Archives par mot-clé : liturgie

Pour une lecture épigraphique des plates-tombes

Des ouvrages exclusivement consacrés à l’épigraphie médiévale ne paraissent pas tous les jours en France ou en Europe. Il faut bien souvent lire des livres traitant de sujets d’histoire de l’art, d’histoire sociale, d’histoire des représentations pour trouver de quoi satisfaire sa curiosité épigraphique. Il faut encore dépouiller des ouvrages traitant d’épigraphie en général pour se saisir des informations propres au Moyen Âge. Il faut aussi parcourir les travaux d’anthropologie pour y découvrir des usages inattendus de l’écriture épigraphique. Cette nécessité de lire large présente, cela va sans dire, un intérêt considérable pour générer de nouvelles questions, pour discuter les méthodes que l’on croit solidement assises sur l’historiographie et l’érudition, pour entrevoir des pistes de recherche nouvelles au sujet des inscriptions médiévales. Il se passe tout cela à la lecture de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire publié il y a quelques jours par Paul Cockerham qui, derrière l’inventaire des dalles à effigie connues pour l’ouest de la France entre le XIIIe et le XVIIe siècle, cache une mine de renseignements, d’idées, d’intuitions.  

Il faut un épigraphiste de bonne constitution pour reconnaître que l’édition des inscriptions gravées ou incisées sur les plates-tombes à effigie (qui font leur apparition dans le panorama épigraphique de la France actuelle dans la deuxième moitié du XIIIe siècle) provoque chez lui ou chez elle un enthousiaste débordant. La répétition des formats, la récurrence des formules, la similarité des dispositions, la conservation aléatoire des pièces… Il y a de quoi vouloir éviter à tout prix les grands ensembles de plates-tombes connus pour la Bourgogne, le Nord de la France, la Normandie ou les pays de l’Ouest tant l’édition peut se faire routinière, sans la surprise de la variété qu’offre la documentation épigraphique contemporaine dès lors qu’elle se développe sur un autre support, selon d’autres schémas de composition. Ajoutons à cela que, pour le Moyen Âge en France, le nombre de ces objets épigraphiques augmente de façon exponentielle jusqu’au milieu du XVe siècle au moins et que l’édition des inscriptions funéraires sur les plates-tombes représente un chantier dont il sera difficile de voir le bout. Mais l’épigraphiste tiède à l’idée de s’y lancer, s’il veut être honnête et juste, ne jettera pas la pierre à la documentation – qui n’y est pas pour grand chose, reconnaissons-le – mais s’interrogera plutôt sur les principes d’édition de ces textes qui, en se concentrant exclusivement sur le contenu, dédaignent trop souvent tout ce qui fait la plate-tombe et son intérêt historique, anthropologique et social : la forme de l’effigie, la gestion des attributs, les motifs héraldiques, les marques de prière, les déplacements du monument, les traces de modification, etc. Si l’on détache le texte de ces éléments, l’inscription est effectivement un formulaire sans originalité ; si on le replace sur la plate-tombe et la plate-tombe dans son contexte, l’inscription dit tout de suite davantage des mécanismes de commémoration, du signalement de la sépulture, des relations sociales entre les vivants et les morts. 

