Archives par mot-clé : mouvement

SEMPER: actualités de la recherche en épigraphie

La seconde séance du séminaire SEMPER « épigraphie en mouvement II », qui eut lieu le 12 juin, portait sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale, les articles et projets en cours. Six dossiers ont été présentés, juste achevé, en cours de publication ou en voie de dépôt.

Robert Favreau inaugure la journée par une réflexion sur les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales, tant à travers les personnages que les œuvres. De fait, nombre d’épitaphes de l’Occident médiéval convoquent les figures antiques pour la qualité morale, physique ou intellectuelle qu’elles représentent : Pâris, auquel est comparé Sanche III (+ 1063), incarne la beauté, Hector le courage impétueux, Cicéron l’éloquence etc. Henri II à Fontevraud apparaît tel un nouvel Alexandre par la reprise d’un distique de l’épitaphe du roi de Macédoine dans l’inscription funéraire poétique du Plantagenêt. L’Antiquité est aussi présente par les œuvres elles-mêmes : l’art d’Hippocrate, Galien, les noms des Sept Sages, ou encore l’histoire d’Achille. À ces figures antiques s’ajoutent les citations d’auteurs classiques, mais dont on ne sait pas toujours si leur connaissance est directe ou via un auteur du Moyen Âge : Homère, Virgile, Ovide, Horace sont les plus fréquents, Phèdre au réfectoire de Fleury, un distique de Caton dans le cloître de Charlieu, Lucain dans l’épitaphe du roi de Jérusalem, Amaury… Enfin, certaines œuvres antiques furent christianisées : les 27 vers des oracles sibyllins devenus prophétie chrétienne, à la façade de la cathédrale de Laon ou dans les peintures murales des Salles-Lavauguyon ; le Physiologus etc. [Cet article est désormais paru dans le Journal des savants, 2019, p. 92-124]

Clément Dussart présente les résultats de sa thèse de l’École nationale des chartes soutenue le 11 juin, sur les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude pratique et théorique. Partant du double constat que ces sources écrites sont mal étudiées et en voie de disparition, l’approche proposée se situe à la croisée de la paléographie, de l’épigraphie et de l’archéologie. L’identification des grands sites de gisement, tels les espaces carcéraux (château de Selles, tour des prisons à Auxerre, prison synodale de Sens par ex.) ou certains objets plus circonscrits comme les tables d’autels, montre immédiatement la polymorphie et la polysémie de cette écriture ordinaire, éphémère et libre, semblable de visu à ce qui relève du parchemin. Elle nécessite l’établissement d’une méthodologie éprouvée, pouvant servir ensuite à vaste échelle. Le château de Selles à Cambrai a fourni le terrain idéal: photos et/ou scan 3D, relevé à partir de l’image, notice pour chaque graffito et tableau paléographique pour comparaison sont les étapes nécessaires. Nombreuses sont les difficultés:  due à la dégradation, à la superposition des couches d’écriture et d’images, faisant l’effet d’un palimpseste. Mais sauvegardées, valorisées et bien exploitées, ces sources ouvrent un champ immense pour redonner voix aux oubliés de l’histoire.C’est sur une « star de l’épigraphie limousine » que Manon Durier s’est penchée : l’épitaphe de Ramnulfe dans l’abbatiale Saint-Pierre de Lesterps (généralement datée de la première moitié du XIIe s.), plus « utilisée » en réalité qu’étudiée. Au XIe s., la communauté de Lesterps, située aux confins des diocèses de Limoges et Poitiers (département actuel de la Charente), est en pleine refondation tant matérielle que spirituelle. Ramnulfe devient abbé des chanoines désormais réguliers. Tracés sur une pierre de grande taille (128 x 122 cm) format page, 7 hexamètres léonins à rimes riches mis en ligne forment son épitaphe. Les quatre premiers brossent un portrait du défunt en tant qu’abbé idéal représentant de la communauté, mis en valeur par la recherche graphique (jeux de lettres, caractères perlés voire végétalisés) et les trois suivants sont un appel à la commémoration, dans le cadre liturgique et communautaire (demande de chanter le Requiem). Mais pour cette commémoration, nécessité est de connaître la date de décès, or celle-ci semblait absente de l’inscription. M. Durier propose de voir dans la lettre I isolée verticalement entre deux séries de trois points verticaux le chiffre 1 : ce détail marginal fournit la clé de l’énigme, c’est au 1er août que la mémoire de Ramnulfe était célébrée. (CIFM I-3, Charente 28, p. 46-47)

