Archives par mot-clé : poésie

Les inscriptions romanesques dans la prose arthurienne

Inscriptions et littérature, inscriptions comme littérature, tel était  le thème original du colloque co-organisé octobre 2019 par Sandrine Hériché-Pradeau, maître de conférences en Langue médiévale à la Sorbonne-Université (avec Maud Pérez-Simon). Il s’agissait en réalité d’une réflexion au long cours menée par S. Hériché Pradeau puisqu’elle avait l’objet de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches en 2014, « Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres », qui vient de sortir début mars 2020 en librairie.

De fait, la prose romanesque arthurienne (XIIIe-XVe siècle) fait volontiers référence, au détour du récit, à des inscriptions qu’il est donné de lire à un lecteur fictif, le plus souvent un chevalier errant en quête de sens. Elles constituent même un motif récurrent et un outil narratif.

A partir d’un corpus impressionnant – Lancelot-Graal, Suite du Roman de Merlin, Prophesies de Merlin, Tristan en prose, Roman de Meliadus et de Guiron le Courtois, Perceforest, le Livre du Cuer d’Amor espris de René d’Anjou -, l’auteur analyse ces inscriptions dans des perspectives littéraires, poétiques, linguistiques et historiques, en ayant aussi recours à la pragmatique avec l’oralité, la narratologie, la théorie de l’image, la magie et l’intertextualité.
Comment l’inscription questionne-t-elle les notions d’autorité, d’espace, d’oralité et de mémoire ? En tant qu’elle est écriture, et donc image, dans quelle mesure peut-elle être perçue comme une imago, mentale ou matérielle ? Dès lors qu’elle manifeste le double caractère sacramentel/saint et magique/diabolique de l’écriture, l’inscription participe aussi fréquemment de pratiques magiques et prophétiques, que les romanciers se plaisent à mettre en scène.
Galaad et la nef inscrite du roi Salomon: Le Roman de Tristan (15e siècle) Bibliothèque de Dijon, ms 527, f. 115

En prose mais également en vers, anonyme ou signée, brève ou prolixe, mouvante, illisible ou monumentale, reposant sur le métal, la pierre, le bois ou la chair, l’inscription romanesque possède de multiples facettes, qui en disent long sur le pouvoir de l’écrit au Moyen Age. Son caractère énigmatique et le déchiffrement qu’elle demande, son caractère prophétique annonçant l’avenir, son caractère d’intervalle enfin sont autant d’aspects mettant à l’épreuve le sens, le temps et l’espace dans le récit.

C’est une véritable poétique de l’inscription que fonde cet ouvrage, où l’érudition se marie avec bonheur avec l’élégance et la fluidité du style. L’épigraphie devient un outil littéraire, tandis que la littérature permet de comprendre comment l’imaginaire médiéval a perçu et joué avec cette source écrite et matérielle. Nul doute que le vaste champ qui s’ouvre ici à la croisée des disciplines sera riche et fructueux.

Les inscriptions : un objet littéraire

Colloque 17-18 octobre 2019 : Les inscriptions, une matière en toutes lettres (XIe-XVIe s.) 

Inscrire n’est pas écrire. Comme en témoignent de récentes publications, les inscriptions médiévales – objets historiques, linguistiques, artistiques – sont à la confluence de plusieurs champs disciplinaires qui rejoignent l’épigraphie. Or, c’est en tant qu’objet littéraire, enrichi de tous ces champs, que nous voudrions les questionner : quelle place les inscriptions occupent-elles dans la littérature médiévale ? Quels rôles y jouent-elles ? Sont-elles représentées dans les manuscrits et les premiers imprimés ? Dans quelle mesure les textes littéraires circulent-ils par leur intermédiaire ?

La force et la présence en littérature de l’inscription seront ainsi interrogées, sous l’angle de la matérialité, à partir de trois vecteurs susceptibles de l’accueillir : les textes, les miniatures ou les artefacts. -les textes du Moyen Âge, en vers comme en prose et appartenant à des genres divers (littérature romanesque, historique, hagiographique, etc.) font mention d’inscriptions qu’ils envisagent dans leur matérialité. On interrogera les descriptions (évocation des couleurs, supports et matériaux, techniques, lisibilité, pérennité ou évanescence de la lettre) auxquelles elles peuvent donner lieu : quelles sont leurs fonctions narratives ? Quel rôle joue la dimension descriptive qui s’attache à une inscription ? Le soulignement de la matérialité correspond-il à une visée significative précise, qui fait sens dans le texte ? -dans les manuscrits ou dans les premiers imprimés, des images peuvent représenter plus ou moins fidèlement l’inscription décrite dans un texte. Quels sont les moyens mis en œuvre par les concepteurs d’illustration pour aborder ce jeu de mise en abyme ? L’image dans le texte, qui fait elle-même place à l’écrit, acquiert-elle alors un statut particulier ? -parmi les artefacts médiévaux qui nous sont parvenus (plafonds peints, coffres, calices, vaisselle, etc.), certains sont porteurs d’inscriptions qui font écho à la production littéraire de l’époque. De quels textes s’agit-il ? Peut-on établir des typologies ? Quel rôle joue par ce biais la littérature dans l’espace domestique ?

