Archives par mot-clé : littérature

Portrait de chercheur à la Maison de l’épigraphie : Willum Westenholz

– Bonjour Willum, vous êtes à la Maison de l’épigraphie pour un mois, pourriez-vous nous présenter votre parcours académique ?

Je suis un latiniste littéraire de formation et de métier qui s’intéresse à toutes les époques. Mon travail porte principalement sur l’épistolographie et l’historiographie. Ma carrière a commencé par un diplôme en lettres classiques à l’université de Copenhague, s’est poursuivie par un master en études de la Renaissance à l’université de Warwick, un autre master en latin médiéval à l’université de Copenhague, et enfin un doctorat en latin à l’université de Vienne avec une thèse sur les lettres de Sidoine Apollinaire. Actuellement, je m’intéresse de plus en plus au Moyen Âge central et je participe à un projet visant à produire une traduction en anglais de l’historien polonais Vincent de Cracovie.

– Quel est votre projet de recherche actuellement ?

Actuellement, j’essaie de constituer un corpus d’inscriptions rapportées ou insérées dans des textes littéraires médiévaux. Ce qui m’intéresse en particulier, c’est la manière dont les érudits médiévaux ont interagi avec ces monuments, comment ils les ont évalués et ce qui les a motivés à les inclure dans leurs récits. Je trouve que la place d’une inscription dans l’architecture d’un texte plus large peut être aussi intéressante que sa place dans le contexte architectural d’un bâtiment, mais c’est quelque chose qui n’est pas souvent commenté. De nombreuses collections d’inscriptions médiévales ne mentionnent guère la source et l’emplacement des inscriptions qu’elles contiennent, et c’est une chose à laquelle j’aimerais remédier. Même s’il s’agit d’un spolium en quelque sorte dans son nouveau contexte littéraire, cela ne signifie pas que sa nouvelle fonction d’élément de construction soit sans valeur ou sans intérêt pour l’historien ou le spécialiste de la littérature.

– Comment en êtes-vous venu à l’épigraphie ?
En lisant un texte médiéval pour ma thèse, en particulier la Vie de St Germain de Heiric d’Auxerre, j’ai vu qu’il citait à plusieurs reprises des inscriptions dans son monastère comme preuve de ses affirmations. Peu après, je suis tombé sur des exemples similaires dans d’autres textes et cela m’a rendu curieux d’explorer la manière dont les publics médiévaux comprenaient le matériel épigraphique qui les entourait, interagissaient avec le passé qui les entourait. On pourrait parler d’études sur la réception de l ‘épigraphie. Cela nécessite naturellement non seulement une étude des textes qui contiennent des transcriptions d’inscriptions médiévales, mais aussi un sens du contexte architectural original, de leur emplacement dans le tissu urbain, de leurs conventions et ainsi de suite.
– Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

J’espère pouvoir m’entretenir avec les spécialistes qui travaillent ici et élaborer un plan de travail plus précis pour le projet. J’ai une idée approximative du matériel sur lequel je veux travailler et du type de questions auxquelles je veux répondre, mais la littérature médiévale est vaste et les questions difficiles. J’espère que les experts m’aideront à développer une méthodologie moins naïve, à poser les bonnes questions et à interpréter correctement les preuves. J’attends avec impatience les prochaines Semaines d’Études, qui me feront sans doute découvrir des textes et des approches dont j’étais à peine consciente auparavant.

– Quel message voudriez-vous faire passer aux jeunes chercheurs en épigraphie ?

Ayant travaillé sur des textes dits littéraires et des classiques, je voudrais dire que l’épigraphie est un domaine plein de promesses pour l’avenir. De nombreux textes épigraphiques ne sont pas moins littéraires ou stimulants que Horace ou Catulle, mais ils sont beaucoup moins étudiés. Il y a tant d’inscriptions qui languissent dans l’obscurité et qui n’ont jamais fait l’objet d’un bon article. Il est donc possible de faire connaître au monde un nouveau joyau ou de produire une nouvelle lecture passionnante d’un texte fascinant plutôt que de rédiger le douzième article sur le même problème textuel qui était déjà banal au XVIIe siècle. Les classicistes ont parfois tendance à l’oublier, qualifiant l’épigraphie de preuve documentaire ou, dans le cas meilleur, d’art appliqué, et certains épigraphistes peuvent faire de même et passer leur temps à discuter de la datation, de l’authenticité et de la forme des lettres, en oubliant complètement de commenter ce que le texte dit réellement. Il ne faut pas perdre le sens de la beauté et de l’appréciation des lettres que quelqu’un a pris la peine de graver dans la pierre.

Merci, Willum, et bon séjour à Poitiers !

