ce sens, et même si l’on doit envisager un public analphabète.

L’objet épigraphique ainsi défini présente une relative homogénéité à l’échelle de la Méditerranée, et ce indépendamment des variations horizontales d’une région à l’autre. On assiste à une réduction du nombre des inscriptions produites à partir du milieu du IIIe siècle. À compter de cette date, l’épigraphie tardo-antique se caractérise par le remploi d’éléments de constructions comme support épigraphique, et par une hétérogénéité des formes, notamment au niveau paléographique. Les inscriptions présentent cependant encore des « formes très antiques », y compris dans le cas particulier de l’Afrique du Nord où les inscriptions civiques sont très nombreuses, y compris dans les petites villes. Le changement est beaucoup plus frappant à compter du Ve siècle où de nouvelles formes (dans le support et dans le texte) apparaissent, avec la mosaïque par exemple. Partant, faut-il envisager ce moment comme une évolution ou comme une rupture ? Christian Witschel pose en conclusion que les généralisations sont tout à fait relatives et que seule l’étude au cas par cas de chacun des éléments constitutifs de l’inscription permet l’appréhension des phénomènes sur la longue durée.

Tours, Société archéologique de Touraine. Inscription funéraire d’Adalberga (830 ou 840).

Et c’est bien ce type d’approche choisie par Thierry Grégor (Université de Poitiers-CESCM) dans sa présentation consacrée à l’examen technique des inscriptions de l’Antiquité et du Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Les exemples donnés montrent de façon explicite que les techniques de gravure sont affectées par de profondes mutations à partir du IVe-Ve siècle (nouveaux outils, diversification des gestes). L’interprétation de ce changement reste difficile à qualifier dans les faits (perte de standard, de modèle, etc.). Est-il le fait des lapicides ou de circonstances globales affectant l’ensemble de la production écrite ? De façon générale, comment articuler individualité d’un scribe/et du lapicide ou plutôt ce qu’il en reste – la trace d’une compétence particulière – la notion globalisante de « epigraphic habit » ? En contrepoint des ruptures et des continuités, la présentation invite à déterminer ce que la forme des lettres doit éventuellement à la porosité des techniques de gravure d’un support à l’autre, la communauté d’outils ou encore celle des gestes. Derrière ces questions, encore à traiter dans les travaux de Thierry Grégor, c’est la notion de « qualité » qui est en jeu, et son influence sur la périodisation des phénomènes graphiques.  La décision, l’adaptation et la mise en œuvre programment un résultat formel unique que notre regard taxinomique sur la date empêche de penser pour lui-même, indépendamment de l’évolution pensée a priori par l’historien. Si le VIIIe siècle semble du point de vue technique constituer une limite pour l’épigraphie médiévale, il reste à déterminer de quels phénomènes culturels elle est l’indice ou le moteur…

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) pose dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les reliquaires médiévaux des questions du même ordre, et cherche à interpréter l’apparition et les changements dans la forme et le contenu des textes à la lumière des transformations dans l’usage de ces objets particuliers. Son enquête, menée sur 350 inscriptions très diverses datées entre 700 et 1150, montre que l’écriture sur le reliquaire fait son apparition au VIIe siècle en Occident. Elle adopte des dispositions, des couleurs, des structures formelles et textuelles adaptées aux conditions d’exposition de l’objet (sur l’autel, dans l’autel, en mouvement…). L’inscription s’établit surtout en tant que « présence graphique » et cherche à accompagner un processus de sens : découvrir le contenu du reliquaire et sa sacralité. C’est cette stratégie de communication particulière, en prise directe avec le contexte du reliquaire, qui permet d’expliquer les choix mis en œuvre dans la pratique épigraphique, choix qui échappent en grande partie à toute tentative de périodisation. L’écriture sur l’objet est à l’interface entre le public et la relique ; l’inscription-reliquaire constitue donc une limite puisqu’elle sépare de la relique proprement dite tout en médiatisant la rencontre avec la relique.

Dans la présentation de Javier de Santiago (Université Complutense Madrid), les aspects paléographiques sont mis à l’épreuve d’une lecture chronologique sur le temps long du Moyen Âge pour signaler les limites d’une approche évolutionniste de l’écriture. Si les changements dans l’écriture au cours du temps sont une évidence, il est en revanche très difficile de les identifier strictement en « type » ou « modèle », et on assiste souvent à des chevauchements, propres à la notion de seuil. Javier de Santiago signale ainsi la continuité de l’écriture entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge, comme s’il s’agissait d’une même écriture. En s’inspirant des travaux de Jean Mallon, il propose une approche « naturelle » des questions graphiques, le ductus façonnant peu à peu des formes, entre canonisation et spontanéité. Une telle appréhension, si elle place bien le geste du lapicide au cœur de la réflexion, entrave fortement notre capacité à décrire les formes graphiques de façon objective, sans recourir au style.

