Archives par mot-clé : paléographie

Questions d’écriture pour le premier séminaire SEMPER

Pour la deuxième année, le séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit s’est réuni à Poitiers le 19 octobre dernier pour sa première séance. Il est guidé par les mêmes principes d’une réflexion collective sur un thème particulier en jeu dans l’analyse des documents épigraphiques du Moyen Âge. Pour l’année universitaire 2017-2018, le thème retenu est celui de l’écriture, des moyens graphiques mis en œuvre pour la réalisation d’une inscription. Les prochaines séances auront lieu les 9 février et 18 mai 2018.

Après un rapide tour de table et quelques annonces concernant les colloques, les projets, les nouveautés bibliographiques et les activités du Corpus des inscriptions de la France médiévale, Vincent Debiais introduit la thématique de l’année, celle de l’écriture proprement dite, des lettres et de l’ensemble des dispositifs graphiques qui mettent en œuvre la trace écrite sur le matériau (comme la ponctuation, par exemple). On pourrait à ce titre se demander si les cadres, le décor, la réglure et la justification font partie de la matière graphique et, de façon générale, si la disposition du texte, la gestion de la ligne, des colonnes sont de l’ordre du graphique dans l’inscription. Doit-on considérer que toute intervention de l’outil sur le support est « graphique » ? Qu’en est-il alors de la préparation du support, de la délimitation d’un espace qui peut devenir « graphique » ? In fine, qu’est-ce qui relève de l’écriture, au sens restreint ou au sens large ? Au-delà des questions de périmètre, c’est bien la caractérisation d’une intervention mécanique qui est en jeu : le geste d’écrire doit-il prendre en compte toutes les étapes permettant de passer d’une surface anépigraphe à l’objet inscrit ? Ces questions se font jour dès que l’on cherche à savoir qui a écrit, mais aussi comment, pourquoi, avec quel savoir-faire, avec quels moyens, dans quel but, etc.

Cathédrale d’Otrante – la sirène

On pourrait penser que devant l’évidence du fait – une inscription est le produit d’un geste d’écriture – toutes ces questions ont été réglées depuis longtemps, ou du moins qu’elles ont fait l’objet d’études de fond, en première intention, depuis que l’on étudie le phénomène épigraphique ; et ce d’autant plus que l’épigraphie est « comprise » (dans tous les sens du terme) dans le faisceau des disciplines de l’érudition et qu’elle entretient de fait et par tradition des liens avec la paléographie en particulier. Ce n’est en réalité pas le cas et force est de constater que les questions paléographiques proprement dites ne sont pas du tout réglées, qu’elles n’ont jamais fait l’objet d’études spécifiques ou presque, et qu’on ignore beaucoup de choses quant à ce qu’écrire une inscription signifie. On voit, dans la bibliographie rassemblée par Robert Favreau en 1995, que les références bibliographiques sont assez anciennes, et qu’il s’agit, pour la plupart des titres, d’un catalogue des formes, de l’explication de leur genèse (date de leur apparition, formes connexes et dérivées), de leur regroupement en famille(s) ou en type(s) – l’exemple paradigmatique de cette approche étant l’ouvrage de Paul Deschamps Paléographie des inscriptions lapidaires en 1929, extrait de la publication du même titre dans le Bulletin Monumental. Depuis la publication de Robert Favreau, il y a assez peu de choses à signaler spécifiquement sur l’écriture des inscriptions en dehors de l’article « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques » dans la Bibliothèque de l’école des chartes en 2007 appelant à une étude plus générale de l’écriture épigraphique, et de l’ouvrage de synthèse de Walter Koch sur la paléographie lapidaire du Moyen Âge occidental. On trouverait en revanche parmi la bibliographie des choses ponctuelles sur un type d’écriture donnée ou sur un lieu, un monument.

Face à la diversité des formes et des fonctions des inscriptions médiévales, il est nécessaire de trouver des éléments communs, des dénominateurs dans les pratiques, depuis l’inscription informelle ou graffitée jusqu’au texte plus solennel avec mise en page élaborée et préparation d’une « page épigraphique ». L’écriture est quelque chose que l’on voit – signe visuel – et que l’on distingue de son environnement. C’est à la fois une trace (marque laissée par une action quelconque) et un tracé (représentation par une ligne d’un dessin) ; soit le produit d’une action mécanique et d’une perception sensorielle. L’écriture est à la fois l’action de représenter le langage par un système de signes, le produit de cette action et ses caractéristiques formelles. L’objet épigraphique envisage l’écriture sous ces trois aspects (action, produit, forme), et invite à distinguer ce qui relève de l’écriture et ce qui n’en est pas à proprement parler, mais qui peut intervenir dans la mise en place de l’écriture, qui peut faire signe et sens, mais qui n’est pas de l’ordre de la trace du langage (l’écriture en tant que signal par son image, sa disposition, sa forme…).

L’une des caractéristiques les plus marquantes de l’écriture épigraphique réside dans l’emploi de la majuscule, ou plus exactement d’une hauteur de lettres, d’un système à une hiérarchie connu sous les différentes appellations d’écriture monumentale, solennelle, d’apparat ou de distinction. Dans les textes en minuscules se pose la question de la qualification de ce type d’écriture. Le changement dans le module, l’allongement des formes, l’espacement des caractères n’entraînent-ils pas la création d’un type graphique particulier en fonction des implications techniques, du support, de la fonction ? De façon générale se pose la question d’une comparaison possible entre écriture épigraphique et écriture manuscrite, deux systèmes d’écriture analogues qui s’expriment au sein d’une même culture graphique. Il ne s’agit donc pas tant de comparer les formes entre inscription et manuscrit, mais plutôt de comprendre comment elles ont été utilisées sur les deux supports. Les conditions techniques ont-elles une influence telle qu’on produit nécessairement des écritures différentes d’un support à l’autre ? On peut légitimement en douter dans la mesure où les scripteurs produisent la forme qu’ils veulent là où ils veulent en fonction de leurs intentions, des objectifs et des moyens (techniques, économiques, savoir-faire). Est-ce à dire alors et a contrario que les méthodes de la paléographie traditionnelles sont tout à fait valides pour l’épigraphie ? On peut en douter également dans la mesure où l’analyse des formes et de la morphologie de l’écriture manuscrite est liée au geste qui l’a produit (avec la notion de « ductus » comme paradigme), et que ce geste diffère entre inscriptions et manuscrit.

Musée de Dreux – Inscription de fondation

On pourrait aborder cette question du rapport entre le geste et l’écriture – entre la lettre et le corps, pour le dire autrement – de bien des manières. Le contenu des colophons dans lesquels les scribes décrivent les souffrances endurées pendant la copie, la douleur de leurs muscles, les fatigues de leur corps, constitue une entrée possible. La forme de la lettre résulte de la trace laissée par le mouvement de l’instrument d’écriture, dans une relation kinésique entre la surface et l’acteur, une élaboration chorégraphique du langage. Le ductus de la lettre, soit l’ordre et le sens de tracé de chaque partie du signe, est l’indice de ce mouvement et réunit dans la forme le produit, l’acteur et le processus de l’écriture. Cette dimension créatrice et ordonnatrice de l’écriture fait qu’elle échappe aux limites des disciplines de l’érudition et qu’elle est véritablement un objet d’histoire.

Le paléographe français Jean Mallon, mort en 1982, a été le principal promoteur de l’attention à porter au ductus comme résultante fondamentale du geste d’écriture. En complément de son immense production bibliographique, il réalisa deux documentaires : La Lettre en 1937, une réflexion visionnaire sur l’évolution de l’écriture à travers le corps et les gestes du scribe ; Ductus en 1976, une sorte de testament synthétisant l’ensemble de ses réflexions sur le sujet. Si dans La Lettre, la trace écrite est ontologiquement liée à la main qui la produit, Ductus propose une vie de la lettre dans laquelle celle-ci est autonome, indépendante du support et du geste. Elle devient un objet pur que le cinéma anime à son tour. Il y a un basculement esthétique indéniable qui échappe en grande partie à la discipline paléographique. La lettre produit de l’ars ancien, objet d’histoire, retourne à la dimension artistique parce qu’elle est forme produite dans le matériau : le parchemin ou la pierre pour le Moyen Âge, la pellicule pour le film de Jean Mallon. Dans ce basculement, qui s’apparente en réalité à une restitution de l’essence sémiologique de la lettre, l’écriture perdure en tant qu’œuvre visuelle. La paléographie, elle, disparaît en tant que justification ; elle n’est plus qu’un outil. Dans la préface publiée en tête du recueil d’articles de Jean Mallon paru en 1982, quelques mois avant sa mort, il appelle à la création d’une science globale de l’écriture non pour s’ajouter à la paléographie mais pour la remplacer parce que tous ces objets, toutes ces lettres sont « pure histoire ».

« La lettre » de Jean Mallon (capture d’écran)

L’enjeu, dans l’attention aux formes de l’écriture épigraphique, est donc de rendre compte des spécificités éventuelles du geste et des formes produites, mais toujours dans le contexte médiologique de la communication médiévale. Si on doit envisager une histoire globale de ces phénomènes, une lecture des changements dans les formes de l’écriture, voire une évolution de l’écriture mérovingienne portant les traces de la cursive romaine à l’écriture minuscule gothique ou majuscule humanistique de la fin du Moyen Âge, il faut toujours prendre l’écriture dans le contexte de l’objet épigraphique envisagé lors du séminaire 2016-2017. L’écriture cursive minuscule sur une plaque de plomb pour une formule d’absolution, sur un objet soustrait à la vue et à la lecture des hommes, ne peut pas être envisagée de la même façon qu’un texte en majuscule sur une plaque de marbre insérée à la façade d’un édifice public. Deux gestes, deux objets, deux écritures, deux intentions de communication, deux mises en accord des moyens et des objectifs.

Ce postulat empêche une approche basée sur l’appréciation de la qualité de l’écriture qui, même tacitement, suppose une référence, un standard, une forme canonique… Or, tout cela est très difficile à établir sans produire non plus un discours objectif et explicite sur la forme, mais une construction heuristique sur des éléments qui échappent à une appréhension historique du phénomène graphique. Dans tous les cas, l’écriture, dans son résultat, en ce qu’il est soumis à l’expertise de l’épigraphiste ou du paléographe, est une équation à inconnues multiples ; et il faut admettre que plusieurs d’entre elles resteront inconnues, presque inaccessibles en dehors d’une extrapolation à partir de la forme. La question corollaire est celle de la description de ces phénomènes par le langage, et donc l’établissement d’un vocabulaire ou d’un lexique permettant de parler de l’écriture. Cet outil manque aujourd’hui pour l’épigraphie. Comment faire pour décrire l’écriture, pour passer de ce qui a été tracé, à ce que l’on voit, à ce que l’on étudie ? Les bases de données ne résolvent pas le problème puisqu’elles ne lèvent pas l’ambiguïté de la taxonomie, y compris quand elles fonctionnent sur le principe du thésaurus (qui est déjà une mise en boîte de l’écriture, et qui produit un système qui n’en est pas un…). L’idéal serait de se passer de la description par le langage, et de se baser sur une reconnaissance automatique et objective des caractères formels de l’écriture. Il semble que les résultats sont timides pour le moment, mais c’est déjà un résultat ! Qu’est-ce qui fait que l’écriture épigraphique possède ce caractère indomptable, au-delà des questions strictement techniques ? C’est ce que le séminaire de l’année 2017-2018 essaiera d’envisager au cours des trois séances de SEMPER.