La publication récente de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffissaument (Donnington, 2022) est de lecture indispensable pour l’épigraphiste qui voudrait se réconcilier avec les plates-tombes, et pour tous les médiévistes qui s’intéressent aux monuments funéraires, précisément pour cette raison ; parce qu’elle propose une étude globale des dalles à effigie, des méthodes de production aux contenus épigraphiques, héraldiques et iconiques. Paul Cockerham, l’auteur de cette très belle monographie, a choisi pour cela de se limiter à une région donnée, les Pays de la Loire, et d’entrer profondément dans le matériau. Tout en reprenant certaines des méthodes et des conclusions des travaux de Robert Marcoux sur les tombeaux de la collection Gaignières et de Guillaume Grillon sur les monuments funéraires bourguignons, l’auteur ne cherche pas à produire une étude d’une envergure semblable, et il réduit donc son projet à 187 dalles à effigie datées entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XVIIe siècle. Il ne prend en compte que les dalles ( les slabs) et évacue les tombeaux et les gisants : le texte et l’image sont incisés à la surface du monuments. Ce corpus conséquent est réuni dans la deuxième partie de l’ouvrage (p. 242-270) dans un ensemble de notices, classées par département, puis par ordre alphabétique de communes. Chaque notice propose une description détaillée de la dalle (que l’auteur a confiée à l’écriture libre de petits paragraphes, ce qui rend les choses très agréables à lire), une transcription de l’inscription éventuelle, sa traduction, une description archéologique du monument et la bibliographie (ancienne et récente) mentionnant l’objet. La partie “édition épigraphique” de ces notices est parfaite et les normes suivies sont clairement détaillées p. 240 ;  en revanche, il n’y a aucun commentaire concernant les formules ou la langue, et il faut se reporter à des notes brèves ou à des renvois à la bibliographie sur ce sujet. On lira les notices en se référant à la magnifique série de planches qui referme l’ouvrage avec 213 figures en couleurs (photographies, dessins de la collection Gaignières, croquis…). L’ensemble est complété de précieux index, d’un glossaire et d’une bibliographie d’un trentaine de pages. Inutile de dire que le tout dénote une rigueur certaine et une érudition implacable, transformant ainsi The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire en un outil de référence pour quiconque s’intéresse à ces questions. 

L’ouvrage de Paul Cockerham n’est pas seulement un catalogue, cependant. Les 240 premières pages de son livre présent en effet une synthèse très riche établie à la suite du recensement des dalles à effigie. Les chapitres suivent le découpage chronologique que l’auteur a identifié dans la documentation. Cette organisation est évidemment très pratique, mais elle correspond surtout à la grande question de recherche posée dans la très bonne introduction de l’ouvrage et qui concerne, pour faire simple, les raisons de l’apparition soudaine et de la disparition non moins soudaine de ces dalles à effigie. Plutôt que de chercher à repérer des causes à grande échelle ou sur les grands nombres – comme avait pu le faire Robert Marcoux, par exemple – Paul Cockerham s’intéresse avant tout aux raisons locales de cette émergence et ancre le phénomène dans ce qu’il désigne comme le micro-paysage monumental. C’est l’église-bâtiment comme lieu de sépulture et d’affichage de l’effigie qui est au coeur de ses réflexions en ce qu’elle cristallise toutes les dynamiques sociales de représentation entre clercs et laïcs, puissants et dominés. Les cinq chapitres centraux ne sont donc pas répétitifs puisqu’ils ne dessinent pas une “évolution” à proprement parler, mais les circonstances matérielles et sociales qui expliquent l’existence, la forme et les variations de ces dalles

Le deuxième chapitre est consacré aux “earliest slabs” et s’interrompt vers 1350. En s’arrêtant en particulier sur les dalles des anciennes abbayes d’Asnières (49) et de Villeneuve (44), l’auteur pose deux notions fortes pour ces monuments : le seuil et le mausolée ; dans les deux cas, la dalle est là pour signaler, marquer et afficher l’effigie ou bien pour distinguer deux lieux au sein de l’espace sacré, ou bien pour réunir par juxtaposition des images et des tombes les membres d’un même entourage. Dans le troisième chapitre consacré à ce qu’il reste du XIVe siècle, Paul Cockerham s’intéresse principalement à la place plus importante des seigneurs locaux qui semblent s’emparer de cette forme monumentale pour afficher leurs réseaux de commémoration. C’est le moment où apparaissent les tombeaux doubles réunissant dans la pierre le mari et l’épouse, le parent et l’enfant. Le quatrième chapitre concerne le XVe siècle et se concentre sur les formes de commémoration en distinguant les laïcs des clercs, et en pistant d’éventuelles singularités épigraphiques dans les épitaphes. Les dalles à effigie de la ville du Mans sont à l’honneur dans ce chapitre qui constate l’apogée du phénomène monumental dans l’ouest de la France. Le chapitre suivant, le plus long, a pour sujet le XVIe siècle et la production “en série” des dalles à effigie – une question débattue et qui ne peut être résolue qu’en pensant “local” comme le fait Paul Cockerham. Il piste les traces laissées par la production spécialisée d’ateliers qui marquent de leur empreinte, de leur “patte”, les grands centres d’inhumation. C’est là que sont posées les questions de format, de mode, de tendance, de modèle. Dans le chapitre 6, l’auteur s’intéresse aux variations nombreuses qui affectent le modèle en apparence “standard” de la plate-tombe au cours du XVIe siècle et qui conduisent, en partie, à la disparition du monument. Quel que soit l’approche retenue dans ces chapitres, les réflexions sont transversales et le spécialiste de la sculpture, de l’image, de l’inscription ou de l’héraldique trouvera de quoi alimenter sa réflexion à toutes les pages. Les exemples sont finement analysés et, plus qu’à une synthèse, on assiste au développement d’un essai passionnant sur les usages funéraires sur le temps du long Moyen Âge