C’est sur le courant d’études portant sur les migrations, les mouvements de peuplements, liés à l’actualité, et leurs traces épigraphiques que Cécile Treffort est revenue. Voyages aller-retour, itinérances de marchands ou d’artistes, déplacements définitifs forcés (déportations) ou volontaires (liés au mariage, à une fonction), les inscriptions révèlent une partie des indices plus qu’elles ne livrent de vraies explicitations sur ces déplacements. Une pierre de l’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf de Poitiers, aujourd’hui au Musée Sainte-Croix, commémore le moine Vitalis, un sacriste passé par Cluny, qui meurt à Poitiers, qui était d’origine vénitienne (CIFM I-1, 28, p. 46-47). On peut se demander qui décide de cette mention, exceptionnelle autant que l’origine même (extitit nacione venetus). La pratique anthroponymique est également utile pour voir les déplacements, surtout au haut Moyen Âge : les noms d’origine germanique sont un marquage fort, avant de devenir à la mode. Certaines formules suivent des groupes et les identifient ; tel est le cas de l’expression « sic obiit » dans l’épitaphe de Madalfredus, présente uniquement à Poitiers, Angers, Tours et en Catalogne. Des indices matériels ou graphiques peuvent enfin exprimer des déplacements : utiliser de l’ardoise pour l’épitaphe d’Adda au IXe s. (conservée au Musée Sainte-Croix de Poitiers), alors qu’on n’emploie que du calcaire en Poitou, montre l’origine angevine de la défunte (CIFM I-1, 28, p. 46-47). Il était sans doute évident pour le spectateur que ce support n’était pas local, peut-être rappelait-elle le marbre noir et les lettres pouvaient être peintes en doré. Mais qui a commandé la pierre ? Où a-t-elle été gravée, car cela demande de vraies compétences ?

Fausta Lastella a proposé un aperçu de l’ensemble épigraphique de l’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie). Autour de l’abbaye, à flanc de falaise, se trouvent de nombreux ermitages avec un potentiel épigraphique riche et encore non exploité. ces chapelles et pièces creusées dans la roche ou occupant des cavités naturelles, ont reçu des fresques et des inscriptions ainsi que des graffiti alphabétiques et figuratifs. Depuis les années 1990 elles sont nettoyées pour être sauvegardées. L’ermitage San Gregorio, le plus grand de l’ensemble avec 200 m2, montre une inscription de louange au Christ; celui du Moulin porte inscrit « in conceptione tua virgine« , tandis qu’une peinture de saint Jean-Baptiste donne une citation de l’évangile de Matthieu (XI, 11) « inter natos mulierum« . D’autres chapelles permettent de voir des graffiti figurant l’arche de Noé ou encore la Jérusalem céleste. Bref, un potentiel inexploité qui mériterait une étude approfondie, analysant et comparant les écritures afin de la dater et de comprendre la raison de ces messages.

A partir de son travail en cours (édition et étude) sur les inscriptions du Royaume latin de Jérusalem (1099-1291), Estelle Ingrand-Varenne prépare un nouveau projet intitulé GRAPH-EAST qui, en changeant d’échelles et de paradigmes, veut proposer une archéologie de cette écriture  épigraphique en alphabet latin et considérer les modalités de son insertion dans l’horizon sociographique de la Méditerranée orientale des 7e-16e s. C’est donc le contact, les relations et compétitions avec le grec, l’arabe, l’hébreu et les écritures des chrétiens orientaux (arménien, géorgien, syriaque etc.), qui est au cœur, pensé comme reflet des enjeux politiques et religieux, sociaux et culturels de cet espace.  Le projet vise 4 objectifs : 1) rassembler et éditer toutes les inscriptions et en partie les graffiti en caractères latins, conservés ou disparus, de la Méditerranée orientale, 7e-16e s. (2000-2500 textes); 2) étudier l’histoire de la réception de l’objet épigraphique dans une vision diachronique, du Moyen Âge à la sauvegarde actuelle du patrimoine, en passant par la création des collections muséales ; 3) penser l’épigraphie en mouvement et au prisme des transferts culturels entre Occident et Orient ; 4) proposer une histoire connectée des épigraphies en analysant l’écriture latine en interaction avec les écritures environnantes grâce à la création d’une équipe internationale.

Le séminaire SEMPER se poursuit en 2019-2020, avec une nouvelle thématique proposée à la rentrée.

