Archives par mot-clé : Roda

Nouvelle mission à Roda, nouvelles découvertes

(compte rendu co-écrit par Vincent Debiais, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner, Morgane Uberti)

Profitant de l’achèvement des travaux de restauration du cloître (mai-juillet 2019), une nouvelle mission épigraphique a été organisée fin août à Roda de Isábena (Espagne, Province de Huesca, Aragon). Rappelons le caractère exceptionnel de ce site au regard de l’épigraphie en Europe et plus généralement du Moyen Âge latin : d’une part, la concentration de plus de 220 inscriptions funéraires (soit près de 8000 lettres) dans l’espace claustral, toutes réalisées entre le XIIe et le XIVe s. et présentant une réelle harmonie textuelle. D’autre part, le fait que ces inscriptions ne sont pas gravées sur des plaques préparées à l’avance et encastrées ensuite (comme dans le cloître de la cathédrale d’Elne – CIFM 11, p. 54-75 – ou à Saint-Bertrand-de-Comminges, de l’autre côté des Pyrénées – CIFM 8, p. 51-76), mais le sont directement sur les éléments architecturaux (tailloirs, chapiteaux, claveaux, moellons).

L’objectif était cette fois-ci de compléter les informations relevées sur ce vaste ensemble épigraphique lors de la première campagne de terrain réalisée en février 2018 (voir le compte rendu), en se focalisant sur un certain nombre d’aspects : la technique de gravure et l’usage de la peinture, la présence de cadre, de décor ou de réglures, les modules de lettres, l’utilisation de certains allographes tel le O pincé ou le Z pour le S, l’usage de la ponctuation (dont la forme triangulaire), l’ordre des formules, la présence d’un millésime en plus de la date calendaire. Les données réunies seront croisées afin de voir si des regroupements pertinents apparaissent et s’ils peuvent être interprétés en termes de datation, de phasage, d’identité graphique…

Avec ce travail collectif sur Roda, le premier enjeu est donc méthodologique, puisque le site permet la mise en œuvre d’une approche très globale de l’inscription, dans toutes ses composantes en tant qu’objet disposant de caractéristiques propres mais aussi dans ses interactions avec son environnement. A ce titre le projet permet de réfléchir à un protocole d’analyse de l’inscription dans son contexte. L’observation renouvelée chaque jour, pendant plusieurs heures, avec un éclairage variable et parfois de nuit, a permis de nouvelles trouvailles. Certaines inscriptions qui se présentent à l’envers ou découpées étaient déjà des indices de modifications antérieures subies par les supports et les textes au sein du cloître dont l’histoire sur le temps long est mal connue. Les datations établies jusqu’à présent (fin XIe ou milieu XIIe s. pour le cloître, et 1240-1250 pour les premières inscriptions de la main du « maître de Roda ») ne résistent pas à l’analyse des cintres des arcs, des maçonneries, des marques de taille, aux vestiges d’inscriptions effacées. Tous ces éléments sont des  preuves supplémentaires des lourdes transformations qu’a connues le lieu, sans doute dès le Moyen Âge central comme ils sont les indices d’une manipulation et d’une gestion des inscriptions au cours du temps. De fait, l’économie des inscriptions de Roda (maintien, dépose, déplacement, ré-installation, regroupements a posteriori) est à penser dans un lien direct avec l’histoire de l’ensemble claustral depuis la fin du XIe s., date supposée pour sa construction.

Cette seconde mission a donc été très fructueuse, les intuitions de départ ont trouvé confirmation et ont même été dépassées par de nouvelles découvertes. Celles-ci seront présentées dans un article de synthèse qui sera livré à l’été 2020.

Le cloître de Roda, un gigantesque obituaire lapidaire

Article co-rédigé par Vincent Debiais, Marie Fontaine-Gastan, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner et Morgane Uberti

Répondant à l’appel lancé par Pedro Quibus, président de l’association « Amigos de la catedral de Roda », lors de sa venue au CESCM au printemps 2017 (http://epimed.hypotheses.org/483), l’équipe d’épigraphie de Poitiers avec le renfort de plusieurs experts a organisé une mission de terrain à Roda de Isábena du 13 au 15 février 2018. Trois jours pour localiser, identifier, mesurer et photographier pas moins de 215 inscriptions dans le gigantesque obituaire lapidaire que constitue ce cloître roman. À vrai dire, le nombre exact de textes n’est pas encore clairement établi, de nouvelles découvertes ayant été faites lors de différentes campagnes de restauration, notamment en 2016 et 2017. Les inscriptions des galeries nord, est et ouest, ont pu ainsi être nettoyées et préservées grâce aux travaux financés par le gouvernement d’Aragon qui en a compris les enjeux patrimoniaux.