La conclusion remarquable qui referme la première partie de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire propose des réflexions essentielles pour comprendre l’apparition et la disparition de ce format funéraire, autour de l’adéquation entre marquage de la sépulture et pratiques de commémoration. Paul Cockerham replace également la production de ces monuments dans une longue histoire de la commande funéraire et des techniques de construction, éléments trop souvent négligés pour saisir l’effet produit par l’incongruité, la singularité, la virtuosité ou au contraire par la banalité, la récurrence, la médiocrité d’une plate-tombe dans un contexte donné

Cette très belle publication, soignée jusque dans ses moindres détails, vient compléter le volume 23 du Corpus des inscriptions de la France médiévale pour les objets épigraphiques postérieures à 1300. Elle apporte également quelques corrections importantes au sujet de la tradition manuscrite de certaines dalles. Elle montre aussi la véritable diversité formelle qui se cache derrière la très juste expression d’incision et qui permet de regrouper les plates-tombes bien-sûr, mais aussi toutes ces dalles en apparence autonomes mais scellées dans les murs près des tombeaux. Ce livre n’est pas une pierre de plus à l’édifice auquel ont contribué les travaux de F.A Greenhill pour la chrétienté médiévale, de R. Marcoux pour les dessins de la collection Gaignières, de G. Grillon pour l’espace bourguignon, de B. Imhaus pour Chypre – entre autres. The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire pourrait bien devenir la fondation en sous-oeuvre, tant pour sa méthode que pour ses enjeux historiques et anthropologiques, des futurs recherches sur les monuments funéraires médiévaux

Paul Cockerham, The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffisaument, Donington, 2022, 426 p. (ISBN=978-1-907730-95-5)

Épigraphie médiévale de l’autel chrétien : Mobilier, objet, décor

Séminaire organisé par Vincent Debiais sur les  inscriptions placées au contact de l’autel chrétien dans l’Occident médiéval, dans le cadre des activités d’enseignement du groupe Anthropologie historique du long Moyen Âge de l’EHESS.

Horaires et lieu : 8h30-10h30, Paris, Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.08.

Site et contact sur https://devisu.hypotheses.org/1557 

Pour s’inscrire afin de suivre le séminaire à distance :  https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=902

Calendrier :

  • 17 novembre 2021 – L’autel, monument et signe du sacrifice (introduction)
  • 1er décembre 2021 – Autel et écriture : constantes anthropologiques 
  • 15 décembre 2021 – Transformation, institution : la question de la consécration
  • 19 janvier 2022 – Écrire la liturgie sur l’autel : action rituelle et définition de l’espace liturgique
  • 2 février 2022 – Présence et dissimulation : l’écriture et la relique
  • 16 février 2022 – L’inscription, le corps, la voix : présences à l’autel
  • 2 mars 2022 – Interactions entre écriture et images sur l’autel
  • 16 mars 2022 – Retables et antependiums : la fabrique du lien « liturgique » par l’écriture
  • 6 avril 2022 – Relève et prise en charge : l’écriture sur les objets liturgiques
  • 20 avril 2022 – Réseaux de noms : le dossier des autels de Saint-Savin-sur-Gartempe
  • 18 mai 2022 – Ouvertures : lipsanothèques (Marianne Blanchard, Université de Barcelone) et autels portatifs (Sarah Luginbill, Trinity University, San Antonio)
  • 1er juin 2022 – L’écriture dans la définition du « liturgique » au Moyen Âge (conclusion)