Parution : Inscriptions, une matière en toutes lettres

Dirigé par Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon, les actes du colloque “Inscriptions : une matière en toutes lettres” viennent de paraître aux Presses Sorbonne Nouvelle (Collection « Littérature française et comparée ») , 2023, avant d’être bientôt mis en ligne.

       

« Une matière en toutes lettres » est une formule réversible – de la matière devenue inscription à la lettre, objet matériel – qui cherche à se tenir, en toute humilité, à l’intersection de deux immenses terrains d’études marqués par un fort dynamisme ces dernières décennies, la scripturalité au Moyen Âge et la question de la matérialité en sciences humaines et sociales, qui a partie liée avec la culture matérielle ». En invitant à penser toutes les facettes de leur articulation à partir du prisme de l’inscription, elle suppose a priori que l’on envisage le texte en lien avec son mode d’existence matérielle, ce que la période médiévale incite naturellement à faire. [extrait de l’introduction]

Table des matières :

En guise d’exergue (Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon), p. 7

1re partie : Textes

  • Image pré/texte, image alibi. Hypothèses épigraphiques dans la poésie latine des XIe-XIIe siècles (Vincent Debiais), p. 27
  • Entre ekphrasis et matière. Les poèmes épigraphiques
    de Suger à Saint-Denis (Émilie Mineo), p. 45
  • Les fables d’Ésope à Fleury : du manuscrit aux peintures du réfectoire, et retour (Estelle Ingrand-Varenne), p. 67
  • Parler à travers le temps : le pouvoir des inscriptions dans La Queste del saint Graal (Carine Giovénal), p. 85
  • Les Inscriptions d’Hercule, des chroniques alphonsines
    au Recoeil des Histoires de Troyes de Raoul Lefèvre (XIIIe
    -XVe siècles) (Florence Tanniou), p. 101

2e partie : Images

  • Des inscriptions en représentation dans l’Estoire del Saint Graal (Sandrine Hériché Pradeau), p. 121
  • Le phylactère-volumen, des manuscrits médiévaux aux bandes dessinées médiévalistes (Clara de Raigniac), p. 149

3e partie : Artefacts

  • Historiographie de la taille de pierre (Thierry Gregor), p. 169
  • Le chapiteau inscrit comme objet performatif dans le cloître de Saint-Pierre de Moissac (Kristine Tanton), p. 185
  • De la sagesse antique à la morale chrétienne. Les stalles de la cathédrale d’Ulm (Séverine Chassagne), p. 203
  • « Deviser le fait de l’estoire » : présence et absence d’inscriptions
    dans les décors peints des maisons médiévales (Térence Le Deschault de Monredon), p. 223
  • Matérialités de l’inscription dans l’espace domestique. Le plafond peint du Plessis-Bourré (Cécile Bulté), p. 245
  • Les inscriptions sur les plafonds peints, entre « fonction d’ancrage » et « fonction relais » (R. Barthes) (Maud Pérez-Simon), p. 271

Liste des illustrations, p. 291

Index, p. 299

Les inscriptions : un objet littéraire

Colloque 17-18 octobre 2019 : Les inscriptions, une matière en toutes lettres (XIe-XVIe s.) 

Inscrire n’est pas écrire. Comme en témoignent de récentes publications, les inscriptions médiévales – objets historiques, linguistiques, artistiques – sont à la confluence de plusieurs champs disciplinaires qui rejoignent l’épigraphie. Or, c’est en tant qu’objet littéraire, enrichi de tous ces champs, que nous voudrions les questionner : quelle place les inscriptions occupent-elles dans la littérature médiévale ? Quels rôles y jouent-elles ? Sont-elles représentées dans les manuscrits et les premiers imprimés ? Dans quelle mesure les textes littéraires circulent-ils par leur intermédiaire ?

La force et la présence en littérature de l’inscription seront ainsi interrogées, sous l’angle de la matérialité, à partir de trois vecteurs susceptibles de l’accueillir : les textes, les miniatures ou les artefacts. -les textes du Moyen Âge, en vers comme en prose et appartenant à des genres divers (littérature romanesque, historique, hagiographique, etc.) font mention d’inscriptions qu’ils envisagent dans leur matérialité. On interrogera les descriptions (évocation des couleurs, supports et matériaux, techniques, lisibilité, pérennité ou évanescence de la lettre) auxquelles elles peuvent donner lieu : quelles sont leurs fonctions narratives ? Quel rôle joue la dimension descriptive qui s’attache à une inscription ? Le soulignement de la matérialité correspond-il à une visée significative précise, qui fait sens dans le texte ? -dans les manuscrits ou dans les premiers imprimés, des images peuvent représenter plus ou moins fidèlement l’inscription décrite dans un texte. Quels sont les moyens mis en œuvre par les concepteurs d’illustration pour aborder ce jeu de mise en abyme ? L’image dans le texte, qui fait elle-même place à l’écrit, acquiert-elle alors un statut particulier ? -parmi les artefacts médiévaux qui nous sont parvenus (plafonds peints, coffres, calices, vaisselle, etc.), certains sont porteurs d’inscriptions qui font écho à la production littéraire de l’époque. De quels textes s’agit-il ? Peut-on établir des typologies ? Quel rôle joue par ce biais la littérature dans l’espace domestique ?