Musée Sainte-Croix de Poitiers – Rodbertus

Au cours de la journée du 19 octobre, les différentes présentations ont permis d’aborder certaines de ces questions. Robert Favreau a ainsi retracé l’histoire de la paléographie épigraphique en constatant combien les travaux étaient encore partiels et en expliquant pourquoi les tentatives de systématisation avaient jusqu’alors échoué. Il a appelé, comme condition à une telle entreprise, à l’achèvement et à la mise en commun des corpus à l’échelle européenne afin de produire un panorama complet des pratiques graphiques dans les inscriptions. Thierry Grégor a quant à lui transposé les questions paléographiques du côté des aspects techniques et des liens entre l’outil et la forme. Il a ainsi avancé l’idée d’une pratique « canonique » de l’écriture épigraphique, mise en résonnance au Moyen Âge avec des formes innovantes de la gravure (nouveaux outils, nouveaux usages). Le lapicide sait s’adapter aux matériaux et produire, en fonction de ses besoins, la graphie qu’il convient. Estelle Ingrand-Varenne a consacré sa présentation à l’examen des bouts de ligne et à la gestion de l’espace graphique dans les inscriptions, en accordant du sens aux signes inscrits en fin de texte ou en de ligne. Elle a ainsi proposé de porter un nouveau regard sur des lieux graphiques qui échappent trop souvent à l’examen des épigraphistes. Arnaud Loaec a attiré notre attention sur les inscriptions monumentales des murailles de Constantinople. Ces textes byzantins sont faits de lettres grecques composées à partir de briques enchâssées dans les murs de la ville pour former des textes apotropaïques. Ils invitent à agrandir le spectre des pratiques graphiques avec cette écriture faite d’une juxtaposition de matériaux. C’est également ce qu’a envisagé Cécile Treffort avec deux lettres « inédites » dans la mosaïque de Gemigny-des-Prés. S’il est encore très difficile d’accorder une qualité à ces signes (s’agit-il vraiment de lettres ?) et encore plus de leur attribuer un sens, sa présentation a montré à quel point inscriptions et décor se mêlent pour former un objet complexe à la voûte de l’abside. L’écriture et l’image sont également combinées dans l’exemple des tissus à inscription coufique ou pseudo-coufique présentes dans les images de la reine Esther évoquées par Pamela Nourrigeon. L’emploi d’une graphie « étrangère », « inconnue » ou « exotique » permet, au-delà de son caractère illisible, de connoter la figure d’Esther d’une altérité au service d’un discours religieux ou spirituel original.

La prochaine séance, qui permettra de prolonger ces réflexions, sera consacrée à « l’économie graphique » entendue comme organisation, relation ou articulation entre les différents éléments de l’écriture des inscriptions. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace… Rendez-vous donc en février 2018 !

 

LIMITS – les frontières de la culture épigraphique médiévale

Le projet LIMITS entre la Casa de Veláquez et l’Université Complutense de Madrid est consacré aux frontières chronologiques, géographiques et méthodologiques de la culture épigraphique médiévale, et entend explorer les inscriptions aux marges du Moyen Âge, entre Antiquité tardive et Renaissance. Trois rencontres sont prévues à Madrid entre octobre 2017 et novembre 2018.

Dans le cadre de la programmation 2016-2019 de la Casa de Velázquez, le programme LIMITS compte approcher les « limites » de la culture écrite médiévale en dehors du monde manuscrit afin de mettre en lumière la diversité des pratiques graphiques dans leurs formes, fonctions, localisations et temporalités. Il est dirigé par Vincent Debiais et Morgane Uberti pour la Casa de Velázquez, et par Isabel Velázquez Soriano pour l’Université Complutense de Madrid.

Par « limites », le projet entend explorer les lisières chronologiques du Moyen Âge et étudier les inscriptions produites entre Antiquité tardive et Moyen Âge, et Moyen Âge et époque moderne, afin de déceler éventuellement les caractéristiques spécifiquement « médiévales » des pratiques graphiques. Le franchissement des frontières s’exercera aussi à l’échelle disciplinaire, puisque le projet sera l’occasion d’une étude des pratiques graphiques quelles que soient la nature et la fonction des objets : sceaux, devises, monnaies, mobilier de parure. Il entend analyser les spécificités formelles ou linguistiques des objets inscrits produits dans des contextes culturels de frontière, de conflit, de rencontre, de dialogue, de syncrétisme… Il se propose enfin d’étudier les phénomènes graphiques aux limites de l’écriture : signes non alphabétiques, pseudo-écriture, ornement, etc.

Conçu comme un espace de discussion, le programme LIMITS rassemblera ainsi pendant une longue année des spécialistes de formation et de profession différentes (épigraphistes, paléographes, numismates, historiens de l’art, archéologues) afin de mettre en évidence les structures communes des pratiques graphiques entre Antiquité tardive et Renaissance, de définir leurs implications anthropologiques, d’analyser les circonstances historiques de leur production, et d’entrevoir les conditions socio-culturelles de leurs usages. In fine, le projet a pour ambition de jeter les bases d’une approche globale de l’écriture dans les sociétés anciennes au-delà des limites traditionnelles imposées par les pratiques académiques.

La première réunion se tiendra à la Casa de Velázquez à Madrid le 25 octobre prochain. Elle abordera la datation et la gestion d’une épigraphie des limites et son incidence sur la représentativité de la documentation épigraphique entre Antiquité et Renaissance. Après quoi, il s’agira d’expliciter les découpages ecdotiques, non pas dans la perspective d’une exégèse des conditions de l’édition des inscriptions, mais dans celle d’une heuristique des phénomènes épigraphiques du Moyen Âge, dans la mesure où ces choix éditoriaux dessinent depuis un demi-siècle le paysage épigraphique médiéval tout en laissant dans l’ombre des pans entiers de la documentation. En quoi une inscription de 700 est-elle « plus » médiévale qu’un texte date de 600 ? Une inscription de 1450 est-elle différente d’un texte de 1550 ?

Le programme et l’affiche de cette première journée sont disponibles ci-dessous. Un résumé des travaux sera publié sur le carnet de recherche EPIMED début novembre. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

DIPTICO LIMITS

CARTEL LIMITS

SEMPER, saison 2 – La matière graphique des inscriptions médiévales

Pour sa deuxième saison, le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se concentrera au cours de l’année 2017-2018 sur les questions paléographiques et l’étude des lettres composant les inscriptions du Moyen Âge. Il se réunira pour la première séance le jeudi 19 octobre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Qu’est-ce que l’écriture épigraphique ? Quelles sont ses principales caractéristiques ? Peut-on la distinguer systématiquement des pratiques manuscrites ? Y a-t-il une « écriture des inscriptions » ? La paléographie et ses méthodes peuvent-elles répondre aux questions de formes et d’évolution de l’écriture épigraphique ? La liste des interrogations quant aux moyens graphiques à l’œuvre dans les inscriptions médiévales est fort longue, et on ne peut qu’être surpris par la quantité d’inconnues qui subsistent aujourd’hui encore dans notre connaissance de l’écriture épigraphique…

Si la forme des lettres a  bénéficié d’une attention particulière, et ce depuis le début du XXe siècle, principalement dans le but de classer l’écriture pour dater les textes, les propriétés plastiques de l’écriture épigraphique restent encore très largement à décrire, à qualifier et à comprendre. Y a-t-il un lien entre le contenu du texte et la graphie employée dans l’inscription ? Les changements dans les formes de l’écriture sont-ils à mettre en relation avec une évolution générale des manières d’écrire au Moyen Âge ? Par-delà une approche exclusivement technique, indispensable dans tous les cas, de la matière graphique, on interroge l’histoire sociale et intellectuelle des pratiques écrites : qui écrit l’inscription ? Écrit-on une inscription comme on écrit un texte ? Comment apprend-on à tracer un texte sur la pierre ou le métal ? Il s’agira donc, au cours de l’année universitaire 2017-2018, de reposer les questions concernant l’écriture des inscriptions dans le cadre plus large de la culture écrite médiévale en analysant tous les aspects constitutifs de la lettre : sa forme, son ductus, sa mise en œuvre dans ou sur le matériau, son statut dans la perception de l’objet inscrit…

Comme lors de la première saison de SEMPER, le fonctionnement du séminaire repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. Le séminaire est donc conçu comme un lieu et un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

La première séance, consacrée aux aspects méthodologiques et aux liens entre paléographie et épigraphie,  se déroulera le 19 octobre prochain au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30. Le programme de la journée est disponible au bas de ce billet.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme 19 octobre

EPIMED III – Écritures réservées : le bilan

Cette publication compile l’ensemble des réflexions élaborées au cours du troisième volet du programme EPIMED. Elle doit donc être considérée comme un travail collectif à verser au crédit de tous les participants à ces journées. « Prise sur le vif », nous espérons qu’elle retranscrit cependant fidèlement le contenu des communications et des débats de Madrid.

***

Après avoir abordé, dans les deux premières sessions, les raisons et les gestes de l’écriture épigraphique, la troisième session du programme EPIMED réunie à Madrid les 16 et 17 mars 2016 a porté son attention sur les « écritures réservées ». Les organisateurs avaient pris grand soin de ne pas définir ce qu’ils entendaient par « écritures réservées » pour laisser la place à l’interprétation et à la discussion bien sûr, mais surtout parce que la formulation même pose des difficultés quant aux aspects documentaires et aux moyens de leur analyse. La diversité des corpus rassemblés et des questions posées au cours de ces deux journées ont largement témoigné de ces enjeux épistémologiques.

L’interrogation sur les écritures réservées part de la rencontre de deux faits en apparence contradictoire : 1) l’intention universelle et durable des inscriptions médiévales, consolidée par une importante bibliographie (la « publicité » de Robert Favreau ; l’« écriture exposée » d’Armando Petrucci ; la « communication » de Vicente García Lobo) qui a fait de la documentation épigraphique l’un des moyens privilégiés de la transmission de l’information au Moyen Âge ; 2) le caractère public restreint ou inexistant d’un grand nombre d’inscriptions qui, malgré leur réalisation matérielle durable, parfois monumentale, ne peuvent assurer une publicité à grande échelle des informations qu’elles véhiculent. La conférence inaugurale de Paul Bertrand a montré que ce paradoxe concerne en réalité l’ensemble des pratiques graphiques médiévales : écrire et ne pas être lu… Dans la perspective des changements dans les pratiques de l’écrit à partir de 1200, beaucoup de documents ont été posés sur parchemin sans penser à leur lecture.