Épigraphie en mouvement 1 : compte rendu

C’est sur une thématique en apparence paradoxale que le Séminaire permanent sur l’écriture en dehors du monde manuscrit – SEMPER –  a choisi de s’attarder lors de cette première séance (22 novembre 2018). S’il y a bien une écriture que l’on croit naturellement liée à une certaine stabilité, une fixité, voire une immobilité, c’est l’écriture épigraphique, tant par sa pesante matérialité – en premier lieu la pierre – que par la persistance de certains choix d’écriture et de langage. Il y a pourtant bien du mouvement, des mouvements dans les inscriptions, ne serait-ce que celui de leur genèse. Comme tout acte d’écriture, l’inscription naît d’un mouvement : le geste technique à l’aide d’un outil dans une matière, qui va faire émerger des lettres sur un support. Mais plus encore, l’inscription peut être en mouvement et créer du mouvement ; et l’intérêt de ce thème est de penser l’épigraphie en termes de dynamique.

Estelle Ingrand-Varenne expose en introduction cette pluralité de mouvements : du déplacement occasionnel d’un support, qui fait partie de la vie de l’ « objet épigraphique », à la fréquence des mouvements des objets, par essence mobiles. En rester aux supports serait cependant nier la nature même de l’inscription, elle-même plurielle : matérielle certes, mais aussi textuelle, contextuelle et fonctionnelle. Le vagabondage des textes, leur circulation, tout comme la mouvance textuelle et le mouvement dans les textes sont aussi à prendre en compte. Cette première énumération amène à s’interroger sur ce que signifie « être en mouvement » pour une inscription. Les deux phases d’un objet, action et repos, posent la question de l’impact sur l’inscription qui s’y trouve : le texte est toujours présent, mais est-il plus actif, lorsque l’objet entre en action et accomplit ce pour quoi il est fait ? D’un autre côté, par sa fixité matérielle et donc temporelle, l’inscription permet de capturer le mouvement dans sa fugacité et lui donner accès à un autre type de temporalité. Dans le même temps, le mouvement permet peu la lecture : si on ne peut le lire, le texte agit-il tout de même ? S’ajoute enfin à cela l’animation du texte (mise en scène de la parole, mouvements des lettres faisant danser le regard). L’inscription peut aussi être génératrice de mouvement : qu’il soit physique, entrainant le lecteur à bouger autour du support, mais aussi intérieur (la rhétorique du « movere », des émotions) et spirituel (déclencher par exemple la prière ). Le thème du mouvement permet ainsi d’aborder de nombreux autres aux connotations diverses : déplacement, voyage, migration, transfert ; mais aussi action, interaction, animation, performance, agentivité etc.

Épée 849.48.4 avec ornement.Cliché : H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée – Grand Patrimoine de Loire-Atlantique

Symbole de l’élite guerrière chevaleresque, l’épée est aussi porteuse d’inscriptions, même si peu ont été conservées (sur les 37 épées provenant de l’Ouest de la France XIe-XVe s. étudiées dans le cadre d’un Master 1, seules 3 sont inscrites), comme l’explique Valentin Louineau. Le message gravé, réalisé par damasquinage ou avec des lettres d’acier incrustées (technique du soudage), prend en général place sur la gorge, mais avec le développement de l’arête médiane au XIVe s, elles se raréfient faute d’espace. Il peut s’agir d’une signature d’artisan (selon la formule nom + me fecit), ou d’un message religieux, souvent à caractère apotropaïque. Ainsi la reprise de l’incipit du Psaume 144, évoquant le combat, et qui était récité lors de l’adoubement, est courante. La majeure difficulté réside dans le déchiffrement et la compréhension des inscriptions très brèves : on ne peut identifier de mot, peut-être parce qu’il s’agit d’abréviations (tel DIC pour Dominus Ihesus Christus ?), ou parce que l’écriture n’est ici utilisée que pour sa valeur décorative, comme c’est aussi le cas sur certains bijoux.

