Archives par mot-clé : méthodologie

Questions d’écriture pour le premier séminaire SEMPER

Pour la deuxième année, le séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit s’est réuni à Poitiers le 19 octobre dernier pour sa première séance. Il est guidé par les mêmes principes d’une réflexion collective sur un thème particulier en jeu dans l’analyse des documents épigraphiques du Moyen Âge. Pour l’année universitaire 2017-2018, le thème retenu est celui de l’écriture, des moyens graphiques mis en œuvre pour la réalisation d’une inscription. Les prochaines séances auront lieu les 9 février et 18 mai 2018.

Après un rapide tour de table et quelques annonces concernant les colloques, les projets, les nouveautés bibliographiques et les activités du Corpus des inscriptions de la France médiévale, Vincent Debiais introduit la thématique de l’année, celle de l’écriture proprement dite, des lettres et de l’ensemble des dispositifs graphiques qui mettent en œuvre la trace écrite sur le matériau (comme la ponctuation, par exemple). On pourrait à ce titre se demander si les cadres, le décor, la réglure et la justification font partie de la matière graphique et, de façon générale, si la disposition du texte, la gestion de la ligne, des colonnes sont de l’ordre du graphique dans l’inscription. Doit-on considérer que toute intervention de l’outil sur le support est « graphique » ? Qu’en est-il alors de la préparation du support, de la délimitation d’un espace qui peut devenir « graphique » ? In fine, qu’est-ce qui relève de l’écriture, au sens restreint ou au sens large ? Au-delà des questions de périmètre, c’est bien la caractérisation d’une intervention mécanique qui est en jeu : le geste d’écrire doit-il prendre en compte toutes les étapes permettant de passer d’une surface anépigraphe à l’objet inscrit ? Ces questions se font jour dès que l’on cherche à savoir qui a écrit, mais aussi comment, pourquoi, avec quel savoir-faire, avec quels moyens, dans quel but, etc.

Cathédrale d’Otrante – la sirène

On pourrait penser que devant l’évidence du fait – une inscription est le produit d’un geste d’écriture – toutes ces questions ont été réglées depuis longtemps, ou du moins qu’elles ont fait l’objet d’études de fond, en première intention, depuis que l’on étudie le phénomène épigraphique ; et ce d’autant plus que l’épigraphie est « comprise » (dans tous les sens du terme) dans le faisceau des disciplines de l’érudition et qu’elle entretient de fait et par tradition des liens avec la paléographie en particulier. Ce n’est en réalité pas le cas et force est de constater que les questions paléographiques proprement dites ne sont pas du tout réglées, qu’elles n’ont jamais fait l’objet d’études spécifiques ou presque, et qu’on ignore beaucoup de choses quant à ce qu’écrire une inscription signifie. On voit, dans la bibliographie rassemblée par Robert Favreau en 1995, que les références bibliographiques sont assez anciennes, et qu’il s’agit, pour la plupart des titres, d’un catalogue des formes, de l’explication de leur genèse (date de leur apparition, formes connexes et dérivées), de leur regroupement en famille(s) ou en type(s) – l’exemple paradigmatique de cette approche étant l’ouvrage de Paul Deschamps Paléographie des inscriptions lapidaires en 1929, extrait de la publication du même titre dans le Bulletin Monumental. Depuis la publication de Robert Favreau, il y a assez peu de choses à signaler spécifiquement sur l’écriture des inscriptions en dehors de l’article « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques » dans la Bibliothèque de l’école des chartes en 2007 appelant à une étude plus générale de l’écriture épigraphique, et de l’ouvrage de synthèse de Walter Koch sur la paléographie lapidaire du Moyen Âge occidental. On trouverait en revanche parmi la bibliographie des choses ponctuelles sur un type d’écriture donnée ou sur un lieu, un monument.