Pour résoudre cette contradiction apparente, et pour poser la question de la « publicité » dans des termes adéquats, comme nous y a invité Paul Bertrand, il faut mettre en accord les données documentaires avec une conception médiévale de la communication, et en particulier avec ce que le Moyen Âge a dit de la capacité de l’écriture à transmettre une information, et des moyens qu’elle mobilise pour cela. Ce sont les aspects qu’a particulièrement développés Benoît Grévin dans sa communication en  s’attachant à la notion de « voilement » et aux réflexions des rhéteurs sur les enjeux métaphoriques de l’inscription. Javier Martínez de Aguirre a, pour un tout autre ensemble documentaire, montré comment le fait de cacher ou dissimuler un nom était en lien avec des motivations toutes aussi importantes que la publicité (la notoriété, le prestige social, les résonances liturgiques ), introduisant à l’invitation de Morgane Uberti la notion de « stratégies distinctives » empruntées à Pierre Bourdieu.

De façon générale, les communications ont montré que l’on ne pouvait ignorer, à l’heure d’envisager la publicité des inscriptions, la conception chrétienne de l’écriture qui repose sur un certain nombre de principes de la théologie non dogmatique et qui attribue à la lettre, aux mots et aux textes qu’elle compose une vertu active – c’est ce que les présentations d’Elisa Pallottini et Encarnación Martín López sur les inventaires et authentiques de reliques ont montré avec force. L’écriture contient ainsi, en sa forme, ce qu’elle désigne, indépendamment de toute forme de lecture. Le sens réside davantage dans le geste qui trace les lettres et dans son résultat que dans la perception du texte par un lecteur potentiel. Les inscriptions en caractères coufiques insérées dans le décor des édifices mudéjars et étudiés par Susana Calvo Capilla et Juan Carlos Ruiz Souza, illisibles sans doute, mais stratégiquement placées et mises en scène, relativisent la nécessité de la lecture de leur contenu, et placent l’intention de leurs commanditaires en dehors de la communication publicitaire. En réponse à l’ensemble de ces remarques, Isabel Velázquez Soriano rappelle que « les formes de l’écriture ne peuvent pas être condition de l’existence de l’écriture épigraphique. En d’autres termes, dans la définition de l’épigraphie, c’est le geste épigraphique qui compte, soit l’intention de l’émetteur ». Les Carmina latina epigraphica constituant une preuve du fait que le caractère épigraphique d’un texte ne saurait résider exclusivement dans sa forme matérielle.

Par ailleurs, plusieurs communications sont revenues sur le fait que la lecture médiévale n’est pas uniforme et qu’on peut accéder aux textes selon différentes manières de lire, de la lecture experte à la lecture pragmatique. Les mécanismes de lecture dépendent autant de la mémoire (et de la capacité à reconnaître la forme des lettres et des mots en nombre limités) que de la mécanique vision-encodage phonétique-décodage sémantique-interprétation à l’œuvre dans la lecture experte. La répétition des motifs dans les inscriptions arabes en lien avec la prière, l’iconicité des formes graphiques et la répétition des formules épigraphiques qui circulent d’un texte à l’autre doivent être prises en compte au moment de mesurer la familiarité du public avec un texte que la critique contemporaine perçoit comme ardu ou difficilement lisible. Dès lors, une part importante du sens de l’inscription (et du texte en général) peut reposer sur la dimension visuelle du texte, sur l’iconicité de l’écriture, sur la forme de l’objet inscrit – l’écriture devenant même, pour Adam Lajtar, un matériau susceptible « d’envelopper le défunt ». Son repérage et l’impression visuelle générale, l’empreinte du contexte permettent un accès, limité certes, mais réel au sens de l’inscription qui agit davantage en tant que signe ou signal qu’en tant que composition textuelle. Les exemples monumentaux évoqués par Daniel Rico Camps instituent ainsi avant tout la présence de l’écriture dans un contexte particulier, présence susceptible de déclencher une réponse chez les lecteurs les moins familiers avec l’écriture.

En analysant des exemples nubiens exceptionnels, dissimulés à la vue de tous, Adam Lajtar a parfaitement montré qu’au Moyen Âge comme aujourd’hui, la publicité n’est pas absolue dans son résultat – elle n’est que potentiellement efficace ; la rencontre du texte et de sa cible dépend de circonstances et de conditions ad hoc que les moyens de mise en œuvre et d’exposition cherchent à atteindre (ou pas) mais qui échappent, dans la réception, à l’émetteur du message. Le lecteur est seul face au texte et la communication épigraphique peut réussir ou échouer. La publicité est donc relative et dépend d’un certain nombre de variables qui peuvent transformer l’écriture exposée en écriture réservée. Dans tous les cas, les deux journées de travaux ont montré que la publicité est une intention qui ne peut se mesurer que dans les moyens mis en œuvre dans l’inscription elle-même et qu’il est, partant, très difficile d’établir un « public » ou un « lectorat ». Elles ont aussi souligné combien la publicité universelle était rare. Dans les exemples évoqués par Esther Sánchez-Medina, la langue, le style, la graphie et l’emplacement impliquent un choix dans le public, une sélection de la cible. Faut-il pour autant lire cela comme un échec du processus de communication ? Sans doute pas, et il faut davantage voir cette sélection comme une mise en adéquation du texte et de son public. L’écriture réservée n’est donc plus une limite, mais un garant du succès de la communication. Et c’est sans doute pourquoi les exemples romains décrits par Carles Mancho sont aussi élaborés dans leur forme : ils cherchent avant tout à répondre aux ambitions de la communication de prestige mise en place par l’institution papale, quitte à exclure une grande partie des fidèles de la diffusion du message.

À partir du moment où on a relativisé ainsi, deux jours durant, la dimension publicitaire, on a rapproché l’inscription des autres formes écrites médiévales. La dimension publicitaire, communicative et commémorative, que l’on attribue parfois exclusivement à tort aux inscriptions, concerne en réalité l’écriture médiévale, quels que soient le support, la graphie et le contenu. Manuel Salamanca López a démontré à partir d’exemples manuscrits de la fin du Moyen Âge la même « volonté épigraphique » de certaines pratiques. Thierry Grégor a quant à lui analysé les gestes et les techniques qui pouvaient conduire, malgré l’aspect ostentatoire de certains supports, à réserver l’écriture épigraphique, ou bien dans l’objet produit, ou bien dans le message inscrit.

76_00017191

In fine, de grandes questions transversales sont revenues dans l’ensemble des communications, et elles ont été relevées dans les conclusions de Fermín Miranda García. « Écritures réservées » peut-être, mais par qui ? Est-ce que la décision de ne pas diffuser à tous l’écriture peut être identifiée ? Est-ce qu’elle s’incarne dans une personne, dans une institution ? Est-ce qu’il faut être en charge d’une autorité ou d’un office pour réserver l’écriture ? Est-ce que les questions techniques entrent en jeu au point d’empêcher la diffusion d’un message ? En mettant en perspective ces enjeux avec les problématiques de contrôle et de pouvoir, Paul Bertrand, Manuel Salamanca López et Esther Sánchez-Medina ont identifié, dans le circuit de la production écriture, des tournants, des moments charnières durant lesquels des choix sont effectués pour augmenter, réduire ou empêcher cette réserve. Autre salve de questions posées à la documentation épigraphique : « Écritures réservées » certes, mais à qui ? Est-il question de réglementation, de prérogatives, de hiérarchie dans la réserve ? Qui devient destinataire d’une écriture réservée ? Doit-on passer par la définition préalable, réfléchie et motivée d’un lectorat ? Une telle sociologie de la communication doit alors être analysée dans les moyens mis en œuvre pour réserver l’écriture : moyens graphiques, visuels et linguistiques dans un premier temps, permettant de rendre un texte invisible, illisible ou incompréhensible ; moyens topographiques ensuite, et leur corollaire dans le contrôle des circonstances d’accès au texte. Comme l’a montré la conférence d’Elisa Pallottini à partir des authentiques de relique, la communication épigraphique en vient à programmer une ritualisation (au sens anthropologique) des conditions de la lecture et de la perception, et les espaces d’exposition deviennent une scène pour une pratique sociale de la lecture (Juan Carlos Ruiz Souza). Enfin, les communications ont donné l’occasion de s’interroger sur les raisons d’être de l’écriture réservée : quels sont les intentions et effets d’une communication relative ? Face à l’impossibilité de répondre avec certitude à cette question, on a cherché, en particulier avec les communications d’Estelle Ingrand-Varenne et de Daniel Rico Camps, à comprendre le scénario de la réserve de l’écriture épigraphique : altération, modification, effacement, disparition, destruction, déplacement. Exposer maintenant, c’est souvent réserver plus tard. L’écriture épigraphique, et l’écriture en général, est toujours à l’interface entre instant et durée, entre permanence et fugacité. Le lectorat lui-même est un groupe social mouvant, qui change dans ses définitions.

***

st-benoit-2-nbCes journées ont donc ajouté de nouvelles questions à la liste déjà conséquente des interrogations du programme EPIMED. Elles ont en revanche opéré un renversement majeur du questionnement épigraphique. Il ne s’agit plus désormais de partir d’une publicité universelle et supposément inhérente à la documentation épigraphique, mais d’essayer de mesurer sa réalité à partir des objets eux-mêmes au sein de différents environnements culturels. Si l’on a cité, à de nombreuses reprises au cours de ces deux journées, le nom des pères fondateurs de la discipline épigraphique, on a surtout cherché à mettre en perspective leurs intuitions et leurs enseignements avec les acquis de la recherche récente sur la culture écrite médiévale et avec les nouvelles pièces versées aux grandes collections épigraphiques européennes. À l’issue de ces journées, une question demeure, et fascine toujours autant qu’elle irrite les épigraphistes : pourquoi diantre réaliser une inscription qui invite à la prière dans un endroit inaccessible, dans une graphie illisible et dans une langue que personne ne connaît ? Les contributions de tous les participants et la qualité des débats énergiques du programme EPIMED permet désormais au moins de poser cette question dans des termes en accord avec la réalité de la documentation médiévale.

Retour sur EPIMED III

Les écritures réservées…

Nous avions décidé de ne pas discuter a priori de ce qu’il fallait entendre par « écriture réservée » dans l’annonce de la troisième rencontre du programme EPIMED qui s’est tenue à la Casa de Velázquez la semaine dernière. Il s’agissait de laisser à tous les intervenants le soin d’interpréter l’expression au gré de leur spécialité et/ou de leurs centres d’intérêt pour évoquer la publicité de l’écriture épigraphique et ses limites.