C’est vers les sources littéraires, particulièrement les romans du Graal qui mettent beaucoup d’inscriptions en scène, que Laurence Doucet s’est tournée, pour comparer le texte gravé sur l’épée aux « Estranges Renges » (c-à-d aux attaches inhabituelles) dans le Joseph d’Arimathie (§ 267) et dans la Quête du Saint Graal (§ 282) au XIIIe s. Dans ces deux romans, qui s’inscrivent dans un mouvement de translation de la légende du Graal, passant d’un motif païen à un motif chrétien, l’épée intervient à deux reprises, temporellement très éloignées : Nascien la découvre dans le navire de Salomon, tandis que plusieurs siècles après Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur la trouvent à nouveau. Un long texte en lettres vermeil comme du sang se déploie sur la lame, le fourreau, la garde et l’étoffe de cette épée extraordinaire, décrite comme de la plus grande richesse. La vue de l’inscription provoque un rire d’étonnement et d’incompréhension chez les chevaliers et c’est la sœur de Perceval qui en fait le déchiffrement et l’interprétation. Utilisant le futur à visée prophétique, l’épée prévient et menace par la voix du métal, la voix d’un auteur masqué. L’inscription joue ainsi de multiples rôles : à la fois symbole et énigme, devinette et mythe, trace d’un forgeron lointain.

Laurent Hablot élargit la réflexion aux autres supports de guerre portant des inscriptions, tels les étendards, écrits emblématiques en mouvement. Signe vexillaire qui a pour but de guider les troupes, objet que l’on roule, déroule, penche, lève, l’étendard n’est pas restreint aux champs de bataille, mais est aussi utilisé dans les rituels d’entrée ou de funérailles. C’est quand le cri disparaît au XIVe siècle que l’emblématique développe un nouveau système de signes figurés : la devise, qui se trouve alors sur les vêtements, les bijoux, les décors, les tapisseries, en concurrence avec l’héraldique. Les étendards avec leurs emblèmes sont peu conservés mais bien documentés par la comptabilité, qui permet de s’apercevoir que cet écrit est bien lu, compris et interprété. Élément emblématique à part entière, cet écrit a perdu sa qualité sonore, mais s’appuie sur le visuel, ce qui interroge alors que l’étendard n’est jamais étendu réellement. Dans la société hypersemiotisée de la fin du Moyen Âge, où se développe également le portrait, l’omniprésence de ce type d’inscriptions en redondance avec l’héraldique invite à réfléchir sur son fonctionnement spécifique comme signe en mouvement.

Conques, Trésor de l’abbatiale. Reliquaire dit « A de Charlemagne » (c. 1100).

C’est au travers des reliquaires qu’Elisa Pallottini a analysé l’écriture en mouvement, en partant de trois notions clés : la portabilité /mobilité, l’hybridité (ce sont des objets composites, constamment refaits) et le fait d’être inscrit (« inscriptionality » : 73% des reliquaires des 4-12e s. ont une inscription). Les reliquaires participent de plusieurs mouvements : leur propre déplacement, celui des fidèles qui ont même une interaction physique (manipulation de l’objet), le transfert d’un texte sur des supports différents, ou encore l’ajout de spolia, par exemple sur le reliquaire A de Charlemagne à Conques. S’opère également un jeu entre contenant et contenu suivant la localisation et le texte de l’inscription. Celui-ci amène le lecteur de l’espace extérieur au plus intérieur, vers la relique, et propose un itinéraire qui devient voyage spirituel, de contemplation et d’élévation.

 

Cheyenne Noel poursuit la réflexion sur les objets sacrés en se focalisant sur les premiers objets liturgiques, leurs processus d’usage et le discours qu’ils portent : patènes, calices, peignes liturgiques, passoires, cuillères, couronnes votives, ciboires etc. utilisés pendant le rituel et pouvant être considérés comme prolongement de l’officiant lui-même, mais aussi nettoyés, rangés, empilés quand ils ne servent pas. Trois objets sont présentés : un peigne datant du 8e s. à la cathédrale de Sens, sur lequel la mention PECTEN S LUPI a été ajoutée dans la seconde moitié du Moyen Âge ;

RMN-Grand-palais-Musée-de-Cluny-Jean-Gilles-Berizzi

une passoire en argent du 6e s. avec le nom de saint Aubin (+ ALBINI) ; une longue nappe liturgique découverte à Cologne, brodée avant le 10e siècle.

