Archives par mot-clé : Moyen Âge

L’inscription signe et image : définitions et perspectives

Retour sur la dernière journée du programme LIMITS (Casa de Velázquez-Université Complutense Madrid) consacrée aux limites alphabétiques des inscriptions entre Antiquité tardive et Renaissance ; et dernier compte rendu pour cette belle aventure intellectuelle et amicale.

Le vendredi 19 octobre dernier s’est tenu à Madrid la troisième journée d’étude du programme LIMITS, refermant ainsi le cycle d’ateliers de travail autour des limites des pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance. Comme l’a rappelé Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, dans ses mots de bienvenue, le programme LIMITS est le résultat d’un partenariat fructueux entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, et a permis d’installer les recherches épigraphiques dans un cadre institutionnel favorable à l’échange d’idées et à l’avancée des connaissances dans un domaine qui reste, en France comme en Espagne, encore largement à explorer.

Prenant la suite de Michel Bertrand, Morgane Uberti (Casa de Velázquez) poursuit la présentation de la journée en revenant sur le positionnement et les enjeux du programme LIMITS. Celui-ci faisait le pari d’une approche venant soustraire l’inscription à sa relativité (celle de ces formes, de ses usages, de ses agents, de ses acteurs) pour l’object-iver. LIMITS s’est ainsi construit comme un parcours épistémologique et réflexif autour de trois éléments définitoires – la périodisation, le matériau, l’écriture – convoqués par une discipline : l’épigraphie médiévale. Partant de là, il s’agissait d’envisager les limites de ces qualités (qui permettraient a priori de définir un champ disciplinaire) pour questionner la définition même de l’épigraphie et de son objet.

En manière d’écho, Isabel Velázquez (Université Complutense de Madrid) signalera d’ailleurs dans ses propos introductifs combien il est difficile de parvenir à des définitions satisfaisantes pour les grands concepts qui animent l’épigraphie. Qu’est-ce que l’épigraphie, en tant que pratique et en tant que discipline ? Qu’est-ce qui fait épigraphie ? Qu’est-ce qu’une inscription ? Comment décrire et caractériser l’écriture en jeu dans les inscriptions ? Comment établir la liste des supports épigraphiques ? Comme l’ont montré ses études fondatrices sur les ardoises inscrites du haut Moyen Âge, il est parfois hasardeux de séparer documents épigraphiques, diplomatiques, comptables, épistolaires (à quel champ disciplinaire, par exemple, appartiennent les ostraka ?).

Après être revenue brièvement sur les idées fortes ayant surgit lors des journées précédentes – la nécessité de repenser les transformations de la pratique épigraphique dans leur multiplicité et leur arythmie, la notion de « rencontre » entre écriture et matériau pour aborder une « matière » épi-graphique – Morgane Uberti annonce le cadre d’une journée consacrée aux limites alphabétiques et à la visualité de l’écriture épigraphique. Pêle-mêle : les lieux (la lettre, le con-texte, le para-texte) et les conditions d’une visualité de l’inscription ; la possibilité d’une iconicité de l’écriture épigraphique ; la tension entre iconicité et processus d’iconisation. Les communications de la journée montrent que la thématique se place d’emblée aux frontières de la discipline épigraphique. Si elle engage le statut de l’inscription, de sa perception, de sa valeur en tant qu’outil de communication, c’est avant tout pour les liens qu’elle implique entre culture écrite et culture visuelle qu’elle entre dans le champ du programme LIMITS, à deux échelles : celle d’une discipline toujours plus difficile à définir, et celle d’un objet. Le sujet mérite donc de dépasser une approche strictement technique ou disciplinaire de la documentation pour s’engager au contraire dans une anthropologie des pratiques écrites pré-typographiques.

Lugo, cathédrale, portail nord

C’est précisément la voie empruntée par la très belle conférence inaugurale de Brigitte Bedos-Rezak (New York University) qui s’est attachée, dans les livres et dans les documents, à signaler les connexions entre pratique de l’écrit et pratique de l’image (dans toute l’épaisseur médiévale du terme imago), en partant du principe que le Moyen Âge ignore le « degré zéro du graphisme alphabétique ». Le chemin qu’elle propose explore les degrés d’iconicité de l’écriture alphabétique médiévale, dans toutes ses formes, ses dimensions (créations, relations, contextes), ses manières, en posant en filigrane le rôle de cette iconicité dans une éventuelle agentivité de la lettre et de l’écriture.

S’emparant de la lettre imagée, Brigitte Bedos-Rezak revient sur les phénomènes d’ornement, les initiales, les enluminures, les lettres-rébus. Tous ces phénomènes signalent la nature iconique de la lettre, sa capacité à être image. Plus encore, la lettre imagée incarne au plus près la relation texte-image parce qu’elle les lie dans une même forme. C’est dans les transformations successives du signe, via le recours nécessaire et systématique au « non-graphique », que s’établissent les liens complexes entre visuel et lisible, écriture et image.

Suivant cette perspective, peut-on dire que l’alphabet se suffit à lui-même ou doit-il s’incorporer dans une pratique de l’image pour transmettre ? Comme élément de réponse, Brigitte Bedos-Rezak signale que « l’itinéraire des lettres », le parcours visuel qu’elles suggèrent, dans ses références multiples, sont le recours privilégié de l’iconicité de l’écriture, soit le lien entre ce que l’on voit et ce qu’il faut lire. Dans le paradoxe d’une lettre embellie qui signale autant qu’elle égare se pose la question du visuel comme condition de la réalisation de l’écriture médiévale.

Au-delà du visuel, la lettre engage aussi le sensuel, le tactile ; elle invite à maintenir, posséder, incarner, ressentir la dimension alphabétique du texte. Brigitte Bedos-Rezak insiste sur l’écriture en tant que « marque » et « figure », qui remplit un « espace ». Dans bien des cas, le geste qui consiste à porter la lettre sur/dans le support est celui de l’empreinte et du marquage ; le caractère gagne alors en consistance, en dynamisme et désigne plus que ce qu’il donne à voir. En raison des conditions de sa mise en œuvre qui relèvent surtout du dessin, l’écriture se confondrait donc avec la calligraphie et acquiert une dimension sensible, sans doute irréductible.

Suivant la voie du sensible, Brigitte Bedos-Rezak distingue les deux actions d’écrire « dans » et d’écrire « sur », soit la différence entre la « trace » et la « marque », invitant à considérer les réactions du corps, et en particulier de la main, dans l’action d’écrire. À partir d’exemples manuscrits, notamment le folio 18r du sacramentaire de Gellone (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 12048), elle signale le désir de « capturer le geste et le corps dans l’écriture » ainsi déposée sur la peau. La matérialité assimile ainsi une présence et la page lieu de cette im-pression de la main (et partant de la marque) devient un « reliquaire graphique ».

Paris, BNF, ms. lat. 12048, fol 18 ; source : Gallica.bnf.fr

Il s’agit dans tous les cas de brouiller les frontières entre ce qui relève de l’écriture et ce qui relève du dessin – il faut créer une image, quelle que soit la technique, quel que soit le matériau. En s’inspirant des travaux d’Anne-Marie Christin, Brigitte Bedos-Rezak signale que la lettre imagée crée un espace de sens qui est le sien : « la lettre est auteur de sens ». L’alphabet est ainsi en relation à la langue et à l’image, et la lettre imagée est une élaboration théorique de l’écriture. Il n’y a donc plus d’opposition entre visuel et graphique, entre écrit et oral. Enfin, le visuel conduit au tactile, l’écriture attire l’œil et la main ; la lettre indice d’un geste, d’un corps, est dramatique et agissante.

La communication de Cécile Voyer (Université de Poitiers, CESCM) consacrée aux incipit dans les livres d’évangiles carolingiens s’inscrit pleinement dans les réflexions ouvertes par la conférence de Brigitte Bedos Rezak : de l’impossible distinction écriture-image à la lettre dotée d’une vie. Dans ces manuscrits, les mises en œuvre, en jeux, en couleur, en fond, en résonance des lettres rendent compte des possibilités de l’écriture comme image, architecture et signe dans l’élaboration, l’illustration et la réalisation d’un discours théologique, ecclésiologique et christologique. La pratique de la lettre est donc ici aussi l’indice d’une réflexion portant sur la parole divine quand cette même parole, à l’origine de toute vie, est aussi à l’origine de la lettre. L’élaboration visuelle de ces initiales contenant des images et de l’ornement peut se comprendre comme écrin et métaphore de la Révélation, le livre agissant comme le contenu et le contenant de la voix et de la parole divine. Les composantes graphiques agissent en effet pleinement dans la transformation du livre en reliquaire des mots de Dieu, par l’évocation des métaux précieux, des pierreries, des éléments orfévrés.

En se livrant à une analyse très pointue de la page de l’incipit de de Jean dans les Évangiles de Saint-Médard de Soissons (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 8850), Cécile Voyer montre que la question de la relation entre la lettre et le fond de l’image est essentielle pour comprendre l’amplitude du discours théologique à l’œuvre dans cette peinture. L’interprétation de la « lettre-colonne » montre que l’écriture possède, dans son iconicité, une fonction narrative, au-delà de l’ornement. La lettre s’anime et anime à son tour l’image et, à la suite de Brigitte Bedos-Rezak, Cécile Voyer revient  sur la vitalité de la lettre : une lettre qui « insuffle la vie » en tant qu’elle est matière abritant le divin. Enfin, elle insiste sur le fait que le manuscrit entendu comme « lieu » et comme métaphore architecturale est essentiel à la projection de l’écriture et de l’image. La lettre est donc tout à la fois lettre et image complètement, indice d’une élaboration intellectuelle quant à la capacité de dire en signes l’infinité de Dieu.

Paris, BNF, ms. lat. 8850, fol. 181 ; source : mandragore.bnf.fr

L’analyse de la lettre, ses formes, sa polysémie se poursuit hors du feuillet, hors de l’Occident latin.  Ida Toth (Oxford University) nous fait entrer dans le domaine des monogrammes byzantins. Après une présentation bienvenue de l’état de l’art de l’épigraphie byzantine et des recherches en cours, elle signale le fait que les monogrammes restent, en Orient comme en Occident, un objet encore à traiter. Elle définit d’abord le monogramme comme une figure ou un caractère qui remplace un nom, un mot ou une phrase dans un type d’écriture donnée ; une définition ouverte donc pour un signe qui s’établit dans la rencontre et l’union des lettres entre elles, mais aussi des lettres et de signes non alphabétiques (la croix, par exemple), le tout formant image. Sur les sceaux, sur les monnaies, sur les poids, dans le domaine monumental, les monogrammes ont d’abord une fonction normative : ils donnent le nom d’une autorité en acte qui se manifeste dans un signe complexe, souvent difficile à développer alphabétiquement, mais « reconnaissable » en tant qu’image. Aussi les contenus visuels et verbaux se superposent-ils toujours et cette tractation du lisible et du visible met une fois de plus en échec toutes nos tentatives de catégorisation. Les monogrammes ont également une fonction commémorative et prennent place dans le monde funéraire où l’on peut suivre une lente transition vers les armes et l’héraldique comme moyen de communiquer et d’afficher une identité. Dans le domaine artistique, le monogramme permet de signaler le patronage ou la commande, avec l’emploi fréquent ici de spolia, pour inscrire par le signe monogrammatique un lieu ou un objet dans une tradition qu’il faut, encore une fois, connaître et reconnaître dans la conjonction des lettres. Ida Toth signale pour terminer que cette question de la restitution du monogramme doit en grande partie être repensée au prisme justement de son impossibilité. Au-delà d’une classification des fonctions, des formes, des usages, ces signes seraient l’indice d’une promotion de l’anonymat comme force d’existence au monde. Une écriture qui ne communiquerait plus vraiment parce qu’elle se déroberait au verbal, mais qui permet dans le geste de sa matérialisation d’être en un temps et un lieu.

En présentant l’arrière-plan théorique de sa thèse en cours sur l’écriture des inscriptions médiévales de Toulouse, Eva Caramello (Université de Poitiers, CESCM) interroge précisément la nature sémiologique des signes que nous appelons « lettre » afin d’en comprendre les variations infinies qui s’expriment dans toute la documentation. Si elle peut être « manipulée » dans les monogrammes, c’est parce que la lettre dispose d’une « architecture » fixe et qu’elle en devient malléable à force d’iconisation. Eva Caramello présente  les différentes composantes de l’écriture dans ses liens avec la lettre en attestant l’existence simultanée de la « graphie » et de l’écriture, le « corps et l’âme » des signes, de l’unité sémantique du signe graphique tel qu’il est mis en œuvre sur la pierre, mais en reconnaissant leur caractère indissociable dans une pratique épigraphique qui met « la matérialité au premier plan » du texte. En se concentrant sur les usages de l’écriture majuscule et le caractère innombrable de ses « glyphes » comme indices de la variabilité de l’écriture en dehors de la reproduction mécanique des formes, elle s’interroge finalement, comme l’avait fait Cécile Voyer, sur la possibilité de distinguer signe alphabétique et image de la lettre. Eva Caramello termine son intervention en évoquant les implications de cette variabilité de l’écriture épigraphique sur le scénario de la communication à travers l’écriture exposée. Il s’agirait d’abord de voir les glyphes, puis de lire le texte. On en vient une fois de plus à nuancer le caractère exclusivement alphabétique de l’écriture pour mettre en exergue l’influence du contexte, du type graphique, de l’image du texte dans la pratique de l’écriture épigraphique.

  

Eugenio Luján Martínez (Université Complutense de Madrid) propose quant à lui d’interroger la composante « iconique » de la lettre à travers un panorama des écriture celtibères à l’intersection des logogrammes et des pictogrammes. Il commence par revenir sur les grandes typologies des systèmes d’écriture pour rappeler à tous que l’écriture ne commence pas en Europe occidentale avec l’alphabet latin, mais qu’elle s’exprime au contraire à travers une grande diversité de pratiques graphiques. Ces écritures, encore à déchiffrer ou à comprendre, documentées par un nombre réduit de témoignages graphiques, mélangent  ce qu’il faut considérer comme des signes liés à une réalité et des signes liés à la transcription d’un phénomène échappant à la réalité. Où commence l’écriture et où s’arrête l’image dans de tels cas ? L’iconicité est variable et influe sur la définition même de ce qu’il faut reconnaître comme écriture.