C’est la même chose, dans le domaine du genre littéraire et non de la paléographie, que l’on observe dans la présentation de Daniel Rico (Université autonome Barcelone) consacrée à l’apparition et à l’évolution de la poésie monumentale. Si on peut dater son apparition avec le distique de l’arc de Constantin à Rome (324-337), il est en revanche plus difficile de suivre l’évolution de cette véritable nouveauté. Elle est probablement liée au développement de l’architecture chrétienne et à la mise en place de « pèlerinages épigraphiques » jusqu’au VIIIe siècle, le siècle obscur de l’épigraphie. On assiste alors à une rupture dans ce domaine alors que les inscriptions de cette même période témoignent de grandes innovations sous d’autres aspects (paléographie, monumentalisation, préciosité). Le contexte explique ; le contexte influence ; le contexte bouleverse ; le contexte ne semble en revanche pas suffisant pour comprendre l’ensemble des évolutions épigraphiques qui semblent animées d’une vie propre dès lors qu’elles sont le fait d’un geste unique.

Pour la fin du Moyen Âge, Julie Marquer (Université Lyon I) observe des phénomènes identiques pour les inscriptions en caractères arabes réalisées sous domination chrétienne. Comment expliquer le caractère tardif ou « singulier » des inscriptions ? Comment l’inscription s’insère-t-elle dans une norme ou une mode ? Comment se distingue-t-elle de son environnement graphique ? L’archaïsme et la nouveauté sont-elles des catégories opératoires pour expliquer la diversité des formes épigraphiques ? Les exemples analysés par Julie Marquer témoignent surtout d’une grande porosité culturelle et sociale des phénomènes graphiques, de contamination entre des documentations a priori distinctes, de dynamiques propres à chacune d’entre elles… Autant d’éléments qui, après une étude minutieuse de chacun des objets épigraphiques, sans présupposer de leur appartenance à une tendance particulière, nuancent l’établissement de chronologies, absolues ou relatives, par comparaison ou analogie à partir d’exemples limités ou d’échantillons.

Poitiers, La Grande Vacherie. Inscription rappelant la construction d’un mur de clôture (1332).

Dans sa présentation, Vincent Debiais (CNRS-CESCM) envisage cette empreinte du temps dans la pratique de la notice et dans les conditions particulières de la constitution des corpora épigraphiques. Ces réflexions sur les limites chronologiques dans le cadre de la pratique de l’édition et du traitement de l’information dans la production scientifique interrogent en réalité la pertinence de l’inscription au titre de « preuve » ou « argument » dans la démonstration historique d’une part, et la représentativité des inscriptions datées dans l’établissement d’un discours général sur la documentation épigraphique d’autre part. Comme dans toute pratique de l’histoire, la mention d’une date « engage », au sens premier de « mettre en gage », le discours – elle en détermine la validité intrinsèque ou sa possibilité d’être repris par d’autres. La date d’une inscription fait histoire. Dès lors, chaque mention de datation est un défi scientifique qui dit autant de la méthode que de la connaissance produite. La pratique de la datation, si elle est nécessaire, doit en tous les cas être guidée par la prudence, la mesure et par la pleine conscience de ce qu’elle va produire sur le reste de la production historique. Et elle doit toujours conduire à s’interroger sur ce que l’on date réellement et sur le processus même qui conduit à assimiler un objet inscrit et un « moment ». On se trouve toujours confronté à cette contradiction apparente d’attribuer une instantanéité, une fulgurance à quelque chose qu’on est en réalité incapable de saisir complètement dans son rapport au temps. Et c’est là une véritable limite de l’exercice de datation qui, par souci de scientificité, produit un décalage entre un objet, le fait auquel il se rapporte et la capacité du chercheur à le placer dans une chronologie.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) prolonge ces réflexions dans le cas concret du Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de sa déclinaison numérique TITULUS. Elle rappelle que les limites chronologiques des différents corpora reposent sur un mélange d’évidences documentaires (la cohérence de l’écriture minuscule gothique, par exemple) et d’arbitraires, souvent implicites (la « réforme carolingienne » comme commencement du corpus des inscriptions médiévales en France). L’épigraphie médiévale naît par analogie ou emprunt à l’épigraphie antique et les moyens de la datation, sa dynamique même, et les principes auxquels elle obéit héritent de ces usages, alors qu’on postule une différence de nature entre les inscriptions antiques et médiévales, et entre les disciplines chargées de leur étude. L’un des moyens proposés par Estelle Ingrand-Varenne pour sortir de cette impasse méthodologique est de « penser le texte » plutôt que l’inscription afin de ne pas couper l’objet de ce qui le précède ni de ce qui le suit. Le projet ouvert TITULUS, en permettant une édition enrichie des textes, devrait apporter des solutions ecdotiques pour saisir la documentation sur la longue durée.