Et c’était sans doute bienvenu ! Il faut remercier tous les intervenants pour la qualité de leur intervention et leur prise de risque quant au sujet. Les communications et les échanges nourris qui les ont suivies ont guidé les pas des participants vers une remise à plat de certains grands principes de la discipline épigraphique à la faveur de l’analyse en contexte (linguistique, matériel, architectural et artistique) des inscriptions. L’intention de l’émetteur du message, les conditions techniques de sa mise en œuvre, les circonstances de sa réception et le temps long de la communication épigraphique sont revenus au centre des débats au cours de ces deux journées et invitent désormais à penser le caractère publicitaire éventuel d’une inscription à l’échelle de chaque objet épigraphique plutôt qu’à l’échelle d’une pratique par définition non homogène et circonstancielle. Partant, la figure du scripteur qui affiche, soustrait, réserve le message épigraphique se trouve investi d’une fonction particulière dans la sociologie de l’écriture, et c’est dans le geste derrière l’inscription qu’il faut chercher à établir la dimension publicitaire de la pratique « épigraphie » plutôt que dans les principes épistémologiques de la discipline « épigraphie ».

La variété des sujets et corpus abordés a posé la collaboration entre tous les spécialistes de l’écriture exposée, quelle que soit la langue, la localisation, la forme des textes, comme indispensable pour saisir les spécificités éventuelles de la communication épigraphique. De même l’épigraphie ne peut-elle pas s’isoler de l’étude des formes manuscrites de l’écriture médiévale avec lesquelles elle partage bien plus de points communs que les séparations académiques ne le laissent penser.

Cdw8PwLUUAATaN9
Inscription de Tordesillas rapportant les victoires d’Alfonso XI

 

Il reste donc beaucoup de travail à faire et la prolongation d’un programme EPIMED étendu à l’Antiquité tardive est apparue comme une nécessité scientifique. D’ici-là, conformément aux objectifs annoncés lors de l’ouverture des journées EPIMED III, l’équipe prépare un texte de synthèse sur le thème des « écritures réservées » qui sera prochainement disponible sur le carnet de recherches EPIMED et qui reprendra l’ensemble des discussions tenues à Madrid les 17 et 18 mars 2016.

En attendant cette publication, vous retrouvez le live tweet et les clichés des journées sur les comptes @vdebiais et @medieviz (#Epimed3).

EPIMED III « Écritures réservées » – Le programme

Comme convenu, voici le programme définitif de l’acte III des rencontres EPIMED qui se tiendront à la Casa de Velázquez, 3 rue Paul Guinard, Madrid (Espagne).

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais.

Angers Salle synodale
Angers, salle synodale. Inscription mentionnant une fontaine (XIIe siècle). © J. Michaud CIFM/CESCM

Jeudi 17 mars

9h30-10h Ouverture

Michel Bertrand, Directeur de la Casa de Velázquez : Accueil

Vincent Debiais, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers : Introduction : écritures publiques et écritures réservées

10h-14h Exposer l’écriture, dissimuler l’écriture

Animation des discussions : Carles Mancho, Universitat de Barcelona

Paul Bertrand, Université catholique de Louvain : Écrire pour ne pas être lu. Autour du concept d’écritures exposées

María Encarnación Martín López, Universidad de León : Custos est memoria recordatio scripturae. Los inventaria de reliquias : sentido, valor, función

Elisa Pallottini, Université d’Utrecht : Absent/présent, visible/invisible

16h-19h L’écriture à l’échelle du monument

Animation des discussions : Vincent Debiais, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers

Javier Martínez de Aguirre, Universidad Complutense de Madrid : ¿Publicidad? Notas sobre nombres recónditos en la arquitectura medieval de Aragón y Navarra

Susana Calvo Capilla, Universidad Complutense de Madrid : Los programas epigráficos de las mezquitas: mensajes coránicos y damnatio memoriae

Juan Carlos Ruiz Souza, Universidad Complutense de Madrid : El Triunfo y su manifestación: Escritura y arquitectura civil en Castilla y Granada en la Baja Edad Media

Thierry Grégor, Université de Poitiers : Écritures réservées : aspects techniques

Vendredi 18 mars

9h-14h Questions de pouvoir

Animation des discussions : Estelle Ingrand-Varenne, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers

Benoît Grévin, CNRS/Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris : Le voilement métaphorique, entre texte, objet et image dans la pensée des XIIIe et XIVe siècles

Carles Mancho Suárez, Universitat de Barcelona : Santa Práxede (Roma): epigrafías y decoraciones en la República de San Pedro

Manuel Joaquín Salamanca López : Universidad Complutense de Madrid : Escritura y representación social en la Edad Media

Adam Lajtar, University of Warsaw : Empowering the Dead in Christian Nubia. The Texts from a Medieval Funerary Complex in Dongola

Jordi Casanovas Miró, Museu nacional d’art de Catalunya : Endotaphes et symboles cachés dans les nécropoles juives hispaniques

16h-19h Langues et supports

Animation des discussions : Cécile Treffort, Université de Poitiers

Estelle Ingrand-Varenne, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers : Une langue réservée ? L’oscillation linguistique des inscriptions funéraires de la famille ducale de Bretagne au XIIIe siècle

Daniel Rico Camps et Isabel Velázquez Soriano, Universitat autónoma de Barcelona, Universidad Complutense de Madrid : ¿Escrito para leer o para viajar más allá del hombre?

Esther Sánchez-Medina, Universidad autónoma de Madrid : Epigrafía de papel, epigrafía de piedra: ¿idéntica o diversa?

Fermín Miranda García, Universidad autónoma de Madrid : Conclusiones

plan-acces-casa-metro

 

 

EPIMED volet 2 : CESCM (Poitiers), 21-22 mai 2015

Cet article est le résultat d’un travail collaboratif, tous nos remerciements vont à Vincent Debiais, Manon Durier, Annick Gagné et Émilie Mineo.

Après un premier volet madrilène consacré aux « raisons d’écrire », la deuxième rencontre du programme EPIMED, tenue à Poitiers les 21 et 22 mai 2015, a porté sur les gestes d’écritures, c’est-à-dire sur l’homme et sa pratique de l’écriture des inscriptions, et non plus sur la discipline ou son objet stricto sensu. Cette thématique dépassant largement la question des inscriptions rappelle que l’écriture est une activité complexe et un complexe d’activités, à la fois produit de l’intellect et geste graphique, indissolublement lié au cerveau, à l’œil et à la main[1]. L’écriture se définit encore en relation aux deux grands modes d’expression de l’être humain : la picturalité (comprenant des systèmes qui peuvent perdurer, résister au temps ou franchir l’espace) et la gestualité (comprenant des systèmes par définition fugaces)[2].

29
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

Évoquer les gestes dans la réflexion d’EPIMED permet de placer les questionnements quant à l’écrit dans la dimension physique, technique mais aussi matérielle de l’écriture, de considérer l’acte en tant que posture et mouvement, de penser dans le geste l’outil et le support, et d’envisager le résultat produit dans sa dimension plastique. Ces deux riches journées ont ainsi mené la réflexion des îles britanniques jusqu’au sud de l’Égypte, en passant par le sud de la France (Toulouse, Montpellier), les Pyrénées et la Catalogne, à la faveur des sources épigraphiques certes, mais aussi épistolaires, diplomatiques et littéraires. Les résumés des interventions présentés ici ne suivent pas l’ordre chronologique du programme des deux journées, mais sont rassemblés selon les grandes thématiques qui ont émergé au cours des communications et des discussions. Cinq sections sont ainsi distinguées : les aspects généraux (gestes et attitudes de/face à l’écriture), les questions techniques, les enjeux esthétiques, la gestion et l’évolution graphique, les lieux de transmission et d’échange.

Aspects généraux : Gestes et attitudes de/face à l’écriture :

Avec pour point de départ les deux représentations de l’acte d’écrire en première page des dépliants de Madrid et de Poitiers, le scribe du tympan de Mervilliers (Eure-et-Loir) et le tailleur de pierre de l’église de San Cornelio y San Cipriano à Revilla de Santullán (Palencia), Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) propose d’ouvrir la thématique par l’examen de deux termes de même étymologie (gerere) : gestualité et gestion. « Mouvement du corps (principalement des bras, des mains, de la tête) volontaire ou involontaire, révélant un état psychologique ou visant à exprimer, à exécuter quelque chose »[3], le geste est toujours éphémère et d’exécution fractionnée. Geste de travail au Moyen Âge, le geste d’écriture requiert un apprentissage technique et des compétences motrices, non sans une certaine pénibilité. S’il engage particulièrement la main, l’acte d’écrire concerne le corps dans son ensemble. Le geste est lié à un medium, un outil, lui-même lié à une matière qu’il transforme par retrait ou ajout. Ces réalités matérielles de l’écriture deviennent d’ailleurs sous la plume d’auteurs médiévaux le matériau même de l’invention littéraire. Ainsi, les gestes d’écriture sont une construction sociale et relèvent de cultures graphiques. Si le corps et le medium sont mis en branle dans la gestualité, la gestion place le point d’arrivée du geste non plus du côté de la main du scripteur, mais du support sur lequel porte le mouvement. Dans le dispositif économique et dynamique ainsi créé vient prendre place l’écriture, la syntagmatique du signe écrit, marquée par l’horizontalité et la verticalité. À l’échelle de la lettre, on ne peut évoquer les gestes d’écriture sans signaler l’apport de Jean Mallon, son travail sur le ductus, partant du mouvement menant au tracé, et plus seulement de la trace qui en résulte. L’écriture – même tracée par la même main – est un objet mouvant, elle ne présente pas une image fixe, justement parce qu’elle est le résultat d’un mouvement. On n’oubliera pas pour autant les « gestes » de lecture, mouvements et attitudes corporelles du lecteur. Chaque type d’écrit instaure un dispositif de lecture et fait mouvoir son lecteur.

Daniel Piñol (Universitat de Barcelona) avait pour objectif d’analyser les « attitudes » devant l’écriture, comme les historiens des mentalités l’ont fait pour celles devant la mort, en prenant pour cadre la Catalogne (milieu XIIe-fin XVe siècle). Spécialiste de paléographie et de codicologie, il a d’abord présenté le contexte royal, en utilisant aussi bien la documentation textuelle qu’iconographique. Il revient à Jaume Ier d’avoir mis en place une chancellerie similaire à celle de la monarchie française ou de la papauté à la même époque. L’intérêt de la documentation catalane réside dans l’ajout, par le scribe et le chancelier, d’indications sur le processus d’élaboration des textes. Progressivement, le lieu de rédaction des manuscrits s’est confondu avec celui de leur conservation. Plusieurs sources témoignent d’une conscience forte de l’importance politique de la conservation de la mémoire écrite de la monarchie : non seulement un premier inventaire des parchemins est réalisé dès 1348, mais Pierre IV d’Aragon fait aussi construire une bibliothèque dans le monastère de Poblet pour y donner à lire les gesta de ses prédécesseurs.