La communication de Coline Ruiz Darasse (CNRS, Ausonius) envisage la question de ces écritures non déchiffrées (inscriptions paléo-hispaniques, inscriptions levantines) sous un autre angle. En s’appuyant sur une approche linguistique, celle de Saussure, celle de Barthes et de la « théorie du texte », elle se demande où commence l’écriture et surtout si elle fondée, pour être définie comme telle, sur une reconnaissance. Est-ce que la reconnaissance de l’écriture fait l’inscription ? Elle pointe ainsi une tension permanente, pour ces systèmes graphiques anciens et peu documentés, entre texte, image, texte et image, et texte comme image. Parmi d’autres difficultés, cette « instabilité » graphique s’exprime dans les questions de la linéarité du déploiement graphique. Où commence un texte que l’on ne sait pas lire ? Dans quel sens se présente-t-il dans sa relation au matériau ? Pour résoudre certaines de ces difficultés, le chercheur a tendance à placer ce type d’écriture du côté des « pseudo-inscriptions ». Coline Ruiz Darasse s’arrête très justement sur les implications d’une telle dénomination qui déplace l’échec de l’éditeur de texte vers l’intention du scripteur de produire un texte qui « trompe », qui « réplique », qui « imite ». La prise en compte de toutes ces possibilités permet cependant de réaffirmer la « présence » visuelle de l’écriture et son lien ontologique avec le matériau. L’écriture, même quand on ne peut la lire, existe et se présente dans sa densité matérielle à nos yeux, et il faut établir les moyens de cette exposition.

Carme Barceló (Universitat de València) aborde quant à elle cette question de l’altérité graphique non plus pour repérer les inscriptions qui n’en sont peut-être pas, mais pour analyser les phénomènes de pluralité graphique et linguistique dans les inscriptions chrétiennes d’Al-Andalus. Elle commence son exposé par un inventaire des formes et des fonctions de ces inscriptions, en insistant sur les points communs et les divergences des textes rédigés en arabe et les textes latins. Elle montre cependant la porosité, la perméabilité et l’interchangeabilité des pratiques épigraphiques dès lors qu’il s’agit d’exposer des faits aussi importants que l’identité et l’appartenance à une communauté (sociale, familiale ou religieuse). La présentation de Carme Barceló met à son tour en avant la plasticité de l’écriture épigraphique qui, en creux ou en relief, produit des formes difficiles à lire, parfois difficiles à dater, toujours difficiles à rapprocher d’un contexte culturel précisément défini. Les similitudes formelles deviennent ainsi le moyen de rapprocher des individus ou des faits de mémoire d’une langue à l’autre, ou d’un moment de l’histoire à l’autre. L’écriture est autant facteur de lien que de discrimination, et c’est parce qu’elle affiche toujours une image en un lieu que l’inscription met en échec les tentatives de catégorisation qui se baseraient uniquement sur les composantes paléographiques de l’écriture exposée.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM) termine la journée en s’intéressant aux aspects non alphabétiques de l’épigraphie, à tous ces signes qui ne sont pas des lettres et qui pourtant viennent se matérialiser dans les inscriptions. En s’appuyant sur des exemples de la France médiévale et du royaume latin de Jérusalem, elle distingue trois usages particuliers : la ponctuation, l’occupation des bouts de ligne, et l’emploi de logogrammes au cœur des textes alphabétiques. Dans tous les cas, le surgissement de ces formes produit un arrêt du texte et suppose un changement cognitif : il faut s’arrêter de lire, ou lire autrement, pour « composer » lettres et signes au sein de la page épigraphique. Entre équilibre et balancement, fluidité et rupture, linéarité et chaos, les signes non-alphabétiques proposent une image enrichie de l’écriture, un surplus de sens qui permet aux inscriptions de dire autrement, de dire autre chose, parfois au-delà de toute lecture réelle du texte. La substitution du mot « cœur » par l’image d’un cœur dans certaines inscriptions tardo-médiévales permet ainsi de déclencher de nouveaux chemins de significations, ces « itinéraires de la lettre » qu’avait pointés Brigitte Bedos-Rezak dans sa conférence inaugurale.

  

La troisième journée du programme LIMITS a été très riche grâce à la diversité des objets analysés, à la variété de leur provenance et de leur chronologie, à la qualité de leur présentation, à l’enthousiasme des discussions et à la densité des questions abordées. Les organisateurs avaient envisagé de discuter le point de rencontre entre écriture et image, et les communications et les débats ont finalement montré l’omniprésence de ce questionnement dans toutes les cultures graphiques. La lettre a ainsi été envisagée comme un objet dont il faut encore et toujours préciser la définition, et comme un mouvement dont il faut penser les implications formelles et fonctionnelles, entre fixité arbitraire, altération inévitable et variation recherchée au sein des cultures pré-typographiques qui la considèrent toujours dans le spectre de ces modifications possibles. Les présentations ont montré la plasticité inaliénable du signe qui, dans son rapport avec la matière et le lieu de sa mise en œuvre – ce fond de l’écriture, réel comme la pierre, mis en scène par la couleur, imaginé par la poésie – invite à penser la lettre avant tout comme une forme. Celle-ci intervient dans toutes les dimensions de la pratique épigraphique : la lettre, le mot, la page ; la langue, la syllabe, le vers, le son. À la manière d’un carottage, il faut percevoir simultanément toutes les « couches » de cette pratique pour déceler la profonde réflexivité du geste d’écriture qui interroge constamment la capacité d’abord, les modalités ensuite, du signe à dire et rendre présent. Entre connaissance et reconnaissance, modèle et empreinte, norme et illusion, l’écriture est toujours affaire d’engagement : celui du scribe dans la sensibilité de son geste ; celui du regardeur dans sa rencontre avec l’inscription ; celui du lecteur, dans le déclenchement de l’imagination. Les questions cognitives sont ainsi inséparables de ce que représente le fait graphique entre Antiquité tardive et Renaissance, ce geste de notation et de dénotation qui choisit, trie, sélectionne ce qu’il rend visible et lisible. Dans cette vitalité constante de l’écriture, la lettre n’est pas figée ; elle est dotée d’un comportement, d’une agentivité, d’une performativité qui se situe précisément entre l’état d’iconicité et le processus d’iconisation, dans cette relève de l’alphabétique par le visuel.

Comme les deux journées d’étude précédentes, le dernier atelier du programme LIMITS a montré la richesse des questions qu’il reste à poser aux inscriptions. Il a aussi montré toutes les implications intellectuelles d’un tel questionnement qui secoue le chercheur dans sa propre pratique, écrivant comme il le fait sur le fait « écriture ». Il a enfin permis de mesurer la beauté objective de la plupart de ces dispositions graphiques qui contiennent plus souvent qu’on ne l’imagine une ambition esthétique, celle de la création d’une forme stable et pleine. Il reste des milliers de questions à poser aux inscriptions sur la longue durée et l’on ne peut qu’espérer que le programme LIMITS est au point de départ de nouvelles initiatives de recherche en épigraphie et plus généralement sur la culture écrite des sociétés pré-typographiques.

LIMITS 2 : Matières (épi)graphiques

La deuxième journée d’étude du programme LIMITS s’est tenu à Madrid le 13 avril dernier. Elle fut consacrée aux limites matérielles des pratiques épigraphiques et a donc interrogé l’écriture dans son rapport – technique et intellectuel – au support.

La définition longtemps en vigueur de l’épigraphie comme « science des inscriptions tracées sur matériaux durs et durables » pourrait donner l’impression d’un sujet déjà tranché, d’un problème résolu. Or, on s’aperçoit que le diktat du matériau dans la définition de l’objet d’étude de l’épigraphie a longtemps tenu les spécialistes de l’écriture éloignés d’une véritable réflexion sur les causes et les conséquences d’une écriture sur la pierre, le métal, le bois, etc. Ce sont pourtant les angles morts des disciplines qui invitent à se demander si l’écriture sur le sceau ou la monnaie est ou non épigraphique. Le caractère épigraphique d’une écriture est-il relatif ? Certaines inscriptions sont-elles plus épigraphiques que d’autres ? L’épigraphie comme discipline n’empiète-t-elle pas en permanence sur le territoire des autres disciplines de l’érudition ?

Afin d’aborder ces questions (qui ne sauraient se limiter au format d’une journée d’étude), les coordinateurs du programme LIMITS avaient réuni à la Casa de Velázquez un groupe de chercheurs représentant plusieurs disciplines de l’érudition et ce billet synthétise les présentations de la journée et les riches discussions qui les ont suivies.

Gérone, cathédrale. Tombe de Bernard de Pau (1475)

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Debiais introduit justement cette journée en revenant sur la place du matériau dans la définition de l’objet épigraphique. Erigé comme un élément définitoire de la discipline épigraphique au titre de support, il est en revanche rarement questionné sur ses effets dans le contexte d’une rencontre matière-écriture. Or, Vincent Debiais rappelle que la matière est, après le geste, l’une des conditions même de l’écriture, quel qu’en soit les degrés du sensible (feuillet, tissu, pierre etc..) et pose la question de l’opérabilité de la notion de « support » quand il s’agit de penser un écrit qui se fait dans/sur et surtout avec la matière. Considérer ainsi, la matière est évidemment signifiante et agissante en tant qu’elle est graphique. C’est donc toute une série de questionnements qui surgissent : existe-t-il des matières et des objets qui jamais ne se lieront à l’écrit (les écrits vétérotestamentaires bannissent le corps), existe-t-il des matériaux plus graphiques que d’autres et donc déterminants, comment aborder les modalités de la rencontre entre signe et matière (influence ? contrainte ? choix ?). Se positionnant enfin à l’échelle plus large de la culture écrite, Vincent Debiais rappelle la porosité de la culture écrite médiévale, ce dont témoigne la diversité des matériaux et l’omniprésence de l’écriture en dehors du monde manuscrit. Existant « hors du feuillet », l’écriture se rencontre en effet presque partout entre Antiquité tardive et Moyen Âge et le matériau n’est donc jamais une limite. Loin de représenter une contrainte, la matière autorise le déploiement de l’écriture et avec elle, celle du langage, en ce qu’elle en est une incarnation tangible. Dans cette corrélation écriture-matière-langage, c’est la question d’un pragmatisme et de ses qualités qui est posée. Si l’on suit ce fil, il faut alors constamment penser la matière graphique dans son environnement et dans les interrelations que cela engage (mobilité de l’objet, de son porteur, du lecteur).

Elisabetta Neri poursuit la journée en proposant une synthèse sur l’écriture dans les mosaïques pariétales des églises tardo-antiques. Cette pratique, parfois mal documentée, s’inscrit dans l’histoire des tituli des basiliques romaines, tradition qui perdure dans tous les décors monumentaux de l’Urbs jusqu’au Moyen Âge central, comme l’a récemment montré Erik Thunø. À partir de ce corpus très riche, Elisabetta Neri s’interroge sur les raisons et les conditions de la persistance de ce phénomène qui fait intervenir une description et un commentaire de l’image au cœur du décor, dans la lignée de l’ekphrasis antique et en reprenant des dispositifs formels (cadre, tabula ansata) employés simultanément dans la peinture ou dans les manuscrits. Et l’on peut se demande en effet, dans quelle mesure ces résonnances orientent ou augmentent le sens de l’image au titre de la référence ou de l’évocation. Transférer à la mosaïque, le motif de la tabula ansata, très populaire dans les inscriptions lapidaires antique (dédicace notamment) mais aussi les tablettes votives, ne vient-il pas monumentaliser un peu plus une représentation en deux dimensions tout en dotant cette même représentation de sens, en relation avec ses usages antiques ? Se pose ici la question d’une matérialité suggérée. Elisabetta Neri souligne que la spécificité matérielle des mosaïques inscrites tient aussi à leur technicité qui unit complètement écriture et image. Les techniques mises en œuvre supposent en effet qu’inscription et représentations sont réalisées dans le même temps, par un même artisan et dans une même manipulation de la matière. L’écriture et l’image s’établissent grâce à l’assemblage des tesselles. Aussi, la mosaïque inscrite rend-elle tout à fait caduque la notion de support. La présentation d’Elisabetta Neri oblige aussi à resserrer la focale et à s’interroger sur ce qui constitue matériellement la lettre. La lettre dans la mosaïque est un signe composite qui n’existe en tant que signe que dans la combinaison programmée de fragments d’un matériau, lui aussi composite. Comment alors décrire d’un point de vue paléographique la forme des lettres ? Comment établir le scénario de leur installation pratique dans le décor ? Comment penser les phénomènes de copie/modèle dans le cadre des inscriptions dans les mosaïques ? Elisabetta Neri insiste également sur le contenu des inscriptions qui renvoie la plupart du temps au matériau lui-même, à l’aspect lumineux et réfléchissant des tesselles. Cette esthétique de la lumière permet de communiquer et rendre sensible la dimension céleste et la présence de Dieu au sein même du sanctuaire. Aussi, l’inscription en mosaïque peut être envisagé comme un moyen graphique de figurer la « voix divine », l’or agissant ici comme le reliquaire de la parole divine.

Des questions analogues quant à la fonction et à la référence épigraphique sont posées par Cheyenne Noël dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les objets liturgiques médiévaux. Dans la mesure où celles-ci ne sont pas systématiques et que leur présence semble tout à fait imprévisible, on doit nécessairement écarter la possibilité d’une efficacité sacramentelle de l’inscription. L’inventaire épigraphique dressé par Cheyenne Noël montre pourtant des textes au contenu riche et varié qui désigne – c’est une évidence – deux types de matériaux : les espèces eucharistiques, contenus des vases sacrés, et les métaux précieux qui les composent. Il se pose ainsi une question de poids dans la perspective liturgique : sur quoi écrit-on réellement quand on écrit sur le matériau au contact du corps du Christ ? Où s’arrête l’inscription sur le temps long de l’usage de l’objet ? Cheyenne Noël donne pour exemple de cette complexité le cas de l’inscription des trigrammes IHS ou XPS qui « passe » par pression du moule à hosties à la forme eucharistique… Dans tous les cas, l’écriture participe de la « mise en vie » de l’objet, de son activation liturgique, et de la permanence des gestes du célébrant.