Programme

Jeudi 17 octobre 2019

Espace associatif et culturel, Campus Condorcet

  • 9h30 : accueil
  • 10h : introduction : Sandrine Hériché-Pradeau et Maud Pérez-Simon
  • 10h20 : Thierry Gregor, CESCM, Université de Poitiers, « Historiographie de la taille de pierre »
  • 10h50 : pause

Supports romanesques

  • 11h10 : Roland Béhar, ENS-PSL, « Du perron au padrón: formes et significations du support d’inscriptions dans le cycle des Amadis de Gaule »
  • 11h40 : Carine Giovénal, « Parler à travers le temps : le pouvoir des inscriptions dans La Queste del saint Graal »
  • 12h10 : Florence Tanniou, Université Paris Nanterre, « Les inscriptions d’Hercule »
  • 12h40 : discussion

13h : déjeuner

  • 14h30-15h : visite du campus

Littérature dans l’espace domestique

  • 15h15 : Cécile Bulté, AHLoMA (EHESS), « Le plafond peint du Plessis-Bourré. Modèles, visibilité et efficacité de l’inscription dans l’espace domestique »
  • 15h45 : Térence Le Deschault de Monredon, Chercheur indépendant, Conseiller patrimonial auprès de la commune de Theys, « Que nous révèlent les inscriptions dans les décors peints des maisons médiévales ? »
  • 16h15-16h35 : discussion

16h50 : pause

Atelier de taille de pierre (ouvert à tous les intervenant.e.s) Thierry Gregor, CESCM, Université de Poitiers : « Les outils de taille de pierre qui préparent la gravure »

17h10-18h30 : Atelier taille de pierre

Vendredi 18 octobre

Espace associatif et culturel, Campus Condorcet

Poèmes épigraphiques

  • 9h30 : Vincent Debiais, CRH-AHLoMA (CNRS-EHESS), « L’image comme pré/texte. Hypothèses épigraphiques dans la poésie latine des XIe-XIIe siècles »
  • 10h : Estelle Ingrand-Varenne, CNRS-CESCM, « Les fables d’Esope à Fleury : du manuscrit aux peintures du réfectoire, et retour »
  • 10h30 : Emilie Mineo, Université de Namur, PraME, « Entre ekphrasis et matière. Les poèmes épigraphiques de Suger à Saint-Denis »
  • 11h : discussion

11h20 : pause

Spatialisation de l’écriture (I)

Écriture et architecture 

  • 11h40 : Kristine Tanton, Université de Montréal, « Le chapiteau inscrit comme objet performatif dans le cloître de Saint-Pierre de Moissac »
  • 12h10 : Séverine Chassagne, Sorbonne Université, « De la culture antique à la morale chrétienne. Les stalles de la cathédrale d’Ulm »
  • 12h40 : discussion

13h : déjeuner

Spatialisation de l’écriture  (II)

De la main à la page

  • 14h30 : Almudena Blasco Vallés, École Polytechnique, Commissaire extérieure du Museu Nacional d’Art de Catalunya, « Inscriptions ou graffitis ? Considérations sur l’écriture présente sur certains objets du Moyen Âge »
  • 15h : Christine Silvi, Sorbonne Université, « Filius esto dei… , de quelques vers écrits sur la main »
  • 15h30 : Clara de Raigniac, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, « Le phylactère-volumen, des manuscrits médiévaux aux bandes dessinées médiévalistes »
  • 16h : discussion

16h20-16h40 : Conclusions

Organisatrices

Sandriné Hériché-Pradeau et Maud Pérez-Simon s.heriche_pradeau@paris-sorbonne.fr ; maud.perez-simon@sorbonne-nouvelle.fr

Colloque organisé avec le soutien, à la Sorbonne Nouvelle, de la Commission de la Recherche et de la Commission des Relations Internationales, de l’EA 173 (Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Antiquité et le Moyen Âge) ; à Sorbonne Université, de l’EA 4509 (Sens Texte Informatique Histoire), l’ED 433 (« Concepts et Langages »), du Fonds d’intervention pour la Recherche (F.I.R.) ; et de l’Institut Universitaire de France (IUF).