Face à la diversité des formes et des fonctions des inscriptions médiévales, il est nécessaire de trouver des éléments communs, des dénominateurs dans les pratiques, depuis l’inscription informelle ou graffitée jusqu’au texte plus solennel avec mise en page élaborée et préparation d’une « page épigraphique ». L’écriture est quelque chose que l’on voit – signe visuel – et que l’on distingue de son environnement. C’est à la fois une trace (marque laissée par une action quelconque) et un tracé (représentation par une ligne d’un dessin) ; soit le produit d’une action mécanique et d’une perception sensorielle. L’écriture est à la fois l’action de représenter le langage par un système de signes, le produit de cette action et ses caractéristiques formelles. L’objet épigraphique envisage l’écriture sous ces trois aspects (action, produit, forme), et invite à distinguer ce qui relève de l’écriture et ce qui n’en est pas à proprement parler, mais qui peut intervenir dans la mise en place de l’écriture, qui peut faire signe et sens, mais qui n’est pas de l’ordre de la trace du langage (l’écriture en tant que signal par son image, sa disposition, sa forme…).

L’une des caractéristiques les plus marquantes de l’écriture épigraphique réside dans l’emploi de la majuscule, ou plus exactement d’une hauteur de lettres, d’un système à une hiérarchie connu sous les différentes appellations d’écriture monumentale, solennelle, d’apparat ou de distinction. Dans les textes en minuscules se pose la question de la qualification de ce type d’écriture. Le changement dans le module, l’allongement des formes, l’espacement des caractères n’entraînent-ils pas la création d’un type graphique particulier en fonction des implications techniques, du support, de la fonction ? De façon générale se pose la question d’une comparaison possible entre écriture épigraphique et écriture manuscrite, deux systèmes d’écriture analogues qui s’expriment au sein d’une même culture graphique. Il ne s’agit donc pas tant de comparer les formes entre inscription et manuscrit, mais plutôt de comprendre comment elles ont été utilisées sur les deux supports. Les conditions techniques ont-elles une influence telle qu’on produit nécessairement des écritures différentes d’un support à l’autre ? On peut légitimement en douter dans la mesure où les scripteurs produisent la forme qu’ils veulent là où ils veulent en fonction de leurs intentions, des objectifs et des moyens (techniques, économiques, savoir-faire). Est-ce à dire alors et a contrario que les méthodes de la paléographie traditionnelles sont tout à fait valides pour l’épigraphie ? On peut en douter également dans la mesure où l’analyse des formes et de la morphologie de l’écriture manuscrite est liée au geste qui l’a produit (avec la notion de « ductus » comme paradigme), et que ce geste diffère entre inscriptions et manuscrit.

Musée de Dreux – Inscription de fondation

On pourrait aborder cette question du rapport entre le geste et l’écriture – entre la lettre et le corps, pour le dire autrement – de bien des manières. Le contenu des colophons dans lesquels les scribes décrivent les souffrances endurées pendant la copie, la douleur de leurs muscles, les fatigues de leur corps, constitue une entrée possible. La forme de la lettre résulte de la trace laissée par le mouvement de l’instrument d’écriture, dans une relation kinésique entre la surface et l’acteur, une élaboration chorégraphique du langage. Le ductus de la lettre, soit l’ordre et le sens de tracé de chaque partie du signe, est l’indice de ce mouvement et réunit dans la forme le produit, l’acteur et le processus de l’écriture. Cette dimension créatrice et ordonnatrice de l’écriture fait qu’elle échappe aux limites des disciplines de l’érudition et qu’elle est véritablement un objet d’histoire.