Bordeaux, Musée d’Aquitaine. Bague inscrite

 

 

 

 

 

 

Julie Renou et Morgane Uberti, en présentant le corpus des anneaux et bagues inscrites de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, reviennent sur cette idée d’un « objet en acte » et sur le rôle de l’écriture dans cette activation. Longtemps délaissé par l’historiographie, ces inscriptions constituent un ensemble à part pour l’étude de la culture écrite, toujours à la frontière de l’unicum et du multiple, à la croisée de l’événement personnel et de sa permanence, publique ou intime. L’étude de ses objets passe par l’analyse technique et avec elle, celle des relations éventuelles entre discours, matière et forme de l’objet : y-a-t-il par exemple des matériaux privilégiés pour la bague ?  Les positions de l’écrit sur l’objet – exposé sur le chaton ou obligeant à la manipulation lorsqu’il se développe sur le pourtour de l’anneau – coïncident-elle avec la nature du message|signe ?  En posant la notion d’objet « pléonasme », Julie Renou et Morgane Uberti ont cherché à définir, notamment pour les inscriptions nominales et les monogrammes, les liens de sens, mais aussi de « valeurs », entre l’objet et son possesseur. Le métal n’est pas seulement le support de l’écriture, et l’individu, par métonymie, devient lui-même porteur d’un écrit qui, par redondance ou évocation, le désigne. Davantage que dans le cas des objets qui sont touchés seulement dans des circonstances ponctuelles et normées, davantage encore que dans le cas des mosaïques, perçues dans une distance incompressible, l’écriture sur les bagues interroge les frontières du matériau. Où s’arrête le champ épigraphique sur un anneau ? Peut-on envisager qu’il se dilate à l’échelle du porteur de la bague ?

Avec la communication d’Ambre Vilain (Université de Nantes), on exporte au domaine sigillographique les questions posées aux objets mobiles telles que les bagues et la vaisselle liturgique. Après avoir rappelé combien la légende du sceau devait encore bénéficier d’études spécifiques et comment l’historiographie avait fait de l’écriture sigillaire un élément accessoire ou anecdotique dans l’expertise des sceaux, Ambre Vilain propose une série de sujets essentiels pour l’histoire de la culture écrite : la problématique de l’écriture en négatif sur les matrices (une lettre à l’envers ou en creux est-elle toujours un signe alphabétique ? comment envisager cette période de transition dans la « vie » du signe ?) ; la question des jeux de lettres et des abréviations pour un objet devant être reconnaissable et reconnu dans le cadre des pratiques juridiques médiévales ; le dispositif du filet et l’écriture circulaire comme entrave ou garantie de lecture ; la virtuosité de la gravure pour des légendes sigillaires qui s’allongent et se compliquent au fil du temps… Ces aspects techniques liés à la gravure de la matrice et au transfert de l’écriture sur la cire, ont des implications notables dans la nature et l’effet de l’objet lui-même. Ils participent à la représentation, à l’incarnation même du sigillant dans le matériau et par extension dans l’acte diplomatique. Cette « identité épigraphique » ne se résume d’ailleurs pas à la seule légende, puisque la communion de matière et de technique unit pleinement l’écrit et image. La communication d’Ambre Villain montre combien le « syntagme texte-image » (quels écarts entre image et légende ? ou à l’inverse quel degré de réflexivité) est essentielle pour appréhender les enjeux divers de ces objets (entre identification et validation, par exemple).

La présentation de José María de Francisco est consacrée à l’écriture monétaire et sa portée publicitaire. Partant d’une documentation variée – monnayage carolingien, monnayage papale, monnayage islamique ou encore arabe chrétien – José Maria de Francisco envisage une synthèse des questions encore à poser à cette documentation. Se positionnant dans la longue durée, José Maria de Francisco cherche à établir ce qui relèverait des constantes ou au contraire des innovations dans les relations entre métal, écrit et image dans une histoire politique toujours en mouvement. S’attarder sur les degrés de la qualité épigraphique d’une monnaie (monnaies islamiques par exemple), repérer le recours à des dispositifs visuels plus anciens (les monnaies alto-médiévales comme écho des monnaies impériales), analyser les liens entre l’image et la légende permettent d’approcher les aspects idéologiques d’un pouvoir.  Les effets d’échos ou au contraire d’écarts dans la composition graphique sont autant de clés pour approcher l’identité revendiquée par le pouvoir mais aussi son rapport à l’histoire.

Isabel Velázquez propose quant à elle des pistes de recherche dans le domaine des inscriptions lues sur les tissus (vêtements, tapisserie, voile). Il s’agit là d’un dossier finalement peu exploré, en raison de la nature des sources rarement conservées, mais aussi pour des raisons d’indéfinition disciplinaire… Au-delà de la question de la prise en charge éditoriale de ces écritures textiles, c’est donc leur qualité épigraphique même qui est posée par Isabel Velázquez. Les exemples présentés – le voile offert au roi Chintila, la tapisserie de la création à Gérone, le manteau de Roger II de Sicile entre autres – inviteraient en effet à prendre les choses à rebours, à rebours de la matière : est-ce la nature du texte qui fait épigraphie ? est-ce la fonction du texte qui fait épigraphie ? Est-ce que l’évocation d’un dispositif épigraphique suffit à faire de l’écrit textile une inscription ? Si l’on en revient à la matière, se pose alors la question de l’effet de l’origine organique des matériaux et de son incidence non seulement sur la persistance des documents, mais aussi sur le sens du contenu. Puis après la nature de la matière, c’est son usage qui doit être questionné : revêtir un texte, dans le cas du manteau d’Henri II ou de l’étole de saint Narcisse, produit des relations écriture/porteur semblables à ce qui a été évoqué pour la bague ou le sceau. Isabel Velázquez termine par les questions paléographiques de l’écriture sur tissu et des différences remarquables entre la broderie et la tapisserie par exemple, en soulignant la nécessité d’une prise en compte fine des supports pour la compréhension des choix formels (graphie, ponctuation, etc.).

Charo Hernando propose enfin une exploration des manuscrits épigraphiques, soit les inscriptions qui ne possèdent d’autre matérialité que leur copie dans un livre. Par-delà les difficultés d’identification et de recensement, cette pratique qui remonte au haut Moyen Âge interroge ce qui finalement transforme un texte en une inscription. Est-ce que la copie d’un marbre antique demeure « épigraphique » dans sa nature si elle ne l’est plus dans sa forme ? Le caractère épigraphique peut-il persister par-delà la destruction ou la disparition de l’objet inscrit ? Charo Hernando porte alors l’attention sur la possibilité d’une description du support, celle d’une description de sa localisation ou à l’inverse de la seule représentation de l’objet. On peut se demander si ces informations qui enveloppent le texte-inscription ainsi transmis produisent un effet « épigraphique » ou au contraire contribue à dé-monumentaliser l’objet. Enfin, en raison du caractère transmissible de la pratique manuscrite, l’objet épigraphique unique se multiplierait en quelques sortes au gré des copies. Néanmoins, la reconnaissance d’une inscription de parchemin, ou du caractère épigraphique d’un texte, dépend aussi du contexte de réalisation de la copie et de la manière avec laquelle a été pensé et regardé l’objet. 

Gérone, cathédrale, musée. Broderie de la Création

Cette seconde journée LIMITS a largement rendu compte de ce déploiement de l’écriture par la matière pour les cultures tardo-antiques et alto-médiévales. Quels que soient les matériaux, quel que soit l’objet, l’écriture est toujours possible : la matérialité permet plus qu’elle ne restreint ou contrarie. Il émerge ainsi des présentations et des discussions la pertinence d’aller plus avant sur les rapports entre matière et écriture, non plus en pensant la relation dans un rapport de subordination ou de stricte condition mais bien dans la perspective d’un processus conjoint : le cas des écritures en mosaïques, comme celui des écrits textiles sont sans doute les plus parlant. Aussi il a été proposé l’expression d’une « matière (épi)graphique », préférée à celle d’« objet épigraphique » qui tend à figer le document dans un état. Ainsi conçue, dans cette rencontre matière et écriture, le phénomène épigraphique apparaît toujours plus protéiforme, poreux et surtout dynamique.

La troisième et dernière journée d’étude du programe LIMITS se tiendra à Madrid (Casa de Velázquez) se déroulera à Madrid le 19 octobre prochain et sera consacrée aux limites de l’alphabétique dans la culture épigraphique de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

Le cloître de Roda, un gigantesque obituaire lapidaire

Article co-rédigé par Vincent Debiais, Marie Fontaine-Gastan, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner et Morgane Uberti

Répondant à l’appel lancé par Pedro Quibus, président de l’association « Amigos de la catedral de Roda », lors de sa venue au CESCM au printemps 2017 (http://epimed.hypotheses.org/483), l’équipe d’épigraphie de Poitiers avec le renfort de plusieurs experts a organisé une mission de terrain à Roda de Isábena du 13 au 15 février 2018. Trois jours pour localiser, identifier, mesurer et photographier pas moins de 215 inscriptions dans le gigantesque obituaire lapidaire que constitue ce cloître roman. À vrai dire, le nombre exact de textes n’est pas encore clairement établi, de nouvelles découvertes ayant été faites lors de différentes campagnes de restauration, notamment en 2016 et 2017. Les inscriptions des galeries nord, est et ouest, ont pu ainsi être nettoyées et préservées grâce aux travaux financés par le gouvernement d’Aragon qui en a compris les enjeux patrimoniaux.

Un ensemble épigraphique d’une telle ampleur et d’une telle qualité est en effet sans équivalent en Europe : pendant trois siècles (XIIe-XIVe s.), la communauté de chanoines de la cathédrale a voulu inscrire la mémoire d’un groupe de défunts dans le cloître. Nul hasard dans le choix de cet espace qui est lieu de passage entre les différents bâtiments ecclésiaux et communautaires, mais aussi lieu d’enseignement et de méditation et évocation du jardin du paradis. Cet ensemble ne connaît jusqu’ici que peu d’études approfondies. Le travail fondateur d’Antonio Durán Gudiol paru en 1967 (« Las inscripciones medievales de la provincia de Huesca », Estudios de Edad Media de la corona de Aragón 8, p. 45-153) demande à être complété, voire corrigé, grâce aux avancées de la discipline épigraphique et à la meilleure connaissance de l’histoire de la région et de ses pratiques graphiques. C’est bien l’enjeu de ce programme de recherche.

Armée de mires, de mètres, de lampes torches et d’appareils photo, l’équipe s’est répartie le travail dans les quatre galeries du cloître. Les quelques inscriptions du réfectoire et de l’église ne seront, quant à elles,  étudiées que dans un second temps. L’objectif était d’établir une fiche de terrain pour toutes les inscriptions, même les plus effacées ou celles ne comportant qu’une lettre. Chaque texte a donc été identifié par un numéro et localisé précisément sur un plan du site, même s’il ne se trouve plus nécessairement à son emplacement originel. Un schéma de chaque pierre avec son état de conservation, ses différentes dimensions (support, champ épigraphique, réglures, lettres) et le relevé de détails formels, techniques, chromatiques viennent compléter la fiche de mission. Le type de pierre, la préparation de la surface, la présence de traces d’outils, la technique de taille et les restes de peinture (bleu, ocre jaune et ocre brun) sont précisément notés. Sont ensuite mesurés les divers lignes et interlignes tracés pour orienter et réguler le déroulement de l’écriture. Les nombreux décors géométriques, végétaux ou animaux, dans les cadres ou au pourtour des textes, font aussi partie de l’analyse. La lecture elle-même et la transcription seront faites au laboratoire à partir des nombreux clichés et des données recueillies.

Compte tenu du contexte monumental dans lequel prennent place ces inscriptions (le cloître et ses divers réaménagements), la mission a été l’occasion de démarrer un premier travail  permettant de réfléchir au corpus documentaire dans son environnement. L’objectif oblige à la reprise du plan du cloître et à une couverture photographique permettant de disposer de vues générales du dispositif épigraphique pris cette fois-ci comme « ensemble ». Dans cette perspective, il a été procédé à une reprise très générale des mesures qui permettra de préciser le seul plan disponible aujourd’hui. Les photographies (notamment pour le mur nord) vont être l’objet d’un travail photogrammétrique réalisé avec la cellule de géomatique du laboratoire Ausonius (Florent Comte). L’articulation entre les données photogrammétriques (dont l’intérêt premier réside ici dans la mise en voir des élévations) et planimétriques complète l’étude strictement épigraphique des inscriptions, en précisant le phasage de leur installation tout en réfléchissant sur l’expérience d’un espace épigraphique sur le temps long. Il s’agit, en d’autres termes de réfléchir à la contextualisation de ces inscriptions dans un espace donné ; cette contextualisation étant mise à l’épreuve du temps.

De nombreuses questions se posent à travers ce premier travail de terrain : la fonction, l’usage, le rôle d’un tel ensemble ; les choix formels et textuels ; les liens entre le texte et son emplacement ; l’articulation des textes entre eux. Situées sur les piliers, les colonnes, les chapiteaux et les murs, toutes ces inscriptions participent tant matériellement (par leur support) que spirituellement à construire la communauté des vivants et des morts de Roda.

L’objectif du projet est de proposer des essais d’édition en ligne de cette collection, sur la plateforme TITULUS, développé par le CESCM. L’édition adoptera donc le même protocole que la collection du Corpus des inscriptions de la France médiévale, développée à Poitiers pour couvrir l’ensemble du territoire français. Elle permettra de mettre en valeur les aspects graphiques et visuels de chacun des textes (allographes, ponctuation, gestion des espaces etc.). À ce travail essentiel s’ajoute une réflexion d’ensemble à l’échelle du site et sur une chronologie longue, portant par exemple sur la préparation technique, la paléographie, les liens avec les obituaires manuscrits, le formulaire d’annonce du décès ou de datation, le statut des défunts, les aspects linguistiques et syntaxiques, ainsi que les pratiques et les usages de l’espace épigraphique. C’est donc un vaste chantier qui s’ouvre.

 

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur privé = 600 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 25 avril 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

SEMPER, saison 2 – La matière graphique des inscriptions médiévales

Pour sa deuxième saison, le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se concentrera au cours de l’année 2017-2018 sur les questions paléographiques et l’étude des lettres composant les inscriptions du Moyen Âge. Il se réunira pour la première séance le jeudi 19 octobre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Qu’est-ce que l’écriture épigraphique ? Quelles sont ses principales caractéristiques ? Peut-on la distinguer systématiquement des pratiques manuscrites ? Y a-t-il une « écriture des inscriptions » ? La paléographie et ses méthodes peuvent-elles répondre aux questions de formes et d’évolution de l’écriture épigraphique ? La liste des interrogations quant aux moyens graphiques à l’œuvre dans les inscriptions médiévales est fort longue, et on ne peut qu’être surpris par la quantité d’inconnues qui subsistent aujourd’hui encore dans notre connaissance de l’écriture épigraphique…

Si la forme des lettres a  bénéficié d’une attention particulière, et ce depuis le début du XXe siècle, principalement dans le but de classer l’écriture pour dater les textes, les propriétés plastiques de l’écriture épigraphique restent encore très largement à décrire, à qualifier et à comprendre. Y a-t-il un lien entre le contenu du texte et la graphie employée dans l’inscription ? Les changements dans les formes de l’écriture sont-ils à mettre en relation avec une évolution générale des manières d’écrire au Moyen Âge ? Par-delà une approche exclusivement technique, indispensable dans tous les cas, de la matière graphique, on interroge l’histoire sociale et intellectuelle des pratiques écrites : qui écrit l’inscription ? Écrit-on une inscription comme on écrit un texte ? Comment apprend-on à tracer un texte sur la pierre ou le métal ? Il s’agira donc, au cours de l’année universitaire 2017-2018, de reposer les questions concernant l’écriture des inscriptions dans le cadre plus large de la culture écrite médiévale en analysant tous les aspects constitutifs de la lettre : sa forme, son ductus, sa mise en œuvre dans ou sur le matériau, son statut dans la perception de l’objet inscrit…

Comme lors de la première saison de SEMPER, le fonctionnement du séminaire repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. Le séminaire est donc conçu comme un lieu et un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

La première séance, consacrée aux aspects méthodologiques et aux liens entre paléographie et épigraphie,  se déroulera le 19 octobre prochain au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30. Le programme de la journée est disponible au bas de ce billet.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme 19 octobre

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin

TITULUS, entre érudition et créativité

(article co-écrit avec Clara Renedo Mirambell)

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/titulus_capture

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.