Programme

Jeudi 17 octobre 2019

Espace associatif et culturel, Campus Condorcet

  • 9h30 : accueil
  • 10h : introduction : Sandrine Hériché-Pradeau et Maud Pérez-Simon
  • 10h20 : Thierry Gregor, CESCM, Université de Poitiers, « Historiographie de la taille de pierre »
  • 10h50 : pause

Supports romanesques

  • 11h10 : Roland Béhar, ENS-PSL, « Du perron au padrón: formes et significations du support d’inscriptions dans le cycle des Amadis de Gaule »
  • 11h40 : Carine Giovénal, « Parler à travers le temps : le pouvoir des inscriptions dans La Queste del saint Graal »
  • 12h10 : Florence Tanniou, Université Paris Nanterre, « Les inscriptions d’Hercule »
  • 12h40 : discussion

13h : déjeuner

  • 14h30-15h : visite du campus

Littérature dans l’espace domestique

  • 15h15 : Cécile Bulté, AHLoMA (EHESS), « Le plafond peint du Plessis-Bourré. Modèles, visibilité et efficacité de l’inscription dans l’espace domestique »
  • 15h45 : Térence Le Deschault de Monredon, Chercheur indépendant, Conseiller patrimonial auprès de la commune de Theys, « Que nous révèlent les inscriptions dans les décors peints des maisons médiévales ? »
  • 16h15-16h35 : discussion

16h50 : pause

Atelier de taille de pierre (ouvert à tous les intervenant.e.s) Thierry Gregor, CESCM, Université de Poitiers : « Les outils de taille de pierre qui préparent la gravure »

17h10-18h30 : Atelier taille de pierre

Vendredi 18 octobre

Espace associatif et culturel, Campus Condorcet

Poèmes épigraphiques

  • 9h30 : Vincent Debiais, CRH-AHLoMA (CNRS-EHESS), « L’image comme pré/texte. Hypothèses épigraphiques dans la poésie latine des XIe-XIIe siècles »
  • 10h : Estelle Ingrand-Varenne, CNRS-CESCM, « Les fables d’Esope à Fleury : du manuscrit aux peintures du réfectoire, et retour »
  • 10h30 : Emilie Mineo, Université de Namur, PraME, « Entre ekphrasis et matière. Les poèmes épigraphiques de Suger à Saint-Denis »
  • 11h : discussion

11h20 : pause

Spatialisation de l’écriture (I)

Écriture et architecture 

  • 11h40 : Kristine Tanton, Université de Montréal, « Le chapiteau inscrit comme objet performatif dans le cloître de Saint-Pierre de Moissac »
  • 12h10 : Séverine Chassagne, Sorbonne Université, « De la culture antique à la morale chrétienne. Les stalles de la cathédrale d’Ulm »
  • 12h40 : discussion

13h : déjeuner

Spatialisation de l’écriture  (II)

De la main à la page

  • 14h30 : Almudena Blasco Vallés, École Polytechnique, Commissaire extérieure du Museu Nacional d’Art de Catalunya, « Inscriptions ou graffitis ? Considérations sur l’écriture présente sur certains objets du Moyen Âge »
  • 15h : Christine Silvi, Sorbonne Université, « Filius esto dei… , de quelques vers écrits sur la main »
  • 15h30 : Clara de Raigniac, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, « Le phylactère-volumen, des manuscrits médiévaux aux bandes dessinées médiévalistes »
  • 16h : discussion

16h20-16h40 : Conclusions

Organisatrices

Sandriné Hériché-Pradeau et Maud Pérez-Simon s.heriche_pradeau@paris-sorbonne.fr ; maud.perez-simon@sorbonne-nouvelle.fr

Colloque organisé avec le soutien, à la Sorbonne Nouvelle, de la Commission de la Recherche et de la Commission des Relations Internationales, de l’EA 173 (Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Antiquité et le Moyen Âge) ; à Sorbonne Université, de l’EA 4509 (Sens Texte Informatique Histoire), l’ED 433 (« Concepts et Langages »), du Fonds d’intervention pour la Recherche (F.I.R.) ; et de l’Institut Universitaire de France (IUF).