Archives par mot-clé : inventaire

Pré-inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne : Archives, Instrumentum

Auteurs : Cheyenne Noel et Morgane Uberti

L’obtention en 2018 de fonds de la Fondation Vauchez-Balzan (Académie des inscriptions et belles lettres) pour un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne a permis le classement des archives de deux éminentes chercheuses – Nancy Gauthier et Luce Pietri – membres actives de l’équipe engagée dans la publication des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la renaissance carolingienne (RICG). Ce projet lancé aux débuts des années 1970 par Henri-Irénée Marrou et financé par le CNRS avait donné lieu à l’édition des inscriptions de trois provinces gauloises entre 1975 et 1997 (Viennoise du nord, Belgique première, Aquitaine première).

Fonds Luce Pietri. Fragment d’une notice d’une inscription funéraire provenant de Lyonnaise

La documentation laissée au CESCM par Nancy Gauthier et Luce Pietri rassemble recherches, photographies, notices d’inscriptions non publiées. Dans le même mouvement a été initié un travail de recension des inscriptions données comme tardo-antiques et alto-médiévales mentionnées dans ces fonds. Le récolement s’est accompagné de l’élaboration d’un outil de pré-inventaire permettant à terme, l’exploitation de ces données.

Dans la continuité du travail d’archivage et de pré-inventaire des inscriptions tardo-antiques de Gaule engagé par Morgane Uberti entre mai et juillet 2018, la mission de Cheyenne Noel, en décembre 2018, a permis de clore le classement des archives documentaires léguées par Luce Pietri et Nancy Gauthier au printemps 2018 et d’enrichir l’inventaire de 186 inscriptions pour la seule Germanie. Cheyenne Noel, intégrée au projet en raison de son travail de doctorat sur le mobilier liturgique tardo-antique et médiéval avait également pour mission le recensement de ce matériel en tant qu’il était épigraphique.

Face à la difficile identification de la fonction des documents rencontrés, à l’indétermination des contextes, sa mission est allée bien au-delà de l’établissement d’un corpus d’une catégorie d’objet. La mission de Cheyenne Noel a été aussi l’occasion de lancer et penser le recensement et l’intégration à l’outil de pré-inventaire du petit mobilier inscrit, quel qu’il soit.

Plat dit de « Montbellet », IVe/Ve siècle, Musée Denon
Détail de l’attache du plat dit de « Montbellet »

La collecte a donc porté plus largement sur tout type de « petit » mobilier inscrit afin de dresser un premier bilan d’une documentation finalement peu connue et mal référencée. Après un premier dépouillement des corpus existants (Le Blant, E., Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe s., I-II, Paris, 1856-1865 ; ibid. Nouveau Recueil, Paris, 1892), ce sont les archives de Nancy Gauthier relatives aux inscriptions provenant de Germanie Première (Mayence, Andernach, Worms, Bingen et environs) qui ont été consultées. Cette première exploration a permis l’enregistrement de 61 inscriptions « mineures » dans l’outil de pré-inventaire ; les volumes d’Edmond Le Blant n’en référençaient que 34 pour l’ensemble de la Gaule.

Gourde de Concevreux, VIe siècle, Musée des Beaux-Arts de Cambrai

Ces inscriptions montrent la très grande diversité des objets portant un écrit, des matériaux, des messages qui y sont inscrits mais aussi des contextes d’utilisation ou, pour le moins, ceux supposés. Aussi trouve-t-on une ‘gourde’ en bronze, des stylets en bronze, des cuillères d’argent, des anneaux, des fibules, une lance, entre autres…

Se constitue ainsi un vaste corpus documentaire qui soulève nombre de questions sur les modalités d’usage(s) de ces objets, sur la valeur de l’écriture dans la détermination d’une fonction tout interrogeant nos propres pratiques lorsqu’il s’agit d’identifier et classer ces objets. Cet inventaire rendra compte, à terme, de la richesse et de la variété du phénomène épigraphique dans la Gaule tardo-antique et alto-médiévale.

C’est donc un travail de très longue haleine qui s’est engagé en 2018, au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers. Le soutien financier de la fondation Vauchez-Balzan, la confiance de Luce Pietri et Nancy Gauthier ont permis de poser les premières pierres d’un projet qui ne peut être pensé que sur le long terme, dans le partenariat et la mutualisation des efforts et des savoirs. La confiance de la fondation Vauchez-Balzan, reconduite pour l’année 2019, permet d’avancer un peu plus ce travail de recensement et d’engager une réflexion sur les modalités de sa pérennisation.

 

Morgane Uberti et l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne (Antiquité tardive – haut Moyen Âge)

Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive, travaillera au CESCM durant 3 mois. Sa mission s’inscrit dans le cadre du projet d’inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne, projet rendu possible grâce au financement de la Fondation Vauchez-Balzan pour le développement des recherches en histoire religieuse du Moyen Âge.

Morgane, comment cette mission d’inventaire s’articule-t-elle avec votre parcours de chercheuse ?