Mis à part les Deutsche Inschriften Online, reprise exacte de la version papier, les entreprises éditoriales des textes épigraphiques du Moyen Âge se sont peu préoccupées de mise en ligne. TITULUS se veut au contraire créatif, non seulement en exploitant les possibilités du numérique, mais aussi en intégrant les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle.

titulusaC’est donc une édition « augmentée », multipliant les visions du texte, qui est offerte au lecteur : à côté de la transcription habituelle, 5 autres onglets déclinent les aspects graphiques : une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, l’encodage en XML-TEI.

Car cette édition est entièrement encodée en XML ; elle a adapté EpiDoc, la spécification de la TEI pour l’épigraphie classique à l’épreuve depuis plusieurs dizaines d’années, à l’écriture médiévale. Une table de synthèse rassemblant les choix d’encodage est disponible sur le site.

Si le texte de l’inscription constitue le cœur même de l’édition, il est toujours accompagné en amont d’une séquence descriptive et pratique, qui indique sa fonction, sa forme, sa localisation précise, son état actuel, ses dimensions, et propose une datation en indiquant sur quel critère elle s’appuie. Viennent ensuite les indications bibliographiques qui retracent la transmission du texte, sans prétendre à l’exhaustivité, et le commentaire paléographique, de plus en plus étoffé. En aval, le commentaire général s’attache à expliquer l’inscription étudiée (sens, structure, formule, sources bibliques ou liturgiques) et à la recontextualiser sur le plan historique et au niveau épigraphique.

Les notices sont organisées désormais dans une base de données native en XML, qui se substitue aux volumes papier. La structure de la base de données devra permettre d’établir des relations multiples entre les notices (selon leur datation, leur langue ou leur type de support, par exemple), grâce à la création d’un moteur de recherche (qui est prévue pour la phase suivante du développement du projet). Cela vise à être, en quelque sorte, l’évolution naturelle des index des volumes papier.

Plan de développement du projet en 2017 :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Si, comme le formulait heureusement Olivier Boulnois, l’érudition est « un levier pour faire sortir la pensée de ses ornières », permettant de dépasser le superficiel, en apportant une validation et authentification des sources, et de penser librement (« Voyage au cœur des textes. L’érudition aujourd’hui » vidéo du GIS SOURCEM), TITULUS entend mettre le travail d’érudition sur la documentation épigraphique à la portée de tous, afin d’apporter éclairage complémentaire sur la culture de l’écrit au Moyen Âge.

 

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

L’objet épigraphique en question – CESCM, 3 février 2017

La deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra le vendredi 3 février au CESCM de Poitiers. Il sera consacré à l’objet épigraphique et aux questions soulevées par la rencontre entre la notion d’objet et le fait graphique au Moyen Âge.

Après avoir abordé en novembre dernier les questions relatives au support et à la page, la deuxième de SEMPER sera consacrée le 3 février prochain à la notion d’objet et sa relation à l’écriture. Il est bien souvent difficile de décrire avec précision ce sur quoi on a tracé des signes alphabétiques, et les mots « objet », « artefact », « œuvre », « élément », « partie » reviennent, souvent sans distinction,  pour identifier la « chose » sur laquelle le scripteur intervient pour faire apparaître les lettres.

Au-delà des questions de terminologie se tiennent les problématiques liées au « lieu » de l’inscription, à son environnement, à son contexte, aux relations entre le texte et ce qui l’entoure. Peut-on décrire une inscription sur un objet mobile (un calice, un reliquaire) comme on décrit un texte fixe encastré dans la structure d’un édifice ? Y a-t-il une différence de nature et/ou de fonction entre un texte que l’on porte (sur une plaque-boucle ou sur un vêtement) et un texte affichée face à soi (sur un mur, sur le sol, etc.) ? Les stèles qui se dressent dans un espace ouvert peuvent-elles avoir un autre statut que les dalles encastrées au sol dans un édifice ? Au-delà de la diversité de ces « objets » épigraphiques, il s’agira pour nous d’aborder les conditions dans lesquelles le texte occupe l’espace au Moyen Âge et ce que cette topologie induit sur la nature et le rôle de l’écriture dans la culture médiévale.

Cette séance se déroulera selon le même principe que la rencontre de novembre, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une présentation générale de la thématique dans le contexte de la culture écrite médiévale, suivie d’une réflexion plus spécifique sur la notion même d’objet (Éric Palazzo, « Aby Warburg et l’objet »). Après le déjeuner, des études de cas et des dossiers permettront de mettre cette question en perspective avec la documentation médiévale (mobilier liturgique, objets mobiles, aspects techniques, objets de dévotion) et au-delà (Delphine Ackermann, « Faire revivre les morts. Les stèles funéraires de la cité d’Érétrie (Grèce) dans l’Antiquité »).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme-3-fevrier

Corpus des inscriptions de la France médiévale 26

cifm26_1re-de-couvertureCe vingt-sixième volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale continue d’explorer la production épigraphique du Berry et plus largement du Centre de la France, entreprise débutée dans le volume précédent rassemblant les textes inscrits, gravés ou peints dans l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Un seul département est publié dans ce nouveau tome, le Cher, tant la documentation y est riche en qualité et en variété. Les 178 inscriptions du VIIIe au XIIIIe siècle éditées ici sont réparties sur 31 communes, la plupart situées dans la moitié sud du département.

La ville de Bourges est en tête grâce à la collection d’inscriptions funéraires d’époque carolingienne conservées au Musée du Berry qui font revivre toute une communauté,

de
Inscription funéraire pour Amalgarius (fin VIIIe-début IXe s.), Musée du Berry à Bourges : Hic requiescit Amalgarius bone memoriae qui studuit vitam semp(er) abere piam. Obiit XV k(a)l(endas) apr(i)l(is).
Vitrail de Lazare et du mauvais riche (vers 1205-1214), cathédrale de Bourges : Hic est dives.

et aux vitraux de la cathédrale Saint-Étienne, où noms d’apôtres, d’archevêques du diocèse et de saints locaux sont peints dans une écriture élégante et colorée près de la figuration des personnages et dans les légendes hagiographiques.

Ce volume est caractérisé par des phénomènes de séries, ce qui est rare dans de telles proportions. Il donne ainsi l’opportunité d’étudier les aspects formulaires, les reprises ou les écarts, la composition de ces textes au Moyen Âge. Le calendrier de pierre (obituaire) donnant la date de décès des chanoines à Plaimpied-Givaudins, rejoint les séries berruyères de la cathédrale et du Musée.

de
Inscription obituaire pour Arnoul, église de Plaimpied-Givaudins (milieu XIIe s.) : IIII k(a)l(endas) augusti obiit Arnulfus sac(er)dos et canonic(us) S(ancti) Martini.

La mémoire des chanoines Sulpice, Umbert, Raoul, Étienne, Gui, Guillaume, Arnoul ou encore Giraud, est mise au cœur de l’espace communautaire et du temps liturgique.  Ces documents nécrologiques présentent à Plaimpied-Givaudins des particularités graphiques, l’écriture se compose de points qu’il faut, par jeu ou comme exercice d’apprentissage, relier pour former les lettres. Aux XIIIe-XIVe siècles, c’est dans la salle du chapitre que les moines cisterciens de Noirlac accueillent nombre de tombes d’abbés, mais aussi de fondateurs et membres de l’aristocratie laïque, bienfaiteurs de l’abbaye. En inhumant les donateurs au cœur de l’espace communautaire, les moines blancs manifestent l’importance de certaines familles et leur assurent une mémoire privilégiée. A ces séries funéraires, il faut ajouter, les sept textes poétiques composés par Baudri de Bourgueil à la mort de son ami l’archevêque de Bourges et abbé de Déols, Audebert, disparu en 1097. La poésie médiévale trouve aussi place dans l’écriture exposée.

de
Scène du Repas chez Simon le pharisien, peintures de l’église de Vallenay (milieu XIIIe s.) : Simon abeo tibi aliquid dicere (Lc VII, 40).

Les décors peints accompagnés d’inscriptions sur les murs et les voûtes des églises d’Allouis, Avord, Brinay, Chalivoy-Milon, ou Charly sont également remarquables. Les inscriptions de l’église de Vallenay jusque-là inédites – les peintures ont été dégagées et restaurées en 2014 – offre une citation biblique encore jamais relevée dans la documentation épigraphique.

135b-copie
Inscription de la cloche de l’église de La Celle-Condé (XIIIe-XIVe s.) : sono (je sonne).

Enfin, la cloche, autre objet du quotidien médiéval, rythmant la vie des clercs et des laïcs, est particulièrement présente dans ce corpus berrichon, à La Celle-Condé, à Neuilly-en-Dun et à Sidiailles.

Signes des relations et du rôle de cet intermédiaire entre Dieu et les hommes, les inscriptions évoquent la fonction d’appel, l’invitation au repas des moines et la protection par la citation d’une antienne liturgique. La variété de l’épigraphie campanaire témoigne de la complexité des fonctions cet instrument dans la société du Moyen Âge.

97c
Poème sur la mort de la Vierge, tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, Musée du Berry à Bourges (XIIe s.)

Ces phénomènes sériels ne doivent pas faire perdre de vue le caractère souvent unique des œuvres qui nous sont parvenues, soit par leur caractère propre, soit à cause des aléas et des choix de conservation. Le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, aujourd’hui au Musée du Berry, ou les noms des mois et la signature d’artiste sur celui de Saint-Ursin à Bourges sont des pièces exceptionnelles.

Les textes inscrits sur des matières aussi variées que la pierre, le métal, l’enduit ou le verre, permettent de mieux cerner la diversité des inscriptions médiévales et de les envisager non pas comme un type d’écrit isolé, mais au contraire comme partie prenante d’un réseau graphique et artistique, voire de l’ensemble de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge. Vies de saints, nécrologes, rouleaux des morts, obituaires, homélies ou encore documents diplomatiques sont autant de modes d’expression à mettre en lien avec les inscriptions des vitraux, des tombes ou des objets liturgiques.

Sont regroupées en fin de volume 18 inscriptions considérées comme tardives, les textes épigraphiques des XIVe et XVe siècles ne faisant pas encore l’objet d’une publication (ils sont néanmoins inventoriés et consultables au CESCM de Poitiers).

Ce nouveau volume offre au lecteur édition, traduction, commentaire, photographies, carte et index pour mieux explorer les multiples dimensions des inscriptions du Moyen Âge.

Commande en ligne sur le site de CNRS éditions.

Inscripthèque – Nouvelles acquisitions

visite_uia_2016_003L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500  et répertoires des formules et des références bibliques.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du second semestre 2016.

Articles :

  • Agrigoroaei Vladimir, « La pierre tombale d’un évêque ‘suffragant’ d’Alba Iulia : Saulus (†1309/1310 ?) ou Benedictus (†1320) », Annales Universitatis Apulensis. Series Historica, 17/II, 2013, p. 155-172.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Scriptor scribebat et pulchram puellam in mente tenebat : la fin de l’inscription peinte de Dârjiu (1419) », Studii şi materiale de istorie medie, vol. XXX, 2012, p. 213-221.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Un nouveau regard porté sur l’épée à inscription de Satu Mare (xiiie– xive siècles », Apulum. Acta Musei Apulensis, series Historia & Patrimonium, 2013, p. 205-215.
  • Aguglia Fabien, « De la sépulture à la sainteté. Tombes privilégiées et émergence de cultes de saints à l’époque romane », Positions des thèses, École des chartes, promotion 2016, p. 9-18.
  • Debiais Vincent, « Ekphrasis from the Inside : Notes on the Inscription of the Crown of Light in Bayeux », English Language Notes 53-2, 2015, p. 45-59.
  • Debiais Vincent, Ingrand-Varenne Estelle, « Inscriptions in Orderic’s Historia ecclesiastica: A Writing Technique between History and Poetry », Orderic Vitalis: Life, Works and Interpretations, edited by Charles C. Rozier, Daniel Roach, Giles E.M.Gasper & Elisabeth van Houts, Boydell & Brewer, 2016, p. 127-144.
  • Debiais Vincent, « Au pied de la lettre. Une lecture ouverte et liturgique des relations texte/image dans la peinture murale catalane », Stéphanie-Diane Daussy et Nicolas Reveyron. L’Église, lieu de performances : In Locis competentibus, Éditions Picard, 2016, p. 71-85.
  • Felle Antonio Enrico, « Esporre la Scrittura. L’uso di testi biblici in epigrafi d’ambito pubblico fra tarda antichità e prima età bizantina (secoli IV-VIII) », Antiquité tardive, 23, 2015, p. 353-370.
  • Gordine Alexandre, « Le premier âge roman dans la peinture murale du Centre-Ouest de la France », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, XLVII, 2016, p. 69-85.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « L’“interponctuation” dans les inscriptions médiévales », Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens, édité par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois, Genève : Droz, 2016, p. 215-232.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Une poésie à l’échelle monumentale : les inscriptions des médaillons des apôtres à l’abbaye de La Sauve-Majeure », La rigueur et la passion. Mélanges en l’honneur de Pascale Bourgain, éd. Cédric Giraud et Dominique Poirel, Turnhout : Brepols, 2016 (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 71), p. 513-525.
  • Jolivet Catherine, « Invocations peintes et graffiti dans les églises de Cappadoce (IXe-XIIIe siècle) », Des images dans l’histoire, éd. Marie-France Auzépy et Joël Cornette, Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 2008, p. 163-178.
  • Lambert Chiara, « Recension du CIFM 24 », Schola Salernitana – Annali, t. XVII-XVIII, 2012-2013, p. 258-262.
  • Martín López María Encarnación, « La memoria del linaje ansúrez : el sepulcro de Fernando Pérez en Gordaliza del Pino », Documenta & Instrumenta, 14, 2016, p. 11è-138.
  • Rhoby Andreas, « Inscriptional Poetry. Ekphrasis in Byzantine tomb epigrams », Byzantinoslavica. Revue internationale des études byzantines, t. LXIX, 3 supplementum, 2011, p. 193-204.
  • Santiago Fernández Javier (de), « El hábito epigráfico en la ciudad hispana : de Roma al Renacimiento », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 133-168.
  • Vallée-Roche Marie, « Note à propos des graffitis de l’autel paléo-chrétien de Minerve (Hérault) », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. LXXIII, 2013, p. 85-108.
  • Walker Alicia, « Pseudo-Arabic ‘Inscriptions’ and the Pilgram Path at Hosios Loukas », Antony Eastmond and Elizabeth James (eds.), Viewing texts: Inscriptions as image and ornament in the Late Antique and Medieval Mediterranean, Cambridge University Press, 2014. p. 99-123.
  • Watson Katherine, « Kufic Inscription in the Romanesque Cloister of Moissac in Quercy: Linkls with Le Puy, Toledo and Catalan Woodworkers », Arte Medievale ser. II, 3, 1989, p. 7-28.
  • Zazoya Montes Leonor, « Escrituras expuestas a dobles lecturas en centros urbanos de la edad moderna epígrafes con juegos gráficos de ingenio », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 427-442.