Le paléographe français Jean Mallon, mort en 1982, a été le principal promoteur de l’attention à porter au ductus comme résultante fondamentale du geste d’écriture. En complément de son immense production bibliographique, il réalisa deux documentaires : La Lettre en 1937, une réflexion visionnaire sur l’évolution de l’écriture à travers le corps et les gestes du scribe ; Ductus en 1976, une sorte de testament synthétisant l’ensemble de ses réflexions sur le sujet. Si dans La Lettre, la trace écrite est ontologiquement liée à la main qui la produit, Ductus propose une vie de la lettre dans laquelle celle-ci est autonome, indépendante du support et du geste. Elle devient un objet pur que le cinéma anime à son tour. Il y a un basculement esthétique indéniable qui échappe en grande partie à la discipline paléographique. La lettre produit de l’ars ancien, objet d’histoire, retourne à la dimension artistique parce qu’elle est forme produite dans le matériau : le parchemin ou la pierre pour le Moyen Âge, la pellicule pour le film de Jean Mallon. Dans ce basculement, qui s’apparente en réalité à une restitution de l’essence sémiologique de la lettre, l’écriture perdure en tant qu’œuvre visuelle. La paléographie, elle, disparaît en tant que justification ; elle n’est plus qu’un outil. Dans la préface publiée en tête du recueil d’articles de Jean Mallon paru en 1982, quelques mois avant sa mort, il appelle à la création d’une science globale de l’écriture non pour s’ajouter à la paléographie mais pour la remplacer parce que tous ces objets, toutes ces lettres sont « pure histoire ».

« La lettre » de Jean Mallon (capture d’écran)

L’enjeu, dans l’attention aux formes de l’écriture épigraphique, est donc de rendre compte des spécificités éventuelles du geste et des formes produites, mais toujours dans le contexte médiologique de la communication médiévale. Si on doit envisager une histoire globale de ces phénomènes, une lecture des changements dans les formes de l’écriture, voire une évolution de l’écriture mérovingienne portant les traces de la cursive romaine à l’écriture minuscule gothique ou majuscule humanistique de la fin du Moyen Âge, il faut toujours prendre l’écriture dans le contexte de l’objet épigraphique envisagé lors du séminaire 2016-2017. L’écriture cursive minuscule sur une plaque de plomb pour une formule d’absolution, sur un objet soustrait à la vue et à la lecture des hommes, ne peut pas être envisagée de la même façon qu’un texte en majuscule sur une plaque de marbre insérée à la façade d’un édifice public. Deux gestes, deux objets, deux écritures, deux intentions de communication, deux mises en accord des moyens et des objectifs.

Ce postulat empêche une approche basée sur l’appréciation de la qualité de l’écriture qui, même tacitement, suppose une référence, un standard, une forme canonique… Or, tout cela est très difficile à établir sans produire non plus un discours objectif et explicite sur la forme, mais une construction heuristique sur des éléments qui échappent à une appréhension historique du phénomène graphique. Dans tous les cas, l’écriture, dans son résultat, en ce qu’il est soumis à l’expertise de l’épigraphiste ou du paléographe, est une équation à inconnues multiples ; et il faut admettre que plusieurs d’entre elles resteront inconnues, presque inaccessibles en dehors d’une extrapolation à partir de la forme. La question corollaire est celle de la description de ces phénomènes par le langage, et donc l’établissement d’un vocabulaire ou d’un lexique permettant de parler de l’écriture. Cet outil manque aujourd’hui pour l’épigraphie. Comment faire pour décrire l’écriture, pour passer de ce qui a été tracé, à ce que l’on voit, à ce que l’on étudie ? Les bases de données ne résolvent pas le problème puisqu’elles ne lèvent pas l’ambiguïté de la taxonomie, y compris quand elles fonctionnent sur le principe du thésaurus (qui est déjà une mise en boîte de l’écriture, et qui produit un système qui n’en est pas un…). L’idéal serait de se passer de la description par le langage, et de se baser sur une reconnaissance automatique et objective des caractères formels de l’écriture. Il semble que les résultats sont timides pour le moment, mais c’est déjà un résultat ! Qu’est-ce qui fait que l’écriture épigraphique possède ce caractère indomptable, au-delà des questions strictement techniques ? C’est ce que le séminaire de l’année 2017-2018 essaiera d’envisager au cours des trois séances de SEMPER.