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

La deuxième séance du séminaire SEMPER aura lieu mercredi 12 juin, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h. Elle portera sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Présentation des activités et premiers dossiers

Robert Favreau, « Les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales »

Clément Dussart, « Les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude théorique et pratique »

Manon Durier, « Épigraphie et liturgie : nouveau regard sur une star de l’épigraphie limousine »

Buffet au CESCM

14h-17h Deuxième session

Cécile Treffort, « Migrations »

Fausta Lastella, « L’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie) »

Estelle Ingrand-Varenne, « Comment traiter les inscriptions latines d’Orient ? Proposition d’un nouveau corpus et perspectives »

Épigraphie en mouvement 1 : compte rendu

C’est sur une thématique en apparence paradoxale que le Séminaire permanent sur l’écriture en dehors du monde manuscrit – SEMPER –  a choisi de s’attarder lors de cette première séance (22 novembre 2018). S’il y a bien une écriture que l’on croit naturellement liée à une certaine stabilité, une fixité, voire une immobilité, c’est l’écriture épigraphique, tant par sa pesante matérialité – en premier lieu la pierre – que par la persistance de certains choix d’écriture et de langage. Il y a pourtant bien du mouvement, des mouvements dans les inscriptions, ne serait-ce que celui de leur genèse. Comme tout acte d’écriture, l’inscription naît d’un mouvement : le geste technique à l’aide d’un outil dans une matière, qui va faire émerger des lettres sur un support. Mais plus encore, l’inscription peut être en mouvement et créer du mouvement ; et l’intérêt de ce thème est de penser l’épigraphie en termes de dynamique.

Estelle Ingrand-Varenne expose en introduction cette pluralité de mouvements : du déplacement occasionnel d’un support, qui fait partie de la vie de l’ « objet épigraphique », à la fréquence des mouvements des objets, par essence mobiles. En rester aux supports serait cependant nier la nature même de l’inscription, elle-même plurielle : matérielle certes, mais aussi textuelle, contextuelle et fonctionnelle. Le vagabondage des textes, leur circulation, tout comme la mouvance textuelle et le mouvement dans les textes sont aussi à prendre en compte. Cette première énumération amène à s’interroger sur ce que signifie « être en mouvement » pour une inscription. Les deux phases d’un objet, action et repos, posent la question de l’impact sur l’inscription qui s’y trouve : le texte est toujours présent, mais est-il plus actif, lorsque l’objet entre en action et accomplit ce pour quoi il est fait ? D’un autre côté, par sa fixité matérielle et donc temporelle, l’inscription permet de capturer le mouvement dans sa fugacité et lui donner accès à un autre type de temporalité. Dans le même temps, le mouvement permet peu la lecture : si on ne peut le lire, le texte agit-il tout de même ? S’ajoute enfin à cela l’animation du texte (mise en scène de la parole, mouvements des lettres faisant danser le regard). L’inscription peut aussi être génératrice de mouvement : qu’il soit physique, entrainant le lecteur à bouger autour du support, mais aussi intérieur (la rhétorique du « movere », des émotions) et spirituel (déclencher par exemple la prière ). Le thème du mouvement permet ainsi d’aborder de nombreux autres aux connotations diverses : déplacement, voyage, migration, transfert ; mais aussi action, interaction, animation, performance, agentivité etc.

Épée 849.48.4 avec ornement.Cliché : H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée – Grand Patrimoine de Loire-Atlantique

Symbole de l’élite guerrière chevaleresque, l’épée est aussi porteuse d’inscriptions, même si peu ont été conservées (sur les 37 épées provenant de l’Ouest de la France XIe-XVe s. étudiées dans le cadre d’un Master 1, seules 3 sont inscrites), comme l’explique Valentin Louineau. Le message gravé, réalisé par damasquinage ou avec des lettres d’acier incrustées (technique du soudage), prend en général place sur la gorge, mais avec le développement de l’arête médiane au XIVe s, elles se raréfient faute d’espace. Il peut s’agir d’une signature d’artisan (selon la formule nom + me fecit), ou d’un message religieux, souvent à caractère apotropaïque. Ainsi la reprise de l’incipit du Psaume 144, évoquant le combat, et qui était récité lors de l’adoubement, est courante. La majeure difficulté réside dans le déchiffrement et la compréhension des inscriptions très brèves : on ne peut identifier de mot, peut-être parce qu’il s’agit d’abréviations (tel DIC pour Dominus Ihesus Christus ?), ou parce que l’écriture n’est ici utilisée que pour sa valeur décorative, comme c’est aussi le cas sur certains bijoux.