Ouvrage :

  • Čovan Miroslav, Historické nápisy zo Šariša do roku 1650 (Corpus Inscriptionum Slovaciae 1.  Nápisy na Slovensku 1), Martin (Tlačiareň P+M, Turany) 2016.

Mémoire :

  • Renedo Clara, L’édition électronique du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Les projets ORIFLAMMS et TITULUS, Mémoire de Master 2 « Technologies numériques appliquées à l’histoire », École nationale des Chartes, 2016.

netvibes1Retrouvez également les liens vers des sites internet concernant l’épigraphie sur le netvibes de l’inscripthèque :

http://www.netvibes.com/poledocberthelot#Inscriptheque

Par-delà les frontières : Les inscriptions comme témoins des échanges culturels (Düsseldorf, 12-14 octobre)

Le 14e colloque international d’épigraphie médiévale et moderne, organisé par les académies allemandes, s’est tenu à Düsseldorf les 12, 13 et 14 octobre sur le thème : « Par-delà les frontières : les inscriptions comme témoins des échanges culturels », réunissant une cinquantaine d’épigraphistes allemands, autrichiens, suisses, polonais, slovaques, tchèques et français.

Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik
Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik

Les phénomènes de transferts et d’assimilation des techniques et des productions culturelles sont au centre des intérêts historiques depuis de nombreuses années. L’épigraphie, par les inscriptions médiévales et modernes, est elle aussi confrontée aux processus et résultats des échanges culturels. Les textes sur les édifices, les monuments funéraires, les cloches, les vitraux, les objets des trésors et à usage religieux, mais aussi ceux du quotidien sont les témoins de ce dépassement des frontières qu’elles soient géographiques, territoriales, linguistiques, culturelles ou confessionnelles. En quoi les inscriptions témoignent-elles et sont-elles mêmes actrices des migrations, du commerce international, des pèlerinages, des transferts de culture et de langue, ou encore du plaisir de l’étranger à travers les pseudo-écritures, notamment entre Orient et Occident ? C’est à ces questions que le congrès a tenté de répondre.

Ce colloque fut aussi l’occasion de faire le point sur l’avancement de l’entreprise éditoriale des inscriptions à l’échelle européenne. Si la France va bientôt compter 26 volumes et couvrir 66 départements et 8 régions (c’est-à-dire les trois quart du territoire français), les Deutsche Inschriften approchent la centaine de volumes, avec l’installation d’une nouvelle filiale de recherche à Dresde pour couvrir la Saxe, qui fait partie de l’Académie des sciences saxonne. Il faut enfin saluer la naissance d’un nouveau corpus : celui de La Slovaquie, avec une documentation latine et allemande, essentiellement des XIVe-XVIe siècles paru en 2016, après la publication d’un manuel, Latinska epigrafia, édité en 2014.

Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik
Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik

 

(Merci à Sonja Hermann pour le compte rendu et à Harald Drös pour les caricatures croquées au fil du colloque)

Enno Bünz, Leipzig : Un Moyen Age sans frontières? Observations et réflexions

En introduction au thème du congrès, E. Bünz a rappelé que c’est depuis la chute du mur de Berlin en 1989 que les frontières sont devenues sujet de la recherche des historiens. Différents genres et formes de « frontière » sont égrainés :

Dessin de Harald Drös
Dessin de Harald Drös

ligne de frontière vs. région de frontière, frontières des droits, des biens, des langues, des douanes, des territoires etc., mais aussi frontières ecclésiastiques, qui sont en fait aussi des frontières de droits. La frontière entre deux paroisses par exemple détermine qui a droit à la dîme. L’exemple des voyageurs qui traversent des territoires, mais n’évoquent pas des frontières, illustre l’existence des frontières invisibles.

Teresa Schröder-Stapper, Duisburg : Le mot de Dieu – Inscriptions communales comme pratique de la connaissance dans les temps de la Réforme et du confessionnalisme

T. Schröder-Strapper, Duisburg-Essen, présente son projet d’habilitation sur les inscriptions dans l’espace de la ville au début des temps modernes, quand la Réforme et le confessionnalisme trouvent leurs reflets dans les inscriptions. Elle positionne ses recherches dans le paradigme du spatial turn. Son étude est basée sur les corpora d’inscriptions des villes de Hildesheim et Braunschweig, publiés dans les Deutsche Inschriften. Elle montre comment catholiques et protestants utilisent les donations (par exemple un jubé et des fonts baptismaux) et leurs inscriptions pour propager leurs propres confessions. Par contre, curieusement, on n’en trouve pas dans les inscriptions des maisons ; ce sont ici des sujets humanistes et des lamentations générales sur les injustices des temps.

 Wolfgang Haubrichs, Saarbrücken : Rois, notaires, noblesse et un mercenaire. Aspects onomastiques de la migration et l’identité d’une gens dans les inscriptions lombardes des 6e-7e siècles

Quand les Lombards ont immigré en Italie en 568, ils ont, suivant l’exemple romain, réalisé des inscriptions funéraires. Par la conservation des formes des noms germaniques (notamment le renoncement à la terminaison latine -us), on constate, au moins pour la noblesse, qu’il ne s’agissait pas d’une romanisation subite. W. Haubrichs montre trois exemples de la persistance des noms germaniques. Le roi Cunincpert († 700) préservait son nom (qui vient de Cunibert mais évoque avec le n le mot germanique « cuninc » pour roi) pour la mémoire de sa famille (sa fille s’appelait Cuningberga). On a trouvé plusieurs bagues à cachet avec des noms germaniques et l’illustration d’un homme avec la raie au milieu et une longue barbe, qui font référence à la légende qu’on trouve chez Paul Diacre concernant le nom « lombard » « Langobardes ». Le troisième exemple concerne la carrière militaire de Droctulf(us, -on, avec des orthographes différentes), qui se reflète dans les variations du nom : d’origine allemande, il fait partie des troupes lombardes et devient un général byzantin.

Rudolf Simek, Bonn : Magie latine des runes ? Aspects interculturels dans les inscriptions chrétiennes de conjuration en runes du Moyen Âge

Simek donne d’abord une introduction générale sur les différents alphabets des runes, alphabet utilisé pour écrire certaines langues à partir du Ier siècle jusqu’au Moyen Âge tardif par des peuples germaniques. Il signale l’utilisation douteuse dans le spectre du nazisme et de l’ésotérisme. Sont ensuite présentés quelques exemples d’inscriptions magiques, c’est-à-dire des inscriptions de caractère conjuratif. Ces inscriptions se trouvent par exemple sur des amulettes (en plomb) et sur une calotte (avec une conjuration contre les maux de tête). Il y a différentes sortes de formules magiques en runes, telles que la rangée des lettres de l’alphabet, les formules « khorda » et « agla » et le carrée de « sator ». Comme beaucoup d’autres exemples d’inscriptions conjuratoires en runes, les deux dernières formules se trouvent aussi transcrites en lettres latines. Sur le plan linguistique, c’est le latin qui domine les inscriptions conjuratoires en runes, et non les langues germaniques.

Forum : Les perspectives de la recherche épigraphique en Europe : La France, la Slovaquie et la Pologne

Les responsables des entreprises épigraphiques en France (Cécile Treffort, Poitiers), en Slovaquie (Juraj Šedivý, Bratislava) et en Pologne (Joachim Zdrenka, Zielona Góra) présentent leurs projets d’édition et montrent des possibilités (et aussi des nécessités et des limites) de coopération entre les projets nationaux.

Dessin de Harald Drös
  1. C. Treffort montre que les travaux du corpus français vont bientôt atteindre le Nord et le Nord-Est de la France et qu’il devient nécessaire de trouver encore d’autres points de référence en plus des inscriptions du Sud et de l’Ouest de la France, déjà éditées dans les volumes du CIFM. Comme contribution au thème du colloque, elle présente plusieurs exemples d’inscriptions qui démontrent le transfert culturel, que ce soit par le texte (une inscription occitane en Nubie), le matériau (de l’ardoise venant de la région autour d’Angers utilisé pour l’épitaphe d’Ada, comtesse de Poitou, à Poitiers, mais dont la famille était basée dans la région d’Angers) ou les hommes (les épitaphes qui suivent les parcours des hommes, tel ce marchand d’Issoire mort à Montpellier).
  2. J. Šedivý présente le Corpus inscriptionum Slovaciae, qui recense la documentation épigraphique jusqu’en 1800, et publie les inscriptions jusqu’à 1650. Ensuite, il analyse les inscriptions allemandes en Slovaquie, surtout à partir du XVe siècle et localisées autour de Bratislava et dans la région Spiš et une génération plus tard autour de Kremnica, au centre de la Slovaquie, trois régions avec une importante population allemande. Il constate que ce sont les inscriptions des régions voisines germanophones qui influencent fortement les inscriptions dans ces régions, p. ex. des artisans autrichiens, surtout de Vienne, travaillant pour des clients à Bratislava, et des influences de la Silésie pour la Spiš. Ce processus trouve son reflet une génération plus tard autour de Kremnica.
  3. J. Zdrenka explique que les épigraphistes polonais traitent des inscriptions non pas seulement latines et polonaises, mais aussi allemandes et russes, et signale que ce seraient surtout les inscriptions modernes à partir du XVIIe siècle qui se prêtent à la comparaison avec les inscriptions dans la sphère des Deutschen Inschriften.

Le forum a été animé par Cornelia Neustadt, Dresden, et Clemens M. M. Bayer, Liège/Bonn.

Andrea Stieldorf : Des objets inconnus? L’Europe médiéval et son rapport avec des civilisations étrangères

A. Stieldorf évoque les diverses formes de contact entre l’Europe médiévale et l’étranger comme les voyageurs savants, les commerçants, les pèlerins, mais aussi les contacts dus aux guerres et à partir du xiie siècle par les croisades, et elle traite ainsi des voies par lesquelles les objets étrangers sont venus en l’Europe. Le contact avec ces objets peut se présenter sous des formes diverses : l’appropriation et l’usage modifié, mais aussi le rejet et la non-réception. Cette dernière concerne par exemple les sabres, qui ont été importés en Europe à plusieurs reprises par les contacts avec les peuples turcs. Comme butin, ils restaient dans les trésors des souverains sans qu’on se les approprie. De l’autre côté, on a facilement adapté les aquamaniles et on a même fait évoluer les formes pour mieux correspondre au goût courtois. L’appropriation peut se faire aussi par la modification de l’utilisation d’un objet : des vases des matériaux rares comme l’ivoire ou le cristal de roche ont souvent été transformé en reliquaires. C’est sur la société qui s’approprie ou rejette des objets étrangers qu’on peut tirer des conclusions par la considération des transferts des objets.

awk_119
AWK – Muchnik

 Dr. Tanja Kohwagner-Nikolai, Bamberg : L’influence de l’étranger: les inscriptions textiles des vêtements impériales de Bamberg

L’ensemble des vêtements impériaux du trésor de la cathédrale de Bamberg est traditionnellement identifié comme une donation de l’empereur Henry II et de sa femme Kunigunde, les fondateurs de l’évêché en 1007. Toutefois, cette identification ne se base sur la tradition écrite que depuis le XIIe siècle, seulement le « Sternenmantel » porte des inscriptions concernant la donation et le maître d’ouvrage, et elles se contredisent en parties. Les vêtements ont été restaurés fortement au XVe et au XIXe siècle, ce qui rend l’analyse encore plus difficile. Il est même possible qu’on ait joint deux vêtements pour faire un manteau. Des détails de l’écriture et de l’ornement montrent une influence des lettres grecques et des rapports avec l’Italie du Sud, ce qui rend la localisation traditionnelle, l’Allemagne du Sud, difficile à soutenir.

Dr. Margaretha Boockmann, Budapest : Inscriptions en hébreu sur les tableaux de la période gothique tardive

Dans des nombreux tableaux du Moyen Âge tardif se trouvent des inscriptions en hébreu ou en pseudo-hébreu. Il s’agit d’inscriptions sur vêtements (sur les bords et les coiffes) ou sur des objets comme le titulus de la croix, le décalogue sur une table gravée, des vases, livres, les rouleaux etc.

h-dros-pseudo-ecriture
Dessin de Harald Drös.

L’écriture peut être utilisée comme décoration et montrer ainsi le nouvel intérêt pour l’écriture, ou comme un « vrai texte » dans les livres et les tables avec le décalogue par exemple, même si en réalité, il ne s’agit pas du véritable texte, mais souvent de n’importe quel texte en hébreu ou même en pseudo-hébreu. L’intention peut être la représentation du sujet dans son environnement juif, comme l’enfance de Jésus avec sa mère Marie ; ou dans la diffamation des juifs comme les persécuteurs du Christ et des Christs, comme pour les scènes de la crucifixion, où même les bourreaux romains peuvent être décorés avec des inscriptions en hébreu. C’est après la réformation que les inscriptions en hébreu ont une meilleure qualité et les inscriptions diffamatoires disparaissent.