Un ensemble épigraphique d’une telle ampleur et d’une telle qualité est en effet sans équivalent en Europe : pendant trois siècles (XIIe-XIVe s.), la communauté de chanoines de la cathédrale a voulu inscrire la mémoire d’un groupe de défunts dans le cloître. Nul hasard dans le choix de cet espace qui est lieu de passage entre les différents bâtiments ecclésiaux et communautaires, mais aussi lieu d’enseignement et de méditation et évocation du jardin du paradis. Cet ensemble ne connaît jusqu’ici que peu d’études approfondies. Le travail fondateur d’Antonio Durán Gudiol paru en 1967 (« Las inscripciones medievales de la provincia de Huesca », Estudios de Edad Media de la corona de Aragón 8, p. 45-153) demande à être complété, voire corrigé, grâce aux avancées de la discipline épigraphique et à la meilleure connaissance de l’histoire de la région et de ses pratiques graphiques. C’est bien l’enjeu de ce programme de recherche.

Armée de mires, de mètres, de lampes torches et d’appareils photo, l’équipe s’est répartie le travail dans les quatre galeries du cloître. Les quelques inscriptions du réfectoire et de l’église ne seront, quant à elles,  étudiées que dans un second temps. L’objectif était d’établir une fiche de terrain pour toutes les inscriptions, même les plus effacées ou celles ne comportant qu’une lettre. Chaque texte a donc été identifié par un numéro et localisé précisément sur un plan du site, même s’il ne se trouve plus nécessairement à son emplacement originel. Un schéma de chaque pierre avec son état de conservation, ses différentes dimensions (support, champ épigraphique, réglures, lettres) et le relevé de détails formels, techniques, chromatiques viennent compléter la fiche de mission. Le type de pierre, la préparation de la surface, la présence de traces d’outils, la technique de taille et les restes de peinture (bleu, ocre jaune et ocre brun) sont précisément notés. Sont ensuite mesurés les divers lignes et interlignes tracés pour orienter et réguler le déroulement de l’écriture. Les nombreux décors géométriques, végétaux ou animaux, dans les cadres ou au pourtour des textes, font aussi partie de l’analyse. La lecture elle-même et la transcription seront faites au laboratoire à partir des nombreux clichés et des données recueillies.

Compte tenu du contexte monumental dans lequel prennent place ces inscriptions (le cloître et ses divers réaménagements), la mission a été l’occasion de démarrer un premier travail  permettant de réfléchir au corpus documentaire dans son environnement. L’objectif oblige à la reprise du plan du cloître et à une couverture photographique permettant de disposer de vues générales du dispositif épigraphique pris cette fois-ci comme « ensemble ». Dans cette perspective, il a été procédé à une reprise très générale des mesures qui permettra de préciser le seul plan disponible aujourd’hui. Les photographies (notamment pour le mur nord) vont être l’objet d’un travail photogrammétrique réalisé avec la cellule de géomatique du laboratoire Ausonius (Florent Comte). L’articulation entre les données photogrammétriques (dont l’intérêt premier réside ici dans la mise en voir des élévations) et planimétriques complète l’étude strictement épigraphique des inscriptions, en précisant le phasage de leur installation tout en réfléchissant sur l’expérience d’un espace épigraphique sur le temps long. Il s’agit, en d’autres termes de réfléchir à la contextualisation de ces inscriptions dans un espace donné ; cette contextualisation étant mise à l’épreuve du temps.

De nombreuses questions se posent à travers ce premier travail de terrain : la fonction, l’usage, le rôle d’un tel ensemble ; les choix formels et textuels ; les liens entre le texte et son emplacement ; l’articulation des textes entre eux. Situées sur les piliers, les colonnes, les chapiteaux et les murs, toutes ces inscriptions participent tant matériellement (par leur support) que spirituellement à construire la communauté des vivants et des morts de Roda.

L’objectif du projet est de proposer des essais d’édition en ligne de cette collection, sur la plateforme TITULUS, développé par le CESCM. L’édition adoptera donc le même protocole que la collection du Corpus des inscriptions de la France médiévale, développée à Poitiers pour couvrir l’ensemble du territoire français. Elle permettra de mettre en valeur les aspects graphiques et visuels de chacun des textes (allographes, ponctuation, gestion des espaces etc.). À ce travail essentiel s’ajoute une réflexion d’ensemble à l’échelle du site et sur une chronologie longue, portant par exemple sur la préparation technique, la paléographie, les liens avec les obituaires manuscrits, le formulaire d’annonce du décès ou de datation, le statut des défunts, les aspects linguistiques et syntaxiques, ainsi que les pratiques et les usages de l’espace épigraphique. C’est donc un vaste chantier qui s’ouvre.