La journée se clôt sur deux présentations de la recherche épigraphique en mouvement. Le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne – ou comment rationaliser l’éparpillement – est présenté par Arnaud Loaëc En 1966, Paul Lemerle écrivait, « l’épigraphie byzantine n’existe pas », signifiant ainsi l’inexistence d’un corpus harmonisé. 6 problèmes peuvent être identifiés pour en expliquer les raisons. 1) la variété des matériaux, des objets, des techniques : peut-on tout traiter de la même façon ? 2) Boires et déboires du matériel épigraphique : le problème des inscriptions perdues, transmises de manière indirecte, dont le degré de fiabilité est très variable ; 3) la dispersion des publications ; 4) la dispersion géographique : il ne s’agit pas que de l’empire, mais de l’épigraphie grecque médiévale, ce qui demande un traitement géographique ; 5) la dispersion chronologique : quelles bornes chronologiques retenir, alors qu’il existe des inscriptions byzantines jusqu’au XVIIe s. ? 6) Sur le plan numérique, quel langage utiliser ? Le plus répandu chez les épigraphistes est l’XML-TEI, alors que le langage employé par AL dans sa base de données est PHP et MySQL. La question de police imitative se pose également.

Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk présentent le projet ERC The Cult of Saints qui vient de s’achever, et l’intérêt des sources épigraphiques latines et grecques – raison de leur séjour à Poitiers. Le projet sur le culte des saints, mené par l’Université d’Oxford en partenariat avec les Universités de Varsovie et de Reading, portait sur les pratiques des origines au VIe s., dans l’ensemble du monde chrétien à partir des écrits en latin, grec, syriaque, copte et arménien (dont 1100 inscriptions, par exemple les noms de saints sur des lampes à huile en Égypte). La base de données a enregistré quelques 7000 saints et permet de montrer l’extension du culte de certains saints ou à l’inverse une dévotion très locale, mais aussi l’évolution de la forme même du culte (de la mémoire des martyrs à la vénération de saints intercesseurs et auteurs de miracles, le développement des reliques, la dévotion pour les lieux et images des saints). Ce projet ERC a aussi abouti à la publication de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’origine du culte des saints, des reliques, le culte dans les villes et villages ou sur des thèmes variés. Il a aussi entrainé de nouveaux projets : tel celui sur les prêtres en Occident dans l’Antiquité tardive mené par Robert Wiśniewski à Varsovie, qui prend appui aussi sur les inscriptions.

SEMPER 22/11 : L’épigraphie en mouvement

La première séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2018-2019 se tiendra le jeudi 22 novembre au CESCM (salle Crozet). 

La thématique “épigraphie en mouvement”, volontairement vaste, a pour but de proposer une angle d’approche différent et dynamique des inscriptions, ces textes dont la pesante matérialité a souvent rimé avec l’immobilité. De quel mouvement, de quelle “mouvance”, pour reprendre le mot de P. Zumthor, est-il question (matérielle, textuelle, contextuelle, fonctionnelle) ? Que provoque t-il/elle sur l’appréhension même du texte, de sa conception à sa réception, de son écriture à sa lecture ? En quoi cette mobilité, voire cette instabilité, est-elle féconde ? Permet-elle d’envisager différemment la documentation épigraphique, qu’il s’agisse d’objets mobiles ou de pierres et de vitraux  ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront au cœur de cette séance.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

Première session

  • Valentin Louineau (Les inscriptions dans la gorge des épées médiévales, XIe-XVe siècles)
  • Laurence Doucet (Présentation et comparaison des inscriptions sur l’épée et le fourreau de l’épée aux Estranges Renges dans Joseph d’Arimathie et dans la Quête du Saint Graal)
  • Laurent Hablot (Écrits emblématiques en mouvement)

Déjeuner

13h30-17h30 : Deuxième session

  • Elisa Pallottini (Writings in motion: inscriptions on portable reliquaries)
  • Cheyenne Noel (Les objets liturgiques, l’œil et le geste)
  • Arnaud Loaëc (Rationaliser l’éparpillement : le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne)
  • Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk (The Cult of Saints project: the Greek and Latin epigraphical evidence)