J’ai soutenu en 2014 une thèse portant sur l’apport des inscriptions funéraire tardo-antiques et alto-médiévale des provinces d’Aquitaine Seconde et Novempopulanie, c’est-à-dire le sud-ouest de la Gaule, pour la connaissance de la culture écrite tardo-antique. Au côté de l’édition de la documentation funéraire, cette thèse a été l’occasion d’un rassemblement de toutes les inscriptions connues pour cette période dans la région. Cette mission fait bien sûr écho avec ce que j’ai déjà pu faire dans le cadre de la thèse, notamment la constitution du corpus.

J’ai continué à travailler sur la documentation épigraphique tardo-antique depuis, et je démarre aujourd’hui un projet sur les modalités d’expression du temps dans les inscriptions. Travailler sur ce pré-inventaire va me permettre de disposer d’une vision très globale de la documentation épigraphique tardo-antique et d’y trouver peut-être des éléments pour alimenter mes projets personnels.

Pourquoi réaliser un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne ?

Il n’existe plus aujourd’hui en France d’entreprise éditoriale un peu centralisatrice portant sur les inscriptions tardo-antiques et alto-médiévale des Gaules. La recherche continue de se faire mais elle se fait finalement de manière éclatée et nous ne disposons pas de vision très précise de l’état de la documentation.

http://plaques-boucles.chez-alice.fr/christ.html

Ce pré-inventaire des inscriptions permettra donc d’avoir une idée bien plus claire de la répartition de ce matériel épigraphique, en temps, en lieu mais aussi en termes de nature. L’intention est bien d’enregistrer tous les types d’objets épigraphiques : les inscriptions lapidaires, la vaisselle précieuse, les bagues, les plaques-boucles et j’en oublie sans doute !

Nous disposerons ainsi d’une première base qui rendra compte de la richesse et de l’extrême variété de la pratique épigraphique pour l’Antiquité Tardive et le haut Moyen Age. C’est un outil qui permettra aussi, je l’espère du moins, d’orienter les recherches futures.

Châsse Mumma, abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Cliché : CIFM/CESCM.

En quoi va consister votre travail ?

Les choses s’organisent sur quatre plans :

Établir un état de l’art bien sûr qui permettra d’une part d’établir de manière très précise le panorama disciplinaire, ses principaux acteurs et d’autres part de contribuer à l’établissement d’une trajectoire pour ce pré-inventaire.

Récupérer, trier et classer la documentation des chercheurs qui ont travaillé sur des corpus épigraphiques dans le cadre du Recueil des Inscriptions Chrétiennes de la Gaule. L’entreprise est en effet restée inachevée et les « anciens » ont accepté avec générosités de mettre à disposition leur fonds. C’est une mission de sauvegarde en quelque sorte.

Mettre en place l’outil de pré-inventaire et l’alimenter avec ce qui aura été trouvé dans les archives mais aussi à partir de mon corpus de thèse, ou encore des inscriptions inédites que les collègues archéologues nous transmettent. Il y a beaucoup à faire et les trois mois vont passer très vite mais il faut lancer les choses et pour le moins, les planifier d’emblée.

Je serai moi-même très occupée par un projet post-doctoral à partir de la rentrée à la Casa de Velázquez à Madrid, il faut donc préparer la possibilité que d’autres que moi puissent poursuivre ce pré-inventaire.  Il faut pour cela que les choses soient tout à fait en place et rendues efficaces au moment de mon départ.  A l’issue de la mission, une réunion de fin d’étape rassemblera les acteurs de l’épigraphie tardo-antique des Gaules ; il s’agit finalement de mettre en place les conditions d’un réseau de chercheurs autour de la question de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale en France.

Qu’est-ce qu’une tardo-antiquisante vient faire au CESCM ?

Mes liens avec le CESCM remontent aux premières années de ma thèse. Lorsqu’une tardo-antiquisante s’engage dans la discipline épigraphique, le CESCM apparaît comme un centre tout à fait fréquentable ! J’y ai trouvé beaucoup d’appui et une vraie richesse intellectuelle, auprès de toute l’équipe d’épigraphistes, si médiévistes soient-ils. Cécile Treffort m’a bien sûr mis le pied à l’étrier lors de mes premières années et les relations avec le CESCM n’ont cessé de se consolider au fil des années, dans le cadre de participation à des séminaires, des formations, des projets aussi. L’épigraphie de l’Antiquité tardive a toute sa place au CESCM et porter ce projet dans un environnement qui m’est devenu familier a vraiment du sens, tant humainement que scientifiquement. Enfin, je ne peux pas non plus taire le fait que je passerai une partie de mon temps de travail, en mission évidemment, mais aussi à Bordeaux et au laboratoire Ausonius, autre centre dédié à l’épigraphie, antique cette fois-ci.  D’une certaine manière, ce petit écart géographique entre un pôle bordelais et un pôle poitevin, entre Antiquité et Moyen Âge est presque métaphorique de la place qu’il reste à trouver à l’épigraphie tardo-antique. Plus sérieusement, je crois que cela est le signe de la nécessaire prise en compte de la pratique épigraphique sur un temps long : antique, tardo-antique, médiéval. S’il existe une épigraphie tardo-antique, elle ne peut être pensée indépendamment de ce qui la précède et lui succède et c’est peut-être tout le sens du développement d’un tel projet au CESCM.