Les gestes liés au contexte privés sont plus variés. Ainsi, pour les actes notariés, il fallait nécessairement se rendre chez une tierce personne capable de garantir la conformité légale des documents. Beaucoup d’actes d’écriture et de lecture prennent cependant place au domicile de leur(s) auteur(s) ou de leur(s) destinataire(s). Les livres de raison constituent à ce sujet une source fondamentale, tant pour l’enregistrement des activités commerciales que pour celui d’une mémoire familiale. À partir du XVe siècle, quelques femmes tiennent ce type de registre, même si les documents les plus nombreux écrits de leur main sont des lettres destinées à des êtres chers. De fait, la maison est aussi un lieu de lecture et d’apprentissage de la lecture. Enfin, les églises et les cloîtres offrent des lieux d’écriture exposée. Parmi les inscriptions, les épitaphes possèdent deux particularités : elles permettent de faire référence à des legs établis dans des actes notariés, mais elles favorisent également, par le geste de la lecture, celui de la prière. Grâce à ce vaste panorama, Daniel Piñol a montré l’incidence des contextes sur les gestes associés à l’écriture, ainsi que leur variété.

Techniques et matières
10
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

La communication de Thierry Gregor était une invitation, adressée aux épigraphistes, à analyser les contraintes de mise en œuvre des pierres inscrites. Tailleur de pierre et enseignant en maçonnerie (EREA, Saintes), Th. Grégor est fréquemment sollicité par les médiévistes pour mieux comprendre les gestes associés à la pratique de la sculpture. Pour lui, il faut en premier lieu évaluer la difficulté propre à chaque matériau, indépendamment de tout préjugé (tous les calcaires ne sont pas faciles à travailler…) et prêter attention aux pathologies (mousses, salpêtre, fractures de gel) susceptibles d’altérer la qualité de la pierre. Pour expliquer le processus de préparation des blocs, Thierry Gregor a ensuite fait passer dans la salle des outils utilisés à cette fin : taillant pour surfacer, massette et ciseaux pour faire une ciselure, broche ou gradine pour retirer de la matière… Les traces laissées sur la pierre dépendent de l’outil (adapté ou non, en bon ou en mauvais état), mais aussi du lapicide car les gestes dépendent de l’expérience de la personne et de sa condition physique (fatigue liée à l’âge, vision). De nombreux exemples ont permis aux participants de comprendre les gestes nécessaires à la taille de différentes inscriptions, puis un atelier pratique leur a permis de les expérimenter eux-mêmes.

Les réflexions de Marina Paniagua (Universitat de Barcelona) portaient sur les enjeux techniques de l’écriture au pinceau, développées à partir d’un dossier d’exemples pyrénéens issu de ses recherches doctorales. Après avoir posé les bases méthodologiques préalables à l’étude des peintures murales – surtout lorsque celles-ci ont subi maintes opérations de restauration et de conservation – M. Paniagua a présenté les outils, les matériaux et les techniques utilisés par les peintres, tels que nous les connaissons grâce aux sources textuelles et iconographiques et aux analyses de laboratoire. L’exposé théorique a été suivi d’une démonstration pratique visant à mettre en lumière le nombre extrêmement élevé de variables (position du peintre par rapport au support et espace disponible pour réaliser le geste d’écriture, manière de tenir le pinceau et forme de ce dernier, partie de l’outil – ventre ou fleur – en contact avec le support et pression exercée, changement très fréquent de l’angle d’écriture, rapidité de l’exécution, etc.) déterminant la morphologie du tracé de la lettre. Aussi ludique que riche en enseignements, cette expérience invite à repenser une approche purement « formaliste » de la paléographie des inscriptions.

Au cours du débat qui a suivi la communication, María Encarnatión Martín López a insisté sur les problèmes posés par les retouches picturales en matière de datation des inscriptions à partir de la paléographie, auxquels il convient d’ajouter les cas, relativement fréquents en Espagne, d’inscriptions « originales tardives » (textes portant une date explicite mais réalisés a posteriori dans une graphie correspondant à la date de rédaction plutôt qu’à celle du contenu).

Enjeux esthétiques

Mode de pensée très éloigné du monde greco-romain, les jeux de lettres sont particulièrement appréciés pendant la première partie du Moyen Âge (selon trois phases, les V-VIIIe s., fin VIIIe-Xe s., XIe-XIIe s.) dans la documentation épigraphique comme dans les écritures d’apparat, mais quelle est leur origine ? Carlo Tedeschi (Università d’Annunzio de Chieti-Pescara) propose d’en faire la préhistoire en se focalisant sur les sources insulaires de l’époque impériale. Le manque de lisibilité dû à la combinaison des formes graphiques dans les inscriptions publiques ou privées de la Britania montrent qu’il ne s’agit pas, dans ce contexte, d’un souci économique, mais davantage d’une préoccupation esthétique. Les lettres y sont attachées les unes aux autres (par leurs extrémités, grâce à leur inclinaison voire à leur retournement et à leur inversion) afin de former une chaîne graphique. Ces choix d’écriture, peu en accord avec la culture romaine, se poursuivirent aux V-VIIe siècles dans des régions non touchées par les Anglo-saxons, mais restées sous l’influence de tribus celtiques. Les effets de concaténation, le choix de surfaces lapidaires laissées à l’état brut, la mise en page verticale (sous l’influence irlandaise oghamique), les minuscules ou encore l’angularisation et la géométrisation des formes manifestent un éloignement des pratiques classiques et l’élaboration d’une culture graphique insulaire qui passe ensuite sur le continent, notamment grâce aux mouvements monastiques.

L’intervention de Carlo Tedeschi suscite un débat parmi les participants. Pour Cécile Treffort, cet exposé renverse l’idée de l’utilisation d’un modèle manuscrit pour l’épigraphie : peut-on dire que les inscriptions inspirent les manuscrits ? Selon C. Tedeschi, il est difficile de répondre car les exemples d’inscriptions datent du Ve-VIIe siècles et sont donc plus anciens que les manuscrits conservés (2e moitié du VIIe s.). Il revient également sur le fait que l’écriture « géométrisée » n’est pas seulement le produit l’influence des runes sur l’écriture latine, comme on l’a souvent évoqué. On trouve des exemples dans des zones culturelles qui ne sont en pas en contact avec les runes, mais avec la culture oghamique. Manon Durier interroge C. Tedeschi quant au rôle du support (particulièrement les stèles funéraires en forme de menhir) dans les contraintes d’écriture. Avec de telles stèles, explique C. Tedeschi, il y a effectivement un changement de support par rapport à l’épigraphie romaine et l’écriture s’adapte à cette forme. L’écriture latine est souvent utilisée ensemble avec l’ogham, qui a une ligne d’écriture verticale, toujours du bas vers le haut, alors que les inscriptions latines préfèrent un sens d’écriture ascendant. On pourrait avoir deux types de lecture en même temps, ce qui n’est pas sans rappeler le sens boustrophédon des anciennes inscriptions.

Eva Caramello (Université de Poitiers – CESCM) a ensuite proposé de repartir des différents mécanismes du corps engageant à la fois le cerveau, l’œil, la partie supérieure du tronc et l’outil, afin de mesurer si les contraintes techniques lors de la production de l’écriture manuscrite ou gravée étaient dépassées par la recherche esthétique à l’époque médiévale. Les exemples puisés dans le corpus de sa thèse de doctorat[4] ont bien mis en évidence l’indépendance entre la forme des lettres d’apparat et le support. Bien que le parchemin et la pierre n’impliquent pas les mêmes techniques d’écriture ni le même rapport à l’espace – le jeu entre ombre et lumière lié à la localisation de l’inscription est fondamental dans l’esthétique des lettres gravées – le langage graphique au Moyen Âge est universellement reconnu et transcende les matériaux utilisés. Malgré une gestuelle diamétralement opposée, les résultats obtenus sur le parchemin peuvent être reproduits par le lapicide sur la pierre.

L’intervention de Sandrine Hériché-Pradeau (Université Paris 4) a mis en valeur l’exploitation des inscriptions dans la littérature médiévale comme ressources esthétiques, mobilisées à des fins poétiques, dramatiques ou narratives[5]. Les romans en prose mettent en effet volontiers en scène les textes épigraphiques, et rappellent leurs caractéristiques matérielles : les supports privilégies, les couleurs évoquées, les formes des lettres distinguées. Outre les supports lapidaires ou métalliques traditionnels (pierre des perrons, fer des épées, or et argent des bagues), les inscriptions s’emparent aussi des tissus (tapisseries et coussins brodés), du bois (panneaux, écorces) et de la peau ; le verre n’est quant à lui jamais mentionné. La fonction première est en revanche détournée, car ces textes servent le plus souvent à brouiller les pistes, induire en erreur. Les choix chromatiques, plus qu’à des problèmes d’esthétique, répondent à des enjeux symboliques. Nombreux sont les messages inscrits en langues étrangères (hébreu, arabe, chaldéen) ; les auteurs jouent sur le mystère de ces langues (Merlin écrit en hébreu), mais elles servent surtout à marquer la sainteté d’un lieu ou d’un objet. Le graphisme lui-même peut être évoqué dans la prose romanesque et le Livre du Cuer d’amour épris montre un réel souci paléographique. Les auteurs donnent ces détails à des fins diverses et très subtiles, sémantiques, fonctionnelles, esthétiques ; dans le contexte de la fin du Moyen Âge, l’inscription participe de la surenchère ornementale.

Pierre Chastang s’interroge sur les variations de l’image et des miniatures par rapport aux inscriptions ? Suivent-elles toujours le texte dans les manuscrits ? Plus on avance dans le temps, et plus la miniature prend en compte l’inscription, répond S. Hériché-Pradeau. Les exemples montrés sont ceux des manuscrits les plus spectaculaires. Alors que l’inscription est souvent complètement insérée dans le texte, sans distinction par la ponctuation, on note un souci plus marqué dans la seconde moitié du XVe s., mais une recherche approfondie reste à faire.

Gestion et évolution graphique

Croisant philologie, codicologie et paléographie, Pierre Chastang (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) a proposé d’examiner de quelle manière les choix graphiques peuvent contribuer à une histoire des textes à partir de la Chronique romane de Montpellier du ms AA9 des Archives Municipales de Montpellier. La Chronique romane de Montpellier est un texte historiographique en occitan, produit par les notaires du consulat de 1204 à 1426, au moment de l’émergence de toute une culture littéraire occitane (entre 1250 et le XIVe s.). Il s’agit ici du dernier manuscrit d’une série de sept. Lors de la nouvelle édition du ms AA9[6], l’étude de son contexte scripturaire et les différentes observations concernant les choix de graphie et de mise en page ont permis d’appréhender le geste d’écrire dans sa dimension de gestion. Deux écritures sont différenciées : l’emploi de la gothique textualis régulière pour enregistrer les fastes consulaires ; une écriture soignée avec un module plus petit et des éléments de cursivité, pour des listes d’événements (avenimens). On passe d’une structure par items à un texte de beaucoup plus narratif ; ce qui était en marge revient dans la partie principale de la page, passant du statut marginal à un statut officiel. Le choix du deuxième type graphique ne peut se réduire aux adaptations fonctionnelles. Quatre éléments de réponse peuvent être apportés : il renvoie à l’identité graphique de l’avenimens ; le travail de fusion passe par un travail de mise en page et mise en écriture ; les avenimens sont une série d’annotations réemployables et déplaçables ; le choix graphique marque le statut du texte ; il renvoie au statut différent entre mémoires administratifs et communautaires.