Musée Sainte-Croix de Poitiers – Rodbertus

Au cours de la journée du 19 octobre, les différentes présentations ont permis d’aborder certaines de ces questions. Robert Favreau a ainsi retracé l’histoire de la paléographie épigraphique en constatant combien les travaux étaient encore partiels et en expliquant pourquoi les tentatives de systématisation avaient jusqu’alors échoué. Il a appelé, comme condition à une telle entreprise, à l’achèvement et à la mise en commun des corpus à l’échelle européenne afin de produire un panorama complet des pratiques graphiques dans les inscriptions. Thierry Grégor a quant à lui transposé les questions paléographiques du côté des aspects techniques et des liens entre l’outil et la forme. Il a ainsi avancé l’idée d’une pratique « canonique » de l’écriture épigraphique, mise en résonnance au Moyen Âge avec des formes innovantes de la gravure (nouveaux outils, nouveaux usages). Le lapicide sait s’adapter aux matériaux et produire, en fonction de ses besoins, la graphie qu’il convient. Estelle Ingrand-Varenne a consacré sa présentation à l’examen des bouts de ligne et à la gestion de l’espace graphique dans les inscriptions, en accordant du sens aux signes inscrits en fin de texte ou en de ligne. Elle a ainsi proposé de porter un nouveau regard sur des lieux graphiques qui échappent trop souvent à l’examen des épigraphistes. Arnaud Loaec a attiré notre attention sur les inscriptions monumentales des murailles de Constantinople. Ces textes byzantins sont faits de lettres grecques composées à partir de briques enchâssées dans les murs de la ville pour former des textes apotropaïques. Ils invitent à agrandir le spectre des pratiques graphiques avec cette écriture faite d’une juxtaposition de matériaux. C’est également ce qu’a envisagé Cécile Treffort avec deux lettres « inédites » dans la mosaïque de Gemigny-des-Prés. S’il est encore très difficile d’accorder une qualité à ces signes (s’agit-il vraiment de lettres ?) et encore plus de leur attribuer un sens, sa présentation a montré à quel point inscriptions et décor se mêlent pour former un objet complexe à la voûte de l’abside. L’écriture et l’image sont également combinées dans l’exemple des tissus à inscription coufique ou pseudo-coufique présentes dans les images de la reine Esther évoquées par Pamela Nourrigeon. L’emploi d’une graphie « étrangère », « inconnue » ou « exotique » permet, au-delà de son caractère illisible, de connoter la figure d’Esther d’une altérité au service d’un discours religieux ou spirituel original.

La prochaine séance, qui permettra de prolonger ces réflexions, sera consacrée à « l’économie graphique » entendue comme organisation, relation ou articulation entre les différents éléments de l’écriture des inscriptions. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace… Rendez-vous donc en février 2018 !

 

Séminaire du 23 novembre informations pratiques

La première séance du séminaire permanent consacré aux écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers le 23 novembre prochain (salle Berger, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30.

Les trois séances de l’année seront consacrées au thème suivant : « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi- dans épigraphie) ». Pour la première séance du 23 novembre, nous réfléchirons ensemble à la question des matériaux. La diversité des matériaux employés pour l’écriture épigraphique met à rude épreuve les définitions de l’épigraphie, qu’elles s’attachent à la forme ou à la fonction de l’inscription. Nous y réfléchissons chacun de notre côté au gré de nos interrogations ponctuelles, mais récurrentes (cet objet est-il une inscription ? ce support est-il épigraphique ?) ; mais nous nous interrogeons peut-être encore plus fréquemment sur les rapports entre écriture et matière, entre le tracé et la forme des lettres et la nature et le sens du support. Cette séance sera donc l’occasion de mettre en commun nos réflexions sur le sujet, de façon très libre, à partir des exemples que vous avez vous-mêmes rencontrés.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme-23-novembre

L’épigraphie communale, d’Armando Petrucci à la présence des inscriptions

Les 19 et 20 mai 2016, l’Institut historique allemand à Rome accueillait une rencontre internationale consacrée à l’épigraphie dite « communale » en Italie, à ses caractéristiques formelles et textuelles, à ses origines, à ses mutations (programme).