C’est vers les sources littéraires, particulièrement les romans du Graal qui mettent beaucoup d’inscriptions en scène, que Laurence Doucet s’est tournée, pour comparer le texte gravé sur l’épée aux « Estranges Renges » (c-à-d aux attaches inhabituelles) dans le Joseph d’Arimathie (§ 267) et dans la Quête du Saint Graal (§ 282) au XIIIe s. Dans ces deux romans, qui s’inscrivent dans un mouvement de translation de la légende du Graal, passant d’un motif païen à un motif chrétien, l’épée intervient à deux reprises, temporellement très éloignées : Nascien la découvre dans le navire de Salomon, tandis que plusieurs siècles après Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur la trouvent à nouveau. Un long texte en lettres vermeil comme du sang se déploie sur la lame, le fourreau, la garde et l’étoffe de cette épée extraordinaire, décrite comme de la plus grande richesse. La vue de l’inscription provoque un rire d’étonnement et d’incompréhension chez les chevaliers et c’est la sœur de Perceval qui en fait le déchiffrement et l’interprétation. Utilisant le futur à visée prophétique, l’épée prévient et menace par la voix du métal, la voix d’un auteur masqué. L’inscription joue ainsi de multiples rôles : à la fois symbole et énigme, devinette et mythe, trace d’un forgeron lointain.

Laurent Hablot élargit la réflexion aux autres supports de guerre portant des inscriptions, tels les étendards, écrits emblématiques en mouvement. Signe vexillaire qui a pour but de guider les troupes, objet que l’on roule, déroule, penche, lève, l’étendard n’est pas restreint aux champs de bataille, mais est aussi utilisé dans les rituels d’entrée ou de funérailles. C’est quand le cri disparaît au XIVe siècle que l’emblématique développe un nouveau système de signes figurés : la devise, qui se trouve alors sur les vêtements, les bijoux, les décors, les tapisseries, en concurrence avec l’héraldique. Les étendards avec leurs emblèmes sont peu conservés mais bien documentés par la comptabilité, qui permet de s’apercevoir que cet écrit est bien lu, compris et interprété. Élément emblématique à part entière, cet écrit a perdu sa qualité sonore, mais s’appuie sur le visuel, ce qui interroge alors que l’étendard n’est jamais étendu réellement. Dans la société hypersemiotisée de la fin du Moyen Âge, où se développe également le portrait, l’omniprésence de ce type d’inscriptions en redondance avec l’héraldique invite à réfléchir sur son fonctionnement spécifique comme signe en mouvement.

Conques, Trésor de l’abbatiale. Reliquaire dit « A de Charlemagne » (c. 1100).

C’est au travers des reliquaires qu’Elisa Pallottini a analysé l’écriture en mouvement, en partant de trois notions clés : la portabilité /mobilité, l’hybridité (ce sont des objets composites, constamment refaits) et le fait d’être inscrit (« inscriptionality » : 73% des reliquaires des 4-12e s. ont une inscription). Les reliquaires participent de plusieurs mouvements : leur propre déplacement, celui des fidèles qui ont même une interaction physique (manipulation de l’objet), le transfert d’un texte sur des supports différents, ou encore l’ajout de spolia, par exemple sur le reliquaire A de Charlemagne à Conques. S’opère également un jeu entre contenant et contenu suivant la localisation et le texte de l’inscription. Celui-ci amène le lecteur de l’espace extérieur au plus intérieur, vers la relique, et propose un itinéraire qui devient voyage spirituel, de contemplation et d’élévation.

 

Cheyenne Noel poursuit la réflexion sur les objets sacrés en se focalisant sur les premiers objets liturgiques, leurs processus d’usage et le discours qu’ils portent : patènes, calices, peignes liturgiques, passoires, cuillères, couronnes votives, ciboires etc. utilisés pendant le rituel et pouvant être considérés comme prolongement de l’officiant lui-même, mais aussi nettoyés, rangés, empilés quand ils ne servent pas. Trois objets sont présentés : un peigne datant du 8e s. à la cathédrale de Sens, sur lequel la mention PECTEN S LUPI a été ajoutée dans la seconde moitié du Moyen Âge ;

RMN-Grand-palais-Musée-de-Cluny-Jean-Gilles-Berizzi

une passoire en argent du 6e s. avec le nom de saint Aubin (+ ALBINI) ; une longue nappe liturgique découverte à Cologne, brodée avant le 10e siècle.