Le débat qui clôt cette première journée souligne que penser le temps, c’est penser l’anachronisme, à commencer par l’anachronisme de nos démarches. Appréhender la documentation épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance devrait nous inviter à retourner à l’inscription et à la penser pour elle-même, dans une affirmation conjointe de l’érudition et de l’anthropologie historique. Rendez-vous est pris pour le 13 avril pour aborder les limites matérielles de l’écriture épigraphique lors de la deuxième journée d’étude du programme LIMITS.

Compte rendu de la première journée d’étude du programme LIMITS (Madrid, 25 octobre 2017) établi par Vincent Debiais et Morgane Uberti.

Les inscriptions de Poitiers, fin VIIe-début XVIe s.

Alors que l’épigraphie médiévale française va bientôt fêter ses cinquante ans, ce volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale rédigé par Robert Favreau et consacré à la ville de Poitiers inaugure les Hors-Série. Premier terrain d’investigation des épigraphistes en 1974, Poitiers offre un patrimoine inscrit abondant, sans cesse enrichi par les récentes découvertes, à l’instar des peintures murales de la cathédrale Saint-Pierre ou de l’église Sainte-Radegonde.

La nouveauté de ce volume réside surtout dans l’élargissement chronologique, incluant désormais les derniers siècles du Moyen Âge, non édités jusqu’alors. Le XVe siècle représente à lui seul un quart de la documentation.

Cliché : Eva Avril.

C’est l’époque où la ville est capitale de l’apanage du duc Jean de Berry, puis capitale judiciaire de Charles VII, époque également où est créée l’Université dont témoigne l’inscription de la cloche, datée de 1451, installée au clocher de l’église Saint-Porchaire. De nouveaux types de textes apparaissent : les fondations pieuses, témoins du changement d’attitude devant la mort.

Toutefois, ce sont les XIe-XIIe siècles, période des grands chantiers poitevins, qui offrent le plus grand nombre de documents épigraphiques. La construction et les rénovations d’un certain nombre d’églises comme Sainte-Radegonde, Saint-Porchaire, Saint-Jean-de-Montierneuf, Saint-Hilaire, Notre-Dame-la-Grande ou, le baptistère Saint-Jean offrent l’occasion de réaliser de vastes décors sur les façades, les voûtes, les piliers inspirés de la Bible, de sermons et des vies de saints.

Saint Martin partage son manteau (fin XIe s.), peinture de l’église Saint-Hilaire. Cliché : Photothèque-CESCM.

Classés par lieux, ces 241 textes gravés dans la pierre, peints sur les vitraux ou l’enduit des murs, incisés dans le métal, lisibles encore sur des broderies, des émaux, une reliure et un tableau, proposent une promenade dans la ville dont ils racontent l’histoire à leur manière sur près de huit siècles.

Ce volume offre aussi une plongée dans le monde manuscrit à travers la réception et la transmission des inscriptions, recopiées ou dessinées du XVIIe au XIXe siècle. L’apport le plus important pour le relevé d’inscriptions poitevines est celui de François-Roger de Gaignères (1642-1715) qui a fait reproduire, par son dessinateur Louis Boudan, 23 tombeaux des églises de Poitiers, aujourd’hui disparus.

Grâce à la riche introduction qui les met en perspective, le lecteur trouvera dans l’ensemble de ces textes un  apport désormais essentiel pour l’histoire de la culture matérielle, écrite et visuelle du Moyen Âge, mais aussi pour l’histoire urbaine et sociale toujours à explorer.

Inscription sur une mesure à grain de la fin du XVe s. Musée Sainte-Croix. Cliché : Christian Vignaud.

 

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur privé = 600 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 25 avril 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)