Cécile Treffort se demande si l’on peut imaginer un type graphique qui entraînerait la possibilité de transformer le texte lui-même : le rendre intouchable ? Selon P. Chastang, il est possible que l’on cherche, par la forme graphique, à canoniser un texte, bien que nous ne puissions écarter l’éventuel échec de cette entreprise. Dans la Chronique romane de Montpellier par exemple, l’intégration des listes d’événements, auparavant en marge du texte, dans le narratif au centre de la page a eu un effet stabilisateur sur le texte.

Soutenant la thèse d’une interruption de l’évolution « logique » de l’écriture de la part des humanistes par un retour volontaire aux formes anciennes de la caroline, María Encarnatión Martín López (Universidad de León) a exploré les voies de la (re)création graphique à la fin du Moyen Âge. Plus particulièrement, son attention s’est focalisée sur le passage, dans les inscriptions, de la minuscule gothique à la majuscule humanistique et sur l’ensemble des solutions intermédiaires entre ces deux systèmes graphiques, que l’on désigne sous le nom d’« écriture pré-humanistique ». Cette écriture se caractérise par un mélange de formes de lettres puisées dans le répertoire des systèmes graphiques préexistants (écritures gothique, caroline, wisigothique et même écritures byzantines) et enrichies d’éléments décoratifs. Phénomène graphique européen né en Italie et muri en Allemagne, l’écriture épigraphique pré-humanistique a atteint l’Espagne à la fin du XVe siècle, véhiculé principalement par les ateliers itinérants d’artistes. Dans le royaume de Castille elle semble avoir été introduite par le peintre Fernando Gallego dans les années 1470, comme en témoignent les inscriptions (et en particulier les signatures de l’artiste) présentes dans trois de ses tableaux réalisés dans cette période. La vitalité de cette écriture fut pourtant d’assez courte durée car elle céda le pas aux écritures humanistiques dès les années 1530.

Au cours du débat, Eva Caramello a soulevé la question des raisons qui conduisent le peintre à opter pour l’un ou l’autre système graphique et en particulier du poids de la fonction du texte représenté comme paramètre déterminant le choix du type d’écriture. Selon M. E. Martín López, on ne peut déceler une règle universelle, le choix dépendant probablement du commanditaire.

Ateliers, lieux d’écriture, échanges

Les écritures et les ateliers épigraphiques de la cathédrale de Sigüenza ont ensuite été présentés par Javier De Santiago (Universidad Complutense de Madrid). L’ensemble épigraphique de la cathédrale est composé de nombreuses inscriptions originales datées entre 1169 et le XVIe s., montrant des types d’écriture variés, mais l’étude s’est concentrée sur les inscriptions lapidaires en textualis, ou gothique minuscule calligraphique, entre 1448 et 1556. Elle permet tout d’abord d’aborder la question des relations avec les ateliers de sculpture ayant travaillé dans la cathédrale à la même époque. De la même manière que certains artistes spécialisés étaient associés aux ateliers de sculpture, des scriptores l’étaient peut-être aussi, même s’il est difficile d’assurer la permanence de ces collaborations éventuelles. Le dossier de Sigüenza permet aussi d’observer les manières d’écrire, l’évolution des écritures, grâce à une méthode rigoureuse d’analyse et de comparaison des données. L’attention est particulièrement portée sur la conscriptio de l’inscription, son processus technique d’exécution. Plusieurs exemples de préparation d’inscriptions en textualis gothique montrent la minutie et la perfection du travail où tout était parfaitement mesuré et calculé. On peut également percevoir plusieurs erreurs et les rectifications de l’ordinatio initiale. Quoique tous les ateliers semblent avoir la même production, il est possible d’observer des écoles, des distinctions graphiques (certaines formes de lettres, des majuscules, le style) : ainsi deux ateliers différents ont travaillé à la cathédrale au tournant du XVe et XVIe s., ce qui n’interdit pas des relations entre les deux. Cette analyse permet de voir que les caractéristiques graphiques de chaque inscription dépendent plus des goûts et des particularités de l’atelier qui l’exécute que d’une évolution chronologique des formes.

Maite Muñoz García de Iturrospe (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea) s’est intéressée aux similitudes entre épistolographie et épigraphie. L’inscription comme la lettre est l’expression d’un message oral impossible ; elles développent les mêmes modalités langagières face à la distance avec le destinataire (dans l’espace ou dans le temps). Les traits du genre épistolaire (simplicité stylistique, clarté, structure flexible, emploi de proverbe, invocation au destinataire, dialogue, fonction représentative) et les formules de salutatio et de valefactio sont souvent partagés par les textes épigraphiques. La différence est que le support de la lettre est mobile et va jusqu’à son destinataire (qui est précis), alors que les supports épigraphiques bougent pas ou peu et visent un public large, peu précisé, ce qui se perçoit dans la généralité des formules. M. Muñoz a également plusieurs documents épigraphiques dont les formules épistolaires sont signalées par divers éléments distinctifs tels que l’alternance des couleurs ou encore le changement de type graphique. L’exemple le plus remarquable fut sans doute l’usage de la forme cursive visant à reproduire la souscription impériale dans une inscription[7]. Au-delà du choix des mots et de l’organisation du texte propre à chaque support, l’étude de cette intertextualité a démontré comment la forme graphique peut transmettre l’autorité d’un texte.

L’auditoire a ensuite été transporté dans des contrées lointaines par Adam Łajtar (Uniwersytet Warszawsky), avec une communication sur les pratiques d’écriture en Nubie. Grâce à la christianisation précoce de la population nubienne, favorisée par Constantinople, les usages de l’écrit tels que répandus en Méditerranée se sont diffusés jusque dans cette région – située entre la première et la sixième cataracte du Nil – donnant lieu à un extraordinaire syncrétisme graphique. Ce dernier s’y déclinait en trois langues (nubien, grec et copte) qui, tout en ayant une base scripturale commune – l’alphabet grec, augmenté de sept signes en copte pour traduire certains sons spécifiques, et quatre autres signes supplémentaires pour transcrire les sons propres au nubien –, ne répondaient pas aux mêmes fonctions. Ainsi, le copte était la langue littéraire, le grec celle des textes à contenu religieux, l’ancien nubien la langue de la communication courante et de la documentation diplomatique. Néanmoins, ces trois langues coexistaient et s’entremêlaient parfois dans le domaine épigraphique. C’est ce qui a été observé à Banganart, où A. Łajtar et son équipe ont mené plusieurs missions scientifiques dans les années 2000, en révélant 969 inscriptions laissées entre la deuxième moitié du XIe siècle et le XVe siècle par les voyageurs et les pèlerins venus de près ou de très loin (comme en témoigne un graffiti en provençal !). Majoritairement constitués d’un nom, parfois agrémentés de quelques détails biographiques, et d’une invocation adressée à un personnage saint (principalement saint Raphaël, titulaire probable du lieu), ces graffitis semblent avoir été en partie exécutés par des scribes professionnels travaillant sur commission. À coté d’inscriptions de facture très modeste foisonnent en effet des textes plus complexes et présentant des choix scripturaux parfois très sophistiqués (système d’abréviation et de signes tachygraphiques, présence de marques allographétiques, telles que des points suscrits en début de mot pour marquer une emphase, signes en forme de croix particulièrement élaborés, cryptogrammes numérologiques).

Ce dossier aussi inattendu que passionnant a suscité une vive curiosité de la part de l’assemblée et en particulier de Carlo Tedeschi, intéressé par les nombreux points de contacts qu’il permet d’établir avec les pratiques observées pour la chrétienté occidentale. Interrogé sur les liens entre culture manuscrite et graffitis, A. Łajtar a déploré les conditions de conservation et de publication de la documentation manuscrite nubienne qui privent le chercheur d’un élément de comparaison essentiel à la compréhension de certains usages scripturaux.

Conclusions

Cécile Treffort (Université de Poitiers – CESCM) clôt ces deux journées en rappelant les trois grandes thématiques qui ont et vont animer les trois rencontres EPIMED : la raison, les gestes, les écritures réservées, en les mettant en parallèle avec le cerveau, la main, l’œil (pour reprendre le titre du colloque déjà évoqué), trois éléments séparés artificiellement mais qui ne font qu’un. Les réflexions sur les « gestes d’écritures » ont amené à plusieurs déplacements ou révisions des problématiques. La question du support et de la matière n’est pas perçue comme une contrainte mais davantage comme une opportunité, ce qui incite à relativiser le rôle de la matière dans la définition des catégories disciplinaires, d’appréhension des documents. Sur le plan textuel, les frontières sont poreuses et les typologies éclatent. Le choix de certaines écritures ne s’explique que par rapport aux types textuels, en lien avec le contenu et le but du texte. Les goûts artistiques et l’esthétique influencent également et replacent la graphie dans le panorama plus large de la culture visuelle, dont la cohérence dépasse l’écriture. La mise en contexte culturel et social permet aussi d’appréhender non seulement la maîtrise de l’écriture et de la lecture, mais aussi une familiarité avec l’écrit, et de mesurer la culture de l’écrit à travers tous les types d’écriture ainsi que le rôle de l’homme dans la production de l’écrit.


 

[1] Colette Sirat, Jean Irigoin, Emmanuel Poulle (eds.), L’écriture : le cerveau, l’œil, la main. Actes du colloque international du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, Collège de France, les 2, 3 et 4 mai 1988, Turnhout : Brepols, 1990.

[2] Louis-Jean Calvet, Histoire de l’écriture, Paris : Plons, 1996, p. 23.

[3] Selon le dictionnaire Robert.

[4] Eva Caramello prépare une thèse en épigraphie médiévale sous la direction de Cécile Treffort à l’Université de Poitiers, dont le titre provisoire est : Écritures épigraphiques et manuscrites : paléographie comparée et histoire culturelle de la production écrite toulousaine des XIe-XIVe siècles.

[5] Sujet de son HDR soutenue le 29 novembre 2014 sous le titre Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres.

[6] Voir l’ANR Thalamus (édition électronique et critique du manuscrit AA9 des Archives Municipales de Montpellier dit « Le Petit Talamus ») coordonnée par Vincent Challet (Université Paul Valéry – Montpellier III).

[7] CIL 8, 23127 = ILTun 268 (Kairouan, Afrique Proconsulaire).