Dr. Estelle Ingrand-Varenne, Poitiers : Les caractères pseudo-coufiques et le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges

Seul vestige de l’église Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges, le tympan sculpté dans la seconde moitié du XIIe siècle offre une séquence narrative en cinq actes de la mort et les funérailles de la Vierge, accompagnée de cinq vers et bordée d’une écriture arabe. Ce tympan constitue l’une des plus anciennes représentations connues du transitus Mariae, par ailleurs rarement illustré dans l’art occidental. La présence de l’écriture arabe a très peu attiré l’attention. C’est tout d’abord sous l’angle de la composition poétique, épigraphique et iconographique que la présence des caractères pseudo-coufiques en bout de ligne a été analysée. De graphiques, des connexions géographiques ont été proposées : la Terre Sainte et les lieux de vie terrestre de la Vierge Marie, dont ces caractères sont une « connotation » (l’évocation du lieu étant renforcée par l’église qui occupe le centre du tympan). Enfin, la réflexion s’est élargie à l’échange entre écriture arabe et écriture latine sur le plan de l’ornementalité et l’iconicité.

Prof. Dr. Sabina Slaniĉka, Bern/Zürich : Les devises françaises et l’emblématique italienne dans les guerres italiennes : deux systèmes de signes différents et leur emploi pour repérer les manifestations de pouvoir

La devise française, signe para-héraldique, se compose de la figure, le mot et la couleur. Elle a été établie au 14è siècle, au cours de la Guerre de Cent Ans, comme moyen de différence tant que dans la guerre civile que dans la hiérarchie à la cour. Dans une sorte de horror vacui, les signes se multiplient. Les emblèmes italiens par contre viennent de l’érudition humaniste et ont pour but de représenter le souverain humaniste contre les signories despotes. S. Slanicka montre entre autres à l’exemple de Francesco Sforza et sa femme Bianca Maria Visconti, tous les deux des enfants illégitimes, l’emploi des emblèmes : Ils accumulent les signes comme pour montrer que la famille s’est stabilisée. C’est avec les armées de Charles VIII en 1494, Louis XII en 1498 et encore de François I que les mercenaires français envahissent l’Italie. Entraînées par les affrontements permanents en France, les troupes françaises se montrent plus fortes que les troupes des condottieri italiens. Mais ce n’est pas seulement la confrontation militaire, mais aussi celle des systèmes de signes qui oppose les troupes françaises et italiennes, et qui trouve son retentissement dans les sources contemporaines.

Dr. Ulrike Spengler-Reffgen, Bonn : Adler Hertz in Goet behoet – Le mariage de Düsseldorf en 1585 et l’emploi des inscriptions pour comprendre la perception que le souverain a de lui-même

Johann Wilhelm I., fils de Johann Wilhelm, duc de Julich-Cleve-Berg, s’est marié avec Jacobe de Bade, fille du comte de Bade, en 1585 à Düsseldorf. Les festivités ont durés huit jours et comprenaient des cortèges, tournois, feux d’artifices et spectacles sur le Rhin, dans un but de représentation de la cour de Julich-Cleve-Berg. Ces festivités éphémères ont été fixées par la description détaillée dans la chronique de Dietrich Graminäus, accompagnée par 37 gravures de Franz Hogenberg. Bien que les coulisses du spectacle, les cadeaux, les tapisseries etc. comportaient nombre d’inscriptions, Graminäus met l’accent sur les inscriptions qui accompagnent des panneaux avec des dessins des vertus d’un souverain. L’intention était de démontrer l’ambition politique des ducs de Julich-Cleve-Berg.

Prof. Dr. Krysztof Maciej Kowalski, Gdánsk : Les inscriptions sur des accessoires de costumes gothiques dans les villes de la Hanse. Forme, texte et fonction de l’épigraphie des costumes médiévaux

Les accessoires des costumes gothiques tels que les boucles de ceinture, les crochets, les sacs, les anneaux, les manches de couteau etc. présentent un groupe de supports d’inscriptions peu connus. Certains musées (des villes de la Hanse notamment) en Allemagne, en Pologne et dans les pays baltes ont conservés plus de mille de ces objets. Ils montrent la pratique d’une micro-écriture due non seulement à la taille réduite des accessoires, mais également par les textes eux-mêmes : le plus souvent de lettres isolées, des dates, des noms (Maria, Got, les noms des rois mages). Ces inscriptions sont abrégées : M. Kowalski donne l’exemple des invocations comme A[VE] M[ARIA], des prières O[RA] P[RO NOBIS] ou les noms des saints comme BAR[BARA]. Les objets eux-mêmes peuvent prendre la forme d’une lettre (le M, le D, le G) et par des jeux de conjonction et d’entrelacement former des monogrammes. L’intention de ces inscriptions est certes décorative, mais un sens votif peut également leur être attribué.

Les actes de ce colloque seront publiés au cours de 2017-2018.

Art Reading 2016 – Sofia : l’épigraphie au cœur du visuel

Avec naïveté souvent, prétention parfois, le chercheur pense avoir fait le tour de questions spécifiques, satisfait d’avoir apporté quelques éléments de connaissance à leur sujet, épuisé par la longueur des bibliographies qui leur sont consacrées, ou plus simplement ennuyé par la fréquentation répétée (individuelle ou collective) de thèmes devenus récurrents. Parfois encore, après avoir cru mettre une problématique sous la tutelle de ses propres recherches et publications, il voit avec une certaine suffisance la tenue de rencontres scientifiques visant à explorer les mêmes domaines. De telles attitudes, qui ne sont évidemment pas le fait exclusif de la médiévistique, révèlent que même si le chercheur perçoit le caractère insaisissable d’objets historiques particuliers qui résistent à la recherche, il résiste lui-même à les remettre au pot commun des interrogations sur le Moyen Âge. Pourtant, Dieu sait que certains sujets de la médiévistique sont inépuisables ! Les relations texte/image sont de ces thématiques qu’un demi-siècle de recherche n’a pas réussi à cerner complètement, et ce malgré des avancées considérables dans la compréhension des fonctions de l’un et l’autre et de leur statut respectif dans la culture médiévale.

La rencontre qui s’est tenue les 8 et 9 avril 2016 à l’Institute of Art Studies de Sofia (Bulgarie) a montré combien il restait encore à faire à ce sujet. Réunis à l’invitation d’Emmanuel Moutafov dans le cadre du colloque intitulé Texts, Images, Inscriptions, les participants (philologues, historiens, historiens de l’art, archéologues) ont ouvert, au cours de leur présentation et des discussions nourries qui les ont suivies, de nouvelles pistes de réflexion quant au rôle de l’écriture dans le visuel, en particulier dans le contexte de l’art monumental des Balkans, et quant aux conceptions philosophiques, théologiques et aux circonstances historiques sous-jacentes (le programme est disponible au bas de cet article).

Par-delà la qualité générale des communications, il faut retenir la diversité des objets analysés (des pierres tombales aux décors peints monumentaux, en passant par le mobilier de la vie quotidienne et les manuscrits liturgiques), l’amplitude du champ chronologique retenu (des premiers siècles de notre ère au XIXe siècle), l’étendue des territoires concernés (de la Turquie actuelle au Nord de la Serbie). Une telle juxtaposition des artefacts, loin de produire un effet patchwork, ne permet pas seulement d’exposer la richesse de l’art orthodoxe ; elle permet surtout de penser les phénomènes graphiques et visuels sur le temps long, de constater leurs permanences et leurs transformations sur des territoires à l’histoire complexe.

L’étude des inscriptions a occupé une place centrale pendant ces deux jours et toutes les communications ou presque se sont appuyées sur les sources épigraphiques. Reflets des variations dialectales et linguistiques, témoins des évolutions paléographiques, sources d’histoire, les inscriptions sont un objet privilégié pour l’analyse des relations texte/image dans la mesure où elles sont, en Orient comme en Occident, omniprésentes dans les œuvres visuelles (peinture, sculpture, mosaïque…). Elles dénotent une « intention » graphique particulière, à l’articulation entre le voir et le lire. En raison de l’importance des questions soulevées dans les présentations au sujet de la méthode (recensement, critique d’authenticité, analyse paléographique) et de l’éventail des supports, des contenus, des langues et alphabets abordés, on encourage vivement les épigraphistes spécialistes de l’Europe occidentale à consulter les actes de ce colloque ; ils constateront ou feront de nouveau le constat de l’intérêt de penser les cultures écrites médiévales dans leurs spécificités certes, mais sans frontière et en diachronie.

Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) - Sofia, Alexander Nevski Museum.
Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) – Sofia, Alexander Nevski Museum.

Que retenir de cette nouvelle exploration ? Il faut d’abord constater que la notion de source pour penser la relation texte/image est aussi inopérante en Orient qu’elle ne l’est en Occident… L’incapacité de l’historien de l’art à identifier le texte littéraire ou liturgique à l’origine d’un motif et celle de l’historien des textes à illustrer son propos par les œuvres visuelles sont moins le reflet de l’échec heuristiques des disciplines de la médiévistique qu’une invitation à penser l’objet tel qu’il se présente – et donc, tel qu’il a été conçu – et à l’interroger indépendamment de toute certitude théorique préalable. La « source » d’une image n’est pas nécessairement un texte identifiable mais une tradition orale, d’autres images, des pratiques dévotionnelles non documentées qui engendrent des mécanismes de signification non référentiels. L’image ne renvoie souvent qu’à elle-même… Si la question de la réception est revenue, comme elle le fait toujours, dans les échanges, les présentations ont montré combien il était difficile d’envisager les relations texte/image de ce point de vue, à moins de considérer qu’il ne fait qu’élargir le champ des possibles de l’art. C’est le deuxième point à retenir : la figure de l’artiste ou du commanditaire ou, si l’on veut la dépersonnaliser, l’action créative sur le matériau dispose pour faire interagir le texte et l’image dans une œuvre de moyens illimités, y compris dans l’art très codifié de l’icône. Et c’est davantage dans le constat de la diversité des moyens et l’examen de ce qu’ils génèrent dans l’œuvre, sur le plan esthétique et sémantique, que résident les éléments de réponses quant au statut de l’un et l’autre dans la culture visuelle médiévale. Partant, il faut également retenir le corollaire de ce deuxième point, à savoir la nécessité d’étudier chaque objet comme un objet unique dans le détail de ces composantes, de les décrire, et de les poser en ce qu’elles font système. Plus que jamais, l’érudition, l’effort constant d’une approche technique rigoureuse, apparaît comme un impératif et toutes les présentations ont délibérément pris soin de passer par l’exposé minutieux du travail d’érudition fondamental, préalable à toute interprétation. Est-il superflu de rappeler l’exigence d’érudition ? Sans doute, mais l’omniprésence de la thématique texte/image pourrait avoir créé une langueur intellectuelle propice à l’impressionnisme, aux approximations, etc. Rien de tout cela à Sofia, fort heureusement ! Retenons pour terminer que les relations entre le texte et l’image ne sauraient être envisagées comme de pures phénomènes, sans leur ancrage social et ce qu’il implique dans les pratiques et la pensée. La question du « qui » a occupé les deux jours de débat. Qui peint ? Qui écrit ? Pour qui mélange-t-on l’écriture et l’image ? Qui peut lire ou voir les œuvres ainsi produites ? Acteurs et publics de l’art défient ainsi le médiéviste dans sa capacité à penser le Moyen Âge dans les hommes et les femmes qui l’ont vécu et façonné.

Peut-être est-ce aussi pour cela que des interrogations plus « contemporaines » ont été formulées à Sofia… Comment transmettre au public le produit des réflexions ? Comment témoigner du rôle sociétal des études artistiques ? Comment l’historien de l’art peut-il être acteur du monde qui l’entoure et qu’il décrit et analyse ? Les conditions humaines et scientifiques des rencontres à l’Institute of Art Studies de Sofia et l’énergie d’E. Moutafov et de son équipe sur place offrent sans aucun doute un cadre propice pour apporter quelque élément de réponses à ces questions décisives pour la pérennité des disciplines de la médiévistique et, au-delà, des sciences humaines et sociales. On ne peut dès lors que se réjouir de l’initiative de prolonger ces rencontres en 2017.

IMG_0918

Pour tout renseignement complémentaire sur le colloque de 2016 : Nevena Dimitrova (Bulgarian Academy of Sciences, Institute of Arts Studies).

programme

 

EPIMED volet 2 : CESCM (Poitiers), 21-22 mai 2015

Cet article est le résultat d’un travail collaboratif, tous nos remerciements vont à Vincent Debiais, Manon Durier, Annick Gagné et Émilie Mineo.

Après un premier volet madrilène consacré aux « raisons d’écrire », la deuxième rencontre du programme EPIMED, tenue à Poitiers les 21 et 22 mai 2015, a porté sur les gestes d’écritures, c’est-à-dire sur l’homme et sa pratique de l’écriture des inscriptions, et non plus sur la discipline ou son objet stricto sensu. Cette thématique dépassant largement la question des inscriptions rappelle que l’écriture est une activité complexe et un complexe d’activités, à la fois produit de l’intellect et geste graphique, indissolublement lié au cerveau, à l’œil et à la main[1]. L’écriture se définit encore en relation aux deux grands modes d’expression de l’être humain : la picturalité (comprenant des systèmes qui peuvent perdurer, résister au temps ou franchir l’espace) et la gestualité (comprenant des systèmes par définition fugaces)[2].

29
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

Évoquer les gestes dans la réflexion d’EPIMED permet de placer les questionnements quant à l’écrit dans la dimension physique, technique mais aussi matérielle de l’écriture, de considérer l’acte en tant que posture et mouvement, de penser dans le geste l’outil et le support, et d’envisager le résultat produit dans sa dimension plastique. Ces deux riches journées ont ainsi mené la réflexion des îles britanniques jusqu’au sud de l’Égypte, en passant par le sud de la France (Toulouse, Montpellier), les Pyrénées et la Catalogne, à la faveur des sources épigraphiques certes, mais aussi épistolaires, diplomatiques et littéraires. Les résumés des interventions présentés ici ne suivent pas l’ordre chronologique du programme des deux journées, mais sont rassemblés selon les grandes thématiques qui ont émergé au cours des communications et des discussions. Cinq sections sont ainsi distinguées : les aspects généraux (gestes et attitudes de/face à l’écriture), les questions techniques, les enjeux esthétiques, la gestion et l’évolution graphique, les lieux de transmission et d’échange.