Organisée par Marc von der Höh et Katharina Bolle, la rencontre devait  mettre le concept d’épigraphie communale à l’épreuve du temps long des usages épigraphiques en Italie, en étudiant notamment les phénomènes de transition entre utilisation civique ou civile de l’écriture exposée dans les villes de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive et usages publiques de l’épigraphie à partir du XIIe siècle. Le colloque devait également passer le concept d’épigraphie communale au microscope des nouvelles tendances historiographiques développées par l’équipe d’Heidelberg dans le cadre des recherches sur la culture « matérielle » du texte. Mise en perspective des objets graphiques et de leur contexte de production ; mise en perspective des méthodes ; mise en perspective des traditions historiographiques… La rencontre avait tout pour susciter le débat et elle a largement tenu ses promesses !

Nicoletta Giovè, qui avait posé en 1995 les bases d’une définition de l’épigraphie communale (article en ligne), a ouvert le colloque en rappelant l’importance des inscriptions émises par les autorités des villes italiennes du Nord dans le marquage des espaces urbains et dans l’affirmation d’une identité collective. Flavia de Rubeis s’est quant à elle attachée à repérer, dans ce panorama, les points communs entre épigraphie communale et épigraphie familiale, pour finalement nuancer l’existence d’une catégorie épigraphique qui serait strictement « communale ». Cette confrontation de points de vue, parfaitement compatibles par ailleurs, a rendu manifeste l’existence de structures transversales dans les pratiques épigraphiques, inhérentes à l’emploi même des inscriptions. Partant, la recherche des intentions résidant derrière l’émission de chaque texte devient nécessaire ;  les exemples évoqués dans la suite de la rencontre pour plusieurs villes italiennes (Gêne, Venise, Florence, Padoue) ou pour des types d’inscriptions particuliers (portes de ville et d’édifices, fontaines) ont permis de constater la diversité des contextes et des fonctions épigraphiques.

Les travaux d’Armando Petrucci ont été très largement sollicités au cours du colloque. Si leur autorité n’a pas été discutée, loin s’en faut, ils ont toutefois été replacés dans la production globale de l’auteur afin de cerner avec précision le contenu réel de ses intuitions et  propositions méthodologiques ; et on ne peut qu’inviter le lecteur de ce billet à se replonger avec attention dans les textes fondateurs d’Armando Petrucci à chaque fois qu’il les trouve cités (trop rapidement) dans les notes de bas de page.

La rencontre de Rome a également permis d’interroger l’épigraphie dite « communale » du point de vue du récepteur/lecteur des inscriptions : quel est l’effet de ces textes monumentaux déployés au cœur des cités italiennes ? Sont-ils lisibles ? Marquent-ils de leur empreinte les espaces vécus au quotidien ? L’apport des travaux menés depuis quatre ans par l’équipe d’Heidelberg est, à ce titre, particulièrement important puisqu’il fait de la présence de l’écriture épigraphique (et des moyens visuels mobilisés pour l’assurer) un enjeu fondamental du recours aux inscriptions dans la culture écrite médiévale.

Parce que l’occasion était trop belle, les participants au colloque ont pu discuté de toutes ces questions (très sensibles dans les tendances actuelles de la recherche sur la literacy) face à quelques inscriptions romaines, notamment à Sainte-Cécile du Trastevere. Les conclusions de la rencontre devaient quant à elles faire émerger la notion provocatrice d’épigraphicité, soit une spécificité réelle de l’écriture médiévale (et au-delà) quand elle s’incarne dans le matériau dur et durable de la pierre. Difficile de prévoir la pérennité du concept, mais les actes du colloque, qui paraîtront au cours de l’année 2017, ne manqueront sûrement pas de revenir sur ses enjeux historiques et méthodologiques.

IMG_1123 (1)