EPIMED : le projet

Le carnet EPIMED est issu du programme EPIMED, collaboration quadriennale entre la Casa de Velázquez (Madrid), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM,Poitiers), et l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM, Barcelone), 2014-2017. Le programme EPIMED veut proposer une réflexion originale sur la définition du rôle et du statut de l’écriture médiévale indépendamment des frontières imposées jusqu’alors par le cloisonnement des « sciences auxiliaires ». L’écriture revêt des formes et des fonctions très différentes au long du Moyen Âge. Cette diversité s’exprime dans la nature des textes mais aussi dans les supports et dans les graphies, dans les décors et dans les moyens de diffusion. Les singularités plus ou moins marquées des documents ainsi produits commandent à leur analyse respective au sein d’un grand nombre de disciplines dites « auxiliaires » de l’histoire. Cette séparation académique, issue d’une tradition érudite ancienne, doit être aujourd’hui discutée et sans doute relativisée, dans le but de faire apparaître la nature unique de la culture graphique du Moyen Âge qui s’exprime dans tous les usages de l’écriture, au-delà des variations formelles, fonctionnelles ou topographiques des productions écrites.

Cliché J.-P. Brouard/CESCM
Cliché J.-P. Brouard/CESCM

Le projet EPIMED proposera une appréhension large de la Literacy médiévale, de la communication écrite, toujours mise en œuvre dans des circonstances particulières, changeantes et propres à chaque document produit. La préparation des corpus de sources offre l’occasion au quotidien de mesurer les points de rencontre multiples non seulement entre la diplomatique et la sigillographie, la paléographie et l’épigraphie, la sigillographie, l’héraldique et la numismatique, mais entre toutes les disciplines de l’érudition dans la mesure où les documents étudiés possèdent, dans la présence de l’écrit, un dénominateur commun fondamental. L’avancée considérable des corpus de sources permet aujourd’hui d’envisager des recherches ambitieuses dans ce sens en dépassant la mise en œuvre des collections. Envisager une science unique de l’écriture représente donc une mise en cohérence de la structure académique des disciplines de l’érudition avec la réalité documentaire du Moyen Âge. Le projet EPIMED entend s’inscrire d’une part dans une convergence des disciplines auxiliaires de la médiévistique et d’autre part dans les dynamiques de recherche communes à l’épigraphie et à la paléographie. Les interrogations ont toutefois l’ambition de ne pas prendre en compte les seuls aspects techniques et formels, mais de s’intéresser surtout au statut et au rôle du texte produit, à sa dynamique d’écriture (entendue à la fois comme production intellectuelle d’un contenu et comme réalisation matérielle d’un objet inscrit) pour mettre en lumière les convergences intellectuelles entre pratique manuscrite et pratique épigraphique. Les difficultés inhérentes à la comparaison des graphies tracées sur des supports différents avec des instruments différents et pour répondre à des contingences de communication différentes ne peuvent en effet être dépassées que si l’on envisage cet acte de communication dans sa globalité, c’est-à-dire en étudiant à la fois les acteurs de cette production et les circonstances historiques conduisant à des choix de support, de graphie, de contenu, de mise en scène de l’écriture.

Les actions développées dans le projet EPIMED répondent à trois ambitions distinctes :

1) façonner, dans le cadre de rencontres et d’échanges réguliers, les contours d’une culture scientifique commune dans le domaine de l’épigraphie médiévale, et plus généralement dans celui de la culture écrite ;

2) rassembler un corpus documentaire franco-espagnol capable de fournir tout à la fois un aperçu de la production épigraphique médiévale et des exemples pertinents dans le cadre des actions de recherche et de formation ;

3) explorer au cours de journées thématiques les grandes questions qui animent aujourd’hui la recherche sur les inscriptions du Moyen Âge à l’intersection des sciences auxiliaires de la médiévistique.

La réponse aux objectifs scientifiques passe par la tenue de trois réunions thématiques au cours desquelles l’écriture manuscrite et les pratiques épigraphiques seront confrontées pour établir entre les deux usages graphiques les zones de contact, de conflit, d’influence… Les thématiques sont intitulées : raisons d’écrire, gestes d’écritures et écritures réservées. Ces journées s’accompagnent d’actions pédagogiques : deux sessions d’été seront organisées à Madrid pour les étudiants français et espagnols ainsi que les membres d’institutions privées et publiques désireux de se former. Enfin, les réflexions collectives trouveront une traduction publique dans le montage d’une exposition à Barcelone, en partenariat avec le Musée national d’art catalan.

[21-22 mai 2015] Épigraphie médiévale. Gestes d’écriture / Épigrafia médiéval. Gestos de escritura

Journées d’études internationales

Le programme EPIMED a pour but d’explorer le rôle et le statut de l’écriture médiévale en faisant converger différentes disciplines de la médiévistique autour de l’épigraphie. Après un premier volet madrilène consacré aux « raisons d’écrire », cette deuxième rencontre poitevine a pour thème les « gestes d’écriture ». Destinée à établir l’arrière-plan technique et historiographique de l’acte d’écrire, cette nouvelle thématique, associant gestualité et matérialité, technique et esthétique, permettra de confronter épigraphie et paléographie (formes des lettres, abréviations, mises en page), les « styles » d’écriture et les questions d’ateliers, la
simultanéité des formes d’écriture (choix graphiques, nuance dans la filiation), les variations et variabilité des écritures (création des écritures mixtes).

El proyecto EPIMED tiene como objetivo explorar el papel y el estatuto de la escritura medieval haciendo converger diferentes disciplinas de la medievística en torno a la epigrafía. Después de un primer encuentro madrileño consagrado a las “razones para la escritura” este segundo encuentro en Poitiers tiene como tema “los gestos de la escritura”. Destinado a sentar las bases técnicas e historiográficas del acto de escribir, esta nueva temática, que asocia gestualidad y materialidad, técnica y estética, permitirá confrontar epigrafía y paleografía (tipo de cartas, abreviaturas, presentación), los “estilos” de escritura y las cuestiones de talleres,
la simultaneidad de las formas de escritura (elección gráfica, matiz en la filiación), las variaciones y la variabilidad de las escrituras (creación de escrituras mixtas).

El programa EPIMED té com a objectiu explorar el paper i l’estatus de l’escriptura medieval fent convergir diferents disciplines del medievalisme entorn l’epigrafia. Després d’un primer encontre a Madrid consagrat a les «Raons de l’escriptura», aquest segon, a Poitiers, té com a tema «Gestos d’escriptura». Aquest nou tema vol establir el rerefons tècnic i historiogràfic del fet d’escriure, tot associant gestualitat i materialitat, tècnica i estètica. Això ha de permetre confrontar epigrafia i paleografia (formes de les lletres, abreviatures, compaginacions), els «estils» d’escriptura i la qüestió dels tallers, la simultaneïtat de les formes d’escriptura (tries gràfiques, matisos de filiació), les variacions i la variabilitat de les escriptures (creació d’escriptures híbrides).

Lieu de célébration
CESCM (Hôtel Berthelot, salle Crozet)
24, rue de la Chaîne
POITIERS

Tailleur de pierre avec signature (Église de San Cornelio y San Cipriano, Revilla de Santullán, Palencia)

Tailleur de pierre avec signature (Église de San Cornelio
y San Cipriano, Revilla de Santullán, Palencia)

Secrétariat : Flora Lorente
E-mail : secehehi@casadevelazquez.org
Tél. : 0034 914 551 580

Coordination :
Cécile TREFFORT (Université de Poitiers / CESCM) et Carles MANCHO (Universitat de Barcelona / IRCVM)

Organisation :
UMR 7302 (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Institut de Recerca en Cultures Medievals (Universitat de Barcelona)

Télécharger le programme

Programme

Jeudi 21 mai


9h30-13h

Ouverture
Laurent CALLEGARIN (Directeur des études, Casa de Velázquez)

Introduction et présidence de séance
Estelle INGRAND-VARENNE (UMR 7302-CNRS, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers)

Carlo TEDESCHI (Università d’Annunzio de Chieti-Pescara) : Histoire et préhistoire des jeux de lettres

Pause

Sandrine HÉRICHÉ-PRADEAU (Université Paris 4) : Des inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe siècle) : matières, couleurs et formes

Javier DE SANTIAGO (Universidad Complutense de Madrid) : Escritura y talleres epigráficos en la Catedral de Sigüenza

14h30-18h

Présidence de séance
María Encarnación MARTÍN LÓPEZ (Universidad de León)

Eva CARAMELLO (Université de Poitiers) : La main, l’oeil, les outils : écritures gravée et manuscrite entre contraintes techniques et recherche esthétique

Thierry GRÉGOR (Enseignant en maçonnerie, EREA, Saintes) : Outils et techniques de la taille de pierre

 

Vendredi 22 mai


9h-12h30

Présidence de séance
Cécile TREFFORT (Université de Poitiers)

Maite MUÑOZ GARCÍA DE ITURROSPE (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea) : Simultanéité des formes d’écriture : épistolographie et épigraphie

Daniel PIÑOL (Universitat de Barcelona) : Gestos y actitudes ante lo escrito: escribir y leer en la Cataluña medieval

Pause

Pierre CHASTANG (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) : La genèse de la Chronique romane de Montpellier : philologie, codicologie et paléographie

14h-17h30

Présidence de séance
Javier DE SANTIAGO (Universidad Complutense de Madrid)

Marina PANIAGUA (Universitata de Barcelona) : Características gráficas de la epigrafía de pincel en el Pirineo románico

Adam LAJTAR (Uniwersytet Warszawski (Pologne) : Scribal practices used in medieval inscriptions from Nubia

Pause

María Encarnación MARTÍN LÓPEZ (Universidad de León) : Ars scribendi : creación y recreación de formas en la escritura medieval

Conclusions
Cécile TREFFORT (Université de Poitiers)

 

Réunion de travail du groupe de recherche EPIMED

index logo CNRS logo CESCM IRCVM  univ. barcelona casa de V.

 

EPIMED volet 1 : Casa de Velázquez (Madrid), 11-12 décembre 2014

Les 11 et 12 décembre 2014 se sont tenues à la Casa de Velázquez les deux premières journées d’étude du programme EPIMED, dont le but est d’explorer le rôle et le statut de l’écriture médiévale en faisant converger différentes disciplines de la médiévistique autour de l’épigraphie.

DSC_0057Associant les membres des trois institutions partenaires (enseignants, chercheurs, doctorants du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale-CESCM, de l’Institut de Recerca en Cultures Medievals-IRCVM et de la Casa de Velázquez) et des spécialistes reconnus venant d’autres universités, cette première rencontre avait pour thème « raisons d’écrire », décliné en trois demi-journées : « raisons d’écrire dans le monde médiéval », « écrire l’identité », « du manuscrit à l’inscription ».