Aspects généraux : Gestes et attitudes de/face à l’écriture :

Avec pour point de départ les deux représentations de l’acte d’écrire en première page des dépliants de Madrid et de Poitiers, le scribe du tympan de Mervilliers (Eure-et-Loir) et le tailleur de pierre de l’église de San Cornelio y San Cipriano à Revilla de Santullán (Palencia), Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) propose d’ouvrir la thématique par l’examen de deux termes de même étymologie (gerere) : gestualité et gestion. « Mouvement du corps (principalement des bras, des mains, de la tête) volontaire ou involontaire, révélant un état psychologique ou visant à exprimer, à exécuter quelque chose »[3], le geste est toujours éphémère et d’exécution fractionnée. Geste de travail au Moyen Âge, le geste d’écriture requiert un apprentissage technique et des compétences motrices, non sans une certaine pénibilité. S’il engage particulièrement la main, l’acte d’écrire concerne le corps dans son ensemble. Le geste est lié à un medium, un outil, lui-même lié à une matière qu’il transforme par retrait ou ajout. Ces réalités matérielles de l’écriture deviennent d’ailleurs sous la plume d’auteurs médiévaux le matériau même de l’invention littéraire. Ainsi, les gestes d’écriture sont une construction sociale et relèvent de cultures graphiques. Si le corps et le medium sont mis en branle dans la gestualité, la gestion place le point d’arrivée du geste non plus du côté de la main du scripteur, mais du support sur lequel porte le mouvement. Dans le dispositif économique et dynamique ainsi créé vient prendre place l’écriture, la syntagmatique du signe écrit, marquée par l’horizontalité et la verticalité. À l’échelle de la lettre, on ne peut évoquer les gestes d’écriture sans signaler l’apport de Jean Mallon, son travail sur le ductus, partant du mouvement menant au tracé, et plus seulement de la trace qui en résulte. L’écriture – même tracée par la même main – est un objet mouvant, elle ne présente pas une image fixe, justement parce qu’elle est le résultat d’un mouvement. On n’oubliera pas pour autant les « gestes » de lecture, mouvements et attitudes corporelles du lecteur. Chaque type d’écrit instaure un dispositif de lecture et fait mouvoir son lecteur.

Daniel Piñol (Universitat de Barcelona) avait pour objectif d’analyser les « attitudes » devant l’écriture, comme les historiens des mentalités l’ont fait pour celles devant la mort, en prenant pour cadre la Catalogne (milieu XIIe-fin XVe siècle). Spécialiste de paléographie et de codicologie, il a d’abord présenté le contexte royal, en utilisant aussi bien la documentation textuelle qu’iconographique. Il revient à Jaume Ier d’avoir mis en place une chancellerie similaire à celle de la monarchie française ou de la papauté à la même époque. L’intérêt de la documentation catalane réside dans l’ajout, par le scribe et le chancelier, d’indications sur le processus d’élaboration des textes. Progressivement, le lieu de rédaction des manuscrits s’est confondu avec celui de leur conservation. Plusieurs sources témoignent d’une conscience forte de l’importance politique de la conservation de la mémoire écrite de la monarchie : non seulement un premier inventaire des parchemins est réalisé dès 1348, mais Pierre IV d’Aragon fait aussi construire une bibliothèque dans le monastère de Poblet pour y donner à lire les gesta de ses prédécesseurs.

Les gestes liés au contexte privés sont plus variés. Ainsi, pour les actes notariés, il fallait nécessairement se rendre chez une tierce personne capable de garantir la conformité légale des documents. Beaucoup d’actes d’écriture et de lecture prennent cependant place au domicile de leur(s) auteur(s) ou de leur(s) destinataire(s). Les livres de raison constituent à ce sujet une source fondamentale, tant pour l’enregistrement des activités commerciales que pour celui d’une mémoire familiale. À partir du XVe siècle, quelques femmes tiennent ce type de registre, même si les documents les plus nombreux écrits de leur main sont des lettres destinées à des êtres chers. De fait, la maison est aussi un lieu de lecture et d’apprentissage de la lecture. Enfin, les églises et les cloîtres offrent des lieux d’écriture exposée. Parmi les inscriptions, les épitaphes possèdent deux particularités : elles permettent de faire référence à des legs établis dans des actes notariés, mais elles favorisent également, par le geste de la lecture, celui de la prière. Grâce à ce vaste panorama, Daniel Piñol a montré l’incidence des contextes sur les gestes associés à l’écriture, ainsi que leur variété.

Techniques et matières
10
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

La communication de Thierry Gregor était une invitation, adressée aux épigraphistes, à analyser les contraintes de mise en œuvre des pierres inscrites. Tailleur de pierre et enseignant en maçonnerie (EREA, Saintes), Th. Grégor est fréquemment sollicité par les médiévistes pour mieux comprendre les gestes associés à la pratique de la sculpture. Pour lui, il faut en premier lieu évaluer la difficulté propre à chaque matériau, indépendamment de tout préjugé (tous les calcaires ne sont pas faciles à travailler…) et prêter attention aux pathologies (mousses, salpêtre, fractures de gel) susceptibles d’altérer la qualité de la pierre. Pour expliquer le processus de préparation des blocs, Thierry Gregor a ensuite fait passer dans la salle des outils utilisés à cette fin : taillant pour surfacer, massette et ciseaux pour faire une ciselure, broche ou gradine pour retirer de la matière… Les traces laissées sur la pierre dépendent de l’outil (adapté ou non, en bon ou en mauvais état), mais aussi du lapicide car les gestes dépendent de l’expérience de la personne et de sa condition physique (fatigue liée à l’âge, vision). De nombreux exemples ont permis aux participants de comprendre les gestes nécessaires à la taille de différentes inscriptions, puis un atelier pratique leur a permis de les expérimenter eux-mêmes.

Les réflexions de Marina Paniagua (Universitat de Barcelona) portaient sur les enjeux techniques de l’écriture au pinceau, développées à partir d’un dossier d’exemples pyrénéens issu de ses recherches doctorales. Après avoir posé les bases méthodologiques préalables à l’étude des peintures murales – surtout lorsque celles-ci ont subi maintes opérations de restauration et de conservation – M. Paniagua a présenté les outils, les matériaux et les techniques utilisés par les peintres, tels que nous les connaissons grâce aux sources textuelles et iconographiques et aux analyses de laboratoire. L’exposé théorique a été suivi d’une démonstration pratique visant à mettre en lumière le nombre extrêmement élevé de variables (position du peintre par rapport au support et espace disponible pour réaliser le geste d’écriture, manière de tenir le pinceau et forme de ce dernier, partie de l’outil – ventre ou fleur – en contact avec le support et pression exercée, changement très fréquent de l’angle d’écriture, rapidité de l’exécution, etc.) déterminant la morphologie du tracé de la lettre. Aussi ludique que riche en enseignements, cette expérience invite à repenser une approche purement « formaliste » de la paléographie des inscriptions.

Au cours du débat qui a suivi la communication, María Encarnatión Martín López a insisté sur les problèmes posés par les retouches picturales en matière de datation des inscriptions à partir de la paléographie, auxquels il convient d’ajouter les cas, relativement fréquents en Espagne, d’inscriptions « originales tardives » (textes portant une date explicite mais réalisés a posteriori dans une graphie correspondant à la date de rédaction plutôt qu’à celle du contenu).

Enjeux esthétiques

Mode de pensée très éloigné du monde greco-romain, les jeux de lettres sont particulièrement appréciés pendant la première partie du Moyen Âge (selon trois phases, les V-VIIIe s., fin VIIIe-Xe s., XIe-XIIe s.) dans la documentation épigraphique comme dans les écritures d’apparat, mais quelle est leur origine ? Carlo Tedeschi (Università d’Annunzio de Chieti-Pescara) propose d’en faire la préhistoire en se focalisant sur les sources insulaires de l’époque impériale. Le manque de lisibilité dû à la combinaison des formes graphiques dans les inscriptions publiques ou privées de la Britania montrent qu’il ne s’agit pas, dans ce contexte, d’un souci économique, mais davantage d’une préoccupation esthétique. Les lettres y sont attachées les unes aux autres (par leurs extrémités, grâce à leur inclinaison voire à leur retournement et à leur inversion) afin de former une chaîne graphique. Ces choix d’écriture, peu en accord avec la culture romaine, se poursuivirent aux V-VIIe siècles dans des régions non touchées par les Anglo-saxons, mais restées sous l’influence de tribus celtiques. Les effets de concaténation, le choix de surfaces lapidaires laissées à l’état brut, la mise en page verticale (sous l’influence irlandaise oghamique), les minuscules ou encore l’angularisation et la géométrisation des formes manifestent un éloignement des pratiques classiques et l’élaboration d’une culture graphique insulaire qui passe ensuite sur le continent, notamment grâce aux mouvements monastiques.

L’intervention de Carlo Tedeschi suscite un débat parmi les participants. Pour Cécile Treffort, cet exposé renverse l’idée de l’utilisation d’un modèle manuscrit pour l’épigraphie : peut-on dire que les inscriptions inspirent les manuscrits ? Selon C. Tedeschi, il est difficile de répondre car les exemples d’inscriptions datent du Ve-VIIe siècles et sont donc plus anciens que les manuscrits conservés (2e moitié du VIIe s.). Il revient également sur le fait que l’écriture « géométrisée » n’est pas seulement le produit l’influence des runes sur l’écriture latine, comme on l’a souvent évoqué. On trouve des exemples dans des zones culturelles qui ne sont en pas en contact avec les runes, mais avec la culture oghamique. Manon Durier interroge C. Tedeschi quant au rôle du support (particulièrement les stèles funéraires en forme de menhir) dans les contraintes d’écriture. Avec de telles stèles, explique C. Tedeschi, il y a effectivement un changement de support par rapport à l’épigraphie romaine et l’écriture s’adapte à cette forme. L’écriture latine est souvent utilisée ensemble avec l’ogham, qui a une ligne d’écriture verticale, toujours du bas vers le haut, alors que les inscriptions latines préfèrent un sens d’écriture ascendant. On pourrait avoir deux types de lecture en même temps, ce qui n’est pas sans rappeler le sens boustrophédon des anciennes inscriptions.

Eva Caramello (Université de Poitiers – CESCM) a ensuite proposé de repartir des différents mécanismes du corps engageant à la fois le cerveau, l’œil, la partie supérieure du tronc et l’outil, afin de mesurer si les contraintes techniques lors de la production de l’écriture manuscrite ou gravée étaient dépassées par la recherche esthétique à l’époque médiévale. Les exemples puisés dans le corpus de sa thèse de doctorat[4] ont bien mis en évidence l’indépendance entre la forme des lettres d’apparat et le support. Bien que le parchemin et la pierre n’impliquent pas les mêmes techniques d’écriture ni le même rapport à l’espace – le jeu entre ombre et lumière lié à la localisation de l’inscription est fondamental dans l’esthétique des lettres gravées – le langage graphique au Moyen Âge est universellement reconnu et transcende les matériaux utilisés. Malgré une gestuelle diamétralement opposée, les résultats obtenus sur le parchemin peuvent être reproduits par le lapicide sur la pierre.

L’intervention de Sandrine Hériché-Pradeau (Université Paris 4) a mis en valeur l’exploitation des inscriptions dans la littérature médiévale comme ressources esthétiques, mobilisées à des fins poétiques, dramatiques ou narratives[5]. Les romans en prose mettent en effet volontiers en scène les textes épigraphiques, et rappellent leurs caractéristiques matérielles : les supports privilégies, les couleurs évoquées, les formes des lettres distinguées. Outre les supports lapidaires ou métalliques traditionnels (pierre des perrons, fer des épées, or et argent des bagues), les inscriptions s’emparent aussi des tissus (tapisseries et coussins brodés), du bois (panneaux, écorces) et de la peau ; le verre n’est quant à lui jamais mentionné. La fonction première est en revanche détournée, car ces textes servent le plus souvent à brouiller les pistes, induire en erreur. Les choix chromatiques, plus qu’à des problèmes d’esthétique, répondent à des enjeux symboliques. Nombreux sont les messages inscrits en langues étrangères (hébreu, arabe, chaldéen) ; les auteurs jouent sur le mystère de ces langues (Merlin écrit en hébreu), mais elles servent surtout à marquer la sainteté d’un lieu ou d’un objet. Le graphisme lui-même peut être évoqué dans la prose romanesque et le Livre du Cuer d’amour épris montre un réel souci paléographique. Les auteurs donnent ces détails à des fins diverses et très subtiles, sémantiques, fonctionnelles, esthétiques ; dans le contexte de la fin du Moyen Âge, l’inscription participe de la surenchère ornementale.

Pierre Chastang s’interroge sur les variations de l’image et des miniatures par rapport aux inscriptions ? Suivent-elles toujours le texte dans les manuscrits ? Plus on avance dans le temps, et plus la miniature prend en compte l’inscription, répond S. Hériché-Pradeau. Les exemples montrés sont ceux des manuscrits les plus spectaculaires. Alors que l’inscription est souvent complètement insérée dans le texte, sans distinction par la ponctuation, on note un souci plus marqué dans la seconde moitié du XVe s., mais une recherche approfondie reste à faire.

Gestion et évolution graphique

Croisant philologie, codicologie et paléographie, Pierre Chastang (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) a proposé d’examiner de quelle manière les choix graphiques peuvent contribuer à une histoire des textes à partir de la Chronique romane de Montpellier du ms AA9 des Archives Municipales de Montpellier. La Chronique romane de Montpellier est un texte historiographique en occitan, produit par les notaires du consulat de 1204 à 1426, au moment de l’émergence de toute une culture littéraire occitane (entre 1250 et le XIVe s.). Il s’agit ici du dernier manuscrit d’une série de sept. Lors de la nouvelle édition du ms AA9[6], l’étude de son contexte scripturaire et les différentes observations concernant les choix de graphie et de mise en page ont permis d’appréhender le geste d’écrire dans sa dimension de gestion. Deux écritures sont différenciées : l’emploi de la gothique textualis régulière pour enregistrer les fastes consulaires ; une écriture soignée avec un module plus petit et des éléments de cursivité, pour des listes d’événements (avenimens). On passe d’une structure par items à un texte de beaucoup plus narratif ; ce qui était en marge revient dans la partie principale de la page, passant du statut marginal à un statut officiel. Le choix du deuxième type graphique ne peut se réduire aux adaptations fonctionnelles. Quatre éléments de réponse peuvent être apportés : il renvoie à l’identité graphique de l’avenimens ; le travail de fusion passe par un travail de mise en page et mise en écriture ; les avenimens sont une série d’annotations réemployables et déplaçables ; le choix graphique marque le statut du texte ; il renvoie au statut différent entre mémoires administratifs et communautaires.