La journée se clôt sur deux présentations de la recherche épigraphique en mouvement. Le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne – ou comment rationaliser l’éparpillement – est présenté par Arnaud Loaëc En 1966, Paul Lemerle écrivait, « l’épigraphie byzantine n’existe pas », signifiant ainsi l’inexistence d’un corpus harmonisé. 6 problèmes peuvent être identifiés pour en expliquer les raisons. 1) la variété des matériaux, des objets, des techniques : peut-on tout traiter de la même façon ? 2) Boires et déboires du matériel épigraphique : le problème des inscriptions perdues, transmises de manière indirecte, dont le degré de fiabilité est très variable ; 3) la dispersion des publications ; 4) la dispersion géographique : il ne s’agit pas que de l’empire, mais de l’épigraphie grecque médiévale, ce qui demande un traitement géographique ; 5) la dispersion chronologique : quelles bornes chronologiques retenir, alors qu’il existe des inscriptions byzantines jusqu’au XVIIe s. ? 6) Sur le plan numérique, quel langage utiliser ? Le plus répandu chez les épigraphistes est l’XML-TEI, alors que le langage employé par AL dans sa base de données est PHP et MySQL. La question de police imitative se pose également.

Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk présentent le projet ERC The Cult of Saints qui vient de s’achever, et l’intérêt des sources épigraphiques latines et grecques – raison de leur séjour à Poitiers. Le projet sur le culte des saints, mené par l’Université d’Oxford en partenariat avec les Universités de Varsovie et de Reading, portait sur les pratiques des origines au VIe s., dans l’ensemble du monde chrétien à partir des écrits en latin, grec, syriaque, copte et arménien (dont 1100 inscriptions, par exemple les noms de saints sur des lampes à huile en Égypte). La base de données a enregistré quelques 7000 saints et permet de montrer l’extension du culte de certains saints ou à l’inverse une dévotion très locale, mais aussi l’évolution de la forme même du culte (de la mémoire des martyrs à la vénération de saints intercesseurs et auteurs de miracles, le développement des reliques, la dévotion pour les lieux et images des saints). Ce projet ERC a aussi abouti à la publication de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’origine du culte des saints, des reliques, le culte dans les villes et villages ou sur des thèmes variés. Il a aussi entrainé de nouveaux projets : tel celui sur les prêtres en Occident dans l’Antiquité tardive mené par Robert Wiśniewski à Varsovie, qui prend appui aussi sur les inscriptions.

SEMPER 22/11 : L’épigraphie en mouvement

La première séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2018-2019 se tiendra le jeudi 22 novembre au CESCM (salle Crozet). 

La thématique « épigraphie en mouvement », volontairement vaste, a pour but de proposer une angle d’approche différent et dynamique des inscriptions, ces textes dont la pesante matérialité a souvent rimé avec l’immobilité. De quel mouvement, de quelle « mouvance », pour reprendre le mot de P. Zumthor, est-il question (matérielle, textuelle, contextuelle, fonctionnelle) ? Que provoque t-il/elle sur l’appréhension même du texte, de sa conception à sa réception, de son écriture à sa lecture ? En quoi cette mobilité, voire cette instabilité, est-elle féconde ? Permet-elle d’envisager différemment la documentation épigraphique, qu’il s’agisse d’objets mobiles ou de pierres et de vitraux  ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront au cœur de cette séance.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

Première session

  • Valentin Louineau (Les inscriptions dans la gorge des épées médiévales, XIe-XVe siècles)
  • Laurence Doucet (Présentation et comparaison des inscriptions sur l’épée et le fourreau de l’épée aux Estranges Renges dans Joseph d’Arimathie et dans la Quête du Saint Graal)
  • Laurent Hablot (Écrits emblématiques en mouvement)

Déjeuner

13h30-17h30 : Deuxième session

  • Elisa Pallottini (Writings in motion: inscriptions on portable reliquaries)
  • Cheyenne Noel (Les objets liturgiques, l’œil et le geste)
  • Arnaud Loaëc (Rationaliser l’éparpillement : le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne)
  • Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk (The Cult of Saints project: the Greek and Latin epigraphical evidence)

SEMPER saison 3 : L’épigraphie en mouvement

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2018-2019 sa 3e saison avec pour thématique « l’épigraphie en mouvement ».

À l’encontre de l’idée de stabilité, voire d’immobilité, tant physique que textuelle qui semble inhérente aux documents épigraphiques, cette première séance voudrait explorer les aspects mouvants des inscriptions : que ce soit à travers leurs supports mobiles (objets sacrés, armes, bijoux, reliures de manuscrits, textiles), le voyage des formules et leur variance, le transfert d’un même texte dans différentes matières, ou le déplacement d’un support inscrit et les conséquences du changement de contexte.

La première séance se déroulera le jeudi 22 novembre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/).

Accueil à partir de 9h30, début des  travaux à 10h, fin de la journée 17h30.

Il sera également possible de suivre cette séance via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).