Raisons d’écrire dans le monde médiéval

Après l’accueil de Michel Bertrand (directeur de la Casa de Velázquez), Carles Mancho (Université de Barcelone/IRCVM) introduit ce premier volet en le plaçant sous la citation de Michel Zimmermann : « Tous les mots ont une signification, tous les choix répondent à un projet »[1]. Reprenant les différentes définitions du verbe « écrire », des termes « épigraphie », « paléographie », « écriteau/inscription/épigraphe » proposées dans différents dictionnaires, il invite – dans la lignée du projet – à dépasser les frontières imposées par le cloisonnement disciplinaire pour une réflexion plus générale des raisons qui ont poussé à écrire au Moyen Âge.

Les deux présentations suivantes, sous la présidence de Carles Mancho, permettent un parallèle sur la scripturalité médiévale dans deux mondes différents : le monde occidental latin chrétien (tout particulièrement pour la première partie du Moyen Âge) avec Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM), et le monde juif avec Meritxell Blasco (Université de Barcelone/IRCVM).

Pour le Moyen Âge chrétien, l’écriture – comprise dans ces trois dimensions : matière, discours, graphie – est une convention, une donnée humaine modifiable. Elle est chargée de fixer, transmettre, afficher, et joue un rôle dans le temps (qu’il soit linéaire, cyclique ou eschatologique) et dans l’espace. À l’époque médiévale, la pensée de l’écrit repose sur l’articulation complexe entre des notions d’imago et de signum, de littera et de scriptura. L’écrit construit une partie du temps, le révèle et le transcende, de même qu’il semble à la fois déterminer et dilater l’espace. L’écriture construit également des liens entre les hommes et avec Dieu ; enfin elle exerce une dimension de contrôle volontaire de la mémoire que l’on veut garder et tout ce qu’on veut oublier.

Le monde juif présente des pratiques très variées : des écrits religieux très codifiés (le sefer torah, la mezouzah, la haggadah et ses illustrations dans le manuscrit de Sarajevo, le Matsevot) aux inscriptions funéraires et aux textes législatifs et profanes.

Écrire l’identité

Placée sous le titre « écrire l’identité » et sous la présidence de Javier Del Oyo (Université autonome de Madrid), les communications de l’après-midi ont mis en relief les enjeux identitaires dont est porteuse l’écriture, que ce soit dans la documentation funéraire mérovingienne (Morgane Uberti – chercheuse indépendante), à travers la constitution d’un corpus épigraphique régional (Antoni Cobos – chercheur indépendant), relativement à un groupe professionnel (Émilie Mineo – Université de Poitiers/CESCM), ou à travers le prisme d’un support et d’une technique artistiques (Milagros Guardia – Université de Barcelone/IRCVM).

Morgane Uberti présente une part des conclusions de ses travaux de thèse, tout juste soutenue, portant sur les inscriptions funéraires de l’Aquitaine tardo-antique et alto-médiévale (Aquitaine Seconde et Novempopulanie). Dans ce corpus assez ingrat de 115 inscriptions, l’identité sociale ou chrétienne du défunt se résume plus souvent à un nom qui ne traduit pas les gestes d’un lapicide « professionnel ». C’est tout autant la mise en écriture que le contenu textuel qui participe aux stratégies identitaires du groupe qui a recours à ces écrits lapidaires. Ces moyens apparemment rudimentaires sont pourtant efficaces, marquant clairement une volonté d’appropriation de l’écrit, et à travers elle la manifestation d’un pouvoir. La mise en contexte de ces inscriptions, provenant des sites vus comme des pôles d’influences (complexes ecclésiaux en devenir, vici) pose la question de la position de ces groupes dans la société alto-médiévale d’Aquitaine, et plus généralement de la force des pratiques d’écriture, dans leur expérience concrète comme dans leur contrôle, signe d’un pouvoir ou tout du moins des aspirations à ce pouvoir.

Antoni Cobos présente l’entreprise éditoriale sur la documentation épigraphique de la province de Gérone, du Xe au XVIe siècle[2], dont trois tomes sont déjà publiés sur les huit prévus[3]. Chaque tome contient presque une centaine d’inscriptions, dont la moitié est inédite. Les volumes s’appuient sur les limites géographiques des anciens comtés : Peralada, Empúries, Besalú (objet des trois premiers tomes) et Gérone. L’abondance des inscriptions à Gérone a amené à traiter d’abord des inscriptions de la cathédrale (à paraître en 2015), puis de la ville et enfin du reste du territoire. Le dernier tome de la collection sera dédié aux inscriptions sur objets meubles (lipsanothèques, croix, petites figures etc.). Une riche introduction (types d’inscriptions, aspects matériels, textuels, décoratifs) ouvre chaque volume, dans lequel les inscriptions sont classées par lieu d’origine (les grands monastères, puis la capitale du comté et, finalement, les cités et villages par ordre alphabétique). Pour chaque texte épigraphique, une description de la pièce (localisation, datation, mesures…), une transcription et traduction, enfin une photographie et un calque digital sont proposés.

Émilie Mineo présente ses recherches doctorales en cours sur les enjeux tant épistémologiques que méthodologiques de la signature épigraphique en France, pour comprendre un groupe socioprofessionnel peu représenté dans les sources, souvent considérés comme non alphabétisé. Cette signature, définie comme une inscription comportant une mention de responsabilité (un nom et un verbe d’action dans la réalisation de l’œuvre), porte la mémoire de soi. À la question « Pourquoi signer une œuvre ? », deux réponses peuvent être proposées, l’une se plaçant sous le regard des hommes et relevant de l’appetitus gloriae, de la recherche du prestige (grâce à l’étude de l’emplacement qui détermine le public visé), l’autre sous le regard de Dieu, pour des raisons pieuses et eschatologiques (édifier et embellir une église/l’Église).

Milagros Guardia, sous le titre « Écrire et peindre sur le mur » porte le regard sur une technique et un support particuliers, qui accueille autant des inscriptions « officielles » que des graffitis, mais surtout où se superposent souvent plusieurs couches de textes.

Du manuscrit à l’inscription

La troisième demi-journée présidée par Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM) déclinait un autre aspect, celui des relations entre manuscrits et inscriptions, l’activité de certains centres tel Roda de Isabena (Rebecca Swanson – Université de Barcelone/IRCVM), le rôle de la minute manuscrite dans la réalisation de l’inscription (Tomasz Płóciennik – Université de Varsovie) ou des relations entre écritures juridiques, archivistiques et graffitis (Marie Roche-Vallée – chercheuse indépendante).

La production écrite de Roda de Isábena, cité épiscopale située dans un diocèse de frontière, ayant une grande bibliothèque et forte tradition archivistique, fait l’objet de la recherche doctorale de Rebecca Swanson. La culture écrite y est fortement développée, par exemple dans le cloître, où la densité épigraphique est une des plus fortes d’Europe, ou encore à la bibliothèque, lieu d’un intense travail de résumé du droit canon et des textes historiographiques. L’écrit est utilisé durant la courte vie du diocèse (Xe-XIIe siècles) en tant que sauvegarde de la mémoire et justification de sa propre existence afin de consolider ses propres domaines tant du point de vue spirituel et religieux que territorial.

Traquant les erreurs graphiques, Tomasz Płóciennik montre qu’elles permettent de mieux comprendre la culture latine de ceux qui écrivaient et éclaire la chaîne d’intervenants reliant le commanditaire à l’exécutant final. Ainsi, la confusion entre N et R sur la patène de Pélage au Louvre (XIIe siècle) ne s’explique que par le rapprochement de la forme de ces deux lettres dans l’écriture cursive. D’autres exemples plus tardifs[4] montrent encore que la genèse de fautes en majuscules est liée à la minute écrite en minuscules. Ces différents cas posent la question des compétences linguistiques de l’exécutant et de la réception (l’absence de correction postérieure privilégiant l’harmonie visuelle sur le sens).

Une nouvelle piste pour la compréhension des graffitis sur table d’autel est apportée par Marie Roche-Vallée. Ayant réuni et analysé un corpus de plusieurs dizaines de cas du Midi de la France et de la Catalogne des IXe-Xe siècles[5] (datation paléographique et onomastique), le M. Roche-Vallée fait le rapprochement avec certaines notices de plaid et montre que les mêmes personnages prêtaient serment et gravaient leur nom sur l’autel. Ainsi, les graffiti sur tables d’autel peuvent relever d’une pratique liturgique et pieuse (pour soi, ses proches vivants et morts), comme l’avait proposé Cécile Treffort[6], mais également d’une pratique juridique et politique. Ces deux aspects pouvant se conforter l’un l’autre.

Conclusion

Dans ses conclusions, Daniel Rico (Université autonome de Barcelone) souligne l’importance de la convergence des disciplines (histoire, histoire de l’art, philologie etc.) qui découle tout simplement de l’objet épigraphique lui-même pris dans ses multiples dimensions. Cette convergence doit même devenir un véritable principe méthodologique. Apportant encore de nouveaux exemples, il insiste sur les principaux thèmes abordés qui ont nourri les nombreuses discussions : les problèmes de la qualité, des réalisateurs, des strates de connaissances culturelles, techniques, linguistiques, la réception, la diffusion, l’exposition, les acteurs.

Ces premières journées sont le point de départ d’une fructueuse collaboration. Par le partage tant des problèmes rencontrés que des nouvelles pistes de réflexion, elles permettent à chacun d’enrichir la documentation, d’affiner les problématiques, et donnent résolument de l’ampleur aux perspectives de recherche sur les pratiques écrites du Moyen Âge. Prochaine étape du projet : les 21 et 22 mai 2015 au CESCM, à Poitiers.

 

[1] Michel Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne (IXe-XIIe siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 2003 (Bibl. de la Casa de Velázquez, 23), introduction, p. 3.

[2] Ce choix chronologique s’appuie sur des critères paléographiques, de l’écriture en capitales romaines du Xe siècle jusqu’à la substitution de la minuscule gothique par la capitale humanistique au début du XVIe siècle.

[3] Antoni Cobos Fajardo, Joaquim Tremoleda Trilla, Salvador Vega Ferrer, L’epigrafia medieval dels comtats gironins, 3 vols. Brau édition, 201ç-2013.

[4] Pontifia au lieu de pontifici sur le tombeau d’un sculpteur allemand à la fin du XVe siècle, à Wloclawek en Pologne. Nominio pour nominis sur une épitaphe de l’église Saint-Michel de Vilnius en 1635.

[5] Un tel recensement est long et malaisé. Marie Roche-Vallée évoque le problème de la conservation et de la protection de ces autels contre l’altération voire la disparition.

[6] Cécile Treffort, « Les « graffitis » sur tables d’autel aux époques pré-romane et romane. Note à propos des inscriptions de l’autel de Gellone », Christain Lauranson-Rosaz. Table ronde, 2002, Saint-Guilhem-le-Désert, France. Amis de Saint-Guilhem-le-Désert, p.137-146 ; « La table d’autel à graffiti découverte à Vouneuil-sous-Biard », Ch. Sapin. Les stucs de l’Antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard (Vienne) : collection des musées de la ville de Poitiers, CNRS éditions, p.24-28, 2009, suppl. à Gallia ; 60.