Cécile Treffort se demande si l’on peut imaginer un type graphique qui entraînerait la possibilité de transformer le texte lui-même : le rendre intouchable ? Selon P. Chastang, il est possible que l’on cherche, par la forme graphique, à canoniser un texte, bien que nous ne puissions écarter l’éventuel échec de cette entreprise. Dans la Chronique romane de Montpellier par exemple, l’intégration des listes d’événements, auparavant en marge du texte, dans le narratif au centre de la page a eu un effet stabilisateur sur le texte.

Soutenant la thèse d’une interruption de l’évolution « logique » de l’écriture de la part des humanistes par un retour volontaire aux formes anciennes de la caroline, María Encarnatión Martín López (Universidad de León) a exploré les voies de la (re)création graphique à la fin du Moyen Âge. Plus particulièrement, son attention s’est focalisée sur le passage, dans les inscriptions, de la minuscule gothique à la majuscule humanistique et sur l’ensemble des solutions intermédiaires entre ces deux systèmes graphiques, que l’on désigne sous le nom d’« écriture pré-humanistique ». Cette écriture se caractérise par un mélange de formes de lettres puisées dans le répertoire des systèmes graphiques préexistants (écritures gothique, caroline, wisigothique et même écritures byzantines) et enrichies d’éléments décoratifs. Phénomène graphique européen né en Italie et muri en Allemagne, l’écriture épigraphique pré-humanistique a atteint l’Espagne à la fin du XVe siècle, véhiculé principalement par les ateliers itinérants d’artistes. Dans le royaume de Castille elle semble avoir été introduite par le peintre Fernando Gallego dans les années 1470, comme en témoignent les inscriptions (et en particulier les signatures de l’artiste) présentes dans trois de ses tableaux réalisés dans cette période. La vitalité de cette écriture fut pourtant d’assez courte durée car elle céda le pas aux écritures humanistiques dès les années 1530.

Au cours du débat, Eva Caramello a soulevé la question des raisons qui conduisent le peintre à opter pour l’un ou l’autre système graphique et en particulier du poids de la fonction du texte représenté comme paramètre déterminant le choix du type d’écriture. Selon M. E. Martín López, on ne peut déceler une règle universelle, le choix dépendant probablement du commanditaire.

Ateliers, lieux d’écriture, échanges

Les écritures et les ateliers épigraphiques de la cathédrale de Sigüenza ont ensuite été présentés par Javier De Santiago (Universidad Complutense de Madrid). L’ensemble épigraphique de la cathédrale est composé de nombreuses inscriptions originales datées entre 1169 et le XVIe s., montrant des types d’écriture variés, mais l’étude s’est concentrée sur les inscriptions lapidaires en textualis, ou gothique minuscule calligraphique, entre 1448 et 1556. Elle permet tout d’abord d’aborder la question des relations avec les ateliers de sculpture ayant travaillé dans la cathédrale à la même époque. De la même manière que certains artistes spécialisés étaient associés aux ateliers de sculpture, des scriptores l’étaient peut-être aussi, même s’il est difficile d’assurer la permanence de ces collaborations éventuelles. Le dossier de Sigüenza permet aussi d’observer les manières d’écrire, l’évolution des écritures, grâce à une méthode rigoureuse d’analyse et de comparaison des données. L’attention est particulièrement portée sur la conscriptio de l’inscription, son processus technique d’exécution. Plusieurs exemples de préparation d’inscriptions en textualis gothique montrent la minutie et la perfection du travail où tout était parfaitement mesuré et calculé. On peut également percevoir plusieurs erreurs et les rectifications de l’ordinatio initiale. Quoique tous les ateliers semblent avoir la même production, il est possible d’observer des écoles, des distinctions graphiques (certaines formes de lettres, des majuscules, le style) : ainsi deux ateliers différents ont travaillé à la cathédrale au tournant du XVe et XVIe s., ce qui n’interdit pas des relations entre les deux. Cette analyse permet de voir que les caractéristiques graphiques de chaque inscription dépendent plus des goûts et des particularités de l’atelier qui l’exécute que d’une évolution chronologique des formes.

Maite Muñoz García de Iturrospe (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea) s’est intéressée aux similitudes entre épistolographie et épigraphie. L’inscription comme la lettre est l’expression d’un message oral impossible ; elles développent les mêmes modalités langagières face à la distance avec le destinataire (dans l’espace ou dans le temps). Les traits du genre épistolaire (simplicité stylistique, clarté, structure flexible, emploi de proverbe, invocation au destinataire, dialogue, fonction représentative) et les formules de salutatio et de valefactio sont souvent partagés par les textes épigraphiques. La différence est que le support de la lettre est mobile et va jusqu’à son destinataire (qui est précis), alors que les supports épigraphiques bougent pas ou peu et visent un public large, peu précisé, ce qui se perçoit dans la généralité des formules. M. Muñoz a également plusieurs documents épigraphiques dont les formules épistolaires sont signalées par divers éléments distinctifs tels que l’alternance des couleurs ou encore le changement de type graphique. L’exemple le plus remarquable fut sans doute l’usage de la forme cursive visant à reproduire la souscription impériale dans une inscription[7]. Au-delà du choix des mots et de l’organisation du texte propre à chaque support, l’étude de cette intertextualité a démontré comment la forme graphique peut transmettre l’autorité d’un texte.

L’auditoire a ensuite été transporté dans des contrées lointaines par Adam Łajtar (Uniwersytet Warszawsky), avec une communication sur les pratiques d’écriture en Nubie. Grâce à la christianisation précoce de la population nubienne, favorisée par Constantinople, les usages de l’écrit tels que répandus en Méditerranée se sont diffusés jusque dans cette région – située entre la première et la sixième cataracte du Nil – donnant lieu à un extraordinaire syncrétisme graphique. Ce dernier s’y déclinait en trois langues (nubien, grec et copte) qui, tout en ayant une base scripturale commune – l’alphabet grec, augmenté de sept signes en copte pour traduire certains sons spécifiques, et quatre autres signes supplémentaires pour transcrire les sons propres au nubien –, ne répondaient pas aux mêmes fonctions. Ainsi, le copte était la langue littéraire, le grec celle des textes à contenu religieux, l’ancien nubien la langue de la communication courante et de la documentation diplomatique. Néanmoins, ces trois langues coexistaient et s’entremêlaient parfois dans le domaine épigraphique. C’est ce qui a été observé à Banganart, où A. Łajtar et son équipe ont mené plusieurs missions scientifiques dans les années 2000, en révélant 969 inscriptions laissées entre la deuxième moitié du XIe siècle et le XVe siècle par les voyageurs et les pèlerins venus de près ou de très loin (comme en témoigne un graffiti en provençal !). Majoritairement constitués d’un nom, parfois agrémentés de quelques détails biographiques, et d’une invocation adressée à un personnage saint (principalement saint Raphaël, titulaire probable du lieu), ces graffitis semblent avoir été en partie exécutés par des scribes professionnels travaillant sur commission. À coté d’inscriptions de facture très modeste foisonnent en effet des textes plus complexes et présentant des choix scripturaux parfois très sophistiqués (système d’abréviation et de signes tachygraphiques, présence de marques allographétiques, telles que des points suscrits en début de mot pour marquer une emphase, signes en forme de croix particulièrement élaborés, cryptogrammes numérologiques).

Ce dossier aussi inattendu que passionnant a suscité une vive curiosité de la part de l’assemblée et en particulier de Carlo Tedeschi, intéressé par les nombreux points de contacts qu’il permet d’établir avec les pratiques observées pour la chrétienté occidentale. Interrogé sur les liens entre culture manuscrite et graffitis, A. Łajtar a déploré les conditions de conservation et de publication de la documentation manuscrite nubienne qui privent le chercheur d’un élément de comparaison essentiel à la compréhension de certains usages scripturaux.

Conclusions

Cécile Treffort (Université de Poitiers – CESCM) clôt ces deux journées en rappelant les trois grandes thématiques qui ont et vont animer les trois rencontres EPIMED : la raison, les gestes, les écritures réservées, en les mettant en parallèle avec le cerveau, la main, l’œil (pour reprendre le titre du colloque déjà évoqué), trois éléments séparés artificiellement mais qui ne font qu’un. Les réflexions sur les « gestes d’écritures » ont amené à plusieurs déplacements ou révisions des problématiques. La question du support et de la matière n’est pas perçue comme une contrainte mais davantage comme une opportunité, ce qui incite à relativiser le rôle de la matière dans la définition des catégories disciplinaires, d’appréhension des documents. Sur le plan textuel, les frontières sont poreuses et les typologies éclatent. Le choix de certaines écritures ne s’explique que par rapport aux types textuels, en lien avec le contenu et le but du texte. Les goûts artistiques et l’esthétique influencent également et replacent la graphie dans le panorama plus large de la culture visuelle, dont la cohérence dépasse l’écriture. La mise en contexte culturel et social permet aussi d’appréhender non seulement la maîtrise de l’écriture et de la lecture, mais aussi une familiarité avec l’écrit, et de mesurer la culture de l’écrit à travers tous les types d’écriture ainsi que le rôle de l’homme dans la production de l’écrit.


 

[1] Colette Sirat, Jean Irigoin, Emmanuel Poulle (eds.), L’écriture : le cerveau, l’œil, la main. Actes du colloque international du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, Collège de France, les 2, 3 et 4 mai 1988, Turnhout : Brepols, 1990.

[2] Louis-Jean Calvet, Histoire de l’écriture, Paris : Plons, 1996, p. 23.

[3] Selon le dictionnaire Robert.

[4] Eva Caramello prépare une thèse en épigraphie médiévale sous la direction de Cécile Treffort à l’Université de Poitiers, dont le titre provisoire est : Écritures épigraphiques et manuscrites : paléographie comparée et histoire culturelle de la production écrite toulousaine des XIe-XIVe siècles.

[5] Sujet de son HDR soutenue le 29 novembre 2014 sous le titre Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres.

[6] Voir l’ANR Thalamus (édition électronique et critique du manuscrit AA9 des Archives Municipales de Montpellier dit « Le Petit Talamus ») coordonnée par Vincent Challet (Université Paul Valéry – Montpellier III).

[7] CIL 8, 23127 = ILTun 268 (Kairouan, Afrique Proconsulaire).

Présentation du carnet EPIMED

Le carnet EPIMED est issu du programme EPIMED, collaboration quadriennale entre la Casa de Velázquez (Madrid), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM,Poitiers), et l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM, Barcelone), 2014-2017. Le programme EPIMED veut proposer une réflexion originale sur la définition du rôle et du statut de l’écriture médiévale indépendamment des frontières imposées jusqu’alors par le cloisonnement des « sciences auxiliaires ». L’écriture revêt des formes et des fonctions très différentes au long du Moyen Âge. Cette diversité s’exprime dans la nature des textes mais aussi dans les supports et dans les graphies, dans les décors et dans les moyens de diffusion. Les singularités plus ou moins marquées des documents ainsi produits commandent à leur analyse respective au sein d’un grand nombre de disciplines dites « auxiliaires » de l’histoire. Cette séparation académique, issue d’une tradition érudite ancienne, doit être aujourd’hui discutée et sans doute relativisée, dans le but de faire apparaître la nature unique de la culture graphique du Moyen Âge qui s’exprime dans tous les usages de l’écriture, au-delà des variations formelles, fonctionnelles ou topographiques des productions écrites.

Cliché J.-P. Brouard/CESCM
Cliché J.-P. Brouard/CESCM

Le projet EPIMED proposera une appréhension large de la Literacy médiévale, de la communication écrite, toujours mise en œuvre dans des circonstances particulières, changeantes et propres à chaque document produit. La préparation des corpus de sources offre l’occasion au quotidien de mesurer les points de rencontre multiples non seulement entre la diplomatique et la sigillographie, la paléographie et l’épigraphie, la sigillographie, l’héraldique et la numismatique, mais entre toutes les disciplines de l’érudition dans la mesure où les documents étudiés possèdent, dans la présence de l’écrit, un dénominateur commun fondamental. L’avancée considérable des corpus de sources permet aujourd’hui d’envisager des recherches ambitieuses dans ce sens en dépassant la mise en œuvre des collections. Envisager une science unique de l’écriture représente donc une mise en cohérence de la structure académique des disciplines de l’érudition avec la réalité documentaire du Moyen Âge. Le projet EPIMED entend s’inscrire d’une part dans une convergence des disciplines auxiliaires de la médiévistique et d’autre part dans les dynamiques de recherche communes à l’épigraphie et à la paléographie. Les interrogations ont toutefois l’ambition de ne pas prendre en compte les seuls aspects techniques et formels, mais de s’intéresser surtout au statut et au rôle du texte produit, à sa dynamique d’écriture (entendue à la fois comme production intellectuelle d’un contenu et comme réalisation matérielle d’un objet inscrit) pour mettre en lumière les convergences intellectuelles entre pratique manuscrite et pratique épigraphique. Les difficultés inhérentes à la comparaison des graphies tracées sur des supports différents avec des instruments différents et pour répondre à des contingences de communication différentes ne peuvent en effet être dépassées que si l’on envisage cet acte de communication dans sa globalité, c’est-à-dire en étudiant à la fois les acteurs de cette production et les circonstances historiques conduisant à des choix de support, de graphie, de contenu, de mise en scène de l’écriture.

Les actions développées dans le projet EPIMED répondent à trois ambitions distinctes :

1) façonner, dans le cadre de rencontres et d’échanges réguliers, les contours d’une culture scientifique commune dans le domaine de l’épigraphie médiévale, et plus généralement dans celui de la culture écrite ;

2) rassembler un corpus documentaire franco-espagnol capable de fournir tout à la fois un aperçu de la production épigraphique médiévale et des exemples pertinents dans le cadre des actions de recherche et de formation ;

3) explorer au cours de journées thématiques les grandes questions qui animent aujourd’hui la recherche sur les inscriptions du Moyen Âge à l’intersection des sciences auxiliaires de la médiévistique.

La réponse aux objectifs scientifiques passe par la tenue de trois réunions thématiques au cours desquelles l’écriture manuscrite et les pratiques épigraphiques seront confrontées pour établir entre les deux usages graphiques les zones de contact, de conflit, d’influence… Les thématiques sont intitulées : raisons d’écrire, gestes d’écritures et écritures réservées. Ces journées s’accompagnent d’actions pédagogiques : deux sessions d’été seront organisées à Madrid pour les étudiants français et espagnols ainsi que les membres d’institutions privées et publiques désireux de se former. Enfin, les réflexions collectives trouveront une traduction publique dans le montage d’une exposition à Barcelone, en partenariat avec le Musée national d’art catalan.